La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 5 : Réveillé de l’abîme

Partie 1

De son point de vue, ce travail était tout à fait inepte.

Les plus hauts gradés l’avaient chargée de superviser le dragage du fond de la mer dans la zone proche ou ils avaient trouvé le cercueil.

Il n’y a pas si longtemps que ça qu’un cercueil de vampire avait été découvert. Alors, s’il y en avait un, il y en avait peut-être d’autres proches.

De plus, dès qu’une « menace » aurait été découverte à l’intérieur, la cible devait être capturée de toute urgence... C’était sa mission.

Quelles instructions stupides qu’elle avait reçues !

La difficulté de capturer un vampire variait grandement selon le niveau de la cible. Cela dit, en utilisant le matériel de la Section des Enquêtes Surnaturelles, ce n’était pas quelque chose qui était impossible à réaliser.

Pour les besoins de la recherche, des échantillons étaient indispensables. Certains avaient insisté sur ce point de vue. Naturellement, c’était compréhensible.

Le problème était que la recherche en soi était une plaisanterie.

L’évolution humaine, les contributions à la science médicale, la poursuite académique de la connaissance... Les recherches de ces personnes n’étaient pas motivées par des buts aussi nobles. Au contraire, ils cherchaient simplement un rêve illusoire, mais non encore réalisé, qui était recherché par les gens au pouvoir à travers les âges... l’« immortalité et la jeunesse éternelle ».

Bien sûr, même s’il avait pu réaliser ça, ce résultat ne profiterait pas à l’humanité, mais serait simplement monopolisé par ceux qui détiennent le pouvoir.

La Section des Enquêtes Surnaturelles — existant pour le moment avec cette identité — était une organisation n’avait survécu jusqu’à ce jour que grâce à des personnes ayant de l’autorité qui convoitaient les pouvoirs des créatures surnaturelles, en particulier le vampire.

Mais en réalité, peu importe les recherches qu’ils avaient menées sur les vampires, ils n’avaient jamais obtenu le résultat qu’ils espéraient.

« L’immortalité et la jeunesse éternelle »... L’obtenir était très simple… mais il fallait arrêter d’être humain.

Ne vivant que sous le couvert de la nuit, accablée par toutes sortes de faiblesses, se nourrissant de sang frais.

Si l’on était prêt à accepter ces risques, alors un humain pourrait facilement entrer dans les rangs de l’immortel et éternellement jeunes à tout moment.

Cependant, s’accrochant à leur vie sûre, ceux qui étaient au pouvoir n’avaient pas eu le courage ou la détermination de renoncer à être humains.

Ne pas avoir à s’inquiéter d’une mort inévitable, rester humain, rester rationnel, ne pas avoir besoin d’une source de sang frais, ne pas être affaibli par la lumière du soleil ou des croix, vivre éternellement... C’était le genre d’immortalité ridicule et de jeunesse éternelle dont ils rêvaient dans leurs rêves les plus fous.

Naturellement, aucune de ces expériences n’avait réussi jusqu’à aujourd’hui.

On ne s’attendrait pas non plus à ce qu’ils réussissent à l’avenir.

Si l’on voulait la vie éternelle, il suffit de renoncer à être humain. Il n’y avait pas d’autre moyen. Cependant, l’existence humaine était d’abord limitée.

Bien que son supérieur direct n’en avait jamais parlé, il avait probablement compris tout cela depuis longtemps.

Il comprenait clairement, mais pour le bien de sa carrière, son patron avait continué à travailler pour obtenir l’immortalité et la jeunesse éternelle pour les personnes au pouvoir qui contrôlaient le monde.

Et elle aussi, malgré la compréhension de l’absurdité de ces efforts, afin de gravir les échelons avec son patron, elle n’avait pas d’autre choix que d’accepter ce travail inepte.

Mais la réalité était défavorable et la mission s’était avérée infructueuse.

Le deuxième dragage n’avait donné aucun résultat particulier. Pas un seul objet décent n’avait pu être trouvé.

Sans parler d’un cercueil, aucune trace d’un vampire n’avait été découverte. Compte tenu des questions budgétaires, la mission de dragage avait été conclue.

Il restait plus qu’à retourner à l’administration centrale et à présenter un rapport à la direction, à faire les choses avant midi et à rentrer chez elle... C’était son plan initial.

Sur le chemin du retour, elle avait arrêté la voiture afin d’aller se chercher une canette de café.

Lorsqu’elle s’était approchée pour faire fonctionner le distributeur automatique, son téléphone cellulaire avait sonné.

Elle avait enregistré ce numéro juste en cas d’urgence, mais l’identification inattendue de l’appelant était complètement incroyable.

« ... Allô ? » déclara-t-elle.

« Oogami-san ? Je suis Kariya. »

« Le soleil s’est levé de l’ouest. As-tu entendu quelque chose d’intéressant du gamin ? » demanda-t-elle.

« En effet, c’est lui qui te cherche et non pas moi. Je le laisserai te parler, » répondit Eruru.

Après une pause de quelques secondes, une autre voix était venue de l’autre côté.

Elle avait reconnu cette voix. C’était le garçon ennuyeux qui s’amusait avec le vampire.

« Oogami-san ? Où êtes-vous en ce moment ? Êtes-vous au département de la Police métropolitaine ? » demanda Hisui.

« Comme c’est grossier. Je suis actuellement sur le chemin du retour, » déclara Oogami.

« Dépêchez-vous de récupérer ce cercueil. Et ne le quittez pas des yeux. Si quelque chose se produit, jetez-le immédiatement, » déclara Hisui.

« Hein ? De quoi parlez-vous ? Est-il possible que le cercueil bouge tout seul ? Selon les résultats de l’analyse…, » déclara Oogami.

« Je ne parle pas du cercueil, » déclara Hisui.

Le ton ferme dans la voix d’Hisui avait rendu Rangetsu sans voix.

Ce garçon... Il doit savoir quelque chose.

« Le vampire est à l’intérieur, » annonça Hisui.

« Comment est-ce possible ? Le cercueil est vide. Vous l’avez aussi vue, moi aussi…, » commença Rangetsu.

« Pensez-vous vraiment que... ? » demanda Hisui.

« ... »

« Depuis le début... vous aviez remarqué Touko-san, » expliqua Hisui. « Avant que Kariya et moi ne remarquions quoi que ce soit, vous étiez déjà au courant. La dernière fois qu’on s’est rencontrés, vous n’étiez pas surprise de la voir. Et vous avez même parlé de l’exorcisme, ce qui est n’importe quoi. Parce que vous saviez depuis le début que Touko-san hantait le cercueil. Donc, même s’il était vide, vous avez continué à enquêter en secret. Je suppose que c’est aussi une partie de vos ordres des plus hauts gradés, ou vous avez fait une demande à votre supérieur, n’est-ce pas ? »

« Quel petit morveux intelligent... ! Mais même si c’est vrai, et alors ? », demanda-t-elle. « Je n’ai rien fait de mal. Le fait est qu’il n’y a pas de vampire. Un simple fantôme, c’est quoi le tumulte ? »

« Idiote ! Vous avez déjà fait une erreur en ne communiquant pas avec Touko-san. Si vous ne voulez pas faire d’autres erreurs, dépêchez-vous d’aller jusqu’au cercueil, » déclara Hisui.

En disant cela, l’autre avait raccroché.

Quel gosse ennuyeux !

Mais ses paroles ne pouvaient pas être ignorées.

Après quelques hésitations, Rangetsu s’était quand même précipité vers l’entrepôt de preuves où le cercueil était conservé.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire