Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 11 – Chapitre 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Le rêve du vampire était si triste que j’ai dû disperser du sucre partout

***

Chapitre 4 : Le rêve du vampire était si triste que j’ai dû disperser du sucre partout

Partie 1

C’était un monde entièrement noir. Elle ne pouvait même pas voir ses propres bras lorsqu’elle les étendait. En fait, il n’était même pas clair s’il y avait un ciel ou un sol. Alors, où se tenait-elle exactement ? Était-elle effondrée, peut-être ? Son corps était lourd. Elle n’arrivait pas à mettre de la force dans ses membres.

Ah, ce sentiment est le même qu’à l’époque.

Elle avait déjà éprouvé cette même sensation à l’époque d’Alshiera Imera. Elle avait l’impression que son corps ne lui appartenait même pas. En y repensant maintenant, cela signifiait-il que son corps vivait la même chose ? Elle pensait à cela dans un étourdissement alors qu’une petite ombre flottait doucement devant elle. La silhouette lui était familière, alors elle essaya de l’appeler par son nom.

« — »

Sa voix refusa de sortir. Néanmoins, l’ombre la remarqua et se retourna avec étonnement.

« … Est-ce Kuroka ? »

L’ombre prit le contour vague d’un visage très familier : Lilith, la princesse des succubes.

« Quelle surprise ! J’en ai entendu parler par Son Altesse, mais tout est permis quand on est comme ça, hein ? » Lilith déclara cela, puis elle se brossa la tête d’un air troublé.

« Pourtant, c’est dangereux par ici, alors tu ne peux pas venir. »

Une chose sombre se répandait derrière Lilith. C’était une présence redoutable qui possédait une volonté propre. Et elle savait que Lilith marchait vers elle. Elle avait beau essayer de lui hurler de ne pas y aller, sa voix restait silencieuse. Pourtant, Lilith comprit et esquissa un sourire.

« Je vois. Tu t’inquiètes pour moi… Merci, » dit Lilith en la serrant très fort dans ses bras. « Tu te souviens quand Son Altesse fabriquait la source chaude et que nous avons été attaquées par deux sorcières ? À l’époque, j’avais trop peur pour faire quoi que ce soit, mais tu les as maîtrisées toute seule. Je me sens un peu pathétique d’admettre cela, mais je me suis sentie super soulagée à l’époque. Tu étais vraiment cool. »

Elle sentit un battement extrêmement rapide dans la poitrine de Lilith. Les bras de la fille tremblaient très légèrement. Néanmoins, Lilith rassembla son courage.

« Tu sais quoi ? Je te respecte vraiment pour m’avoir protégée sans aucune hésitation, » dit-elle, puis elle se retourna rapidement.

« Il y a quelqu’un au-delà d’ici qui est incapable de revenir et qui est plutôt troublé… Et je suis la seule à pouvoir le sauver… C’est probablement même impossible pour Ma Dame. Il est inutile pour quiconque autre que la princesse des succubes d’essayer. »

Rien de tout cela n’importait à Kuroka. Lilith était sa précieuse amie d’enfance. À ses yeux, il était bien plus problématique de la voir courir vers le danger. Ainsi, Kuroka tendit les bras vers Lilith pour l’arrêter, mais elle ne pouvait rien sentir. Ce n’était même pas clair si elle avait des bras. Quoi qu’il en soit, elle se tendit désespérément pour essayer d’arrêter son amie d’enfance, même si elle devait la mordre et la tirer en arrière avec ses dents. Pourtant, tout ce que Lilith faisait, c’était lui sourire avec un regard troublé.

« Je ne sais pas qui est là-bas. Le laisser n’affectera pas ma vie de quelque manière que ce soit. Mais je suis sûre que je le regretterai si je ne le sauve pas. Rester assise et ne rien faire est à tous les coups le mauvais choix. »

Avec ça, elle posa Kuroka.

« C’est pour ça que j’y vais. Pour que, quand je reviendrais, je puisse être fière d’être ton amie d’enfance. »

◇◇◇

« Lilith ! » Kuroka s’était exclamée en se réveillant en sursaut et en se retrouvant dans une pièce inconnue. Elle essaya de se lever, mais sa vision était floue. Elle ressentit une énorme envie de vomir et haleta par réflexe pour respirer.

« Vas-tu bien, Kurosuke ? »

« Monsieur… Shax ? »

Elle avait un terrible mal de tête et ne pouvait pas focaliser sa vision. Pourtant, elle était persuadée que celui qui se trouvait devant elle était ce sorcier maladroit. Elle se jeta sur sa poitrine et le supplia.

« Contact… Zagan. Lilith… Lilith est en danger ! »

« J’ai compris ! J’ai compris, d’accord !? Alors, lâche-moi ! T-Tes vêtements ! »

« Mes vêtements… ? » Kuroka marmonna en regardant son corps. Elle avait une couverture d’apparence bon marché sur ses genoux qui faisait un peu mal quand elle frottait contre elle, ce qui signifiait qu’elle touchait directement sa peau. Et au moment où elle retrouva ses esprits, elle remarqua deux bourrelets au-dessus de ses genoux. Elle savait que c’était ses seins, mais pour une raison inconnue, leurs pointes roses étaient clairement visibles. Rien ne les couvrait. Cela aurait été normal dans le bain, mais c’était plutôt inconvenant en ce moment.

 

 

Kuroka passa plusieurs secondes à cligner des yeux à plusieurs reprises, réfléchissant à sa situation actuelle. Elle n’en avait pas eu besoin, cependant, car la réponse était claire dès le début. Pour une raison inconnue, Kuroka était complètement nue et s’exposait.

« Hyah !? »

Elle cria et se couvrit les seins dans un mouvement de panique. C’est alors que ses souvenirs étaient revenus. La nuit dernière, alors qu’elle discutait des résultats de ses enquêtes avec Shax et Gremory, Kuroka avait bu du vin de prune d’été. Elle se souvenait également qu’il contenait de la vigne argentée, un aphrodisiaque pour les races félines telles que les tabaxis et les cait siths. Et maintenant, elle se retrouvait le matin suivant sans même un sous-vêtement. À en juger par les cigarettes froissées sur la table, elle pouvait deviner que quelqu’un avait passé toute la nuit ici, en détresse.

« … Hein ? Wah ! Wah !? Hyah !? »

Son esprit et son corps n’arrivaient pas à suivre et elle poussait des cris insensés. Quelque chose de doux avait été soudainement posé sur ses épaules. Il semblait que Shax avait mis ses vêtements de dessus sur elle.

« Ah… Hum, tu sais ? J’ai fait de mon mieux pour ne pas regarder. »

Même si Kuroka savait dans un coin de son esprit que sa considération montrait qu’il l’avait traitée avec gentillesse la nuit précédente, le pourquoi du comment inondait encore ses pensées. Elle comprenait qu’elle était totalement fautive d’avoir ignoré Shax et Gremory lorsqu’ils l’avaient mise en garde contre la boisson, mais elle n’arrivait toujours pas à se faire une idée de sa situation actuelle. C’était censé être le plus grand événement de sa vie, mais elle ne se souvenait de rien. Le fait qu’elle ne puisse pas se souvenir frappa Kuroka plus durement que tout autre chose.

« M-Monsieur Shax ? Qu’est-ce que j’ai, hum… ? »

« C-C-C-Calmes-toi, ok ? Tout va bien. »

Elle ne savait pas si c’était vrai, mais elle acquiesça tout de même d’un signe de tête ferme.

Après cela, Shax prit une profonde inspiration et il déclara. « À première vue, tu ne te souviens de rien, n’est-ce pas ? »

« … Je n’ai aucun souvenir. Désolée. »

« Ne le sois pas, c’est bon. »

Sérieusement, rien n’allait. C’était tout à fait risible qu’elle ne puisse pas se rappeler sa première fois.

« Juste pour que tu saches, tu as probablement mal compris quelque chose, » ajouta Shax d’un ton réconfortant. « Ce qui t’inquiète n’est pas arrivé, alors détends-toi. »

« Hein… ? Ce qui veut dire… ? »

Elle leva les yeux vers lui, incapable de comprendre, quand l’expression de Shax devient grave.

« Hier soir, après avoir bu, tu es redevenue un chat noir. »

Un silence perçant avait rempli la pièce.

Un… chat ?

Elle avait compris les mots, mais il lui avait fallu plus de dix secondes pour les digérer.

« Ummm, un chat… ? » demanda-t-elle, doutant encore de ses oreilles.

« Oui, comme à l’époque d’Alshiere Imera. »

Kuroka était une fée connue sous le nom de Cait Sith. C’était gênant qu’elle ne puisse pas le contrôler, mais elle était capable de se transformer en chat noir. Juste pour s’en assurer, elle replia son pouce et serra légèrement sa main comme une patte de chat à côté de son visage.

« Umm, par chat… tu veux dire comme ça ? »

« … O-Ouais ! C’est ça ! »

Pour une raison inconnue, ce geste avait fait que Shax avait serré sa poitrine, mais Kuroka n’avait pas eu le courage de demander pourquoi.

« Kurosuke, c’était la première fois que tu avais de la vigne d’argent, non ? C’est probablement pour ça que ton corps a réagi. Tu as commencé à rétrécir après t’être effondrée, alors je t’ai porté ici en toute hâte. »

Kuroka ne savait pas à quoi ça ressemblait quand elle se transformait en chat. Shax ne savait sûrement pas quoi faire quand elle avait soudainement commencé à se transformer. La raison pour laquelle elle était nue semblait soudainement évidente.

Après avoir jeté un coup d’œil dans la pièce, elle vit que ses vêtements étaient étalés sur le lit comme si elle avait rampé hors d’eux.

Elle était restée assise, complètement hébétée, tandis que Shax poursuivait. « C’est une ville de sorciers. Il est tout à fait possible que des gars aient remarqué que tu es une espèce rare. C’est pourquoi, humm, désolé, mais je suis resté ici toute la nuit. »

Même s’il était resté dans la pièce, il y avait des ombres noires sous ses yeux. On dirait qu’il était resté debout à la surveiller tout le temps. En d’autres termes, ce n’est pas arrivé. Kuroka avait envie de mourir d’embarras.

« … Hum, désolée de t’avoir dérangé, » lui déclara-t-elle.

« Ne le sois pas. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter. »

Kuroka avait couvert son visage de honte.

« Alors, qu’est-ce que tu disais ? Lilith ? C’est la fille dont le patron s’occupe, non ? »

« Oh ! C’est vrai ! Lilith est peut-être en danger ! Nous devons nous dépêcher de retourner au château de Zagan ! »

« Calme-toi. À quelle distance penses-tu que Kianoides est ? Prévenons d’abord le patron par la sorcellerie. »

Une sorte de ténèbres terrifiantes et épouvantables existaient dans ce rêve. Kuroka ne croyait pas qu’il s’agissait d’une simple vision, ce qui la laissait perplexe.

Shax lui brossa doucement la tête pour la calmer.

« Je te dis de te détendre. Crois au patron. Il n’est pas du genre à laisser ses subordonnés se faire tuer. Il va certainement la sauver. »

Ces mots avaient suffi à la rassurer.

C’est vrai. Zagan est là-bas avec elle.

C’était l’Archidémon qui avait accepté un Archange, son supposé ennemi, et qui avait pris le poids de la vengeance de Kuroka sans poser de questions. C’est lui qui l’avait sauvée.

« Il faut aussi croire en soi, » déclara Shax.

« Euh… pourquoi ? »

Elle ne savait pas ce qu’il y avait en elle à croire, dans cette situation.

Shax posa ses mains sur ses deux épaules alors qu’elle était assise là, déconcertée.

« Tu es une Cait Sith. Tu portes chance. De plus, tu es la fée la plus aimée au monde. Rien qu’en croyant en sa sécurité, tu devrais être capable de l’aider. »

Je ne suis vraiment pas de taille pour lui…

Même s’il était normalement si obtus, il servait de pilier de soutien à Kuroka dans des moments comme celui-ci. C’est pourquoi elle lui avait fait un signe de tête ferme.

« Bien. Je vais croire en la sécurité de Lilith et prier pour elle. »

« C’est l’idée, » dit Shax en détournant les yeux. « Euhhh… Je vais aller contacter le patron, donc, euh, tu devrais, tu sais… t’habiller… Je veux dire… »

Kuroka avait clairement vu Shax rougir. Elle avait les vêtements d’extérieur de Shax sur ses épaules, mais était toujours essentiellement nue. Sa réaction était tout à fait logique.

« … Hum, Monsieur Shax ? » Elle prononça son nom et attrapa sa manche pour l’empêcher de partir.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Est-ce que ton, hum, cœur palpite ? Quand, hum, je veux dire, tu me vois comme ça. »

Elle avait l’impression qu’elle ne pourrait pas s’en remettre s’il disait qu’il n’était pas intéressé. Néanmoins, elle décida d’oser demander une réponse. Le visage de Shax s’était crispé, mais il avait compris qu’elle n’avait pas l’intention de la lâcher avant qu’il ne lui réponde.

« Bien sûr que oui ! » avait-il crié.

C’était la première fois qu’elle obtenait de lui la réponse qu’elle voulait. En réponse, elle remonta le vêtement de Shax sur sa bouche et sourit.

« Alors je te pardonne pour hier soir. »

Il l’avait traitée comme une enfant et méprisée en tant que membre du sexe opposé, mais sa réponse à l’instant était suffisamment satisfaisante pour qu’elle lui pardonne tout.

***

Partie 2

« J’ai compris. Nous sommes également conscients que Lilith a disparu. Dis à Kuroka de ne pas s’inquiéter. Ce serait plus troublant si elle provoquait une sorte de malheur de son côté, » déclara Zagan en se dirigeant vers la chambre de Lilith et Selphy.

Il communiquait avec Shax en utilisant la sorcellerie. Zagan avait fait apprendre cela à Shax avant de l’envoyer avec Kuroka. Selphy se pressait devant lui, tandis qu’Alshiera et Naberius suivaient derrière lui. En mettant de côté Alshiera, Zagan ne voulait pas vraiment que Naberius traîne dans le château, mais c’était une urgence.

« Je compte sur vous, patron. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? »

« Continue l’enquête après que Kuroka se soit calmée. Attends… Non, ce n’est pas grave. Reposez-vous pour la journée. Je vous enverrai des instructions après avoir mis les choses au clair ici. »

« Compris. »

En un sens, le pouvoir de Kuroka était plus fort que celui de Néphy, mais bien plus instable. Zagan savait que rien de bon ne pouvait résulter de son comportement déraisonnable dans une situation aussi volatile. Tant qu’il ne connaissait pas la situation exacte de Lilith, tout problème supplémentaire de sa part ne ferait qu’augmenter sa charge de travail.

Shax semblait d’accord sur ce point. Il avait honnêtement fait marche arrière. Le temps qu’il mette fin à la communication, le groupe était arrivé dans la chambre de Lilith. Elle n’était pas là. Son lit n’était pas particulièrement en désordre. C’était comme si quelqu’un avait dormi là normalement il y a quelques instants et avait simplement disparu.

Zagan regarda Selphy et demanda. « Alors, quand a-t-elle disparu ? »

« Je ne sais pas. Elle était là hier soir quand je suis allée me coucher, mais pas quand je me suis réveillée. Aussi, j’ai trouvé ça sur son lit… »

Selphy avait tendu un miroir. Il était juste assez grand pour être tenu à deux mains. Zagan le reconnut. C’était l’un des trois trésors sacrés de Liucaon, le Miroir de l’au-delà. En regardant dedans, il vit Lilith courir dans l’obscurité.

« Est-ce que ça reflète l’endroit où se trouve Lilith en ce moment ? »

« C’est ce que je pense. Lilith est probablement comme dans un rêve en ce moment. »

Une succube était capable d’entrer physiquement dans un rêve. C’est pour ça qu’elles pouvaient y faire ce qu’elles voulaient. Et ça veut aussi dire qu’il fallait beaucoup de travail pour la faire sortir d’un rêve.

« Alshiera. Donne-moi un coup de main. Nous devons ramener Lilith. »

« … C’est inutile. Lilith est déjà au-delà de mon domaine. Je ne peux pas l’atteindre. »

« Au-delà de ton domaine… ? Que veux-tu dire ? »

Alshiera se rongea l’ongle du pouce et répondit avec amertume. « J’ai expliqué cela à Naberius plus tôt. Je ne peux pas quitter ce monde. »

Zagan fit une grimace.

N’était-ce pas à propos de Furcas qui quittait la frontière du monde ?

Lilith était dans un rêve. Néanmoins, Zagan avait réalisé quelque chose.

« Le monde s’est arrêté là. C’est ce que j’ai ressenti. »

« Pour moi, c’était plutôt comme si elle était la gardienne de cet endroit. »

C’était le paysage que Lilith avait vu une fois dans ses rêves. C’était probablement une vue de la limite de la barrière qui enfermait le monde. Après cette discussion, Zagan avait émis l’hypothèse que la barrière utilisait les rêves immatériels comme support.

En d’autres termes, pour franchir la barrière d’Alshiera, il faut voyager à travers un rêve ?

Lilith n’était pas une sorcière, mais elle était l’une des succubes les plus puissantes du monde. Elle avait peut-être la capacité de traverser la barrière. Cela expliquerait pourquoi Alshiera était restée proche de cette fille et avait toujours fait attention à elle, même lorsque le village de Kuroka avait été attaqué. Mais y avait-il vraiment un autre monde au-delà ? Ou peut-être…

Nous devons nous dépêcher. Ça se gâte !

Si c’était comme Zagan le soupçonnait, Lilith était dans un endroit extrêmement dangereux. Il y avait même une chance qu’il ne soit pas capable de faire quoi que ce soit par lui-même, même s’il agissait rapidement.

Mais ce n’est pas une raison suffisante pour qu’un roi abandonne son sujet…

Zagan reporta son attention sur le miroir dans la main de Selphy et il déclara. « Alors, c’est notre seul indice… ? »

Il essaya ensuite de saisir le miroir de l’au-delà, mais son bras s’enfonça dans le miroir lui-même.

« Qu-Quoi ? »

Il n’y avait absolument aucun mana à l’œuvre, mais une force terrifiante à laquelle il ne pouvait résister l’attirait.

« Mon roi aux yeux d’argent ! »

« Monsieur Zagan ! »

Alshiera attrapa le bras de Zagan, tandis que Selphy essaya de retirer le miroir. Cependant, celui-ci refusa de le lâcher et avala son bras centimètre par centimètre.

Il me semble que je ne peux pas tenir le coup…

Zagan se tourna vers Alshiera et il déclara. « C’est bon, laisse-toi aller. C’est l’occasion parfaite pour ramener Lilith. »

L’expression que fit Alshiera à ce moment-là semblait bien trop angoissée… et bien trop mémorable. Elle se mordit la lèvre et tordit son visage comme si elle allait pleurer, mais força un sourire.

« Je prie pour votre bonne fortune… »

C’était une phrase simple, mais quel genre d’émotions se cachait derrière lorsqu’elle venait de cette fille ? Le secret qu’Alshiera avait essayé de cacher pendant tout ce temps se trouvait probablement de l’autre côté de ce miroir. Et donc, Zagan répondit clairement et simplement.

« Oui. Je reviens tout de suite. »

Il glissa à travers la prise d’Alshiera, et l’instant d’après, le miroir commença à avaler le corps entier de Zagan. Assez mystérieusement, il y a une chose qui l’avait convaincu qu’il pouvait ramener Lilith.

Tant que Kuroka prie pour sa sécurité, je suis sûr que Lilith est toujours en vie.

Et avec ça, Zagan disparut dans le miroir.

 

◇◇◇

Il se demandait où il était. Il ne savait même pas qui il était. Tout ce qu’il avait était une accumulation de regrets et d’attachements persistants.

Je cherchais quelque chose depuis tout ce temps, enfin, je crois…

Il n’avait plus aucune idée de ce que c’était. Et précisément parce qu’il ne savait pas, il avait fini par mettre les pieds quelque part où il n’aurait jamais dû dans sa quête d’une réponse. En conséquence, il avait fini comme il était maintenant.

C’était un monde entièrement sombre. On pouvait entendre une voix. Une voix qui ressemblait beaucoup à l’incarnation d’un ressentiment éternel. Il ne pouvait rien voir, rien dire, et il ne pouvait pas sentir ses bras ou ses jambes. Tout ce qu’il pouvait vraiment sentir, c’était cet éternel gémissement dans sa tête, hurlant à la fois de lamentation et de haine.

Aah, c’est sûrement la fin du monde. Je vais disparaître ici. Mais quel est ce sentiment ? C’est comme si ce n’était pas ma première fois ici.

Cela s’était déjà produit auparavant. Ça pourrait être il y a des années, des décennies, ou même des siècles. Ou peut-être que c’était hier. Quoi qu’il en soit, il l’avait reconnu. C’était douloureux, agonisant même. Il ne pouvait pas respirer, il ne pouvait pas parler. Il avait beau essayer de se tortiller, il avait l’impression de s’enfoncer profondément dans l’océan. À l’époque, c’était la première fois qu’il priait de tout son cœur, souhaitant vivre.

Oh, je vois. À l’époque, j’ai été sauvé par…

Quelqu’un lui avait tendu la main comme pour exaucer son souhait. Il ne se souvenait plus de son visage, ni même de sa voix. Mais il se souvenait d’une chose : de beaux yeux, dorés comme la lune. Il avait parcouru le monde entier dans l’espoir de les retrouver, mais il n’y était jamais parvenu. Il avait même oublié qui il cherchait et s’était retrouvé tout seul.

« Je veux… la voir… juste une fois de plus… »

Il pouvait se contenter de disparaître, mais il voulait au moins revoir ce visage une dernière fois. Et alors qu’il essayait d’étirer son bras pour saisir ce fragment de souvenir, il vit une faible lumière dans l’obscurité. Ils brillaient tout comme ces yeux, avec une lueur dorée.

Il se fichait que ce ne soit qu’une illusion. Il continua à étirer sa main vers la lumière, et puis…

« Je t’ai enfin trouvé, » dit une voix.

Une petite main l’avait saisi. C’était la main d’une fille. Ses yeux étaient du même or que dans ses souvenirs. Elle avait des cheveux écarlates, des ailes de chauve-souris poussant dans le bas de son dos, et des cornes tordues sur sa tête. Sa peau blanche était marquée par de petites coupures ici et là. Elle était dans un état épouvantable, couverte de sang et de saleté.

La jeune fille lui adressa un sourire soulagé et elle déclara. « Alors, c’était vraiment toi. »

« Qui êtes-vous… ? »

Pourquoi le connaissait-elle ? Est-ce qu’il la connaissait ? Il continuait à fixer son visage, ne comprenant pas du tout la situation.

« Tu ne te souviens pas de moi ? Nous nous sommes rencontrés dans un rêve, » dit-elle.

Un rêve ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

Il essaya d’incliner la tête, mais il se rendit compte que son corps entier souffrait tellement qu’il ne pouvait plus bouger un seul muscle.

« Apparemment, tu ne t’en souviens pas, » dit la fille avec un soupir. « Peu importe. Je te sauve, alors viens avec moi. »

« Pourquoi… me sauver… ? »

Il pouvait dire par ses blessures que cet endroit était dangereux. Elle avait dû traverser une sacrée épreuve pour l’atteindre.

La jeune fille fronça les sourcils et répondit. « Pourquoi, tu demandes… ? Hmm. Je me le demande… »

Elle lui adressa alors un sourire amer et elle déclara. « Eh bien, si je devais dire, c’est parce que Son Altesse et mon amie le feraient sûrement. Je n’ai pas d’autre raison que celle-là… Hein ? »

Ses yeux s’ouvrirent soudainement de façon surprenante.

Il avait senti quelque chose de chaud descendre sur sa joue. Sans même s’en rendre compte, il s’était mis à pleurer.

J’ai l’impression d’avoir enfin trouvé ce que je cherchais.

Cette fille n’était peut-être pas la même qu’à l’époque. Quoi qu’il en soit, il l’avait sûrement cherchée pendant tout ce temps.

« Allez. Je le fais juste pour moi, donc tu n’as pas besoin de pleurer, » dit la fille en tirant sur sa main pour commencer à marcher. « De toute façon, nous parlerons plus tard. Nous devons d’abord sortir d’ici. »

« Sortir… ? Où est la sortie… ? »

Le monde qui les entourait était noir à perte de vue. Il n’y avait aucun chemin en vue. Il ne savait même pas dans quelle direction ils pouvaient marcher. Cette fille savait-elle vraiment comment sortir ?

« Je ne sais pas, » répondit-elle avec confiance, « mais le chemin ne s’ouvrira jamais à toi si tu restes assis. Si nous nous mettons à marcher, Son Altesse viendra sûrement nous sauver. »

Alors qu’ils marchaient, cinq fissures dans l’espace étaient apparues devant eux. La fille s’était retournée et lui avait adressé un sourire triomphant en guise de réponse.

« Tu vois ? »

Son visage, éclairé par la lumière qui s’échappait des fissures, était terriblement sale, mais d’une beauté infinie.

***

Partie 3

C’est quoi cet endroit ? C’est l’enfer…

Zagan découvrit un monde de ténèbres boueuses de l’autre côté du miroir. Ce monde avait quelque chose d’effrayant, car le simple fait de le regarder lui minait l’esprit. La puanteur de cadavres putrides emplissait l’air tandis que la peur assaillait sa raison.

Tout être vivant, qu’il soit ou non un sorcier, mourrait en esprit bien avant que son corps ne puisse expirer. Et pourtant, ne rien voir du tout était précisément ce qui le maintenait sain d’esprit. S’il pouvait voir ce qu’il y avait ici, il était sûr qu’il ne serait pas capable de l’endurer.

Zagan pouvait voir que sa main tremblait. Zagan, un Archidémon, ressentait une véritable peur.

Je n’ai pas ressenti cette sensation depuis que j’ai vu ce démon pour la première fois.

Le jour où Zagan avait succédé au titre d’Archidémon, il avait assisté à l’invocation d’un démon, bien qu’incomplet, lors de son affrontement avec Barbatos. C’était la toute première fois qu’il ressentait une telle crainte. Cependant, ce qu’il ressentait maintenant lui donnait l’impression d’une légère brise. Son corps était complètement gelé.

« Ne te moque pas de moi. »

Zagan éleva la voix et chassa la terreur. Il ne s’était pas jeté dans le miroir pour rester là sans rien faire. Un roi devait aller de l’avant pour sauver ses sujets. La peur n’était rien d’autre qu’un caillou sur sa route pour y parvenir.

Cependant, il avait besoin d’une sorte de chemin pour pouvoir avancer. Ainsi, sa première question lui était revenue en mémoire. Où était-ce, exactement ? Ce monde ne semblait pas exister réellement. S’il devait deviner si c’était un rêve ou la réalité, il pencherait pour la première hypothèse. Mais dans ce cas, de qui était-ce le rêve ?

En d’autres termes, une sorte de volonté existe ici.

Le fait que Zagan aille toujours bien signifie que le rêveur était toujours endormi. Il avait été laissé en vie précisément parce que c’était un rêve. Pour le dire simplement, c’était quelque chose comme les premières étapes d’un cauchemar.

Il devait rapidement trouver Lilith et sortir d’ici. Sans la vue, il devait se fier à son ouïe. Zagan tendit les oreilles et entendit quelque chose qui ressemblait à une légère brise. Ou pas. Ce n’était pas du vent. C’était une voix. Il ne pouvait pas entendre les mots eux-mêmes, mais il savait ce que c’était : une insondable rancœur.

La voix ne pouvait pas pardonner l’existence même du monde, y compris elle-même, et elle avait donc cherché à se repentir de ses péchés en détruisant le monde et elle-même. Il y avait du désespoir, de la haine et du chagrin mélangés ensemble alors que la voix maudissait continuellement.

En entendant la voix, une douleur aiguë traversa tout le corps de Zagan. Elle assaillait tous ceux qui l’entendaient, un peu comme un vent violent qui déchire la peau. La sensation de douleur disparut immédiatement, mais cela ne signifiait pas que la douleur elle-même avait disparu. Cela signifiait simplement qu’il avait perdu la capacité de ressentir la douleur. En même temps, un frisson parcourut son corps comme si toute chaleur lui était arrachée.

Zagan comprit finalement. Il savait quelle était l’identité derrière cette sensation. Si une telle chose commençait à se répandre dans la réalité, ça suffirait de détruire le monde entier. C’était ce qu’était ce monde maudit.

Je vois. Alors, voici Azazel…

Il avait ressenti une peur similaire dans les yeux d’Aristella. Elle n’avait manifesté qu’un fragment du pouvoir ici en étant une médium spirituelle. Ce cauchemar pouvait rendre folle n’importe quelle personne normale juste en le touchant. C’était la volonté d’Azazel. C’est pourquoi Alshiera se comportait si mal malgré la possession de tant de pouvoir. Il ne semblait pas que cela puisse être vaincu par un millier de tirs des Chasseurs de Séraphins. Et après avoir été confrontée à la véritable nature de ce monde effroyable, une pensée soudaine lui était venue à l’esprit.

Une voix maudite qui devient puissante… ?

N’y avait-il pas quelque chose d’assez similaire ? Zagan n’avait cependant pas le temps de s’attarder sur cette pensée.

Je ne pourrai pas supporter ça pendant trop longtemps.

Il décida d’avancer, mais plus il bougeait, plus la voix maudite lui rongeait l’esprit et le corps. Zagan commença à paniquer.

Quelle que soit la puissance d’une succube dans un rêve, peut-elle vraiment résister à cette… ?

Il devait trouver Lilith rapidement, avant qu’il ne soit trop tard. Il ne pouvait rien voir. Tout ce qu’il pouvait entendre était cette voix pleine de ressentiment. Sur quoi était-il supposé compter pour la trouver ?

Non, il doit y avoir une sorte d’indice.

Lorsque Lilith avait consulté Zagan au sujet de son rêve de fin du monde, il lui avait ordonné de vivre. Si elle survivait, il la sauverait. Zagan savait que même si elle n’était pas une sorcière et qu’elle avait un cœur faible, cette princesse avait toujours la volonté de parler franchement face à un Archidémon. Cette volonté de vivre serait sûrement complètement étrangère au sein de ce cauchemar. Il devait la trouver.

Cherche… Trouve-la ! Elle est certainement ici !

Il tendit ses yeux et ses oreilles et il se concentra même sur cette sensation qui lui arrachait la peau.

Combien de temps avait-il continué comme ça ? Cela semblait une éternité, mais Zagan avait soudainement trouvé une autre voix dans ce juron continu.

« … Le chemin ne va pas s’ouvrir si tu restes assis… »

C’était une voix idiote, comme si quelqu’un était en train de faire des commérages. C’est exactement pour cela qu’elle n’était pas du tout à sa place ici.

« Je t’ai trouvé ! La Grande Fleur quintuple du Phosphore du Ciel ! »

Zagan déclencha sa plus grande attaque sans hésitation. Les cinq lames du Phosphore du Ciel jaillirent de ses doigts et déchirèrent l’obscurité, ouvrant un chemin. Il pouvait voir des yeux dorés au loin. Ils étaient encore loin. C’était comme si ces yeux se trouvaient de l’autre côté d’un canal torrentiel. Néanmoins, Zagan fit un pas en avant.

« Roue du Ciel, l’Ombre Sévère. »

Il rassembla le mana dans la zone et le transforma en une force de propulsion. C’était sa troisième forme de pouvoir. Il s’élança sur le chemin ouvert par le Phosphore du Ciel et il réussit à trouver Lilith.

Le fait d’être une succube ne semblait pas être suffisant pour passer ici en toute sécurité. Sa tenue déjà révélatrice était déchirée, et d’innombrables coupures traversaient sa peau blanche. Honnêtement, il avait l’impression que c’était grâce à ses pouvoirs de succube qu’elle avait pu s’en sortir si facilement. Le simple fait de la regarder lui faisait mal au cœur. Il aperçut alors quelqu’un d’autre avec elle : un garçon en lambeaux.

C’est le garçon qui est apparu dans ce rêve sur le bateau ?

Elle avait apparemment fait quelque chose de déraisonnable pour pouvoir sauver ce garçon.

« Votre Altesse ! » Lilith cria de joie.

« Ne me fais pas faire autant de travail supplémentaire. »

Maintenant qu’il les avait atteints, il devait rapidement rentrer. Zagan ne fit même pas une pause pour reprendre son souffle, portant à la fois Lilith et le garçon sous ses bras. L’Ombre Sévère était toujours en vigueur. Cependant, le chemin qu’il avait ouvert commençait déjà à se refermer. En plus de cela, il avait l’impression que l’obscurité elle-même fixait Zagan.

Je suppose qu’il m’a trouvé.

C’était comme frapper quelqu’un pendant qu’il dormait. Il était évident qu’il se réveillerait, et naturellement, sa colère était dirigée vers lui. En fait, c’était plutôt comme frapper légèrement un rêveur avec une fourchette, il était donc encore à moitié endormi et n’était pas totalement conscient des trois intrus. Dans l’état actuel des choses, il était encore possible de s’échapper.

« Ça va être un peu dur. Garde ta bouche fermée, d’accord ? »

Après avoir vérifié que Lilith lui faisait rapidement un signe de tête, Zagan jeta un coup d’œil au garçon. C’est alors que son visage s’était complètement raidi. Il y avait un symbole très familier gravé sur sa main droite.

« Ce n’est pas possible… Est-ce que tu… ? Non, ça peut attendre. »

L’obscurité montrait déjà de l’animosité envers Zagan. Elle rongeait déjà son esprit pendant que le rêveur était endormi, alors il serait fichu en un instant si elle se réveillait.

« Écaille du Ciel, Ciel Oriental. »

Je ne vois pas où est la sortie. Le Phosphore du Ciel est un mauvais choix, car il disparaît après avoir été tiré. C’était son bouclier invincible, le premier sort qu’il avait développé pour pouvoir affronter les Épées Sacrées et les démons. Zagan fit claquer son bouclier contre les ténèbres devant lui. Il ressentit une sensation sourde, comme s’il enfonçait son bras dans un marais. Une fissure se forma sur le ciel oriental. Au même moment, une fissure se forma dans les ténèbres boueuses et s’ouvrit dans un craquement sonore.

Ça va marcher.

L’Écaille du Ciel absorbait le mana autour d’elle pour se renforcer continuellement. Cet espace était comme une réserve infinie de mana. La fissure dans le ciel oriental s’était réparée en un instant. Zagan serra les poings une fois de plus et s’élança vers le ciel occidental, étendant le chemin plus loin.

Donc, ma limite est vraiment de trois en même temps.

L’Ombre Sévère, l’Écaille du Ciel et Ciel Occidental étaient tous en vigueur. L’Écaille du Ciel dévorait continuellement les ténèbres, mais Zagan ne pouvait pas contrôler plus de trois de ces sorts. S’il avait un moyen d’attaque supplémentaire, il pourrait ouvrir complètement le chemin.

Heureusement, l’Ombre Sévère était plus rapide que les ténèbres qui se rapprochaient. Il n’était pas clair où il devait se diriger, ni même s’il y avait une sortie pour commencer, mais Zagan continuait à avancer, brisant les ténèbres devant lui. Alors qu’il continuait à frapper avec ses poings en lambeaux pour se frayer un chemin, il vit une lumière au loin.

« Votre Altesse ! Par ici ! »

« Je le vois ! »

C’était le miroir de la lumière de l’au-delà. Zagan le savait d’instinct après l’avoir utilisé pour venir ici. Au moment où il s’élança vers lui, il jeta un coup d’œil derrière lui. Une fente blanche s’ouvrait dans le monde des ténèbres. Au-delà, il pouvait voir une sphère bleue qui tournait sur place. Au moment où il reconnut qu’il s’agissait d’un globe oculaire, une autre fissure identique s’ouvrit.

 

◇◇◇

« Haaah, haaah, haaah... »

Après avoir traversé la lumière, Zagan tomba à genoux et chercha à respirer.

Qu’est-ce que c’était que ça ?

Le rêveur, Azazel, s’était peut-être réveillé, mais qu’est-ce que c’était exactement que de voir un rêve aussi épouvantable ? Ce n’était clairement pas censé être vu par quelqu’un de normal. C’était probablement quelque chose qui ne devait jamais être compris. Après être arrivé à cette conclusion, il comprit finalement pourquoi Alshiera ne voulait jamais en parler.

Dans un rêve… quelque chose qui ne doit pas être compris. Ah, bon sang, c’est donc ça.

Il n’y avait aucun moyen pour elle d’en parler. Si elle le faisait, et que quelqu’un le découvrait complètement, il n’en faudrait pas plus pour détruire le monde. Même si les treize Archidémons coopéraient, il ne semblait pas qu’ils puissent faire quoi que ce soit.

Zagan laissa Lilith et le garçon sur le sol.

« Désolée, c’est à peu près tout ce que j’ai, » dit Lilith en arrachant un morceau de sa manche en lambeaux d’un air inquiet. Elle essuya le front de Zagan. C’est alors qu’il réalisa pour la première fois que la sueur coulait sur son front telle une cascade.

Ce n’est pas une expression que je devrais montrer à mes subordonnés.

Zagan accepta le morceau de tissu de Lilith et se leva.

« Ne t’inquiète pas. La sorcellerie que j’ai utilisée ne consommait que faiblement mon énergie. »

L’Écaille du Ciel était aussi efficace que la sorcellerie pouvait l’être. Il était superficiellement vain, mais Lilith avait laissé échapper un soupir de soulagement. Cela valait la peine de jouer ce rôle s’il parvenait à la détendre. Il jeta ensuite un coup d’œil autour de lui.

« Il semblerait que nous ne soyons pas de retour au château… »

Ils se trouvaient maintenant dans une sorte de temple, entouré d’innombrables piliers. Les piliers étaient simplement faits avec des rainures verticales sculptées. Il y avait une ouverture tous les quelques mètres où était enchâssée la statue d’un humain ailé. Ils ressemblaient un peu à des aviaires, mais ils étaient étrangement divins.

Non, ce n’est pas un aviaire.

C’était une autre race, mais on ne lui avait pas appris laquelle exactement. Zagan se pinça soudainement les sourcils.

***

Partie 4

Enseigné ? Par qui ? Est-ce que je connais cette statue… cet endroit ?

Même en fouillant dans ses souvenirs, il n’avait rien trouvé qui correspondait. Zagan n’avait aucun moyen de savoir si c’était un délire, du déjà vu, ou un souvenir qu’il possédait.

Il jeta un autre coup d’œil aux piliers. Ils semblaient assez vieux. Il ne put pas en distinguer les détails, car ils semblaient altérés. Il y avait des signes de lettres gravées dessus, mais ils étaient difficiles à interpréter. Chaque pilier s’étendait loin dans les cieux.

Il n’y avait pas de plafond. Il n’y avait même pas de ciel. Seul un espace effroyable et iridescent qui n’était pas tout à fait l’obscurité de la nuit s’étendait au-dessus de lui. Cela ne semblait pas être la réalité. Ce qui signifie qu’il était toujours dans un rêve.

« Je connais cet endroit…, » dit soudainement Lilith dans un souffle.

« Où sommes-nous ? »

« Je vous ai parlé du rêve bizarre que j’ai fait avant, non ? Cela ressemble à la même chose… »

« … Je vois. »

Zagan leva les yeux. Cet espace épouvantable lui fit penser au monde dans lequel il venait de se trouver.

Si c’est la limite de ce monde, alors la réaction d’Alshiera est logique.

Quand Lilith s’était égarée pour la première fois dans cet endroit, Alshiera avait pâli en la ramenant. Elle n’avait jamais expliqué pourquoi. Maintenant que Zagan savait ce qu’il y avait au-delà, c’était parfaitement compréhensible.

« Donc, c’est quelque chose comme la moitié du chemin entre cette obscurité et notre monde. »

Ce qui signifiait que c’était la barrière d’Alshiera. La structure étrange de ce temple avait un sens si ces piliers soutenaient cet espace au-delà de la distance.

« Peux-tu nous ramener d’ici ? » demanda Zagan à Lilith.

« Euh… Désolée, ce n’est pas bon. » Lilith secoua la tête en s’excusant. « Je suis presque sûre que c’est l’intérieur d’un rêve, mais ce n’est pas mon rêve… La dernière fois, c’est ma Dame qui m’a ramenée, je n’ai pas réussi à rentrer toute seule. »

« Hmm. Eh bien, cela a du sens. »

Ça avait probablement blessé sa fierté en tant que succube. Elle avait l’air abattue quand Zagan posa sa main sur sa tête.

« Ne t’inquiète pas pour ça. C’est probablement la barrière d’Alshiera. En voyant comment cette vampire est impliquée, il n’est pas si simple de la franchir. »

Au moins, c’était un endroit important qui soutenait l’espace au-dessus. Cela n’avait aucun sens si quelqu’un pouvait aller et venir librement.

Est-ce que la raison pour laquelle j’ai pu aller directement là où était Lilith est parce qu’elle est le maître du miroir de l’au-delà ?

Bien qu’il ait ouvert la voie à son utilisateur, il n’avait pas pu le ramener. Cependant, il méritait d’être loué, car il pouvait traverser la barrière du monde pour le bien de son propriétaire.

Maintenant que Zagan avait confirmé la situation, il baissa les yeux vers le garçon allongé sur le sol. « Maintenant, il est temps que tu commences à parler. »

Il était resté dans les ténèbres bien plus longtemps que Zagan ou Lilith. Il était couvert de blessures et respirait difficilement, mais il était encore en vie. Il était au moins assez conscient pour lever les yeux vers Zagan.

« Tu es Furcas, non ? »

Le garçon portait le sceau de l’Archidémon sur le dos de sa main droite. Il ne portait pas de robe ou d’amulette comme le ferait un sorcier, et ne ressemblait à rien de plus que le jeune garçon sur le bateau dans ce rêve, mais Zagan n’aurait pas confondu un sceau de l’Archidémon avec autre chose. Il ressemblait beaucoup à celui sur la main de Zagan. Les détails intérieurs étaient quelque peu différents. Orias serait probablement capable de lui dire quelle partie du corps il indiquait.

Eh bien, cela avait un certain sens. Lilith avait mentionné un corps étranger dans le rêve de Zagan et Néphy avec un pouvoir anormalement fort. S’il était dans le monde des rêves avec son vrai corps, comme Zagan et Lilith l’étaient maintenant, alors il était vraiment un corps étranger gênant.

Si l’on ajoute à cela les informations que Naberius avait apportées sur la disparition de l’Archidémon Furcas après avoir tenté de franchir l’enceinte du monde, il était fort probable qu’il s’agisse de Furcas. Ce qui signifie que Zagan s’était impliqué avant même que Naberius ne fasse sa demande. Il regarda le garçon d’un air agacé.

« Fur… cas… ? » répondit le garçon avec un regard implorant. « Est-ce que c’est… mon nom ? Est-ce que vous… me connaissez ? »

« Hein ? »

Zagan et Lilith semblaient tous deux stupéfaits. Le garçon s’attrapa la tête.

« Je ne… sais pas. Pourquoi… suis-je ici ? Qui… suis-je ? »

Zagan échangea un regard avec Lilith.

Je vois. D’après ce que Naberius a dit, un certain temps s’est écoulé depuis que ce type a essayé de franchir la barrière.

Cela faisait plusieurs jours, peut-être même une semaine. En tout cas, le temps qu’il y avait passé ne pouvait pas être mesuré en heures. Passer plusieurs jours dans ce cauchemar était suffisant pour détruire l’esprit d’un Archidémon.

Zagan avait enfin compris pourquoi personne n’était capable de quitter ce monde. Pour en sortir, il fallait passer par le rêve d’Azazel. Les succubes étaient à peu près les seuls à pouvoir amener leurs formes physiques dans les rêves. C’est pourquoi personne n’avait réussi à franchir la barrière et que ceux qui l’avaient fait n’étaient jamais revenus. Même l’Archidémon Furcas avait après tout été réduit à cet état.

Apparemment, il ne se souvient même pas de la sorcellerie.

Il ne semblait pas être d’une grande utilité pour s’échapper de cet endroit. Furcas portait le surnom, de Chat de la Vallée. Il était censé être un spécialiste du saut à travers les failles de l’espace, surpassant même Barbatos.

« Te souviens-tu de quelque chose ? » demanda Zagan.

« … Rien. Ou peut-être… J’ai l’impression de l’avoir déjà rencontrée quelque part, » dit le garçon en jetant un regard à Lilith.

« Je pense qu’il fait référence à Ma Dame, » chuchota Lilith à l’oreille de Zagan.

« C’est vrai ? Et le rêve que nous venons de faire ? »

« Oh… c’est vrai. Je l’ai rencontré là-bas aussi, hein ? »

Cela dit, il est vrai que ce garçon avait été avec Alshiera dans ce rêve sur le bateau.

S’il se souvient d’Alshiera dans cet état, cela signifie-t-il qu’elle lui a fait quelque chose ?

Ce rêve sur le bateau était censé être un cauchemar, alors même s’il était un Archidémon, Zagan compatissait un peu avec le garçon. Cependant, il avait quand même attrapé le garçon par la nuque et l’avait soulevé dans les airs.

« Quoi !? »

« Que faites-vous, Votre Altesse !? »

Le garçon et Lilith avaient crié tandis que Zagan laissa échapper un soupir.

« Nous ne pouvons pas rester ici pour toujours. Cherchons tous les indices pour trouver une sortie. »

« Vous avez raison, mais pourquoi vous le soulevez comme ça ? »

« Hm… ? Évidemment, pour qu’on puisse se déplacer. »

Zagan voulait se débarrasser des Archidémons, mais après l’avoir vu comme ça, son désir de tuer le garçon s’était estompé. De plus, Lilith avait risqué sa vie pour le sauver, alors l’abandonner ici lui laisserait un mauvais arrière-goût. La bouche du garçon était grande ouverte sous le choc, mais il avait fini par esquisser un sourire.

« J’ai l’impression de comprendre ce que vous avez dit plus tôt, juste un peu. C’est un bon roi. »

« De quoi s’agit-il ? » demanda Zagan avec une grimace, mais Lilith devint rouge vif sans lui répondre. Il jeta alors un coup d’œil aux piliers qui l’entouraient.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demande Lilith.

« … Ce n’est vraiment pas la première fois que je vois cet endroit. »

Les yeux de Lilith s’étaient agrandis. « Qu’est-ce que vous voulez dire ? »

« Je ne sais pas. J’ai juste l’impression d’avoir déjà vu ce palais. Je me souviens de quelque chose comme si quelqu’un me tenait par la main. Peut-être quand j’étais très jeune. »

Qui était celui qui l’avait pris par la main ? Il ne se souvenait ni de son visage ni de ses vêtements, mais cette personne était sans aucun doute un adulte. Il se rappelle vaguement avoir dû lever les yeux vers lui. Il y avait une autre personne avec eux à ce moment-là. Quelqu’un qui avait à peu près le même âge que lui, une petite fille aux cheveux roux et aux cornes. Son visage se chevauchait avec celui de la fille juste devant ses yeux.

Quoi ? Est-ce que ça veut dire que Lilith était aussi là ?

En d’autres termes, cela signifie-t-il que Zagan avait rencontré Lilith dans le passé ? C’était certainement possible, considérant qui était son père. Il venait de parler de cette possibilité avec Néphy alors qu’il était dans ce rêve.

« Les piliers à l’époque n’étaient pas aussi grands, » dit Zagan en levant les yeux.

Ils lui avaient paru énormes à l’époque, mais ils n’avaient pas été si grands que l’on ne voyait pas leurs extrémités. Zagan s’était soudainement mis à marcher.

« Attendez, Votre Altesse. Où allez-vous ? »

« Je ne sais pas si c’est le même endroit que celui que je connais, mais j’ai l’impression qu’il y avait quelque chose par là. »

Il ne savait pas s’il allait voir quelque chose ou s’il allait marcher dans cette direction sans rien trouver. Quoi qu’il en soit, Zagan s’était contenté d’avancer.

 

« Hm ? Est-ce une statue de… Alshiera ? »

Il l’avait trouvée après avoir avancé dans le temple. Il y avait des statues un peu partout, mais seule celle-ci était placée au centre du chemin. Elle était un peu plus haute, comme un autel, et le pilier dont elle faisait partie était beaucoup plus détaillé. C’était probablement le centre même du temple.

En tout cas, je ne me souviens pas avoir vu quelque chose comme ça avant.

Son impression de déjà vu s’était évanouie au milieu de la marche et il avait perdu toute conviction. Néanmoins, il avait trouvé ce pilier en se fiant à sa mémoire pour marcher dans cette direction. C’était un étrange pilier avec la statue d’une fille à sa base.

La coiffure de cette statue était différente et ses yeux étaient fermés, mais Zagan ne pourrait jamais oublier ce visage impudent. Cela dit, cette statue représentait la fille endormie, donc il ne pouvait pas vraiment sentir sa malice habituelle. Elle semblait être faite de quelque chose qui ressemblait à la fois à de la pierre et du métal. Elle avait la couleur du plomb et l’éclat d’une pierre bien polie.

Comme une figure de proue, le bas du corps de la statue était enfoui dans le pilier, de sorte que la statue ne représentait la fille qu’à partir de la taille. Son corps sous cette robe duveteuse était-il vraiment si délicat ? Il savait qu’elle avait des seins modestes, mais son cou et ses bras étaient si minces qu’ils semblaient vouloir se briser au premier contact. Il pouvait même voir ses côtes.

Ses deux bras étaient retenus par des chaînes autour de ses poignets, ce qui mettait encore plus en valeur son corps mince et nu. Ses longs cheveux couvraient ses mamelons et son aine, mais exposaient ce qu’elle avait normalement caché sur sa tête : deux cornes cassées.

Avec ses misérables cicatrices ainsi mises à nu, elle ressemblait plus à un sacrifice qu’à une idole divine. Ses cheveux soyeux avaient été scrupuleusement reproduits jusqu’à la dernière mèche, ce qui la faisait presque paraître vivante.

« Cela signifie-t-il que c’est le temple de Ma Dame ? »

« Je m’interroge à ce sujet. Est-ce la première fois que tu le vois ? »

« O-Ouais… Les deux dernières fois, Ma Dame m’a arrêtée. »

Zagan avait sombré dans la réflexion.

« Les deux dernières fois… hein ? Alshiera était-elle la seule avec toi ces fois-là ? »

« Hein ? Eh bien, oui… »

« Est-il possible qu’il y ait eu quelqu’un d’autre ? »

« Hmmm, à en juger par son état à l’époque, je ne pense pas que quelqu’un d’autre s’en serait tiré à bon compte… »

***

Partie 5

Si cela avait été exposé à quelqu’un, Alshiera l’aurait probablement tué, malgré son serment. Donc, même s’il y avait quelqu’un ici à l’époque, Zagan ne pensait pas qu’il était encore en vie. Il semblait que la possibilité que Zagan ait été ici au même moment était plutôt faible.

Il est possible que, parce qu’elle était dans un rêve, Lilith ait pris cette expérience pour son propre souvenir. Cependant, elle s’était connectée au rêve de quelqu’un d’autre en jouant un autre rôle dans ce rêve sur le bateau.

« Hé, tu la reconnais ? » demanda Zagan au garçon en le poussant devant la statue.

« Non, je ne pense pas, » dit le garçon en secouant raidement la tête, toujours saisi par la nuque par Zagan. « C’est comme si… Je la reconnais juste un peu, peut-être. Je suis désolé. Je ne peux pas dire. »

Il semblait que son souvenir réel d’Alshiera n’existait pas. À ce rythme, il était difficile de croire que rencontrer la personne réelle fasse une quelconque différence.

« Mais… J’ai un peu pitié d’elle, puisqu’elle est brisée comme ça, » ajouta le garçon.

« Brisée ? »

« Regardez, par là. »

Zagan ne l’avait pas remarqué, car elle était couverte par ses cheveux. Il y avait une fissure sur l’abdomen de la statue. C’était le même endroit où Alshiera avait été blessée. Face à cette soudaine prise de conscience, Zagan lâcha le garçon.

« Hwah ! »

Le garçon hurla de douleur, mais Zagan ne lui prêta pas attention et essaya de toucher le cou de la statue.

Qu’est-ce qui se passe ici… ?

« Est-elle vivante… ? »

C’était froid et dur. Rien qu’au toucher, ce n’était rien de plus qu’une statue. Cependant, il pouvait sentir un pouls contre ses doigts. Elle respirait. C’était la statue d’un membre du Clan de la Nuit, mais pour une raison inconnue, elle avait un pouls et respirait comme un être humain vivant.

« Votre Altesse ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? C’est une statue, » demanda Lilith, déconcertée.

« … Exactement ce que j’ai dit. Ça ressemble à de la pierre, mais ça a un cœur qui bat et ça respire. »

« Hein… ? Mais… Ma Dame est une vampire, non ? Les vampires ne respirent pas, n’est-ce pas ? »

Le corps d’un vampire n’était pas vraiment vivant. Il n’avait pas de pouls et n’avait pas besoin de respirer. Ils étaient froids au toucher et n’avaient pas de sang qui circulait en eux. De plus, leur corps était comme une brume de chaleur, c’est pourquoi ils pouvaient se transformer en brume ou se briser en chauve-souris. Ils disparaissaient lorsque leurs pouvoirs étaient perdus, mais renaissaient avec le temps comme si rien ne s’était passé.

Zagan regarda la statue avec de la pitié dans les yeux.

« Il existe plusieurs façons pour un humain de se transformer en vampire. La plus connue consiste à se faire sucer le sang par un vampire, mais cela n’est pas possible s’il n’existe pas de vampires. »

En d’autres termes, certains s’étaient transformés en vampires sans avoir besoin d’un autre vampire pour exister. Ceux qui le faisaient étaient appelés vampires purs.

« Pour autant que je le sache, il y a trois façons de se transformer en vampire. La première est d’utiliser la sorcellerie pour transcender le corps humain. La seconde est de boire le sang d’une bête sacrée et d’être maudit. »

Zagan s’était arrêté là.

« Et la troisième… ? » demanda timidement Lilith.

« Le sacrifice humain. Être offert en sacrifice, mais ne pas mourir. »

Lilith et le garçon avaient dégluti.

« Alors… Ma Dame a été sacrifiée ici… ? »

« … Probablement. »

En bref, c’était le vrai corps d’Alshiera.

« Y a-t-il un moyen de la sauver ? » demanda tristement le garçon.

« Qui sait ? Elle est vraiment attachée ici, mais faire quelque chose d’imprudent pourrait la tuer. »

« Que voulez-vous dire ? »

Zagan avait presque envie de soupirer devant l’ignorance du garçon. Il était censé être un Archidémon.

« Je ne sais pas quel rôle elle joue ici. Je suis presque sûr qu’elle est la pierre angulaire du temple qui lui permet de fonctionner. Il est également possible que le temple lui-même soit lié à sa vie. Même si nous la sortons d’ici saine et sauve, il y a un risque que les années accumulées s’écoulent en un seul instant. »

Alshiera avait passé un millier d’années en tant que vampire. Si une si longue période s’écoulait d’un seul coup, aucun humain ne laisserait derrière lui plus que des cendres. C’était à peine possible avec un être paranormal comme un dragon.

Le garçon baissa les épaules. « Je vois… Alors, on ne peut rien faire pour elle… ? »

Zagan ne savait pas quelle part de ce rêve sur le bateau était fidèle au passé de ce garçon, mais Alshiera avait été sa sauveuse. Même sans ses souvenirs, une émotion persistante demeurait en lui.

« Hé, donne-moi ta main, » dit Zagan avec un soupir irrité.

« Hein ? Bien sûr. »

Zagan avait attrapé sa main et l’avait poussée contre la blessure de la statue.

« W-Wawawawawa ! »

« Votre Altesse !? Que faites-vous !? »

Lilith et le garçon étaient devenus rouge vif. Zagan ne savait pas ce qui les avait mis dans un tel état d’agitation. Ce garçon était celui qui avait dit qu’il voulait faire quelque chose pour elle.

« N’est-ce pas évident ? » répondit Zagan avec exaspération. « Ce type ne peut même pas se rappeler comment utiliser la sorcellerie. Donc, c’est le seul moyen. »

Zagan tira avec force le mana de l’Emblème de l’Archidémon du garçon et le versa dans la statue d’Alshiera.

« Garde ta main là. Ça va s’abîmer si tu la lâches, » dit Zagan au garçon, puis il se concentra sur la réparation des dégâts.

C’est quoi ce matériau ?

Il était simple de réparer un corps humain, mais il ne pouvait pas analyser ce qui composait cette statue maintenant qu’elle était un pilier humain du temple. Quoi qu’il en soit, la fissure dans la statue s’était scellée d’elle-même en une dizaine de secondes. Au moment où la lumière du mana s’estompa, la statue avait été splendidement réparée.

« Hmph. C’est à peu près ça… Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Le garçon s’était effondré sur le sol, les joues rouges.

« Qu’est-ce qui ne va pas… ? C’est une fille, vous savez… ? La toucher comme ça, c’est un peu… »

Son corps était fait de quelque chose qui n’était ni de la pierre ni du métal, mais le garçon savait qu’elle était vivante maintenant. Pour cette raison, il était apparemment timide à l’idée de la toucher. C’était vraiment un triste état pour un Archidémon.

« Comme si ça m’intéressait. Il n’y a que deux sortes de femmes dans le monde : mon épouse, et toutes les autres. »

Pourquoi devait-il se soucier des corps nus de toutes les autres racailles ? Si c’était le corps nu de Néphy, il serait bien plus secoué que ce garçon, mais Zagan le regardait toujours avec arrogance.

« Euh… Qu’en est-il de Lady Foll ? » fit remarquer Lilith.

Zagan croisa les bras. « … Il y a trois sortes de femmes dans le monde. »

Après qu’il se soit corrigé, elle lui jeta un regard mitigé avant de retourner son regard sur la statue d’Alshiera.

« Qu’est-ce que vous avez fait ? »

« Tout ce que j’ai fait, c’est remplir l’entaille avec du mana. Eh bien, il était assez difficile de donner une substance physique au mana, alors j’ai utilisé le mana de ce type pour le faire. »

Il ne connaissait pas la vraie nature de ce matériau, alors il avait essayé de créer de la matière vivante à partir de mana et d’en remplir la fissure pour effectuer les réparations. Le travail pour y parvenir était assez précis, donc c’était un peu difficile à faire. Normalement, cela aurait nécessité des drogues comme des élixirs, d’autres outils, des catalyseurs appropriés et une installation correspondant à tout cela. C’était au-delà des capacités de Zagan tout seul, il avait donc forcé le garçon à lui servir d’assistant. Cela ne signifiait pas pour autant que la blessure d’Alshiera était guérie.

« Laisse-moi te dire que je n’ai fait que sauver les apparences. Il n’y a aucune signification au-delà de ça. »

L’épée d’Azazel a le même genre de pouvoir que le Phosphore du Ciel.

Alshiera ne possédait pas de corps réel en substance, et pourtant elle avait subi une blessure aussi grave. Zagan savait mieux que quiconque qu’une telle blessure ne pouvait être guérie. Et pourtant, le garçon sourit.

« Quand même, merci. J’ai l’impression d’avoir enfin pu rembourser une partie de ma dette envers elle. Je ne me souviens même pas de ce que c’était, donc ça peut sembler bizarre venant de moi. »

Comment ce gars est-il devenu si tordu qu’il en est devenu un Archidémon ?

Il avait l’impression qu’il serait devenu un Chevalier Angélique s’il avait vécu correctement. Zagan retourna ensuite son regard vers la statue d’Alshiera.

Eh bien, je suppose qu’elle a vraiment l’air pitoyable exposée comme ça.

Elle n’en avait pas l’air, mais cette statue était apparemment vivante. Elle n’était pas consciente de son environnement, alors regarder son corps comme ça ne lui faisait pas du bien. Zagan retira son manteau et l’enroula autour de la statue d’Alshiera.

« Bon, ça ne colle pas tout à fait, mais c’est mieux que rien. »

Et à ce moment-là, quelque chose s’était brisé et l’espace au-dessus d’eux s’était ouvert.

 

« Quoi !? » Zagan s’exclama en levant les yeux. Un œil massif regardait vers le bas depuis le ciel irisé.

« … Quel salaud tenace ! »

Il semblerait qu’Azazel les ait remarqués. Un instant plus tard, il avait identifié la vraie nature du fracas qu’il avait entendu. Plusieurs des piliers les plus proches de l’œil présentaient des fissures qui les traversaient. Il était clair que chacun d’entre eux avait un rôle important. S’ils étaient détruits, Azazel avait de grandes chances de franchir la barrière.

Est-ce parce que j’ai touché Alshiera ? Ou peut-être…

L’esprit de Zagan se concentra sur l’Emblème de sa main droite. Le Seigneur-Démon de la Boue que Bifrons avait invoquée faisait une fixation sur l’Emblème de l’Archidémon. Aristella semblait également convoiter l’Emblème. On ne savait pas encore si une partie du corps du Seigneur-Démon y était scellée, mais il ne faisait aucun doute qu’Azazel le voulait.

Cependant, cet espace était à l’intérieur de la barrière d’Alshiera. Et donc, même Azazel ne pouvait pas l’envahir par sa seule force. Il l’avait simplement regardé de haut, incapable de s’approcher davantage.

***

Partie 6

Finalement, quelque chose était tombé de l’œil d’Azazel. C’était une larme noire. Elle s’était écrasée sur le sol et avait éclaboussé les environs. Ce qui suivit fut un vent répugnant qui ressemblait à l’esprit même des morts, qui s’enroula autour d’eux. Il y avait un malaise dans l’air comme si des entrailles humaines s’agitaient.

Le garçon trembla violemment, tandis que Lilith, incapable de tenir, s’effondra au sol, les mains sur la bouche.

Ils avaient été frappés par une vague de miasme.

« Qu-Quoi ? » murmura le garçon, effrayé.

« … Reculez, » ordonna Zagan en tendant la main et en se plaçant à l’avant.

Maintenant que j’y pense, Barbatos et Orias ont réussi à invoquer ça.

Zagan avait reconnu la silhouette qui était tombée. C’était une créature sans forme. Elle était différente de tout être existant, un être grotesque dont la puissance même existait en dehors des lois du monde. C’était un démon.

Seuls quelques démons s’étaient formés à partir de la gouttelette. Tel que Zagan était maintenant, il pouvait vaincre un tel nombre, mais des larmes continuaient de couler de l’œil d’Azazel. Chaque gouttelette donnait naissance à de multiples démons, s’abattant sur le sol comme une pluie. À ce rythme, il y aurait des milliers, voire des dizaines de milliers, de démons.

« Ils essaient de détruire l’endroit ! »

Les démons n’avaient même pas fait attention à eux trois. Au lieu de cela, ils avaient commencé à attaquer les piliers. Certains tiraient des cailloux de leur corps, d’autres s’enroulaient autour des piliers pour essayer de les arracher, et d’autres encore les frappaient simplement. Des dizaines de démons avaient attaqué en même temps. Le premier pilier s’était brisé en un rien de temps et avait commencé à s’effondrer en morceaux.

C’est inutile…

Un désastre total se déroulait sous ses yeux. Il était impossible de protéger l’ensemble du temple, alors Zagan chercha à tâtons un moyen de survivre.

« V-Votre Altesse… »

Zagan s’était soudainement rendu compte en entendant cette voix qui s’éteignait. Il s’était retourné et avait vu Lilith tremblant de terreur. Le garçon qu’elle avait sauvé au péril de sa vie se tenait à côté d’elle. Et derrière eux, il y avait la statue de cette ennuyeuse, mais pitoyable vampire. S’il s’écartait, ils seraient tous perdus.

Zagan inspira profondément pour calmer ses nerfs, puis il déclara. « Il n’y a pas besoin d’être aussi pathétique. Tu te tiens derrière ton roi. Reste concentrée. »

Son obstination frisait l’humour. Il n’avait aucun moyen de vaincre autant de démons. De plus, il était tout à fait possible que le véritable corps d’Azazel finisse par descendre de cette fissure dans le ciel. Tout ce que Zagan pouvait faire, c’était gagner un peu de temps. Peu importe à quel point il se battait, la seule chose qui les attendait était une mort inéluctable.

Pourtant, un homme qui ne peut pas faire preuve de volonté devant ses subordonnés n’est pas un roi.

C’est pourquoi il avait choisi de se battre. Il y avait une chance qu’il ait pu survivre s’il s’était échappé seul, mais ce n’était pas le genre de roi que Zagan souhaitait être. Après tout, comment pourrait-il embrasser Néphy après avoir fait ça ?

« J’ai oublié de mentionner ceci, Lilith, » dit Zagan pour s’encourager. « Après notre retour, je te laisserai choisir une récompense pour le rêve que tu nous as donné. Passe le temps d’ici là à penser à ton souhait. »

C’est vrai. J’ai une montagne de choses à faire à notre retour. Alors… que dois-je faire à ce sujet ?

Il avait durci sa résolution. Il avait besoin d’un plan. Ses ennemis se comptaient déjà par centaines. Et de tout son arsenal, la Foudre d’Automne utilisant le Phosphore du Ciel était le plus efficace pour traiter plusieurs ennemis à la fois.

Non, ça n’ira pas. Ce temple sert probablement de support de vie à Alshiera.

Il était déjà attaqué par les démons. S’il libérait la Foudre d’Automne, le temple lui-même risquait d’être détruit. Cette structure était censée être un moyen de sceller Azazel dans le ciel. En tant que tel, il devait éviter d’utiliser toute sorcellerie qui pourrait l’endommager.

Alors pourquoi pas la Forme du Dragon de l’Écaille du Ciel ? Non… ça n’ira pas non plus. C’est bien pour les longues batailles, mais ce n’est qu’un seul dragon. Il n’avait aucune objection à ce qu’il puisse se battre éternellement, mais il était bien trop petit pour exterminer autant de démons tout en protégeant Lilith, le garçon et le temple.

La Grande Fleur quintuple ne pouvait être utilisée qu’une seule fois avant de se dissiper, tandis que le Feu follet n’était pas assez puissant. Il voulait donc utiliser Ciel de l’Est et Ciel de l’Ouest, mais cela consommait deux de ses ressources en même temps. Ce n’était pas mauvais pour se défendre, mais ce n’était pas adapté pour vaincre des adversaires. La situation ne ferait qu’empirer jusqu’à ce qu’il perde.

Ce qui veut dire qu’il ne me reste qu’un seul choix… Même s’il y avait plusieurs meilleures options, rien ne serait résolu tant que l’œil resterait au-dessus d’eux. Dans sa forme actuelle, Zagan ne pouvait rien y faire. Mais malgré cela, il fit un pas en avant.

« Pouvez-vous… vraiment vaincre cette chose ? » demanda Lilith, incrédule.

« Je dois gagner et retourner aux côtés de Néphy… Ah oui, c’est vrai. C’est une bataille à laquelle je ne peux renoncer, pour le bonheur de Néphy… et le mien. »

Il venait d’échouer à l’inviter à un rendez-vous, il devait donc y retourner tout de suite et le faire correctement. Zagan était soudainement rempli de motivation. Il avait hésité un instant, mais après avoir bien réfléchi, il s’était rendu compte qu’il n’avait aucune raison de vaciller devant des démons de bas étage.

Les disperser tous et revenir comme si rien ne s’était passé… C’était le genre de scène qu’il voulait montrer à Néphy. Il était hors de question qu’il laisse leur relation se terminer après s’être accroché à elle dans un rêve.

Zagan fit claquer ses doigts. D’innombrables lumières semblables à des lucioles s’étaient élevées autour du garçon et de Lilith.

« Champ de neige de l’écaille du ciel. Vous deux, ne bougez pas de là. Si vous vous éparpillez, je ne pourrai pas vous protéger. »

« O-Oui ! » Lilith répondit positivement, retourna un hochement de tête ferme et saisit la main du garçon, reculant à côté de la statue d’Alshiera. Elle comprenait parfaitement l’action appropriée à prendre dans cette situation. Maintenant que tout ce qu’il avait à protéger était regroupé, Zagan pouvait renforcer sa défense pour faire obstacle à plusieurs démons déferlant sur eux en même temps. C’était sa priorité. Ensuite, Zagan tissa de la sorcellerie dans ses propres pieds.

« Roue du Ciel, Ombre Sévère. »

Il était largement en infériorité numérique. Et donc, il devait surmonter cela en agissant plus rapidement. En d’autres termes, la vitesse était primordiale. C’était sa deuxième priorité. Et enfin, Zagan montra son poing pour commencer la troisième.

« Phosphore du ciel, Éclair Pourpre. »

Une masse recouvrait sa main. Elle n’était pas aussi grande que le Ciel de l’Est et de l’Ouest, puisqu’elle ne couvrait son bras qu’à partir du coude. Cependant, contrairement à son bouclier invincible, elle était faite de Phosphore du Ciel, qui réduisait en cendres tout ce qu’il touchait. Avec cette forme de poing absurde, il ne pouvait être utilisé que pour attaquer, il aurait donc été bien plus efficace de le façonner en lame ou en simples flammes, mais Zagan s’en fichait.

Cette forme est nécessaire. Elle aide à rendre mes arts martiaux possibles.

C’était une forme de Phosphore du ciel que Zagan avait développée pour l’utiliser en conjonction avec les arts martiaux qu’il avait toujours évité d’utiliser. Mais alors, pourquoi s’appelait-il Éclair Pourpre ?

Zagan fit un pas en avant en utilisant l’Ombre Sévère. Ce mouvement accéléra son corps à l’extrême et couvrit dix foulées en un instant. Le Phosphore du Ciel laissa une traînée pâle derrière lui, dans un filet violet vif. Peu après, il fit un deuxième, puis un troisième pas, pour finalement se rapprocher du démon le plus proche. Celui-ci avait une apparence répugnante, semblable à une substance goudronneuse qui imitait la forme d’un humain. Il y avait plusieurs globes oculaires répartis irrégulièrement sur sa tête, tous tournés dans la direction de Zagan, mais ils ne l’avaient pas vraiment aperçu.

Zagan tordit son épaule et avança son poing. Ce coup de poing fonctionnait en conjonction avec l’extrême vitesse de l’Ombre Sévère. Il n’était pas tout à fait au niveau de la Stase d’Andrealphus, mais il s’en rapprochait en termes de vitesse pure.

Le démon semblable à du goudron n’avait même pas réagi. Le poing de Zagan avait touché ce qui ressemblait à son abdomen. Un léger pop résonna dans l’air tandis que son corps explosait comme un ballon. Les restes éparpillés du démon s’étaient transformés en cendres en un instant. Et surtout, le Phosphore du Ciel resta enroulé autour de son poing.

Je peux passer à travers !

Zagan fit son prochain pas. Les démons avançaient maintenant comme un essaim, mais il était déjà juste devant son prochain ennemi. Cette fois, il envoya un uppercut, faisant disparaître le démon avant même qu’il ne réalise ce qui s’était passé.

Il frappa le suivant… et puis le suivant. Chaque fois que Zagan faisait un pas avec l’Ombre Sévère, il laissait derrière lui une traînée violette qui dessinait des angles aigus comme un éclair dans le ciel. Zagan lui-même était comme un éclair qui piétinait les démons.

C’était l’origine de cette nouvelle forme de Phosphore du Ciel. C’était une sorcellerie que Zagan avait développée pour l’utiliser en conjonction avec l’Ombre Sévère. Ce n’est que lorsque les deux étaient combinés qu’il devenait l’Éclair Pourpre. Cependant, pour se déplacer à une vitesse dépassant le temps de réaction d’un démon, il avait besoin d’une énorme vitesse et d’une perception précise pour se contrôler correctement. L’entraînement continu du mois dernier, dans lequel il avait entraîné Kimaris, avait été fait dans ce but.

Au moment où il avait vaincu son dixième démon, une douleur sourde avait parcouru son poing. Il donnait des coups de poing au-delà de la vitesse du son. Toute personne normale aurait perdu son bras au premier coup, alors même un Archidémon ne pouvait pas rester indemne.

Heureusement, Zagan était spécialisé dans le renforcement de son corps. Et cette compétence particulière lui avait permis de devenir l’un des rares Archidémons au monde. Son poing brisé s’était régénéré en un instant et avait écrasé son prochain ennemi. De plus, il utilisait ses arts pour manipuler son corps au maximum de ses capacités. Ses frappes divines étaient déchaînées de la manière la plus efficace possible afin de réduire au minimum la charge sur son corps.

En bref, l’Éclair Pourpre était une sorcellerie qui permettait à Zagan de déchaîner un poing de Phosphore du Ciel tant qu’il avait du mana. Mais ce n’était pas suffisant. Les démons n’allaient manifestement pas le laisser les frapper tous sans opposer de résistance.

Les dix premiers démons avaient essayé de riposter, mais ils avaient tous manqué leur coup. Cependant, avec dix de leurs frères tués, les démons savaient maintenant qu’ils ne pourraient pas égaler l’Ombre Sévère en termes de vitesse. Un démon fragile au corps semblable à du papier — le même type que celui qu’Orias avait invoqué — lança une grêle de cailloux sans aucun mouvement préparatoire.

« Tch… »

Zagan s’était échappé hors de la portée des projectiles. Il pouvait les bloquer facilement en utilisant l’Échelle du Ciel, mais il l’avait déjà déployée pour protéger Lilith et le garçon. Les seuls moyens qu’il avait pour se protéger étaient la vitesse de l’Ombre Sévère et les mouvements défensifs de ses arts martiaux.

***

Partie 7

En voyant Zagan prendre des mesures d’évitement, les démons avaient réalisé que c’était un moyen d’attaque valable. À la suite du barrage de tirs du démon en forme de papier, les autres lâchèrent également d’innombrables projectiles en forme de cailloux.

Ces choses peuvent même se battre à l’unisson !?

Ils avaient tiré à l’aveuglette. Seules quelques attaques avaient failli toucher Zagan, mais chacune d’entre elles était suffisamment puissante pour lui arracher facilement un ou deux membres. Il frappait avec son poing tout ce qu’il ne pouvait pas esquiver. Puis, il se glissait dans les interstices de la pluie de projectiles et écrasait un démon après l’autre.

Il ne pouvait pas relâcher sa concentration un seul instant. Il ne pouvait même pas cligner des yeux. Une seule erreur pourrait lui coûter la vie. C’était comme faire des acrobaties au-dessus d’une fosse de lances.

Mais il y avait un problème encore plus important.

Les démons se multiplient un peu plus vite qu’ils ne meurent.

Dans le temps qu’il avait fallu à Zagan pour anéantir dix démons, dix autres démons s’étaient formés. Il avait l’air de se battre, mais à ce rythme, il allait être submergé. De plus, une dizaine de piliers s’étaient effondrés depuis que Zagan avait commencé son offensive… et il ne savait pas comment cela affectait Alshiera en réalité. Néanmoins, Zagan ne s’était pas laissé aller au désespoir.

Il y a encore de l’espoir.

Il y avait une autre personne qui pouvait entrer pour les aider. De plus, si Kuroka priait pour leur bonne fortune, quelque chose d’inattendu pouvait arriver. C’est pourquoi tout ce que Zagan pouvait faire était de protéger tout le monde jusqu’à ce que ce moment arrive.

 

« Lady Alshiera ! »

Peu de temps après la disparition de Zagan dans le Miroir de l’au-delà, Néphy et Foll étaient entrées dans la chambre de Lilith et Selphy.

On avait dit à Néphy de se reposer pour la journée, mais il est difficile de se débarrasser de ses habitudes bien ancrées. De plus, après avoir été si audacieuse dans son rêve, elle ne pouvait pas rester assise. C’est pourquoi, ce matin-là, elle s’était réveillée comme si de rien n’était et avait simplement tenté d’offrir son aide pour son travail habituel. Mais alors que les préparatifs du petit-déjeuner commençaient, Lilith et Selphy n’étaient pas venues. Elle était donc partie avec Foll pour aller les voir, où elles avaient trouvé Alshiera et les autres en train de ruminer quelque chose.

Actuellement, il y avait cinq personnes dans la pièce : Foll, Néphy, Selphy, Alshiera, et un sorcier inconnu. C’était plutôt étroit.

Selon Alshiera, Zagan et Lilith étaient au bord du monde… à la frontière entre l’intérieur et l’extérieur. Et cette frontière était dans un rêve. Grâce à Zagan, ils avaient réussi à revenir à un point de retour potentiel, mais Alshiera s’était soudainement effondrée.

Sa peau déjà blanche était devenue complètement pâle et elle tremblait violemment. La première à s’avancer et à la prendre dans ses bras fut Foll.

« Alshiera. Ne te force pas. »

« Je vais… bien… »

« Que s’est-il passé ? » demanda Foll.

« Mon corps… a été retrouvé… par Azazel. »

« Attendez, n’est-ce pas vraiment mauvais ? » demanda le sorcier masqué, choqué.

« … Eh bien, ce n’est certainement… pas bon. »

Alshiera avait levé sa main, qui était devenue transparente à partir du bout de ses doigts. Elle était aussi la seule capable de ramener Zagan et Lilith.

Néphy avait pâli en voyant la scène et Alshiera lui avait adressé un sourire.

« Il n’y a pas besoin de vous inquiéter. Je vais vous montrer que je peux au moins ramener ici le Roi aux yeux d’argent et Lilith. »

« Ce n’est pas possible, » dit Néphy sans hésiter.

« Hein… ? » Alshiera murmura, en la fixant d’un regard vide.

« Maître Zagan et Lilith sont dans un rêve, n’est-ce pas ? Et votre corps est là-bas, exposé au danger, attaqué par un ennemi inconnu. »

Alshiera hocha la tête.

« Alors, ce serait un problème si vous faisiez quelque chose d’aussi inutile que de les extraire. »

« Je croyais que vous aimiez le Roi aux yeux d’argent… ? »

« Je l’aime vraiment. Et je le sais parce que je l’aime. Maître Zagan considère que c’est une honte d’abandonner quelqu’un juste pour survivre. »

Il n’avait rien contre le fait de tuer quelqu’un pour atteindre ses objectifs… et il ne se souciait pas non plus que quelqu’un qu’il ne connaissait pas, meure quelque part à l’abri des regards. Cependant, il ne permettrait jamais à quelqu’un qu’il essaie de protéger de mourir. Zagan ne l’aurait jamais admis lui-même, et c’était le genre d’homme qu’il était.

En vérité, je préférerais qu’il se considère comme la priorité absolue et qu’il se précipite vers moi.

Cependant, cet homme maladroit et obstiné ne manquait pas de tendre une main secourable lorsqu’il voyait quelqu’un dans le besoin. Après tout, la fille qu’il était allé sauver n’était pas une mauviette méprisable qui appelait à l’aide. Lilith était une fille forte qui faisait tout ce qu’elle pouvait par elle-même malgré sa faiblesse.

Zagan était un roi qui tendait la main à ceux qui refusaient d’abandonner et continuaient à se battre. S’il savait que la vie d’Alshiera était en danger, il la protégerait certainement. En apparence, il montrait du dédain pour elle, mais lorsqu’il avait trouvé Alshiera sur le point de disparaître, il lui avait donné son propre sang pour prolonger sa vie.

Dans ce cas, la seule option de Néphy était d’accepter cette partie de lui et de le soutenir. Elle se mordit les lèvres, supprimant toute envie égoïste.

« Maître Zagan ne souhaite pas que vous le récupériez. Il veut plutôt de l’aide, » dit Néphy, puis elle s’interrompt et prit une profonde inspiration. « C’est pourquoi il y aurait un problème si vous alliez le ramener et que vous vous mettiez sur son chemin. »

« C’est vrai. Zagan serait certainement de cet avis, » dit Foll avec un hochement de tête chaleureux. « Je veux dire, Lilith et Alshiera sont toutes les deux de la famille. »

Foll avait ensuite serré Alshiera dans ses bras et elle lui avait chuchoté à l’oreille. « Alshiera, tu ne peux pas mourir tant que Zagan ne connaît pas la vérité. »

Sa voix était si calme que seules ses lèvres bougeaient. Personne n’aurait dû pouvoir l’entendre sans sorcellerie, mais Néphy l’avait fait.

La vérité… ?

Qu’est-ce que ça veut dire ? Que cachait Foll, exactement ?

« Et puis, tu as promis, » poursuivit Foll, comme pour faire abstraction de ses chuchotements. « Tu vas venir explorer le Palais des Archidémons avec moi. Tu n’as pas le droit de faire marche arrière maintenant. »

« … C’est dur. »

Néphy avait encore une montagne de questions, mais ce n’était pas sa priorité.

« Dame Alshiera, est-il possible pour nous d’aller aider Maître Zagan ? » demanda-t-elle.

« Non. Le miroir de l’au-delà a disparu, et seule une succube peut entrer dans le rêve d’un autre. Même si vous entrez dans le rêve avec votre seule conscience, vous ne pourrez rien faire. »

La raison pour laquelle elle pouvait utiliser le mysticisme dans le rêve sur le bateau était-elle liée au rêve de Néphy ? Quoi qu’il en soit, il semblerait que Zagan et Lilith se trouvaient dans des circonstances différentes.

« Je suis la seule à pouvoir y aller, » dit Alshiera en serrant sa poitrine.

Cependant, c’était précisément parce que le « corps » d’Alshiera était en danger qu’il était difficile pour Zagan d’agir. Il ne semblait pas qu’elle puisse se battre dans cet état.

De manière inattendue, c’était Selphy qui avait haussé la voix à ce moment-là pour dire. « Hum, je ne connais rien à la sorcellerie, mais puis-je dire quelque chose ? »

« Quoi ? » demanda Foll avec curiosité.

« S’ils sont dans un rêve, ne peut-on pas juste appeler Lilith ? »

Foll laissa échapper un soupir déçu et elle répondit. « Et comment faire alors que Zagan est entré pour la sauver ? »

Selon Alshiera, il était difficile pour Lilith de revenir en utilisant sa propre force. Et pourtant, Selphy était restée là, l’air perplexe, en hochant la tête, comme si c’était la chose la plus simple du monde.

« Hein ? Vous ne pouvez pas ? Je ne pense pas que ce soit si difficile… »

Tout le monde doutait de ses oreilles.

« … Pouvez-vous le faire ? » demanda Alshiera timidement.

« Assurément ? Je veux dire, Lilith est une vraie somnambule, alors je dois la réveiller dans ses rêves tout le temps. »

« Dans le rêve d’une succube ? Comment ? »

« En l’appelant très, très fort ? »

C’était une erreur d’attendre une explication intellectuelle de cette fille. Néphy ne comprenait pas du tout ce qu’elle disait, mais c’était apparemment parfaitement naturel pour elle. Cela lui rappela une phrase que Zagan avait utilisée autrefois.

« La différence entre les idiots et les génies est mince comme du papier. »

Selphy se trouvait sûrement dans cet écart minuscule. C’est pour cela que personne ne pouvait la comprendre et qu’elle avait l’air si insouciante tout le temps. Cela rendait également sa déclaration plutôt convaincante.

Selphy est celle qui m’a appris à chanter.

« … C’est la première fois que je vous trouve effrayante, » dit Alshiera avec étonnement.

« C’est vrai ? Hehehehe, c’est totalement embarrassant. »

Alshiera s’était remise sur pied avec l’aide de Foll.

« Alors notre plan d’action est fixé. Tu vas aussi aider, Naberius. Tu l’as apporté, n’est-ce pas ? »

Le sorcier masqué avait haussé les épaules et avait répondu. « Eh bien, puisque c’est moi qui l’ai impliqué dans tout ça, je vais considérer cela comme une dépense nécessaire. »

Sur ce, Naberius sortit de sa robe ce qui ressemblait à un long cylindre.

« C’est… ! »

C’était la première fois que Néphy le voyait, mais elle sursauta quand elle réalisa ce que c’était.

 

« Ah ! Ils sont aussi là ! » cria le garçon.

Zagan fauchait l’essaim de démons comme un éclair, mais il n’était encore qu’une seule personne. Il était, en fait, en train de retenir leur avance, mais quelques-uns d’entre eux avaient réussi à empiéter sur la position de Lilith.

« Ne bouge pas, » dit Lilith en serrant le garçon plus fort contre elle. « C’est le seul endroit sûr. »

Son roi avait dit qu’il les protégerait. Et dans son esprit, tant qu’ils ne faisaient rien d’inutile, il tiendrait sa parole.

Des tentacules en forme d’aiguilles et des boulettes s’envolaient des corps des démons, mais le champ de neige placé autour de Lilith faisait obstacle à tous les projectiles.

Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour l’aider ?

Zagan se battait avec courage, mais il ne pouvait pas protéger tout le temple. Des dizaines de piliers avaient déjà été détruits. En fait, chacun d’entre eux avait pu être endommagé d’une manière ou d’une autre.

Pourtant, il était terrifiant qu’il soit capable de protéger Lilith, le garçon et la statue d’Alshiera en même temps. Pourtant, elle avait l’impression qu’elle n’aurait pas dû avoir besoin de protection. Il était bien trop tard maintenant, mais Lilith regrettait de ne pas avoir appris la sorcellerie comme Néphy.

Le fait qu’elle soit complètement impuissante dans un rêve, dans son propre domaine, était pathétique. Lilith serra ses dents de frustration.

***

Partie 8

« — »

Une voix résonna de nulle part. C’était une chanson. Il n’y avait pas de mots, mais la mélodie était présente.

« Le chant de Selphy ? »

Elle ne pourrait jamais la confondre avec autre chose. C’était la chanson de son amie d’enfance, gentille et irréfléchie. La simple écoute de cette chanson semblait guérir son corps gelé. Et c’est aussi à ce moment-là qu’elle réalisa pour la première fois qu’elle était tellement blessée que son corps s’était figé. La chanson s’était infiltrée dans son cœur, ravivant son esprit.

Pour une raison inconnue, la voix de Selphy pouvait toujours atteindre Lilith dans ses rêves. Quand elle s’y mettait, elle était même capable de franchir la barrière d’Alshiera.

« Selphy ! » Lilith appela son amie d’enfance lorsqu’une nouvelle mélodie avait rejoint la chanson.

« [Celui qui souffle sur la mort. Celui qui souffle sur les roseaux, et transmet la sagesse à l’homme.] »

« Néphy ? » marmonna Zagan tout en continuant à écraser les démons.

Les démons qui grouillaient autour du pilier d’Alshiera avaient été soufflés comme s’ils étaient repoussés par le chant.

Incroyable…

Néphy avait fait du mysticisme céleste en utilisant le chant de Selphy comme support. Et elle n’était pas la seule à s’en servir. Son mysticisme céleste avait dégagé la zone autour du pilier, donnant naissance à une zone de sécurité temporaire. Le champ de neige avait commencé à bouger comme s’il attendait ce moment précis. Les lumières s’éloignèrent du pilier et se déployèrent autour de tous les démons que Zagan combattait.

« Quoi… ? Foll ? »

Ce n’était pas par la volonté de Zagan, puisque Lilith pouvait entendre de la perplexité dans sa voix.

« L’Écho Divin. »

L’espace autour d’eux trembla. Quelques instants plus tard, les démons amorphes cessèrent complètement de bouger et s’effritèrent comme du sable.

Zagan avait presque atteint sa limite. Son Éclair Pourpre disparut et Lilith put enfin le voir correctement. Il semblait avoir tout esquivé, mais son corps était couvert de blessures et sa respiration était irrégulière. Et alors qu’elle prenait connaissance de la vue, un léger coup résonna derrière elle.

« Ma Dame ? »

« Quel ennuyeux petit faon ! Combien de fois t’ai-je dit de ne pas venir ici ? »

Elle était pâle, et le ton taquin habituel de sa voix n’était pas présent, mais c’était bien la même Alshiera que Lilith connaissait.

La vampire tourna un regard soudain vers le garçon à côté d’elle et demanda. « … E-et tu es ? »

Elle l’avait regardé avec stupeur et il lui renvoya un regard vide.

« Hein ? Oh, je ne me connais pas moi-même. Ces gens m’ont sauvé… »

Alshiera l’avait sûrement déjà rencontré.

Qu’est-ce que je dois faire ? Il ne se souvient même pas d’elle…

Alshiera avait eu l’air surprise, mais elle avait fini par lui adresser un sourire compréhensif.

« Je vois. Tu as beaucoup de chance. Tu devrais les remercier. »

Le garçon répondit par un hochement de tête perplexe tout en déplaçant son regard entre Alshiera et la statue derrière elle.

Après une seconde, Alshiera reporta son attention sur Zagan, qui avait remarqué son arrivée et s’était tournée vers elle.

« Tu es ici, Alshiera. »

« C’est merveilleux de vous voir en bonne santé, mon Roi aux yeux d’argent. »

« Arrête les flatteries inutiles. Tu as un plan, n’est-ce pas ? »

Alshiera lui adressa un sourire troublé et répondit. « Je peux vous ramener tous les deux… et un autre tout de suite, mais on m’a grondée et on m’a dit de ne rien faire d’inutile. »

« C’est une évidence. On n’a pas encore fini de s’occuper de cette chose au-dessus de nous. Je ne vais pas te laisser me traîner dehors si tôt. »

Ils avaient éradiqué les démons, mais l’œil dans le ciel était toujours complètement indemne et laissait échapper des larmes.

« Oh mon dieu, » dit Alshiera en riant. « Vous vous comprenez vraiment parfaitement tous les deux. Comme c’est enviable… Si nous pouvons fermer le sceau, alors nous pouvons encore arriver à temps. Lilith et moi allons arrêter ça. »

« … Hein ? » marmonna Lilith. Elle avait l’impression d’avoir entendu quelque chose de complètement scandaleux. « U-Uhhh, moi ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? »

« Exactement ce que j’ai dit ! N’es-tu pas la succube la plus puissante du monde ? »

« Et vous, ma Dame ? »

Lilith savait que ce vampire était une succube. Pourtant, Alshiera secoua la tête pour rejeter cette idée et saisit la main de Lilith.

« Je ne viens pas d’une prestigieuse lignée de succubes. Tu es déjà devenue bien plus forte que je ne l’ai jamais été. »

« M-Mais… »

Elle ne savait pas quoi faire face à des paroles aussi édifiantes. Pour l’instant, elle n’était capable de rien d’autre que de trembler de peur.

« Aie du courage. Il n’y a rien que tu ne puisses faire dans un rêve. »

Lilith baissa les yeux sur la main qui serrait la sienne avec force… et vit une vision choquante.

« Ma Dame, votre main…, » dit-elle en haletant.

Une moitié était déjà transparente. Le simple fait de la toucher laissait une vague sensation sur sa peau.

« Toutes ces balles que j’ai fabriquées pour les chasseurs de séraphins ne servent à rien maintenant, hein ? » dit Alshiera avec un léger sourire. « Je n’avais pas prévu de disparaître comme ça. »

Lilith avait compris ce qui se passait.

Elle va disparaître…

Ce temple ne pouvait vraiment pas se permettre de subir des dommages. Chaque coup écrasait l’existence même d’Alshiera.

Toute sa vie, Lilith avait été manipulée par cette fille et on lui avait demandé de répondre à des exigences déraisonnables. Mais lorsque Selphy s’était enfuie de la maison et que Kuroka avait été présumée morte, elle était restée à ses côtés. Avant même de s’en rendre compte, elle était devenue plus grande que la vampire, mais Alshiera était sa grande sœur, sa mère et son amie.

Alshiera donna une petite tape sur le front de Lilith et elle lui déclara. « Ne fais pas cette tête. Mon long rêve touche simplement à sa fin. Après avoir dormi un peu, le clan de la nuit revient toujours. »

C’est un mensonge…

Lilith avait appris que le vrai corps d’Alshiera était juste là. L’effondrement de ce temple signifiait qu’Alshiera ferait face à la « mort ». Une fois qu’elle aurait disparu, ce serait vraiment fini. Mais quel genre de princesse serait-elle si elle ne pouvait pas réaliser son dernier souhait ? Lilith sentit les larmes menacer de déborder de ses yeux, mais elle les repoussa pour donner une réponse appropriée.

« Bon… »

« Merci, mon petit fauve mignon. »

Elle avait l’impression que c’était la toute première fois qu’Alshiera la remerciait. Et en entendant cela, Lilith avait ruminé ce qu’elle avait dit.

« Aie du courage. Il n’y a rien que tu ne puisses faire dans un rêve. »

« Mon long rêve touche simplement à sa fin. »

Lilith forma une théorie sans fondement autour de ces mots, mais elle y avait au moins trouvé du réconfort…

Si ce qu’elle dit est vrai… Je devrais être capable de le faire.

Ainsi, Lilith hocha la tête.

« Je vais essayer. Cette fois, c’est moi qui vous sauverai, Ma Dame. Je vais certainement réussir. »

Il n’était pas clair si Alshiera avait compris, mais elle avait quand même hoché la tête et jeté un regard à Zagan.

« C’est comme ça, mon Roi aux yeux d’argent. Protégez cette zone jusqu’à ce qu’on scelle cet œil dans le ciel. »

« C’est bien et tout, mais va-t-il vraiment rester là et vous laisser le sceller ? Les démons sont toujours en train de dégouliner au moment où nous parlons. »

Les attaques de Néphy et Foll avaient oblitéré la grande majorité d’entre eux, mais les démons se multipliaient encore rapidement. Alshiera hocha la tête, sachant parfaitement cela.

« J’ai joué ma main. Fais-le, Naberius. »

« Oui, oui… »

L’Archidémon avait tiré sur l’œil. Immédiatement après, une sphère aussi noire que ce cauchemar avait éclaté au-dessus de leurs têtes.

« Hein ? Est-ce un chasseur de séraphins ? »

« C’est le fusil de gros calibre, le Chasseur de Séraphins : Marduk II. C’est le seul Chasseur de Séraphins présent dans ce monde à part mes Stern et Mond. »

« … Je vois. C’est le prix que tu as payé à Naberius pour réparer tes chasseurs de séraphins, hein ? »

Lilith ne pouvait pas du tout suivre la conversation, mais elle remarqua qu’Alshiera haussait les épaules et confirmait silencieusement les soupçons de Zagan.

Une seconde plus tard, le chant de Néphy résonna à nouveau dans l’air.

« [Le pont d’or parcourt des milliers de kilomètres pour cet instant seulement, et le bâton du serpent apportera des nouvelles de prospérité et de ruine]. »

« [Les roseaux sont tentés par un sommeil éternel. Telle est la faux divine dont la puissance peut même faucher le géniteur]. »

Au moment où Lilith avait vu l’air trembler comme de l’eau ondulée, les corps des démons avaient été réduits en miettes. Comme ils utilisaient le chant de Selphy comme support, leurs attaques étaient toutes basées sur le son. Assaillis par cet assaut soudain et invisible, même les démons n’avaient aucun moyen de s’échapper. Zagan jeta un regard en coin et se mit à courir.

« Phosphore du Ciel, Éclair Violet ! » Il rugit, activant une fois de plus la sorcellerie qu’il avait utilisée pour retenir à lui seul des centaines de démons.

« Maintenant, commençons, » dit Alshiera.

« … C’est ça ! »

La vampire donna une légère claque au front de Lilith à ce moment-là.

« Ton travail est assez simple. Tu dois juste faire dormir cette chose. Tu dois lui faire comprendre que ce n’est qu’un rêve. »

Pour une succube, faire dormir quelqu’un dans un rêve était un jeu d’enfant.

Mais… le sommeil ? Cette chose ?

L’œil se trouvait au milieu d’un tourbillon de haine et de désespoir dont le seul contact pouvait rendre fou. Le garçon qui s’était retrouvé coincé là-dedans avait complètement perdu la tête au point de ne plus se souvenir de qui il était. C’était un cauchemar, même pour un Archidémon. Comment était-elle censée le faire dormir ?

« Tu vas t’en sortir. Tout ce qu’il fait, c’est du chagrin. Donc, tout ce que tu as à faire, c’est de l’aider à se rendormir en douceur. »

Lilith comprenait maintenant. Pour se débarrasser d’un cauchemar, il lui suffisait de donner au rêveur des pensées gentilles et douces. Ce n’était pas simple de faire taire un tel désespoir, mais c’était possible si Alshiera était à ses côtés.

« Argh… » Alshiera laissa échapper un petit gémissement. L’œil du ciel déversait son cauchemar en opposition. Ainsi, Lilith l’avait appelé.

Je ne sais pas quel genre de monstre vous êtes, mais tant qu’il rêve, je peux même faire dormir un dieu !

L’œil commença à se fermer comme s’il s’assoupissait, mais au dernier moment, il s’était ouvert en grand dans une ultime démonstration de résistance. Des larmes noires avaient coulé d’en haut, s’échappant de ses bords.

« C’est mauvais. Naberius ! »

« Ne soyez pas déraisonnable ! »

Plusieurs des larmes avaient éclaté dans sa ligne de tir, mais il ne possédait pas la puissance nécessaire pour toutes les brûler. Alshiera fit un mouvement pour sortir ses armes de fer de sous sa jupe, mais — .

« Oh… »

Ses mains transparentes n’avaient pas réussi à les saisir. Le morceau de fer était tombé sur le sol avec un bruit sourd. Il y avait un sentiment de panique sur le visage d’Alshiera. L’une des larmes tombait directement sur eux, mettant Lilith en danger.

Zagan revenait sur ses pas, mais même avec la vitesse de l’Éclair Pourpre, il n’y arriverait pas à temps. Néphy et Foll continuaient d’apporter leur soutien, mais elles n’avaient pas une vision précise de la situation. Personne ne pouvait venir les sauver, ce qui signifiait que le prochain plan d’action d’Alshiera était clair.

« Pousse toi de — ! Hein !? »

Alshiera essaya de repousser Lilith, mais celle-ci l’avait prise dans ses bras.

***

Partie 9

« Pas question ! Cette fois, c’est moi qui te sauve ! »

C’était la première fois que Lilith s’adressait à Alshiera de cette manière. Elle n’allait pas la laisser simplement disparaître sous sa surveillance. Les deux filles étaient tombées sur le sol ensemble. Il ne semblait pas qu’elles seraient en mesure d’échapper à la chute de la larme.

Lilith serra Alshiera très fort et ferma les yeux. Cependant, la douleur qu’elle craignait n’était jamais venue. Au lieu de cela, elle avait entendu une certaine voix.

« C’est toujours moi qui suis protégé ! Je détestais ne pas pouvoir me tenir debout dans des moments comme celui-ci ! C’est pour ça que je voulais le pouvoir ! »

Le garçon se tenait au-dessus de Lilith et Alshiera pour les couvrir. Il tenait le Chasseur de Séraphins tombé dans sa main et le poussait vers la goutte d’eau. C’était un mystère de savoir si un démon avait réellement la même masse que ce que sa taille suggérait, mais la goutte de liquide s’était complètement arrêtée en entrant en contact avec le Chasseur de Séraphins.

 

 

Ce garçon est vraiment un Archidémon…

« Tire sur la gâchette ! » cria Alshiera.

Le garçon avait fait ce qu’on lui avait dit. Un bruit sourd accompagna la sphère noire qui apparut. Le corps massif du démon avait été englouti par celle-ci avant même qu’il n’ait eu le temps de crier.

Le garçon s’était écroulé sur le sol après que cela se soit produit.

« Haha… Haha… C’est incroyable. »

Et avec ça, l’œil dans le ciel s’était lentement fermé et avait disparu.

 

« Mon Dieu. Je préférerais que vous n’agissiez pas de façon si imprudente. »

Il n’avait même pas fallu trente secondes à Zagan pour anéantir les démons restants. Après avoir confirmé qu’il n’en restait plus aucun, Alshiera se mit enfin à grommeler. Sa voix pleine de reproches fit que Lilith détourna son regard avec un mal de tête.

« C’est vous qui avez agi de manière imprudente. Vous n’auriez pas dû essayer de me protéger avec votre corps comme ça. »

« … Je te remercie au moins de m’avoir laissé le temps de faire mes adieux. »

Les deux bras et les deux jambes d’Alshiera avaient disparu. Elle n’était même plus capable de se tenir debout. Lilith l’étreignait par-derrière avec Alshiera sur ses genoux.

« U-Um, pouvez-vous la sauver ? » demanda le garçon à Zagan.

« … Désolé, c’est impossible. Te donner du sang ne servira à rien à ce stade, n’est-ce pas ? »

Les démons avaient saccagé une bonne partie du temple. Ainsi, Alshiera ne pouvait plus maintenir son corps.

Elle avait simplement fait un sourire apathique à Zagan en guise de réponse.

« As-tu quelque chose à dire ? » lui demande-t-il.

« … Hélas, que faire ? C’est troublant. Quand vous le dites comme ça, je n’arrive pas à trouver quoi que ce soit. »

C’était un mensonge, sûrement. Elle avait certainement des choses qu’elle voulait dire, des choses qu’elle souhaitait. Et pourtant, elle ne pouvait pas en parler, même dans ses derniers instants. Tout ce qu’elle pouvait faire était d’afficher à Zagan un sourire troublé.

« Ah, oui. Dites à Foll que je suis désolée de ne pas avoir tenu ma promesse… »

« … Bien. Je vais le faire. Autre chose ? »

« Hmm… Rien ne me vient à l’esprit. »

« … Menteuse, » coupa Lilith.

Zagan n’avait jamais su ce qui se passait dans la tête de ce vampire, mais Lilith avait été avec Alshiera toute sa vie. La princesse pouvait au moins dire quand elle mentait.

« Teehee, j’ai toujours été une menteuse. »

« Ma Dame… n’avez-vous pas envie de me bousculer tout le temps ? »

« Bien sûr que oui… »

Lilith laissa échapper un soupir et répondit. « Vous ne comprenez vraiment pas, n’est-ce pas ? »

Elle avait ensuite serré la vampire dans ses bras, passionnément, et avait dit. « Je n’ai pas la moindre intention de vous laisser mourir, Alshiera ! »

Ils étaient à l’intérieur d’un rêve. Et comme Alshiera l’avait dit, Lilith pouvait faire n’importe quoi là-dedans.

Elle disparaît parce que cet endroit est cassé. Dans ce cas, je dois juste le réparer, non ?

 

 

C’était maintenant la troisième fois que Lilith voyait cet endroit. C’était un rêve effrayant. C’était un rêve qu’elle ne pourrait jamais oublier. Et donc, il était beaucoup plus facile de le remettre dans son état initial que de montrer un cauchemar à quelqu’un.

Les piliers effondrés s’étirèrent à nouveau vers le ciel et la terre craquelée se combla. En quelques instants, le temple avait retrouvé son état d’origine. Au même moment, la couleur était revenue dans le corps d’Alshiera. Les membres qu’elle avait perdus repoussèrent, et Lilith put sentir son poids sur ses genoux. Alshiera s’était figée en état de choc. Elle avait toujours regardé les autres d’en haut, alors c’était honnêtement excitant de la voir dans un tel état.

« Est-ce vraiment possible… ? »

« C’est ça. Ne me l’avez-vous pas dit vous-même ? Il n’y a rien que je ne puisse faire ici. »

Alshiera regarda Lilith avec résignation et déclara. « … Tu m’as vraiment eu là. »

« Ehem, » déclara Lilith triomphalement.

« Dis-moi, quand exactement es-tu devenue assez importante pour t’adresser à moi par mon prénom ? » demanda Alshiera d’un air dubitatif.

« Eeek !? U-U-U-U-Um, Ma Dame ! C’était juste… un lapsus… » Lilith murmura et se mit à trembler violemment quand Alshiera lui toucha le bras en riant.

« Combien de temps comptes-tu continuer avec ces formalités ? Il n’est plus nécessaire de se forcer à le faire. »

« Ma Da… Alshiera. »

Après qu’elle ait enfin dit son prénom, le décor du temple s’était mis à osciller.

« Hein ? Qu’est-ce qu’il y a maintenant ? » demanda le garçon, paniqué.

« Il est temps de se réveiller de ce rêve, » répondit Zagan.

Alshiera leur avait apparemment interdit l’accès à l’endroit. Et alors que le paysage disparaissait progressivement, Lilith jeta un dernier coup d’œil autour d’elle.

« Hein… ? »

À côté d’Alshiera, qui étreignait la même poupée en peluche effrayante que d’habitude avec des yeux larmoyants, se trouvait un garçon avec des lunettes rondes. Et avec ces deux-là, dans leur dos, un jeune homme aux yeux argentés avait tendu la main.

Qui… ?

Sans personne pour répondre à cette question, le monde des rêves s’était évanoui dans le néant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire