La Croix d’Argent et Dracula – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 4 : Agneau Sacrificiel

Partie 4

Après avoir vu le paysage à l’extérieur aussi bien que l’intérieur du bâtiment, alors seulement là, Hisui crut les paroles d’Eruru concernant son organisation.

Le bâtiment dans lequel il se trouvait était le poste de police le plus proche : le poste de police de Seidou.

« Vous êtes vraiment la police... Alors ce monde doit être proche de la fin. » (Hisui)

« Je vais vous raccompagner. » Offrit Kishida.

Hisui réussit cette fois-ci à s’asseoir sur le siège du passager avant.

« Cette fille est vraiment hostile vis-à-vis des vampires. Y a-t-il une raison ? » (Hisui)

« Je ne connais pas les détails... Probablement, un de ses parents en a été victime ? Mais même sans cela, elle possède un fort sens de la responsabilité envers sa mission. » (Kishida)

Cet homme ressemblait au genre silencieux, mais d’une manière inattendue, il répondit à la question de Hisui.

Assis dans la berline sous un ciel nocturne, Hisui continua à demander :

« Votre département engage-t-il des vampires ? » (Hisui)

« ... Pourquoi me demandez-vous cela ? » (Kishida)

« Juste par curiosité. Vous avez bien engagé une créature de Frankenstein, n’est-ce pas ? Et vous avez l’air bien informé concernant les vampires. Voyez-vous, cela s’appelle utiliser le poison contre le poison. De plus, à chaque fois, vous n’exterminez pas toujours les vampires, ce qui signifie que parmi les vampires, certains sont plus raisonnables que d’autres, n’est-ce pas ? Je pensais donc que peut-être il pourrait y avoir un terrain d’entente. » (Hisui)

« ... Vous êtes assez direct. En effet, ils sont dangereux, mais c’est aussi le cas de certains humains. Certains sont satisfaits des sacs de sang et même certains sont volontaires afin de nous aider. Cependant, conformément aux souhaits de mademoiselle Kariya, ils ont tous été rejetés. » (Kishida)

« C’est vraiment une haine complète. » (Hisui)

Hisui haussa les épaules et Kishida arrêta la voiture, puis regarda sa montre avant de dire.

« Désolé, j’ai encore du travail à faire. Si je vous dépose ici, est-ce que cela vous va ? » (Kishida)

« Bien sûr. Ce serait un problème si cette fille se trouvant à la maison me voyait avec vous. » (Hisui)

« Je vais seulement vous demander cela... aidez-nous. Je vais vous laisser nos coordonnées. Même mademoiselle Kariya adhère strictement aux procédures et n’agira pas de manière téméraire. Elle veut juste s’assurer votre sécurité et elle s’inquiète réellement pour vous. » (Kishida)

« ... Même cela, elle n’a vraiment pas été du tout mignonne. » (Hisui)

Hisui grogna tout en regardant la voiture de Kishida partir au loin. Le ciel était déjà sombre. Et le lieu où il se trouvait n’était pas bien loin de chez soi.

Qu’est-ce que Rushella fait en ce moment ?

Il avait pensé à l’appeler afin de demander, mais malheureusement, Rushella n’avait pas de téléphone portable.

Lors de l’achat de vêtements effectuer au cours du week-end, en voyant cela, elle avait « Qu’est-ce que c’est !? Les humains utilisent-ils vraiment ces choses si étranges !? » Et donc, il avait décidé de ne pas lui acheter de téléphone cellulaire.

Tant pis... Après tout, elle devrait être à la maison depuis longtemps.

Une fois qu’il serait rentré, sûrement qu’elle allait commencer a hurlé à propos de l’heure du dîner.

En pensant aux choses ennuyeuses qui allaient venir, vague après vague, Hisui ne put s’empêcher de soupirer. À ce moment-là, une voix put être entendue depuis derrière lui.

« Eh... Kujou-kun ? » (Reina)

« Sera... » (Hisui)

En se retournant, il se retrouva face à Reina. La voyant encore dans son uniforme, il se rendit compte qu’elle n’était pas encore rentrée chez elle.

« Allez-vous... bien ? » (Reina)

« Hein !? » (Hisui)

« Dans l’allée Nichoume... Vous avez été emmené de force dans une voiture !? » (Reina)

« Vous l’avez vu !? » (Hisui)

Hisui ne put s’empêcher de crier. L’avait-elle vu se faire enlever !?

« J’étais très éloignée à ce moment-là. Je pensais que je m’étais imaginé des choses ou que j’avais reconnu la mauvaise personne... Alors je n’ai pas appelé la police... Désolé, mais comme j’étais quand même très inquiète... ! Et bien que vous m’ayez donné votre numéro de téléphone, l’appel n’a pas abouti... » (Reina)

« Uhh ! C’est parce que, hum, cela... C’est juste une connaissance qui voulait que je fasse un tour avec lui... Il me semble qu’il devait bientôt aller travailler et il a dit que ce serait super... c’est pourquoi il m’a traîné de force. Quel gars sauvage ! » (Hisui)

« ... Vraiment ? » (Reina)

« Vraiment, je suis sérieux. » (Hisui)

« Ho ! Merci mon dieu... » (Reina)

Le regard de Hisui errait quand il lui parlait, mais Reina semblait le croire. Quelle enfant pure et innocente !

Leurs maisons semblaient être dans la même direction, alors ils marchèrent côte à côte.

« Kujou-kun, aujourd’hui... Merci, Umm, pendant le cour d’anglais. » (Reina)

« Qu’est-ce que j’ai fait ? » (Hisui)

« Umm, quand je fus appelée afin que je réponde à une question et j’étais incapable d’y répondre... Alors ne m'avez-vous pas discrètement chuchoté la réponse, non ? » (Reina)

« Oh~, c’est vrai, ceci s’est vraiment produit. » (Hisui)

C’était une affaire si insignifiante que même lui l’avait oubliée. Pourtant, Reina, quant à elle, s’en souvenait parfaitement. Se souvenant des bonnes actions des autres, et les remerciant avec sincérité. – Elle n’était vraiment ce genre de personne noble et vertueux.

« Le seul sujet où je suis mauvaise est l’anglais... je suis si envieuse vous concernant. Vous arrivez toujours à répondre d’une manière si fluide et claire quand vous êtes interrogé, même votre prononciation fait penser qu’il s’agit là de votre deuxième langue. » (Reina)

« Et bien, seul mon anglais est relativement mieux que les autres. Mais ceci est uniquement, car ma famille a souvent voyagé un peu partout dans le monde et que j’étais avec eux... Et donc, l’anglais s’est comme imprégné à force dans mon cerveau. » (Hisui)

« Hee... Vous êtes donc l’un de ceux qui sont rentrés de l’étranger ? Ah, c’est aussi pareil pour Rushella-san, n’est-ce pas ? » (Reina)

« Oui ! » (Hisui)

Lors du premier jour de l’école, Hisui avait raconté une histoire comme quoi Rushella avait vécu à l’étranger pendant bien trop longtemps et n’était donc plus habitué aux usages japonais... C’était la version actuelle.

Après tout, Rushella n’avait aucun souvenir de son lieu de naissance. À en juger par son comportement, il s’agissait probablement de l’Europe, la patrie des vampires, mais aucune autre information n’était connue.

« Kujou-kun, bien qu’elle soit un peu étrange, elle semble être très proche de vous, n’est-ce pas ? Vous déjeunez toujours ensemble... » (Reina)

« Eh bien, je suppose que c’est vrai... » (Hisui)

Dans les faits, pour Hisui, il s’agissait seulement de surveiller les actions de Rushella. Mais pour les yeux de ses camarades de classe, ils semblaient être très intimes entre eux.

« Cependant, Rushella-san semble si éloignée des roturiers. Il est donc si difficile d’entamer une conversation avec elle. » (Reina)

En effet, Rushella avait gardé sa distance vis-à-vis des filles de la classe.

Avec à leur tête Reina, certaines des filles amicales de la classe avaient voulu s’approcher d’elle et l’interroger de manière proactive Rushella, mais cela n’avait abouti à rien. À cet égard, même en tant qu’être surnaturel, Mei n’avait eu aucun problème à socialiser.

Mais probablement parce qu’elle était venue à l’école pour pouvoir concevoir des bébés, elle n’avait probablement aucun intérêt pour les filles. Mais depuis que le fait de devenir un ‘humain’ était le but le plus ultime de son espèce, ils avaient toujours essayé de s’entendre avec tous les humains. Elle n’avait aucun ami proche avec qui elle se tenait, mais elle souriait toujours à la personne qui lui faisait face.

« Rushella-san... d’une manière ou d’une autre, j’ai l’impression qu’elle est parfois très triste. Quelque chose est-il arrivé ? » (Reina)

« ... C’est probablement parce qu’elle a quitté son pays et qu’elle est maintenant dans un endroit étranger ? Elle est probablement troublée à cause de cela. » (Hisui)

Parce qu’elle n’avait aucun souvenir, elle avait l’air parfois si solitaire et fragile.

C’était pourquoi elle souhaitait avoir un serviteur totalement dévoué à elle. Mais comme le destin avait joué d’elle, elle avait choisi un mutant qui ne pouvait pas devenir son serviteur alors même que son sang avait été sucé. Mais liée par les anciens rituels des vampires, elle ne pouvait pas aller chercher une autre cible pour le moment.

Comme elle est malchanceuse et pitoyable, peut-être...

Alors qu’Hisui pendait cela, il ressentit brusquement que Reina disparaissait d’à côté de lui. Une ombre noire passant devant lui.

« Hein... !? » (Hisui)

Hisui trouva la situation étrange et regarda dans la direction de Reina. Elle ne pouvait être vue nulle part. Et il y avait de nombreux oiseaux volant devant lui, lui bloquant ainsi la vue.

La horde d’oiseaux volant en formation, ainsi que la puanteur croissante de sang, fit amener Hisui à prendre conscience d’une certaine existence.

Un Vampire se trouvait là.

En utilisant des oiseaux au lieu de chauves-souris qui étaient synonymes de vampires, il semblait moins irréel. S’ils pouvaient contrôler les oiseaux dans la rue comme ça, alors probablement la plupart des vampires choisiraient ce type d’oiseau.

« Va-t’en !! »  (Hisui)

Hisui fit déplacer son sac d’école afin de disperser les oiseaux. Ils se dispersèrent instantanément, libérant la vue de Hisui. Mais cette vue l’amena à désespérer.

Une puanteur de sang était présente.

Le lampadaire était comme un projecteur qui faisait ressortir de l’obscurité la silhouette de Reina.

Il y avait là une ombre noire qui la tenait par-derrière. Alors que Reina bloquait sa vue, Hisui ne vit qu’une vague silhouette, mais il comprenait quand même l’identité de l’ombre.

Il s’agissait, sans l’ombre d’un doute, d’un vampire.

Il venait de finir son repas. Le cou de Reina portait la marque de deux crocs.

« Toi...!!! » (Hisui)

Hisui s’avança vers eux, les yeux de celui qui avait aspiré le sang de Reina s’illuminèrent d’une lumière rouge. Les yeux mystiques, uniques aux vampires, percèrent de part en part Hisui. Mais en raison de sa constitution rendant cela inefficace, Hisui fit simplement un court arrêt avant de continuer à rapidement se déplacer vers eux.

Dans le même temps, la silhouette se fondit dans l’obscurité depuis derrière Reina, disparaissant sans laisser de traces dans la nuit.

Hisui rattrapa frénétiquement en tendant ses mains vers une Reina qui tombait. Heureusement, il réussit à l’attraper avant qu’elle ne touche le sol. Elle reposait, impuissante, dans ses bras.

« Hé, allez-vous bien !? » (Hisui)

Mais Reina ne répondit pas. Sa seule blessure externe avait été faite à son cou, mais son corps tout entier était pâle à cause du manque de sang, comme si elle était dans un état d’anémie temporaire.

Une grande quantité de sang avait été aspirée — en d’autres termes, le degré de vampirisation était déjà très sévère. La fille avait qui il discutait et souriait comme si c’était tout à fait naturel, juste avant cela, était devenue une existence étrangère et tout cela en un clin d’œil.

Un début de vie scolaire venait d’être taché par une horrible couleur rouge sang. Hisui sentit une émotion noire qui brûlait à l’intérieur de lui-même.

Faisant grincer ses dents, il leva les yeux pour voir un visage familier.

« Vous... ! » (Hisui)

Rushella était là. Et dans sa main droite se trouvait une courte épée d’où du sang tombait goutte à goutte. Un liquide rouge brillant était présent sur le côté de ses lèvres.

Même sa respiration était irrégulière. Elle haletait fortement.

Serait-ce elle ?

Hisui ne le déclara pas. Il avait peur de le dire.

Rushella se tenait simplement là, sans expression.

Dans ce silence gênant, la faible voix de Reina se fit entendre. Ses doigts minces tremblaient, mais ils pointaient très nettement dans la direction de Rushella.

« ... Quel est le problème ? » Demanda Hisui.

Reina répondit tout doucement. « Cette... fille. » (Reina)

« ...!? » (Hisui)

« M’a sucé... mon... sang... juste... avant... » (Reina)

Puis, après avoir dit cela, Reina s’évanouit comme si elle avait rendu son dernier souffle. Son mince bras pendait désormais, impuissant, vers le sol.

Hisui regarda silencieusement Rushella.

Ce que Reina venait à l’instant de déclarer, Rushella avait aussi dû l’entendre. Hisui voulait savoir comment elle réagirait.

Mais Rushella s’éloigna de là, couvrant sa bouche.

« Hey...! » (Hisui)

Rushella ne tint pas compte des appels de Hisui et elle partit toute seule au loin.

Seul le poids du corps de sa camarade de classe était pressé dans ses bras. Son esprit était en train de penser à des choses qu’il ne souhaitait pas penser.

La seule chose que Hisui pouvait faire à l’heure actuelle, c’était appeler Kishida avec qui il venait de faire connaissance tout à l’heure.

Kishida se dépêcha et arrangea pour que Reina soit transportée jusqu’à un hôpital. Puis Hisui fut conduit jusqu’au poste de police afin qu’il fournisse son témoignage.

Après que toutes les procédures eurent été terminées, Hisui fut enfin autorisé à rentrer à la maison, il était déjà proche de l’aube.

En raison du manque de sommeil, il marchait d’un pas chancelant jusqu’à la maison. Il était déjà temps de partir pour l’école, mais Rushella n’était pas à la maison.

Bien qu’il avait eu beaucoup de choses qu’il voulait dire, son cerveau était déjà en grève. Hisui n’avait pas d’autre choix que d’aller dans sa chambre et de se coucher sur le lit.

« ... Avez-vous... sucée son sang ? » (Hisui)

Impossible de dire si c’était des chuchotements ou s’il parlait dans ses rêves, car la conscience de Hisui avait déjà coulé dans l’obscurité.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire