Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 248

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 248 : La requête de Sélène

Dans la capitale du royaume d’Aegina, Rethim.

Répondant à l’invitation de Sélène, j’étais arrivé au « Palais d’Été », et j’avais été guidé par un homme dans le couloir. On sentait bien partout le caractère solennel.

Abraham.

Le marquis du royaume d’Aegina, le précepteur royal, Abraham.

Un homme qui était autrefois responsable de l’éducation de Sélène et qui était devenu son ennemi pendant la rébellion de Melina, parce qu’il sentait que Melina avait plus de légitimité.

Après qu’on ait réglé son cas, il était retourné auprès de Sélène.

« Tout se passe bien avec Sélène ? »

« Oui. Son Altesse la princesse semble être une personne complètement différente d’avant, nous faisant nous sentir un peu confus. »

« Je vois. »

« Cependant, c’est un changement positif. Tout cela grâce au Marquis Yuuki. »

« Je n’ai fait que ce que je voulais. »

Sélène avait la possibilité de devenir une femme capable, alors je lui avais donné un coup de main.

En fait, j’étais même sur le point d’abandonner la Sélène super gâtée d’avant.

La raison pour laquelle l’actuelle Sélène existait était seulement due au fait que les évènements se soient déroulés au bon moment.

« ... »

Abraham qui me conduisait s’était tu. Je pouvais sentir par sa présence qu’il hésitait.

« Êtes-vous si embarrassé par le changement de Sélène ? »

« Pour le dire franchement, oui »

Abraham acquiesça.

« Je l’ai trahie une fois, mais je suis resté impuni... »

« C’est la Sélène actuelle. »

J’avais répondu rapidement.

« Bien que je ne le sache pas vraiment, le tuteur royal, celui qui est responsable de l’éducation de la famille royale, est-il choisi en fonction de capacités appropriées ? »

« C’est même plus important que ça puisqu’il s’agissait d'une position honorifique. »

Abraham répondit humblement. Bien sûr, je n’avais pas pris ses mots tels quels.

« Quelqu’un qui possède autant de capacités devrait être une cible d’admiration pour l’actuelle Sélène. »

« Honnêtement, l’actuelle Princesse est terrifiante. Elle accepte toutes les suggestions aussi longtemps que cela soit légitime. Elle est trop pure, trop innocente, trop gentille. Dans la mesure où si j’étais obligé de jouer avec les mots, je sens que je pourrais prendre le contrôle du royaume. »

Je vois.

C’était vrai que l’actuelle Sélène avait ce genre de comportement. Elle était consciente que ses propres capacités étaient faibles, alors elle écoutait très attentivement les conseils de nombreuses personnes, à commencer par ceux de ses sujets.

Elle les écoutait, même trop.

Et Abraham semblait inquiet à ce sujet.

« Ne t’inquiète pas. Je ne laisserai pas cela se produire. »

« Pourquoi donc ? »

Abraham m’avait regardé de biais avec un regard interrogateur.

J’avais souri et j’avais répondu.

« Sélène est ma femme. Penses-tu que je laisserais vivre une personne qui tenterait de tromper ma femme ? »

« ... Je vois. »

Abraham fronça les sourcils. Était-il convaincu ou pas ?

Eh bien, ça n’avait pas d’importance.

Peu importe que ce mec soit d’accord ou non.

Sélène était à moi. J’allais éliminer toute personne qui essaierait de faire du mal à ma femme.

Je ferais seulement ce que j’avais dit.

Et finalement, nous étions arrivés à notre destination. Ce n’était pas la salle d’audience. C’était l’une des trente et une chambres du Palais d’Été.

J’étais entré et j’avais vu Sélène à l’intérieur.

« Shou ! »

En me voyant, Sélène s’était précipitée vers moi en m’appelant d’une manière qui lui était propre.

« Merci Shou. Merci d’être venu. »

« Es-tu devenu une femme capable ? »

« Je ne sais pas, mais j’étudie, comme mes professeurs me l’ont dit. »

« Je vois. »

Ses « professeurs », c’étaient mes autres femmes.

Hélèna, Rica, Delphina, Nana, Althea...

Je lui avais envoyé plusieurs sortes de femmes et elles avaient enseigné à Sélène beaucoup de choses. Cette composition d’équipe était la plus extravagante de ce monde.

« Et alors ? Pourquoi m’as-tu appelé ici ? »

« Oui. En fait, je veux demander de l’aide à Shou. Abraham, c’était à quel sujet ? »

Sélène le demanda à Abraham sans le regarder du tout.

« He~ »

{Hmm, elle commence à montrer une dignité royale, hein}

Éléanore qui était calme jusqu’à maintenant était impressionnée.

Parmi les types de personnalité des leaders, il y avait ceux qui n’avaient pas de capacité réelle, mais qui étaient capables de donner à leurs subalternes les bonnes tâches à accomplir.

On dirait que Sélène devenait ce genre de leader.

Abraham avait montré un visage troublé.

Dans le fait qu’elle dise qu’elle ne savait pas, la Sélène actuelle ressemblait à l’ancienne, mais, par rapport au passé, la manière dont elle agissait était différente.

Il avait l’air manifestement confus à cause de cela.

Remarquant que je le regardais, Abraham s’éclaircit la gorge et commença à expliquer.

« Après la fin de la régence des Trois Seigneurs, les ducs avaient perdu leurs pouvoirs. Dans les apparences, tout s’était bien passé, mais il y en avait beaucoup qui voyaient cela comme la défaite politique des ducs. »

« C’est ainsi. Eh bien, ça ne se passerait pas comme ça dans le cas de Sélène. »

Abraham hocha la tête et Sélène pencha la tête sur le côté.

« Pourquoi ça ne peut pas se passer comme ça dans mon cas ? Dis-moi pourquoi, Shou. »

Demanda-t-elle sèchement, docilement et innocemment. Elle avait l’air de vraiment vouloir le savoir.

« La Régence des Trois Seigneurs avait-elle la légitimité nécessaire ? Et la raison pour laquelle tu as pu revenir à ton poste est également légitime. Les deux sont légitimes, donc tout irait bien s’il n’y avait pas de gagnant ou de perdant. »

« He~, je vois. »

« Cependant, ceux qui étaient leurs subordonnés ne le percevaient pas comme ça. Il y avait même des rumeurs qui disent que puisque les ducs avaient perdu dans cette bataille politique contre Son Altesse Sélène, leurs maisons allaient être dépouillées de leur rang. Bien sûr, nous l’avons nié en le déclarant et en montrant que nous n’avions pas cette intention, mais... »

« Quelqu’un voulait frapper le chien qui se noie, hein. »

Abraham hocha de nouveau la tête et Sélène semblait impressionnée par mon expression

« Hohee~... »

« Shou est tellement incroyable, tu pourrais le dire rien qu’en entendant ça. »

« Ce n’est rien. Au fait, je pourrais aussi dire quel est leur but. »

« J’ai entendu cela. Qu’y a-t-il encore, Abraham ? »

Elle en avait été informée, mais elle avait immédiatement oublié. Pourtant, Sélène l’avait demandé à Abraham avec une expression neutre.

« C’est de flatter Son Altesse. »

« C’est vrai, c’est celui-là. Désolé Abraham, merci. »

Abraham était redevenu confus par Sélène qui, peu après, avait exprimé des excuses et de la gratitude en même temps.

Dépêche-toi de t’y habituer, pensai-je.

« En d’autres termes, certaines personnes pensent qu’ils sont déjà les perdants. Sélène était également en colère de la manière dont la rumeur s’est répandue. En fait, tu étais vraiment en colère au début, non ? »

« Arrête ça, je ne veux plus me souvenir de cela. »

Sélène fit la moue et bouda.

« Et puisque ton ennemi est déjà en train de tomber, il y a des gars qui veulent les frapper et s’en vanter en disant : “on l’a fait pour vous, Princesse”. »

« Incroyable. Je l’ai vite compris avec l’explication de Shou »

« Abraham ne t’a-t-il pas donné la même explication ? »

« L’explication d’Abraham était si formelle que c’était difficile à comprendre... désolée, Abraham. Je ne voulais pas dire que c’était mauvais. C’était juste incompréhensible. »

« Non, s’il vous plaît ne m’en veuillez pas, Votre Altesse »

« Et alors ? Qui sont ceux qui ont agi et qu’ont-ils fait ? »

J’étais revenu sur le sujet et j’avais demandé cela à Abraham.

« Sur le territoire de Duke Melina, certains fonctionnaires semblent avoir puni les serviteurs de Son Excellence le duc. Il y a une loi qui permet aux nobles d’avoir un certain nombre de serviteurs selon leurs rangs. Cependant, ce n’était qu’un prétexte. »

« Oui, bien sûr. Les gens qui se sentent suffisamment puissants voudraient utiliser ceci et cela pour augmenter le nombre de leurs serviteurs ou esclaves. Après tout, plus il y en a, et mieux c’est. »

Abraham acquiesça.

Je l’avais plus ou moins compris.

En d’autres termes, leurs crimes étaient qu’ils avaient agi d’une manière obscure, via une procédure spéciale illégale, afin d’être liés au duc. Ils étaient maintenant traités rigoureusement et ils étaient punis de façon appropriée.

En plus de cela, ils étaient ciblés.

« Il y aura du désordre si une purge est faite. Dans tous les cas, cela ne doit pas être fait alors que les Ducs actuels sont encore en vie. », avait dit Sélène. Elle l’avait dit avec un ton digne.

{Kuku. Exactement ce que Abraham lui a dit}

C’était probablement le cas.

« Mais, comme c’est déjà arrivé, puisque cela peut aussi être considéré comme légitime, le royaume ne peut pas punir ouvertement ce qui a été fait. »

« Et c’est là que j’interviens, hein. Quelqu’un qui ne fait pas partie du commandement central du royaume, mais quelqu’un qui suit les souhaits de Sélène. »

« Oui. »

« Les serviteurs qui sont chassés du territoire du Duc ont été amenés chez différents marchands d’esclaves. S’ils arrivent à destination, ils seront tous vendus comme des esclaves à 10 sous. »

« Il va complètement perdre la face. »

Les esclaves du duc avaient été punis avec force et ensuite vendus avec un prix bon marché de 10-sous... oui, c’était tellement sauvage. C’était très efficace pour les nobles qui avaient tant de fierté.

« S’il te plaît, Shou. Fais quelque chose à ce sujet. »

« J’accepte. »

« Vraiment  !? C’est d’accord, Shou ? »

« En retour, accompagne-moi ce soir »

J’avais dit ça et j’avais tiré Sélène dans mes bras. Je lui avais murmuré à l’oreille « tu es devenue une meilleure femme ».

Sélène avait rougi timidement dans mes bras et baissa les yeux.

« Non, ne fais pas ça, Shou. Abraham est là. »

« Il est déjà parti. »

« Eh ? C’est vrai, il n’y a personne à nos côtés. »

Abraham était déjà parti avant qu’elle ne s’en aperçoive.

Ce type, il savait probablement que cela arriverait.

Bien, peu importe.

Il n’y avait pas de problème.

Sélène avait mûri, elle était maintenant capable d’accepter des suggestions et de faire les meilleurs choix.

Il n’y avait aucun problème dans le fait que je puisse aimer Sélène.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire