Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 247

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 247 : S’il te plait laisse moi t’appeler Maître ( point de vue du harem )

Deux belles princesses visitaient en ce moment le manoir de Kakeru.

La troisième princesse du Royaume Mercure, Héléna Theresia Mercury et la quatrième princesse, Iris Theresia Mercury.

C’étaient des sœurs liées par le sang, et chacune d’entre elles était un poids lourd dans les affaires militaires et intérieures de leur royaume. C’étaient les deux princesses connues sous le nom de « Fleurs Jumelles de Theresia » à l’intérieur et à l’extérieur de leur royaume.

Et en même temps, elles étaient toutes les deux des femmes de Kakeru.

Les deux beautés avaient visité le manoir de Kakeru en même temps.

« Bienvenue, Lady Héléna, Lady Iris. »

« B-Bienvenue »

Elles descendirent toutes les deux de leur calèche.

Les deux femmes portaient des robes de princesse.

Bien qu’Hélèna portait des vêtements qu’elle portait habituellement, Iris portait une robe, et non pas une armure, donc elle semblait différente de l’habitude.

Celles qui avaient accueilli les deux princesses étaient Miyu et Colaria qui restait dans le manoir pour s’entraîner.

Miyu les connaissait très bien toutes les deux, ainsi elle pouvait interagir avec elles d’une manière naturelle bien que respectueuse, mais Colaria qui venait de rencontrer les deux princesses pour la première fois avait l’air nerveuse.

« Cela fait longtemps, Miyu. Nous serons à tes soins aujourd’hui. »

« Plutôt que ça, qui est-elle ? Une nouvelle femme à Kakeru ? »

Contrairement à Iris qui parlait à Miyu comme à une amie proche, Hélèna semblait être plus curieuse envers Colaria qui portait les mêmes vêtements que Miyu.

« Elle ne l’est pas. Elle a été amenée ici par Lady Rica et Lady Delphina. »

« La reine Calamba l’a fait ? »

« Maintenant que tu as mentionné ça... »

Les yeux d’Hélèna se plissèrent lentement.

Elle regarda attentivement Colaria. Elle leva son regard du sommet de sa tête vers le bout de ses orteils, comme pour l’observer.

« Toi, quel est ton nom ? »

« C-C’est Colaria »

« Colaria Lanmari Calamba ? »

« O, Oui ! »

« Muu~? Sœur aînée, quel est le problème avec ce nom ? »

« J’ai entendu des rumeurs à ce sujet. Ils disent qu’une fille était partagée par Rica et Delphina. C’était donc toi, hein. »

« Oui. »

Colaria baissa les épaules et son expression montra à quel point elle était émerveillée et respectueuse.

« Il n’y a rien de mal à cela, sœur aînée. »

« Rica et Delphina l’appréciaient en même temps, et voulaient la prendre comme la leur. Elles auraient dû se disputer pour elle... mais la raison pour laquelle Rica la veut, tu le sais bien ? »

Demanda Hélèna et Iris fit un grand signe de tête.

« Bien sûr, Ka... »

« Tu n’as pas besoin d’en dire autant. »

Hélèna posa gracieusement un doigt sur les lèvres d’Iris.

Si un homme avait vu ce sourire espiègle et gracieux, son âme aurait été emportée par son attrait.

« Delphina, bien sûr, le sait aussi. »

« Je suppose que oui. »

« C’est pourquoi elle avait pris du recul, pensant que c’était pareil qu’elle soit avec elle ou avec Rica. »

« Hum. J’aurais fait de même si j’avais pris goût pour la même fille que ma sœur aînée. »

« Si c’est toi, Iris, alors tu devrais savoir pourquoi elle possède le nom de Lanmari et Calamba en même temps. »

« ... Je vois ! C’est pour en faire une fille qui nous ressemble. »

« C’est vrai. Et c’est tout ce que j’ai pu entendre, qu’en penses-tu ? »

Avait dit Hélèna tout en regardant Colaria, attendant une réponse.

« O, Oui. C’est exactement comme vous le dites, princesse. »

« Ohh ! Je vois. »

« Si oui, tu n’as pas besoin d’être aussi humble. »

« M-Mais... »

« C’est exactement comme l’a dit Grande Soeur. À l’intérieur de ce manoir, nous avons le même statut, que ce soit la reine Calamba et Delphina. Je crois que tu n’as pas besoin d’être si courtoise avec elles. »

En entendant cela d’Iris, les yeux de Colaria s’élargirent un instant, mais elle se calma rapidement et fit un signe de tête timide.

« Oui, je vais faire ça. »

« Hum. »

« Allons-y ensemble. »

« Bien alors, vous deux, entrez s’il vous plaît. »

« Umu ... ohhto »

Au moment où elle avait fait un pas, Iris avait légèrement trébuché.

« Est-ce que tu vas bien ? »

« Il n’y a pas besoin de s’inquiéter. J’ai juste un peu trébuché. Je n’ai toujours pas l’habitude de porter des robes comme ça. »

Miyu et Colaria avaient conduit Hélèna et Iris qui avaient fait un sourire ironique dans le manoir.

Dans une pièce à l’intérieur du manoir, Hélèna et Iris s’assirent sur une chaise, tandis que Miyu les déplaçait activement.

Les deux princesses venaient de sortir du bain, seulement vêtues de minces robes de soie avec leurs longs cheveux descendant sans contraintes.

Leur peau légèrement teintée de rose était si belle et séduisante qu’elle pouvait faire saigner du nez un homme sain.

Miyu les aida à s’habiller toutes les deux.

Hélèna et Iris avaient rendu visite pour une raison complètement privée.

Elles étaient venues réchauffer le lit de Kakeru.

Elles se préparent pour cela maintenant.

Et celle qui les aidait était Miyu.

C’était Miyu et la marionnette qui lui ressemblait complètement qu’elle contrôlait.

De cette façon, elle aida Hélèna et Iris à s’habiller en même temps.

« Je vois. C’est une compétence que tu as obtenue de Kakeru, hein. »

« Ceci est incroyable. Il semblerait bien qu’une jumelle bouge en même temps. »

« Tout cela grâce à la compétence que j’ai reçue du Maître. »

Miyu répondit humblement aux paroles d’Hélèna.

Elle était devenue de plus en plus désireuse d’aider les deux femmes à se préparer.

Pour que les deux beautés soient encore plus belles, elle avait fait de son mieux pour les maquiller.

« Iris, est-ce que tu comprends ce que ça veut dire ? »

Demanda Hélèna à Iris en regardant Miyu.

« De quoi parles-tu, sœur aînée ? »

« Qui d’autre a “quelque chose” de Kakeru ? »

« De Kakeru ? ... Nana, hein »

« C’est vrai. Pour autant que je sache, Miyu est la seconde. »

« Je comprends vraiment maintenant pourquoi ma sœur aînée m’a dit d’apprendre de Miyu. Dire que Kakeru la considère autant. »

Les deux princesses chuchotaient l’une à l’autre. Parce que leurs voix étaient faibles, Miyu n’entendait pas de quoi elles parlaient.

Après avoir terminé leurs préparatifs, Miyu laissa son pantin les conduire toutes les deux dans la pièce où Kakeru attendait.

Les seules restées dans la pièce étaient l’originale Miyu et Colaria qui avaient regardé du début à la fin.

« Fuu~. Eh bien, le prochain travail est... »

« Hé, Miyu. »

Colaria avait appelé Miyu qui était sur le point de trouver quelque chose à faire comme un poisson qui ne pouvait pas arrêter de nager.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Je regardais plus tôt, mais est-ce que le maquillage des deux n’a pas été inversé ? »

« Inversé ? »

« Oui. Lady Iris avait l’air un peu humble, mais le maquillage de Lady Hélèna allait la faire paraître vaillante ? Je pense. C’est à l’opposé de leurs images, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, mais Lady Iris avait l’air fatiguée aujourd’hui. »

« Fatigué ? Ah... ! Elle avait trébuché plus tôt... »

Colaria se le rappela et Miyu hocha la tête.

« Elle est probablement un peu fatiguée, alors j’ai changé de maquillage. Bien que ce soit juste un peu, j’ai changé la façon dont leur maquillage a été appliqué afin que Kakeru traite plus gentiment Lady Iris, et Lady Hélèna, euh, plus durement. »

« ... »

« Colaria ? »

Miyu jeta un coup d’œil à Colaria qui faillit laisser tomber ses mâchoires à cause de la surprise.

« Quel est le problème ? »

« Miyu... non, Maître ! »

« Eh ! »

« Laisse-moi t’appeler Maître ! »

« Q, Quel est le problème, Colaria. N’avons-nous pas fini de parler de ça ? »

« Non, j’ai finalement réalisé maintenant. J’ai finalement compris la raison pour laquelle Lady Rica et Lady Delphina m’ont amenée ici. »

Colaria regarda directement Miyu avec le regard le plus fervent qu’elle avait jusqu’à présent.

« S’il te plaît, laisse-moi t’appeler Maître ! »

Miyu était si troublée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! Shishou !!!

  2. Genre elle peut pas entendre ce qu'elle chuchotes à côté d'elle mais elle peut entendre du jardin quelqu'un à la porte d'entrée la logique est parti très loin...... Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire