Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 4 – Chapitre 112

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 112 : La puissance qui n’appartient qu’à moi

J’étais venu à l’emplacement de la loterie.

Les seuls qui pouvaient venir ici, c’était moi qui venais d’un monde différent, Hikari qui avait mon sang coulant en elle, et Éléanore pour des raisons inconnues. Dans le cas d’Éléanore, elle pouvait se transformer sous sa forme humaine lorsqu’elle était ici.

«...»

« Que regardes-tu ? »

« Non, je pensais juste que tu avais cette apparence quand nous venons ici, n’est-ce pas ? »

« Et alors ? »

« Il n’y a que moi qui te connais sous cette apparence. »

« Hikari sait aussi, tu sais ?! » Hikari avait dit depuis le côté.

C’était vrai, mais je ne le pensais pas comme ça.

Éléanore était... très belle.

Son corps et son visage étaient ceux d’un enfant, mais ce n’était pas le cas des expressions faites par ses yeux et par ses lèvres ni cette atmosphère qui se dégageait de son attitude.

De ceux-là, je ne sentais pas de la « gentillesse », mais de la « beauté ».

Non, cela pouvait être correct de dire que c’était « mignon et beau à la fois ».

Et j’étais le seul à le savoir.

J’avais regardé Éléanore. Comment pouvais-je lui dire ceci... ?

« Hmmm~... »

Il y avait une voix qui m’avait alors parlé.

La voix d’une femme. Quand je m’étais retourné, il y avait la femme du personnel de la loterie qui affichait un visage étonné.

« Je ne sais pas combien de fois devrais-je vous le répéter, mais pourriez-vous s’il vous plaît arrêter d’apporter ici cette scène familiale chaleureuse ? Vous avez aussi commencé à vous éveiller à une chose étrange. »

La femme avait grogné.

« Qu’entendez-vous par une chose étrange ? »

« ... bien, peu importe. »

Je m’étais repris et je lui avais demandé. « Y a-t-il une nouvelle loterie ? »

« Comment le savez-vous ? »

« Ne l’avez-vous pas dit avant ? Vous m’avez dit que de nouvelles loteries apparaissaient quand des évènements de grande envergure se déroulaient dans ce monde. »

« Je vois, je l’ai dit quand Mercury a changé son système monétaire, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai. Voilà pourquoi je pensais que la même chose pourrait arriver à cause de Siracuza cette fois. »

« Oui, c’est vrai ! C’est incroyable, la restauration d’un pays, et en plus de cela, il y a deux reines qui sont dans vos relations ? Il ne fait aucun doute que cela sera écrit dans l’histoire. Quelque chose comme les deux reines de la restauration. » [1]

« Les deux reines de la restauration, c’est génial. Quelque chose comme Tokugawa Yoshimune » [2]

Je pensais qu’il avait aussi appelé quelque chose comme ça.

« Et alors, quelle loterie est-ce cette fois ? »

J’avais regardé ce qu’il y avait derrière la femme.

Au lieu de la bannière rouge et blanche, il y avait une enseigne couverte de tissu là.

« Jaja~n ! »

Le personnel avait enlevé ce tissu d’un coup.

Ce qui était apparu était la liste des prix de la loterie.

« Laissez-moi voir »

J’avais regardé la liste des prix.

  • Jackpot : Trésor secret de Siracuza 1/1

  • Premier Prix : Un territoire dans Siracuza 1/1

  • Second Prix : Un terrain dans Siracuza 5/5

  • Troisième Prix : Esclave Siracuzien 10/10

  • Quatrième Prix : Spécialité locale de Siracuza 50/50

  • Prix de participation : Pièce en argent de Siracuza 300/300

« Hmm. Tout est lié à Siracuza, » déclara Éléanore.

« C’est vrai. Eh bien, c’est facile à comprendre. Après tout, la situation à Siracuza a été résolue. »

« En plus de cela, si ces deux-là deviennent des restaurateurs, la valeur de ces prix augmenterait. Il n’y a aucun doute que le prix des terres et des territoires y grimpera en flèche. »

« Ça grimpera en flèche ? » demanda Hikari avec des yeux remplis de curiosité.

« Ça monterait à coup sûr. C’est comme si on nous racontait qu’après être entré dans une grande entreprise ayant de bonnes performances, que le bonus n’était pas en espèces, mais en actions. »

« Exact, et si tu reçois ça, tu travaillerais encore plus fort ! »

La femme du personnel avait également montré son assentiment.

Si vous recevez des actions de la société dans laquelle vous vous trouvez, en plus de cela, s’il s’agit d’actions en hausse, vous travaillerez encore plus fort pour accroître encore davantage sa valeur.

Les valeurs des terres et des territoires de Siracuza augmenteraient désormais, alors même si cette loterie était bon marché, elle en vaut la peine.

Mais en laissant ça de côté.

« Quel est le prix spécial {Trésor secret de Siracuza} ? »

« C’est un trésor secret, s’il vous plaît posez-moi la question une fois que vous l’aurez tiré »

« Hmm. Il y a des nombres écrits, cela signifie-t-il que cela représente tout ce qu’il y a à l’intérieur de la loterie ? »

« Oui »

« Bref, on peut être sûr de l’obtenir si on tire la loterie jusqu’à la fin »

« C’est vrai ? Oh, vraiment, cher client, est-ce comme ça que vous voyez les loteries de tirage au sort ? La dernière balle serait une victoire à coup sûr. »

C’était normal, je pensais juste que cela pourrait se limiter à ça dans cette loterie parce qu’il y avait des éléments mystérieux.

Mais même ainsi, je comprenais que je pouvais l’obtenir en jouant jusqu’à la fin, hein.

« Eh bien, ça alors, quelle chose agréable à entendre »

La voix d’un homme surgit par-derrière. Quand je m’étais retourné, il y avait cet homme, celui qui avait gagné à la loterie et qui était venu dans ce monde avant moi.

Cela fait très longtemps que je ne m’étais pas téléporté ici, mais je ne l’avais rencontré ailleurs que dans cette loterie.

Cet homme avait souri et avait dit. « Toi, combien en as-tu ? »

« Environ 20 billets »

« J’ai 300 billets. Cela signifie que je peux tout obtenir après avoir rassemblé 40 billets de plus. C’est bon, je vais jouer plus tard, je vais d’abord rassembler des billets, » déclara l’homme. Celui-ci avait disparu immédiatement après.

Voyant cela, la femme du personnel avait chuchoté. « Si c’est cette personne, il ne fait aucun doute qu’il peut les rassembler. »

« Je le pense aussi. »

Je ne sais pas quel genre de vie l’homme avait ni comment il les rassemblait, mais chaque fois, il en rassemblait un nombre incroyable. Si on devait le chiffrer, c’était 10 fois mon nombre.

« Mais c’est correct. »

« Hein ? »

J’avais regardé la femme du personnel.

« Non, il serait peut-être déplacé de ma part de le dire, mais la possibilité de gagner le prix spécial est faible, surtout au début. »

J’avais jeté un coup d’œil sur la liste des prix, je les avais comptés, puis je demandais.

« Ce n’est pas 1 chance sur 367 ? »

« Oui, au début. »

N’était-ce pas une loterie mystérieuse comme je l’avais pensé ?

La probabilité, dans les loteries normales, dans ce cas, aurait toujours été de 1 chance sur 367.

« C’est pourquoi rassembler des tickets et les jouer tous est cette fois la bonne stratégie. Qu’est-ce que notre cher client aimerait faire ? »

« Il m’est impossible de rassembler 367 tickets... Ahh, il m’est impossible de tous les rassembler avant ce mec. »

J’avais dit ça et Éléanore de mon côté avait hoché la tête. Quand il s’agissait de la capacité de rassembler des billets de loterie, j’étais extrêmement faible comparé à lui.

En plus de cela, il avait déjà 300 billets. Il m’était donc impossible de rassembler 367 tickets avant lui dans cette situation.

Mais...

«pour l’instant, j’ai 10 billets. Ce qui me donne le droit à 11 tirages, exact ? Hikari, peux-tu jouer les lots comme d’habitude ? »

«oui ! Je vais le faire, Maman ~ ! »

« Hmm. »

« Un deux. GaraGaraGara~ »

Nous avions une jolie déesse de la fortune avec nous.

GaraGaraGara... Poton.

« Eh ? »

« Fumu ! »

« Wôw ~ ! »

Nous l’avions dit tous les trois en même temps. Ce qui était sorti était une boule de couleur dorée.

« Le prix spécial, le jackpot... »

La femme du personnel était tellement surprise qu’elle en avait oublié de sonner sa clochette.

Plus tard, il semblerait que cet homme avait récupéré tous les prix, du premier jusqu’au plus bas en pleurant.

{Voici donc le trésor secret de Siracuza, hein.}

Après être retournée au manoir, Hikari était allée jouer avec le Chibi Dragon. Ainsi, j’étais resté seul avec Éléanore sous son apparence d’Épée Démoniaque.

Il y avait une boîte de la taille d’une paume sur ma main.

Un symbole était sculpté à l’extérieur de la boîte, c’était le même que celui présent sur les bagues que portaient Fiona et Marie à leur pouce.

« Ai-je juste besoin d’ouvrir ça ? »

{C’est ce que cette femme a dit.}

« Je l’ouvre. »

{En es-tu sûr ?}, demanda Éléanore d’un ton blagueur.

« Tu es avec moi, il n’y a donc pas de problème. »

{...}

« Quoi ? »

J’avais trouvé étrange le fait qu’elle se soit soudainement tue, alors je lui en avais demandé la raison.

{C-Ce n’est rien ! Eh bien, ouvre-la tout de suite}

Elle m’avait poussé bizarrement. C’était quoi ça ?

Enfin, peu importe.

Je m’étais repris et j’avais ouvert la boîte.

«...»

{...}

Shi〜〜n..

Rien ne s’était passé. Il n’y avait rien à l’intérieur de la boîte.

Je me sentais berné parce que rien ne s’était produit.

... Et à ce moment-là.

De la lumière avait débordé du fond de la boîte et avait enveloppé mon corps.

{Est-ce que tu vas bien ?!}

« Oui, je vais bien »

Ma voix calme était en totale contradiction avec celle d’Éléanore, qui était paniquée

C’était parce qu’à l’instant où la lumière m’avait enveloppé, les effets de ce « trésor secret » avaient coulé dans ma tête.

« Je vois... cet objet était en réalité une technique... ou plutôt, une technique secrète. »

{Que veux-tu dire ?}

« Je peux... il rehausse mon imagination... celui qui a une forte imagination deviendra puissant. hein »

{Oh !}

Éléanore qui s’était calmée était revenue à sa voix habituelle.

{C’est intéressant. Après tout, tu n’as pas de technique qui ressemble à celle-ci jusqu’à maintenant.}

« En y réfléchissant, c’est exact. Après tout, je me battais en utilisant surtout mes capacités. »

J’avais toutes mes capacités multipliées par 777 fois depuis que je l’avais obtenu lors de ma première loterie. En utilisant cette capacité, il m’était facile de réussir même en faisant des choses sur un coup de tête. Et donc, il ne mettait jamais venu à l’esprit de vouloir obtenir une technique secrète.

{Et puis, tu dis que cela peut être fait facilement ?}

« Tant qu’il y a une forte imagination. »

{Alors, fais-le.}

Elle me l’avait ordonné pour une raison inconnue.

Bien, peu importe.

J’avais imaginé.

À-propos de moi utilisant la technique.

Bien sûr, si seulement je pouvais l’utiliser.

Être insondable était une bonne chose. Tout comme les deux Épées Démoniaques, le fait d’être insondable était une bonne chose.

Et puis, ce serait génial si c’était quelque chose qui avait des effets sur mes femmes.

J’avais imaginé la capacité qui pouvait satisfaire toutes ces conditions.

Je m’étais mis à imaginer, de manière efficace et forte.

Et, c’était devenu...

Notes

  • 1  Il y a ici un jeu de mots sur le fait que le royaume était restauré d’une part, et que les deux sœurs travaillaient dans un restaurant : d’où le choix du mot restauration

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre =)

  5. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire