Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 180

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 180 : Entracte

Dans la banlieue de Malonei, dans le salon de ma maisonnette magique que j’avais enveloppé d’une aura de camouflage.

Hélèna et moi étions là.

« Cela signifie-t-il que ce sera notre base pendant un moment ? »

« Oui. Je suis impliqué, Delphina a déménagé. En raison de ces deux points, à la fois ma maison et la Compagnie marchande de Delphina ne peuvent plus être utilisées. »

C’est pourquoi nous avions déménagé ici.

La maisonnette magique qui pouvait être retirée librement l’aura de camouflage d’invisibilité qui ne pouvait pas être vu à moins d’avoir des pouvoirs supérieurs à l’Épée Démoniaque Éléonore.

Avec cette combinaison, on pouvait dire que c’est un endroit absolument sûr.

« Kakeru. »

« Quoi ? »

« Ce serait dangereux s’ils activaient un cercle magique de classe stratégique sur une zone approximative à l’endroit où ils pensent que nous sommes. »

« ... Je vois. Ce n’était pas parfait, hein. »

J’avais hoché la tête. C’était exactement comme Hélèna l’avait souligné.

Cette maisonnette avait la capacité d’être facilement déplaçable et d’être invisible, mais sa capacité défensive était tout juste décente.

Tout comme Hélèna l’avait dit, s’ils activaient une magie à large portée qui nous toucherait, ce serait efficace.

{Tu laisses tomber ta garde.}

« Je ferai attention... merci. »

« Tu es la bienvenue. »

Hélèna avait souri.

Et alors que je l’avais tirée vers moi et l’embrassais, la porte s’était ouverte et Sélène était entrée.

« Ah... ! »

Sélène avait été la témoin de mon amour pour Hélèna et avait rougi.

Quand j’avais libéré Hélèna, Sélène avait déclaré avec un visage rouge.

« Merci, Shou, d’avoir protégé mon père »

« Ça ne me dérange pas. Ça va être gênant s’il meurt avant que tu ne le surpasses. »

Il y avait le roi d’Aegina endormi dans la pièce d’où Sélène était sortie.

Comme Delphina était devenue une cible, il ne pouvait plus être laissé chez elle, donc je l’avais amené ici.

Je n’avais aucun intérêt avec les hommes âgés, mais le roi d’Aegina devait vivre pour accorder le souhait de Sélène, donc je l’avais amené à cet endroit qui était l’endroit le plus sûr pour le moment.

« Eh bien, nous devrions décider de ce que nous allons faire à partir de maintenant », dis-je en regardant Hélèna.

Du visage de l’une des deux fleurs jumelles de Théresia, elle était redevenue la princesse Hélèna, qui était la meilleure dans la guerre, et avait ouvert la bouche.

« Après que le Duc Therios, le Duc Annis, le Duc Gate, les soi-disant Trois Seigneurs, ont acquis une juste cause, ils ont divisé Aegina en trois parties, ont posté des soldats sur chacune d’elles, et ont établi leurs dominations »

« C’est un contrôle efficace, hein. »

« Oui. »

« Que ferons-nous avec ça ? »

« Il y a deux choses nécessaires. L’une est la force militaire. Tant que tout est essentiellement sous leurs dominations, les batailles ne peuvent être évitées. Peu importe ce que nous ferons, il faut les battre. »

« Je le sais. L’autre est ? »

Hélèna avait sorti son éventail pliant sans rien dire. C’est le nouvel éventail que je lui avais offert en cadeau il y avait un moment.

Elle avait utilisé cela et avait élégamment pointé en direction d’une pièce.

C’est la pièce d’où était venue Sélène.

« Père ? »

« Plus précisément, une cause légitime. »

« Une cause légitime ? »

Sélène avait renversé sa tête. Elle avait l’air de ne pas comprendre du tout.

« ... Quelque chose comme ça ? »

J’avais saisi légèrement Éléonore, et j’avais libéré une aura qui avait enveloppé mon corps.

J’avais imaginé l’apparence du roi Aegina au moment où je l’avais sauvé et emmené.

Et alors.

« Père !? Non, c’est Shou... pourquoi as-tu pris l’apparence de Père ? »

« Que dois-je faire avec cette apparence ? »

J’avais demandé cela à Hélèna, pas à Sélène.

« Tu as seulement besoin d’apparaître sur le champ de bataille. La Régence des Trois Seigneurs n’a de légitimité que lorsque le Roi ne peut pas appliquer sa loi. Tant que le roi agira, cette légitimité sera dissoute. »

« Je vois. »

« Cependant... tu pourrais seulement être le roi d’Aegina. Ainsi, Kakeru, tu ne peux pas te battre pendant ce temps. Il n’y a pas d’autre choix que de te laisser au quartier général. »

« ... Je vois. »

Hélèna et moi nous regardâmes, et inclinâmes la tête l’un vers l’autre.

Il n’y avait pas vraiment besoin de faire ça.

J’étais capable d’utiliser mon aura sur une autre personne. Et en fait, je l’avais aussi utilisée sur Hélèna quand nous nous étions infiltrés pour trouver des informations.

Après l’avoir utilisé pour quelqu’un d’autre, j’étais capable de maintenir leur apparence même si je m’étais éloigné d’eux.

Cela voulait dire que si je faisais cela, cela me rendait dans l’incapacité de me battre.

Mais même ainsi, la raison pour laquelle Hélèna l’avait dit était qu’elle voulait faire en sorte que Sélène se batte.

Naturellement, puisque j’étais incapable de le faire... Sélène ne pouvait que s’y préparer.

« Cela impliquait que si on le faisait ainsi, que le roi irait sur un palanquin, et que la princesse se battrait en première ligne. »

« Ce sera le meilleur moyen de gagner en légitimité, et après la bataille, Sélène obtiendrait l’autorité... sous la forme d’une Première ministre Princesse. »

« Je vois. »

Je hochai la tête et le confirmai avec Sélène.

« Es-tu d’accord avec ça ? »

« Hmm, je pense que oui. »

Sélène répondit rapidement.

Elle avait répondu brillamment, sans hésitation.

De la façon dont elle plissa les sourcils jusqu’à ce que je lui parle, il était facile de dire qu’elle n’avait rien compris la plupart du temps, mais même ainsi, elle avait dit que tout lui semblait bon.

Laissant les choses qu’elle ne comprenait pas à ceux qui le pouvaient, demandant leur aide.

Elle essayait de mettre cela en action.

C’est bon pour le moment, pensais-je, et j’avais demandé à Hélèna.

« Avec Malonei comme point de départ, où devrions-nous attaquer en premier ? »

« Hanya. »

« Tu as répondu instantanément. Pourquoi donc ? »

« Parce que c’est le champ de bataille où l’on teste la force de celui qui mène l’armée et sa force de percée, l’endroit ayant le plus de restrictions sur le terrain, en partant de Malonei. »

Elle tenait son éventail des deux mains et regarda Sélène.

C’était bien, Hélèna.

On dirait qu’elle projetait de générer de la confiance en Sélène en utilisant la première bataille.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire