Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 6

***

Chapitre 5 : Les actes d’un Archidémon sont censés être audacieux

Partie 6

« Salut, Barbatos. Cela ne fait-il pas déjà une semaine ? » Zagan l’avait appelé comme toujours, comme s’il parlait à un ami proche.

Le visage de Barbatos était devenu clairement raide.

Après l’arrivée de Manuela, Zagan s’était précipité ici. Il connaissait toutes les cachettes de Barbatos, et comme il s’agissait de quelque chose dans Kianoides, il n’y avait qu’une sélection assez limitée parmi ce groupe.

Il existait d’autres endroits potentiels, mais Zagan avait l’intention de les traverser l’un après l’autre. Le fait qu’il ait réussi à trouver Néphy du premier coup n’était qu’un coup de chance.

« Vous savez, Monsieur le Sorcier. Est-ce que c’est bon ? J’ai entendu dire que les sorciers sont extrêmement désavantagés dans le domaine d’un autre sorcier..., » Manuela parlait d’un ton vraiment effrayé alors qu’elle suivait Zagan, mais tout ce qu’il avait fait, c’était de hausser les épaules.

Dans tous les cas, comme les trois Chevaliers Angéliques n’étaient pas en état de combattre, ils avaient d’ailleurs été laissés de côté.

Et ayant peut-être retrouvé un peu de son sang-froid après l’avoir entendue, Barbatos fixait Zagan.

« Depuis combien de temps le sais-tu ? » La raison pour laquelle il n’avait pas demandé pourquoi Zagan était venu ici... était probablement parce que Barbatos s’était préparé à une telle situation.

Zagan avait alors répondu en se grattant la nuque. « J’ai plus ou moins eu des soupçons depuis que cet “Éplucheur de Visages” ou je sais plus trop son nom est apparu. » Il parlait du sorcier qui avait attaqué Chastille.

Maintenant que j’y pense, est-elle aussi ici ? En regardant autour de lui, il avait aperçu la fille en question enchaînée à un mur... C’était une Chevalière Angélique qui semblait souvent perdre face aux sorciers, et il sympathisait un peu avec elle à propos de ça.

Quoi qu’il en soit, après avoir confirmé sa présence, Zagan retourna son regard sur Barbatos.

« Quand j’ai essayé de foutre cette femme dehors, tu es venu comme si tu voulais vérifier les résultats. Ne serais-je pas un idiot si je ne te soupçonnais pas ? » Il était devenu sûr de l’implication de Barbatos après avoir entendu l’histoire des Archidémons, mais il avait toujours eu des doutes.

La raison pour laquelle il n’était jamais allé jusqu’à en parler... c’est simplement parce qu’il ne s’en souciait pas vraiment. Il ne considérait pas Barbatos comme un ami, de sorte qu’il ne se souciait pas de savoir si Barbatos l’avait trahi.

Barbatos avait ensuite fait une grimace comme s’il avait trouvé cela inattendu.

« Tu as eu le culot... d’accepter mon invitation à l’enchère comme ça..., » déclara Barbatos.

« J’étais intéressé par ce que tu avais prévu. D’ailleurs, j’étais vraiment curieux au sujet de l’héritage de l’Archidémon. » Avec le recul, grâce à cela, Zagan avait réussi à rencontrer Néphy. En ce sens, il était presque reconnaissant à l’homme qui l’avait piégé.

Après avoir retrouvé un sourire amer, Zagan avait continué avec un « Mais avant cela ».

« Tu as blessé Néphy, n’est-ce pas ? » Le sol s’était alors effondré. Le substrat rocheux s’était fissuré tout autour de Zagan, alors qu’il faisait un seul pas vers l’avant.

 

 

« Argh..., » quand Barbatos s’était finalement placé en position défensive, Zagan se tenait déjà juste devant lui.

« Fils de..., » commença à crier Barbatos.

« D’abord, je prendrais tes bras, » Barbatos avait avancé ses bras comme s’il allait utiliser une certaine sorte de sorcellerie, mais Zagan les avait poussés d’une seule main. Alors qu’un son désagréable de quelque chose se brisant avait résonné dans l’air, les deux bras de Barbatos se plièrent dans une direction impossible.

« Quoi — ? » s’écria Barbatos.

« Ensuite, cela sera ton genou, » en réponse au cri de Barbatos, Zagan l’avait fait tombé au sol sans pitié. Non, ce n’était pas tout à fait exact. Il avait frappé l’un des genoux de Barbatos en diagonale depuis le haut. En raison de cette seule frappe, l’articulation de son genou s’était brisée en morceaux.

« AGUAAAH ! » Barbatos s’était évanoui, faisant mousser de la bave hors de sa bouche à ce moment-là.

Il n’y avait que quelques instants qui s’étaient écoulés depuis que Zagan était intervenu.

Puis après un dernier regard sur son ami indésirable, dont les bras et la jambe avaient été brisés et qui était étendu sur le sol comme une chenille, Zagan était tombé à genoux devant Néphy.

Il avait arraché les chaînes qui liaient ses mains et ses pieds à l’aide de la pure force, puis il avait enlevé le collier. Celui qu’elle portait était différent de celui d’avant, et pouvait fort heureusement être enlevé par la force sans véritables tours de passe-passe.

Vérifiant qu’il n’y avait plus rien qui la liait, Zagan regarda finalement le visage de Néphy. Ses cheveux blancs comme neige étaient souillés de terre, et ses yeux étaient pleins de larmes.

« Aaah, euh... Est-ce que cela te fait mal ? » demanda Zagan.

« Ça fait mal, c’est sûr, » répondit Néphy.

« C’est normal, n’est-ce pas... ? Désolé. » Avec un coup de poing, Néphy lui avait frappé la poitrine.

« Mais plus que moi, Maître, vous aviez l’air de souffrir... beaucoup plus que moi, » déclara Néphy.

« ... Est-ce vraiment le cas ? » demanda Zagan.

De grosses larmes tombèrent des yeux de Néphy pendant qu’elle continuait à lui parler.

« Je ne suis pas sûre de ce qui vous est arrivé, Maître. Si vous dites que vous n’avez pas besoin de moi, alors je l’accepterai, mais —, » Néphy s’accrocha à la poitrine de Zagan, puis elle déclara. « Il n’y a aucune chance... que je sois d’accord pour que cela vous fasse mal, Maître ! »

C’était la première fois qu’il entendait Néphy parler avec tant de force et de volonté.

« Ai-je l’air d’être blessé ? » demanda Zagan.

« Oui, » répondit Néphy.

« Pour le dire franchement, je dirais que c’est moi qui te fais souffrir..., » déclara Zagan.

« C’est une question différente de celle de savoir si vous êtes blessé ou non, Maître, » répliqua Néphy.

« Comme je le pensais, je t’ai fait du mal, hein ? » demanda Zagan.

« S’il vous plaît, n’essayez pas de changer de sujet, » déclara Néphy, agissant de façon très stricte. Et, tout en s’accrochant à lui, Néphy leva les yeux vers le visage de Zagan.

« S’il vous plaît..., ne me laissez plus jamais seule, Maître. » Lentement mais sûrement, la chaleur s’élevait dans les profondeurs de sa poitrine.

T’ai-je laissée toute seule ? Et pourtant, loin de le maudire, c’était ce qu’avait dit Néphy.

L’idée de l’étreindre et d’essayer de la reconquérir semblait beaucoup trop difficile après tout ce temps.

« Néphy..., », mais plus que toute autre chose, à ce moment-là, il y avait quelque chose qu’il avait simplement à lui dire.

 

 

Et juste au moment où il essayait de prononcer ces mots...

« Connard, ne fais pas comme si tu avais gagné sans même m’achever ! » Barbatos s’était levé, ayant probablement restauré ses bras et jambes écrasés.

Sous ses pieds, un cercle magique rouge sang se déployait.

« Maître ! » Néphy avait poussé un cri, mais Zagan avait calmement caressé sa tête.

« Ne t’inquiète pas. Il ne se passera rien, » déclara Zagan.

« Quoi — ? » s’écria Néphy.

Et bien sûr, comme Zagan l’avait dit, rien n’était sorti du cercle magique. Il n’y avait aucune chance que Barbatos n’invoque pas sa sorcellerie. Cependant, même s’il l’avait fait, il ne s’était rien passé.

« Que... s’est-il passé... !? » demanda Néphy.

Tandis que Néphy revêtait une expression perplexe, Zagan avait parlé.

« Avant, nous parlions d’une sorcellerie ultime qui n’existait qu’en théorie, n’est-ce pas ? » Il s’agissait d’une sorcellerie qui détruisait d’autres sorcelleries en ajoutant un circuit à l’intérieur d’un cercle magique. Elle existait en théorie, mais elle était impossible de la mettre en pratique.

« Pour te dire la vérité, il y a une méthode sournoise pour l’utiliser. » Il avait ensuite passé son doigt dans l’air en disant cela, dessinant un cercle magique identique à celui du sol.

« S’il s’agit d’une copie exacte du cercle magique de ton adversaire, tu peux l’empiler à l’intérieur de l’autre. Si tu fais cela, alors un phénomène de résonance se produira, » déclara-t-il.

La première fois que Zagan avait utilisé la sorcellerie, c’était à l’âge de huit ans. À l’époque, le jeune vagabond Zagan avait été capturé par Andras pour être utilisé en tant que sacrifice.

Zagan comprenait déjà ce que cela signifiait pour un enfant comme lui avec une identité inconnue d’être capturé par un sorcier. C’est pourquoi il avait mémorisé la forme du cercle magique lorsqu’il avait été capturé et l’avait tracé en secret sur son propre bras. Puisqu’il n’avait rien pour écrire, Zagan avait même été forcé d’utiliser son propre sang.

En y repensant, ce n’était rien d’autre que l’idée superficielle en provenance d’un enfant. Après tout, un amateur qui imitait simplement la forme ne pourrait jamais utiliser quelque chose comme la sorcellerie. Et contre toute attente, Zagan avait réussi.

Alors qu’il tentait de s’enfuir, il avait été découvert par Andras, et au moment où Zagan était sur le point d’être tué par un éclair... Zagan avait utilisé exactement la même sorcellerie.

Ce n’était probablement qu’une coïncidence. Lorsque la même sorcellerie avait été invoquée sans le moindre décalage dans le temps entre les deux, la sorcellerie résonnante avait rebondi sur Andras.

Cependant, ce n’était pas un phénomène aussi simple qu’il y paraissait. Si l’on essayait d’empiler des sorcelleries identiques, soit elles se déchargeaient spontanément toutes les deux, soit elles retournaient toutes à celui qui avait essayé de le faire. Et en premier lieu, l’invocation n’arriverait probablement jamais à temps.

C’était un miracle qui s’était produit parce que la même sorcellerie était empilée sur celle d’un ennemi en une fraction de seconde et Zagan avait tué Andras.

Il l’avait transformé en une technique qui n’appartenait qu’à Zagan — le pouvoir qui avait poussé ces douze Archidémons à choisir Zagan comme leur camarade assermenté.

Barbatos avait ensuite reculé.

« R-Ridicule... dis-tu que c’est l’héritage d’Andras ? » demanda Barbatos.

« Andras... ? Ah, maintenant que tu en parles, il y avait un type avec ce nom... A-t-il aussi réussi un tel exploit ? » En prenant cela en considération, il était étrange qu’il soit mort si facilement.

Sachant que ce n’était pas le cas, le visage de Barbatos était devenu complètement bleu.

« Qu’est-ce que tu es, bordel !? » Devenu complètement frénétique, Barbatos s’était mis à balancer avec frénésie sa sorcellerie.

Ils se trouvaient à l’intérieur de sa barrière. Le pouvoir de Barbatos avait été augmenté à son extrême limite, et inversement, le pouvoir de Zagan avait été énormément réduit.

Néanmoins, pas une seule attaque de Barbatos n’avait fait mouche. À la place, elles avaient simplement disparu juste avant Zagan. Il avait copié le cercle magique de chaque sortilège que Barbatos invoquait, faisant provoquer une « résonance ».

Il l’avait fait en un instant, même contre quelque chose dont il n’avait été témoin que pour la toute première fois.

S’il y avait quelque chose à décrire comme étant le talent de Zagan, alors ce serait ça.

Néphy marmonna alors avec étonnement.

« Mais... pourquoi rien ne se produit-il ? Si la même sorcellerie est empilée l’une sur l’autre, alors la sorcellerie elle-même ne s’activerait-elle pas quand même... ? » demanda Néphy.

« Bien jouer, Néphy, » Zagan avait en toute honnêteté fait l’éloge à sa disciple, qui avait compris le cœur de l’affaire.

« Je ne t’ai expliqué que les bases. Même un amateur peut le faire au bon moment. Pourtant, la sorcellerie n’est-elle pas quelque chose que l’on développe ? » demanda Zagan.

La toute première chose que Zagan avait apprise fut le reflet de la sorcellerie à l’aide de la résonance. C’était ainsi que sa vie de sorcier avait commencé alors qu’il tentait de déterminer s’il pouvait utiliser la résonance pour faire plus que réfléchir les sorts.

En peu de temps, il avait réussi à absorber la sorcellerie qui était utilisée afin d’en faire son propre mana.

Après avoir laissé Barbatos être un fou furieux pendant un certain temps, Zagan avait déplacé sa robe alors qu’il avait étendu ses bras. Et il y avait plusieurs cercles magiques visibles sur son bras droit.

Les cercles magiques étaient tous dans un état activé, et le mana circulait continuellement à travers eux.

« Peux-tu les voir ? Ce sont des cercles magiques qui ont converti la sorcellerie que Barbatos a jetés, » en d’autres termes, ils avaient absorbé sa sorcellerie.

L’utilisation de la sorcellerie alimentait le pouvoir de Zagan. Même si un Archidémon l’attaquait, Zagan ne pourrait pas être tué par la sorcellerie. Et ce pouvoir exact lui avait permis de succéder à Marchosias.

« Cela dit, je ne peux toujours pas le convertir en quelque chose d’autre que la sorcellerie dans laquelle je me spécialise. Je dois le développer jusqu’à ce que je puisse l’appliquer à n’importe quelle sorcellerie. » Son pouvoir était encore trop peu raffiné. C’est pourquoi les Archidémons avaient traité Zagan de nain.

Après avoir entendu tout cela, le visage de Barbatos s’était tordu en raison de la peur.

« Es-tu en train de dire... que tu as dévoré ma sorcellerie ? » Le fait de pouvoir trouver une telle expression en un coup d’œil avait montré qu’il était aussi un sorcier de premier ordre.

La sorcellerie dans laquelle Zagan se spécialisait le plus... était l’amélioration physique. Il provoquerait une résonance dans la sorcellerie que d’autres sorciers utilisaient, puis la convertirait pour améliorer son propre corps. Il serait approprié d’appeler cela de la sorcellerie dévorante.

Soudain, Zagan avait parlé comme s’il se souvenait soudainement de quelque chose.

« Oh, c’est vrai, Barbatos. On m’a enfin donné un surnom, » il avait serré sa main droite en un poing fermé, et le cercle magique s’enroulant autour de son bras avait tourné pendant qu’il brillait.

« Le “Tueur de Sorciers”... Eh oui, c’est mon surnom. » Et alors, il avait fait avancer son poing.

Barbatos avait probablement une sorte de défense en place. Cependant, toute sa sorcellerie avait été absorbée par Zagan. Même s’il avait amélioré son corps, il n’y avait pas de sorcier qui excellait dans l’amélioration physique plus que son adversaire.

Bref, si Zagan balançait son poing, aucun sorcier ne pourrait l’arrêter. Et cela était également le cas même si, par exemple, il faisait face à un Archidémon.

« Argh..., » le poing de Zagan avait percé l’abdomen de Barbatos. Ses organes internes s’étaient rompus, et même la sensation de briser sa colonne vertébrale avait été transmise à Zagan.

Lorsque Barbatos fut emporté par la frappe, il tomba sur l’énorme cercle magique qui s’étendait dans toute la salle. Finalement, il s’était arrêté, mais n’avait saigné que lorsqu’il avait commencé à convulser.

Saisissant cette opportunité, Zagan avait donné la chasse, mais il l’avait fait à un rythme détendu.

« A-Attends un peu. J’ai... perdu. Je ne peux... plus me battre. Je ne montrerai plus jamais mon visage... devant toi... plus jamais... Je le jure. Je vais aussi... te transférer... toutes mes connaissances..., » déclara Barbatos.

Zagan avait serré le poing quand Barbatos avait commencé à supplier pour sa vie. Le nombre de cercles magiques s’enroulant autour de son bras avait diminué en nombre, mais il en restait encore beaucoup.

Le visage de Barbatos était devenu pâle en voyant ça.

« Zagan... ne sommes-nous pas... amis ? » lui demanda Barbatos.

Ce commentaire inesthétique avait fait pencher la tête de Zagan sur le côté en raison de la confusion.

« Est-ce que le concept d’amis... existe même pour un sorcier ? » Et alors, il avait déplacé son poing vers le bas.

Le sol rocheux s’était effondré et le cercle magique tracé à travers la grande salle s’était brisé sans laisser de trace. Mais la destruction ne s’était pas arrêtée au sol et s’était même étendue jusqu’aux murs et au plafond. Ces fissures empiétaient jusqu’au mur auquel Chastille était liée et cela avait libéré ses chaînes.

Quant à Barbatos, qui avait pris l’attaque à pleine puissance, il n’y avait même plus un seul morceau de viande... ou c’était comme ça que ça aurait dû être.

« Eu-Euh... ? » Les yeux de Barbatos étaient écarquillés. Le poing de Zagan avait atterri directement sur le côté de sa tête. Et en réponse au regard pathétique de son ami indésirable, Zagan avait ri.

« Hahahaha, je plaisante. Ne te chie pas dessus, mec, » déclara Zagan.

« T-Toi... ? Qu’est-ce que tu prépares ? » demanda Barbatos.

Zagan haussa les épaules devant ces mots.

« Cela ne me fait rien de te tuer, mais si je le fais, je ne pourrai plus boire d’alcool. Après tout, je ne sais pas comment juger de la qualité. »

« As-tu pitié de moi... ? » demanda Barbatos.

« Appelle cela plutôt, avoir le loisir de le faire, » déclara Zagan.

Barbatos s’était mis à bouger vers Zagan avant de répondre.

« Ne te fous pas de moi... Si tu me laisses vivre, je te tuerai. Je n’abandonnerai jamais ! » cria Barbatos.

« Je m’en fiche. Chaque fois que tu perdras, je te demanderai de me donner de l’alcool, » Barbatos avait alors ouvert en grand ses yeux, réalisant finalement ce que Zagan disait.

« Toi... C’est quoi ce bordel ? Veux-tu dire qu’il y a des avantages à laisser un ennemi en vie ? » s’écria Barbatos.

« Ah oui, à ce propos..., » Zagan avait frappé ses deux mains ensemble comme s’il avait oublié quelque chose.

« Barbatos, j’ai succédé à l’Archidémon Marchosias, » déclara Zagan.

Barbatos avait serré ses dents comme si c’était vraiment très frustrant. Et, tout en le regardant faire, Zagan continua à parler.

« Ne trouves-tu pas qu’un Archidémon qui n’en a rien à foutre des règles et des lois plutôt chouettes ? » Les douze Archidémons étaient extrêmement puissants et terrifiants.

Et après les avoir rencontrés, après avoir réalisé le rêve de chaque sorcier, il avait pleinement réalisé quelque chose. Et ce quelque chose était qu’ils ressentaient de la peur.

Ne te fous pas de moi. Comment avait-il si mal compris tout cela ? N’était-il pas devenu plus fort parce qu’il voulait vivre ? Ne cherchait-il pas la force parce qu’il détestait être une victime ? S’il devait céder face à la force d’un autre, c’était la même chose que de lui-même se trahir.

Parce que j’étais si pathétique, j’ai même fini par blesser Néphy. Zagan n’était pas du genre à rester un mauvais perdant. C’est pourquoi il avait déclaré avec audace son intention...

« J’agirais comme je le veux. Si je veux laisser Néphy vivre sous la lumière du jour, alors je dois simplement dominer tout ce qui est présent sous cette lumière, » et une fois de plus, il avait regardé Barbatos de haut.

« C’est pour ça que je ne te tuerai pas, parce que j’ai décidé de ne pas le faire. Si tu n’aimes pas ça, alors force-moi à t’obéir avec ta propre force, » continua-t-il.

Épuisé, Barbatos avait étiré ses membres. Il avait admis qu’il avait perdu non seulement en termes de pouvoir, mais aussi au niveau de la volonté. Dans le vrai sens du terme, c’était une pure perte.

« Quel merdeux arrogant ! » déclara Barbatos.

« C’est tout à fait vrai. Sans arrogance, comment vais-je survivre en tant qu’Archidémon ? » Et au moment où Zagan répondait... le cercle magique qui était placé de l’autre côté de la salle, et qui aurait dû avait été brisé, avait commencé à faiblement briller.

« ... Veux-tu toujours te battre, Barbatos ? » Comme prévu, Zagan faisait une tête exaspérée, mais Barbatos secoua la tête.

« Non, ce n’est pas de ma faute, » déclara Barbatos.

Zagan avait regardé vers le bas où il avait enfoncé son poing. Il s’agissait du centre du cercle magique. La sorcellerie de Zagan était en résonance avec d’autres sorcelleries, de sorte qu’il avait peut-être inconsciemment interféré avec le cercle magique.

Qu’est-ce que c’est ? Une quantité bizarre de mana se rassemble ? C’était un pouvoir que même Zagan ne pouvait pas absorber. Il n’était pas très éloigné de pouvoir le faire, mais il dépassait quand même la limite maximale permise pour un humain.

« ... Qu’est-ce que tu comptais faire ici ? » Le visage de Barbatos avait été affecté par un tressaillement.

« Cela pourrait... invoquer un vrai démon. » Les symboles utilisés par les sorciers, et peut-être même ceux utilisés par l’Église, seraient des lettres laissées par les dieux et les démons de l’Antiquité.

Est-ce qu’un vrai démon... peut être invoqué ? pensa-t-il.

Il s’agissait d’un abîme de la sorcellerie, dont le jeune Zagan ne savait rien. Et ainsi, Zagan avait poussé un cri, paniquant visiblement.

« Néphy, cours ! Manuela, et les autres, courez également ! » Cependant, même Zagan savait que c’était une demande déraisonnable. Après tout, la grotte tremblait à un point tel qu’elle pouvait s’effondrer à tout moment.

Elle était déjà couverte des fissures issues de la frappe de Zagan, et maintenant il y avait la puissance de ce cercle magique en plus de cela. Le plafond avait commencé à s’effondrer, de sorte que même l’acte de se lever était devenu difficile.

« Argh. Qu’est-ce qui se passe ? » Malgré cela, Chastille avait rampé jusqu’à Néphy, et elle s’était placée au-dessus d’elle comme pour la protéger. À la fin, elle était un Chevalier Angélique. Même avec ses ailes, Manuela ne pouvait pas voler dans un endroit aussi confiné, donc elle ne pouvait pas bouger.

Pas d’autres choix que d’y faire face, hein ? Il ne savait pas ce qui se montrerait, mais son seul choix était de l’abattre.

Quelques instants plus tard, il était apparu en provenance du centre du cercle magique, et Zagan avait immédiatement réalisé son propre orgueil.

Peut-être qu’en raison du fait que le cercle magique était incomplet, ou peut-être parce qu’il avait été activé par coïncidence, ce n’était qu’une « ombre » qui ne possédait aucune forme distincte. Cependant, il ressentait toujours de la peur en voyant l’ombre.

Ça ne sert à rien. Un humain ne peut rien faire à quelque chose comme ça. Le simple fait de le voir lui faisait perdre son souffle en raison de la peur.

À ses yeux, même la rencontre avec les douze Archidémons n’était pas aussi intimidante.

Néphy avait pâli et elle tremblait. Chastille n’avait pas pu le supporter et avait perdu connaissance. Et Manuela couvrait son visage pendant qu’elle se recroquevillait.

C’est... un démon... ! On lui avait donné le deuxième nom « Tueur de Sorciers », mais le monstre devant lui maniait-il même la sorcellerie ? Et même si c’était de la sorcellerie, la puissance de Zagan serait-elle capable de la contrebalancer ?

C’était probablement impossible. Après tout, peu importe la puissance obtenue, l’homme ne pouvait pas devenir dieu.

Et ainsi, alors qu’il se préparait à mourir... Le monstre... s’était soudainement mis à genoux, presque comme si... il s’inclinait devant Zagan. Puis, il avait prononcé des paroles plutôt choquantes.

« Oh, mon roi. Ordonnez-moi comme bon vous semble. » Le monstre qui avait surpassé l’intellect humain... obéissait à Zagan.

Alors qu’il essayait de remettre en ordre ses pensées, il remarqua qu’un glyphe était apparu sur son propre poing. C’est l’Emblème de l’Archidémon dont il avait hérité... et le monstre s’inclinait devant lui.

Qu’est-ce que... je viens d’obtenir ? L’Emblème de l’Archidémon détenait beaucoup trop de pouvoir pour être considéré comme un simple titre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Waaah... Même un démon lui rend hommage... Je suis grave impressionée là. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour ce chapitre très intéressant!

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Merci pour le chapitre

  5. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire