La Croix d’Argent et Dracula – Tome 1 – Chapitre 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 4 : Agneau Sacrificiel

†††

Chapitre 4 : Agneau Sacrificiel

Partie 1

« Donc, fondamentalement, Hi-kun, vous le faites une fois par jour avec ce véritable ancien amnésique ? » (Mei)

« Ne pouvez-vous pas le dire d’une manière moins étrange !? Il s’agit juste de mon sang qui est sucé par elle, d’accord ? Ceci n’a rien d’amusant ! » (Hisui)

« C’est donc comme ça, n’est-ce pas ? Et puis, à propos de cette enfant, avez-vous découvert des choses ? » (Mei)

« ... Aucun indice pour le moment. Dites, s’il vous plaît, pouvez-vous utiliser une description différente... » (Hisui)

Après l’école, Hisui se trouvait là, allongé sur le bureau se trouvant dans la salle de classe.

Ses camarades de classe étaient déjà partis depuis longtemps et dans la salle de classe, il ne restait plus que lui et Mei qui se trouvait à côté de lui.

Après la première fin de la semaine, plusieurs jours s’étaient déjà écoulés. Rushella avait commencé officiellement à fréquenter l’école. Hisui n’avait depuis guère interagi avec d’autres camarades de classe, mais il avait souvent conversé avec Mei comme il le faisait maintenant.

Au cours de la discussion d’aujourd’hui, Hisui avait essayé de lui demander son avis sur les origines de Rushella, mais Mei et sa “race” ne connaissaient pas trop les vampires.

« ... De toute façon, d’où est venue cette fille ? » (Hisui)

En utilisant le temps à disposition pendant la fin de la semaine, Hisui avait recherché les origines de Rushella par tous les moyens dont il disposait, mais n’avait toujours pas trouvé le moindre indice.

Il avait même essayé d’aller dans la forêt où elle s’était réveillée. Et comme il n’y avait pas le moindre signe de personnes vivant là-bas, on ne pouvait pas s’attendre à trouver des témoins. Hisui avait pu confirmer la position du cercueil. Il y avait là-bas des marques très claires d’où il avait été placé, mais ceci ne donnait aucun indice sur depuis quand il avait été placé là-bas.

Hisui essaya même de faire analyser les pièces en or de Rushella dans un magasin certifié d’antiquités, mais en dehors du fait qu’elles étaient de véritables pièces d’or, rien n’était connu : ni sa période, ni son pays d’origine ou sa provenance. Rien du tout. Selon le marchand d’antiquités, il aurait pu être simplement moulé, mais ne jamais être utilisé en circulation.

« Et donc, la fin de la semaine a finalement été gaspillée comme ça. J’ai utilisé mon précieux jour de repos pour rien. » (Hisui)

« Ho mon cher. Mais n’êtes-vous pas heureux de pouvoir marcher avec elle ? Quand cette enfant essayait des vêtements, vous étiez tout le temps en train de faire des commentaires du genre “Celui-ci vous vas à ravir”. Vous avez même visité la zone des sous-vêtements avec elle. » (Mei)

« Non, c’était juste qu’elle me traînait pour aller acheter les nécessités quotidiennes, ainsi que ses vêtements. Je les ai donc achetés pour elle, mais elle porte quand même toujours ma chemise quand elle à la maison ? Hé ! Comment pouvez-vous savoir tout cela ? » (Hisui)

« J’achetais ma garde-robe pour ce printemps quand je me suis retrouvé par hasard avec vous. Et donc, je vous ai suivi et je vous ai observé. » (Mei)

« Qu’entendez-vous par, “nous suivre et nous observer” !? Ne parlez pas si facilement comme si vous étiez un harceleur et que tout cela était normal pour vous ! » (Hisui)

« Ne me sous-estimez pas. Mes ancêtres sont depuis des générations des harceleurs professionnels. Afin de se venger, cela signifiait automatiquement qu’il fallait suivre le créateur. Et si cette capacité était utilisée pour l’amour, alors imaginez-vous les conséquences ? » (Mei)

Hisui ne voulait surtout pas se l’imaginer.

Sur la base de la fin du roman original, même s’il s’était échappé au pôle Nord, elle le suivrait très probablement.

« ... On dirait que vous vous éloignez de plus en plus de la lycéenne. » (Hisui)

« Oh là là ! Dites-vous que j’ai un problème quelque part ? » (Mei)

Mei rapprocha alors son visage.

Grâce aux deux premiers boutons ouverts de son uniforme, le décolleté du massif buste de Mei ainsi que son soutien-gorge rose entrèrent pleinement dans la vision de Hisui.

Il s’agissait bien d’une fille qui rivalisait en beauté avec Rushella. C’était bien le pire des aspects.

Pour être honnête, si Mei décidait d’y aller à fond, alors Hisui n’avait aucune confiance s’il pouvait résister à sa “fabrication de bébé”.

Hisui rougit et détourna le regard, puis un sauveur inattendu arriva.

« Rentrons à la maison... Hé ! Pourquoi êtes-vous ici ? » (Rushella)

En voyant Mei, Rushella fronça les sourcils et s’approcha.

Elle portait un uniforme depuis le début de cette semaine. Sans son parasol, elle ressemblerait probablement vraiment à une lycéenne bien habillée.

« Je suis libre d’aller où je veux, n’est-ce pas ? Jusqu’à ce que j’ai pu obtenir Hi-kun, je ne partirais pas ! » (Mei)

« Qui est Hi-kun ? » (Hisui)

« Hisui, donc Hi-kun. Comprenez-vous ? Mais un jour, je l’appellerai Hiihii❤. » (Mei)

« Absolument impossible. » (Hisui)

Malgré les protestations de Hisui face à cet étrange surnom, Mei ne semblait pas vouloir arrêter.

Elle avait l’air très assurée vis-à-vis de sa victoire et après cela, elle se dirigea vers Rushella.

« Peu importe comment vous habiller, c’est inutile. Un vampire devrait tout simplement aller dormir dans son cercueil jusqu’à ce que la nuit tombe, n’est-ce pas ? » (Mei)

« La fausse poupée devrait faire de même, rester là tranquillement et agir comme une décoration, d’accord ? » (Rushella)

Dès lors, les deux filles s’affrontèrent, et une bataille était sur le point de se déclencher.

Un instant plus tard, elles firent toutes deux un “Hmph” avant de partir chacune dans une direction.

Mei alla jusqu’à la sortie de la salle de classe, puis lâcha un mot d’avertissement.

« Il vaut mieux faire attention, Hi-kun. Même si vous pouvez conserver votre constitution secrète vis-à-vis des autres humains, si vous continuez à traîner avec une vampire, alors vous serez traités comme un de leur race. » (Mei)

« ... Peut-être. » (Hisui)

Le garçon qui avait été élevé par une vampire répondit sans ambiguïté cela, tout en regardant Mei partir.

Rushella s’approcha de lui puis bloqua sa vue.

« ... Quoi ? » (Hisui)

« Toi, Umm... est-ce que tu aimes ce genre de femme ? » (Rushella)

« Qui pourrait aimer une femme qui vous pousse au sol brusquement... Elle vise uniquement mon corps. Oui, uniquement mon corps. Ce genre de terrible relation entre les sexes, ce n’est pas tout à fait... » (Hisui)

« Vraiment... c’est bien alors. Rentrons à la maison. » (Rushella)

Rushella satisfaite hocha la tête puis elle exhorta Hisui à rentrer rapidement.

Quelques instants plus tard, les deux sortirent par l’une des portes de l’école et se rendirent jusqu’à la maison.

« En passant, as-tu rejoint l’un de ces trucs appelés “klub” ? » (Rushella)

Rushella demandait-elle cela, car elle avait assisté à la réunion d’introduction des clubs ? Il s’agissait d’un rassemblement où les classes supérieures venaient présenter les clubs aux nouveaux étudiants.

Dès le départ, l’intérêt de Hisui concernant cela était nul, alors il avait répondu complètement sans aucun enthousiasme.

« Non. Si possible, je serais dans le club de retour à la maison. » (Hisui)

« Qu’est-ce que c’est ? Je n’ai pas entendu de mentions de celui-ci aujourd’hui !? » (Rushella)

« Les activités consistent en ceci. Après une journée fatigante de cours, après l’école, il faut chanter les éloges au printemps de la jeunesse. Le plus grand problème est que l’enseignant habituel a dit bien trop d’insultes pendant l’appel du matin et donc, il a été licencié. Ceci est principalement dû à la personnalité de l’enseignant. Je suppose que j’ai de la chance, car notre appel du matin est beaucoup plus court que les autres classes. » (Hisui)

« Fondamentalement, vous voulez dire que vous voulez aller à la maison directement après les cours. Ne vous contentez donc pas que de débiter des âneries sans arrêt. » (Rushella)

« Vous ne le comprenez que maintenant. » (Hisui)

Rushella acquerrait peu à peu le bon sens moderne et il devenait de plus en plus difficile de la prendre en défaut.

Même si elle éprouvait encore des problèmes avec ses études, surmonter cela était probablement juste une question de temps.

« Les enseignants ont dit que lors des prochains jours étaient prévues des heures de visites pour que nous puissions observer librement les “klubs”. Comptez-vous y aller ? » (Rushella)

« Je ne suis pas intéressé. Mais à en juger par votre ton... quoi, voulez-vous y aller ? » (Hisui)

« Je veux juste jeter un coup d’œil. Umm, ces personnes qui s’intéressent aux “klubs”, ils ont l’air tellement amusants. Je suis juste curieuse... à propos de quoi il s’agit. » (Rushella)

Bien qu’elle essayait de paraître indifférente, Rushella ne pouvait cacher sa grande curiosité et son intérêt pour la vie des clubs.

En tout cas, maintenant qu’elle avait de la nourriture et un abri couvert, elle s’intéressait à toutes sortes de choses. Dans sa vie scolaire, il semblerait qu’elle ait ciblé les activités de club. Mais pour un vampire...

« Mais, mmmm... vous êtes une... » (Hisui)

« Je le sais déjà. Faire des activités dehors n’est pas bien. Ou plutôt, tout ce qui concerne les sports n’est pas bien. Je sais au moins cela. » (Rushella)

Les vampires et les humains. La différence de capacité physique était bien entendu très évidente, et cela même au cours de la journée, lorsque l’activité d’un vampire était la plus faible. Si Rushella rejoignait les activités d’un club humain, cela reviendrait à tricher face aux autres.

« Mais... il reste les clubs culturels. Voulez-vous... bien regarder avec moi ? » (Rushella)

« Bien sûr, alors ouvrez la voie. » (Hisui)

Rushella sourit joyeusement puis s’accrocha à son bras.

« Q-Qu’est-ce que vous faites là !? » (Hisui)

« Hein !? Le fait d’escorter votre Maître fait bien partie de votre travail, n’est-ce pas ? » (Rushella)

« Umm, eh bien ! Aujourd’hui, nous avons déjà quitté l’école, alors que diriez-vous de demain... » (Hisui)

« Bien sûr. » (Rushella)

Bien que Rushella soit d’accord, elle ne se décrocha pas du bras de Hisui.

« Dites, Rushella ? » (Hisui)

« Quoi ? » (Rushella)

« Et bien ! Humm... » (Hisui)

Son corps était en contact avec lui, tout comme ses seins, ses seins, ses seins ainsi que ses seins ou ce genre de choses.

« Quoi ? Les garçons et les filles ne marchent-ils pas comme ça ? Regardez, toutes les personnes dans les environs font bien cela. » (Rushella)

Toutes les personnes dans le champ de vision de Rushella étaient des couples. Comme ils étaient un peu loin de l’école, près de la gare, dans les environs il y avait beaucoup de couples qui se tenaient les mains. Hisui avait à l’origine voulu lui dire la vérité, mais pour éviter que Rushella n’entre dans son mode déraisonnable, il avait abandonné avant même de le faire.

Cette demoiselle était si arrogante et vaniteuse, mais elle était complètement vulnérable dans ce domaine-là.

Par exemple à la maison, quand elle portait seulement un T-shirt ou qu’elle était enveloppée pendant de longues périodes avec rien de plus qu’une simple serviette de bain. Mais s’il l’avait signalé, alors elle serait immédiatement devenue avec un visage d’un rouge profond et elle aurait même pu devenir violente.

Pour éviter une catastrophe totalement inutile, Hisui continua donc à marcher étroitement en tenant le bras de l’autre.

Et les arrière-pensées... bien sûr que non.

« Haaa... je devais aller faire des achats. Nous n’avons plus de lait. » (Hisui)

« D’accord, mais il faut aussi acheter de la viande. Et n’oubliez pas le vin rouge. » (Rushella)

« Nous n’achèterons pas tout, surtout en ce qui concerne le vin. » (Hisui)

« C’est n’importe quoi !? Votre cuisine n’est pas si mal, mais elle est bien trop simple. Je veux manger quelque chose d’un peu plus sanglant. » (Rushella)

Après tout, en tant que vampire, le régime alimentation de Rushella était consisté principalement de viandes. Non seulement elle aimait la viande, mais elle l’aimait surtout quand elle était à moitié cuite. C’était probablement dû au sang. Elle aimait toutes sortes de produits laitiers. Et aussi, les desserts et les bonbons.

Elle avait également un intérêt personnel assez inhabituel pour le vin rouge. Hisui l’avait naturellement interdit et à la place, il utilisait actuellement du jus de raisin comme remplaçant.

« Ce soir, nous mangerons du poisson rôti. Oh, je ferais mieux d’acheter aussi des radis que je couperais en morceaux. » (Hisui)

« Puis après cela, laissez-moi avoir une bonne ration de sang. Je n’ai pas pu en boire ce matin ! » (Rushella)

« Vous êtes celle qui avez dormi trop longtemps. Mais pour moi, j’en remercie le ciel. » (Hisui)

« Mais le fait de m’offrir votre sang est votre devoir. Même s’il s’agit de moi, je commencerais quand même à m’en prendre sans distinction aux humains si je ne peux pas perdre cette envie, vous comprenez ? » (Rushella)

Cette simple phrase rendit le visage de Hisui sombre.

« Oui... c’est vrai, je le savais déjà. » (Hisui)

Il comprenait parfaitement. C’était bien ce que les vampires étaient en tant que créatures.

Hisui afficha alors un regard de compréhension et Rushella lui relâcha le bras avant de déclarer cela.

« Il vous suffit d’obéir et de m’offrir votre sang d’une manière correcte. » (Rushella)

« Ce n’est pas amusant du tout. Et peu importe combien de fois vous l’avez déjà fait, vous êtes toujours si maladroite. » (Hisui)

Hisui couvrit frénétiquement sa bouche à mi-chemin. Puis, timidement, il regarda dans la direction de Rushella... Mais il était trop tard. Elle se mordait déjà la lèvre, le regardant avec colère. Depuis le jour de la pluie, ce sujet était tabou.

Et même si elle était très maladroite dans les faits, Hisui s’était toujours abstenu de le dire en dehors de ses pensées... mais ceci avait fini par sortir par erreur.

« ... Rentrons à la maison. » (Rushella)

« Umm... » (Hisui)

« ... Une fois que j’aurais retrouvé mes souvenirs. Oui sûrement... » (Rushella)

Rushella parlait avec colère puis brusquement, elle accéléra son rythme.

« Heee ! Attendez un peu... ! » (Hisui)

Et avant même que Hisui ne puisse la poursuivre, Rushella n’était déjà plus visible. Mais Hisui la poursuivait malgré tout.

Et après être sorti de la route principale, il entra dans une ruelle désolée. Au moment où il s’arrêta afin de rechercher des signes de la présence de Rushella, une voiture de luxe noir s’arrêta juste à côté de lui.

Et presque au même instant, la porte du conducteur s’ouvrit et un homme de grande taille sortit de la voiture.

« Vous êtes bien Kujou Hisui, n’est-ce pas ? » (Conducteur)

Habillée en noir, y compris sa cravate noire, des lunettes noires, et un costume noir — un homme en noir comme dans les films.

Il portait une mallette en cuir noir. Sauf son visage, tout en lui était noir. Il avait un beau visage. Il avait l’air assez mature et une bonne personne, probablement la trentaine.

Il avait une légère raie sur l’un des côtés de ses cheveux et sa chevelure était comme collée très près de son crâne, donnant l’impression qu’il manquait d’individualité.

« ... Je le suis bien. C’est à propos de quoi ? » (Hisui)

« S’il vous plaît, veuillez nous suivre. » (Conducteur)

Hisui avait répondu avec méfiance.

« Quelque chose ne va pas ? » (Hisui)

« Tout vous sera expliqué plus tard. » (Conducteur)

Tout en disant cela, l’homme frappa violemment Hisui en plein dans le ventre.

« Urghh... » (Hisui)

Hisui se replia sur lui même, puis, un instant plus tard, il reçut un coup de karaté sur l’arrière du crâne.

Cette attaque double fut un succès qui rendit immédiatement Hisui inconscient

Puis, l’homme ramassa habilement le corps d’Hisui avant de le jeter dans la voiture.

La voiture démarra aussitôt après et ainsi, elle quitta la scène sans laisser la moindre trace.

Cependant, il y avait encore une personne sur les lieux, pouvant témoigner de tout.

†††

Partie 2

« ... Dites, et maintenant, vous êtes satisfaits ~~ vous les kidnappeurs ? » (Hisui)

Quelques heures après la soudaine scène d’enlèvement, Hisui criait de colère sur ses ravisseurs.

Il était actuellement dans une pièce faiblement éclairée.

Il y avait un bureau et beaucoup de livres ainsi que des documents présents ici. Il s’agissait probablement d’une pièce utilisée à des fins administratives.

Mais, avec les coudes sur la table, laissant reposer sa tête sur ses mains, la personne assise devant le bureau ne semblait pas correspondre à cette pièce.

« Le terme de kidnappeur n’est-il pas un peu excessif, Monsieur Kujou Hisui ? » (femme inconnue)

La voix qui parlait à Hisui sonnait vraiment très jeune et mignonne.

Assise sur la chaise, la personne correspondait bien à la voix, car il s’agissait d’une fille toute petite et fragile.

Elle avait l’air d’avoir douze ou treize ans, et elle portait des lunettes. La chemise à franges qu’elle portait lui donnait vraiment des airs d’une très jeune fille. Son visage mignon était vraiment tel celui d’une poupée.

« En utilisant une façon aussi barbare pour m’amener ici, je ne pense pas qu’il y ait un mot plus approprié que ravisseur pour vous décrire, n’est-ce pas ? » (Hisui)

« Mais moi, d’un autre côté, je crois plutôt que nous vous protégeons. » (femme inconnue)

« Allez savoir. D’ailleurs, qu’est-ce que c’est que toute cette série de scènes inexplicables ! Est-ce un jeu de punition !? » (Hisui)

Naturellement, Hisui était en colère.

Avant d’être emmené dans cette salle, il avait subi beaucoup de traitement déraisonnable.

 

 

D’abord, des échantillons de sang avaient été récoltés alors sa tête avait été submergée dans un récipient en argent rempli d’eau.

Ensuite, il avait été forcé de mâcher de l’ail cru, et après avoir mâché, il avait eu droit à une croix posée contre son visage.

Alors que tout cela avait largement dépassé sa patience, sa vue avait été masquée par un sac de transfusion sanguine.

« Voulez-vous un verre ? »

On lui avait même posé une telle question.

Naturellement, Hisui n’avait aucun désir de boire, il avait simplement secoué la tête, surprise. Cette personne avait fini par verser le contenu du sac dans un grand verre de vin comme s’il disait "Ne soyez pas timide, soyez mon invité.".

« Non, j’ai déjà dit que je n’avais pas soif. » (Hisui)

... Après avoir refusé, il y avait eu beaucoup d’autres procédures incompréhensibles, et finalement il avait été traîné jusqu’à arriver dans cette salle. En passant, ses mains étaient actuellement menottées et donc, il n’était toujours pas libre.

« C’est quoi ce bordel ? Hé, qu’est-ce que vous essayez de découvrir sur moi ? » (Hisui)

« Vous ne vous êtes toujours pas rendu compte ? Ce n’est qu’un bilan tout à fait ordinaire. Il s’agit de vérification pour voir si vous êtes un vampire ou un humain tout à fait normal. »

La jeune fille parlait froidement, regardant les rapports se trouvant dans sa main afin de les lire.

« Heureusement, vous avez passé avec succès tous les tests. Et comme c’est agréable de savoir, vous êtes toujours humain. »

« Je ne comprends vraiment pas de quelle connerie vous parlez. » (Hisui)

Toujours en colère, Hisui n’avait pas retenu ses mots. La jeune fille plissa alors ses yeux de déplaisir.

« Kishida. »

Debout à ses côtés, l’homme hocha la tête. Se rendant jusqu’à Hisui, il a remis alors une carte de visite.

Cet homme était le coupable qui l’avait enlevé et amené jusqu’à cet endroit. Hisui se rendit compte de ce qui avait été écrit sur la carte de visite.

« ... Consultant Spécial au Département de Police Métropolitaine, Section des Enquêtes Surnaturelles... Eruru Kariya... C’est quoi ces conneries ? » (Hisui)

« Exactement ce que ces mots indiquent. À proprement parler, je ne suis pas un fonctionnaire d’État. Mais à cause de mes connaissances et de mes réalisations, j’ai été recruté en tant qu’expert. Et mon expertise est liée aux vampires. Ravie de vous rencontrer. » (Eruru)

Eruru lui parla avec un visage ne montrant aucun sentiment. Elle possédait clairement un nom mignon et un visage très mignon, mais son comportement n’était vraiment pas mignon.

« Il me semble qu’avant cela, j’ai déjà lu quelques choses dans un rapport sur des légendes urbaines... comme quoi il existerait une équipe d’enquêtes spéciales chargée de résoudre des cas pas très classiques ? » (Hisui)

« Il s’agit juste d’un travail de police tout à fait normal. Notre travail consiste à investiguer dans des affaires qui ont des relations avec des entités surnaturelles. Et de nous occuper des coupables. En ce qui concerne l’examen précédent que vous avez eu, vous pouvez probablement comprendre ce dont vous étiez soupçonné ? Alors, arrêtez de vous la jouer stupide, Kujou-san. » (Eruru)

Eruru était telle une poupée française, avec de grands yeux brillants qui regardaient Hisui alors qu’elle parlait.

À en juger par ce titre de consultant spécial, son âge et avec ce qu’elle venait de dire, elle n’était pas un membre officiel de la police. Mais son regard aiguisé n’était pas inférieur à celui d’un interrogateur expérimenté.

« ... Ce rapport mis à la une a également parlé de la police spéciale qui avait résolu des cas qui ne pouvaient pas être expliqués par la science. Et selon celui-ci, la MPD possède un bureau sous terre où des réunions effrayantes se tiennent dans des salles de réunion faiblement éclairées ? Vous appartenez donc à ce truc ? Une organisation qui agit dans le cadre du MPD ? » (Hisui)

« Il s’agit là d’une branche secrète. Après que toute la nation ait admis ne pas pouvoir révéler l’existence d’entités surnaturelles au grand public. Cependant, c’est la vérité. Les créatures surnaturelles qui se baladent dans notre pays sont une crise pour la nation. Et les Vampires sont les pires de tous. Et pour couronner le tout, ils peuvent même affecter la dignité des citoyens. À cette fin, ils doivent être surveillés dès qu’ils sont découverts. Et si des victimes apparaissent, alors elles doivent immédiatement être mises en quarantaine et protégées. Tout comme nous avons fait avec vous. » (Eruru)

« J’ai compris... Donc, il semble que vous ayez découvert Rushella. Je n’ai jamais pensé pouvoir la cacher pour toujours. Mais pour penser que le chat sort du sac si vite. » (Hisui)

« Un collaborateur nous a informés. En raison de la nature de notre organisation, nous avons des collaborateurs répartis partout dans le pays. » (Eruru)

« ... » (Hisui)

Hisui sentit une sueur agaçante sur son visage. Bien qu’il puisse se risquer à faire une supposition, il lui demanda quand même.

« ... Un collaborateur, qui ? » (Hisui)

« Sudou Mei. » (Eruru)

« C’est donc elle l’informatrice, la garce !! » (Hisui)

Hisui se sentit épuisé. Il avait un genre de sentiment comme quoi il ne pouvait faire confiance à personne.

Et Eruru répliqua froidement comme si elle avait été insultée.

« Pourquoi êtes-vous surpris tel un idiot ? Protéger les citoyens face aux entités surnaturelles est notre travail. Être informé des créatures non humaines est donc prévisible, n’est-ce pas ? » (Eruru)

« Uh, bon, d’accord... Mais, qu’est-ce que le mot collaborateur signifie ? » (Hisui)

« Exactement ce que cela indique. Le but de leur espèce est de devenir des humains, donc ils ne portent pas préjudice aux humains. Mais les vampires sont différents. Donc, naturellement, nous sommes alliés d’une certaine manière avec Mei. Pour les laisser vivre des vies humaines normales, nous les aidons à établir des enregistrements publics et des enregistrements de naissance, etc.. En retour, ils nous aident dans nos missions. Y a-t-il un problème avec ça ? » (Eruru)

« ... Pour le moment, je ne souhaite même pas vous répondre. » (Hisui)

« Pourquoi êtes-vous si déprimé ? Elle accomplit simplement son devoir. Et cela signifie de faire tout pour l’humanité. Un humain artificiel qui agit d’une manière plus humaine que vous. N’avez-vous pas honte de vous ? » (Eruru)

Les paroles d’Eruru étaient vraiment sans merci. C’était comme si du sel qui était jeté dans ses blessures, et donc, Hisui se fit dire une vérité qu’il connaissait déjà sans montrer la moindre émotion.

« ... C’est donc à cause du rapport de Sudou que j’ai été soupçonné d’être victime de la morsure d’un vampire, n’est-ce pas ? » (Hisui)

« Exactement. Cependant, il n’est pas si facile de distinguer les humains ordinaires des vampires et des humains qui sont au cours du processus de transformation en vampires. Des examens complexes sont nécessaires. » (Eruru)

« Vraiment ? Je pensais qu’il était facile de faire la différence. » (Hisui)

« Naturellement, un humain comme vous avec une connaissance à moitié fausse ne le saurait pas. Les vampires se sont très bien adaptés à la société humaine. Mais je pense que même quelqu’un comme vous saurait qu’ils craignent la lumière du soleil. Mais actuellement, il existe des produits spéciaux de protection contre la lumière qui peuvent être appliqués sur la peau afin de se protéger contre cela. » (Eruru)

Ce à quoi Hisui répliqua simplement : « Mais un tel produit n’est pas parfait. Après l’avoir utilisé, la peau est brillante et donc, c’est très facile à repérer. Même les produits de haute classe qui ne peuvent être repérés à l’œil nu sont faciles à trouver par le biais du toucher. En outre, les produits de blocage de lumière ne fonctionnent que pendant un jour tout au plus. Oubliez le fait de le réappliquer, et ceci serait fatal. Donc on ne peut pas trop compter sur eux. Et la préparation de ce produit est également gênante. Être capable de surmonter la faiblesse face à la lumière du soleil est juste un rêve. S’ils veulent marcher à la lumière du jour, alors utiliser un parasol est plus pratique. » (Hisui)

« ... Mon Dieu ! Donc vous comprenez tout cela aussi bien. » (Eruru)

Le visage d’Eruru changea totalement, et c’est seulement alors Hisui se rendit compte qu’il avait fait une erreur.

Il était bien trop informé dans ce domaine, et cela serait suspect si cela était découvert. C’est pourquoi il avait toujours essayé d’éviter de laisser les autres connaître l’étendue de ses connaissances.

« Je l’ai entendu seulement par hasard. Mais en termes de tests, un test sanguin n’est-il pas suffisant ? Qu’y avait-il avec toutes ces procédures si clichées ? » (Hisui)

« Ce sont les procédures les plus efficaces. Le test sanguin était plus pour comprendre votre état de santé. Une fois mordu par un vampire, le sang d’une personne diminue graduellement en volume et les proportions de toutes sortes de marqueurs changent progressivement. » (Eruru)

« Alors, le fait de comparer mon sang avec celui d’un vampire, n’est-ce pas clair maintenant ? » (Hisui)

« S’il vous plaît, taisez vous, amateur ignorant. Les marqueurs d’un vampire et d’un humain sont complètement identiques. Si vous êtes forcé de vraiment les distinguer, alors seuls des moyens occultes peuvent être utilisés. » (Eruru)

Eruru fit un « Pfff » et se moqua de l’ignorance de Hisui.

Cependant, Hisui avait naturellement déjà ce niveau de connaissance. Il avait simplement agi en tant qu’amateur pour confirmer le niveau de connaissance de l’équipe d’Eruru.

Ils se rendent compte que l’essence d’un vampire dépasse la science, hein. Pas bien, il s’agit donc de véritable expert.

Hisui soupira pour lui-même tout en continuant à maintenir un regard sans expression alors qu’il changeait de sujet.

†††

Partie 3

« ... Humm ! Et donc, ces critères disent-ils si je suis bien un humain ou non ? » (Hisui)

« Exactement. Les résultats prouvent que vous êtes complètement innocent. Mais en conséquence, le traitement de ce vampire doit être reporté. » (Eruru)

Eruru, en colère, fit cette remarque. Le ton de sa voix fit qu’Hisui réalisa maintenant son véritable but. Cette fille voulait sérieusement exterminer Rushella.

« ... Si j’avais montré le moindre signe indiquant que je devenais un vampire, alors que serait-il arrivé à la fille ? » (Hisui)

« Exterminée. C’est la seule chose logique à faire. » (Eruru)

Son ton de voix disait : quelle question stupide me posez-vous ?

Derrière ses mignonnes lunettes se trouvait une paire d’yeux hostiles et fermement résolus.

« ... Ils enlèvent la dignité aux humains, ces ravageurs haineux. Voici ce que sont les vampires. Ils ont été rejetés par les préceptes divins. Les détruire est pour votre propre bien. Si vous n’avez pas été complètement transformé en vampire, donc en étant toujours dans la zone intermédiaire alors vous pouvez toujours être sauvé. » (Eruru)

« ... À l’inverse, si je me transforme complètement en vampire, si vous le tuiez alors je serais mort. » (Hisui)

Caractéristique Numero 5 des Vampires. Lorsque le vampire maître est détruit, une réaction en chaîne fait que tous les domestiques périssent aussi. En d’autres termes, la mort d’un vampire cause la mort de toutes les personnes qui se sont transformés en vampires à cause de lui.

« Et alors ? Plutôt que de laisser les ravageurs vivre, pourquoi ne pas mourir en tant que contribution pour le monde des humains ? Détruire le patron élimine automatiquement les subalternes. Le fait de rendre le travail d’élimination des ravageurs simple est l’un des points forts des vampires. » (Eruru)

Les mots d’Eruru étaient vraiment sérieux.

Si Hisui avait été un vampire, alors elle l’aurait certainement tué sur place.

Mais en tant qu’humain, elle l’avait épargné. Et s’il était en train de devenir un vampire, alors elle l’aiderait.

Les vampires devaient être éliminé sans exception. Et parce que c’était si simple, son point de vue était inébranlable.

« Le travail de la police ne nécessite-t-il pas pour arrêter des suspects d’avoir au préalable enquêté sur eux ? Punir les ‘coupables’ sans procès est-ce vraiment acceptable ? » (Hisui)

« Vous parlez de cas humains. Mais ici, c’est différent. En outre, nous ne faisons partie de la police que pour la commodité que cela nous offre lors de nos enquêtes. Et actuellement, en raison du nombre croissant de cas près de la capitale, nous faisons partie du MPD. Mais si c’était nécessaire, alors nous pourrions changer nos noms et mener à bien notre mission depuis une organisation différente. Il s’agit là seulement d’une couverture. » (Eruru)

Toute résistance est futile, nous sommes une organisation se tenant au-dessus de la loi, sanctionnée uniquement par le pays — voilà à quoi ressemblaient ses mots.

La petite fille tentait là de l’intimider, faisant ainsi soupirer Hisui encore et encore.

« ... J’ai compris. Mais tout cela est étrange. Je pourrais être en train de changer, et donc vous avez gardé pour vous votre jugement et vous m’avez fait des tests minutieux sur ma personne. Mais cette fille, elle est une vraie vampire. Pourquoi ne l’avez-vous pas tout simplement exterminée ? Vous avez probablement un équipement anti vampire, n’est-ce pas ? » (Hisui)

Face à la question de Hisui, Eruru plissa les yeux.

Même Kishida se tenant encore à côté d’elle, et n’ayant jamais eu la moindre émotion jusqu’à maintenant, réagit alors avec une certaine émotion.

« Je pensais que vous n’étiez qu’un imbécile qui a été subjugué par la beauté d’un vampire, mais je n’avais jamais prévu que vous ayez un cerveau. » (Eruru)

« Le "Jamais prévue" est de trop. Mais dans ce cas, pourquoi ? » (Hisui)

« ... Même les vampires, s’ils ne nuisent pas aux humains, leur exécution est retardée... et tout cela, car il y a des imbéciles qui croient que c’est mieux ainsi. Parce qu’ils sont des humanoïdes, certains croient que c’est mieux d’agir ainsi. Cependant, ce type d’humains qui pense ainsi a probablement été mordu par un vampire ou il est peut-être sous l’influence des yeux mystiques. » (Eruru)

« Les soi-disant intransigeants et les conservateurs. Après tout, on dirait que votre faction n’est pas si unie. En d’autres termes, la destruction d’un vampire nécessite obligatoirement des preuves et des procédures appropriées. » (Hisui)

Hisui répliqua sans équivoque. Eruru hocha la tête de déplaisir. Si Hisui avait montré le moindre symptôme indiquant qu’il devenait un vampire, alors Rushella aurait été condamnée. Cependant, Hisui était à 100 % humain.

C’était bien quelque chose qui valait la peine de célébrer, mais parce qu’Eruru avait perdu sa raison légitime d’exterminer un vampire, et à cause de cela, elle semblait plutôt malheureuse.

« Et donc, il est temps que vous me relâchiez, n’est-ce pas ? Vous avez bien prouvé que j’étais complètement humain. » (Hisui)

« Actuellement, vous êtes humain. Mais je veux vous demander cela, humain, pourquoi gardez-vous ce parasite à vos côtés ? » (Eruru)

« Elle a décidé d’elle-même de vivre dans ma maison. » (Hisui)

« ... Je n’arrive pas à comprendre. Un humain et un vampire ne peuvent pas avoir de relations sans que le sang soit sucé. Et de toute évidence, vous n’êtes pas contrôlé par les yeux mystiques. Êtes-vous entiché de sa beauté ? » (Eruru)

« Peut-être. Mais elle ne me traite qu’en tant que serviteur. Après tout, elle ne comprend pas la société humaine, et ne fait que me donner des ordres. » (Hisui)

Hisui cachait actuellement le point clé et il exhortait Eruru à ce qu’elle le libère.

On dirait que Mei n’avait pas divulgué d’information concernant sa constitution particulière à Eruru. Car s’il le disait maintenant, il serait probablement amené à être disséqué dès cet instant. Par conséquent, il avait gardé le silence concernant ce sujet et avait simplement inventé des excuses pour se couvrir.

« Je vois. Donc, un nouveau but a été trouvé par les ordures sans valeur de suceur de sang. Vous devez avoir la vie dure. » (Eruru)

En ajoutant le commentaire final, les yeux d’Eruru ne montrèrent pas la moindre sympathie. Hisui avait initialement l’intention de rester silencieux, mais ne put pas s’empêcher de se moquer d’elle.

« C’est vrai. La vie d’un lycéen est vraiment difficile. Et ouais ! Une petite collégienne telle que vous ne peut assurément pas le comprendre. Ah, ou peut-être n’êtes-vous pas encore au collège ? École primaire... Ahh, mais les gamines du primaire de notre époque ne sont-elles plus développées... !? » (Hisui)

Mais avant même qu’il ne puisse finir, Hisui eut sa vue qui s’obscurcirait subitement.

Puis son front fut sauvagement écrasé contre le sol. Et après cela, l’arrière de sa tête fut écrasé par une botte. L’attaque finale provient des violentes réprimandes d’Eruru.

« Qu’est-ce que vous venez de dire, un déchet d’humain qui n’a que l’apparence, oubliant totalement la dignité humaine ? » (Eruru)

« Vous... ! » (Hisui)

Eruru marchait sur la tête d’Hisui.

Au moment où Hisui se rappela qu’il était à mi-chemin de ce qu’il voulait dire, elle s’était levée de sa chaise.

Et donc, il ne pouvait plus se rappeler de la suite.

Que diable !

Encaissant un balayage rapide, il avait ainsi perdu l’équilibre... quelque chose comme ça. Et comme l’attaque avait été trop rapide et précise, rien ne restait dans la mémoire. Seul le fait tragique de la réalité concernant le fait que sa tête avait violemment cogné contre le sol. Dans une pose si humiliante.

« Qu’est-ce que vous faites... !? » (Hisui)

« Je suis à un niveau totalement différent des poubelles humaines tel que vous. Votre stupidité ne vous permet même pas de voir que vous avez le même âge que moi. » (Eruru)

« Hein, aucune chance !? Je pensais que vous étiez tout au plus au collège... » (Hisui)

Hisui venait de grossièrement exprimer son opinion, mais c’est alors qu’il sentit le pied posé sur sa tête en train de l’écraser avec encore plus de force. Puis il fut totalement écrasé contre le sol dur, sa bouche ne pouvait plus rien exprimer.

« Faites attention au ton que vous utilisez. Je suis déjà diplômée d’une université et mes capacités physiques vous dépassent totalement. C’est la raison pour laquelle j’ai été embauché par le MPD. Pigé !? » (Eruru)

Eruru parla alors qu’elle me marchait dessus avec toutes ses forces.

Son sang sucé par une vampire, poussé au sol par un humain artificiel, marché dessus par une Loli.

Voilà tous les traitements injustes qui lui arrivaient. Le destin malheureux des femmes, impossible.

« Qu’ai-je fait pour que ma vie quotidienne soit un tel calvaire !? » (Hisui)

« Votre vie paresseuse et primaire est complètement sans valeur face à la sécurité nationale. » (Eruru)

« Ce n’est pas juste. En tant que citoyen qui paie les taxes de vente, je demande au moins que je sois épargné de devoir rester en dessous de cette chaussure... » (Hisui)

Probablement ébranlée par la vue des larmes d’Hisui, Eruru enleva finalement son pied.

Hisui leva les yeux avec difficulté. En raison d’une sorte d’inévitabilité fatalité, ou plutôt de sa parfaite position, il vit clairement l’intérieur de la jupe de la jeune fille qui lui avait marché dessus.

« Ha, elle est donc blanche ! » (Hisui)

« ... !! » (Eruru)

Le visage d’Eruru devint immédiatement d’un rouge vif et elle marcha alors directement sur le visage de Hisui.

« Ouch ! C’est quoi ce bordel !? Ceci aurait pu être évité. » (Hisui)

« Tais-toi !! Des gars comme toi qui sont gouvernés uniquement par la luxure, quelle que soit la situation, je les déteste le plus ! » (Eruru)

« Eh bien, je suis vraiment désolé, d’accord ! C’est sérieux, quelque chose entre dans mon nez... Merde, c’est un saignement de nez ! » (Hisui)

Bien que cela ne lui faisait pas trop mal, son nez s’était mis à saigner. En se tenant le nez, la main de Hisui, c’était teint de rouge et du sang se répandait sur le sol.

« C’est simplement ce que vous méritez... » (Eruru)

Probablement parce qu’il avait commencé à saigner, Eruru était effrayée. Elle murmura tout en évitant de regarder Hisui.

« Merde ! Vous me faites ressembler comme si j’étais tout excité par des culottes. Hey toi ! Le mec là-bas, il y a-t-il un mouchoir quelques parts ? » (Hisui)

Hisui avait alors demandé à Kishida afin d’obtenir de l’aide, mais tout comme Eruru, il avait détourné le regard et il avait agi comme s’il n’était pas concerné.

« Enfoiré de sans-cœur... » (Hisui)

« Dépêchez-vous et arrêtez ce saignement, d’accord ! » (Eruru)

Eruru cria tout en jetant un mouchoir à Hisui. Hisui l’attrapa puis essuya sa main et le sang se trouvant tout autour de son nez.

« ... Est-ce que ça s’est arrêté ? » (Eruru)

« Presque. » (Hisui)

Bien qu’il y avait eu un important saignement, ceci s’était rapidement arrêté. Ceci était dû à la constitution spéciale d’Hisui, mais naturellement, Eruru n’en avait aucune idée.

Elle ouvrit frénétiquement la fenêtre afin de rapidement ventiler la pièce.

« Quelle odeur détestable... ! Si seulement vous étiez un vampire, alors je pourrais immédiatement vous exterminer... ! » (Eruru)

« Ne dites pas quelque chose de si effrayant... » (Hisui)

« ... Quoi qu’il en soit, la collecte de preuves d’aujourd’hui est terminée. Toutefois... Est-il correct que vous y retourniez ? » (Eruru)

« Hein !? » (Hisui)

« À tout moment, vous pourriez vous retrouver avec votre sang sucé. Êtes-vous vraiment sûr de vouloir repartir comme ça ? Si vous le souhaitez, nous pouvons vous protéger. Jusqu’à ce que nous ayons exterminé ce vampire. Après tout, elle va bientôt planter ses crocs dans des humains afin de chercher du sang frais. » (Eruru)

Eruru parlait en ayant toute confiance dans ses propos.

Ses yeux aiguisés affichaient un sentiment de pitié comme si ils regardaient un chiot enfermé dans une cage avec une bête affamée.

Toutefois.

« Je rentre à la maison. » Déclara simplement Hisui.

Contrairement à auparavant, il parlait avec une détermination indomptable.

« Pourquoi ? » (Eruru)

« Ai-je besoin d’une raison de rentrer chez moi ? » (Hisui)

« Croyez-vous vraiment que vous soyez en sécurité ? Ou peut-être... que ce vampire vous a promis de ne pas sucer votre sang ? » (Eruru)

« Et puis ? » (Hisui)

« Insensé. Rien d’autre ne peut décrire cela. Je ne continuerais même pas à discuter avec vous. Allez, la prochaine fois que nous nous rencontrerons... vous pourriez ne plus être humain. Et ainsi, vous serez notre objectif à exterminer. » (Eruru)

Déclarait Eruru, froidement, avec un soupçon de pitié dans sa voix.

« Peut-être. » (Hisui)

Kishida ouvrit la voie et Hisui le suivit afin de quitter la pièce.

†††

Partie 4

Après avoir vu le paysage à l’extérieur aussi bien que l’intérieur du bâtiment, alors seulement là, Hisui crut les paroles d’Eruru concernant son organisation.

Le bâtiment dans lequel il se trouvait était le poste de police le plus proche : le poste de police de Seidou.

« Vous êtes vraiment la police... Alors ce monde doit être proche de la fin. » (Hisui)

« Je vais vous raccompagner. » Offrit Kishida.

Hisui réussit cette fois-ci à s’asseoir sur le siège du passager avant.

« Cette fille est vraiment hostile vis-à-vis des vampires. Y a-t-il une raison ? » (Hisui)

« Je ne connais pas les détails... Probablement, un de ses parents en a été victime ? Mais même sans cela, elle possède un fort sens de la responsabilité envers sa mission. » (Kishida)

Cet homme ressemblait au genre silencieux, mais d’une manière inattendue, il répondit à la question de Hisui.

Assis dans la berline sous un ciel nocturne, Hisui continua à demander :

« Votre département engage-t-il des vampires ? » (Hisui)

« ... Pourquoi me demandez-vous cela ? » (Kishida)

« Juste par curiosité. Vous avez bien engagé une créature de Frankenstein, n’est-ce pas ? Et vous avez l’air bien informé concernant les vampires. Voyez-vous, cela s’appelle utiliser le poison contre le poison. De plus, à chaque fois, vous n’exterminez pas toujours les vampires, ce qui signifie que parmi les vampires, certains sont plus raisonnables que d’autres, n’est-ce pas ? Je pensais donc que peut-être il pourrait y avoir un terrain d’entente. » (Hisui)

« ... Vous êtes assez direct. En effet, ils sont dangereux, mais c’est aussi le cas de certains humains. Certains sont satisfaits des sacs de sang et même certains sont volontaires afin de nous aider. Cependant, conformément aux souhaits de mademoiselle Kariya, ils ont tous été rejetés. » (Kishida)

« C’est vraiment une haine complète. » (Hisui)

Hisui haussa les épaules et Kishida arrêta la voiture, puis regarda sa montre avant de dire.

« Désolé, j’ai encore du travail à faire. Si je vous dépose ici, est-ce que cela vous va ? » (Kishida)

« Bien sûr. Ce serait un problème si cette fille se trouvant à la maison me voyait avec vous. » (Hisui)

« Je vais seulement vous demander cela... aidez-nous. Je vais vous laisser nos coordonnées. Même mademoiselle Kariya adhère strictement aux procédures et n’agira pas de manière téméraire. Elle veut juste s’assurer votre sécurité et elle s’inquiète réellement pour vous. » (Kishida)

« ... Même cela, elle n’a vraiment pas été du tout mignonne. » (Hisui)

Hisui grogna tout en regardant la voiture de Kishida partir au loin. Le ciel était déjà sombre. Et le lieu où il se trouvait n’était pas bien loin de chez soi.

Qu’est-ce que Rushella fait en ce moment ?

Il avait pensé à l’appeler afin de demander, mais malheureusement, Rushella n’avait pas de téléphone portable.

Lors de l’achat de vêtements effectuer au cours du week-end, en voyant cela, elle avait « Qu’est-ce que c’est !? Les humains utilisent-ils vraiment ces choses si étranges !? » Et donc, il avait décidé de ne pas lui acheter de téléphone cellulaire.

Tant pis... Après tout, elle devrait être à la maison depuis longtemps.

Une fois qu’il serait rentré, sûrement qu’elle allait commencer a hurlé à propos de l’heure du dîner.

En pensant aux choses ennuyeuses qui allaient venir, vague après vague, Hisui ne put s’empêcher de soupirer. À ce moment-là, une voix put être entendue depuis derrière lui.

« Eh... Kujou-kun ? » (Reina)

« Sera... » (Hisui)

En se retournant, il se retrouva face à Reina. La voyant encore dans son uniforme, il se rendit compte qu’elle n’était pas encore rentrée chez elle.

« Allez-vous... bien ? » (Reina)

« Hein !? » (Hisui)

« Dans l’allée Nichoume... Vous avez été emmené de force dans une voiture !? » (Reina)

« Vous l’avez vu !? » (Hisui)

Hisui ne put s’empêcher de crier. L’avait-elle vu se faire enlever !?

« J’étais très éloignée à ce moment-là. Je pensais que je m’étais imaginé des choses ou que j’avais reconnu la mauvaise personne... Alors je n’ai pas appelé la police... Désolé, mais comme j’étais quand même très inquiète... ! Et bien que vous m’ayez donné votre numéro de téléphone, l’appel n’a pas abouti... » (Reina)

« Uhh ! C’est parce que, hum, cela... C’est juste une connaissance qui voulait que je fasse un tour avec lui... Il me semble qu’il devait bientôt aller travailler et il a dit que ce serait super... c’est pourquoi il m’a traîné de force. Quel gars sauvage ! » (Hisui)

« ... Vraiment ? » (Reina)

« Vraiment, je suis sérieux. » (Hisui)

« Ho ! Merci mon dieu... » (Reina)

Le regard de Hisui errait quand il lui parlait, mais Reina semblait le croire. Quelle enfant pure et innocente !

Leurs maisons semblaient être dans la même direction, alors ils marchèrent côte à côte.

« Kujou-kun, aujourd’hui... Merci, Umm, pendant le cour d’anglais. » (Reina)

« Qu’est-ce que j’ai fait ? » (Hisui)

« Umm, quand je fus appelée afin que je réponde à une question et j’étais incapable d’y répondre... Alors ne m'avez-vous pas discrètement chuchoté la réponse, non ? » (Reina)

« Oh~, c’est vrai, ceci s’est vraiment produit. » (Hisui)

C’était une affaire si insignifiante que même lui l’avait oubliée. Pourtant, Reina, quant à elle, s’en souvenait parfaitement. Se souvenant des bonnes actions des autres, et les remerciant avec sincérité. – Elle n’était vraiment ce genre de personne noble et vertueux.

« Le seul sujet où je suis mauvaise est l’anglais... je suis si envieuse vous concernant. Vous arrivez toujours à répondre d’une manière si fluide et claire quand vous êtes interrogé, même votre prononciation fait penser qu’il s’agit là de votre deuxième langue. » (Reina)

« Et bien, seul mon anglais est relativement mieux que les autres. Mais ceci est uniquement, car ma famille a souvent voyagé un peu partout dans le monde et que j’étais avec eux... Et donc, l’anglais s’est comme imprégné à force dans mon cerveau. » (Hisui)

« Hee... Vous êtes donc l’un de ceux qui sont rentrés de l’étranger ? Ah, c’est aussi pareil pour Rushella-san, n’est-ce pas ? » (Reina)

« Oui ! » (Hisui)

Lors du premier jour de l’école, Hisui avait raconté une histoire comme quoi Rushella avait vécu à l’étranger pendant bien trop longtemps et n’était donc plus habitué aux usages japonais... C’était la version actuelle.

Après tout, Rushella n’avait aucun souvenir de son lieu de naissance. À en juger par son comportement, il s’agissait probablement de l’Europe, la patrie des vampires, mais aucune autre information n’était connue.

« Kujou-kun, bien qu’elle soit un peu étrange, elle semble être très proche de vous, n’est-ce pas ? Vous déjeunez toujours ensemble... » (Reina)

« Eh bien, je suppose que c’est vrai... » (Hisui)

Dans les faits, pour Hisui, il s’agissait seulement de surveiller les actions de Rushella. Mais pour les yeux de ses camarades de classe, ils semblaient être très intimes entre eux.

« Cependant, Rushella-san semble si éloignée des roturiers. Il est donc si difficile d’entamer une conversation avec elle. » (Reina)

En effet, Rushella avait gardé sa distance vis-à-vis des filles de la classe.

Avec à leur tête Reina, certaines des filles amicales de la classe avaient voulu s’approcher d’elle et l’interroger de manière proactive Rushella, mais cela n’avait abouti à rien. À cet égard, même en tant qu’être surnaturel, Mei n’avait eu aucun problème à socialiser.

Mais probablement parce qu’elle était venue à l’école pour pouvoir concevoir des bébés, elle n’avait probablement aucun intérêt pour les filles. Mais depuis que le fait de devenir un ‘humain’ était le but le plus ultime de son espèce, ils avaient toujours essayé de s’entendre avec tous les humains. Elle n’avait aucun ami proche avec qui elle se tenait, mais elle souriait toujours à la personne qui lui faisait face.

« Rushella-san... d’une manière ou d’une autre, j’ai l’impression qu’elle est parfois très triste. Quelque chose est-il arrivé ? » (Reina)

« ... C’est probablement parce qu’elle a quitté son pays et qu’elle est maintenant dans un endroit étranger ? Elle est probablement troublée à cause de cela. » (Hisui)

Parce qu’elle n’avait aucun souvenir, elle avait l’air parfois si solitaire et fragile.

C’était pourquoi elle souhaitait avoir un serviteur totalement dévoué à elle. Mais comme le destin avait joué d’elle, elle avait choisi un mutant qui ne pouvait pas devenir son serviteur alors même que son sang avait été sucé. Mais liée par les anciens rituels des vampires, elle ne pouvait pas aller chercher une autre cible pour le moment.

Comme elle est malchanceuse et pitoyable, peut-être...

Alors qu’Hisui pendait cela, il ressentit brusquement que Reina disparaissait d’à côté de lui. Une ombre noire passant devant lui.

« Hein... !? » (Hisui)

Hisui trouva la situation étrange et regarda dans la direction de Reina. Elle ne pouvait être vue nulle part. Et il y avait de nombreux oiseaux volant devant lui, lui bloquant ainsi la vue.

La horde d’oiseaux volant en formation, ainsi que la puanteur croissante de sang, fit amener Hisui à prendre conscience d’une certaine existence.

Un Vampire se trouvait là.

En utilisant des oiseaux au lieu de chauves-souris qui étaient synonymes de vampires, il semblait moins irréel. S’ils pouvaient contrôler les oiseaux dans la rue comme ça, alors probablement la plupart des vampires choisiraient ce type d’oiseau.

« Va-t’en !! »  (Hisui)

Hisui fit déplacer son sac d’école afin de disperser les oiseaux. Ils se dispersèrent instantanément, libérant la vue de Hisui. Mais cette vue l’amena à désespérer.

Une puanteur de sang était présente.

Le lampadaire était comme un projecteur qui faisait ressortir de l’obscurité la silhouette de Reina.

Il y avait là une ombre noire qui la tenait par-derrière. Alors que Reina bloquait sa vue, Hisui ne vit qu’une vague silhouette, mais il comprenait quand même l’identité de l’ombre.

Il s’agissait, sans l’ombre d’un doute, d’un vampire.

Il venait de finir son repas. Le cou de Reina portait la marque de deux crocs.

« Toi...!!! » (Hisui)

Hisui s’avança vers eux, les yeux de celui qui avait aspiré le sang de Reina s’illuminèrent d’une lumière rouge. Les yeux mystiques, uniques aux vampires, percèrent de part en part Hisui. Mais en raison de sa constitution rendant cela inefficace, Hisui fit simplement un court arrêt avant de continuer à rapidement se déplacer vers eux.

Dans le même temps, la silhouette se fondit dans l’obscurité depuis derrière Reina, disparaissant sans laisser de traces dans la nuit.

Hisui rattrapa frénétiquement en tendant ses mains vers une Reina qui tombait. Heureusement, il réussit à l’attraper avant qu’elle ne touche le sol. Elle reposait, impuissante, dans ses bras.

« Hé, allez-vous bien !? » (Hisui)

Mais Reina ne répondit pas. Sa seule blessure externe avait été faite à son cou, mais son corps tout entier était pâle à cause du manque de sang, comme si elle était dans un état d’anémie temporaire.

Une grande quantité de sang avait été aspirée — en d’autres termes, le degré de vampirisation était déjà très sévère. La fille avait qui il discutait et souriait comme si c’était tout à fait naturel, juste avant cela, était devenue une existence étrangère et tout cela en un clin d’œil.

Un début de vie scolaire venait d’être taché par une horrible couleur rouge sang. Hisui sentit une émotion noire qui brûlait à l’intérieur de lui-même.

Faisant grincer ses dents, il leva les yeux pour voir un visage familier.

« Vous... ! » (Hisui)

Rushella était là. Et dans sa main droite se trouvait une courte épée d’où du sang tombait goutte à goutte. Un liquide rouge brillant était présent sur le côté de ses lèvres.

Même sa respiration était irrégulière. Elle haletait fortement.

Serait-ce elle ?

Hisui ne le déclara pas. Il avait peur de le dire.

Rushella se tenait simplement là, sans expression.

Dans ce silence gênant, la faible voix de Reina se fit entendre. Ses doigts minces tremblaient, mais ils pointaient très nettement dans la direction de Rushella.

« ... Quel est le problème ? » Demanda Hisui.

Reina répondit tout doucement. « Cette... fille. » (Reina)

« ...!? » (Hisui)

« M’a sucé... mon... sang... juste... avant... » (Reina)

Puis, après avoir dit cela, Reina s’évanouit comme si elle avait rendu son dernier souffle. Son mince bras pendait désormais, impuissant, vers le sol.

Hisui regarda silencieusement Rushella.

Ce que Reina venait à l’instant de déclarer, Rushella avait aussi dû l’entendre. Hisui voulait savoir comment elle réagirait.

Mais Rushella s’éloigna de là, couvrant sa bouche.

« Hey...! » (Hisui)

Rushella ne tint pas compte des appels de Hisui et elle partit toute seule au loin.

Seul le poids du corps de sa camarade de classe était pressé dans ses bras. Son esprit était en train de penser à des choses qu’il ne souhaitait pas penser.

La seule chose que Hisui pouvait faire à l’heure actuelle, c’était appeler Kishida avec qui il venait de faire connaissance tout à l’heure.

Kishida se dépêcha et arrangea pour que Reina soit transportée jusqu’à un hôpital. Puis Hisui fut conduit jusqu’au poste de police afin qu’il fournisse son témoignage.

Après que toutes les procédures eurent été terminées, Hisui fut enfin autorisé à rentrer à la maison, il était déjà proche de l’aube.

En raison du manque de sommeil, il marchait d’un pas chancelant jusqu’à la maison. Il était déjà temps de partir pour l’école, mais Rushella n’était pas à la maison.

Bien qu’il avait eu beaucoup de choses qu’il voulait dire, son cerveau était déjà en grève. Hisui n’avait pas d’autre choix que d’aller dans sa chambre et de se coucher sur le lit.

« ... Avez-vous... sucée son sang ? » (Hisui)

Impossible de dire si c’était des chuchotements ou s’il parlait dans ses rêves, car la conscience de Hisui avait déjà coulé dans l’obscurité.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire