Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 273

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 273 : Intrigue et récompense

Dans la ville d’Ainon, j’étais à côté de Caroline, enveloppée par mon Aura de camouflage.

La ville d’Ainon était très animée en ce moment.

C’était dû au sortilège d’Orycuto, Chroma. Après avoir su qu’il pourrait être utilisé pour que les vers à soie crachent des fils de couleur différente, tous les habitants de la ville impliqués dans la sériciculture avaient commencé à agir.

Ils trièrent les pouvoirs magiques qui pouvaient être enchantés en utilisant Chroma, triant la différence de couleurs faites par les pouvoirs magiques, faisant des tests en ajustant la profondeur de la couleur.

La ville, elle était dans un tel état d’excitation que cela pouvait être visible aux yeux de tout le monde. Et pendant tout ce temps, Caroline n’avait fait que prier à l’intérieur de l’église.

Elle ne réagirait pas même si quelqu’un lui parlait. Elle continuait seulement à prier, attendant l’oracle suivant de son dieu. En la regardant, je pensais à ce que je devais faire ensuite. C’était à ce moment-là.

« Lady Caroline ! »

Un homme s’était précipité dans l’église, paniqué.

Cet homme qui semblait être dans la trentaine était paniqué... il était même sur le point de donner un coup de pied aux longs bancs. Il était venu devant Caroline.

« C’est mauvais, Lady Caroline ! »

« ... »

« Lady Caroline ? »

En face de l’homme qui semblait désespéré, Caroline ferma seulement les yeux, immobile, pendant qu’elle priait.

« C’est inutile. Lady Caroline est en pleine prière. »

« Quand elle est comme ça, elle n’entendra rien d’autre que l’oracle de Dieu »

Un croyant qui priait de la même manière lui répondit.

La « rétrocompatibilité » que j’avais donnée à Caroline. Cette capacité qui lui permettait de correspondre à la fréquence avec d’autres personnes semblait être connue par de nombreux croyants.

« C-C’est mauvais, Caro... »

L’homme avait essayé d’attraper l’épaule de Caroline.

Il voulait probablement la secouer si sa voix ne pouvait pas l’atteindre.

« Que fais-tu, insolent camarade ! »

« Il est impardonnable de déranger la prière de Lady Caroline. »

L’avaient-ils prédit ? Ou leurs réactions étaient-elles simplement rapides ?

Les croyants environnants avaient arrêté l’homme. Vous pourriez voir une colère claire dans leurs expressions. Comme pour dire « cet ignoble camarade ose déranger Caroline ».

« S’il vous plaît, laissez-moi partir ! Ce n’est pas le moment pour ça. La reine, le messager de la reine est venu ! »

Quoi ?

{Hou ?}

Éléanore et moi avions réagi en même temps.

La reine dont l’homme parlait devait être Rica.

La ville d’Ainon étant dans le territoire du Royaume de Calamba. La reine dont parlait un résident de cette ville ne pouvait être que Rica.

« Que veux-tu dire ? »

« Je dis... »

Plus vite que l’homme ne pouvait l’expliquer, la porte de l’église fut ouverte à nouveau.

La porte s’ouvrit et, sous la lumière venant de l’extérieur, un homme d’âge moyen s’avança protégé par des soldats. Sa tenue était assez décente. Il ressemblait à quelqu’un qui avait une position élevée.

{Hou, ce mec, hein. Kukuku, je suis sûr que tu ne t’en souviens pas, je vais le dire en premier. C’est l’homme qui était venu lors de tes « Cinq Titres de Noblesses »}

Quoi ?

Ahh, la fois où Althea m’avait donné des titres de nobles de tous les cinq grands royaumes. Cela voulait dire que ce type était le messager de Rica à ce moment-là.

Maintenant que c’était mentionné, son visage semblait familier. Eh bien, je ne m’en souvenais pas vraiment.

{Oui, bien sûr, tu ne t’en souviens pas.}

Éléanore, impitoyablement, le déclara d’un roulement d’yeux.

L’homme s’avança lentement et se plaça devant Caroline.

Il avait parlé d’une manière cérémonieuse avec son menton vers le haut pendant qu’il regardait Caroline.

« Ce sont les mots de Sa Majesté, la reine Rica Calamba. Écoutez attentivement. »

Après qu’il avait dit cela, les croyants environnants avaient été agités simultanément.

Seule Caroline n’avait pas montré de réaction. Elle avait seulement continué de prier comme si elle ne pouvait rien entendre.

Voyant cela, l’homme fronça les sourcils.

« Comme c’est discourtois. »

« Hum ! Lady Caroline prie en ce moment. »

« Elle ne peut entendre personne d’autre que Dieu. »

Les croyants environnants la défendirent rapidement.

« Hmm, peu importe. »

L’homme se moqua et fit un sourire méprisant.

« Vous ne pouvez agir comme ça maintenant » avait été écrit sur son visage.

Mais quand je me demandais ce qu’il voulait dire.

« Vous avez découvert un nouveau type de procédé de fabrication de fils de soie. Loué pour cet exploit, le titre de baron de première classe sera décerné à Caroline d’Ainon. »

Les environs avaient été agités.

Surprise, délice.

Ces émotions étaient mélangées, remplissant l’église d’une agitation.

Cependant, Caroline elle-même n’avait montré aucune réaction.

Elle ne pouvait pas entendre leurs voix... non, elle ne pouvait pas comprendre leurs mots, alors naturellement, elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer.

En conséquence, elle n’avait montré aucune réaction pendant qu’elle continuait à prier.

Le visage de l’homme se raidissait rapidement.

Au début, il pensait ainsi : « Vous ne pouvez agir comme ça maintenant », puis après avoir dit les mots de Rica, il pensait ainsi : « Hmph, vous devez être rempli de crainte », puis il devint progressivement dans cet état : « Comment pouvez-vous rester impassible ».

Son expression était un mélange de surprise et de colère.

« Comme c’est discourtois ! »

Il avait utilisé les mêmes mots que précédemment, mais cette fois, il avait criés à Caroline avec colère.

Naturellement, les croyants avaient essayé de faire une médiation. Certains d’entre eux se risquaient même à protéger Caroline.

En outre.

« Comme attendu d’elle »

« Ouais, elle n’est probablement pas intéressée par les titres mondains. »

Il y avait même ceux qui devinrent plus dévots envers Caroline... l’Enfant de Dieu.

En regardant la situation, j’avais jugé que ce ne serait pas un gros problème.

Après leur avoir jeté un coup d’œil, j’avais sorti ma plume de téléportation et je m’étais téléporté à Meteora.

 

☆☆☆

Dans le palais de Meteora, j’avais rencontré une femme de chambre quand je m’étais téléporté dans la chambre de Rica.

« Seigneur Kakeru ! »

Cette femme de chambre qui faisait le lit n’était pas surprise quand j’étais soudainement apparu, mais à la place, elle s’était raidie avec nervosité alors que son dos se redressait.

« Théa, où est Rica ? »

« Sa Majesté la reine est dans son bureau. »

« Je vois, merci. »

« C’était un plaisir ! »

Laissant la femme de chambre qui semblait respectueuse, je quittai la chambre de Rica et traversai le couloir familier.

{La servante plus tôt, la connais-tu ?}

« C’est l’une des femmes de chambre. Je l’ai vue plusieurs fois dans le harem de Rica. »

{Et son nom ?}

« Théa ? Rica l’a appelée comme ça, donc je ne devrais pas me tromper. »

{Je ne parle pas de ça.}

« Alors quoi ? »

J’avais demandé, mais Éléanore ne répondait pas.

Qu’est-ce qui se passe avec elle ? pensais-je en arrivant dans le bureau de Rica.

J’avais frappé et j’étais entré.

« Rica »

« Kakeru ! »

Rica se leva de sa chaise et courut vers moi.

« Je savais que tu viendrais. »

« Oui. Pourquoi as-tu fait quelque chose comme ça ? »

« Fufu, avant ça, je peux deviner ce qui s’est passé ? Cette fille, elle ne l’a pas accepté ? »

« Plutôt que de ne pas l’accepter, elle ne l’a même pas entendu. »

En entendant cela, le sourire de Rica s’était approfondi.

« Pourquoi as-tu fait quelque chose comme ça ? »

« En tant que reine, je sais ce qui se passe sur mon territoire. Surtout depuis qu’un oracle qui pourrait grandement changer les circonstances de la ville Ainon a été fait. »

Rica souriait, mais elle avait dit cela comme si elle ne s’en souciait pas.

Sans parler de comprendre ce qui s’était passé, elle l’avait vu, non, elle était complètement impliquée.

Mais même ainsi, Rica avait pris du recul et l’avait exprimé comme « l’appréhendant ».

« N’est-il pas naturel de glorifier la personne clé dans tout cela ? »

« Et alors ? Quelle est la vraie raison ? »

« Redorer son blason. »

« Redorer ? »

« Kakeru, tu veux élever cette fille ? »

« Oui je le veux. »

« Si c’est le cas, la redorer avec de l’or est aussi bon pour elle ? Non seulement elle possède la capacité de recevoir des oracles, mais être reconnu par les autorités du monde est aussi important. »

« Je vois. »

« Néanmoins, elle ne l’acceptera pas de toute façon. Un enfant de Dieu qui ignorerait même les autorités du monde laïque. Cela ne la rendrait-il pas encore plus vénérée ? »

Je m’étais rappelé ce qui était arrivé plus tôt.

C’était vrai qu’il y avait des croyants qui étaient devenus plus dévots envers Caroline.

Elle avait tout prévue jusque-là, hein.

« Comme attendu de toi. »

« C’est une fille qui, après tout, a attiré l’attention de Kakeru. »

« Cela semble logique, mais en même temps cela ne l’était pas... »

« Plus important encore, en est-elle déjà-là ? »

« ... Pas encore. »

Je n’avais pas compris ce qu’elle impliquait un instant, mais je m’étais immédiatement rappelé que Rica s’appelait la « Maîtresse du Jardin des Roses ».

C’était une femme qui, tout en étant reine, avait réuni des femmes et fit son harem « le Jardin des Roses », et me l’avait donné dans son intégralité.

Le « déjà » que Rica a dit, n’avait qu’un sens.

« Pourquoi ? »

« Je le ferai tôt ou tard, mais nous sommes après tout encore à mi-chemin. »

« Je vois. Alors, puis-je être la première ? »

« D’accord. »

J’avais répondu rapidement. Je passais un bras autour de la taille de Rica et lui donnai un profond baiser.

En l’embrassant, je m’étais souvenu que la servante Thea faisait le lit dans la chambre de Rica, alors j’avais choisi de me diriger vers ma maison.

« Attends, Kakeru. »

Quand j’étais sur le point de me téléporter, Rica m’avait arrêté.

« Je ne le pensais pas comme ça, il y a une fille avec qui je veux que tu fasses l’amour, Kakeru. »

« J’avais l’intention de te féliciter pour ton “bon travail”. »

« Je demande si tu peux le faire aussi pour cette fille. C’est une bonne fille, mais elle avait des problèmes. »

« Ne devrais-tu pas lui donner un titre de noble ? »

« C’est une si bonne fille. C’est pourquoi je ne veux pas la récompenser avec quelque chose d’habituel. Si possible, je veux que tu la rendes “heureuse”, Kakeru. »

Rica leva les yeux vers moi dans mes bras.

Elle m’avait regardé d’un air suppliant avec ses yeux gracieux.

« Me faire l’amour, c’est mieux que d’avoir un titre noble, hein. »

« N’est-ce pas naturel ? »

« Je vois, puisque c’est le cas. »

J’avais sorti ma plume de téléportation et j’avais poussé Rica sur son lit après que nous nous soyons téléportés.

« Kakeru !? »

« Puisque c’est le cas, je dois d’abord te donner ta récompense. »

Je déposais un baiser sur elle, puis je la regardais droit dans les yeux.

« À propos de Caroline et de cette fille. En récompense pour chacune d’elles, tu seras la première. »

J’avais jeté un coup d’œil dans ses beaux yeux.

« As-tu compris ? », avais-je dit.

Rica fut surprise pendant un moment, mais elle enroula bientôt ses bras autour de mon cou.

« Je te remercie. Je t’aime, Kakeru. »

Cette Rica, qui était devenue douce et aimable.

Pendant toute une nuit, je l’avais aimé doucement, sans la forcer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire