Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 5 – Chapitre 128

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 128 : Une raison d’agir

Je m’étais déplacé plus profondément dans la caverne avec Iris.

On dirait que la plupart des Akephalos avaient été vaincues et avaient cessé d’apparaître, donc nous avions du temps libre.

Nous avions avancé en discutant.

« En y réfléchissant, quel genre de personne est ton père ? Il est le roi de Mercury, n’est-ce pas ? »

« Père ? Hmm... »

Iris avait réfléchi un moment avant de répondre.

« En quelques mots... c’est une personne ambitieuse. »

« Ambitieuse ? »

« C’est vrai. Son ambition de rendre Mercury plus grand et plus fort est extrêmement puissante. Et il est une personne qui ne choisirait pas ses moyens. C’est aussi pourquoi votre idée, les papiers-monnaies ont été facilement adoptés. Si c’était le précédent roi... mon grand-père, il aurait probablement dit : “Blasphématoire, comment oses-tu utiliser le trésor de notre famille royale pour une telle chose !” »

« Ahh... »

Je pouvais facilement l’imaginer rien qu’avec cette explication.

Les gens qui appréciaient les us et coutumes existaient n’importe où.

J’en avais été conscient sur ce sujet, alors j’avais même pensé que l’idée ne pourrait pas passer lorsque je l’avais suggéré. Mais le père d’Iris, l’actuel roi de Mercury, était une personne complètement opposée à ceux-là.

Je vois, c’était parce que c’était une personne ambitieuse et... un roi utilitariste que cela avait été facilement approuvé.

« C’est pourquoi tu as aussi été utilisé comme un objet. Il t’envoie en tant que mariée pour reprendre Xiphos. »

Iris hocha la tête.

Nous avions avancé pendant que je continuais à poser des questions sur le père d’Iris, le roi de Mercury.

J’avais entendu de nombreux épisodes de sa vie, et il était facile de dire à partir de ceci qu’il était une personne qui utiliserait tout ce qu’il pouvait.

En cours de route, j’avais vaincu les Akephalos qui apparaissaient de temps en temps, et j’avais ramassé le billet de la loterie qui tombait systématiquement.

Et de cette manière, nous avions atteint la partie la plus profonde de la caverne.

C’était un espace dégagé, et il y avait quelque chose qui semblait être un autel au fond.

Une épée avait été placée en évidence sur l’autel.

L’épée était d’un rouge éclatant, c’était comme si elle affirmait avec force que ce n’était pas normal.

« C’est Xiphos, n’est-ce pas ? »

« C’est le plus probable. »

« Comment est-ce ? » J’avais demandé ça à Éléanore.

{Ce mauvais sens de l’affirmation de soi, il ne l’a pas arrêté même après des centaines d’années, hein}, avait dit Éléanore avec dégoût.

On dirait qu’il y avait certaines circonstances en eux, mais de toute façon, il n’y avait aucun doute que c’était Xiphos.

« Bon, on va l’écraser. »

« S’il vous plaît, procédez ainsi. »

J’avais avancé vers l’autel... mais.

J’avais été bloqué le long du chemin et des étincelles avaient scintillé.

« Quoi ? »

{C’est une barrière. N’est-ce pas normal de voir ça ?}

« ... C’est normal. Il n’y a rien de mal à avoir une ou deux barrières puisqu’elle a été scellée. »

« Une barrière... je n’en avais pas entendu parler. »

« Ne t’inquiète pas pour ça. Éléanore ? »

{Tu devrais agir comme tu le fais normalement}

« Je vois. »

Comme j’avais reçu sa réponse positive, j’avais dégainé Éléanore.

J’avais pris une position... et j’avais frappé avec un peu de négligence.

* Bachi !! *, des étincelles s’étaient envolées et Éléanore avait été repoussée.

« C’est assez solide. »

{Fais-le sérieusement. Cela affecterait ma renommée si tu perdais face à cela.}

« Perdre face à ça ? Était-ce une barrière qu’elle s’était construite d’elle-même ? Et cela bien qu’elle soit prise et scellée ? »

{Une barrière qui utilise son propre pouvoir, c’est assez commun dans ce monde.}

« Je vois. »

J’avais compris l’histoire générale.

J’avais pris une profonde inspiration et j’avais frappé cette fois-ci en utilisant Éléanore avec 80 % de ma force.

* Parin !! *, un son ressemblant à un fracas avait été produit.

« Ohh ! »

« J’en ai mis un peu trop. »

{Pas encore. Regarde attentivement.}

Je fixais la barrière des yeux comme l’avait dit Éléanore.

C’était un espace vide, mais par endroit, je pouvais voir vaguement la barrière qui aurait dû être cassée se réparer rapidement.

« Elle s’autorégénère, hein. Que devrais-je faire ? »

{C’est simple}, Éléanore se moqua de moi à ce moment-là.

{Son pouvoir n’est pas illimité. Tu dois seulement continuer à frapper jusqu’à ce qu’elle soit incapable de se réparer.}

« Je vois, c’est simple alors. Iris, recule. Je vais y aller sérieusement cette fois-ci. »

« Entendu. »

Iris s’éloigna de moi comme je le lui avais dit de faire.

J’avais dégainé Hikari et j’avais serré fermement la mère et sa fille Épées Démoniaques.

J’avais ensuite pris une profonde respiration tout en accumulant de la force.

« Allons-y. »

{Oui}

{Hmm !}

« UOOOOOOO !! »

J’avais heurté la barrière, puis je l’avais frappée sans relâche.

Elle s’était réparée l’instant suivant où je l’avais frappé, mais j’avais continué à la briser chaque fois qu’elle récupérait.

Xiphos avait rougeoyé chaque fois que la barrière avait été réparée.

Sa lame envoyait une impulsion et la barrière se régénérait juste après ça.

Et après avoir détruit continuellement la barrière, l’intervalle entre deux réparations était lentement devenu plus long.

Ce qui prit cinq secondes devint dix, devint vingt et jusqu’à trente.

Et enfin, elle avait cessé de se réparer après un certain temps.

« Bon, on dirait que c’est fini. Iris... »

Quand j’avais appelé Iris pour passer à l’étape suivante, quelqu’un était rapidement passé à côté de moi.

La vitesse de cette personne n’avait rien de spécial, mais c’était une tierce personne qui était apparue soudainement.

J’étais confus et la laissais passer.

La voix d’Iris résonna aussi.

« Père ! »

Cet homme qu’elle appelait le père... le roi de Mercury avait atteint l’autel et il attrapa Xiphos.

En un instant, la lumière rouge s’était propagée de manière importante dans toute la grotte.

Je levai mon épée et étendis mon manteau noir afin de protéger Iris.

J’étais sur mes gardes, mais rien ne s’était passé.

« Ohh, Ohhhhh !! C’est Xiphos ! »

Après la dissipation de la lumière rouge, le roi de Mercury regarda Xiphos avec une expression émue.

Vous pourriez même dire qu’il était hypnotisé.

« Père ! Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Iris.

« J’ai immédiatement découvert que vous enquêtiez sur Xiphos, et tout cela pour venir ici »

Eh bien, on n’y pouvait rien. Tout le monde pouvait facilement le deviner quand on s’était déplacé à ce moment.

« M-Mais pourquoi, pourquoi ne nous avez-vous pas arrêtés ? »

« Si tu devais agir, alors le porteur de l’Épée Démoniaque agirait aussi »

« Eh !? »

« Si le porteur de l’Épée Démoniaque agissait, il y avait la possibilité que cette barrière, qui ne pouvait pas être enlevée depuis très longtemps, à moins d’avoir obtenu l’autre épée, soit libérée. C’est pourquoi je te laissais agir librement. »

{Kukuku, vous avez été utilisé en effet}

Cela semblait être ainsi.

« Vous deux, et ces deux Épées Démoniaques. Vous avez fait du bon travail. »

« Père... »

Iris avait fait une expression pleine d'amertume.

Xiphos pulsait fortement. Elle avait libéré une lumière rouge bien visible.

« Ohh, Ohhhhhh !! Comme prévu de Xiphos. C’est le trésor de notre royaume raconté dans les légendes. Cette puissance... avec ce pouvoir, l’autre Xiphos pourrait être aussi pris, même si cela se fait par la force. »

« ... »

« Haaaaaa !! »

Le roi de Mercury avait levé Xiphos.

Après que la lumière rouge brillait, le plafond explosait et cela avait créé un trou.

C’est une grotte dans le fond d’un lac, à l’instant où un trou avait été ouvert, l’eau avait jailli à l’intérieur instantanément

Le roi avait sauté afin de passer par ce trou.

Il s’était échappé seul tout en sachant que sa fille était là.

...

{Papa...}

« Kakeru ! »

Iris avait couru vers moi. Elle avait un regard frénétique.

« S’il vous plaît, arrêtez mon Père. Nous ne devons pas le laisser partir comme ça ! Ce serait terrible si l’on savait que le Roi envahissait ou s’infiltrait dans Aegina ! »

« Ce serait probablement un incident diplomatique. »

« Une guerre pourrait même se produire après ça. »

« C’est vrai. »

Le roi du royaume voisin envahirait avec son armée et volerait quelque chose stocké dans le harem.

Ce ne serait pas étrange si une guerre se produisait après ça.

Et cet homme ambitieux se contenterait volontiers de représailles.

C’est vrai, il devrait être arrêté ici.

« Entendu. Attends. »

Je plaçais une main autour de la taille d’Iris et sortis ma plume de téléportation.

Nous avions ainsi été téléportés instantanément sur le bord du lac.

Peu après, le roi de Mercury avait sauté hors du lac.

Le roi qui ne nous avait pas vu sortir avant lui en nous téléportant se leva haut dans les airs et s’apprêtait à s’envoler après avoir vérifié la direction.

« Je dois y aller. »

« S’il vous plaît ! »

J’avais hoché la tête face à Iris qui supplia et j’avais aussi sauté très haut dans les airs.

Avec une vitesse plus importante que celle du roi de Mercury, je l’avais devancé tout en anticipant la direction qu’il prenait.

« ... quoi ? »

« Tombe ! »

En utilisant Éléanore, j’avais frappé le roi surpris afin de l’envoyer au sol avec Xiphos.

Le roi s’était écrasé par terre. Peu de temps après ça, il y avait eu une petite explosion et il avait sauté hors du trou.

Ses vêtements étaient en lambeaux, mais il n’avait aucun dommage.

« Porteur de l’Épée Démoniaque !! »

« Désolé, mais tu ne passeras pas. Je dois aussi écraser ça. »

« Pourquoi es-tu en travers de mon chemin ? As-tu oublié ma faveur quand je t’ai fait vicomte !? »

Maintenant qu’il me l’avait rappelé, j’étais un vicomte dans Mercury.

J’avais complètement oublié jusqu’à ce qu’il l’ait mentionné.

Eh bien, ça n’avait pas d’importance.

« Pourquoi ? »

Pourquoi... voulait-il une raison, hein ? Une raison pour faire obstacle au roi.

C’était pour pouvoir enlacer Iris, parce qu’Iris m’avait demandé de le faire, de le punir pour m’avoir utilisé.

Il n’y aurait pas de fin si je mentionnais tous ces petits détails, mais... enfin, en une phrase.

« C’est parce que je veux le faire. »

Tout comme je l’avais fait jusqu’à maintenant, et comme je le ferais aussi à partir de maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

10 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre 🙂

  3. Merci pour le chapitre.
    PS : il aurait aussi pu dire : car j'ai décidé que vous ne démarrerez pas une guerre.

  4. Merci pour le chapitre
    PS: En prévision "Combat avec Beau-Papa"

  5. Merci pour le chapitre.

  6. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire