Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 11 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Le rêve du vampire était si triste que j’ai dû disperser du sucre partout

Partie 2

« J’ai compris. Nous sommes également conscients que Lilith a disparu. Dis à Kuroka de ne pas s’inquiéter. Ce serait plus troublant si elle provoquait une sorte de malheur de son côté, » déclara Zagan en se dirigeant vers la chambre de Lilith et Selphy.

Il communiquait avec Shax en utilisant la sorcellerie. Zagan avait fait apprendre cela à Shax avant de l’envoyer avec Kuroka. Selphy se pressait devant lui, tandis qu’Alshiera et Naberius suivaient derrière lui. En mettant de côté Alshiera, Zagan ne voulait pas vraiment que Naberius traîne dans le château, mais c’était une urgence.

« Je compte sur vous, patron. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? »

« Continue l’enquête après que Kuroka se soit calmée. Attends… Non, ce n’est pas grave. Reposez-vous pour la journée. Je vous enverrai des instructions après avoir mis les choses au clair ici. »

« Compris. »

En un sens, le pouvoir de Kuroka était plus fort que celui de Néphy, mais bien plus instable. Zagan savait que rien de bon ne pouvait résulter de son comportement déraisonnable dans une situation aussi volatile. Tant qu’il ne connaissait pas la situation exacte de Lilith, tout problème supplémentaire de sa part ne ferait qu’augmenter sa charge de travail.

Shax semblait d’accord sur ce point. Il avait honnêtement fait marche arrière. Le temps qu’il mette fin à la communication, le groupe était arrivé dans la chambre de Lilith. Elle n’était pas là. Son lit n’était pas particulièrement en désordre. C’était comme si quelqu’un avait dormi là normalement il y a quelques instants et avait simplement disparu.

Zagan regarda Selphy et demanda. « Alors, quand a-t-elle disparu ? »

« Je ne sais pas. Elle était là hier soir quand je suis allée me coucher, mais pas quand je me suis réveillée. Aussi, j’ai trouvé ça sur son lit… »

Selphy avait tendu un miroir. Il était juste assez grand pour être tenu à deux mains. Zagan le reconnut. C’était l’un des trois trésors sacrés de Liucaon, le Miroir de l’au-delà. En regardant dedans, il vit Lilith courir dans l’obscurité.

« Est-ce que ça reflète l’endroit où se trouve Lilith en ce moment ? »

« C’est ce que je pense. Lilith est probablement comme dans un rêve en ce moment. »

Une succube était capable d’entrer physiquement dans un rêve. C’est pour ça qu’elles pouvaient y faire ce qu’elles voulaient. Et ça veut aussi dire qu’il fallait beaucoup de travail pour la faire sortir d’un rêve.

« Alshiera. Donne-moi un coup de main. Nous devons ramener Lilith. »

« … C’est inutile. Lilith est déjà au-delà de mon domaine. Je ne peux pas l’atteindre. »

« Au-delà de ton domaine… ? Que veux-tu dire ? »

Alshiera se rongea l’ongle du pouce et répondit avec amertume. « J’ai expliqué cela à Naberius plus tôt. Je ne peux pas quitter ce monde. »

Zagan fit une grimace.

N’était-ce pas à propos de Furcas qui quittait la frontière du monde ?

Lilith était dans un rêve. Néanmoins, Zagan avait réalisé quelque chose.

« Le monde s’est arrêté là. C’est ce que j’ai ressenti. »

« Pour moi, c’était plutôt comme si elle était la gardienne de cet endroit. »

C’était le paysage que Lilith avait vu une fois dans ses rêves. C’était probablement une vue de la limite de la barrière qui enfermait le monde. Après cette discussion, Zagan avait émis l’hypothèse que la barrière utilisait les rêves immatériels comme support.

En d’autres termes, pour franchir la barrière d’Alshiera, il faut voyager à travers un rêve ?

Lilith n’était pas une sorcière, mais elle était l’une des succubes les plus puissantes du monde. Elle avait peut-être la capacité de traverser la barrière. Cela expliquerait pourquoi Alshiera était restée proche de cette fille et avait toujours fait attention à elle, même lorsque le village de Kuroka avait été attaqué. Mais y avait-il vraiment un autre monde au-delà ? Ou peut-être…

Nous devons nous dépêcher. Ça se gâte !

Si c’était comme Zagan le soupçonnait, Lilith était dans un endroit extrêmement dangereux. Il y avait même une chance qu’il ne soit pas capable de faire quoi que ce soit par lui-même, même s’il agissait rapidement.

Mais ce n’est pas une raison suffisante pour qu’un roi abandonne son sujet…

Zagan reporta son attention sur le miroir dans la main de Selphy et il déclara. « Alors, c’est notre seul indice… ? »

Il essaya ensuite de saisir le miroir de l’au-delà, mais son bras s’enfonça dans le miroir lui-même.

« Qu-Quoi ? »

Il n’y avait absolument aucun mana à l’œuvre, mais une force terrifiante à laquelle il ne pouvait résister l’attirait.

« Mon roi aux yeux d’argent ! »

« Monsieur Zagan ! »

Alshiera attrapa le bras de Zagan, tandis que Selphy essaya de retirer le miroir. Cependant, celui-ci refusa de le lâcher et avala son bras centimètre par centimètre.

Il me semble que je ne peux pas tenir le coup…

Zagan se tourna vers Alshiera et il déclara. « C’est bon, laisse-toi aller. C’est l’occasion parfaite pour ramener Lilith. »

L’expression que fit Alshiera à ce moment-là semblait bien trop angoissée… et bien trop mémorable. Elle se mordit la lèvre et tordit son visage comme si elle allait pleurer, mais força un sourire.

« Je prie pour votre bonne fortune… »

C’était une phrase simple, mais quel genre d’émotions se cachait derrière lorsqu’elle venait de cette fille ? Le secret qu’Alshiera avait essayé de cacher pendant tout ce temps se trouvait probablement de l’autre côté de ce miroir. Et donc, Zagan répondit clairement et simplement.

« Oui. Je reviens tout de suite. »

Il glissa à travers la prise d’Alshiera, et l’instant d’après, le miroir commença à avaler le corps entier de Zagan. Assez mystérieusement, il y a une chose qui l’avait convaincu qu’il pouvait ramener Lilith.

Tant que Kuroka prie pour sa sécurité, je suis sûr que Lilith est toujours en vie.

Et avec ça, Zagan disparut dans le miroir.

 

◇◇◇

Il se demandait où il était. Il ne savait même pas qui il était. Tout ce qu’il avait était une accumulation de regrets et d’attachements persistants.

Je cherchais quelque chose depuis tout ce temps, enfin, je crois…

Il n’avait plus aucune idée de ce que c’était. Et précisément parce qu’il ne savait pas, il avait fini par mettre les pieds quelque part où il n’aurait jamais dû dans sa quête d’une réponse. En conséquence, il avait fini comme il était maintenant.

C’était un monde entièrement sombre. On pouvait entendre une voix. Une voix qui ressemblait beaucoup à l’incarnation d’un ressentiment éternel. Il ne pouvait rien voir, rien dire, et il ne pouvait pas sentir ses bras ou ses jambes. Tout ce qu’il pouvait vraiment sentir, c’était cet éternel gémissement dans sa tête, hurlant à la fois de lamentation et de haine.

Aah, c’est sûrement la fin du monde. Je vais disparaître ici. Mais quel est ce sentiment ? C’est comme si ce n’était pas ma première fois ici.

Cela s’était déjà produit auparavant. Ça pourrait être il y a des années, des décennies, ou même des siècles. Ou peut-être que c’était hier. Quoi qu’il en soit, il l’avait reconnu. C’était douloureux, agonisant même. Il ne pouvait pas respirer, il ne pouvait pas parler. Il avait beau essayer de se tortiller, il avait l’impression de s’enfoncer profondément dans l’océan. À l’époque, c’était la première fois qu’il priait de tout son cœur, souhaitant vivre.

Oh, je vois. À l’époque, j’ai été sauvé par…

Quelqu’un lui avait tendu la main comme pour exaucer son souhait. Il ne se souvenait plus de son visage, ni même de sa voix. Mais il se souvenait d’une chose : de beaux yeux, dorés comme la lune. Il avait parcouru le monde entier dans l’espoir de les retrouver, mais il n’y était jamais parvenu. Il avait même oublié qui il cherchait et s’était retrouvé tout seul.

« Je veux… la voir… juste une fois de plus… »

Il pouvait se contenter de disparaître, mais il voulait au moins revoir ce visage une dernière fois. Et alors qu’il essayait d’étirer son bras pour saisir ce fragment de souvenir, il vit une faible lumière dans l’obscurité. Ils brillaient tout comme ces yeux, avec une lueur dorée.

Il se fichait que ce ne soit qu’une illusion. Il continua à étirer sa main vers la lumière, et puis…

« Je t’ai enfin trouvé, » dit une voix.

Une petite main l’avait saisi. C’était la main d’une fille. Ses yeux étaient du même or que dans ses souvenirs. Elle avait des cheveux écarlates, des ailes de chauve-souris poussant dans le bas de son dos, et des cornes tordues sur sa tête. Sa peau blanche était marquée par de petites coupures ici et là. Elle était dans un état épouvantable, couverte de sang et de saleté.

La jeune fille lui adressa un sourire soulagé et elle déclara. « Alors, c’était vraiment toi. »

« Qui êtes-vous… ? »

Pourquoi le connaissait-elle ? Est-ce qu’il la connaissait ? Il continuait à fixer son visage, ne comprenant pas du tout la situation.

« Tu ne te souviens pas de moi ? Nous nous sommes rencontrés dans un rêve, » dit-elle.

Un rêve ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

Il essaya d’incliner la tête, mais il se rendit compte que son corps entier souffrait tellement qu’il ne pouvait plus bouger un seul muscle.

« Apparemment, tu ne t’en souviens pas, » dit la fille avec un soupir. « Peu importe. Je te sauve, alors viens avec moi. »

« Pourquoi… me sauver… ? »

Il pouvait dire par ses blessures que cet endroit était dangereux. Elle avait dû traverser une sacrée épreuve pour l’atteindre.

La jeune fille fronça les sourcils et répondit. « Pourquoi, tu demandes… ? Hmm. Je me le demande… »

Elle lui adressa alors un sourire amer et elle déclara. « Eh bien, si je devais dire, c’est parce que Son Altesse et mon amie le feraient sûrement. Je n’ai pas d’autre raison que celle-là… Hein ? »

Ses yeux s’ouvrirent soudainement de façon surprenante.

Il avait senti quelque chose de chaud descendre sur sa joue. Sans même s’en rendre compte, il s’était mis à pleurer.

J’ai l’impression d’avoir enfin trouvé ce que je cherchais.

Cette fille n’était peut-être pas la même qu’à l’époque. Quoi qu’il en soit, il l’avait sûrement cherchée pendant tout ce temps.

« Allez. Je le fais juste pour moi, donc tu n’as pas besoin de pleurer, » dit la fille en tirant sur sa main pour commencer à marcher. « De toute façon, nous parlerons plus tard. Nous devons d’abord sortir d’ici. »

« Sortir… ? Où est la sortie… ? »

Le monde qui les entourait était noir à perte de vue. Il n’y avait aucun chemin en vue. Il ne savait même pas dans quelle direction ils pouvaient marcher. Cette fille savait-elle vraiment comment sortir ?

« Je ne sais pas, » répondit-elle avec confiance, « mais le chemin ne s’ouvrira jamais à toi si tu restes assis. Si nous nous mettons à marcher, Son Altesse viendra sûrement nous sauver. »

Alors qu’ils marchaient, cinq fissures dans l’espace étaient apparues devant eux. La fille s’était retournée et lui avait adressé un sourire triomphant en guise de réponse.

« Tu vois ? »

Son visage, éclairé par la lumière qui s’échappait des fissures, était terriblement sale, mais d’une beauté infinie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire