Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 177

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 177 : C’est parce que je ne pouvais pas la laisser seule

À Malonei, dans le bâtiment de la compagnie marchande de Delphina.

Je regardais la cour par la fenêtre tout en me relaxant dans la pièce.

Sélène balançait son épée de tout son cœur.

Contrairement au moment où elle venait de commencer, ses mouvements étaient devenus plus fluides

Non, ce n’était pas limité à ça.

Bien qu’elle soit trop fidèle à ses mouvements, son maniement de l’épée était assez efficace.

Si c’était juste une question de force individuelle, elle était égale aux capitaines de peloton de mes soldates esclaves — elle devrait être du même niveau que Nikki ou Neora.

Je n’aurais jamais imaginé qu’elle ait autant de talent à l’épée.

{Elle avait du talent avec ça, hein. Bien qu’elles disent qu’elle est complètement inutile dans la politique ou la stratégie et la tactique.}

« C’est suffisant avec ça. »

{Et alors ? Qu’est ce que tu vas faire ?}

« Avec quoi ? »

{Cette fille, elle a l’air d’être sur le point de te dire quelque chose prochainement.}

C’était comme l’avait dit Éléanore.

Après notre retour de cette forêt, Sélène avait affiché un visage déterminé.

Résolue, elle avait l’air de me regarder attentivement.

Quand elle me voyait, elle respirait profondément ou posait sa main sur sa poitrine, comme si elle avait quelque chose à dire. Et cela devenait de plus en plus fort. Elle devrait dépasser ses limites comme « Eiiyaa ! » ce soir et tout me dire.

Mais je n’avais pas deviné ce qu’elle allait me dire.

Je prévoyais seulement de l’entendre et de tout lui accorder, tout ceci dans le but d’embrasser Sélène plus tard.

En fait, je l’avais réalisé il y a un moment, mais ça pourrait être ma première fois.

La première fois que je ferais l’amour à une femme que j’aimais après en avoir fait une « femme capable ».

Jusqu’à maintenant, toutes les femmes que j’avais dans mon harem étaient, depuis le début, des femmes capables, et elles étaient devenues bien meilleures après leur avoir fait l’amour.

« Après avoir transformé cette mauvaise fille en une femme capable »... c’était peut-être ma première fois avec Sélène.

J’étais excité à ce sujet.

Je m’étais excité d’une manière que je n’avais plus eue depuis un moment.

{En conséquence, il n’y a aucune différence entre elles, elles sont toutes des femmes capables.}

« Cela pourrait être vrai, ou cela pourrait ne pas être vrai. »

{Oui bien sûr}

« C’est pourquoi je suis excité »

{Quel passe-temps !}

Éléanore avait parlé comme ça, mais elle avait hâte d’y être.

Je pouvais ressentir ces émotions.

☆☆☆

Le soleil s’était couché quand une personne frappa à la porte de ma chambre.

« Shou... es-tu là ? »

C’était le nom que seule elle utilisait pour m’appeler.

Comme prévu, Sélène était venue.

Quand j’avais répondu, « je suis là », la porte s’était ouverte lentement et Sélène était entrée timidement dans la pièce.

« J’ai quelque chose à te dire... est-ce bon ? »

« Oui »

« Hum... »

Sélène était venue devant moi et avait commencé à s’agiter.

C’est comme si elle voulait le dire, mais ne savait pas par où commencer.

Elle semblait incapable de faire le premier pas en avant.

C’est pourquoi j’avais décidé de la pousser vers l’avant.

« Donne du courage à Sélène »

{Le courage sera prêté à Sélène Mi Aegina. Temps restant : 59 minutes 59 secondes}

Le premier prix de la loterie, j’avais prêté mes capacités pour une heure.

Ce n’était pas comme si j’avais changé quelque chose avec Sélène, je ne le lui avais prêté que pour la pousser vers l’avant.

Elle avait semblé confuse pendant un instant avec la notification d’activation, mais ses expressions avaient immédiatement changé.

Ils avaient changé en un visage digne, unique à ces personnes résolues.

« Shou »

« Hmm ? »

« Je suis trop inutile. Mise à part l’épée je ne sers à rien. »

« Je vois. »

« Mais, je ne peux pas rester comme ça. Si je continuais à être inutile, je ne serais pas capable d’améliorer le royaume de Père, Aegina. Shou, que penses-tu que je devrais faire ? »

Sélène, dont le courage était amplifié, parlait d’un coup, me disant ses pensées.

Elle m’avait demandé des conseils, tout en admettant sa propre faiblesse.

Ces mots qui étaient inimaginables si c’était la Sélène du passé, si c’était la princesse gâtée, m’auraient surpris.

« Tu veux restaurer le royaume d’Aegina ? »

« Hmmm, ce n’est pas ça, j’ai besoin de le rendre plus prospère. »

« Le rendre plus prospère ? »

« Hmm. J’ai besoin de le rendre plus fort. »

« C’est assez ambitieux. J’ai enquêté sur beaucoup de choses. Même s’il était en désordre à cause de Kimon, le règne juste du roi actuel a fait qu’Aegina a atteint sa plus grande période de prospérité. Tu ne veux pas seulement restaurer cela, mais le rendre encore plus prospère ? »

« Hmm »

Sélène acquiesça clairement.

Elle n’avait aucune hésitation avec ça.

« Je suis la fille de Père. Les enfants doivent dépasser leurs parents. Les parents donnent naissance à leurs enfants, et si les enfants ne dépassent pas leurs parents, il n’y aurait pas de croissance comme pour toute chose vivante. C’est pourquoi j’ai besoin de succéder à Père, et de rendre le royaume de Père beaucoup plus prospère ! »

« ... »

J’avais été surpris. Cela m’avait vraiment surpris.

« ... Est-ce que quelqu’un t’a dit ça ? »

« Père l’a fait. Père était en fait comme ça. C’est pourquoi je dois aussi le faire. Pour l’amour de Père, j’ai pensé à devenir Premier ministre Princesse pour surpasser Père, mais... »

Sélène baissa les yeux.

Je savais ce qui s’était passé à côté de ça.

Elle était gâtée, faisait continuellement des crises, et à la fin, avec la Régence des Trois Seigneurs, elle avait essentiellement été invitée à la révolte.

Mais d’imaginer que dans tout cela, il existait de tels sentiments.

{Kukuku, des choses inattendues arrivent souvent.}

Effectivement.

Il semblerait que j’avais échoué à lui accorder son souhait.

Je pensais que j’allais transformer une mauvaise fille en une femme capable, mais il semblerait que Sélène était une femme capable depuis le début.

Elle était seulement incapable de voir la réalité. Et avec ses capacités, elle était incapable de rattraper ses idéaux, mais elle avait toujours eu en elle le potentiel de devenir une femme capable.

Je voulais l’emmener immédiatement vers la suite.

{Ne gâche pas tout.}

« Tu n’avais pas besoin de me le dire. »

« Eh ? E-Est-ce si mauvais de dire ça ? »

On dirait que j’étais le seul qui ne pouvait pas rester calme.

Ayant une femme capable devant moi, j’avais dit à voix haute par mégarde mon échange avec Éléanore.

« Non c’est pas ça. Ce n’était pas à toi que je disais cela. Je l’avais dit à ceci. »

« L’Épée Démoniaque... ? »

« Ne fais pas attention à ça. Et en plus de cela, à propos du conseil que tu voulais. »

« Oui ! »

Sélène s’approcha et me dévisagea avec des yeux pleins d’attentes.

Elle me dévisagea, attendant impatiemment ma réponse.

« Je pense que tu es très bien telle que tu es. »

« Eh ? Mais. »

« Éléanore, donne-moi le nom de quelqu’un qui pourrait lui servir d’exemple. »

{Umu. Qu’en est-il de Paulos ?}

« Tu devrais suivre l’exemple de Paulos Aegina. »

J’avais dit à Sélène le nom dont parlait Éléanore.

Sélène était surprise.

« Le fondateur Paulos !? Pas possible, je ne peux pas devenir une telle splendide personne. »

{Kukuku, après tout l’histoire est écrite par le vainqueur.}

Éléanore avait rigolé agréablement.

En même temps, beaucoup de choses avaient coulé dans ma tête.

C’était la vie de l’homme appelé Paulos Aegina.

Éléanore connaissait la vérité sur cet homme.

« Je vois. C’est pourquoi la façon de penser “l’enfant doit surpasser ses parents” s’est transmise dans la famille royale. »

{Cela va de soi.}

« Q-Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Éléanore l’a dit. Cet homme qui s’appelait Paulos, était inutile en toutes choses, un homme que les gens de son entourage ne pouvaient pas laisser seul, alors ils l’aidaient. »

« Ehhhhhh !? C’est un mensonge ! »

« Fumu, je vais te le montrer. »

J’avais libéré une aura.

Je pourrais certainement le faire, vu qu’Éléanore m’avait également donné sa garantie.

J’avais enveloppé Sélène avec l’aura.

Et, elle était tombée comme une marionnette dont les ficelles étaient coupées.

Je lui avais montré un songe, la vie réelle du fondateur, le premier roi d’Aegina, Paulos Aegina.

L’histoire d’un homme qui, bien qu’étant plus inutile encore que Sélène, avait pu devenir roi avec l’aide des personnes autour de lui.

Pendant que je lui montrais ça, je regardais Sélène.

Le visage de Sélène, qui avait toujours été celui d’une femme capable.

{Ne gâche pas tout}

« Je sais. »

J’avais supporté l’envie de l’embrasser immédiatement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire