Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 254

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 254 : Un nouveau commencement

Dans le territoire de Mercury, dans les plaines d’Ispis.

Dans cette plaine, de petites lumières scintillaient dans l’air pendant la nuit.

De loin cela ressemblait à des lucioles, créant une scène qui, juste en la regardant, créait une bonne ambiance.

« C’est tout ? »

« Oui, cela s’appelle Hemish. Ce sont eux qui polluent les sources d’eau ici. »

Celle qui à côté de moi m’avait expliqué cette lumière était Mélissa. C’était une femme qui portait le vêtement clérical de l’église Solon, l’immortelle Sainte Mélissa.

Son surnom vient de sa constitution unique.

Elle avait été une martyre, survivante à sept exécutions sur sept jours, une femme qui détenait en elle ce qu’elle appelait un miracle.

Après avoir survécu à cet incident, elle avait été proclamée Sainte par l’Église de Solon, et à l’heure actuelle, elle était une personne célèbre dont le nom était connu de tous.

À propos, l’Église de Solon était la plus grande religion du monde. Il y avait des croyants parmi les membres de la famille royale et chez les nobles de chaque royaume.

C’était une sainte de l’Église de Solon, donc on pouvait dire que Mélissa avait un statut social comparable à celui des familles royales.

Toutefois.

« J’y pense à chaque fois, mais pourquoi prends-tu soin de ces sortes de subjugation de monstres ? »

« C’est parce qu’on m’a demandé de le faire. Et, c’est aussi une sorte de travail de missionnaire. Il y a encore beaucoup de gens dans le monde qui n’acceptent pas les enseignements de l’Église de Solon. Avec les choses que j’ai faites, j’espère juste qu’il y aura un peu plus de gens qui croiront dans les enseignements de l’Église de Solon. »

Mélissa avait parlé franchement comme une amie d’enfance du quartier, mais elle avait utilisé des mots convenant à une Sainte.

« Je suis désolé, Kakeru, de t’avoir demandé de m’accompagner comme ça. »

« C’est la demande de ma femme. Cela ne me dérange pas trop. », avais-je dit tout en dégainant Éléanore.

J’avais laissé Hikari derrière. Il était tard dans la nuit, il était donc temps pour Hikari de dormir.

« Et, qu’est-ce que c’est encore ? »

« Sa couleur va changer. Il ne pouvait être attaqué qu’à l’instant où il passe de sa couleur actuelle à la couleur rouge. »

« Sa couleur change, hein. »

En dégainant Éléanore... j’avais regardé des taches blanches appelées Hemish.

Ces lumières semblables à des lucioles qui flottaient dans l’air. Il y en avait une centaine, mais il n’y en avait pas une seule qui avait changé de couleur.

{Ça va changer, concentre-toi}

« Quoi ? »

Après avoir été réprimandé par Éléanore, je m’étais concentré tout en me focalisant sur mes yeux.

J’avais regardé fixement, et j’avais découvert qu’ils étaient vraiment en train de changer de couleur.

Cela n’avait changé qu’en un centième de seconde. En d’autres termes, en gros, les lumières clignotaient, avec des lumières rouges qui apparaissaient à intervalles fixes.

« Je vois. »

« L’as-tu vu ? »

« Oui. J’ai seulement besoin d’attaquer quand c’est rouge non ? Qu’est-ce qui se passe quand ils sont attaqués à leur état normal ? »

« Ils vont se régénérer. Bien que cela dépende de la force de l’attaque, c’est bon de penser qu’au maximum ils se régénéreront complètement. »

« Je vois. »

Cela signifie qu’on doit obligatoirement être capable d’attaquer avec précision dans cette centième de seconde, hein.

{Peux-tu le faire ?}

« J’aurais dû emmener Hikari. »

{Tu peux lui montrer à quel point tu es génial. Laisse-la dormir.}

« Je suppose que oui. Mélissa, je vais y aller. »

« Oui ! Fais de ton mieux ! »

La sainte Mélissa qui portait des vêtements cléricaux de haut rang, elle m’avait acclamé comme si c’était une fille qui regardait un match de baseball.

J’avais tourné le dos à ces acclamations et j’étais allé vers les Hemishs.

Je regardais et... j’avais effectué un coup en utilisant Éléanore.

Après une attaque, les Hemishs avaient explosé, comme un feu d’artifice.

« Je suppose que c’est assez, hein. »

« Des O, Opis ? »

« Ouais. »

J’avais hoché la tête.

Ce qui était apparu n’était pas des Hemish, mais des Opis.

C’était le serpent blanc que j’avais vu quand j’étais allé dans le passé en utilisant le billet que j’avais gagné à la loterie.

Ce serpent était apparu devant nous.

« C’est la première fois que je vois un monstre comme ça, Kakeru, sais-tu ce que c’est ? »

« C’est un monstre qui est gênant. Bien qu’il ne soit pas fort physiquement, quand il est coupé par une Épée Démoniaque, il se divise en deux ou même plus tout en conservant sa force. »

« Conserver sa force ? »

« On pourrait l’appeler un ennemi naturel des Épées Démoniaques. »

{Ce n’est pas assez puissant pour être désigné comme un ennemi naturel.}

Éléanore semblait être un peu mécontente.

On dirait qu’elle était ennuyée qu’une créature de ce niveau soit décrite comme son ennemi naturel.

« L’ennemi naturel de l’Épée Démoniaque... c’est pour ça que Kakeru le connaît. »

Ce n’était pas à cause de ça, mais je ne voulais pas la corriger.

« Alors, je ferai quelque chose à ce sujet. »

« Mélissa va le faire ? »

« Oui. C’est juste décemment fort non ? »

« Oui, c’est aussi fort que son énorme corps a l’air. »

Bien que ce ne soit pas si fort, il n’était pas aussi faible qu’il n’y paraît.

« Si oui, alors je m’en occuperai. »

« Qu’est-ce que tu vas faire ? »

« S’il n’y en a qu’un possède une force ordinaire, alors cela sera une destruction mutuelle... »

« Refusé. »

J’avais refusé la suggestion de Mélissa sans la laisser finir.

L’Immortel Sainte Mélissa. Cela pourrait être une bonne stratégie de viser la destruction mutuelle quand il n’y avait qu’un seul monstre.

Peut-être, mais je ne la laisserai pas faire.

« Mais. »

« Mélissa, tu devrais juste rester à ta place. Bien que ce soit gênant, même si c’est pénible. »

J’avais laissé Mélissa derrière moi et j’avais avancé en tenant Éléanore.

« Faisons-le. »

{Oui}

J’avais chargé avec Éléanore et j’avais haché le serpent blanc... Opis.

En me remémorant le contact de la lame quand je l’avais coupé en deux des centaines de fois dans l’ère passée, je l’avais haché.

L’Opis s’était immédiatement régénéré après avoir été coupé en deux, et tout comme dans le passé, il s’était transformé en deux serpents blancs qui avaient exactement la même apparence.

« C’est incroyable de penser qu’un monstre comme ça existe. »

En écoutant le murmure de Mélissa, j’avais continué à couper avec Éléanore.

Bien que le serpent avait été divisé, il était aussi fort qu’au départ, son endurance, ses soi-disant HP avaient diminué.

S’il y en avait un qui avait 10 PV, après avoir infligé 1 blessure, il y aurait deux serpents avec 9 PV.

Quand j’avais attaqué le serpent avec 9 HP, alors cette fois, il se divisait en deux serpents avec 8 HP, et après cela venait deux serpents avec 7 HP, et ainsi de suite.

À la fin, si sa vie atteignait zéro, il serait vaincu, incapable de se diviser plus longtemps. Voilà à quoi ressemblait le monstre qu’on appelait Opis.

C’est pourquoi je devais seulement penser que quand l’un apparaissait, j’avais besoin de vaincre des centaines d’entre eux.

J’avais soulevé mon arme tranchante.

« Mu ! »

{ ... c’est}

J’avais senti quelque chose de mal, et ce n’était pas juste moi.

Éléanore avait également réagi. Depuis qu’elle l’avait fait, il ne faisait aucun doute que ce n’était pas seulement mon imagination.

« Quel est le problème, Kakeru ? »

Pendant que je sentais ça, j’avais arrêté de frapper avec Éléanore, alors, Mélissa me le demanda avec inquiétude.

« Ce n’est rien. »

Ai-je répondu tout en continuant de couper les Opis.

J’avais tranché tout en le laissant se diviser, puis j’avais haché ceux qui s’étaient divisés.

J’avais haché, tranché, coupé...

« Cela a tellement augmenté en nombre ! Que vas-tu faire avec ça ? »

Mélissa qui le voyait pour la première fois était confuse, mais cela ne me dérangeait pas et je continuais à hacher.

L’Opis avait continué à se multiplier. Son nombre avait explosé, mais avait rapidement atteint son apogée. Il avait cessé de se diviser et avait rapidement vu son nombre se réduire.

Et juste comme ça, après avoir vaincu tous les Opis.

« Incroyable... le Kakeru que j’ai vu aujourd’hui pourrait être le plus incroyable que j’ai vu jusqu’à maintenant. »

En disant ça, Mélissa avait l’air surprise.

D’un autre côté, Éléanore et moi avions trouvé la raison pour laquelle cela semblait étrange.

{Après les avoir coupés, ils ne se sont pas simplement multipliés. Ils se sont multipliés en nombre tout en augmentant légèrement leur force.}

« Oui. »

C’est vrai. Contrairement aux Opis dans le passé, plus je tranchais les serpents blancs, plus ils devenaient forts.

Et pour les derniers Opis, ils étaient si durs que j’avais senti que je ne pouvais pas les diviser en deux si je n’utilisais pas toute ma force.

« Il n’y a rien de mal... »

{ ... Et voilà comment penserait un idiot dans cette situation}

Éléanore et moi avions la même opinion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

    Enfin un adversaire pour Kakeru?

Laisser un commentaire