Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 4

***

Chapitre 5 : Les actes d’un Archidémon sont censés être audacieux

Partie 4

Quelques heures plus tard, Zagan regardait le ciel nocturne depuis l’entrée de son château.

Le soir de leur première rencontre, Néphy avait tendu ses mains vers la lune. Quel était le sens de cette action ? Il ne l’avait jamais tout à fait compris, et maintenant il n’avait aucun moyen de le faire.

Zagan avait étendu ses mains vers la lune une fois de plus, mais comme prévu, il ne pouvait rien saisir.

Non, à ce moment-là, je l’ai peut-être simplement saisi, pensa-t-il.

Parce qu’à cette époque, la première fille qui lui avait volé son cœur se tenait à ses côtés.

« Cet endroit est vraiment calme quand je suis tout seul, hein ? Je suppose que ça a toujours été comme ça..., » c’était beaucoup trop calme, au point où ses oreilles lui faisaient mal.

Néphy n’était pas une fille très bavarde, mais le bruit de ses déplacements pendant qu’elle nettoyait ou cuisinait ici et là rendait certainement le château plus vivant.

Dans cette forêt inhabitée, Zagan se tenait immobile, réfléchissant. Et sous ses pieds, un gémissement retentit.

« Guoooh, ridicule... Nous... Les Chevaliers du Ciel d’Azur ne pouvaient pas vous égratigner..., » c’était les trois idiots... non, les Chevaliers Angéliques, qui étaient entrés par effraction il y a quelque temps. Parce qu’ils étaient arrivés en trombe, Zagan était sorti en colère à leur rencontre.

Ont-ils déjà entendu dire que j’étais devenu un Archidémon ? Il avait l’impression qu’il était trop tôt pour que ce soit le cas, mais rien de tout cela n’avait vraiment d’importance.

Néphy n’était plus là. Et franchement, Zagan n’arrivait pas à oublier son expression douloureuse quand il lui avait dit de partir.

Je lui ai fait du mal... Ouais, pensa-t-il.

C’était évident. Après tout, c’était douloureux d’être seul, et Néphy l’avait probablement trop bien compris.

Cependant, après une éternité de solitude, elle lui avait finalement ouvert son cœur, choisissant de lui montrer enfin des émotions. Cependant, après l’avoir acceptée comme ça et lui avoir fait croire en lui, il l’avait repoussée pour sa propre convenance. Cet acte était probablement beaucoup plus cruel que de lui faire du mal.

Mais si elle est en ville, ils la traiteront sûrement très bien, pensa-t-il.

Zagan savait que les citoyens de Kianoides accueillaient Néphy favorablement lorsqu’elle faisait des achats là-bas. Il pensait qu’elle serait même capable de tromper les yeux de l’Église.

En premier lieu, Néphy n’avait été impliquée avec Zagan que depuis un demi-mois. Une fois la piste refroidie, même s’ils cherchaient une relation, il n’y aurait rien à trouver.

Elle serait capable de vivre paisiblement dans la lumière chaude, sans aucun lien avec des choses comme les sorciers et l’Église. Un bien meilleur sort, à son humble avis.

Tout s’arrangerait pacifiquement. Tout redeviendrait comme avant sa rencontre avec Néphy.

Et puis, au moment où Zagan était sur le point de retourner au château...

« Attendez..., » l’un des Chevaliers Angéliques qui était allongé sur le sol avait attrapé le pied de Zagan. Son Armure Sacrée avait été brisée, et même sa précieuse épée longue avait été brisée en morceaux.

Zagan avait poussé un soupir fatigué alors qu’il se forçait à répondre.

« Écoutez, je suis de mauvaise humeur en ce moment. Ne pensez pas que je serai assez aimable pour vous laisser repartir comme la dernière fois, d’accord ? »

La seule raison pour laquelle les trois n’étaient pas morts, c’est qu’ils avaient été vaincus par un piège avant que Zagan n’ait à s’occuper lui-même de quoi que ce soit. C’était donc une affaire qui n’avait rien à voir avec le fait qu’il se retenait.

Maintenant que j’y pense, ce piège est quelque chose que Néphy a fait..., comme une expérience pour aider à contrôler son mysticisme, il avait essayé de faire quelque chose avec le mysticisme qui serait déchaîné compte tenu d’une certaine condition.

Il s’agissait des Chevaliers Angéliques qui possédaient assez de force pour atteindre la face avant du château de Zagan, alors il s’était dit que l’expérience était un succès puisqu’elle avait réussi à les vaincre. Bien qu’à ce moment-là, il n’avait aucune méthode pour relayer le succès à Néphy.

Tandis que Zagan donnait un coup de pied à la main du Chevalier Angélique, le chevalier s’adressa à lui d’une voix qui lui donnait l’impression de vomir du sang.

« Ce qui nous arrive ne nous dérange pas ! Cependant, juste notre Lady... S’il vous plaît, épargnez Lady Chastille, » déclara-t-il.

« Chastille... ? » Maintenant que le chevalier l’avait mentionné, Zagan n’avait pas pu repérer la fille qui portait l’Épée Sacrée. Il pensait simplement que les trois Chevaliers Angéliques étaient impertinents, mais...

« Notre Lady... a dit que vous n’étiez pas le foutu coupable derrière les enlèvements, et a même confronté Son Éminence le Cardinal pour trouver le vrai coupable. Si vous n’êtes pas vraiment le coupable, alors ça devrait être acceptable de ne pas la faire souffrir, n’est-ce pas ? » demanda le chevalier.

« ... Je ne comprends pas de quoi vous parlez. » Zagan savait qu’on l’accusait d’être le coupable des enlèvements en série à Kianoides. Cependant, il n’avait pas l’impression que les Chevaliers Angéliques parlaient comme s’ils étaient confus.

« A-t-elle été kidnappée ? » demanda Zagan.

« Ne faites pas l’imbécile ! N’est-ce pas vous qui avez traîné Lady Chastille dans l’ombre et nous avez dit de venir ici, espèce de salaud !? » s’écria le chevalier.

À ce moment-là, Zagan était finalement parvenu à une compréhension. Il semblerait que ces Chevaliers Angéliques étaient venus chez lui au triple galop parce qu’ils avaient l’impression que Zagan avait enlevé Chastille.

Ils s’étaient peut-être mis à penser ainsi en étant eux-mêmes dans l’erreur, mais d’après le combat de Zagan avec Chastille, il avait montré qu’il pouvait se battre sur un pied d’égalité avec elle, même en se retenant. Cela avait probablement rendu inutilement crédibles ces fausses allégations.

Ou peut-être qu’il s’agissait d’un coup monté mis sur pied pour inciter ces personnes à le faire ? Si Zagan avait tué Chastille à ce moment-là, l’Église aurait probablement versé toute leur énergie dans son asservissement comme il aurait tué un Archange. Même s’il l’avait épargnée et l’avait laissée partir, comme maintenant, ils avaient réussi à faire de Zagan le coupable après l’avoir enlevée.

L’attaque de ce jour-là avait peut-être été conçue dans ce but précis.

« Si c’est le cas, c’est bien préparé, hein ? » Et puis il s’était dit, je vois. Donc elle a été kidnappée.

C’était une Chevalière Angélique qui avait essayé de sauver Zagan, donc il croyait qu’elle n’était pas quelqu’un dont il devait vraiment s’inquiéter, et aussi qu’il ne la détestait pas.

Cependant, il ne l’avait sauvée que parce qu’elle était au bord de la mort alors qu’elle était sous ses yeux. Mais en ce moment, il ne savait pas où elle avait été emmenée et, plus important encore, il ne savait même pas si elle était encore en vie, alors si on lui disait d’aller la sauver, il ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter.

« Le retour... Dame Chastille... auprès de nous..., » balbutia le chevalier.

Cela l’avait également découragé de se faire critiquer sans raison valable. Et donc, bien que la laisser mourir lui avait laissé un mauvais goût dans la bouche, il avait perdu la volonté d’aider. À l’origine, Zagan avait ce genre de personnalité non coopérative. Il n’était peut-être pas mauvais, mais il n’était certainement pas non plus bon.

Et pendant qu’il réfléchissait à une décision...

« Monsieur le Sorcier ! » Du ciel, cette voix s’était abattue sur lui.

À cause de l’intrusion des Chevaliers Angéliques, la barrière autour de son château avait perdu une partie de sa protection.

« Qu’est-ce que c’est cette fois ? » Tout en disant cela, il avait fait un seul pas en arrière. Et tout de suite après, une femme était tombée du ciel.

« Yowza ! » Et cette même femme avait atterri sur la tête de l’un des Chevaliers Angéliques.

En regardant son visage, Zagan avait plissé ses sourcils.

« Tu es... ? » Ce qui était descendu du ciel... c’était une femme-oiseau aux cheveux d’or. Il se rappelait de l’avoir déjà vue. C’était la vendeuse du magasin où il avait acheté les vêtements de Néphy.

Le Chevalier Angélique qui était utilisé comme amortisseur de pieds avait alors élevé sa voix dans la colère. « Espèce de salope, pourquoi te mets-tu en travers du chemin ? »

« Comme je l’ai dit, le coupable n’est pas cette personne, n’est-ce pas ? » déclara Manuela.

« Qu’est-ce que tu racontes ? Mais ne t’es-tu pas aussi précipitée ici ? » cria le chevalier.

« N’est-on pas venus ici pour demander de l’aide ? Pourquoi vous précipitez-vous pour attaquer ? » Voyant la fille et les Chevaliers Angéliques commencer à se disputer, Zagan avait poussé un soupir.

Quelle douleur... ! Je suppose que je vais les jeter dehors, lorsque Zagan avait commencé à utiliser un cercle magique, la fille s’était accrochée à lui.

« Monsieur le Sorcier, à l’aide. Ces filles... Néphy et Chastille ont été enlevées ! » déclara Manuela.

« Qu’est-ce que tu as dit ? » Il ne savait pas pourquoi le nom de Néphy avait été dit, mais Zagan avait poussé un gémissement.

Les trois Chevaliers Angéliques sur le sol avaient également mentionné l’enlèvement. Les enlèvements en série à Kianoides n’avaient pas encore pris fin. De plus, il semblerait maintenant que même Néphy s’était retrouvée impliquée.

Non, ce n’est pas juste. Si Zagan avait raison sur l’identité du coupable, c’était sûrement une tentative de le provoquer. Il la visait spécifiquement parce qu’elle était à la fois la servante et la disciple de Zagan.

C’est assez loin, mais est-ce trop tard ? Et tandis qu’il gémissait, Manuela secoua ses épaules.

« Je vous en supplie, aidez-moi, s’il vous plaît. Quelqu’un d’aussi fort que vous pouvez certainement les sauver, n’est-ce pas ? » cria Manuela.

« M-Mais..., » si Zagan allait ouvertement la sauver, cette fois-ci, on saurait que Néphy lui était liée. Elle serait vraiment considérée comme l’une de ses camarades. Elle ne pourrait plus s’enfuir de l’Église.

Bien sûr, il n’avait pas l’intention de l’abandonner, mais il devait penser à un moyen de manœuvre qui masquerait son implication. Il ne pouvait pas y aller tout de suite sans réfléchir.

Et voyant Zagan en conflit comme ça, Manuela avait décidé de l’engueuler.

« Qu’est-ce que vous attendez ? Néphy était sur le chemin pour retourner vers vous... Elle ne se souciait pas des conséquences et voulait juste rester à vos côtés ! Comment pouvez-vous l’ignorer alors qu’elle a besoin d’aide ? » cria Manuela.

« Qu’est-ce que tu viens de dire ? » Tandis que Zagan ouvrait en grand les yeux, Manuela s’adressa à lui d’un ton nostalgique.

« J’ai entendu à propos de la manière dont vous l’avez fait partir. Mais même ainsi, Néphy a dit qu’elle voulait être à vos côtés, qu’elle voulait vous soutenir. C’est pourquoi, peu importe combien de fois vous l’auriez repoussée, elle a dit qu’elle reviendrait toujours. » Manuela avait ensuite saisi la poitrine de Zagan.

« Les sorciers ne ressentent-ils vraiment rien quand quelqu’un vous aime tant ? Si c’est vrai, pourquoi avez-vous été si gentille avec elle ? » Avec un bruit sourd, Manuela avait frappé la poitrine de Zagan.

Ce n’était ni la main d’un Chevalier Angélique ni celle d’un Sorcier, juste celle d’une femme. Et pourtant, cela faisait mal. C’était beaucoup plus douloureux que n’importe quelle attaque qu’il avait reçue auparavant.

Néphy... revenait ? Elle revenait chez moi, qui lui ai dit une chose si cruelle... ? pensa-t-il.

Il n’avait même pas besoin de penser au pourquoi.

Zagan avait observé Néphy attentivement pendant la période où ils étaient ensemble, donc la raison pour laquelle elle faisait cela était quelque chose qu’il savait sans même avoir à regarder ses oreilles qui étaient si pleines d’émotions.

Elle s’était attachée à lui, à l’horrible et méchant Zagan. Bien que franchement, si elle décidait de le faire, il aurait été bien mieux si elle l’avait fait vers une personne plus noble.

Zagan s’était vite rendu compte qu’il avait dépassé le point de non-retour. Et ainsi, il avait poussé un profond soupir.

« ... Tu as raison. C’est exactement ce que tu dis, » puis, il avait ri et il avait continué en disant : « Les sorciers sont des déchets d’un bout à l’autre. Ils ne pensent qu’à eux-mêmes, ne traitent les autres que comme de simples outils, et considèrent la vie et la mort comme des choses avec lesquelles jouer sur un coup de tête. »

« Qu-Qu’est-ce que vous dites... ! » s’écria Manuela.

« Et, en tant que sorcier de ce genre, je devais avoir un problème. » Même s’il s’agissait d’une illusion momentanée, sympathiser avec Néphy était complètement insensé.

C’est exact. Les sorciers... ne devraient penser qu’à ce qui leur est bénéfique, pensa-t-il.

Il n’avait pas besoin de vivre des sentiments aussi douloureux. Après tout, il aurait pu continuer comme il l’entendait.

Quand il avait rencontré cette fille, il avait dû le faire sans hésiter. Comme quand il avait réduit en cendres l’appareil de torture et les bandits parce qu’elle avait peur. Tout comme quand il l’avait protégée sans même penser quand le Chevalier Angélique avait pointé sa lance sur elle.

Et en réponse à la jeune fille-oiseau, qui était devenue remarquablement pâle, Zagan avait dit ce qui suit :

« Tu as mes remerciements. Grâce à toi, mon esprit est clair. » Son chemin était clair depuis le tout début. C’est pourquoi Zagan avait fait un pas en avant.

« Néphy m’appartient. Je dois donc noyer l’idiot qui l’a touchée dans une mare de sang. » Ses propres mains seraient tachées, mais cela n’avait pas d’importance puisque les sorciers étaient des créatures pécheresses.

Même s’il avait dû sacrifier toute l’autorité et le mana qui accompagnait le titre Archidémon, il devrait pouvoir protéger Néphy face à n’importe quoi.

Et pourtant, je me suis dégonflé. Les douze Archidémons... Il avait perdu la raison en les rencontrant parce qu’il sentait qu’ils étaient à un niveau complètement différent. C’est pourquoi il avait fait une crise de panique et avait fini par blesser Néphy.

Puis-je encore... la récupérer ? Il ne le savait pas.

Cependant, il savait qu’il ne lui restait qu’une seule chose à faire. Et puis, il s’était souvenu des Chevaliers Angéliques stupéfaits.

Tant que j’y suis, je vais aussi sauver Chastille. Si elle était capturée aux côtés de Néphy, il la rencontrerait inévitablement.

Tandis que Zagan tapait le sol avec son talon, un grand cercle magique s’étendait sous ses pieds. Il s’agissait du cercle magique de téléportation qu’il avait utilisé il y a quelque temps lorsqu’il avait jeté Chastille hors de son domaine.

Cette fois-ci, elle était liée à une certaine base de sorcier. Je sais très bien... qui est exactement le coupable.

Et puis, Zagan s’était tourné vers la fille-oiseau.

« Tu t’es mise en colère pour Néphy. Pourquoi cela ? » demanda Zagan.

« N’est-ce pas évident... Parce que nous sommes amies, hein ! » Et quand Manuela avait répondu, Zagan lui avait tendu la main.

« Alors, viendras-tu avec moi ? Je parle du fait d’aller sauver Néphy, » déclara Zagan.

« ... Euh, bien sûr que je viens, » déclara-t-elle.

Et en dessous d’eux, les Chevaliers Angéliques gémissent en élevant la voix.

« Attendez... nous allons aussi... Pour Lady Chastille... » Ils auraient déjà dû être incapables de se lever, mais les trois Chevaliers Angéliques s’étaient accrochés aux jambes de Zagan et ils avaient supplié de les laisser venir.

« ... Bon, j’ai compris, ne vous inquiétez pas. Je vous emmène, alors enlevez vos sales pattes de moi, » déclara Zagan.

Et ainsi, une combinaison étrange d’un sorcier, de trois Chevaliers Angéliques et d’une vendeuse d’un magasin de vêtements avait disparu dans le cercle magique.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Ps: Un sorcier, trois Chevaliers Angéliques et une vendeuse d’un magasin de vêtements, une équipe de choc pour sûr !

  2. Merci pour le chapitre
    C la meilleur équipe de sauvetage meilleur que la suicide squad

  3. Merci pour le chapitre, décidément même notre héro étai au courant depuis le début des actions de Barbatos

  4. Merci pour le chapitre

  5. Il faudrait peut-être remettre en état de combattre les chevaliers ? La, ils peuvent juste servir de spectateurs 🙂

  6. Merci pour le chapitre !

  7. Ouais !!! Merci pour ce chap ^^

Laisser un commentaire