Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 195

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 195 : La promesse d’un futur

J’avais interrogé Éléanore à propos de Rodotos.

« Ce type était-il le vrai Rodotos ? »

{Hum. C’est sans aucun doute la vraie personne.}

« Alors l’Éléanore était-elle aussi la vraie ? »

{Oui, c’était moi à mon apogée. De la façon dont Rodotos avait l’air, il est « tombé », alors on doit se trouver après que je lui ai laissé conquérir le monde.}, déclara joyeusement Éléanore.

Cela signifiait que les deux étaient les vrais individus, hein.

« Alors, cet endroit se trouve être il y a... combien d’années ? »

{Qui sait.}

« Quand ? »

{J’ai vécu si longtemps que j’ai arrêté de me souvenir des choses futiles comme ça.}

Cette fille...

« Hmm, si je me souviens bien, Rodotos était une personne ayant vécu il y a quatre cents ans. »

Io avait répondu à la place.

« Est-ce vrai ? »

« C’est écrit dans les livres d’histoire, donc c’est ce que je pense. »

« Je vois, il y a quatre cents ans, hein... »

« Hum, Kakeru... que fait ici Rodotos ? Est-il... »

« Oui, c’est le vrai »

« Ehhhhhhh? !! »

Io était très surprise.

« Le véritable héros ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« On dirait que nous sommes revenus il y a 400 ans dans le passé pour cette aventure. »

« Aventure... ah ! »

« C’est vrai. »

Nous avions été envoyés il y a quatre cents ans dans le passé avec une paire de tickets pour une merveilleuse aventure que j’avais gagnée avec le billet de loterie d’or.

Et ainsi, on dirait que l’on allait vivre une merveilleuse aventure.

☆☆☆

J’avais vérifié les objets que je possédais tout en faisant retourner Hikari à sa forme humaine.

J’avais l’Épée Démoniaque Éléanore, l’Épée Démoniaque Hikari, et elle pouvait revenir à sa forme humaine.

Je pouvais également ouvrir mon entrepôt de dimension différente et pouvais prendre ma maisonnette magique.

Parmi les objets que je possédais, le seul qui avait un problème est ma plume de téléportation.

« Je ne peux pas nous téléporter. »

« Tu ne peux pas ? »

« Oui, je ne peux pas me diriger vers Roizen, ni Meteora, ni Rethim. Je ne peux pas me diriger vers un endroit où j’étais auparavant. »

« Est-ce que la plume de Papa s’est brisée ? »

« Cela ne semble pas être le cas. »

J’avais mis de la distance avec Hikari et Io, puis j’utilisais la plume.

Je m’étais téléporté devant les deux filles en un instant.

Ma plume me permettait de me téléporter à n’importe quel endroit que j’avais visité une fois.

On dirait qu’à cause du voyage dans le temps, les endroits où j’avais été avant avaient disparu.

On dirait que la plume elle-même n’était pas cassée.

« Oh, c’est une bonne chose que ce ne soit pas cassé. »

« Ouais... eh bien alors. »

J’avais réfléchi à ce que nous devions faire maintenant en tapotant la tête de Hikari.

« Hm »

« Kakeru ? »

« Non, je me rappelle tout simplement de quelque chose. »

Je m’étais souvenu du moment où j’avais été envoyé dans ce monde après avoir gagné à la loterie. J’avais sauvé Hélèna, j’étais allé dans une ville, et avais fait tout ce que je désirais.

Et donc, comme à cette époque, je recommençais une nouvelle partie de zéro.

Cependant, ce n’était pas non plus un reformatage intégral. J’avais les Épées Démoniaques, j’avais aussi mes objets, et j’avais même un membre de mon groupe.

C’est comme si j’étais dans une phase de bonus dans un jeu où je gardais mes pouvoirs, mais tout cela me semblait nouveau.

Nous avions ainsi commencé à marcher pour trouver une ville.

« En y réfléchissant, pourquoi ce type nous a-t-il attaqués ? »

{Parles-tu de Rodotos ? Je ne sais pas non plus.}

« N’étais-tu pas aussi de son côté ? »

{Je n’ai aucun souvenir de t’avoir rencontré à cette époque. En premier lieu, il n’y a aucune chance d’oublier Hikari.}

« Hmm ! »

Cela semblait convaincant.

Éléanore était très surprise quand Hikari fut née.

Si dans le passé... elle avait rencontré Hikari dans le combat plus tôt, elle ne serait pas si surprise.

« En premier lieu, tu devrais te souvenir de cet événement. »

{Hum}

« Je suppose qu’il y a un autre mystère. »

{Toutes les femmes sont naturellement mystérieuses.}

J’avais fait un léger coup avec mon doigt à Éléanore parce qu’elle m’avait dit des choses effrontées.

☆☆☆

Nous avions marché pendant environ deux heures et étions arrivés finalement dans un petit village.

Nous avions traversé les champs et nous arrivions dans un petit, mais paisible village de fermier.

« Il n’y a personne ici. »

« Non, il y en a. On dirait qu’ils se sont rassemblés à l’intérieur du village. »

« Tous les villageois se rassemblent ? Ah ! Je me demande si c’est un festival ou quelques autres événements. »

« Allons là-bas. Nous le découvrirons à ce moment-là. »

J’étais entré dans le village avec Io et Hikari et j’avais marché vers l’endroit où je pouvais sentir la présence du villageois.

Nous étions arrivés à la place du village et avions vu beaucoup de gens rassemblés là.

Au centre de tous ces villageois était une vieille femme. Cette vieille femme était assise par terre et tenait dans ses mains une boule de cristal placée devant elle.

De l’autre côté de cette boule de cristal, un homme aux allures de villageois regardait la vieille femme et la boule de cristal avec à la fois la peur et les espérances.

« Après dix jours, voyage vers le sud »

« Au sud après dix jours ? »

« Exact. La rencontre que tu auras là changera ta vie. C’est sept parties bonnes et trois parties mauvaises. As-tu compris ? Sept parties bonnes et trois parties mauvaises »

« Merci beaucoup ! »

L’homme s’agenouilla devant la vieille femme et inclina la tête.

« Ne~, ne~, Papa, c’était quoi ? »

« On dirait une diseuse de bonne aventure »

Je m’étais tourné vers Io et la vis faire un petit signe de tête.

En tant qu’aventurière, elle aurait dû voir des gens comme elle.

« Est-elle une véritable ? »

« Je ne sais pas. Mais un point en sa faveur, elle ne demande pas d’argent, donc je pense que ce n’est pas une fraude. »

« Eh bien, c’est vrai. »

Nous étions restés là pendant un moment, les observant de l’extérieur de la foule. J’avais aiguisé mon ouïe et écouté leurs conversations.

« Je ne peux pas croire qu’Akansa viendrait ici. »

« C’est bien pour vous, vous avez lu votre avenir. »

« Dix jours plus tard hein... je ferais de mon mieux »

On dirait qu’elle lisait la destinée de tout le monde.

Pour preuve, ce n’était pas les villageois qui marchaient vers elle, mais c’était la vieille femme qui regardait autour d’elle et désignait quelqu’un à venir, dans l’atmosphère d’une foule remplie d’admiration et de vénération.

Et juste comme ça, après avoir lu la fortune de quelques personnes.

« Toi. Tu es la dernière, » déclara-t-elle en montrant une fille.

Les villageois soupiraient et envoyèrent à cette fille des yeux remplis d’envie.

La fille avait l’air paniquée et s’était dépêchée de se tenir devant la vieille dame.

La vieille femme fixa profondément la jeune fille et lui tint la main par-dessus la boule de cristal.

« Un événement douloureux et angoissant..., une souffrance comme si tu étais dans un enfer éternel t’attend. »

« Eh...? »

La fille ne pouvait pas croire ce qu’elle avait entendu.

Bien que je ne sache pas la raison, j’avais senti dans ce court laps de temps que les villageois possédaient une croyance semblable à la foi envers cette vieille femme.

Si cette vieille femme le lui avait dit, ce serait l’équivalent d’une peine de mort pour elle.

« Surmontez ça. Car au-delà, ce sera votre seul rayon de lumière. Une partie bien et neuf parties mauvaises. C’est une partie bonne et neuf parties mauvaises. »

« En aucune façon... »

La fille était à court de mots.

« Vous vous trompez. »

Je l’avais interrompue.

Les yeux des villageois s’étaient rassemblés vers moi d’un coup.

Confusion et... surtout la colère.

Des yeux comme ça étaient pointés vers moi.

Pendant qu’Io et Hikari hésitaient, cela ne me dérangeait pas et je passais devant la foule, vers la fille et la vieille femme.

« Que voulez-vous dire ? »

« La première moitié est correcte, mais la seconde moitié est fausse. »

« Hou...? »

« Un événement douloureux et agonisant, une souffrance comme si tu étais dans l’enfer éternel. Bien sûr que c’est vrai. Au-delà, c’est un seul rayon de lumière. C’est vrai également. », avais-je dit à la vieille femme tout en regardant la fille.

C’était un visage que je connaissais.

C’était un visage que je ne pensais pas voir ici.

« C’est dix bonnes parties avec zéro mauvaise. Son destin est déjà décidé. »

Ce que j’avais vu là-bas, c’était le joli visage d’une petite fille.

Tania Chichiakis.

C’était le nom de la fille qui possédera à l’avenir le droit de devenir lié à Éléanore en étant à la place de son armée des morts-vivants.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Il va modifier l'Histoire de ce monde avec ses interventions 🙂

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire