La Croix d’Argent et Dracula – Tome 1 – Chapitre 6

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 6 : Anti-Drac / Anti-Vampire

†††

Chapitre 6 : Anti-Drac / Anti-Vampire

Partie 1

« Cet endroit est... ? » murmura Rushella.

Rushella se réveilla et regarda dans tous les sens. Elle s’était retrouvée dans un endroit sombre.

Ceci ressemblait à un entrepôt, avec des boîtes en carton dispersées tout autour d’elle. L’entrepôt était assez spacieux avec les faibles sons produits par des vagues et l’odeur de la marée. C’était probablement un coin quelque part dans le port.

Récupérant ces souvenirs brumeux, elle tomba alors enragée.

Au moment où l’odeur piquante de l’ail l’avait frappé, elle n’avait pas pu le supporté peu importe comment elle avait essayé de le faire.

Et bien, je me suis évanouie et j’ai perdu connaissance..., se dit-elle.

Rushella s’était alors rappelée de son erreur et n’avait pas pu s’empêcher de grincer des dents. Puis immédiatement, elle avait découvert que ses bras et ses jambes étaient immobilisés.

« ... !? »

Naturellement, elle ne pouvait pas bouger. Et cela était dû au fait que ses membres étaient étroitement liés par des chaînes en métal, qui étaient elles-mêmes attachées au mur. Ces chaînes étaient apparemment préparées et étaient déjà installées dans le mur, rendant tout ça extrêmement sécurisé.

Mais en tant que vampire, si Rushella utilisait toute sa force, casser le mur ne devrait pas être si difficile, mais elle ne pouvait pas le faire.

« Hééé, de l’argent... » murmura-t-elle.

Elle réalisa le matériau de la chaîne, car le fait de toucher les chaînes produisait une douleur brûlante semblable au fait de se brûler sur une flamme. Les vampires avaient peur de l’argent en lui-même. Ces chaînes avaient probablement été conçues spécialement pour les vampires, rendant l’évasion encore plus difficile.

« Vous vous êtes réveillée, Votre Altesse la Véritable Ancienne ? » déclara une voix proche d’elle.

« Vous ! » cria-t-elle.

Bien que Rushella ne le connaissait pas, l’homme devant elle était Kishida, que Hisui et Eruru connaissaient bien.

« Qui êtes-vous ? » demanda-t-elle. « Vous êtes de ma race. Mais comment pouvez-vous utiliser cette chose méprisable sur moi. »

Comme le soulignait Rushella, peu importe l’efficacité contre d’autres vampires de l’équipement anti-vampire, un vampire les trouverait difficiles à utiliser. Mais cet homme en faisait un usage parfait.

« S’il vous plaît, appelez-moi le Baron, » dit-il. « Bien qu’il diffère de ceux de l’Ouest, j’ai reçu un titre officiel de noblesse dans ce pays. »

« Vraiment..., » dit-elle. « J’ai déjà eu des informations sur ça de mon serviteur, ce pays n’a plus de système de nobles. À en juger par ce fait, vous devriez avoir vécu ici depuis longtemps. »

« Comparé à un Véritable Ancien, je ne suis rien, » dit-il. « Mais en vivant dans le monde des humains, j’ai appris certaines connaissances. Bien que l’utilisation de ce genre d’outils pour lier mes semblables soit difficile pour moi, mais avec une personne en train de devenir un vampire ne m’occasionne pas ce désagrément. »

Derrière le baron, une fille en robe de malade se tenait à ses côtés.

« La représentante de cla... !? Vous l’avez mordue ! » s’écria-t-elle.

« Exactement, » répondit-il. « Une jeune vierge... et en plus une sainte, comment puis-je y résister ? Et bien. Ces chaînes que je suis incapable de toucher peuvent facilement être manipulées si je l’ordonne à celle qui est en train de devenir une vampire. Elle m’a donc aidé à vous attacher. »

« Je vois..., » dit-elle. « Vous avez aspiré son sang pour l’approcher, mais n’atteignez pas la vampirisation complète afin de créer un serviteur plus loyal qui peut accomplir des tâches que vous ne pouvez pas accomplir. Quel homme de bas de gamme que vous êtes. »

« Malheureusement, je ne suis pas un vampire aussi noble qu’un Véritable Ancien, » dit-il.

Mélangé à l’autodérision et à la colère, le baron sourit d’une manière complexe, tordant ses lèvres.

Rushella avait fait un « Hmph » et avait demandé avec arrogance. « Alors, pourquoi commettriez-vous un tel comportement grossier contre quelqu’un qui vous dépasse autant que moi ? Avez-vous été frappé par mon charme ? »

« Charme... C’est vrai d’une certaine manière, » dit-il. « J’ai dépensé tant d’efforts à la recherche d’un vampire de classe Véritable Ancien. »

« Mais, pourquoi ? » demanda-t-elle.

« Je suis devenu un vampire de ma propre initiative, » répondit-il. « J’ai demandé à mon “maître” de boire mon sang, abandonnant ainsi mon identité humaine. Au départ, j’attendais avec impatience la vie éternelle, mais une fois que j’ai réalisé mon souhait, j’ai découvert qu’il y avait tellement d’inconvénients. »

« Les faiblesses de ma race sont des connaissances communes, » dit-elle. « Vous auriez dû le savoir à l’avance, non ? Et donc, ne vous plaignez pas après l’avoir fait. »

« Effectivement... La lumière, les croix et autres, on ne peut pas y faire grand-chose face à eux, » répondit-il. « Non seulement cela, mais pour ceux d’entre nous qui sommes devenus un vampire à travers la morsure d’un maître, nous devons vivre dans la peur de la mort à chaque instant de notre vie, savez-vous pourquoi ? »

« Comme je le saurais ! » Répondit Rushella avec arrogance.

Ces ennuis de simples roturiers ne la concernaient pas.

Le visage du baron s’était tordu dû à son ressentiment après l’avoir entendue.

« Comme vous pouvez être arrogante, » dit-il. « Pour nous, “serviteurs”, quand les “maîtres” sont détruits, nous périssons aussi dans une réaction en chaîne. Comprenez-vous ? L’immortalité est juste une étiquette vide quand nous les “serviteurs” devons craindre chaque seconde la destruction à travers la réaction en chaîne. Pouvez-vous comprendre ces problèmes !? »

« Je ne veux pas le comprendre, » dit-elle. « Vous êtes juste mentalement faible. Si vous voulez préserver votre existence, laissez derrière vous des descendants. La réaction en chaîne du maître-serviteur ne se propage pas par le sang. C’est seulement un problème entre la personne qui a mordu et celle qui a été mordue. Puisque vos descendants ne seront pas tués, votre lignée continuera d’être transmise. »

« Totalement inepte, » répliqua-t-il. « Je veux que ce soit moi qui survivre éternellement. Mais ce n’est pas uniquement ça. Je ne peux même pas surpasser mon “Maître” en termes de puissance. Tout ce que je peux faire, c’est de craindre la destruction de la chaîne. Peu importe le nombre de sangs que je bois, ce fait ne peut pas être changé. Qui veut d’un tel destin ? »

Le baron avait abandonné son calme antérieur et avait fait des gestes avec ses bras et ses jambes d’une manière exagérée.

« Justement à cause de cela, j’ai pris ma décision, » annonça-t-il. « Je vais atteindre le tabou qu’aucun vampire n’a atteint jusqu’ici : surpasser son maître ! Par conséquent, j’ai cherché le “Véritable Ancien”. Mais peut-être êtes-vous un imposteur ? »

Le baron avait tendu son doigt vers l’encolure de la robe de Rushella. Ses griffes acérées égratignèrent sa large poitrine, laissant une traînée rouge sur sa peau.

« Salopard ! » cria-t-elle.

L’embarras et la légère douleur qu’elle ressentait avaient fait rugir Rushella. Le sang s’était infiltré là où sa poitrine avait été lacérée, puis avait coulé sur le sol.

Rushella réalisa soudainement son intention et baissa les yeux.

Tout comme l’avait fait le baron.

C’était la méthode décrite par Hisui afin d’identifier un Véritable Ancien et le résultat était là.

Un élégant symbole rouge-rose apparaissait sur le sol. En dépit de la chute naturelle due à la gravité, les gouttelettes de sang produisaient un motif extrêmement compliqué et détaillé, marquant d’une façon distinctive le sol. Même un artisan expérimenté aurait eu du mal à produire une telle marque.

« Vous êtes un Véritable Ancien... !!! On dirait que j’en ai finalement trouvé un, » dit-il.

Serrant les poings, le baron parlait avec émotion.

Rushella était également soulagée que sa mémoire ne soit pas créée. Cependant, son humeur s’était soudainement assombrie.

« Maintenant que vous avez vérifié que je suis un Véritable Ancien... Qu’est ce que vous allez faire ? » demanda-t-elle. « Même si c’est avec moi, je n’ai aucun moyen de vous libérer du sort d’un vampire commun ! »

« C’est dur à dire, » répondit-il. « Si votre corps est étudié et complètement compris, alors peut-être que je peux trouver la réponse ? De plus, les Véritables Anciens eux-mêmes sont des mystères totalement inconnus. Si l’humain est la race d’où vienne cette évolution, alors quelle est leur méthode pour se transformer en vampire sans mordre les humains ? S’ils ressemblent à des singes, alors des espèces de branches secondaires à l’espèce principale sont apparues en dehors des humains, quelle est la raison de ces divisions ? S’ils sont comme des extraterrestres, des xénomorphes complètement étrangers aux humains, alors d’où viennent les vampires ? Quelle que soit la vérité, le corps d’un Véritable Ancien doit cacher les secrets pour “surpasser le maître” ! »

Les yeux du baron brillaient d’une lumière dangereusement froide. Une luminosité pourpre cramoisie.

Sa façon de se lécher les lèvres fit geler jusqu’aux plus grandes profondeurs de la colonne vertébrale de Rushella.

Rushella se demandait si elle faisait un visage aussi haineux quand elle suçait aussi du sang.

« Bien que je pensais à faire beaucoup de choses. Pour commencer, laissez-moi goûter le “sang” comme source de pouvoir, » dit-il.

Le visage tordu de laideur, exhalant un souffle qui sentait le sang, s’approcha du cou blanc-pâle de Rushella.

« A-Arrêtez-vous... Éloignez-vous de moi ! » cria-t-elle.

« De quoi avez-vous peur ? » demanda-t-il. « Tant d’années ont passé et vous avez déjà consommé le sang d’innombrables personnes. »

Non ! Elle voulait crier ça. Car dans sa mémoire, elle n’avait bu que le sang d’Hisui.

Le visage devant elle était rempli de gourmandise ou de luxure, on ne pouvait pas le distinguer clairement. Ses yeux injectés de sang semblaient très effrayants.

Et c’est seulement quand elle était placée dans une situation où son sang était sur le point d’être aspiré que Rushella avait finalement éprouvé la crainte et la répulsion ressenties par les victimes. Se tenant debout, avec des yeux creux, la représentante de classe avait-elle ressenti la même chose à l’époque ?

Rushella sentait une respiration lascive proche de son cou.

De longs crocs pointus étaient sur le point de percer sa peau.

« NON...! » Des larmes apparurent dans ses yeux alors qu’elle criait faiblement, correspondant bien à son apparence de jeune fille.

Mais, juste à ce moment-là...

« À quel genre d’émission pour public adulte jouez-vous, vieil homme ? » déclara une voix proche d’eux.

Le Baron avait été saisi par la surprise alors qu’il entendait ces paroles. Rushella aussi était abasourdie.

Avec le cou enveloppé lourdement par des bandages, Hisui se tenait là, souriant, sans peur.

« Bon, mettons de côté le fait vis-à-vis de son âge physique, » dit Hisui. « Son âge mental est clairement celui d’une adolescente, peu importe comment vous la regardez. Faire une telle action sur une mineure, c’est un crime même si la fille y consent. N’est-ce pas le bon sens ? »

« Comment avez-vous... !? » s’exclama Rushella.

Rushella ne pouvait pas s’empêcher de pleurer de joie.

Hisui haussa les épaules afin de cacher son embarras avant de déclarer avec indifférence. « Je vais vous sauver si vous acceptez de m’en devoir une. Alors... mon vieux, avez-vous entendu mon avertissement ? »

« Qui aurait écouté ce genre de conneries... !? » s’exclama Kishida. « Pourquoi pouvez-vous vous opposer à moi !? J’ai bu votre sang ! »

« Malheureusement pour vous, ma constitution est un peu étrange, » répondit Hisui avec calme. « Si les négociations ne fonctionnent pas, alors seule la force reste. »

À ce moment, Rushella et le Baron avaient finalement remarqué la chaîne d’argent enroulée autour de Hisui.

Ainsi que ce qu’il portait sur son dos : une croix géante !

Les deux vampires avaient alors fermé leurs yeux par réflexe et avaient détourné leur visage.

Hisui avait alors planté la Lame de Tzara dans le sol et avait appliqué toutes ses forces sur la croix.

*

« Uruaaaaaaaaaaa!! »

*

Un bruit grinçant fut généré par la croix, qui était comme s’il poignardait le sol. Ces sons aigus résonnaient dans l’entrepôt telle une cloche. Cette vibration, ressemblant à un diapason, avait immédiatement produit un effet qui avait affecté les vampires.

« Ah — ! » Le baron se mit à rugir alors qu’il avait couvert ses oreilles.

Attachée, Rushella ne pouvait que tordre son visage dû à la douleur, en secouant la tête. Même si elle était en train de devenir une vampire, Reina avait quand même dû se couvrir les oreilles et s’accroupir.

Le seul qui n’avait pas été affecté ici était Hisui.

L’utilisation de la Lame Tzara en tant que diapason afin de produire des ondes sonores était juste pour les humains le bruit un peu bruyant d’une cloche. Mais le son produit par une sainte Croix était équivalent pour un vampire à celui d’un chœur chantant des hymnes sacrés.

Hisui avait alors saisi cette opportunité pour passer à côté du Baron et se précipita vers Rushella.

« Vous avez vraiment l’air coquine ainsi... Est-ce que ça va ? » demanda Hisui.

« T-Taisez-vous... pourquoi n’êtes-vous pas venu plus tôt... et aussi, qu’est-ce que c’est que ce bruit... » dit Rushella.

Pour un vampire, ce bruit serait comme de gratter les ongles sur un tableau noir ou une musique mis à plein régime directement dans ses oreilles.

Hisui avait ignoré une Rushella haletante et l’avait aidée à se libérer de ses chaînes.

« Enfoiré... Vous vous mettez partout au travers de mon chemin, » déclara Kishida.

« Ho, vous vous êtes relevé ? » s’exclama Hisui. « Excusez-moi, je suis un peu occupé en ce moment. Alors... Je vous laisse vous charger de ça... Sudou. »

« J’arrive, j’arrive ~❤ ! » Mei était alors entrée dans l’entrepôt tout en faisant cette réponse emplie de séduction.

Au moment où le Baron la découvrit, elle l’avait déjà attrapé par le cou avec ses minces bras et avait jeté tout son corps en l’air !

« Quoi... !? » s’exclama Kishida.

« Même en vue des mesures faites à cause de mon ancêtre, vous savez, je suis malgré tout encore très forte... ❤❤, » déclara Mei.

Mei fit un clin d’œil séduisant au Baron qui était encore dans les airs lorsqu’elle lui parla.

Elle avait élargi son œil droit et de la lumière avait commencé à se concentrer là, puis elle avait tiré un faisceau de chaleur sur le Baron.

Le rayon de lumière focalisé avait alors brûlé le visage du Baron, éclairant instantanément l’entrepôt. C’était aussi brillant que le jour. Le baron brûlé roulait sur le sol avec inélégance.

« Okay. Mission accomplie... est-ce correct ainsi ? » demanda Mei.

Mei était sur le point de se tourner fièrement vers Hisui, mais à la fin, elle regarda le Baron avec une expression sévère.

Elle s’attendait aussi à ça. Comme l’ennemi était un vampire — immortel —, il était difficile à gérer.

« Pas trop mauvaise... fillette !!! » déclara Kishida.

Le visage du Baron était gravement brûlé, mais les brûlures se rétablissaient avec un incroyable rythme.

Même s’ils avaient été brûlés par l’onde de choc d’une arme nucléaire, ils peuvent entièrement se régénérer — voilà ce qu’étaient les vampires.

« Vous êtes de la viande morte !! » cria le Baron.

Le Baron avait dévoilé ses crocs et avait attaqué Mei. Il attaqua de toutes ses forces Mei en utilisant ses griffes qui étaient assez acérées pour servir d’armes.

« Oh, mon Dieu ! Voulez-vous faire un duel de force avec moi ? » demanda Mei.

Mei s’était placée en position de combat et avait bloqué les bras du Baron en utilisant les siens, souriant sans crainte face à une telle situation.

Cette délicate fille qui regardait ainsi un vampire — qui aurait pu s’attendre à ce que Mei remporte un concours de force ? Avec une force brute complètement inégalée, elle repoussa le Baron.

« Hum... Comme prévu de la créature de Frankenstein, » déclara le Baron.

« Comparée au premier, ma force a déjà été ajustée pour être plus faible. Le saviez-vous ? » demanda-t-elle. « Mais dans tous les cas, je suis quand même plus forte que vous. »

« Peut-être, » répondit-il. « Mais vous êtes aussi stupide que votre ancêtre. »

« Qu’est-ce que vous dites !? » cria Mei.

Mei rugit avec colère et appliqua toute sa force. Malgré son désavantage, le Baron resta calme.

« Dites, humaine artificielle... que va-t-il arriver à cette fille en train de se transformer ? » demanda le Baron

Mei avait alors réalisé qu’elle avait été négligente.

À l’intérieur de l’entrepôt... il y avait une personne de plus. Bien qu’approchant de très près un vampire, elle était encore humaine.

Reina se tenait derrière le Baron.

Elle tenait un couteau... contre sa propre gorge.

« Si vous continuez à m’entraver, elle mourra, » dit-il. « Vous devriez savoir que quelqu’un qui se transforme obéira au maître qui l’a mordu, n’est-ce pas ? D’ailleurs, son sang a été presque entièrement aspiré pour qu’elle m’écoute sans limites. Je l’ai transformée ainsi juste au cas où quelque chose comme ça arrivait. »

« Bâtard... ! » cria Mei.

Impardonnable.

Mais même le laser ne pouvait pas lui infliger une blessure mortelle. À moins qu’il ne soit complètement détruit, la situation actuelle allait demeurer inchangée.

Mei était coincée dans une impasse.

Hisui et Rushella étaient également sur le côté, regardant la scène.

La force de Rushella n’avait pas encore récupéré malgré qu’elle avait été finalement libérée de ses chaînes, et c’était dû aux saintes propriétés de la chaîne.

« Que devrions-nous faire... ? » demanda Rushella. « Si cela continue, cette fausse chose et même la représentante de classe seront... ! »

« Je sais, » déclara Hisui. « Alors... dépêchez-vous et buvez mon sang. » Il l’avait dit avec douceur.

Il avait ensuite exposé son cou après avoir enlevé les bandages qui le recouvraient. Bien que ce fut le moyen le plus efficace pour permettre à Rushella de récupérer sa force de combat, elle secoua la tête.

« Non... vous êtes déjà pâle à cause de la perte de sang, » répondit-elle. « Beaucoup de votre sang a déjà été bu, n’est-ce pas ? »

« ... pas tant que ça. Ce n’est pas grand-chose, » dit-il.

Hisui avait essayé d’agir durement, mais les affaires liées au sang ne pouvaient pas tromper Rushella.

Avec une expression attentionnée, elle avait solennellement déclaré. « En fait, vous avez même du mal à bouger votre corps, n’est-ce pas ? Je peux le voir. Si vous vous faites aspirer encore plus de votre sang, alors... ! »

« C’est correct, » répliqua-t-il. « Vous n’avez pas besoin de vous inquiéter de ça. »

« Si je suçais assez pour récupérer mon énergie, vous pourriez... ! » déclara Rushella

« Arrêtez de dire des bêtises et buvez tout de suite..., » déclara Hisui comme s’il ne permettait pas d’objections.

Rushella était devenue silencieuse.

Essayant de la persuader, il continua. « Si cela continue ainsi, Sudou et la représentante de classe et même moi allons tous mourir. Et qui sait quel traitement vous devrez subir. Mais si vous utilisez votre pleine force, ce genre de déchets de troisième ordre peut être facilement écrasé, non ? Au pire, le seul sacrifice sera ma personne. »

« Vous... !!! » s’exclama Rushella.

« Bon, ne vous inquiétez pas, buvez juste assez pour récupérer votre énergie, » dit-il. « Mais vous devez détruire ce vieil homme. »

Hisui regarda dans les yeux de Rushella alors qu’il parlait.

Il n’y avait pas le temps pour l’hésitation.

« Mais... ! » déclara-t-elle.

Comme si cela interrompait leur dispute sur le point de recommencer, Mei fut jetée à terre à côté d’eux.

« Sudou... ! Allez-vous bien !? » demanda-t-il.

« Je pense que... non, » après avoir dit ça, Mei ferma ses yeux et s’arrêta totalement de bouger.

Hisui attira Rushella vers son cou et déclara à nouveau. « Buvez dès maintenant mon sang ! »

Restant silencieuse, Rushella enfonça ses crocs dans le cou de Hisui en guise de réponse.

« Hum... Enfin ! Vous agissez un peu comme un Véritable Ancien, » déclara le Baron. « Cependant, bien que le sang de ce morveux soit savoureux, sa “qualité” est vraiment mauvaise. Même si j’ai autant bu de son sang, je n’ai ressenti aucun pouvoir dedans. »

« ... »

« Au moins, videz-le jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune goutte de sang dans son corps, » déclara le Baron. « De cette façon, il pourrait y avoir un petit effet. »

« Taisez-vous !!! » cria Rushella.

Rushella avait alors rugi et avait sauté en l’air.

À ses pieds gisait Hisui qui était tombé totalement sans force.

Comme Reina et les autres, l’intégralité de son corps avait perdu toutes ses couleurs et son visage blanc pâle ressemblait à celui d’un cadavre.

Tout son sang avait été drainé hors de son corps.

†††

Partie 2

« Bâtard... Je ne vous le pardonnerai jamais ! » cria Rushella.

Rushella dégaina ses deux courtes épées depuis les fourreaux se trouvant sur ses cuisses et trancha le Baron.

Cet étrange maniement de deux lames était rapide comme l’éclair, si rapide que même le Baron ne pouvait y faire face.

Cependant, il avait souri sans peur et avait choisi de battre en retraite.

« Ne pensez pas que vous pouvez fuir ! » déclara-t-elle.

« Je ne fuis pas, je cherche juste à prendre un otage, » déclara-t-il en retour.

Le baron s’était enfui dans la direction d’Hisui qui s’était effondré sur le sol.

Au moment où il enfonça ses griffes dans le cou de Hisui, le visage de Rushella était devenu livide.

« Je le savais, » dit-il. « Votre vitesse est vraiment importante, mais elle est loin d’être au niveau d’un Véritable Ancien. Vous avez probablement essayé de lui laisser du sang pour tenter d’épargner la vie de ce morveux ? Vous ne pensiez pas que je remarquerais ça ? »

« Taisez-vous !! » cria-t-elle. « Éloignez-vous de lui ! »

« Vous êtes si persistante, » répondit-il. « Eh bien... rendez-vous docilement. »

En étant impuissante avec Hisui qui était pris en otage, Rushella n’avait pas d’autre choix que de jeter ses deux épées sans rien dire de plus.

Le baron avait immédiatement attrapé Rushella et l’avait poussée sur le sol.

« Ma servante, » dit-il à Reina. « Si cette fille résiste de quelque façon que ce soit, tue immédiatement le morveux. »

En entendant les ordres du Baron, Reina avait trébuché jusqu’à Hisui.

Voyant son dernier espoir déçu, Rushella avait perdu toute volonté de résister.

Le Baron jubilait fièrement, s’approchant du cou de Rushella avec ses crocs.

Rushella détourna son visage en larmes.

Seulement afin de voir devant ses yeux, Hisui étendu sur le sol tout comme elle.

« ... Hein !? » s’exclama-t-elle.

Son corps complètement dénué de sang bougea soudainement.

Mécontent

Pas assez de sang.

Ces sentiments étaient comme si la vie elle-même avait été drainée hors de son corps.

Oui. C’est le moment que j’attends, pensa Hisui.

Il avait perdu plus de deux litres de son sang. Presque la moitié de son sang avait été retiré de son corps.

En d’autres termes, il était dans une situation critique qui pouvait même lui être fatale.

La pression artérielle avait déjà rapidement chuté. Entrant ainsi en état de choc. Le cœur réduisait son rythme de manière drastique à cause de son appauvrissement en sang.

Alors que sa conscience devenait progressivement floue, des souvenirs rejetés s’éveillèrent en lui.

Sur ce champ de bataille empli de sang et de cris, une personne avait désespérément tenté de sauver sa vie.

« Tu vas vivre !! »

En essayant de le rappeler de la frontière entre la vie et la mort, elle avait désespérément effectué des compressions thoraciques. Ce vampire avait dit ça.

C’est assez, c’était ce qu’il aurait voulu dire.

C’est déjà bien assez. Ne continuez pas sinon..., voilà ce qu’il voulait dire.

Il savait déjà ce qui arriverait à ce vampire, vu qu’elle était exposée à la lumière du jour.

Pour le sauver, pour faire ce genre de chose.

Sa peau était plus blanche et virginale que quiconque. Des cheveux noir couleur du corbeau. Un magnifique visage. Tout s’était transformé en poussière et en cendres.

La destruction avait déjà commencé. Chaque fois que ses mains se pressaient sur ma poitrine, plus de « cendres » tombaient et se dispersaient.

Assez, c’est déjà assez, Miraluka. Pensa-t-il.

Mais cette femme n’avait pas arrêté. Jusqu’à ce que je me réveille finalement.

Afin de m’empêcher de mourir, pour me faire revivre.

Même avec mon sang qui était aspiré par un vampire... elle m’avait fait continuer à vivre en tant qu’un humain.

Même quand j’étais sur le point d’être tué par un vampire... elle m’avait fait ainsi pour que je puisse continuer à vivre. Pensa-t-il. L’éveil est imminent.

Hisui se leva lentement.

Comme pour le montrer à tout le monde, il enleva le pansement de son cou.

Puis, solennellement, il murmura les paroles d’un serment. « ... Eli Eli lama sabachthani. Mon sang est ton sang. Ton sang est mon sang. Du sang entre dans mon corps pour me désaltérer. Dieu Là-Haut qui se trouve dans les cieux, libère-moi de cette croix. Le temps de l’expiation est sur le point d’arriver ! »

L’activation du Mode Anti-Vampire venait d’être effectuée à ce moment-là.

Instantanément, tout le monde avait entendu un bruit, un bruit que tout le monde connaissait, mais c’était quelque chose qu’on ne pouvait pas entendre en temps normal.

Le son particulièrement fort d’un cœur qui bat sans fin.

« Va-t’en, » dit-il.

Au moment où le Baron avait réalisé que c’était la voix de Hisui qui se trouvait derrière lui, il volait déjà dans les airs.

Ce n’était que lorsque son corps avait heurté avec violence le mur qu’il s’était rendu compte qu’il avait reçu un coup de pied.

Impossible.

Ce n’était pas un humain artificiel, mais un humain normal, et même un humain sur le point de mourir.

Mais la réalité était dure et impitoyable.

« Tu dois rester en arrière, Rushella, » dit-il.

En s’entendant appeler par son prénom, Rushella leva les yeux vers Hisui. Son visage était toujours complètement dépourvu de couleur. Mais il n’était pas du tout comme d’habitude.

Le cou exposé après qu’il avait enlevé les pansements montrait que même la chair déchirée par les crocs se régénérait à vue d’œil.

Mais autour du cou blanc, il y avait un symbole noir qui ressemblait à des épines.

Entouré d’épines, le cou avait l’air d’interdire tout contact et semblait annoncer qu’il rejetait tout acte de vouloir lui boire son sang.

La cicatrice qui marquait le centre de sa poitrine brillait d’une lumière cramoisie et cela même à travers ses vêtements !

« Qui êtes-vous !? » cria le Baron.

Face à la question du Baron, Hisui caressa légèrement la cicatrice sur sa poitrine.

« Cette constitution qui est la mienne. Ne devenant pas un vampire, et cela, peu importe combien de sang est bu... si je succombais à une simple succion de sang, ça n’aurait aucun sens, » déclara Hisui. « Par conséquent, au bord de la mort à cause d’une perte de sang, je deviens automatiquement ainsi. »

En effet — c’était devenu ainsi. Afin de se protéger des crocs des vampires.

Bien que né en tant que mortel, il était devenu l’existence capable de s’opposer à n’importe quels vampires.

Récupération rapide des blessures, immunité aux vampires, voilà le genre de constitution qu’il avait eu.

Il était devenu l’Anti-Drac.

Il s’agissait de l’existence diamétralement opposée aux vampires. La némésis des vampires.

Existant au-delà du destin cramoisi.

Iscariot.

Précisément à cause de cette constitution si particulière, il craignait toujours que Rushella ne suce trop de sang.

Parce qu’il ne voulait pas la blesser.

« Se pourrait-il que vous m’ayez demandé de boire votre sang pour vous transformer ainsi !? » demanda-t-elle.

« La perte de sang est difficile à contrôler, » répondit-il. « Si je l’avais fait moi-même, qui sait combien d’efforts cela prendrait alors je t’ai simplement demandé de boire mon sang. Je crois en toi, et je savais déjà que tu arrêterais de boire avant que je ne meure. »

« Idiot... !! » cria-t-elle.

Rushella lui fit une petite tape en étant en larmes, mais son visage était souriant.

« Je te l’ai déjà dit, » dit-il. « Dans les moments critiques, un certain pouvoir va s’éveiller dans mon corps. »

Hisui regarda à nouveau le Baron.

Quant à lui, il regardait Hisui, et ses dents grinçaient.

Les humains ne peuvent pas avoir un tel corps, il se répétait ça dans sa tête.

Mais la réalité était dure à encaisser. Un humain qui renversait le bon sens des vampires se tenait réellement devant lui.

Il était actuellement désavantagé... d’où il décida de faire usage de Reina qu’il avait préparée pour ce genre de situation.

Quand il regarda Reina, il trouva à côté de Reina une autre personne qu’il avait utilisée.

Eruru Kariya.

Le plan précédent de Hisui était d’avoir Eruru afin de l’affecter à la protection de l’humaine tout à fait ordinaire qu’était Reina.

Lorsque l’éveil de Hisui détourna l’attention du baron de Reina, Eruru devait entrer à ce moment-là dans l’entrepôt.

« Vous... ! » cria le baron.

« Vous connaissez mon adresse au tir, n’est-ce pas ? » répondit Eruru. « Vous rater m’est impossible. En dehors de cette pauvre victime ici, s’il vous plaît allez de l’avant et trouvez-vous un autre bouclier de chair. Car après tout, vous ne mourrez pas d’une ou deux balles. »

Eruru parlait d’une manière glaciale. Elle avait déjà sorti une arme qui ne correspondait pas à sa petite taille et dirigea maintenant le pistolet sacré Argentum vers son ancien subordonné.

« ... Vous semblez afficher un front dur, Miss la Consultante, » déclara le Baron d’une manière moqueuse. « Vous n’êtes pas aussi expérimentée que vous le pensiez. Même si vous pouvez être totalement impitoyable envers les vampires, vous ne pouvez pas le faire à un humain... Tant pis... après tout, vous êtes juste une sale contrefaçon. Je ne suis donc nullement surpris de tout ça. »

« ... »

Eruru n’avait pas vacillé. Cependant, la force de son doigt sur la gâchette augmentait.

« Alors... Vous êtes incapable de tirer sur ce foutu gamin, pas vrai !? » s’exclama Kishida.

Le Baron s’était déplacé à ce moment-là.

Eruru appuya en même temps sur la gâchette sans aucune hésitation.

Le bruit du pistolet se fit entendre. Tout comme elle l’avait averti, la balle avait percé avec précision l’épaule droite du Baron.

Le Baron avait alors enduré la sensation de la douleur causée par une brûlure sacrée, mais il sentait qu’il y avait une chance de victoire dans cette situation.

C’est bon. Tant que mon cœur et mon cerveau ne sont pas touchés, peu importe ce qui arrivera, pensa-t-il.

Bien que son corps fut percé, la balle d’argent était conçue pour rester à l’intérieur du corps, ce qui causerait encore plus de dégâts.

Il avait alors forcé son corps à se déplacer.

Une fois que j’aurais atteint ce putain de morveux, si seulement je pouvais me rapprocher de cet humain ! pensa-t-il.

Le baron avait alors montré les capacités à pleine puissance d’un vampire en pleine nuit et avait rapidement saisi Hisui, l’utilisant comme un bouclier face à Eruru.

« Ainsi, vous ne pouvez pas me tirer dessus maintenant, hehe ! » dit le Baron. « Même si vous agissez si durement, vous ne pouvez pas tuer les humains ! »

Comme si elle confirmait ces paroles, Eruru fit une expression troublée avant de baisser son arme.

Le Baron souriait fièrement avant d’attaquer à nouveau le cou de Hisui avec ses crocs !

« Vous ne pouvez pas être transformé en vampire... !? Comment quelque chose d’aussi ridicule pourrait-il être possible !? » demanda le Baron. « Je vais encore boire de votre sang et faire de vous mon serviteur ! »

Avec ça, j’ai une chance de gagner. Faisons de lui mon bouclier de chair, et utilisons-le comme appât, je suis certain qu’il y a différentes manières de l’utiliser, pensa-t-il.

Bien que le Véritable Ancien soit ici, c’est une honte de la laisser s’échapper, mais je pourrais tout à fait revenir plus tard

« Idiot..., » déclara froidement Hisui

« ... Hein !? » s’exclama Kishida.

Il était incapable de boire le sang.

Ses Crocs... ne pouvaient tout simplement pas bouger. Bien sûr, il avait déchiré la peau, il avait également pu percer la chair. Il avait même atteint le vaisseau sanguin.

Cependant, une forte pression l’avait empêché d’aller plus loin. Après un examen plus approfondi, pas une seule goutte de sang n’avait coulé de la blessure de Hisui.

« Impossible... vous !? » s’exclama Kishida.

Hisui n’avait pas bougé d’un pouce.

Tout ce qui bougeait était les muscles de son cou.

En d’autres termes, simplement par la force musculaire, juste en contractant ses muscles, il avait été capable de bloquer les dents du Baron.

« Quoi... !? » dit le Baron.

« As-tu déjà oublié ma constitution ? » demanda Hisui.

Le cou avec son symbole d’épines rejetait physiquement la succion du sang.

Le Système Anti-Drac.

Fidèle à son nom, il rendait la succion de sang complètement inefficace.

« Kishida, laissez-moi vous dire cela, » Eruru se moquait du Baron. « Toutes vos actions ont été prévues dans nos calculs. Nous avions déjà su avant d’arriver ici ce qu’un vampire ferait quand il serait acculé. C’était très facile à deviner. Vous êtes celui qui est tombé dans un piège. »

La mobilité du Baron avait été scellée, son visage pâlissait à vue d’œil.

Puis Hisui contre-attaqua.

« Rushella !! » cria-t-il.

En entendant son prénom qui était appelé à nouveau, Rushella avait immédiatement compris l’intention de Hisui.

« Cassez-vous de là et enlevez votre sale gueule de mon serviteur ! » Rushella avait rugi avec colère, ramassa une épée sur le sol et la jeta dans le cœur du baron.

« Ah — !! » cria le Baron.

Le baron cracha du sang frais. En raison de la douleur intense de son cœur qui venait d’être transpercé, il avait été paralysé pendant quelques secondes.

Hisui n’avait pas manqué cette occasion. Il avait détendu ses muscles du cou, ceci avait libéré le Baron de sa prison et il avait légèrement reculé avant de lui donner un bon coup de pied, créant ainsi une certaine distance afin de se libérer totalement avec ce coup de finition.

« Hi-kun !! » Ayant été frappée plus tôt par le Baron, Mei s’était mise à crier.

Après avoir récupéré un peu de force, elle s’était secrètement déplacée vers la Lame de Tzara qui était plantée dans le sol.

Sa mission initiale était de bloquer le Baron et de déplacer l’arme trop lourde de Hisui.

« Attrapez-là !! » cria-t-elle.

Après avoir déraciné la magnifique croix géante, elle utilisa sa force innée pour la jeter à Hisui.

« Super ! » répliqua Hisui.

La partie circulaire au centre de la Lame de Tzara convenait parfaitement au bras droit de Hisui. Instantanément, le symbole épineux était alors apparu sur le bras droit de Hisui et avait temporairement augmenté sa force.

Elle était maniée tel un bouclier en forme de croix. Mais si elle était utilisée en tant qu’une arme à lame, il serait plus comme un shuriken. Le bras droit de Hisui avait été transformé en un armement anti-vampire combinant attaque et défense.

La simple vue de l’éclat brillant d’argent avait suffi à faire perdre au Baron sa volonté de se battre.

L’image de la croix brûlait dans ses yeux, arrêtant toutes ses fonctions corporelles, y compris la régénération.

Tout cela faisait que c’était le moment idéal afin d’utiliser l’arme anti-vampire avec le maximum d’efficacité pour ainsi pouvoir l’exterminer pour de bon.

« Arrêtez-vous... !!! Ce n’est pas possible... » dit le Baron.

« Oh ~, peu importe, » Hisui avait parlé sans le moindre enthousiasme.

Il s’était senti ennuyé à mort, du plus profond de son cœur, et il avait froidement déclaré cela. « Tout sera remboursé par votre sang. »

Avec un éclair d’argent, il coupa gracieusement le cou du Baron.

La lame tranchante s’était alors tournée vers le corps décapité et avait percé le cœur sans la moindre hésitation !

Ayant découpé la tête avant de percer le cœur, tout ceci recréait fidèlement cette ancienne légende. Le corps du Baron s’était instantanément transformé en cendre.

Le corps s’était rapidement effondré et il va ainsi périr pour toujours sans laisser la moindre trace à part un peu de poussière.

« Bien joué ! » déclara Rushella.

Rushella avait couru vers lui avant d’applaudir avec joie.

Puis Hisui s’était effondré directement au centre de sa poitrine.

« Ah, hé, qu’est-ce que vous faites là !? » s’exclama-t-elle.

Après ça, Hisui n’avait plus du tout bougé. Comme au moment juste avant qu’il se relève... non, son visage était encore plus pâle que ça. Il était déjà tombé dans le coma.

« Ce n’est pas bon du tout... le choc sanguin vient d’avoir bel et bien lieu. Il a besoin en urgence d’une transfusion sinon... » Eruru avait immédiatement remarqué l’état de Hisui et elle avait prises des mesures.

« Peut-il être sauvé !? » demanda Rushella.

« Nous devons le transporter immédiatement. Aidez-moi, s’il vous plaît ! » demanda Eruru.

Puis Hisui avait été déplacé hors de l’entrepôt.

L’aube était sur le point de montrer le bout de son nez.

Le moment de la journée appartenant aux humains était enfin arrivé, mais le garçon surveillé par les trois filles restait toujours à la frontière entre la vie et la mort.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire