La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 6

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 6 : Le monstre le plus puissant

†††

Chapitre 6 : Le monstre le plus puissant

Partie 1

« ... Oh non ! C’est déjà le coucher du soleil, » Kirika avait froncé les sourcils en examinant les environs.

Le soleil s’était déjà couché et il faisait sombre partout. La période de la journée propice pour les vampires était sur le point de commencer.

« N’êtes-vous pas capable de contacter Kujou-kun... ? » demanda Kirika.

« On dirait que je ne peux pas... Peut-être qu’il n’y a pas de signal là où il se trouve. Comment se passe votre recherche ? » Après avoir composé plusieurs fois le numéro, Mei avait demandé à Rushella qui avait répondu sans expression.

« ... Il est ici. »

Tout à l’heure, un chien était venu signaler l’arrivée de l’ennemi.

Bien qu’il ne puisse pas communiquer avec des mots, le message pouvait être deviné par l’expression effrayante du chien et la façon dont il agitait sa queue.

« Rompez. » Rushella avait dissipé les effets des Yeux Mystiques, amenant ses serviteurs à se disperser et à battre en retraite.

Insectes, oiseaux et bêtes s’étaient tous dispersés dans l’environnement.

À ce moment, comme si une scène changeait, l’homme était arrivé silencieusement dans ce parc.

« Je vous rencontre pour la première fois, “Véritable Ancien”, le plaisir est pour moi. En tant qu’un des “Purs parmi les Purs” descendant de la lignée du “Véritable Ancien” Élise Dahm Castille, mon nom est Fergus von Blitz, » il s’était incliné respectueusement, faisant preuve de noblesse sans montrer de signes évidents d’arrière-pensée.

Le costume trois-pièces noir qu’il portait et la canne qu’il tenait à la main étaient clairement de grande classe. S’il ajoutait une longue cape, il correspondrait parfaitement à l’image d’un vampire traditionnel.

« Arranger mon apparence m’a pris beaucoup de temps. Après tout, je n’étais pas tout à l’heure dans un état présentable pour avoir une audience avec un “Véritable Ancien”. C’est pour ça que je suis en retard, » déclara Fergus.

« Arrêtez de dire des bêtises ! D’ailleurs, d’où vient votre costume ? Puisque vous avez dormi dans ce cercueil pendant dix ans, vous ne devriez pas avoir de vêtements avec vous, n’est-ce pas !? » demanda Rushella.

« C’est simplement en suivant la règle de la “survie du plus fort” que je les ai pris à ces individus, » répondit Fergus.

« Je considère plutôt que vous les avez tués et volés... ! » déclara Rushella.

« Je ne comprends pas pourquoi votre colère est née, “Véritable Ancien”. Ça ne ressemble pas vraiment à des paroles venant de quelqu’un qui règne sur le pinacle des vampires, » déclara Fergus.

« ... Comment savez-vous que je suis un “Véritable Ancien” ? Je ne me suis pas présentée, n’est-ce pas ? » demanda Rushella.

« Parce que j’ai le privilège de voir votre visage et de sentir le parfum de votre sang. Bien que je ne m’intéresse pas au sang de ma famille, le sang d’un “Véritable Ancien” est après tout aussi doux et parfumé que le sang d’une vierge, » calme et confiant, il s’était avancé vers elle avec un sourire cordial.

Voyant son attitude, Mei avait fait un coup de coude à Rushella. « Hé... Le connaissez-vous ? »

« Non. Je ne l’ai jamais vu avant ! » répondit Rushella.

« Peut-être... que cela date d’avant que vous perdiez la mémoire ? » demanda Mei.

« Eh bien…, » commença Rushella.

Rushella voulait le nier... Mais elle n’avait pas pu le faire. Après tout, elle ne s’en souvenait pas.

« Eh... Perte de mémoire, hein…, » Fergus avait murmuré ça en se posant des questions. Apparemment, il avait entendu leurs chuchotements.

« Wôw, les oreilles d’un vampire sont sensibles la nuit…, » déclara Mei.

« C’est de votre faute si vous sortez ces conneries-là. Taisez-vous maintenant ! » déclara Rushella.

« Si vous avez des ennuis, puis-je peut-être vous être utile ? » demanda Fergus.

Fergus avait étendu avec élégance sa main comme s’il s’agissait d’une noble femme en face de lui.

Son manque d’hostilité avait fait en sorte que Rushella se sente troublée.

« ... Quelles sont vos intentions ? » demanda Rushella.

« Rien. C’est seulement... que puisque nous nous sommes rencontrés ici, pourquoi ne pas me permettre de vous assister dans vos problèmes... Bien que vous et moi ne soyons pas du même sang, nous consacrer à aider des “Véritables Anciens” est l’étiquette suivie par notre espèce. C’est tout... Ou peut-être même que vous l’avez oublié ? » déclara Fergus.

« Hmm, mais…, » commença Rushella.

« Si vous avez des questions, laissez-moi trouver un autre endroit où vous pouvez poser vos questions. Cependant... Ces humbles créatures là-bas n’ont pas besoin de nous suivre, » déclara Fergus.

 

 

Fergus était entouré d’une aura frémissante au bord de l’éruption. Peut-être qu’en raison de la puissance des Yeux Mystiques, même les oiseaux environnants avaient commencé à crier.

Et aussi... Sans qu’elles s’en aperçoivent, de nombreux serviteurs s’étaient rassemblés derrière lui. Tous avaient été complètement transformés en vampires... Les marques de morsures maudites étaient absentes de leur cou. Ils étaient plus de vingt. Apparemment, ce vampire avait sucé le sang de tant de gens après son réveil.

« Bâtard... ! »

« Ces deux-là sont de connivence avec la petite fille qui m’a poussé dans la mer. Je ne peux pas laisser passer ça. Très bien, ne nous occupons pas de ces humbles créatures et partons. Je connais un joli restaurant, » déclara Fergus.

Le vampire avait affiché une expression emplie de violence quand il avait regardé Mei et Kirika alors qu’il avait souri vers Rushella.

Rushella avait initialement décidé comment réagir dans une situation comme celle-ci.

Elle voulait écraser ce visage méprisable et faire équipe avec les deux autres afin de vaincre les vampires.

Cependant... Rushella n’avait finalement pas pu se résoudre à le faire.

Même si elle savait que c’était mal et inacceptable, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir attirée par la proposition de cet homme, Fergus.

« ... Je…, » murmura Rushella.

« Allez-y si vous voulez, d’accord ? » déclara Mei d’elle-même.

Son expression nonchalante semblait dire que le dilemme de Rushella était totalement inexplicable.

« Vous... ! » déclara Rushella.

« Ne pensez-vous pas que nous deux sommes des fardeaux  ? Allez-y si vous voulez écouter son histoire, d’accord ? Mais une fois que vous aurez perdu patience, donnez-lui une bonne raclée, d’accord ? » déclara Mei.

« ... »

« Voulez-vous retrouver vos souvenirs  ? Dans ce cas, n’hésitez pas. Agissez selon votre propre volonté, mais vous devrez vous expliquer correctement à Kujou-kun plus tard. Je ne veux pas qu’il se fâche, » déclara Kirika.

Kirika avait également encouragé Rushella afin qu’elle accompagne Fergus. Elle avait fait signe avec son menton pour que Rushella se dépêche.

« Vous deux, dites à Hisui de ma part... dites-lui de venir me chercher plus tard ! » Tout en disant cela, Rushella s’était dirigée vers Fergus.

« Très bien, je vais accepter votre offre. Mais si vous osez faire preuve d’insolence ou de trahison, je vous arracherai instantanément le cœur et je vous décapiterai, » déclara Rushella.

« Comme vous voulez. Alors, par ici, s’il vous plaît, » déclara Fergus.

Fergus était parti avec élégance avec Rushella et il avait disparu avec elle dans la nuit.

Mais avant cela, on pouvait voir ses lèvres bouger alors qu’il donnait des ordres à ses serviteurs en attente.

« Faites-le. »

Les yeux rouges et les crocs aigus avaient semblé s’illuminer dans la nuit sombre comme les lumières des étoiles, alors que les vampires nouvellement nés ou en train de se transformer s’étaient rassemblés lentement autour d’elles.

« Pour moi, cela ne compte même pas comme un exercice d’échauffement... Senpai, voulez-vous partir en première ? J’aimerais revendiquer tout le mérite devant Hi-kun, » déclara Mei.

« À qui croyez-vous parler ? Croyez-vous vraiment que j’aurais peur de ce genre de larbin ? » déclara Kirika.

« Oh, mon Dieu, c’est exactement ce que j’adore entendre ❤ ! » Tout en disant cela, un éclair de lumière avait jailli des yeux de Mei.

Le flash savait parfaitement comment déchirer l’obscurité, car il s’agissait d’une impulsion de lumière qui ressemblait au soleil en manière de luminosité. Les vampires qui avaient été frappés par ce jet de lumière avaient été immédiatement percés au niveau de la poitrine avant de se transformer en cendres.

« ... Qu’est-ce que vous venez de faire là !? Des lasers dans vos yeux !? » demanda Kirika.

« Eh ! Ne vous en ai-je jamais parlé avant ? » demanda Mei.

« Même si c’était le cas, je serais quand même décontenancée ! Et que se passe-t-il ici ? Normalement, les balles normales et les lasers ne sont-ils pas inefficaces contre les vampires ? Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, ceci les atteint… ! » déclara Kirika.

« Oh, j’ai échangé du matériel à cause de Rushella. C’est un rayon solaire. En rassemblant les rayons du soleil à midi et en les envoyant sous une forme concentrée, même un vampire doit périr avec un seul coup ❤. Mais cela a une faiblesse, car je ne peux pas l’utiliser si le temps est couvert ou si je suis emprisonné sous terre pendant une longue période, » expliqua Mei.

« Personne ne vous a demandé la note de bas de page ! Qu’est-ce que c’est que votre corps ? » demanda Kirika.

« Ne faites pas attention à ça. En mettant cela de côté... Ils arrivent, d’accord ? » déclara Mei.

L’essaim de vampires s’était alors approché d’eux.

Les deux filles avaient alors haussé les épaules et avaient commencé à affronter les vampires.

Vampires contre humains artificiels et sorcière, la bataille avait commencé.

†††

Partie 2

Elle voulait juste lui faire peur.

Du début à la fin, elle n’avait pas l’intention de lui prendre la vie. Après tout, il n’était qu’un humain ordinaire.

Mais à cause de ses propos incessants, allant jusqu’à révéler son identité secrète qu’elle ne voulait pas faire connaître aux autres, les choses avaient dégénéré jusqu’à ce point. Ce n’était pas sa faute si c’était arrivé.

Elle avait prévu de lui faire une légère égratignure sur le cou comme avertissement et de mettre fin à tout cela.

Après tout, le garçon ne serait certainement pas capable de réagir à temps.

En fait, Hisui n’avait pas du tout réagi jusqu’à ce que ses griffes acérées touchent son cou.

Et cela avait légèrement tranché sa peau. Elle pensait que son but était atteint, mais l’instant d’après, le garçon s’était avancé de lui même, enfouissant les griffes profondément dans sa chair.

« Quoi... !? » s’écria le loup-garou.

Le sang avait jailli sous la forme d’un geyser. Il ne faisait aucun doute que l’artère carotide avait été endommagée. Si des mesures immédiates n’étaient pas prises pour arrêter le saignement, cela signifiait la mort pour lui.

« Qu’est-ce que vous avez fait ? » s’écria Rangetsu.

« Kujou-san !? » cria Eruru.

Sans tenir compte des cris de Rangetsu ou d’Eruru, Hisui avait fait quelques pas en arrière, presque comme s’il refusait tout traitement.

« Pourquoi avez-vous... ? Voulez-vous mourir !? Dépêchez-vous de recevoir les premiers soins... ! » s’écria Rangetsu.

« Ce n’est pas nécessaire, je vais bien, » répondit Hisui.

De toute évidence, la douleur lui faisait serrer les dents, mais il n’avait même pas appuyé sur sa blessure au cou afin d’arrêter le saignement. À la place, il avait même agrandi la plaie avec ses doigts, faisant jaillir le sang sans interruption.

« ... Cherchez-vous la mort !? Si le saignement continue…, » cria Rangetsu.

« Pas nécessairement, vous savez ? » Il avait répondu sur un ton de voix puissante.

Après que le sang ait fini d’éclabousser la zone, Hisui avait ignoré le froncement de sourcils d’Eruru et il avait montré la blessure sur son cou à Rangetsu.

« Eh... ? » s’écria Rangetsu.

La blessure était toujours présente. Cependant, elle avait déjà presque complètement guéri et se rétablissait à un rythme suffisamment rapide pour être vue à l’œil nu.

La constitution unique d’Hisui, combinée au pouvoir qui s’était réveillé alors qu’il était au bord de la mort à la suite d’une perte de sang, avait grandement augmenté ses capacités de guérison.

**Mode Anti-Drac... Activé.**

« Êtes-vous en vérité... un vampire !? » demanda Rangetsu.

« Non, mais mes blessures guérissent instantanément. Et je deviens bien plus fort que vous, » déclara Hisui.

En un clin d’œil, Hisui avait semblé disparaître avant d’arriver juste devant Rangetsu. Puis il lui avait tendu la main et avait saisi son cou délicat. Ses doigts étaient longs et minces comme ceux d’une fille... Néanmoins, ils étaient à coup sûr capables de briser le cou s’ils serraient avec force. Rangetsu était certaine de ce fait effrayant.

« Question suivante. Suis-je humain, ou un monstre ? » demanda Hisui.

« ... ? » elle n’avait osé répondre.

« Je suis humain, mais avec le pouvoir de rivaliser avec un vampire. Je ne me transformerai pas en vampire même si je suis mordu. Comment une personne comme moi devrait-elle être prise en considération ? La réponse est simple... Peu importe. Ni d’être entre eux, et encore moins de savoir de quel côté je suis considéré. Qu’il s’agisse d’un vampire ou d’un humain, peu importe ! Naturellement, il en va de même pour les loups-garous, » déclara Hisui.

« ... »

« N’allez pas traiter les autres d’ordures. Peu importe le genre d’une créature vivante, qu’il s’agisse de vampires, d’humains, de loups-garous, les seules personnes qui peuvent appeler les autres des ordures sont celles qui sont vraiment elles-mêmes des ordures, » déclara Hisui.

« Vous…, » murmura le loup-garou.

« La suite, deuxième question... Quel est vraiment le monstre le plus terrifiant ? Celle qui posait cette question n’était pas moi, mais la parente d’accueil qui m’a élevé, un Véritable Ancien, » déclara Hisui.

« Euh... !? »

« Bien qu’elle soit clairement au sommet de la chaîne alimentaire, un vampire immortel avec une jeunesse éternelle... et le plus haut de tous, un “Véritable Ancien”. Pourtant, elle avait toujours peur. Peur de quoi ? La réponse est simple... peur des humains, » Hisui avait fixé son regard au loin et avait prononcé cette réponse avec une certaine douceur dans la voix.

Ses yeux étaient remplis d’une profonde tristesse, ce qui avait amené Rangetsu et Eruru à montrer une tristesse sur leur visage.

« Quelle différence y a-t-il entre les humains et les monstres... ? Aucune ! Ils sont tous des monstres, » tout en disant cela, Hisui s’était dirigé à côté de l’entrée de la salle.

La porte était blindé et fait d’alliage résistant comme il sied à une zone de quarantaine. Même si un vampire se déchaînait, elle ne pouvait sûrement pas être brisée. C’était le genre de porte se trouvant à côté d’Hisui.

Et précisément parce que c’était ce genre de porte qu’Hisui avait attaqué la porte avec toute sa force.

Accompagnée d’un important bruit, la porte s’était couverte de fissures. Puis Hisui avait levé la jambe et avait envoyé un coup de pied vicieux vers le centre de la porte fêlée... transformant l’obstacle en fragments alors que la porte était perforée de part en part.

Puis il était parti sans même regarder en arrière. Rangetsu l’avait regardé et s’était éloigné dans la direction où il était parti.

« ... Qui diable est-il ? » demanda Rangetsu.

« Juste un humain ordinaire, comme vous... et moi. Ou peut-être, c’est lui qui comprend vraiment les êtres comme vous ou moi. La frontière entre les monstres et les humains... et le respect pour les humains lui sont connus parce qu’il a vu bien trop d’obscurité dans sa vie. Cependant, il a survécu et a continué à vivre… En tant qu’humain, » déclara Eruru.

« Qu’essayez-vous de dire ? » Rangetsu avait fixé du regard Eruru et avait demandé cela froidement.

« ... Qu’il n’y a nul besoin de se préoccuper de son propre passé et de ses origines ! Au moins... c’est ce qu’il croit, » répondit Eruru.

« Quelles belles paroles ! Mais pour survivre dans ce monde, on n’a pas d’autre choix que de jouer le rôle d’un humain. C’est pourquoi j’ai rejoint cette organisation, » déclara Rangetsu.

« En effet, vous avez tout à fait raison. Mais récemment, j’ai commencé à penser que mon moi actuel n’est pas si mauvais, » répondit Eruru.

« Avez-vous été influencée par lui ? » demanda Rangetsu.

« ... Qui sait, » répondit Eruru alors qu’elle affichait un léger sourire. Son regard semblait suivre la direction d’Hisui qui n’était plus en vue.

Sa destination était facile à deviner.

†††

Partie 3

Rushella et Fergus étaient arrivés dans un restaurant français qui respirait le haut de gamme.

Un serveur avait ouvert la porte et les avait accueillis. Il agissait d’une manière vraiment digne.

Il s’agissait clairement d’un acte prétentieux pour créer une atmosphère de grande classe. Voyant le regard creux du serveur, Rushella n’avait pas pu s’empêcher de ressentir un sentiment de dégoût croissant.

L’homme n’avait pas pris la peine de prêter attention au visage du client... Non, ce visage sans émotion avait déjà dépassé ce niveau.

Il était clairement contrôlé par les Yeux Mystiques... Et aussi à un niveau assez puissant.

« Veuillez entrer et venez par ici. J’ai déjà réservé l’ensemble des locaux, » comme Fergus l’avait dit, il n’y avait pas d’autres clients dans ce grand restaurant.

Il y avait probablement des clients assis ou avec des réservations, mais ils avaient déjà été chassés.

Non, ce serait bien s’ils étaient simplement chassés. Ce serait vraiment une chance s’ils vivaient encore en tant qu’humains.

« Voulez-vous un verre ? J’ai déjà regardé le menu et la sélection des vins rouges n’est pas si mal que cela. Ou peut-être... que le sang conviendrait mieux à vos goûts ? Malheureusement, les seules personnes dans le restaurant sont des hommes âgés... Je ne peux rien garantir quant au goût, » déclara Fergus.

« Ce n’est pas nécessaire. Je ne suis pas là pour bavarder. Espèce de salaud... Combien de personnes avez-vous bu le sang d’aujourd’hui ? Vous les contrôlez à l’aide des Yeux Mystiques, n’est-ce pas ? Ce n’est pas comme si je ne pouvais pas imaginer la soif que vous ressentez après avoir été piégé sous la mer pendant une décennie, mais vous n’avez pas besoin d’en boire autant ! » s’écria Rushella.

« Vous avez raison. Mais comme vous le savez, la “soif” sur le plan psychologique varie beaucoup d’un individu à l’autre. Pour moi, ces dix ans étaient beaucoup trop longs. Pour compenser cela, je cherche du sang frais. Si je pouvais prendre un bain dans une grande quantité de sang frais de vierges, ce serait vraiment la meilleure des choses, » déclara Fergus.

« Quel fétichisme révoltant ! Pour le bien d’avoirs du sang de personne jeune, avez-vous attaqué Touko et ses amis ? » demanda Rushella.

« Touko... ? Qui cela peut-il être ? » demanda Fergus.

« La fille qui vous a enfermé dans ce cercueil ! Après sa mort, elle ne pouvait pas passer dans l’autre monde parce que vous existiez encore !! » déclara Rushella.

« Oh, celle-là…, » déclara Fergus.

« Quelles sont vos intentions ? Voulez-vous obtenir votre vengeance contre Touko ? Mais elle est déjà morte... ! » déclara Rushella.

« Je suppose que oui. Mais cela n’a pas vraiment d’importance. Ce genre de petite fille, dès le départ, je ne faisais que jouer avec elle, » répondit Fergus.

« Jouer ? » Le visage de Rushella était rempli de rage. Ses yeux brûlaient d’une lumière pourpre.

« En effet, » répondit Fergus. « Comme vous le savez aussi, pour notre espèce, boire le sang humain est beaucoup trop facile. C’est seulement pour cela que diverses restrictions ont été imposées pour offrir toutes sortes de divertissement. Boire du sang pendant plusieurs nuits, envahir la chambre à coucher d’un être humain malgré la présence de pièges et de gardes, ce sont des actions entreprises pour maximiser le plaisir de boire du sang. Naturellement, vous devez comprendre cela, “Véritable Ancien” ? »

« C’est pour cela que vous ne vous souvenez même pas de son nom, » déclara Rushella alors qu’elle serrait les poings et fusillait du regard Fergus.

Mais il avait continué à parler sans se soucier de tout ça. « J’ai aussi une question à poser. Avant d’atteindre l’âge de la compréhension, le géniteur de ma lignée, le “Véritable Ancien” était déjà détruit. Au contraire, pendant les dix années qui se sont écoulées depuis que j’ai coulé au fond de la mer, il ne devrait rester qu’un seul “Véritable Ancien”. Je suis venu dans la ville de Seidou parce que je voulais la rencontrer et lui demander de l’aide pour ranimer mon clan. »

« Cette “Véritable Ancien” dont vous parlez... Quel est son nom ? » demanda Rushella.

« D’après ce que j’ai entendu dire... Elle s’appelle Miraluka. Mais malheureusement, elle ne semble pas être ici. Je n’ai pas réussi à obtenir une audience auprès d’elle, » déclara Fergus.

« ... »

Rushella avait alors réalisé que le passé de Fergus était lié dans une certaine mesure au passé d’Hisui.

Peut-être Hisui lui-même s’attendait-il à ce que le vampire qui avait tué Touko voulait entrer en contact avec sa famille d’accueil. Après tout, il était tout à fait naturel pour un vampire de la classe « Véritable Ancien » d’attirer l’attention de son espèce.

Même s’ils n’étaient pas hostiles, il y aurait sûrement beaucoup d’adorateurs et de vampires avec des arrière-pensées, espérant utiliser le « Véritable Ancien » à leurs fins.

« Laissez-moi vous demander... Vous dites qu’en dehors de Miraluka, il n’y avait pas d’autres “Véritables Anciens” il y a dix ans ? » demanda Rushella.

« Malheureusement, oui. Si vous avez des nouvelles de Lady Miraluka, dites-le-moi…, » demanda Fergus.

« J’ai entendu dire qu’elle est morte, » déclara Rushella.

Rushella n’avait pas utilisé le mot « détruit ». À la place, elle avait utilisé le terme « mort », tout comme Hisui avait habituellement traité son parent adoptif.

« ... Alors vous êtes vraiment le dernier “Véritable Ancien” restant dans ce monde. Mais où étiez-vous auparavant ? Il y a dix ans, je n’étais au courant d’aucune rumeur sur votre existence. Très probablement, tous mes frères de notre race sont dans la même situation que moi. D’où venez-vous ? » demanda Fergus.

« Aucune idée... J’aimerais aussi le découvrir, » répondit Rushella.

Rushella avait feint le calme, mais elle était en fait assez choquée. Même dans le passé, il y a dix ans, il n’y avait aucun indice sur ses origines.

Fergus ne la trompait probablement pas. Il avait vraiment l’air de ne pas avoir d’informations sur ses origines.

« Tout d’abord, il n’y avait qu’une poignée de gens qui ont bu le sang de Dieu au Golgotha et qui sont devenus de “Véritable Ancien”. Un nouveau “Véritable Ancien” ne pourrait pas naître soudainement. Cela dit, je ne pense pas que vous mentiez... D’ailleurs, le parfum de votre sang appartient sans aucun doute à un “Véritable Ancien”, » déclara Fergus.

« Voudriez-vous que je vous montre l’emblème de mon sang ? C’est une autre sorte de preuve, » demanda Rushella.

« Vous avez aussi ce genre de méthode de vérification, hein... Ah, c’est vraiment trop intéressant. Permettez-moi de vous aider dans la recherche de vos souvenirs, » demanda Fergus.

« Ce n’est pas nécessaire. Pour tout ce qui concerne mes problèmes, je vais régler ça par moi-même. Pour en revenir au sujet, quel est votre objectif ? Qu’entendez-vous par “ranimer votre clan” ? » demanda Rushella.

« Exactement ce que cela dit ! Chaque génération de la famille von Blitz est née du mariage entre vampires. Naturellement, notre clan n’inclut aucun vampire qui était à l’origine humain. Tous sont des vampires “purs”, des vampires naturels de naissance. Nous sommes l’un des rares clans qui adhèrent à la tradition du “Pur parmi les Purs”, » expliqua Fergus.

« Pur parmi les Purs »... à savoir, un vampire né de parents vampires.

Normalement, leurs capacités physiques globales avaient tendance à être plus élevées et ils étaient considérés comme étant plus nobles que ceux qui sont devenus « serviteurs » en se faisant boire le sang. Les « serviteurs » étaient absolument incapables de surpasser leur « maître ». Mais il n’était pas rare que les vampires à sang pur surpassent leurs parents.

Mais même si un vampire était étiqueté « pur », l’un de ses parents ou les deux pourraient être des vampires qui avaient été transformés. Il s’agit plutôt de la grande majorité des cas.

Ceux comme Fergus, qui descendait d’un « Véritable Ancien » avec chaque génération composée de descendants de vampires purs, cet héritage vraiment « Pur »... Donc, un « Pur parmi les Purs »... était l’individu le plus rare.

Pour qu’un vampire comme Fergus existe encore à l’époque moderne, on pourrait dire que c’était un miracle.

« On dirait que vous êtes très fier de votre clan. Mais dans le monde actuel, il n’est pas si facile de rencontrer d’autres personnes de notre race, sans parler d’un candidat idéal... Un autre vampire qui est “Pur parmi les Purs” comme vous est probablement impossible à trouver, » déclara Rushella.

« En effet, c’est tellement... Franchement, n’ayant pas réussi à trouver Lady Miraluka, je commençais à craindre que la lignée de ma famille se termine avec ma génération. Cependant... Vous êtes apparue, » en disant cela, les yeux de Fergus avaient brillé de la lumière de la luxure.

Avant qu’elle ne s’en rende compte, il avait déplacé sa main blanc pâle sur les mains de Rushella.

« ... Je n’ai toujours pas entendu votre nom, oui ? » demanda Fergus.

« Un humble bâtard comme vous est indigne de connaître mon nom ! » Rushella avait retiré sa main et l’avait regardé avec hostilité.

Elle avait d’abord accepté son invitation avec l’intention de régler certaines choses. Mais elle ne s’attendait pas à ce que Fergus soit une personne aussi répugnante.

« Comme c’est inattendu... Mais en tant que “Véritable Ancien”, vous devriez considérer la prospérité de notre race comme étant devoir. S’il vous plaît, remplissez votre devoir, » déclara Rushella.

« Je préférerais que notre race disparaisse plutôt que d’avoir des enfants avec vous  ! » déclara Rushella.

« Oh mon Dieu... Je ne m’attendais pas à ce que vous me rejetiez comme ça. Mes plans originaux... étaient de commencer par une relation platonique !! » déclara Fergus.

« Taisez-vous ! » cria Rushella alors qu’elle avait dégainé son épée courte favorite.

Elle avait visé directement le cœur. Et si une pénétration directe ne le tuait pas tout de suite, elle lui arrachait le cœur avec sa main sans hésitation !

« Hahaha ! » Fergus s’était mis à rire.

Juste au moment où l’épée courte était sur le point de frapper, la silhouette de Fergus s’était soudainement dispersée... Il avait transformé son corps en brouillard.

Transformé en brouillard, son corps s’était dispersé comme de la vapeur, se disparaissant instantanément.

« C’est votre... ! » s’écria Rushella.

« C’est le pouvoir que j’ai hérité du “Véritable Ancien”. Apparemment, vous ne pouvez pas faire la même chose, » déclara Fergus.

La voix était proche. Puis Fergus s’était rematérialisé à côté d’elle.

« Bâtard !! » s’écria Rushella.

Rapide comme l’éclair, Rushella avait pointé sa main droite sur le cœur de son ennemi.

Puisqu’il a pu s’échapper sous forme de brouillard, je dois me dépêcher avant qu’il ne se transforme en brouillard !

« ... Pensez-vous vraiment que personne d’autre n’ait essayé cette idée avant ? J’ai déjà l’habitude de ce jeu, » déclara Fergus.

La main gracieuse de Rushella avait tranché dans l’air. Le corps de Fergus s’était à nouveau dispersé sous forme de brouillard. Puis son corps gazeux s’était envolé vers les narines de Rushella... et était entré dans son corps !!

« Nnnngggg... ! »

C’était le sentiment de quelqu’un qui griffait ses organes internes. Envahissant son corps, l’ennemi avait infiltré les divers organes de Rushella et exerçait une forte pression de l’intérieur.

« Quel est le goût de ma technique secrète ? » demanda Fergus.

« De la merde... ! » cria Rushella.

« À l’origine, si mes négociations avec Lady Miraluka avaient échoué, j’avais l’intention d’utiliser cette méthode pour la forcer à se soumettre. Même un “Véritable Ancien” ne peut rien faire si elle est attaquée de l’intérieur de son corps. Après ça, je peux faire ce que je veux…, » déclara Fergus.

Une petite quantité de brume était sortie de la bouche de Rushella et cela se transforma en visage de Fergus. Il s’agissait de la seule partie qui s’était matérialisée. Le reste du brouillard continuait à exercer une pression sur l’intérieur de Rushella, scellant ses mouvements.

« Arrête ça, maintenant…, » cria Rushella.

« Tout d’abord... Laissez-moi commencer par cette paire de belles lèvres, » avec un ton méprisable et complètement indigne de son titre, Fergus s’était approché lentement de ses lèvres pourpres.

Rushella avait essayé de détourner son visage, mais elle ne pouvait pas bouger.

Un baiser... Ce devait être sa deuxième fois.

La première fois, c’était avec ce garçon... Mais en vérité, elle ne l’avait pas initié de son propre gré.

D’ailleurs, elle n’avait pas traité cet acte comme un baiser à l’époque parce que ce garçon était inconscient.

Mais il n’y avait aucun sentiment d’antipathie à l’époque.

Comme ce garçon avait manqué d’intégrité et même embrassé son parent... d’autres femmes, elle l’avait frappé quand elle en avait entendu parler. Mais à part cela, elle ne s’était pas sentie dégoûtée à l’époque.

Quand elle lui avait donné des médicaments par bouche-à-bouche, elle n’avait pas hésité le moins du monde.

Mais maintenant... Elle n’était absolument pas disposée.

« Hisui... ! » En pleurs, Rushella avait crié son nom. À ce moment, un serveur du restaurant s’était approché sans être appelé.

†††

Partie 4

« Chers clients, désolés pour l’attente. La tarte à la citrouille super haute température que vous avez commandée est arrivée. Même si c’est dommage qu’elle soit trop cuite, la jeter serait un gaspillage, alors, profitez-en pleinement, » souriant, le serveur avait pris l’assiette de tarte à la citrouille chaude et l’avait plaqué au visage à côté de Rushella.

« Argghhh, ça brûle... !! » cria Fergus alors qu’il avait lâché le corps de Rushella.

Bien que son visage matérialisé avait été blessé, il s’était immédiatement rétabli. Mais même ainsi, après avoir souffert d’une tarte à la citrouille bouillante au visage, ses joues étaient restées rouges et gonflées.

« Bon sang, qu’est-ce que tu fais !? » s’écria Fergus.

Fergus s’était rematérialisé et était retourné sur le siège opposé à Rushella, regardant avec fureur le serveur.

Hisui Kujou.

« Hisui !! » cria Rushella.

« Je n’arrive pas à croire que tu te sois enfuie pour profiter du dîner toute seule. C’est tellement injuste. Laisse-moi donc me joindre à toi. » Hisui avait souri à Rushella et avait saisi une chaise, avant de s’asseoir à côté de Rushella.

« Quel est la… la situation de la police... ? » demanda Rushella.

« Hmm... Kariya est là, alors cela devrait aller. D’un autre côté, qu’est-ce que tu as là ? » demanda Hisui.

« Ton visage... T’es-tu encore transformé en ça !? » avait demandé Rushella.

« Hmm... Pour le dire franchement, j’ai encore mal au cou. Peut-être que j’ai essayé d’avoir l’air trop cool... Si j’avais saigné un peu plus, ce serait vraiment mauvais pour moi, » répondit Hisui.

« Franchement, me laisser boire est toujours la meilleure façon de le faire, » répondit Rushella.

« ... Même si je ne veux pas l’admettre, te laisser faire est la solution la plus sûre. Ce mec est l’ennemi de Touko-san, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Ouais, je te permets de le frapper ! Mais tu n’as pas apporté cette épée en croix, est-ce vraiment bien ainsi ? N’aurais-tu pas dû l’apporter ? » demanda Rushella.

« Pas de problème, j’ai déjà emprunté des armes à la Section des Enquêtes Surnaturelles. Contre ce genre de bâtard, la lame Tzara serait bien trop exagérée, » Hisui semblait tout à fait confiant quand il avait dit ça.

Avec la victoire fermement entrent ses mains. Fergus le regarda froidement et marmonna. « Déchet... Disparu de ma vue. »

Ses yeux avaient brillé d’une lueur pourpre. Les Yeux Mystiques lui avaient alors donné l’ordre de se suicider.

Cependant... Hisui avait simplement ri comme si rien ne s’était produit.

« Incroyable, n’est-ce pas ? C’est inutile contre moi, » déclara Hisui.

« Quoi !? » s’écria Fergus.

Le fait d’être immunité contre les Yeux Mystiques d’un vampire... Cela n’était pas impossible en soi.

Si la personne avait une force mentale suffisamment puissante ou des mesures préventives au-dessus des yeux, c’était possible. Mais Hisui n’était pas dans l’une ou l’autre catégorie. Sans avoir besoin de faire quelque chose, il dissipait complètement les effets des Yeux Mystiques. Ce genre de constitution était comme un coup déraisonnable porté à un vampire, comme si cela rejetait même leur existence.

Il était donc connu sous le nom de... l’Anti-Drac.

« Tu penses que tu peux me vaincre comme ça... ? Tu vas voir ! » rugit Fergus avec arrogance avant de se transformer à nouveau en brouillard.

Son corps gazeux s’était alors précipité vers un angle mort hors de la vue d’Hisui et s’était matérialisé derrière lui. Mais en même temps qu’il faisait ça, Hisui avait donné un coup de poing en arrière, en plein dans le nez de Fergus.

« Quoi... !? » s’écria Fergus.

« Tes actions sont bien trop évidentes. Un vampire qui peut se transformer en brouillard entraîne une confiance excessive en ses capacités. Tu ne caches même pas ta présence. Il est beaucoup trop facile de prédire où tu vas apparaître. Bien que j’ai appris cela de mon parent adoptif, je ne m’attendais pas à ce que j’en aie besoin un jour, » déclara Hisui.

« Ne me sous-estime pas !! » s’écria Fergus alors qu’il tenait son nez cassé. Il avait ensuite disparu sous sa forme de brouillard.

Son corps gazeux s’était dirigé directement vers l’intérieur du corps d’Hisui.

« Pas bon, tu dois éviter ça ! » cria Rushella qui avait déjà subi l’attaque.

Cependant, Hisui n’avait pas tenu compte de son avertissement. Après tout, essayer de fuir était probablement inutile, car les mouvements de Fergus étaient trop rapides et difficilement évitables.

Il était entré dans le corps d’Hisui par le nez et la bouche. Ses organes internes étaient désormais à la merci de Fergus, Hisui avait affiché une douleur claire.

« Est-ce que ça va !? Même avec ton corps... ! » s’écria Rushella.

« Hmm... C’est une attaque physique... Le neutraliser... Probablement pas…, » balbutia Hisui.

Bien qu’il n’y avait pas de tension dans sa voix, de grosses gouttelettes de sueur étaient apparues sur son visage et sa bouche avait commencé à cracher du sang.

La pression depuis l’intérieur causait des souffrances encore plus intenses à son corps qui était déjà fragilisé par l’activation du mode Anti-Drac.

« Ceci... C’est peut-être un peu... mauvais…, » balbutia Hisui.

« Espèce d’ordure ! M’avoir obligé à faire tous ces efforts. Regarde-moi écraser tes organes internes et les éjecter. Tu vas mourir ! » Une voix terrifiante était sortie de la gorge d’Hisui.

En occupant le corps d’Hisui par la force, le vampire avait attaqué son corps et n’avait pas oublié de se moquer.

« Ainsi, tu ne peux même pas lever le petit doigt... Goûte donc à cette douleur ! » cria Fergus.

« Pas nécessairement, » Hisui avait répondu à l’ennemi à l’intérieur.

Et en même temps qu’il disait ça... sa main gauche avait bougé.

L’ennemi appuyait totalement contre son système nerveux central, alors il ne devrait pas pouvoir bouger.

« Impossible... Qu’est-ce qui se passe !? Ton épitaphe devrais déjà être pr... ! » commença Fergus.

« Ce n’est pas moi... Mais une certaine fille ennuyeuse qui me possède, » répondit Hisui.

Le bras gauche d’Hisui avait bougé sans qu’il le contrôle. Son bras gauche était actuellement superposé avec un bras translucide et ce bras délicat appartenait à Touko.

« C’est toi... ! » cria Fergus.

« Le corps d’Hisui-kun... Je l’emprunte un peu, d’accord ? » demanda Touko.

« Faites-vous plaisir, » Hisui avait souri et avait répondu à cette autre existence présente dans son corps en dehors de Fergus.

Le bras gauche qui était la seule partie qui pouvait bouger.

Puis, après être allée dans la poche d’Hisui, sa main avait sorti un bocal en verre bouché. Après avoir retiré le bouchon, sa main avait ensuite versé le contenu du pot dans sa bouche d’un seul coup.

« Du poison !? Idiot, ce genre de choses ne nous affecte pas, vampires…, » cria Fergus.

« C’est directement importé du Vatican... De l’eau bénite de très haute qualité, bénie personnellement par le Pape à Rome. En quittant la Section des Enquêtes Surnaturelles, je me suis perdu et je suis accidentellement entré dans leur dépôt d’armes. Je me demandais si ça pouvait être utile, alors je l’ai discrètement... euh, emprunté, » déclara Hisui.

De l’eau bénite... de l’eau qui avait été bénie lors d’un rituel par un membre du clergé. En le regardant du point de vue scientifique, sa composition n’était pas différente de celle de l’eau ordinaire. C’était simplement de l’eau provenant de la fontaine d’une église avec des propriétés sacrées.

Bien que ce soit la faiblesse fondamentale d’un vampire comme les croix et l’ail, l’eau bénite ne pouvait pas causer de blessure mortelle.

Mais dans ce cas, que se passerait-il si un corps gazeux était mélangé directement avec de l’eau bénite ?

Et si un ennemi qui se cachait à l’intérieur de son corps était forcé de boire de l’eau bénite… que se passerait-il ?

Il n’y avait qu’une seule réponse possible.

Cela n’irait nullement jusqu’à la destruction complète, mais l’enfer d’être brûlé de la tête aux pieds par la pure sainteté serait présent.

 

« GAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !! »

 

Un cri de douleur tonitruant était sorti de la bouche d’Hisui et il avait fait écho à l’intérieur du restaurant.

Cependant, la voix venait de quelqu’un d’autre, à savoir, la personne qui se déchaînait plus tôt dans son corps, souffrant maintenant d’un sort pire que la mort.

Hisui avait donné un coup de poing dans son propre abdomen, ce qui avait fait que le « brouillard » avait été vomi sans résistance. Puis le brouillard avait roulé sous les pieds de la table et s’était matérialisé... Fergus se roulait sur le sol en ressentant une douleur abjecte.

« Ça brûle, ça brûle, ça brûle vraiment... !! » cria Fergus.

Pour donner une analogie, ce serait comme échanger tout le sang de son corps avec de la lave brûlante.

En tant que vampire, Rushella comprenait parfaitement le genre de douleur qu’il souffrait et à cause de ça, elle avait détourné le regard.

Puis Hisui avait alors parlé sans émotion. « Bien fait pour toi. Tu es resté dix ans au fond de la mer et tu ne l’as toujours pas remarqué ? La plus grande faiblesse de la transformation en brouillard est que tu absorbes l’humidité de l’environnement au moment de la transformation, que ce soit de l’eau de mer... ou de l’eau bénite. De l’eau bénite de la plus haute qualité mélangée à ton corps, n’est-ce pas agréable ? Après qu’elle soit combinée au niveau des particules, la douleur durera probablement quelques siècles. Je serai déjà mort depuis longtemps. »

« Ba... tard... ! Comment oses-tu... me faire ça... !! » cria Fergus.

« C’est la vengeance de Touko-san... plus une vengeance pour ton saccage sanguinaire de tout à l’heure. Dans la Section des Enquêtes Surnaturelles, dans les rues, dans les grands magasins... Tu as bu tant que tu le pouvais, n’est-ce pas ? » demanda Hisui. Bien que le ton de sa voix soit calme, en même temps, c’était une voix le condamnant en rejetant tout compromis.

Brûlé par les flammes, Fergus avait répliqué. « (Alors... quoi ? Vous, les humains, avez aussi... Jusqu’à maintenant...) »

« L’humain a mangé d’innombrables morceaux de pain, avalé d’innombrables grains de riz, bu qui sait combien de bols de soupe miso. Personne ne fait de suivi, mais il n’y a pas non plus besoin de le faire. Cependant..., en tant qu’être humain, en tant qu’organisme supérieur aux animaux, il faut toujours se souvenir de nos manières et dire “merci pour la nourriture” avant et après un repas. La gratitude ne peut être oubliée. C’est comme cela que j’ai été élevé. Si tu ne peux même pas faire ça, alors tu es encore pire qu’un animal. Aujourd’hui, je me rends compte que le mot a été inventé pour des personnes comme toi, » déclara Hisui.

Puis Hisui avait ignoré Fergus et avait exhorté Rushella et Touko à partir avec lui.

« ... Est-ce que c’est bon de le laisser ainsi ? Je parle du fait de ne pas tuer ce vampire... » demanda Rushella.

« C’est bon, laisse-le tranquille » répondit Hisui. « Je ne sais pas si c’est une chance ou pas, mais toutes les victimes ont été complètement transformées en vampires... »

« (Tu vas... le regretter !? Une fois que j’aurai survécu à cette douloureuse expérience, je vais sûrement... !!) » Les cris s’étaient poursuivis sans arrêt.

Hisui avait ignoré les regards inquiets de Rushella et Touko et avait continué à parler tout seul. « Mon Dieu, vais-je te manquer à ce point ? Mais as-tu réfléchi à ce qui va t’arriver une fois que je serais sorti du restaurant ? »

« ... ? »

« Il est évident que les membres de la Section des Enquêtes Surnaturelles vont venir. Ces gars-là vont te couper le cou et te planter un pieu dans le cœur... Est-ce que tu y penses ? » demanda Hisui.

« ... !? »

« J’ai parlé avec Sudou et les autres filles le long du chemin... Tu t’appelais toi-même “Pure parmi les purs” ? En voyant ce genre de spécimen rare rouler sur le sol sans défense, penses-tu que ces types vont s’asseoir sans rien faire ? » demanda Hisui.

Le visage de Fergus avait instantanément pâli.

Tout comme les humains n’étaient à ses yeux que de la nourriture, ces humains ne se souciaient pas non plus de la dignité d’un vampire. Tout au long de sa longue vie, il avait eu de nombreuses occasions d’observer les humains.

Les humains étaient fragiles. Ainsi, chaque fois qu’ils avaient eu l’occasion de riposter contre le fort, leur sadisme s’était enflammé sans réserve.

« Quand le moment viendra, tu seras enfermé quelque part pour vivre le reste de ta vie comme un pauvre petit rat de laboratoire... Après tout, tu es un spécimen rare et précieux. En fait, c’est moi qui en ai parlé à la Section des Enquêtes Surnaturelles. N’est-ce pas sympa de ma part ? Ça m’évite de me donner du fil à retordre. Je les laisserai t’interroger pour obtenir des informations autant qu’ils le veulent, » déclara Hisui.

« (A-Attends un peu... !) »

« Ne t’inquiète pas. Après tout, tu es immortel avec la jeunesse éternelle. Tu peux le supporter, n’est-ce pas ? Même si, dans ton cas, il serait plus approprié de dire que cela sera de la douleur éternelle, » déclara Hisui.

« (Attends... !) » cria Fergus.

« Et tu ne t’échapperas pas une seconde fois, » déclara Hisui.

« (s’il te plaît... !) »

« Tu payeras ce que tu as fait tout avec ton sang, » déclara Hisui avant de sortir.

†††

Partie 5

Quelques minutes plus tard, près du restaurant, Rangetsu avait simplement confirmé la situation avec Hisui et son groupe.

Mais comme elle savait déjà tout, la discussion avait été terminée assez rapidement.

Après cela, Rushella avait parlé à Hisui, alors qu’elle était probablement encore fâchée à propos de Rangetsu qui lui avait donné un coup de pied la dernière fois. « Je ressens quelque chose d’étrange à propos de cette femme. Sa présence semble plus proche de cette Kariya, n’est-ce pas ? »

« Oh, ça se voit vraiment ? Normal, c’est une louve-garou, » déclara Hisui.

« Quoi !? Ils existent toujours !? Eh, mais ce n’est pas tout à fait la même chose... L’odeur n’est pas si intense…, » déclara Rushella.

« ... Je ne le suis qu’à moitié. Comme Kariya-san…, » répondit Rangetsu.

« Vous détestez Kariya alors que vous êtes les mêmes ? » demanda Rushella.

« Ne simplifiez pas tant que ça. Nos modes de vie sont différents. Laissez-moi vous dire qu’en tant que noble loup, je n’ai que la plus haute estime pour mes origines ! » répondit Rangetsu.

« Mais parce que vous êtes à moitié loup-garou, vous ne pouvez pas devenir un loup à part entière, mais seulement devenir une bête humaine, n’est-ce pas ? Et ce morceau de fourrure qui couvre votre poitrine n’a pas l’air efficace. Je me demande si c’est doux au toucher…, » déclara Hisui.

« Wôw, cette femme peut se transformer !? » s’écria Rushella.

« Ouais, ses paumes deviennent des pattes après s’être transformées. Cela a l’air très doux, » déclara Hisui.

« Wôw, je veux essayer de les toucher ! Très bien, transformez-vous tout de suite pour que je puisse le faire ! » demanda Rushella avec innocence.

Se pourrait-il qu’elle aime vraiment autant les animaux ?

« Comme si quelqu’un allait se transformer pour vous ! N’ai-je pas dit que j’étais un noble loup ? Vous pouvez tous partir maintenant. Oh, au fait, Kujou-kun ? » demanda Rangetsu.

« Oui ? »

« Je suis sérieuse... Voudriez-vous venir m’aider en restant à mon côté ? Si vous voulez, je peux même négocier avec les plus hauts gradés pour vous obtenir un salaire, » déclara Rangetsu.

« Euh... »

« Cela n’a rien à voir avec Kariya-san ou quoi que ce soit du genre, je vous trouve tout simplement... très compétent, » déclara Rangetsu. « Et cela vous donnera l’occasion de vous joindre plus tard à la Section des Enquêtes Surnaturelles, vous savez ? Un contrat pour vous avant d’obtenir votre diplôme... Des avantages mutuels ? »

La policière et louve-garou adulte cherchait désespérément des excuses. Bien qu’elle ne soit pas jeune, cela la rendait mignonne.

Mais Hisui l’avait rejetée catégoriquement. « Non, ce n’est pas nécessaire. »

« Pourquoi !? Vous êtes plus heureux... avec Kariya-san ? » demanda Rangetsu.

« Non, j’ai déjà décidé de ma carrière, » déclara Hisui.

« N’êtes-vous pas qu’à votre première année de lycée ? Avez-vous déjà décidé de ça !? » s’écria Rangetsu.

« Non, je devrais plutôt dire que je suis déjà engagé, » déclara Hisui.

Hisui avait souri ironiquement et avait désigné Rushella. « Je suis le serviteur de mon maître. »

Instantanément, tout le monde s’était tu.

Un instant plus tard, Rushella avait rougi et avait tiré le bras d’Hisui contre sa poitrine, l’enveloppant avec ses bras autour du bras d’Hisui.

« Oui ! Tu es à moi !! J’ai ça, donc c’est ainsi que les choses sont ! » déclara Rushella.

« Compris, oui, je sais. Arrête et n’appuie pas si fort... tu me touches, tes seins, tes seins et tes seins…, » balbutia Hisui.

« Tu es bruyant, alors tais-toi ! Vite, rentrons chez nous, j’ai faim ! » déclara Rushella.

« D-D’accord, » déclara Hisui.

Comme d’habitude, Hisui était parti avec Rushella et ils avaient commencé à rentrer chez eux.

Rangetsu avait regardé avec insatisfaction quand Hisui était parti, disparaissant au loin... Puis, remarquant les présences derrière elle, elle se retourna.

Derrière elle se trouvait Eruru... ainsi que Mei et Kirika.

Grâce au travail d’équipe de Mei et Kirika, pratiquement tous les vampires avaient été anéantis. Malgré quelques blessures mineures, les deux filles avaient magnifiquement accompli leur tâche de soutenir Hisui.

« Vous, les filles... Quoi... ? Oh, vous avez été assez étonnantes toutes les deux... Merci pour votre coopération, la mission d’extermination des vampires a été un succès…, » Rangetsu voulait se couvrir, mais c’était trop tard.

Eruru avait soupiré et avait secoué la tête avant de dire. « Encore une autre affaire ennuyeuse... »

« Après tout, j’ai complètement oublié de tenir compte de son âge avancé. Quelle étrange façon de faire la cour…, » Mei avait aussi l’air exaspérée.

« ... Puisque vous êtes policière, je suis sûre que vous savez déjà que le Shotacon est un crime ? Même avec le consentement mutuel, le viol est toujours un délit criminel, vous savez  ? » fit remarquer Kirika calmement.

Les trois filles fixaient froidement la louve-garou.

« ... Non, ce n’est pas ce que vous pensez. Sauf que... n’est-ce pas ? » balbutia Rangetsu.

Les trois filles avaient ri de son déni et s’étaient préparées à partir.

« Oh, la police japonaise est tombée bien bas, » déclara Eruru.

« Hi-kun n’a pas de fétichisme policier, donc c’est bien, n’est-ce pas ? J’ai gagné tant de points aujourd’hui, je dois le gagner la prochaine fois ❤, » déclara Mei.

« N’oubliez pas que vous avez eu mon aide. Mais... n’y a-t-il pas d’autres opportunités ? » demanda Kirika.

Alors que les trois filles soupiraient respectivement, elles s’étaient séparées et étaient parties.

Derrière elles, Rangetsu n’arrêtait pas de crier, mais aucune d’entre elles n’écoutait un seul mot de ce qu’elle disait. « Comme je l’ai dit, ce n’est pas ce que vous pensez, d’accord ? Souvenez-vous de ceci... Vraiment, je ne peux pas m’entendre avec vous, les filles ! Un jour, je me débarrasserai de vous toutes ! »

 

☆☆☆

 

« Hey…, » déclara Rushella.

« Hmm ? »

Sur le chemin du retour, Rushella avait donné un coup de pied dans un caillou se trouvant sur le bord de la route et elle s’était mise à parler, espérant que Hisui pourrait céder aujourd’hui.

« Supposons... que je sois une mère avec des enfants, que ferais-tu ? » demanda Rushella.

« Hein ? »

« Et si j’avais un ancien amoureux... Que ferais-tu ? » demanda Rushella.

« Euh... »

« Hmm... Supposons que j’ai bu le sang de beaucoup de personnes dans le passé, tué beaucoup d’humains et que j’ai fait beaucoup de serviteurs, que ferais-tu... ? » demanda Rushella.

« ... »

« Après avoir parlé à cet homme appelé Fergus, j’ai compris quelque chose. Au moins, avant il y a dix ans... Je n’existais pas dans ce monde. Il n’y avait aucune trace de moi. Probablement... Personne ne connaîtrait mon passé, » déclara Rushella.

« Ce n’est pas sûr. C’est juste qu’ils ne savaient pas que tu existais, » répondit Hisui.

« Mais, comparé au “Véritable Ancien” que tu connaissais... Je suis différente, n’est-ce pas ? » demanda Rushella.

« Eh bien oui…, » répondit-il.

« Comme je le pensais... Le moi actuel n’est pas mon moi passé, » déclara Rushella. « Autrefois, j’étais quelqu’un d’autre et beaucoup de choses me sont arrivées... Puis tout a été oublié, ce qui a eu pour résultat le moi actuel. Peut-être même que mon apparence et mon corps ont été complètement changés. Puisqu’il existe des vampires qui peuvent se transformer en brouillard, mon hypothèse... est-ce possible, n’est-ce pas ? »

« Peut-être, » Hisui ne pouvait pas le réfuter.

Après tout, il n’était pas omniscient à propos des « Véritables Anciens ».

Ce dont Miraluka lui avait parlé dans le passé... n’était en fait pas grand-chose. Il savait seulement que les « Véritables Anciens » avaient tous vécu pendant plus de deux mille ans. Et dans un certain lieu, plusieurs « Véritables Anciens » étaient nés en même temps. Les « Véritables Anciens » s’étaient reconnus les uns les autres et avaient interagi dans une certaine mesure. Puis Miraluka... Elle était la dernière « Véritable Ancien » restant dans ce monde.

« As-tu déjà pensé à la vie éternelle et à la jeunesse ? » demanda Rushella.

« Hein ? Pourquoi tu me demandes ça soudainement ? » demanda Hisui.

« Les vampires... ont beaucoup d’inconvénients. Comme la lumière du soleil, l’eau de mer, le fait de boire du sang... Mais si tu es immortel avec la jeunesse éternelle, ça peut être amusant !? Tu devrais... le savoir, n’est-ce pas ? » demanda Rushella.

« Eh bien, » répondit-il.

Une longue vie était dans tous les cas une bonne chose. Mais qu’en était-il de la vie perpétuelle et de la jeunesse ?

Miraluka... et qu’en est-il d’elle ?

« Pour le dire vraiment... il est impossible de prouver que la vie éternelle et la jeunesse existent vraiment, est-ce que tu t’en rends compte ? » demanda Hisui.

« Quoi ? » s’écria Rushella.

« Parce que, que tu vives dix mille ans ou cent millions d’années, tout cela se termine une fois que tu seras morte, et ce n’est donc pas la vie et la jeunesse perpétuelles. Ce n’est qu’en vivant éternellement que cela peut être prouvé. Le fait que les vampires aient une vie et une jeunesse perpétuelles est quelque chose que personne ne peut prouver, » répondit Hisui.

En effet.

Un vampire qui avait pu vivre éternellement n’existait pas. Même les « Véritables Anciens » mourraient les uns après les autres. À la fin, la parente adoptive d’Hisui était morte d’une mort non naturelle.

La vie perpétuelle et la jeunesse étaient la caractéristique d’un vampire, mais en même temps aussi une grande illusion.

« ... Est-ce juste un jeu de mots !? Puisque c’est impossible, alors pourquoi le mot “pour toujours” existe !? » s’écria Rushella.

« Pour toujours... Peut-être qu’il existe, » Hisui avait regardé au loin alors qu’il se rappelait les derniers moments avec sa seule famille.

Sa parente, qui était morte après avoir été brûlée et incinérée par la lumière du soleil, avait dit ces derniers mots avant son décès.

... L’idée de l’éternité... ce n’est qu’une illusion. Mais je veux vivre et le prouver. Je ne veux pas admettre que la vie de celui qui est mort sur la croix était correcte. Donc, je vais le prouver avec ma propre vie éternelle.

... Arrête de dire ces choses bizarres... Ne meurs pas !

... J’étais seule. Je pensais à tort qu’il s’agissait de la bonne méthode vers l’éternité. Ceux qui ont bu son sang avec moi sur cette colline, elles ont toutes péri en dehors de moi. Elles sont mortes non pas pour elles-mêmes, mais pour leurs descendants et leurs serviteurs. Le fait d’avoir une relation avec les humains, de tomber amoureux, d’élever des enfants, pour finalement accueillir la mort. Personne ne peut prouver l’éternité. Je ne voulais donc pas établir de liens avec qui que ce soit. Je n’aimais pas le monde comme lui. Je n’épaule pas les péchés des autres comme il l’a fait... C’est le serment que j’ai prêté à l’époque.

... Assez... Arrête de parler !

... Mais... maintenant, je comprends. Le fait de sourire et de mourir pour les autres, il a gagné l’éternité, c’est sûr... Son existence s’est maintenant répandue dans le monde entier. Les humains finissent toujours par mourir... Rien ne reste perpétuellement inchangé. Mais si l’on pouvait être inscrit dans l’histoire et qu’on s’en souvient pour toujours... Par l’accumulation de chaque moment insignifiant, c’est sûr que ce que je cherchais doit se trouver quelque part parmi tout ça.

Miraluka... !

... au fil des saisons que j’ai passées avec toi... J’ai trouvé mon éternité. Ces instants, remplissant mon cœur avec douceur... C’est l’éternité que j’ai recherchée tout au long de ma vie.

« Je me fiche de ce genre de choses, » murmura-t-il en serrant sa main gauche.

Afin d’empêcher ses larmes de jaillir de ses yeux, il avait levé les yeux et avait continué à marcher en se tenant légèrement devant Rushella.

« Ne meurs pas si facilement, d’accord, » déclara-t-il à la vampire derrière lui.

« De quelles absurdités parles-tu ? Et aussi... Quand as-tu commencé à me tenir la main ? » demanda Rushella.

Ce n’était qu’avec ces paroles qu’Hisui s’en était rendu compte. Sa main avait involontairement bougé. Il était clair que cette fille avait à nouveau interféré.

« Touko-san... a enfin appris à devenir totalement invisible... Que dois-je faire si ma main gauche commet des crimes à mon insu… ? » demanda-t-il.

« Eh bien... N’est-ce pas mignon  ? Cette fille veut probablement... éprouver ce genre de sentiments, n’est-ce pas ? » demanda Rushella.

« Peut-être…, » déclara Hisui.

« Dis... Hmm, je…, » balbutia Rushella.

« C’est bon, » les profondes inquiétudes de Rushella avaient été carrément démenties par Hisui.

Hisui avait ignoré sa colère et avait continué à marcher en avant, tenant Rushella par la main.

« Je ne connais que l’actuel toi et donc, je ne peux pas me soucier du passé, » déclara Hisui.

« ... »

« S’il y avait vraiment un passé, tu pourrais te considérer comme chanceuse. Avec une famille, un amoureux, tu devais être heureuse, » déclara Hisui.

« Mais... maintenant, il n’en reste plus rien, » déclara Rushella.

« S’impatienter ne t’aidera pas, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« ... Tout à fait. En tout cas, je vais commencer par faire de toi mon serviteur ! » déclara Rushella avec force.

« Bien que je ne pense pas que ce soit vraiment possible, fais donc de ton mieux, » répliqua Hisui.

« Tu es bruyant, alors tais-toi ! Puisque tu ne peux pas devenir un vampire... Alors je vais utiliser mes charmes... et je vais t’asservir ! » déclara Rushella.

« Je te conseille de t’épargner cet effort…, » répondit Hisui.

« Tais-toi !! » cria Rushella.

D’un côté, Rushella était tout excitée. D’un autre côté, Hisui n’était pas du tout enthousiaste.

Aucun des deux camps n’avait voulu reculer, ils avaient continué à se tenir la main sans lâcher prise pendant que Touko regardait derrière eux avec le sourire.

La terrible blessure sur son cou avait complètement disparu sans laisser de trace.

« Merci à tous les deux... pour ces souvenirs, » les doux chuchotements de Touko n’avaient été entendus que par elle-même.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire