Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 4 – Chapitre 113

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 113 : De nouveaux dégâts

J’étais retourné dans cet autre monde depuis la salle de loterie, et m’étais téléporté en utilisant la plume de téléportation. Pour être plus précis, j’étais allé dans une zone dégagée de la capitale royale Adoria, là où mes soldates-esclaves stationnaient.

J’avais laissé la plupart des soldates-esclaves dans un endroit un peu à l’écart, afin qu’elles ne se fassent pas attraper d’un seul coup si quelque chose devait arriver.

« C’est tout ce que vous avez dans le ventre !? Venez ici. Chargez avec plus de force ! »

« Eii !! »

« Yaaa !! »

Là-bas, Nana était en train d’entraîner les soldates-esclaves.

20 contre 1.

D’un côté, un peloton de 20 personnes qui était l’unité de base des soldates-esclaves, et Nana toute seule de l’autre côté.

Nana avait laissé les soldats esclaves l’attaquer, et elle les avait repoussées.

La différence entre leurs forces était évidente. Nana avait une marge de manœuvre suffisante pour « éduquer », même si elle avait vingt adversaires qui venaient à elle en même temps.

Après avoir regardé ça pendant un moment, j’avais appelé Nana.

« Nana ! »

* KiKiKiKiiiiin !! *

Nana avait arrêté ce qu’elle faisait et elle était venue vers moi tranquillement après avoir paré toutes les armes des soldates esclaves qui avaient attaqué.

« Monseigneur, est-ce que quelque chose s’est passé ? » Nana se tenait devant moi et m’avait demandé cela.

Et puis, la tension avait parcouru l’ensemble des soldates-esclaves. Leurs tensions s’étaient transformées en une action réflexe à cause de leurs entraînements. Les soldates-esclaves avaient pris leurs armes simultanément, avaient formé une ligne et s’étaient placées pour m’attaquer.

« Ne t’inquiète pas, ce n’est pas ça. Nana, je veux que tu coopères avec moi. »

« Coopérer ? »

« J’ai acquis une nouvelle technique. Je veux que tu la testes avec moi. »

Après que j’eus déclaré cela, les soldates-esclaves s’étaient immédiatement détendues.

Elles avaient probablement été soulagées du fait que cela ne soit pas une nouvelle bataille.

En même temps, elles avaient commencé à afficher des visages curieux. Était-ce parce que la même chose s’était produite plusieurs fois jusqu’à maintenant ?

« Monseigneur Kakeru a-t-il de nouveau créé une nouvelle technique ? »

« Si c’est vrai, alors seule Madame Nana pourrait être son adversaire. »

« Je me demande quelle technique c’est cette fois. »

Les femmes bavardaient ainsi et avaient commencé à montrer de l’intérêt. Les soldates-esclaves avaient été convaincues à cause de tout ce qui s’était produit jusqu’à présent. D’autre part, Nana avait tenu son épée d’une manière indifférente, et m’avait demandé.

« Monseigneur, qu’est-ce que je dois faire ? Dois-je me défendre ? Ou bien dois-je attaquer ? »

« Avant cela... Nikki, fait avancer le premier peloton »

Le premier peloton commandé par Nikki Cephalis s’était avancé.

« En quoi puis-je vous être utile ? »

« Prête-moi ton attention »

J’avais chuchoté à Nikki. Elle avait hoché la tête bien qu’elle fut peu surprise.

« Compris. »

J’avais affronté Nana et j’avais dégainé Éléanore.

« Désolé de t’avoir fait attendre. Je vais attaquer de mon côté. »

« D’accord ! »

Nana avait préparé son épée.

La tension était montée, pas seulement entre nous, mais même les soldates-esclaves qui regardaient étaient toutes très tendues.

Et à ce moment-là, j’avais chargé négligemment... et frappais négligemment avec Éléanore.

* Gakii... n *. Un son métallique avait été entendu.

« ... »

Nana, qui avait paré le coup d’Éléanore, était devenue confuse.

Elle avait fait un visage qui disait : « C’était quoi cette attaque timide de tout à l’heure ? »

« Nikki. »

« Oui ! Premier peloton, attaquez ! »

J’avais pris du recul, et à la place, le premier peloton que Nikki commandait avait attaqué Nana en même temps.

C’était exactement la même scène que j’avais vue plus tôt. Un peloton entier contre Nana.

Nikki avait chargé à l’avant et elle fut la première à attaquer Nana. À ce moment-là, Nana avait paré cette attaque sans difficulté.

* Bashun !! *, cela avait sonné.

L’épée de Nana avait été bloquée par une aura sombre, et son corps avait reçu un impact.

« Quoi ? … »

« Haaaaa !! »

Nana avait été forcée de reculer à cause de l’impact de l’aura. Et là, une autre soldate esclave l’avait attaquée immédiatement après ça.

Elle avait attaqué et Nana avait encore paré... puis, l’aura avait semblé explosé à nouveau.

J’avais rengainé Éléanore et j’avais regardé ça les bras croisés.

C’était la technique que j’avais imaginée en utilisant le trésor secret de Siracuza.

C’était ce que j’avais imaginé.

Si je voulais rester invaincu par moi-même, la capacité du multiplicateur 777, l’attaque supplémentaire, et la mère et la fille Épées Démoniaques étaient suffisantes.

Probablement, c’était largement suffisant pour pouvoir prendre tout ce que je voulais dans ce monde.

C’est pourquoi je n’avais plus besoin de me fortifier.

Au lieu de cela, la chose à quoi j’avais pensé, et que j’essayais de faire récemment était la chose que l’on pouvait appeler « Mon Bras ».

Que devais-je faire pour diriger mes femmes et me battre avec elles ?

En utilisant les femmes à leurs limites... et en leur faisant montrer des résultats. Cette technique était celle que j’avais élaborée en partant de cette idée.

{Mais c’est impossible ?}

Éléanore avait des doutes sur la scène qui se passait devant elle.

J’y avais pensé sans rien lui dire, alors elle ne connaissait pas les détails.

« J’ai utilisé ton aura avec cette attaque. Cette aura n’a pas d’effet normalement. Mais dans le cas présent, elle réagit quand l’attaque est parée, en appliquant un puissant impact supplémentaire. »

{Fumu. Cela veut dire que cette femme recevrait des dégâts supplémentaires chaque fois qu’elle pare les attaques des soldats esclaves.}

« Exactement »

{Si oui, que dis-tu de cela ?}

Après qu’Éléanore m’avait dit cela, elle m’avait envoyé une image directement dans la tête.

« Toi, tu es sans pitié. »

{Je suis une Épée Démoniaque après tout.}

« Je vois. »

J’avais hoché la tête tout en haussant la voix.

« Du sixième au dixième peloton. Prenez vos arcs et vos flèches, et tirez sur Nana. Premier peloton, repli. »

Les soldates esclaves avaient immédiatement manœuvré. Sans hésitation, 100 soldates avaient tenu leurs arcs et avaient tiré sur Nana en même temps.

Leur confiance envers Nana, la formation qu’elles recevaient régulièrement, et l’obéissance absolue quant à mes ordres, avec tout cela, elles avaient agi sans tarder.

Une centaine de flèches avaient volé vers Nana d’un coup.

« ... Haaaaaaaaaa !! »

Nana avait retenu son souffle et avait frappé avec son épée.

Son épée qui avait semblé danser comme une tempête avait bloqué les flèches à la vitesse de l’éclair, les unes à côté des autres, mais...

« Kuu !! »

Les beaux sourcils de Nana se rétrécirent et elle avait laissé échapper une voix angoissée. Chaque fois qu’elle bloquait une flèche... chaque fois qu’elle bloquait les attaques des soldats, l’aura de l’Épée Démoniaque explosait.

C’était la suggestion d’Éléanore.

« Puisque l’aura surgit à chaque attaque, que se passe-t-il si le nombre d’attaques sont augmentées par l’utilisation d’arcs et de flèches ? »

Sa suggestion avait créé un effet qui était exactement ce qu’elle avait imaginé.

Ainsi Nana était repoussée par les soldates esclaves !

« Toi, tu es vraiment sans pitié »

{Appelle-moi juste déterminée.}

« Ce n’est pas ce que tu dis, mais c’est la manière dont tu le dis, hein. »

Toutes les flèches avaient été bloquées.

Nana avait planté son épée dans le sol et avait repris son souffle.

Toutes les cent flèches avaient été bloquées, et elle n’avait aucune blessure. Mais indépendamment de cela, Nana était épuisée. Elle était si fatiguée qu’elle pouvait s’effondrer n’importe quand si elle n’utilisait pas son épée comme support.

C’était probablement la première fois que je la voyais aussi épuisée en si peu de temps.

Et, les soldates esclaves qui avaient vu l’épuisement de Nana pour la première fois...

« Monseigneur Kakeru est vraiment impitoyable... »

« Notre officière supérieure, Nana, qui est aussi forte qu’un monstre... »

« Je le savais... je le savais, mais quand même, incroyable... »

Cette situation m’avait donné droit au respect.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire