Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 153

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 153 : La Servante Capable

« ... ppfuu ~ »

J’avais expiré l’air qui s’était accumulé dans mes poumons. J’avais pris une profonde inspiration à la recherche d’air frais après avoir fini mon travail, mais il n’y avait que l’odeur du sang.

À cause de cela, mon excitation n’avait fait qu’augmenter.

Plus.

... Plus !

... Plus !!

Même si le combat avait pris fin, le mot « plus » avait continué à faire écho dans ma tête, poussant mon esprit combatif plus haut.

J’avais beaucoup combattu, et après m’être retourné, je vis qu’il y avait deux montagnes de mille cadavres, et deux gars étaient encore vivants sur le terrain.

Il s’agissait du prince-héritier Kimon d’Aegina et de ce type qui avait une apparence démoniaque dont je n’avais pas entendu le nom.

Ils avaient tous deux tenté de s’enfuir et avaient même essayé de m’attaquer, alors je les avais frappés avec le plat de mon épée et je leur avais fait perdre connaissance.

J’avais attrapé ces deux-là par le cou et je me téléportais avec la plume de téléportation.

J’étais retourné dans mon manoir à Reiusu, dans les terrains d’entraînement, là, où les soldates esclaves étaient toujours dehors.

Une soldate esclave m’attendait là-bas.

« Votre Excellence ! »

Nikki me remarqua rapidement et courut vers moi.

Habituellement, elle agissait de manière dure, comme un « soldat », alors dès qu’elle m’avait atteint, elle saluait comme un soldat.

« Où est Nana ? »

« Elle est dans le manoir. La femme de chambre est venue et l’a appelée. »

« Miyu l’a appelée ? »

Quoi ? Il était assez rare que Miyu appelle Nana. Les deux n’avaient généralement pas d’intérêts communs, alors je me demandais pourquoi elle l’avait fait.

Bien, peu importe. Je reviendrais après ça de toute façon. Je devrais juste le lui demander directement.

Il y a d’autres choses à faire avant ça, pensai-je, en jetant les deux hommes à terre.

« Confine-les. Assure-toi qu’ils ne s’échappent pas. »

« D’accord ! S’il vous plaît, laissez-les-nous. »

Nikki salua à nouveau puis appela les soldates esclaves.

Tout le premier peloton était venu afin d’aller ramener ces deux.

*Cognement*

Dès qu’elles avaient tout approché, mon cœur avait bondi.

Il s’agissait d’une ferveur étrange, comme si quelque chose d’immense allait déborder de mon corps.

C’était... mais qu’est-ce que c’était ?

Tout en inclinant la tête, j’avais marché vers ma maison.

{Finalement, c’est ma victoire.}

{Hmm, j’ai perdu ~. Mais, c’est après tout ma Maman.}

{Kukuku, en effet. Notre carrière en tant qu’Épée Démoniaque est encore trop différente.}

{Hikari continuera à faire de son mieux compris ~, comme une Épée Démoniaque.}

{Hmm, c’est bien de faire de ton mieux. Je te garantirai que tu seras la deuxième plus grande Épée Démoniaque de ce monde.}

{Deuxième ?}

{Après tout, je suis la plus grande.}

{Je vois~. Hmm, Hikari visera la deuxième place, d’accord.}

{Hmm. Hikari devrait être la deuxième.}

La mère et la fille Épées Démoniaques discutaient tranquillement.

Et pendant qu’elles le faisaient, j’avais continué à me battre contre cette ferveur.

Mon cœur avait commencé à courir, je voulais aller au carnage.

Je veux tout détruire, je veux libérer cette excitation.

Plus je ressentais cela, moins je pouvais en parler.

{ ... Bien alors, Hikari. Va jouer avec Olivia}

{C’est d’accord ?}

{Hmm. L’incident est terminé.}

{Oui !}, dit Hikari en revenant dans sa forme humaine.

« Hikari arrivera la première, d’accord~ »

Après cela, elle avait couru au manoir.

Je l’avais vu, et j’entendais Éléanore me dire :

{Eh bien, je suppose que tu devrais aller t’occuper de ça aussi}

« Eh ? »

{De quoi es-tu choqué ? Ne peux-tu pas t’empêcher de vouloir coucher avec des femmes ?}

« ... Oui. »

Cela étant dit, j’avais finalement remarqué cela. C’est vrai, c’était exactement ça, cette ferveur, c’était ça. C’était de la libido, et une libido accrue qui était restée après la bataille.

« C’est différent que d’habitude, donc je ne l’aie pas remarqué. »

{C’est probablement à cause de cette barrière. Parce que tu as été retenu ici, à l’instant où tu en as été libéré, ton désir sexuel a grimpé d’au moins dix fois. C’est dix fois de plus qu’après un combat normal. Tu l’as probablement senti différemment et tu ne l’as pas remarqué.}

« ... Ahh, je vois. »

{Que vas-tu faire ? Si tu veux la libérer avec violence, je t’aiderai}

« Laisse-moi voir... »

J’avais pensé à ce que je devrais faire. La suggestion d’Éléanore n’était pas mal non plus. Ce serait peut-être génial de me noyer aussi dans cette envie écrasante de destruction.

... cela pourrait détruire mes femmes après tout. Si c’était Éléanore, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter qu’elle soit détruite.

Hmm, ça pourrait être bon.

Pendant que j’y pensais, j’étais arrivé au manoir.

Quand j’avais atteint la porte d’entrée, elle s’était ouverte toute seule.

« Bienvenue, Maître. »

C’était Miyu qui l’avait ouverte.

* Battement *... mon cœur avait sauté et m’avait apporté des vertiges.

L’apparence de Miyu, le parfum d’une femme. Je m’étais fait presque avoir par ça.

Ahh, c’était mieux.

Ce n’était pas comme si le conseil d’Éléanore était mauvais, mais c’était mieux maintenant. Cependant, je devais faire attention à ne pas la détruire.

« Miyu, désolé, mais, peux-tu me réconforter. »

« Oui ! Tout le monde attend ! »

« Tout le monde ? »

« Suivez-moi, s’il vous plaît. »

Miyu commença à marcher. Je l’avais suivie, et nous étions arrivés au niveau de ma chambre.

J’étais entré dans la pièce et « tout le monde » était là.

« Bienvenue, Kakeru, » la belle princesse de Mercure, Hélèna était là.

« Nous sommes toutes prêtes, Kakeru, » sa petite sœur Iris.

« Nous ferons de notre mieux ! » L’aventurière de Rang A, la Grande Magicienne des rumeurs, Io.

« Tu as vraiment l’air troublé, » le symbole de l’église de Solon, l’Immortelle Sainte, Mélissa.

« C’est exactement comme ce que Miyu avait dit, » La Grande Sage Althea, juste Althea.

« Je serais la force de mon Seigneur, » la femme la plus forte du monde, Nana.

Les six filles attendaient dans la chambre.

« C’est ? »

« Je pensais que ce serait probablement nécessaire, alors j’avais demandé à tout le monde de venir », avait répondu Miyu. Sa queue oscillait faiblement.

« Probablement... ? Pourquoi l’as-tu pensée ? » lui demandai-je.

« Hmm, quand le Maître Kakeru était venu prendre Mademoiselle Hikari... le Maître, il avait l’air de s’amuser, alors... »

« L’ai-je fait ? »

« Oui. C’était le visage du Maître quand il va se battre. C’est pourquoi je pensais que ce serait probablement nécessaire. »

Est-ce qu’elle s’attendait à tout ça avec ça ?

{Quelle servante capable !}

C’est pourquoi je n’embauchais pas de servante supplémentaire et que je pouvais lui confier le manoir.

J’avais fait face à Miyu et la regardais droit dans les yeux.

« Merci, Miyu. Tu es d’une aide précieuse. »

« Après tout, je suis la servante du Maître... hyaa ! »

Je l’entourai de mes bras et la portais au lit comme une princesse.

Je la déposais et embrassais ses lèvres alors qu’elle était encore troublée par cet événement soudain.

Je lui avais fait ouvrir la bouche et lui donnais un baiser profond avec ma langue.

« M-M-M-Maître !? »

« Bon travail, Miyu. En récompense, tu seras la première. »

« Eh !? ... Oui ! »

Elle fut stupéfaite pendant un instant, puis avec un énorme signe de tête, Miyu montra un visage souriant.

Elle avait l’air si mignonne. Je ne pouvais plus me retenir.

J’avais retiré son uniforme de femme de chambre d’un coup et l’avais placé sur le dessus du lit.

Voyant cela, les autres femmes s’étaient rassemblées.

Hélèna.

Iris.

Io.

Mélisse.

Althea.

Nana.

Et, Miyu.

Ces femmes capables s’étaient rassemblées, me rendant de plus en plus étourdi.

Cette nuit-là, j’étais pleinement satisfait de la gentillesse de Miyu et j’avais fait l’amour avec toutes les beautés qui s’y trouvaient.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

  4. Hum. Va falloir que Kakeru apprenne à rester zen, il commence à avoir des pensées de berserker.

Laisser un commentaire