La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 5 : Réveillé de l’abîme

Partie 4

Après avoir poussé un juron, le membre du personnel s’était déjà rendu compte de son sort.

La sensation de crocs pénétrants en lui pouvait déjà être sentie au niveau de son cou.

Le sang avait été aspiré sans une once de clémence, dépassant très vite la limite fatale. Puis sa vie avait plongé dans un abîme maudit et sans fin.

« Parle-moi de la situation dans cet endroit. Tout d’abord, quand sommes-nous ? Combien de temps ai-je dormi ? » Une voix séduisante et noble avait pu être entendue.

Face à cet ennemi terrifiant, le membre du personnel le regarda avec des yeux creux, racontant tout ce qu’il savait à l’homme.

« ... Hmm, on dirait que mon sommeil n’a pas été court. Cette fille m’a vraiment fait un sale coup. Très bien, tu es congédié, » déclara le vampire.

Obéissant aux ordres de son maître, l’homme se retira. Ses yeux brillaient de lumière rouge tandis que des crocs sortaient entre ses lèvres. Il n’était plus policier et certainement plus humain.

« Occupons-nous d’abord à ma faim, » murmura le vampire.

Avec les yeux emplis d’une lumière rouge dangereuse, le vampire réveillé avait commencé à chasser.

 

☆☆☆

 

« ... Que se passe-t-il ? » se demanda Rangetsu.

De retour dans le département de police métropolitaine, Rangetsu s’était précipité dans la zone de stockage et elle n’avait pas pu s’empêcher de froncer les sourcils.

La puanteur du sang persistait dans l’air... Bien qu’elle puisse dire que la quantité de sang était assez faible, étant donné l’emplacement spécial, Rangetsu avait commencé à être en état d’alerte maximal.

Suivant les instructions d’Hisui, elle s’était approchée précautionneusement du cercueil... Un sentiment de nervosité avait surgi en elle.

Il y avait une goutte de sang sur le bord du couvercle.

Puis... un cri de femme avait été entendu au loin.

« Serait-ce... ! »

Hésitant seulement pendant un instant, Rangetsu avait rapidement pris sa décision.

Rapidement, elle avait sorti son téléphone portable et avait donné des ordres.

« Le MPD est en danger d’intrusion d’un vampire. Évacuer immédiatement tout le personnel ordinaire. Préparez le matériel anti-vampire et préparez-vous à toutes les entrées. Effectuez ceci immédiatement ! »

 

☆☆☆

 

« Nous sommes arrivés... Après avoir couru si longtemps, je suis si fatigué... Oogami a-t-elle rappelé ? Quelle est la situation actuelle ? » demanda Hisui.

« Naturellement, ce n’est guère optimiste. Dépêchons-nous, » répondit Eruru.

Au quartier général du MPD, Hisui et Eruru avaient couru à travers le bâtiment avec Rushella et les autres filles qui les suivaient de près.

La destination était l’ascenseur relié aux souterrains réservé au personnel qu’ils avaient visité quelques jours auparavant.

En chemin, ils étaient passés devant une personne étrange.

Il s’agissait d’un jeune homme européen avec une belle chevelure blonde. Plus frappant était le fait qu’il ne portait rien d’autre qu’une couverture enveloppée autour de son corps.

De plus, à l’instant où ils l’avaient frôlé, il y avait une odeur distincte qui leur avait chatouillé les narines. C’était à coup sûr l’odeur du sang.

« ... ! » Hisui s’était retourné avec force.

Mais le jeune homme était encore plus rapide et il s’était enfui par la sortie.

« Ce type…, » cria Hisui.

« C’est lui…, » Touko avait parlé, tremblante.

Tout son corps tremblait de peur. Elle avait pointé du doigt le dos de l’homme qui était parti et elle avait dit : « C’est lui... Il nous a tués... ! »

Le groupe d’Hisui s’était regardé les uns les autres après l’avoir entendu. En fin de compte, leurs pires craintes s’étaient réalisées.

La situation s’était détériorée jusqu’au pire des scénarios. L’ennemi s’était réveillé.

« Je vais y aller. Puisqu’on est tous les deux vampires, il n’y a pas de problème, n’est-ce pas ? » Rushella avait été la première à s’attribuer une tâche distinctive.

Mei l’avait suivie de près. « J’irai aussi. C’est plus rassurant, n’est-ce pas ? »

« ... Moi aussi, j’y vais. Kujou-kun et Kariya-san devraient aller vérifier la situation du côté de la police, » avait ajouté Kirika.

Hisui et Eruru s’étaient tous deux regardés puis ils avaient hoché la tête, laissant le vampire à ces trois-là.

« Ne faites rien d’irréfléchi, d’accord ? » demanda Hisui.

« Nous sommes toutes plus résistantes que toi. C’est toi qui devrais être plus prudent ! » Rushella avait souri sans crainte avant de se lancer à la poursuite du vampire. Mei et Kirika étaient également sorties en courant.

« Allons-y, » déclara Eruru.

« ... Oui, » répondit Hisui.

Hisui et Eruru étaient ensuite allés dans la direction opposée… vers le sous-sol... le quartier général de la Section des Enquêtes Surnaturelles.

Eruru avait évité l’ascenseur et avait choisi de prendre un autre accès. C’était un passage qui était différent de celui qu’ils avaient pris la dernière fois.

« Que se passe-t-il ? » demanda Hisui.

« Pendant les situations d’urgence, la Section des Enquêtes Surnaturelles sert également d’installation de quarantaine pour confiner les créatures surnaturelles. Après tout, la plaque tournante du système de défense de la capitale nationale est située à l’étage supérieur, de sorte que les problèmes doivent être résolus sous terre. En cas de crise, les ascenseurs normaux s’arrêteront et les accès seront bloqués. Dans ces circonstances, seule une poignée de personnes y compris moi est autorisé à entrer dans les lieux depuis l’extérieur, » expliqua Eruru.

« Je vois... Les mesures d’urgence sont-elles déjà activées ? » demanda Hisui.

« L’annonce d’avertissement à l’intérieur ne peut être comprise que par le personnel concerné. Nous sommes actuellement une alerte de niveau 2, ce qui implique qu’il y a plusieurs vampires confirmés dans l’invasion, » expliqua Eruru.

« En d’autres termes…, » murmura Hisui.

« Un certain nombre d’individus ont déjà été mordus par le vampire, » Eruru avait incliné la tête en affichant de la douleur alors qu’elle annonçait ça.

Hisui n’avait rien dit, mais avait continué à se dépêcher de courir jusqu’à leur destination.

« Le niveau suivant se trouve être le quartier général, » annonça Eruru.

« D’accord... ! » répondit-il.

Une épaisse porte de cloisonnement était alors apparue devant eux, fermée.

Après qu’Eruru eut utilisé sa carte d’identité sur le lecteur à côté de la porte, ils arrivèrent au quartier général... À ce moment, ils avaient pu trouver plusieurs corps effondrés près du mur.

« Hé, allez-vous bien !? » s’écria Hisui alors qu’il s’était précipité vers l’un des corps.

Il s’agissait d’une jeune employée. À en juger par sa tenue vestimentaire, elle semblait être une commis et certainement mal équiper pour faire face à une crise comme celle-ci.

« Ressaisissez-vous... Êtes-vous blessée ? » demanda Hisui en examinant son cou.

Il n’y avait pas de marques de dents.

C’était tout à fait normal...

Après avoir été complètement transformées en vampire... les marques de dents disparaîtraient de la victime.

« Éloignez-vous d’elle maintenant ! » cria Eruru.

La femme du personnel avait commencé à se déplacer avant même l’avertissement d’Eruru.

Sur son visage doux à l’origine, les deux yeux avaient émis une lumière rouge quand elle avait dénudé ses crocs afin de mordre Hisui.

« ... ! »

*Bang !* un coup de feu avait été entendu à ce moment-là.

La balle avait pénétré avec précision le vampire femelle au centre de son front.

Pour pouvoir tuer un vampire, il fallait viser le cerveau ou le cœur, et il fallait aussi utiliser des balles en argent spécialement traitées.

Le tir d’Eruru était si parfait qu’il pouvait être utilisé comme un exemple parfait de libération d’une vampire femelle de sa vie maudite avec une seule balle.

Son expression paisible alors qu’elle s’appuyait contre le corps d’Hisui était son seul salut.

Cependant, le visage du vampire n’avait pas été très longtemps présent et très vite, tout son corps s’était transformé en cendres, se dispersant dans l’air.

À la fin de leur vie maudite se trouvait le néant complet... C’était un vampire.

Même s’ils étaient devenus ainsi contre leur volonté, cette règle immuable était restée inchangée depuis des temps immémoriaux.

« Si c’est moi… le fait d’être mordu n’a pas d’importance, » déclara Hisui avec légèreté.

Bien qu’il sache qu’il était inutile de dire ça, il l’avait quand même déclaré. Et il savait aussi comment Eruru répondrait.

« Mais si votre gorge est déchirée par cette morsure, la mort pourrait en résulter. Ou cela pourrait aussi survenir après une perte de sang excessive. Dépêchons-nous, » répondit-elle.

« ... »

En vérité, Hisui savait très bien qui était la personne qui souffrait le plus.

C’était à coup sûr celle qui avait été forcée d’appuyer sur la gâchette du pistolet sacré contre sa collègue.

Une personne qui s’était complètement transformée en vampire ne pouvait plus être sauvée. Si Eruru les traitait simplement comme des ennemis de l’humanité... alors Hisui ne pouvait le lui reprocher.

Ils avaient alors atteint sans un mot les installations suivantes du quartier général.

À ce moment-là, le téléphone portable d’Eruru s’était mis à sonner.

« ... Allo, » déclara Eruru.

« Kariya-san ? Où êtes-vous maintenant ? » demanda une voix au téléphone.

« Dans le bâtiment. J’ai déjà une idée de la situation, » répondit Eruru.

Rangetsu avait finalement passé un appel tant attendu et Eruru avait répondu avec une expression raide.

« Le personnel de combat s’est rassemblé dans le bloc de quarantaine. La situation détaillée y sera briefée, » déclara Rangetsu.

« Compris, » déclara Eruru.

Tout en raccrochant, Eruru avait indiqué à Hisui la destination. « Nous allons à l’endroit où je vous ai emmené tout à l’heure. Cela peut être considéré comme l’installation de quarantaine à l’intérieur de cette installation de quarantaine. Dans un certain sens, il s’agit de l’endroit le plus sûr. »

« Compris, » répondit Hisui, puis il se retourna et regarda en arrière.

Rushella et les filles... Comment étaient-elles ? Mei était avec elle. Et Kirika aussi.

Pourtant, le malaise présent dans son cœur ne pouvait pas être dissipé.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire