Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 11 – Histoires courtes en bonus

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Histoires courtes en bonus

La racine du chaos

« Gaaah ! Qu’est-ce que je dois faire ? »

Juste après le petit-déjeuner, alors que Foll commençait à rentrer dans sa chambre, une grand-mère perturbée commença à faire des histoires.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Gremory ? »

« Ooh, petite dame. Mon souverain m’a demandé de soutenir Lady Kuroka. »

« S’est-il passé quelque chose ? »

« Encore rien, mais je dirais qu’il est grand temps. »

Zagan avait vraiment un énorme sens de la prévoyance qui n’avait rien à voir avec sa capacité à voir le flux de mana.

« Alors, quel est exactement le problème ? » demanda Foll.

« Je suis heureuse de pouvoir observer directement ces deux-là se tortiller, mais je ne peux pas profiter des joyeux et embarrassants jaillissements de la puissance de l’amour ici au château quand on m’envoie au loin, n’est-ce pas ! Ma camarade ne peut pas non plus passer fréquemment nous rendre visite. »

Foll pensait que c’était précisément la raison pour laquelle Gremory était chassée, mais elle avait sagement gardé le silence.

« Oh, je sais ! Ma petite dame ! Pourriez-vous surveiller l’état du château pendant mon absence ? Nous avons cette sorcellerie appelée Mémorandum qui peut projeter ce que vous voyez. Il a été créé par mon Seigneur, le Purgatoire, et moi-même. Je vous récompenserai en vous l’enseignant. Ce n’est pas une mauvaise offre, n’est-ce pas ? »

Foll hésita. Elle était honnêtement intéressée par la sorcellerie qu’ils avaient créée tous les trois. Cependant, presque tout ce que cette mamie faisait lui attirait des ennuis.

« Il n’y a pas besoin d’y réfléchir autant. Vous pouvez même le considérer comme une étude sociale. Personne ici ne se méfie de vous. Ils peuvent parler de choses dont ils ne peuvent pas discuter avec les autres, vous savez ? Par exemple, de leur vie amoureuse. »

« La vie amoureuse ? Qu’est-ce que c’est ? »

« Exactement ce à quoi ça ressemble. Des histoires d’amour tout au long de leur vie. La relation que mon seigneur partage avec Néphy n’est pas unique à eux. Ceux qui ont vécu longtemps comme Raphaël et Dame Alshiera sont sûrs d’avoir une riche vie amoureuse. »

« Raphaël et Alshiera… ? Hmmm… Je suis un peu curieuse… »

« Keehee. Contrat signé. D’accord, je sens une soudaine poussée de motivation ! Attendez-moi, Dame Kuroka ! » s’exclama Gremory, avant de s’éloigner à pas légers.

« La vie amoureuse… Je ne comprends pas vraiment, mais je vais essayer de demander autour de moi. »

Ce fut le début d’un tumulte sans précédent qui se propagea du château jusqu’à l’Église.

Douceurs de l’après-midi

« Lisette, celui-ci est également savoureux. Dit “aah”. »

« Hmm ! C’est vraiment bon… ! Sœur, essaye celui-là, il est vraiment sucré ! »

Stella prit une partie de la friandise glacée avec sa cuillère et la donna à sa petite sœur Lisette. La petite fille rougit et sourit largement en retour.

« Hum… Lady Diekmeyer ? » déclara un garçon troublé qui les observait.

« Appelle-moi Stella. Qu’est-ce qu’il y a, Ginias ? »

« Eh bien, qu’en est-il de l’entraînement à l’épée… ? »

« Entraînement à l’épée ? J’ai promis de partager des sucreries avec Lisette aujourd’hui, donc je le ferai plus tard. »

« Argh… Est-ce vraiment le moment pour ça… ? »

« Si tu as à te plaindre, pourquoi ne pars-tu pas ? » demanda Lisette avec un regard froid.

« Tu devrais apprendre à faire une pause avant tout entraînement, » dit Stella avec un sourire crispé, en regardant Ginias trembler de honte. « Sinon, tu vas finir comme avant. Allez, essaye un peu. »

« N-Non. Je suis un Chevalier Angélique. Je n’ai pas besoin de telles choses ! »

« Ne sois pas comme ça. Allez, vas-y. Dit “aah”. »

« A-A-Attendez un moment. Qu’est-ce que tu veux dire par aammmph !? »

Ginias s’était mis à gémir à propos d’une chose ou d’une autre, mais Stella lui avait tout de même enfoncé sa cuillère dans la bouche sans ménagement.

« Qu’est-ce que tu en penses ? N’est-ce pas sucré ? »

Ginias ne déclara rien et mâcha en silence. Voir le sourire insouciant de Stella l’avait rendu rouge vif.

« Hum… Oui. C’est vraiment délicieux. »

Et, comme prévu, Lisette l’avait traité froidement.

« Pourquoi deviens-tu rouge ? Tu es le pire. »

« Mon visage est-il… vraiment si rouge ? »

« Hein ? Oh, euh… »

« Désolé… »

« Oh, non. Je suis aussi désolée. J’en ai trop dit. »

Stella n’avait pas vraiment compris, mais voir ses nouveaux petit frère et petite sœur s’ouvrir l’un à l’autre avait contribué à rendre cet après-midi satisfaisant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire