Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 165

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 165 : Le bonheur non prévu

Minuit, à une faible distance de la forteresse que le « Gang des becs rouges » occupait, je regardais cette forteresse avec Hélèna et Nana.

« Devrions-nous juste capturer ça ? Hélèna »

« Oui. Si possible ce soir. Ce serait pour le mieux si ce qui était à l’intérieur était échangé comme si de ne rien, avant demain matin. »

« As-tu entendu, Nana ? »

« S’il vous plaît, laissez-nous ça. Que devrions-nous faire après l’avoir occupé ? »

Avec son ton militaire habituel, Nana m’avait regardé et me l’avait demandé. Elle voulait dire que si c’était facile de le faire, que se passerait-il ensuite?

« S’il te plaît, barricade-toi un moment et agis comme un groupe de bandits. Dans quelques jours, l’armée d’Aegina devrait venir pour la subjugation. À ce moment-là, je te donnerais une nouvelle fois des instructions, mais attends-toi à ce qu’il y ait une bataille. »

« Compris »

Nana hocha la tête et conduisit les soldates esclaves qui étaient stationnées à quelque distance de nous et s’en allèrent. Hélèna et moi les avions vues partir.

Nana et les troupes d’esclaves disparurent dans l’obscurité de la nuit avec leurs formations parfaitement ordonnées

Au bout d’un moment, Hélèna fut impressionnée.

« Incroyable... il n’y a presque pas de bruits de pas. Si je ne les voyais pas partir avec mes yeux, je n’aurais pas cru qu’elles étaient là. »

« On dirait qu’elles ont eu ce genre de formation. »

J’avais demandé à Nana de me le signaler de temps en temps.

Le fait de marcher sans faire le moins de bruit. Elle avait formé les soldates esclaves pour pouvoir faire cela.

Si elles se déplaçaient comme ça, ça deviendrait si silencieux que je ne pourrais même pas les détecter à moins que je ne me concentre sur mon ouïe.

Hélèna et moi étions restés là un moment à regarder.

Les soldates esclaves qui semblaient être une armée de ninjas annihilèrent la bande de 100 hommes en une heure et occupèrent la forteresse.

Hélèna et moi regardions l’armée d’Aegina attaquer la forteresse exactement du même endroit qu’au moment où ma troupe d’esclaves avait attaqué.

Contrairement à ce moment-là, ce n’était pas une attaque surprise de nuit, mais une attaque totale alors que le soleil se couchait.

« C’est une erreur de calcul... », murmura Hélèna.

Sa beauté gracieuse était inhabituellement déformée et elle se mordait la lèvre inférieure.

« En quoi ? »

« Penser qu’ils amèneraient une armée si puissante... j’avais cru qu’ils n’enverraient que 1000 soldats. »

« Ne t’inquiète pas pour ça. On ne pouvait pas s’y attendre. Il y en a environ 5000 soldats. Personne ne pouvait penser à ce qu’ils envoient autant de soldats pour seulement 100 bandits. »

« Oui... »

Pour autant, ma consolation n’atteignit pas Hélèna.

Néanmoins, c’était la vérité. Comme les mots que j’avais utilisés pour la consoler le faisaient entendre, qui s’attendrait à ce qu’une armée de 5000 hommes vienne subjuguer 100 bandits ?

Même sa prédiction de 1000 soldats aurait pu être trouvée extravagante. Un millier de soldats réguliers et une centaine de bandits. C’était déjà assez exagéré comme cela.

Malgré tout, Hélèna se sentait encore découragée.

« Cela ne sert à rien de trop s’en préoccuper maintenant... », déclarai-je, et je poursuivis avec force la conversation.

« Au lieu de ça, qu’allons-nous ensuite faire ? »

« ... à l’origine, le plan était, Nana et son groupe résisteraient, et au bon moment, toi tu infiltrerais l’armée d’Aegina. Puis tu t’annoncerais alors qu’ils auront des difficultés dans leur offensive, subjugueras la bande de voleurs à leur place, et entreras dans leur camp. »

« Une charade, non, c’est un peu différent, hein »

Hélèna hocha la tête.

« C’est essentiellement la même chose. Cependant, s’il y a 5000 soldats en opposition... s’il n’y en avait que 1000, Nana et les 200 autres pourraient les gêner que modérément... »

« C’est pour ainsi dire ainsi. Alors, essayons de voir jusqu’où sera leur limite. »

« Eh ? »

« Tania »

J’avais touché Éléanore et j’avais appelé la servante fantôme qui la possédait.

Le fantôme transparent qui était sorti de l’Épée Démoniaque, Tania Chichiakis.

Alors qu’elle avait été appelée, elle m’avait regardé avec une expression mignonne.

« Envoyez ce message à Nana. Dis-lui d’attendre que je vienne. »

{OK, je vais y aller ~}

Après avoir dit cela, elle s’envola vers la forteresse.

« Kakeru ? »

« Le plus important est que je cache mon identité et que je me charge de l’adversaire qui combat l’armée d’Aegina avec quelques personnes, non ? »

« Oui. »

« Si c’est le cas, plus les adversaires seront nombreux, plus cela sera efficace. »

« C’est vrai, mais... »

« Nana devrait être capable de le faire. »

« Elle l’est ? »

« Il serait difficile pour elle de les liquider tous. Aegina voudrait-il aussi faire en sorte que cette affaire se finisse vite ? »

« Très certainement. »

« Si c’est le cas, nous devrions aussi commencer à nous infiltrer. »

« Oui, sois prudent », me dit-elle avec un geste gracieux.

Elle avait agi comme si elle était une femme obéissante voyant son mari, ou une femme de chambre voyant son maître. Elle avait agi comme ça, mais je pourrais ressentir une élégance unique dans tout ce qu’elle faisait.

Même chez mes femmes, Hélèna était la plus noble et cela avait l’air très pittoresque quand elle agissait comme cela.

Bien que nous soyons du côté d’un champ de bataille, je ne pouvais m’empêcher de vouloir continuer à la regarder.

Non, plutôt que ça.

« Ne me dis pas : “s’il te plaît, sois prudent”, car tu viens également. »

« Eh ? Mais, ce ne serait pas une infiltration si je suis avec toi. »

« ... Hmm »

C’était vrai.

Une femme aussi belle qu’Hélèna, une princesse qui plus est, peu importe comment on la regardait, il était vraiment impossible qu’elle soit mêlée aux soldats.

« Même si tu te déguisais, tu seras tout de même détecté avec ton aura. »

« Cela pourrait être toi qui seras trouvé avec ton aura. S’il te plaît, sois prudent afin qu’ils ne puissent pas dire que tu es le porteur de l’Épée Démoniaque. »

« ... j’ai besoin d’y aller tout en cachant mon aura. Hmm. »

J’y pensais avec une main sur ma mâchoire.

Je n’y avais pas vraiment réfléchi, mais c’était vraiment mieux de faire quelque chose.

Récemment, je libérais mon aura presque inconsciemment pendant les combats, alors j’avais besoin de cacher ça.

Physiquement, je devrais mettre Éléanore et Hikari en stockage dans mon entrepôt de dimension parallèle, et les sortir quand j’aurais besoin de les utiliser.

À propos de mon propre déguisement...

« Aura... il me faut cacher mon aura... cacher, mon aura. »

« Kakeru ? »

« ... peux-tu regarder de ce côté, Hélèna. »

J’avais demandé un peu de patience à Hélèna et j’avais pris les deux Épées Démoniaques en main.

{Papa, que vas-tu faire ?}

« Je veux faire quelque chose. Dites-moi si vous pensez que c’est impossible. »

Après avoir dit cela, j’avais envoyé en image à Éléanore et à Hikari ce que je pensais faire.

{Cette image... Je vois, c’est assez impressionnant que tu puisses penser à quelque chose comme ça}

« Est-ce possible ? »

{Cela dépend de tes capacités.}

« Tout dépend de moi, hein. »

{Papa peut certainement le faire !}

Hikari, à entendre ces mots on avait l’impression qu’elle croyait totalement en moi.

Je fermais les yeux, façonnais une image dans ma tête et en retirais le pouvoir en contournant l’Épée Démoniaque, une aura sombre s’était dégagée de l’Épée Démoniaque et une mince couche avait enveloppé tout mon corps.

« Kakeru, où es-tu... ? Est-ce la téléportation ? Non, il n’a pas sorti la plume. »

Hélèna fut surprise et regarda autour d’elle.

C’est un succès, hein, pensai-je, tout en plaçant ma main autour d’elle, la tirant vers moi.

« Kya! Kakeru ! Tu étais ici. »

Au moment où je l’avais tirée vers moi, à l’instant où l’aura l’avait enveloppée, elle devenait capable de me voir.

« J’étais là tout le temps. »

« Je ne pouvais pas te voir. Était-ce à cause de l’aura ? »

« Tu as compris rapidement. C’est exact. »

L’aura qui avait enveloppé Hélèna et moi, c’était un nouveau type d’aura que je venais de créer.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« Comment devrais-je expliquer cela ? C’est comme si nos corps n’étaient plus discernables tant que nous restons dans cette poche d’aura. »

Je l’avais fait et j’avais réussi.

Et bien que ce soit génial, c’était assez difficile d’en expliquer le principe. C’était aussi différent du camouflage optique. Cela se rapprochait beaucoup plus des ultra-sons.

« Tant que nous sommes dedans, personne ne peut nous voir. En théorie, personne ne serait capable de le détecter à moins d’avoir des pouvoirs équivalents à ceux d’Éléanore et d’Hikari. »

« Si c’est le cas, alors c’est parfait. »

J’avais hoché la tête.

C’est déjà parfait avec Éléonore, mais Hikari s’y ajoutait aussi. Je ne pouvais pas imaginer la possibilité de voir quelqu’un à travers.

« Je l’ai fait à l’improviste, mais de façon inattendue ça s’est bien passé. »

Depuis que j’avais créé la technique de l’aura avec le trésor de la loterie, j’avais remarqué que je pouvais faire beaucoup plus de choses.

Cette technique était aussi une conséquence de cela.

« Comme attendu de toi. J’ai bien pensé que tu es capable de faire une chose si facilement. C’est si différent de cette époque... »

Hélèna chuchota avec une voix chargée d’émotion.

J’avais eu une longue relation avec elle... elle était la première femme que j’avais rencontrée dans ce monde. Je l’avais connue avant même d’avoir Éléanore et avant la naissance d’Hikari.

Elle connaissait toute l’histoire. Elle savait comment j’avais obtenu l’Épée Démoniaque, et comment je l’avais progressivement maîtrisée pour l’utiliser. C’était à cause de tout ça qu’elle était capable de le dire.

« Tu es également très différente de cette époque »

« Vraiment ? »

« Tu es devenue une femme capable. »

« Si c’est le cas, alors c’est surtout grâce à toi. »

« Eh bien, allons à notre rendez-vous. Au cœur de l’armée d’Aegina. »

J’avais tiré Hélèna vers moi avec ma main autour d’elle.

Hélèna plissa les sourcils, semblant un peu troublée à cause de la différence entre mes paroles et mes futures actions. Mais après cela, elle pencha son corps contre le mien, ne semblant pas du tout réticente.

Au milieu de l’armée d’Aegina. À l’intérieur de la tente où le général se trouvait.

Avec mon camouflage... enveloppé par cette aura, Hélèna et moi avions assisté à la conversation de la princesse Aegina et de son général subordonné du début à la fin.

Grâce à l’aura, nous avions pu voir tout cela, comme si nous étions devenus invisibles.

« C’est pourquoi nous allons amener plusieurs candidats, alors nous aimerions demander à Son Altesse de choisir quelqu’un en leur sein. »

« Je vois, c’est vrai, j’ai compris »

La princesse hocha la tête et le général et son subordonné quittèrent la tente.

« C’est... comment dois-je le décrire... »

Hélèna plissa les sourcils et choisit ses mots.

« C’est une idiote, hein »

« Kakeru... »

« C’est vrai non ? Elle n’a aucune connaissance et ne connaît rien du monde. En plus, elle est facile à duper. »

« D’après ce que j’ai ressenti, elle est aussi tellement têtue qu’elle ne changerait pas d’avis sur ce qu’elle avait elle-même décidé. »

« Si on lui présentait un chaman ou une prêtresse, il pourrait manipuler le royaume comme il le désirait. »

Avec une expression troublée, Hélèna hocha la tête à mon commentaire.

« Que ferons-nous ? Franchement, je ne te recommande pas de t’impliquer avec la princesse Sélène plus que cela. »

« Qu’est-ce que tu dis ? Les réjouissances ne font que commencer. »

« Est-ce vrai ? Je comprends. »

J’avais agi comme un soldat et étais apparu devant Sélène.

Il y en avait deux autres, et tous les deux étaient jeunes et avaient des yeux brillants, leur donnant l’air d’être attirés par la promotion.

Comme si c’était une entrevue, Sélène avait demandé nos noms un par un.

« Tu es qui ? »

« Kake... non, je suis Shou. »

« Shou ? Quel nom étrange ! Plutôt que ça, qu’est-ce que tu as dans tes bras ? Que tiens-tu ? »

Sélène l’avait remarqué, en fait, j’enlaçais toujours Hélèna.

J’avais limité l’aura des Épées Démoniaques à Hélèna, en plaçant le camouflage sur elle.

C’est pourquoi les autres personnes pouvaient me voir, mais ne pouvaient pas voir Hélèna que je tenais actuellement dans mes bras.

En conséquence, mes bras avaient probablement l’air de tenir quelque chose dans une position bizarre.

« Je tiens la déesse de la victoire. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Je n’ai jamais perdu dans un combat lorsque j’étais dans cette position avant. »

« Qu’est-ce que c’est ? Es-tu un idiot ? »

La princesse Hélèna se moqua.

« Votre Altesse, même les imbéciles et les ciseaux émoussés peuvent être utiles entre les mains d’une personne intelligente. »

Le général avait suivi cet avis.

« C’est Issigonis, le Chevalier de mille hommes · Le General “aigle volant”. Il est un général célèbre de l’armée d’Aegina, » m’avait dit Hélèna.

Elle parlait normalement, mais j’étais le seul qui pouvait l’entendre, à cause de l’aura.

{Je peux aussi l’entendre}

{Hikari aussi}

J’avais fait un petit coup de doigt à Éléanore pour qu’elle cesse de briser l’ambiance.

J’avais pensé les mettre dans mon entrepôt de dimension différente, mais j’avais découvert que même l’Épée Démoniaque ne pouvait pas être vue quand elles étaient enveloppées par l’aura, ainsi je les avais juste portées comme d’habitude.

« C’est vrai. Même s’il est un homme qui ne fait que parler, cela ne serait pas une grande perte s’il mourait. »

« C’est exactement comme dit Son Altesse. »

« Alors, vous les gars. Je vous donnerai une récompense incroyable si vous tuez le général ennemi. Alors, allez-y et faites de votre mieux, même s’il vous tue. »

« « Oui, Votre Altesse ! » »

« Oui »

J’étais arrivé en première ligne avec les deux soldats volontaires.

Avaient-ils déjà été informés à ce sujet ? Les soldats s’étaient retirés et nous avions été envoyés en avant.

Et, juste comme ça, les deux volontaires qui s’étaient précipités devant moi avaient été tués par Nana.

Les deux soldats avaient été divisés en deux au niveau de leur taille.

{Étaient-ils vraiment si faibles ?}

« Allons-y. »

{Ils découvriront qui tu es si tu utilises tes deux épées}, avait souligné Éléanore.

Ahh, Issigonis avait également dit « un homme brandissant deux épées ».

Si c’est le cas, il vaudrait mieux ne pas utiliser mes deux épées en ce moment.

« Toutes les deux, attendez, d’accord. »

{Oui}

{OK !}

J’avais pris une épée longue d’un soldat mort là-bas et je l’avais balancé légèrement.

Et puis, je m’étais avancé devant Nana.

Nana resta stupéfaite un instant, mais elle se calma immédiatement.

Nana était comme ça, mais les soldates esclaves derrière elle... les soldates esclaves qui venaient de terminer une bataille féroce faisaient du bruit.

« Soyez silencieuse ! », cria Nana.

« Il n’y a qu’un seul adversaire, “juste un ennemi” »

Toutes se taisent face à ces mots. Elles avaient regardé fixement, non, elles m’avaient regardé fixement.

Comme si j’étais un ennemi ordinaire.

Cela m’était pas la première ou la deuxième fois que je me battais contre Nana et les soldates d’esclaves.

Nous nous étions battus sérieusement plusieurs fois, ceux-ci ne pouvaient pas être considérés simplement comme de l’entraînement.

Cette fois, c’était seulement l’un de ces moments.

« Haaaaaa! »

 

Nana avait réduit la distance en un instant et lâcha son coup.

Je l’avais bloquée avec mon épée longue... mais...

Au moment où je l’avais balancée, mon épée avait été détruite comme si elle était en train de pourrir.

Être réduite en poussière... ces mots correspondaient merveilleusement à la manière dont elle avait été détruite.

« Kakeru ! »

Hélèna avait crié, j’avais instinctivement sauté en arrière.

« Qu’est-ce qui s’était produit à l’instant ? »

{Il semblerait que les épées ordinaires ne peuvent pas supporter ta force. Utilise-moi ou Hikari}

Comme Éléonore me l’avait dit, je l’avais dégainée presque en même temps que j’avais atterri. Je me retournai vers Nana qui continuait à attaquer sans s’arrêter.

Coup après coup, un échange entre nous deux ayant 100 % d’attaque supplémentaire.

L’onde de choc avait créé une explosion massive qui avait creusé le sol. Nana avait sauté en arrière. Les soldats d’Aegina derrière moi avaient applaudi.

Ils avaient applaudi parce que l’adversaire avait finalement été repoussé.

« Vous tous, prenez la formation contre les bêtes magiques ! Cet homme est dangereux. »

Les soldates esclaves s’étaient déplacées immédiatement sous le commandement de Nana. C’était une formation que je n’avais jamais vue auparavant. Cependant, il y a une chose que je pouvais dire.

« Beaucoup contre une seule personne... c’est littéralement une formation pour combattre des Bêtes magiques puissantes. »

Tout comme Hélèna chuchotait avec un ton impressionné, c’était une formation de 201 contre 1.

{Nana avait donc préparé quelque chose comme ça, hein. Comme d’habitude, elle me surprend.}

Cela aurait dû être juste une mascarade pour me permettre d’infiltrer l’armée d’Aegina, mais même ainsi, j’avais commencé à trouver cette bataille amusante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire