Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 189

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 189 : Dégager le chemin

Melina vi Therios.

C’était l’actuel chef de la Maison des Therios qui avait été impliqué dans la fondation du Royaume d’Aegina.

Cette maison de Therios avait dans son histoire connue une fois la possibilité d’extinction, et avait survécu grâce à l’adoption de la famille royale.

En raison de cela, Melina croyait qu’il était membre de la famille royale, étant dans la lignée de la famille royale d’Aegina.

En possédant le sang de la famille royale, et ainsi que le titre de Duc, cela faisait de Therios une existence supérieure dans le Royaume d’Aegina. Il avait un désir anormalement fort pour l’autorité, il était incapable de se contenter de son statut actuel.

Les endroits que pouvait viser une telle personne qui ne se contentait pas du titre du duc étaient limités.

L’ambition de Melina s’était naturellement tournée vers le trône d’Aegina.

La bête appelée ambition avait été complètement libérée de sa cage après l’effondrement du roi et la mort du prince héritier.

Melina avait attiré Annis et Gate, apportant l’ancien système, la Régence des Trois Seigneurs, et avait tenté de s’emparer du pouvoir.

Après s’être emparé de ce pouvoir, il avait déjà prévu d’effacer les deux autres ducs, à savoir Annis et Gate.

Avec une préparation minutieuse, son coup d’État aurait dû réussir.

Si seulement le porteur de l’Épée Démoniaque n’existait pas.

 

☆☆☆

 

« Allez au diable ! Annis et Gate ! Merde, vous me prenez pour un imbécile ! »

Dans la capitale royale, Rethim.

Dans la meilleure salle du Palais d’Hiver, le palais du roi, le centre de l’autorité, Melina lança à terre les deux lettres qu’il avait fini de lire.

Incapable de se contenir, il avait piétiné ces lettres plusieurs fois.

Son visage était devenu rouge, son corps obèse qui avait été rendu ainsi par le pouvoir et l’argent était déjà à bout de souffle juste en faisant cela, avec d’énormes gouttes de sueur dégoulinant de lui.

* Gacha *

La porte s’ouvrit, un homme vint à Melina.

C’était un homme qui avait une fois aidé Sélène, Abraham.

À l’heure actuelle, il travaillait pour Melina qui occupait la première place du Royaume par une voie légitime appelée Régence des Trois Seigneurs.

« Que s’est-il passé, Seigneur Duc ? »

« Lis ces lettres ! Ces deux-là... ils se moquent de moi ! »

Abraham prit tranquillement les lettres et les lut l’une après l’autre.

Bien que son expression soit devenue solennelle au milieu de leur lecture, il était encore capable de les finir en gardant la tête froide.

« Le Duc Gate récupère des suites de sa maladie, et le duc Annis va transférer la direction de leur famille à son fils aîné, hein »

« Quelle chose absurde à faire à ce moment ! Quelle maladie ! Quel transfert de chef de famille ! Comme tu es fou de grimacer pour une petite chose ! »

« S’il vous plaît, excusez-moi de dire cela, mais Sa Majesté est de leur côté. »

« C’est un imposteur ! »

« Cependant, le peuple... »

« Un imposteur est un imposteur ! »

« ... Son Altesse Sélène est avec eux. »

« La Régence des Trois Seigneurs a plus de légitimité qu’une seule princesse ! »

« ... Xiphos est aussi avec eux. »

« C’est juste un morceau de fer moisi ! »

« ... »

Abraham avait fermé sa bouche.

Il avait compris qu’il n’y aurait aucun sens à tout ce qu’il dirait à Melina.

Non, il serait peut-être plus exact de dire qu’il avait été déçu et qu’il avait abandonné.

Il avait abandonné l’homme en face de lui qui avait illogiquement nié tout comme un imbécile.

Cependant, il avait toujours l’esprit clair pour ne pas le montrer sur son visage. Sans montrer la déception qu’il avait à l’égard Melina, Abraham avait écouté ce qu’il disait.

« C’est exactement comme le dit le Seigneur Duc. Avec seulement un imposteur, une princesse et une ancienne relique, la légitimité est entre les mains du Seigneur Duc. Si oui, alors il n’y a qu’un seul problème. »

« Quel ! Quel est le problème. »

« C’est l’armée ennemie. C’est le seul et le plus gros problème. Comme les tournures des événements prennent la forme d’une guerre totale, rien ne finira tant qu’ils ne sont pas anéantis. »

« Seulement ça !? Rassemblez des soldats, faites aussi enrôler les civils. »

« C’est malheureux, mais... »

Abraham avait choisi ses mots avec soin.

Abraham avait utilisé les mots que Melina aimait et les mots qu’il était capable d’accepter.

« Les gens sont stupides. Ils croient seulement ce qu’ils voient de leurs yeux. Peu importe si c’est un imposteur, juste une princesse, ou une relique ancienne, ces combinaisons ressembleraient à la réalité aux yeux de cette masse idiote. Je crois qu’il est très difficile de rassembler des soldats à partir de maintenant. »

« Peu importe ! Il suffit de les rassembler, rassembler tout ce que vous pouvez ! »

« ... D’accord. »

Melina était plus en colère que ce qu’attendait Abraham, tellement qu’on ne pouvait pas avoir une conversation avec lui.

Abraham devint de plus en plus déçu.

Il avait essayé de trouver quelque chose, tout en se lamentant sur sa chance de choisir ses mots.

« C’est vrai, il y a un moyen ! »

« Seigneur duc ? »

« Connais-tu Shinai ? »

« Oui... c’est un élément clé dans les frontières, depuis de nombreuses années, elle s’était défendue contre Comotoria... attends !? »

« Emprunter des soldats de Comotoria si on leur donnait cela en échange. »

« Seigneur Duc, s’il vous plaît réfléchissez ! Si Shinai leur est donné, la deuxième plus grande ville de notre royaume, Tabol sera complètement non défendue. De plus... »

« Si cela continue, ce royaume sera volé par un imposteur. Cela ou Tabol, c’est bon marché tant que je peux protéger mon Royaume. »

« Quoi...! »

Abraham ne put s’empêcher de perdre ses mots avec ça.

Tabol n’est pas quelque chose qu’ils pourraient se permettre de donner à un ennemi.

Tabol n’était pas une simple ville.

C’était en fait un lieu de repli dans le cas où il y eut une urgence, comme un lieu d’évasion pour la famille royale. Les routes menant de la capitale royale Rethim et Tabol étaient bien entretenues, en plus de cela, il y avait aussi des forteresses le long des routes.

Il était presque impossible de capturer Tabol de Rethim, c’était fait de telle manière.

Si Shinai était donné, alors Tabol tomberait aussi. Et si Tabol avait été retiré du royaume, alors c’était la même chose que de donner la moitié de ce Royaume.

C’était quelque chose qu’un souverain d’Aegina ne devait jamais faire.

C’est pourquoi il avait désespérément résisté et avait essayé d’objecter.

L’énervé Melina avait ainsi fait appeler les soldats, avait fait capturer Abraham et puis il l’avait fait garder dans une cellule.

Ce cas avec Abraham n’était qu’une partie de l’iceberg.

Suite à l’avance de l’armée du Royaume, les individus qui étaient dans le camp de Melina avaient disparu un par un.

 

☆☆☆

 

Dans la capitale royale du royaume de Comotoria, Krades.

Je suis nu, assis sur un tabouret au milieu de l’élégante salle de bain principale, tout en laissant Aura qui portait un uniforme de femme de ménage me laver.

Il y avait aussi plusieurs autres servantes, cependant, elles n’allaient pas directement me servir, tout au plus, elles aideraient Aura à me laver.

Aura me lava mon corps avec ferveur.

« Comment est-ce ? Kakeru »

« Ça fait du bien. Tu es bonne pour cela, hein. »

« D’habitude, mes servantes me lavent, et cela fait du bien, alors je l’ai appris pour que je puisse te laver, Kakeru. »

« Je vois. Je t’en remercie. »

Je me tournais vers Aura, lui tins le menton et l’embrassais.

Bien que rougissant, Aura continuait de me laver.

Je l’avais laissée faire ce qu’elle voulait, et avais commencé à parler de la raison pour laquelle j’étais venu ici.

« Je veux te demander quelque chose. »

« Autre chose que d’éduquer Sélène ? »

« C’est bien ça. »

« Entendu. Dis-moi. »

« Bientôt, un émissaire du Duc Therios viendra dans ce Royaume »

« Comment sais-tu qu’il va venir ici ? »

« Par un processus d’élimination. Le roi de Mercury utilise une nouvelle monnaie, cela prouve mon implication avec eux. Siracuza et Calamba ont déjà été contactés par les deux autres, donc ils seraient également évités. Si c’est le cas, c’est le seul endroit où Therios pourrait venir. »

« Je vois. »

« Il y a 90 % de chance que ce type te demande d’emprunter des soldats à la condition de céder du territoire. Les autres possibilités seraient de l’argent ou des femmes. »

« N’est-ce pas...? »

Aura l’avait dit avec plaisir en me frottant le dos.

« C’est parce que tu l’as fait que c’est tout ce qu’il peut faire, Kakeru. »

« C’est un peu faux. C’est Hélèna qui a fait ça. Je viens de deviner à partir de la situation actuelle que c’est la chose la plus probable qui se passerait. »

« Je vois. »

« Selon Hélèna, ils emprunteraient probablement des soldats avec Shinai comme condition. »

« ... Si c’est vrai, alors quelle offre incroyable cela serait. »

Les mains d’Aura s’arrêtèrent un instant et elle le dit d’un ton sérieux.

Était-ce vraiment incroyable ? Donner Shinai.

« Tu veux le prendre ? Shinai »

« Kakeru, as-tu l’intention d’ajouter Sélène à ton harem ? »

« Oui, c’est pourquoi je fais toutes ces choses »

« Si c’est le cas, même si Comotoria l’obtient, c’est exactement pareil pour Aegina »

« Je vois. Si c’est le cas, je vais te le demander à nouveau. Fais juste en sorte d’allonger les négociations comme il convient. Après tout, je veux laisser Sélène tuer Therios. »

« J’ai compris. Laisse-le-moi. »

Tout en acceptant facilement, Aura avait continué à me laver.

Au bout d’un moment, une autre servante entra, courut et chuchota à Aura.

Je l’avais entendu avec mon audition 777x.

« Une personne qui se nomme l’émissaire du duc Therios d’Aegina a demandé une audience. »

Aura hocha la tête et fit revenir la femme de chambre.

« C’est comme ce que tu as prévu, Kakeru. »

« Alors, puis-je te le laisser ? »

« Si tu écoutes l’une de mes demandes. »

« Laquelle ? Dis-le-moi. »

« Les servantes là-bas, ce sont des filles qui travaillent très dur. »

En entendant Aura les mentionner, j’avais regardé les servantes autour de nous.

« ... Si tu prends soin d’elles après moi. »

« Tu m’utilises comme récompense ? »

« Après tout, c’est la plus belle récompense que je puisse leur donner. Je parle du fait de pouvoir te rencontrer, et de se sentir spéciale, Kakeru. »

« Je vois. »

Après avoir entendu ça, je ne pouvais pas refuser.

Après avoir fait l’amour avec Aura, j’avais fait en sorte que toutes les servantes me laissaient écouter leur cœur.

J’avais accordé à toutes la première fois qu’elles souhaitaient ardemment.

 

☆☆☆

 

De cette manière, Therios avait été complètement enterré par ses proches.

La fin de la guerre était proche.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

11 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. Sinon, Kaeru n'est toujours pas papa depuis le temps qu'il soulève les jupons de toute ces dames ? 🙂

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire