Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 11 – Épilogue

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Épilogue

« Bienvenue à la maison, Maître Zagan. »

Avant même qu’il ne s’en rende compte, Zagan vit sa chère épouse devant lui une fois de plus. Néphy le salua avec son sourire habituel, mais le pourtour de ses yeux avait clairement rougi. Le tablier qu’elle tenait fermement était froissé. Il pouvait voir qu’elle s’était forcée à le saluer comme elle le faisait toujours, même si elle savait tout ce qui était arrivé à son corps.

« Je suis à la maison. »

« Hyah ! »

Zagan avait senti son cœur se resserrer sur lui-même alors qu’il enlaçait spontanément Néphy.

« … Désolé de t’avoir inquiétée. »

« C’est bon, je comprends. »

Elle frotta son front contre sa poitrine comme pour lui dire de ne pas l’inquiéter tout le temps. Et en sentant cela, il s’était vraiment senti désolé de l’avoir fait.

« Umm, je ne veux pas vraiment dire que ce sont des excuses… »

« Oui ? »

« Veux-tu aller à un rendez-vous maintenant ? »

Le visage de Néphy s’illumina d’excitation. On lui avait dit de se reposer, elle n’avait donc rien de prévu. Dans ce cas, ce n’était pas un problème pour elle d’aller à un rendez-vous tout de suite.

« … Avec plaisir. »

Ses oreilles étaient devenues rouge vif jusqu’au bout et elle frappa Zagan à la poitrine.

« Mais, euh… »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« … Si possible, je préfère que tu fasses ces choses-là quand nous sommes seuls. »

Zagan inclina la tête et jeta un coup d’œil autour de lui. Ils étaient actuellement dans la chambre de Lilith et Selphy. Néphy, Selphy, Foll, et Naberius étaient tous présents. De plus, Lilith, Alshiera, et même le garçon étaient sortis du rêve au même endroit, il y avait donc suffisamment de monde pour qu’il ne soit pas possible de se déplacer. Après avoir confirmé tout cela, Zagan se retourna vers Néphy.

« Est-ce un problème pour toi ? »

« C’est embarrassant, Maître Zagan. »

Honnêtement, elle avait l’impression qu’il avait dit une telle chose uniquement parce qu’il voulait voir son expression embarrassée.

À ce moment-là, Foll tira sur sa manche et elle déclara. « Tu devrais d’abord prendre ton petit-déjeuner. »

« Oh, tu marques un point. »

« Cependant, je suis, comme, totalement bourré. »

« Hein ? »

Zagan et Néphy étaient les seuls à être troublés par cela.

Selphy avait ensuite appelé Alshiera alors qu’elle se redressait lentement dans le lit et elle déclara « Bon travail, Mlle Alshiera. Ai-je été utile ? »

« Oui. Sans toi, je n’aurais pas réussi à les atteindre. »

« Heheheh, c’est bien. Qu’est-ce que vous voulez pour le petit-déjeuner ? »

« Je voudrais du vin. »

« Sire Raphael va se mettre en colère contre vous, donc c’est non. »

Selphy savait sûrement qu’Alshiera avait presque disparu, mais elle n’avait pas agi différemment. Le fait d’être traitée comme toujours par la sirène était en quelque sorte un salut pour la vampire, et cela se voyait sur son visage. Leur jetant un regard en coin, Zagan sombra dans la réflexion.

Qu’ai-je vu à la toute fin ?

Zagan avait cru apercevoir une Alshiera qui semblait bien différente, un garçon qui ressemblait beaucoup à Marc, et un jeune homme aux yeux d’argent. Il avait vu la scène comme s’il la regardait à travers les yeux de quelqu’un d’autre alors que l’homme aux yeux d’argent tendait la main vers lui. Si c’était vraiment un souvenir du passé, de qui était-il le souvenir ?

« Permets-moi de te remercier à mon tour, » dit Naberius. « On dirait que tu as ramené Furcas en un seul morceau. »

« … Je ne suis pas sûr que tu devrais nous remercier. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

Le garçon avait bien l’Emblème de l’Archidémon sur le dos de sa main, mais il n’avait plus aucun souvenir. Et il ne semblait pas qu’il se soit souvenu de quoi que ce soit en voyant Alshiera. Il était irrécupérable en tant que sorcier. Quant au garçon lui-même, son visage était rouge vif et sa mâchoire était grande ouverte.

« Tu vas bien ? » lui demanda Lilith. « Eh bien, je suis sûre que tu es confus, en le voyant pour la première fois, mais ces deux-là sont toujours comme ça, alors habitue-toi, d’accord ? »

« Mais, je veux dire, tu es… d’accord avec ça ? Tu ne veux pas… ? »

Le garçon avait manifestement mal compris quelque chose et lança des regards à Lilith et Zagan. En voyant cela, Lilith éclata de rire.

« Pas du tout. Ne rends pas les choses bizarres. Je respecte Son Altesse, mais penses-tu vraiment que cela puisse se transformer en amour après avoir vu cela tous les jours ? »

Zagan sentit que ses mots le poignardaient, mais il décida de laisser tomber, compte tenu de ses efforts précédents.

« Ummm, est-ce que vraiment… vous ne l’aimez pas ? » lui demanda timidement le garçon.

« Pas du tout. Il vaut mieux observer quelqu’un comme Son Altesse à une légère distance. »

« Alors… y a-t-il quelqu’un d’autre que vous aimez ? »

Zagan pencha la tête, se demandant pourquoi le garçon lui posait de telles questions.

« Non. Tout le monde ici est un sorcier et tout. »

Rien de bon ne pouvait sortir de l’amour avec un sorcier, donc Zagan ne pouvait pas la réprimander.

Le garçon s’était alors ressaisi et avait demandé. « Alors… voulez-vous sortir avec moi ? Je suis amoureux de vous. »

« … Hein ? »

Toutes les personnes présentes dans la pièce avaient émis un son de stupeur à l’unisson.

Oh… Maintenant que j’y pense, elle a dit que les succubes attirent naturellement les autres dans les rêves.

Mis à part le cauchemar sur le bateau, elle était avec lui tout le temps. Avec le fait qu’elle le protégeait, lui et sa mémoire perdue, c’était inévitable, même si Lilith n’était pas une succube.

Réalisant que rien ne pouvait être fait contre une telle conclusion, Zagan leva les yeux au plafond, se perdant dans ses pensées.

 

« Hak ! Gah… Urgh... » Dexia tomba sur le sol froid avec un plouf, toussant violemment.

Où… suis-je ? Que m’est-il arrivée… ?

Sa conscience était un brouillard. Elle ne pouvait pas penser correctement. Normalement, personne ne pouvait échapper à la mort avec du liquide dans les poumons. Pas même un sorcier ne pourrait réaliser un tel exploit. Néanmoins, elle pouvait respirer. Elle pouvait se souvenir. C’était le liquide médicinal utilisé quand elle ou Aristella recevait des ajustements.

« Oh oui… Aristella… »

Sa précieuse sœur. Son autre moitié. Le corps d’Aristella avait été volé par un monstre, alors Dexia l’avait désespérément ramené à leur maître. Et puis… Que s’est-il passé après ça ? Dexia se tordait sur le sol avec ses membres mous et parvenait tant bien que mal à lever la tête… quand elle aperçut un visage familier.

« Salut. Qu’est-ce que ça fait d’être réveillé ? Hahahaha ! »

Elle sentit tout le sang quitter son visage. Celui qui se trouvait devant elle n’était ni sa sœur ni son maître, mais ce répugnant Archidémon, Bifrons. L’Archidémon avait un énorme sourire sur son visage androgyne. Et le désespoir s’étant abattu sur elle dès son réveil, l’esprit de Dexia sombra dans le chaos le plus total.

Pourquoi suis-je… ? Où est Aristella ? Où est Maître Shere Khan ?

La dernière chose qu’elle se souvenait avoir vue était un sorcier terrifiant portant l’armure d’un Chevalier Angélique se tenant au-dessus de Shere Khan après l’avoir abattu. Son esprit commença à imaginer la pensée terrifiante qu’elle était peut-être la seule encore en vie.

Elle frissonna lorsque Bifrons tapa des mains en signe de compréhension et il déclara. « Ooh! Désolé, je n’avais pas réalisé. Je suis sûr que tu as froid, trempée comme ça à cette époque de l’année ! Eh bien, laisse-moi te prêter ma robe. »

Avec cela, Bifrons avait placé sa robe sur ses épaules comme s’il n’avait que de bonnes intentions. C’est alors que Dexia réalisa qu’elle ne portait rien. Ses cheveux étaient défaits et s’accrochaient à son corps trempé.

« Hum, que m’est-il arrivé après ça… ? » demanda-t-elle timidement.

« Oh, mon dieu, n’y a-t-il pas quelque chose que tu devais dire avant ça ? J’ai sauvé beaucoup de gens ces derniers temps, mais personne ne m’a remercié. N’est-ce pas triste ? »

« Merci… à vous… pour ça… et pour Aristella. »

Au moins, elle se souvenait que Bifrons avait essayé de sauver Aristella. Et elle lui en était, en fait, reconnaissante. Bifrons lui rendit un large sourire en rougissant, satisfait de sa réponse. Même Dexia pouvait dire que cet Archidémon était d’une étrange bonne humeur. Le sorcier enfantin se leva et tourna sur place comme s’il dansait.

« Tu vois ! C’est ça ! Ça fait du bien d’être remercié par les autres. Je commence à comprendre pourquoi Zagan a tant de serviteurs qui l’attendent. Mais qu’est-ce que c’est ? C’est bizarre. J’ai l’impression que ma petite poupée ne m’a jamais remercié correctement. Qu’est-ce qui se passe avec ça ? »

On aurait dit que Bifrons ne regardait même pas Dexia. L’Archidémon était terriblement effrayant. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle d’un air ahuri pour tenter d’éviter son regard.

Où suis-je ?

La pièce qui l’entourait avait l’air plutôt morne. Elle ne pouvait même pas dire si elle était exiguë ou large. Elle n’avait pas d’équipement sous la main et ne pouvait pas améliorer librement sa propre vision. Néanmoins, ses yeux s’étaient lentement habitués à l’obscurité, et elle savait qu’il s’agissait d’une sorte de centre de recherche.

Elle ne l’avait pas reconnu. Il y avait un lit utilisé pour les expériences et des rangées de masses et de scies utilisées pour la torture. Des flacons cassés et des médicaments étaient éparpillés sur le sol. Elle n’avait pas pu repérer quoi que ce soit utilisé pour traiter les blessures. Après avoir confirmé tout cela, Dexia poussa un cri silencieux.

« Eek… »

Derrière elle, elle avait vu un affreux morceau de viande se tortiller. Il n’avait pas de peau, et d’épaisses veines pulsaient à sa surface. Il y avait plusieurs tubes qui y étaient reliés. Elle pouvait dire qu’il s’agissait d’une sorte d’appareil pour maintenir ce morceau de viande en vie. Dexia avait été jetée dans cette pièce avec cette chose.

Qu’est-ce qu’on lui a fait ici ? se demandait-elle. Elle voulait voir Aristella et Shere Khan rapidement pour calmer ses nerfs. Elle trembla lorsque Bifrons scruta son visage comme pour lui faire comprendre que son souhait ne se réaliserait jamais.

« Oups, ça ne va pas le faire. Maintenant que j’y pense, tu as dormi tout ce temps et tu ne connais pas la situation, hein ? »

« Quoi ? Je dormais ? Pendant tout ce temps… ? »

Elle doutait de ses oreilles. En réponse, Bifrons avait simplement hoché la tête avec un sourire aimable.

« C’est vrai. Je crois que cela fait environ un mois ? »

« Un mois ! ? » s’exclama Dexia, les yeux écarquillés par le choc. Bifrons lui prit la main comme pour l’inviter à danser et la releva doucement.

« Ouais ! Un mois ! Il s’est passé beaucoup de choses. Shere Khan a fait des tonnes de soldats splendides, puis il a finalement tenu sa promesse envers moi. »

« P-Promesse ? Quoi… ? Non, attendez, Maître Shere Khan a fait des soldats ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? »

Des mots choquants étaient sortis de la bouche de Bifrons l’un après l’autre, et Bifrons avait lâché la main de Dexia, avait déboutonné sa chemise et lui avait montré sa poitrine.

« Regarde ! N’est-ce pas génial ? Je me suis enfin débarrassé de l’ennuyeux contrat de Zagan. Même moi, j’allais mourir si le Phosphore du Ciel touchait directement mon cœur ! Hahahahaha ! »

C’était apparemment la raison de l’humeur joyeuse de Bifrons. L’Archidémon enfantin s’étendit sur place une fois de plus, tournant le dos à Dexia et regardant par-dessus son épaule.

« Eh bien, c’est comme ça. Il est temps pour moi de rentrer à la maison. Oh, je suppose que techniquement, c’est aussi ma maison… »

« Hé, attendez une minute. N’avez-vous pas formé une alliance avec Maître Shere Khan ? »

« Je l’ai fait ! Et nous avons coopéré un tas de fois. Mais maintenant que mon travail est terminé, il est temps de briser cette alliance. N’est-ce pas évident pour un sorcier ? »

Qu’est-ce qui était évident dans tout ça ? Dexia ne pouvait pas comprendre.

« Quand même, je suppose que j’ai accumulé un tas de dépenses. En tout cas, ton autre moitié m’a beaucoup amusé, alors je me suis dit que j’allais te donner un coup de main. »

« Mon autre moitié ? Qu’est-il arrivé à Aristella ? »

L’Archidémon n’avait répondu à aucune des questions de Dexia pendant tout ce temps. Néanmoins, elle se sentait obligée de les poser. Bifrons avait souri puis avait pointé du doigt derrière Dexia… vers le morceau de viande qui se tortillait.

« Heeheehee, qu’est-ce que tu dis ? N’était-elle pas juste là tout ce temps ? »

Dexia ne comprenait pas les mots de Bifrons. Elle ne voulait pas comprendre.

Une goutte froide avait coulé sur sa joue. Honteuse, elle n’avait pas pu empêcher ses larmes de couler. Elle ne pouvait même pas se retourner.

« Haha, Shere Khan avait l’air si heureux quand il a vu ça. C’était une vue incroyable. Il avait l’air d’un enfant de bonne humeur à l’idée que son souhait de plusieurs siècles soit réalisé. L’objectif initial d’un sorcier est vraiment la chose la plus importante pour lui. »

Dexia restait dans la stupeur… quand soudain, le sourire disparut du visage de Bifrons.

« Ta sœur est tout à fait étonnante. J’ai pensé vous effacer toutes les deux, mais elle a réussi à vous garder en sécurité. Elle n’aurait jamais dû avoir un tel courage ou un tel talent… Je dois dire qu’Aristella a vraiment dépassé mes attentes. Juste un tout petit peu, du moins. Elle est digne de mon respect. »

L’éloge de l’Archidémon était si direct qu’il était difficile à croire. Et pourtant, le regard que Bifrons posait sur Dexia ressemblait à celui d’un homme regardant des ordures.

« Je t’ai donné une chance parce que tu pourrais être lié à elle. C’est le sort qui t’attend. Aux yeux de Shere Khan, tu n’es rien de plus que le corps de rechange de sa précieuse Aristella. C’est pourquoi tu as été soigneusement entreposé ici le mois dernier. »

Bifrons avait ensuite pointé du doigt la sortie et avait expliqué. « Shere Khan est obsédé par son nouveau jouet. Tu peux probablement t’échapper sans qu’il s’en aperçoive si tu pars maintenant. »

L’Archidémon lui avait dit de s’enfuir.

Mais… qu’est-ce que je fais après ça ?

De plus, était-il vraiment normal qu’elle laisse Aristella derrière elle ? Bifrons s’était intéressé à Aristella, pas à Dexia. L’Archidémon disparut dans les ténèbres, comme s’il avait déjà oublié son existence.

Elle restait immobile, incapable de déterminer ce qu’elle devait faire, quand soudain, ses yeux s’arrêtèrent à ses pieds. Il y avait un ruban en lambeaux sur le sol. Un ruban bleu.

Ce n’était pas celui de Dexia. C’était celui d’Aristella.

Dexia la ramassa et la serra contre sa poitrine. Elle jeta ensuite un seul regard derrière elle, comme pour brûler dans ses yeux l’état actuel de sa précieuse sœur.

« … Attends-moi, Aristella. Je reviendrai certainement te sauver. »

Et c’est ainsi que Dexia s’était lancée sur un chemin sombre et inconnu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire