Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 236

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 236 : Retour

Un espace où rien n’existait.

Le ciel et la terre n’existaient pas. Il n’y avait ni de lumière ni de son, il n’y avait rien.

Tout était néant, la seule chose présente était l’espace lui-même.

Et à cet endroit, Hikari, les deux Éléanore et moi, avions été aspirées.

« Papa... »

Hikari m’avait attrapé fermement. Elle était probablement effrayée par cet espace vide, où vous ne pouviez même pas savoir dans quelle direction vous étiez.

J’avais doucement caressé la tête de Hikari.

« Ne t’inquiète pas. Je suis là, d’accord. »

« ... Oui ! »

« Veux-tu retourner sous forme d’épée ? Cela pourrait te faire te sentir mieux. »

Je pense que plus de la moitié de la raison pour laquelle Hikari avait peur était à cause du sentiment de néant.

Il ne faisait pas chaud ni froid, même la température pourrait ne pas exister.

Il n’y avait pas de lumière ni d’obscurité, je ne savais même pas si je voyais.

Il n’y avait pas de son ni de silence, il était même douteux que mon sens de l’ouïe fonctionne correctement.

Dans ce genre d’espace, rester dans sa forme humaine devrait lui donner beaucoup de stress.

C’est pourquoi je le lui avais demandé.

Après qu’Hikari avait levé les yeux vers moi... elle jeta un coup d’œil au Roi Démon, l’Éléonore qui était dans sa forme humaine.

« Je vais essayer de faire de mon mieux encore un peu plus... »

« Je vois. Si tu ne peux plus le supporter, tu dois immédiatement revenir à ta forme d’Épée Démoniaque. »

« Oui. »

Pour Hikari, les endroits où elle pouvait sentir et toucher Éléonore dans sa forme humaine étaient limités. Actuellement, à l’exception de cette salle de loterie, il n’y avait que cette Éléanore dans le passé. Je comprenais son sentiment de vouloir rester aussi longtemps qu’elle le pouvait.

J’avais donc continué à caresser doucement la tête de Hikari.

« Alors, reposons-nous un peu. »

« Comme c’est complaisant ! Sais-tu quel genre d’endroit c’est ? »

« Nan. »

« Si c’est le cas, je te le dirai. Cet endroit est... »

« Peu importe le genre de lieu, il n’y a pas de problème. »

J’arrêtai Éléanore qui ne leva adroitement qu’un seul côté de ses lèvres en souriant quand elle allait parler.

Éléanore était sur le point de faire une expression fière, mais au lieu de cela, elle fit instantanément un profond pli entre ses sourcils. Il était assez profond pour placer une carte de visite entre.

« C’est probablement un espace où tu ne peux pas sortir une fois que tu y es entré, ou quelque chose de similaire, n’est-ce pas ? »

« Tu comprends cet endroit aussi bien. »

« Ben ouais. C’est comme ça. »

« Alors que dirais-tu de paniquer un peu plus ? »

« Ce n’est pas nécessaire. Après tout, au final, j’en sortirais plus tard. »

« Qu’es-tu en train de dire ? »

« Il y a beaucoup de raisons, mais... »

Ma fille bien-aimée que je caressais était encore un peu tremblante.

« Quelque chose comme, je ne peux pas laisser Hikari dans un tel endroit pour toujours. »

« ... Ridicule. »

Éléanore se moqua de moi, avant de s’asseoir à peu près sur le sol.

Bien que le terrain n’existe pas, elle avait pris la pose comme si elle était assise sur un terrain plat.

Alors que dans cette pose, elle leva les yeux vers moi.

« Explique-le-moi. »

« Oui ? »

« La raison pour laquelle cette fille m’appelle sa mère. »

« Ah, à propos de ça. Premièrement... eh bien, nous sommes venus du futur. »

« Une fissure dans la barrière espace-temps. »

« Althea disait quelque chose de similaire. C’est probablement le cas. »

C’était quelque chose de similaire, donc j’avais bien pensé qu’il y avait aussi quelque chose comme une fissure dimensionnelle.

J’avais récemment réfléchi à la raison pour laquelle la mémoire d’Éléanore était un si peu fiable. C’était parce que, bien que nous ayons été envoyés dans le passé, c’était dans le passé d’un monde parallèle, mais j’avais décidé de ne pas le mentionner maintenant.

« Et, ceci est Éléanore. »

{Ne me traite pas de nouveau comme une chose.}

Éléanore avait légèrement protesté.

« C’est la vraie Éléanore. »

« Hmph... »

Éléanore se moqua.

« Quel est le problème ? »

« Tu t’es trahi. Il n’y a aucun moyen qu’un simple humain puisse me manier. Alors que je reconnais le pouvoir de l’Épée Démoniaque, il n’y a aucun moyen de le faire. »

« À bien y réfléchir, il y avait ce machin. »

{N’appelle pas cela « machin » !}

Éléanore avait protesté une fois de plus.

« Je suis le seul à ne pas être possédé par Éléanore. »

« Un tel humain n’existe pas. »

« Que dois-je faire pour que tu me croies ? »

« ... Laisse-moi voir. »

Éléanore avait réfléchi un moment, puis se leva en montrant un sourire.

Et puis, elle s’était lentement approchée de moi et avait tendu la main.

« Quoi ? »

« Prends ma main. Si je ne peux pas te dominer, je te croirai. »

« Peux-tu le faire même sous cette forme ? »

« Bien sûr. Je vais te dire ça d’abord. Si tu prends ma main, ta fin sera effective. Si je montre mes vrais pouvoirs, je peux instantanément effacer l’esprit d’un humain avec son âme... »

J’avais pris la main d’Éléanore.

C’était une petite main, mais douce.

Sa température corporelle est-elle élevée ? Il faisait inopinément chaud.

« Quoi ? Pourquoi as-tu pris ma main ? Pourquoi l’as-tu fait sans aucune hésitation ? »

« Eh bien, c’est quelque chose que je fais régulièrement. »

J’avais tenu la main d’Éléanore.

J’avais pris la main d’Éléanore tout en tenant la garde de l’Épée Démoniaque Éléanore de l’autre.

Pour moi, c’était la même chose.

{Bien. Maintenant, tu devrais l’attraper fermement et la jeter au loin. Fais-le avec toute ta force}

« Arrête d’interférer »

Je donnai un petit coup de doigt à la lame d’Éléanore.

Et j’avais continué à tenir la main d’Éléanore.

Je pourrais facilement dire qu’elle devenait de plus en plus confuse.

« Pourquoi... ? Pourquoi ne puis-je pas te dominer ? Je suis sérieuse... »

« N’est-il pas temps de me croire ? Ceci est aussi Éléanore, le toi qui viens du futur. »

« ... Je ne peux que croire. »

Éléanore lâcha ma main.

Elle fit un sourire d’auto-dépréciation et haussa les épaules après avoir pris du recul.

« Un humain qui peut résister à ma domination. Non ! Non seulement lui résister, mais la dominer avec confiance. Cet humain va donc naître dans le futur. »

Plus précisément, je n’étais pas né dans ce monde, mais j’étais téléporté depuis un autre, mais... mais si je disais ça maintenant, ça ne ferait que compliquer les choses, alors je ne l’avais pas fait.

« Et, cette fille est ma fille. C’est la fille que j’ai eue de toi, non ? »

« Oui ! Hikari est la fille de Papa et Maman ! »

« As-tu aussi besoin d’une preuve pour cela ? »

« Non. »

Éléanore secoua la tête.

Elle montra un léger sourire, un sourire qu’elle n’avait jamais montré jusqu’à présent.

« En te laissant de côté, il ne fait aucun doute qu’elle soit ma fille. Peu importe qui la regarde. »

« Maman ! »

Hikari sauta sur Éléanore qui lui souriait de loin pour la serrer dans ses bras.

Je pouvais sentir Éléanore confuse.

Les mouvements d’Hikari étaient similaires à la façon dont elle agissait dans la salle de loterie.

Elle serrait sa mère qu’elle aimait vraiment. C’était la meilleure façon pour une fillette et charmante de montrer son amour.

Si c’était l’Éléonore du futur, elle l’aurait accepté naturellement. Elle accueillerait ces actions naturellement et la serrerait dans ses bras tout en lui caressant la tête.

Mais cette Éléanore était différente. Cette Éléonore qui n’avait pas la conscience d’être mère ne pouvait que se sentir confuse et elle s’était figée.

« Le futur moi... a pu gagner un tel bonheur commun, hein. »

Le chuchotement d’Éléanore était plein d’émotions.

C’était comme si beaucoup de choses étaient présentes dedans.

« Eléa ... »

{Laisse-la tranquille pendant un moment}

Quand j’allais l’appeler, l’épée Éléanore m’arrêta.

{Je me connais que trop bien. Une chose telle que « bonheur commun » était trop choquant pour moi à cette époque.}

... Je vois.

« Hikari, laissons-là un peu »

« ... Oui »

Il semble qu’Hikari avait également ressenti quelque chose. Elle m’avait suivi sans rien dire.

Nous nous étions éloignés d’Éléanore et nous avions veillé sur elle.

« Es-tu choquée ? »

{Bien que j’avais oublié quand c’était, mais il y avait un temps où je voulais posséder un corps humain}

« Parce que tu voulais un bonheur commun ? »

J’avais demandé en utilisant les mots d’Éléanore.

{Ce n’est pas aussi simple que ça.}

« Mais, ce n’est pas loin de la réalité, hein »

Vu le ton d’Éléanore, j’avais senti que cela devait être le cas. En voyant Éléanore rester à ce point silencieuse, j’avais senti que j’avais raison.

Et après avoir attendu comme ça pendant un moment, Éléanore releva la tête et vint vers nous.

« Désolée de t’avoir faire attendre. »

« Es-tu bien maintenant ? »

« Plutôt que ça, pensons à un moyen de sortir d’ici »

« Tu as l’air positive. Tu es complètement différente d’avant ça. »

Éléanore regarda Hikari. Elle tendit la main et caressa la tête de sa fille.

« Après tout, je ne peux pas laisser Hikari dans un endroit comme ça pour toujours. »

« Bien, effectivement. »

« Le problème est, que devrions-nous faire... ? »

Éléanore avait commencé à réfléchir. Je pouvais voir la difficulté à cause du pli profond qu’elle faisait entre ses sourcils.

{Si c’est à propos de ça, alors il n’y a pas de problème.}

« As-tu un moyen ? »

{Oui, sort la jeune fille}

Éléanore avait dit cela et avait convoqué Tania.

C’était le fantôme de la demoiselle à l’intérieur d’Éléanore.

« M-Moi ? »

{Oui. Tu seras la clé. Fais les choses que je vais dire.}

« D’accord. »

« Qu’est-ce que tu fais ? »

L’Éléonore humaine demanda avec doute.

« Je ne sais pas trop. Toi, sous forme d’épée, planifie quelque chose. »

« Hmm... »

{Compris, je vais l’essayer}

Après un moment, Tania, qui avait reçu une explication, avait fait un pas en avant et plaça ses mains ensemble, ressemblant à une religieuse qui priait.

Le corps de Tania avait commencé à luire faiblement... mais quand je pensais à ça, quelque chose était sorti de l’espace.

Quelque chose.

Je ne sais pas ce que c’était, mais je savais que c’était « quelque chose ».

Mais même ainsi, c’était quelque chose qui était apparu dans cet endroit où il n’y avait rien.

« Que se passe-t-il ? »

{Elle a emprunté les pouvoirs de cette autre fille de l’autre côté. Après tout, il semble que les deux soient connectés}

« Tania, hein... je vois »

Tania et le fantôme Tania. Il est vrai qu’elles avaient la même âme entre elles.

« Cependant, c’est inutile en faisant ça. »

{À partir de maintenant, c’est ton tour. Hikari, redeviens une Épée Démoniaque.}

« Oui ! »

En entendant les mots de sa mère, Hikari retourna à sa forme d’Épée Démoniaque.

{Utilise-nous et brise l’espace. Il y a une fissure maintenant, tu devrais être capable de le faire}

{Hikari fera de son mieux ~ !}

« Compris. »

D’abord, Éléanore.

Je l’avais levée et l’avais jetée avec toute ma force.

C’était comme quand j’avais détruit un château et une forteresse. Je l’avais jetée avec toute ma force vers la fissure dans l’espace. L’espace où il n’y avait rien s’agitait et tremblait.

Éléanore perça la fente avant d’atteindre l’autre côté. La fissure s’était propagée et devint assez grande pour qu’un bras puisse passer à travers.

{Papa, ne te retiens pas d’accord ?}

« Hikari, tu es une si bonne fille. »

{Hehehe !}

Cette fois, c’était Hikari. C’était sa première fois.

La même chose que j’avais faite à Éléanore, je l’avais fait à Hikari pour la première fois.

J’avais saisi fermement sa poignée et la jeta avec toute sa force. L’espace qui était autrefois percé s’était agrandi une fois de plus. Il était maintenant assez grand pour qu’un humain puisse à peine passer.

« I-Incroyable... l’espace s’est vraiment brisé. »

« Il n’y a pas de temps pour être impressionné. Tania, vas-y en première. »

« Oui ! »

Après que Tania soit sortie, j’avais aussi traversé la déchirure de l’espace et je m’étais retourné.

« Éléanore, allons-y. »

« ... »

« Éléanore ? »

Je tendis la main à travers la déchirure de l’espace, mais Éléanore ne bougea pas. Non seulement cela, elle avait même pris du recul.

« Éléanore, que fais-tu ? Sors d’ici. »

« Je vais bien. »

« Que dis-tu, tu es celle qui a mentionné que l’on devait sortir d’ici. »

« Je n’avais jamais dit que je voulais le quitter. »

« Qu’est-ce... ah ! »

Je m’étais rappelé les paroles qu’Éléanore avait dites.

... Après tout, je ne pouvais pas laisser Hikari dans un endroit comme ça pour toujours.

« Toi ! Tu as planifié cela dès le début. »

« C’est vrai. Je resterai ici. Une existence comme moi ne doit pas rester dans ce monde. »

« Qu’est-ce que tu dis ? »

« Non pas ça. Je suis fatiguée maintenant. Alors que j’ai gagné le corps que je souhaitais, j’ai obtenu ce que je voulais vraiment, même si je n’avais jamais eu de corps. Tout ce que j’ai fait était pour rien... »

« Que va-t-il arriver à Hikari si tu disparais ? Si tu disparaissais dans le passé, Hikari n’existerait pas ! »

« Je ne suis pas lié à toi, n’est-ce pas ? »

« ... ! »

« J’ai bien compris, hein »

Éléanore avait souri. C’était une sorte de sourire que je voyais chez elle pour la première fois. Strictement parlant, ce n’était pas ça. Éléanore laissait entendre que « personne ne sait si nous sommes connectés ou non ».

Éléanore n’avait pas bougé. La déchirure dans l’espace s’était lentement réparée.

« Va y maintenant. Donne à Hikari... donne à cette fille, le bonheur qu’elle mérite... »

Quand la fente était sur le point de se fermer complètement, Éléanore m’avait dit ses derniers mots.

J’étais retourné à l’intérieur de la fente.

J’avais traversé la déchirure et j’étais revenu à cet endroit.

Et, la fente s’était fermée.

« Quoi...! »

Éléanore, elle avait un visage comme si elle voyait quelque chose qu’elle ne pouvait pas croire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! Peut-être enfin un corps ?

  2. Merci pour le chapitre. (Est-ce que il vas le faire RÉELLEMENT avec Éléanore cette fois, j espère moi en tout cas.)

Laisser un commentaire