Joou Heika no Isekai Senryaku – Tome 1 – Chapitre 6 – Partie 2

***

Chapitre 6 : La bataille de Leen

Partie 2

« Repliez-vous ! Retraite ! On ne peut pas les battre ici ! »

L’armée du Royaume de Maluk avait essayé de combattre les insectes qui se déversaient dans Leen pendant une heure, mais leurs efforts n’avaient pas abouti.

Les épées ne pouvaient pas pénétrer les exosquelettes durs des monstres, qui déviaient également les flèches. Cela mis à part, ils étaient des milliers — non, des dizaines de milliers. La garnison de l’Est comptait 15 000 hommes, mais ils ne pouvaient pas espérer résister à autant de créatures organisées et redoutables.

L’énorme armée d’insectes s’était abattue sur Leen, détruisant tout sur leur passage avec leurs crocs et leurs faux. Les rues étaient jonchées de cadavres de soldats mutilés, mais les monstres ne les avaient pas écoutés et s’étaient précipités vers le centre de la ville.

« Retraite !? Où diable espèrent-ils que nous courions ? ! » s’était écriée Gran, consternée.

Il s’était rendu personnellement sur le champ de bataille, l’épée à la main, juste au moment où l’ordre de se replier était arrivé. Peu importe où ils allaient, ils seraient entourés d’insectes dans toutes les directions.

« Commandant, la porte ouest est ouverte ! Nous devrions y aller tout de suite ! », dit son adjudant.

« Oui, d’accord. Mais avant cela, nous devons faire quelque chose pour ces monstres ! » dit Gran, en découpant un Essaim avec sa claymore. Les épées longues et les flèches ne pouvaient pas traverser l’armure naturelle des insectes, mais des armes plus lourdes comme les hallebardes et les claymores étaient capables de le faire.

« Que tout soldat ayant des hallebardes et des claymores ouvre un chemin ! Allons-y ! », cria-t-il.

« Compris, monsieur ! »

Ainsi, ils se dirigèrent vers la porte ouest. Des cris s’élevaient de tous les coins de la ville. Les insectes ne faisaient aucune distinction entre les soldats et les habitants, s’attaquant à tous ceux qu’ils rencontraient. Gran était certain que quelque part parmi eux, il avait entendu l’aubergiste de l’excursion de la nuit dernière crier de terreur.

Mais dans l’état actuel des choses, Gran et ses hommes n’avaient pas eu le temps de sauver les citoyens innocents de Leen. Rester en vie était le mieux qu’ils pouvaient faire. Peu importe le nombre de cris et d’appels à l’aide qui leur parvenaient, ils devaient les ignorer et atteindre la porte ouest.

Gran avait senti qu’il devait survivre à cela et vivre pour voir demain. Pour le bien de sa femme et de sa fille bien-aimée qu’il avait juré de protéger, il devait sortir vivant de ce cauchemar. Pour cela, il ne pouvait sauver personne d’autre que lui-même. Alors qu’il répétait ce mantra dans son esprit, Gran continuait à fuir pour sauver sa vie.

Son armure lui semblait trop lourde, et il ne désirait rien de plus que de l’enlever. Mais il craignait que les insectes ne le déchirent en morceaux, ce qui le poussait à porter le fardeau de son armure.

« Halte ! Es-tu un ami ou un ennemi ? Déclare ton appartenance ! »

Un officier de haut rang stoppa leur course folle, essayant de garder le contrôle de la situation même dans le chaos tourbillonnant.

« Troisième bataillon du premier régiment ! Nous avons reçu l’ordre de battre en retraite ! »

« Retraite !? Vous avez l’intention d’abandonner Leen ? Remettre une clé de voûte du Royaume à ces… ces bestioles ? ! Votre péché entacherait l’honneur des militaires de Maluk pour les années à venir ! Retournez à votre poste et battez-vous ! Je ne vous permettrai pas de battre en retraite ! »

« Mais on nous a ordonné de battre en retraite ! » lui cria Gran.

« Et nous n’avons pas donné un tel ordre ! Le général Tchernov a dit que nous devions défendre cette ville jusqu’au dernier homme debout ! Maintenant, retournez au front et… »

À ce moment, des crocs sortirent et s’enfoncèrent dans le corps de l’officier. Celui-ci avait ensuite été traîné sous terre, ne laissant derrière lui que les échos de son cri. Personne n’avait essayé de le sauver.

« Nous nous replions. Il n’est pas question de rester ici dans le seul but d’y laisser la vie », déclara Gran.

Les soldats survivants du troisième bataillon hochèrent la tête.

Gran n’était plus un soldat, mais un homme qui avait laissé la partie la plus importante de lui-même à la maison avec sa famille. Comme les autres soldats, il voulait juste laisser cet enfer derrière lui. Que la cour martiale soit damnée.

« Encore un peu jusqu’à la porte, et nous pourrons alors sortir de cet enfer. On y est presque. »

Cependant…

« Vous essayez de fuir, n’est-ce pas ? »

La porte ouest n’était pas ouverte, comme ils s’y attendaient. Les portes l’étaient, mais une grande toile d’araignée bloquait le passage, empêchant quiconque d’entrer ou de sortir. Plusieurs cadavres étaient empêtrés dans les fils épais.

« Impossible… »

L’estomac de Gran était tombé.

« Si vous avez l’intention de passer par ici, vous devrez me faire face. Je suis l’Essaim Chevalier Sanglant Sérignan. »

Celle qui se faisait appeler Sérignan était moitié femme, moitié insecte. Ses traits étaient couverts d’une armure rouge sang. Elle avait une épée noire à la main et se tenait sur le chemin de Gran.

« Nous n’avons pas le choix… À toutes les troupes, forcez le passage ! Archers, couvrez-nous ! Infanterie, en avant, marche ! »

Gran ne considérait pas la femme qu’il avait sous les yeux comme une compagne humaine, mais comme l’ennemie.

Les fantassins, vêtus d’une épaisse cotte de mailles et armés de hallebardes et de claymores, s’avancèrent, tandis que les archers visaient la femme — non, le monstre se faisant appeler Sérignan.

« À l’attaque ! »

Les archers lancèrent leurs flèches immédiatement, marquant le début de la bataille.

« Pathétique. »

Sérignan tira un coup de soie depuis son abdomen vers un bâtiment de l’autre côté de la rue, puis s’en était servi pour se lancer. Ce faisant, elle évita les flèches qui auraient dû pleuvoir sur elle.

« Allons-y ! »

Malgré leur détermination, l’infanterie commença à s’effondrer.

« Gaaah ! »

Sérignan dirigea son épée vers les fines ouvertures de leurs casques, détruisant leurs yeux avec une précision mortelle.

« N’hésitez pas ! Continuez à l’attaquer ! »

Gran comprenait la gravité de la situation, mais il savait aussi qu’ils devaient se battre. S’ils s’enfuyaient, ce monstre les poursuivrait et les tuerait tous. Même s’ils parvenaient à la secouer, ils avaient toute une armée de monstres qui se pressaient dans les rues à leurs côtés. Leur seul moyen d’avancer était de se débarrasser de Sérignan et de percer vers l’extérieur.

« Je vois. C’est tout ce que les humains peuvent faire. »

Trois soldats lourds chargèrent Sérignan en même temps. Elle en poignarda deux à la poitrine grâce aux pattes arrière, puis elle frappa le troisième avec sa longue épée, lui tranchant la gorge. Les hommes s’étaient effondrés sur le sol dans des mares de sang, où ils étaient restés immobiles.

« Venez à moi, humains. Je vous tuerai tous, et je ferai de vous la nourriture qui donnera naissance à mes nouveaux camarades. »

Sérignan avança sur Gran, sa longue épée à la main et les deux jambes de l’arrière pointées dans sa direction.

« Infanterie lourde, passez en défense ! Archers, continuez à tirer ! »

Gran réalisa que les mouvements lents de l’infanterie lourde ne pouvaient pas suivre les mouvements rapides de Sérignan, alors il leur ordonna de servir de bouclier aux archers.

« Trop ennuyeux ! Trop faible ! Trop pathétique ! »

D’innombrables flèches plurent sur le chevalier rouge-sang, mais elle les faisait toutes tomber avec sa queue et son épée. Pas une seule n’avait réussi à la toucher.

« C’est impossible ! Nous ne pouvons pas combattre cette chose ! »

« À l’aide, quelqu’un ! »

Réalisant que leurs attaques étaient futiles, les archers paniquèrent et commencèrent à fuir.

« Attendez ! Ce chemin grouille d’insectes ! Vous allez vous faire tuer ! »

Gran essaya de les arrêter, mais ses paroles tombèrent dans l’oreille d’un sourd. Les archers en fuite avaient été acculés par des insectes rampant dans les ruelles, et leurs corps avaient été rapidement mutilés par des faux et des crocs. Les hurlements de mort des archers s’estompèrent rapidement, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un silence sinistre.

« Allez-vous vous battre comme un idiot ? Ou vous rendrez-vous à votre destin afin de devenir notre nourriture ? »

Sérignan s’approcha de Gran et de l’infanterie, son épée à portée de main.

« Personne ne va se retourner et te laisser nous faire devenir de la viande hachée ! »

Gran renforça sa résolution et ordonna à l’infanterie lourde restante d’attaquer immédiatement Sérignan. Cependant, Sérignan tira des cordes au sol qui s’étaient enroulées autour des pieds des soldats et elle les fit trébucher. Seule Gran avait réussi à percer, mais elle avait habilement intercepté sa frappe.

« Pas encore ! »

Refusant d’abandonner, Gran avait de nouveau fait tomber sa lame. Droite, droite, gauche, en haut, droite. Il la frappa dans tous les sens, mais Sérignan avait une dextérité extraordinaire. Elle avait détourné toutes ses attaques, n’en laissant pas passer une seule. Puis elle riposta, lui infligeant une profonde entaille au bras droit.

« Merde », maudit Gran à travers ses dents grinçantes.

« Vous allez bien, monsieur !? »

L’infanterie parvient à se dégager des ficelles et se précipita à ses côtés.

« Chargez-la ! Elle ne peut en gérer que trois à la fois ! Plus que ça et elle devrait avoir des ennuis ! », grogna-t-il en réponse.

« Oui, monsieur ! »

Cinq fantassins lourds obéirent à son ordre et l’attaquèrent en même temps.

« Dites-vous que je ne peux en gérer que trois à la fois ? »

Sérignan eut un sourire mystérieux et pencha la queue vers l’infanterie lourde. Et tandis que les cinq hommes se précipitaient sur elle…

« Quoi ? ! »

Gran n’en croyait pas ses yeux.

Sérignan lia deux des fantassins avec ses ficelles, puis tua rapidement les trois autres avec son épée et ses jambes. Ensuite, elle tua les deux fantassins enchevêtrés l’un après l’autre dans des mouvements gracieux et fluides. Le sang dansait dans l’air et les mouchetures qui s’envolaient sur sa carapace cramoisie se mêlaient parfaitement.

« Viens, fais-moi face. Tu es le dernier qui reste », déclara Sérignan, en lui montrant son épée longue.

« Espèce d’enfant de l’enfer ! » cria Gran en retour, en s’appuyant sur son épée.

« Les elfes ont dû vous invoquer avec une sorte de magie noire ! »

« Tu crois que les elfes nous ont invoqués ? Quelle absurdité ! Nous avons reçu la vie et la chair de Sa Majesté, la Reine de l’Arachnée ! Les elfes ne nous ont pas convoqués. L’Arachnée est une civilisation supérieure qui éclipse grandement les elfes ! »

« Arachnée ? C’est donc le nom de votre pays… Pourquoi nous envahissez-vous ? ! Êtes-vous des barbares qui ne connaissent rien de la culture et de l’humanité !? »

La voix de Gran était teintée de douleur.

« Comme c’est ridicule. C’est votre peuple qui nous a attaqués en premier. Vous avez massacré nos alliés et ainsi suscité la colère de Sa Majesté. Ce sont vos actions qui ont fait que notre reine a décidé de rayer votre misérable royaume de la surface de la terre ! Votre pays sera effacé de ce monde. Aucun individu de votre peuple ne survivra. Tel était le décret de Sa Majesté. Si vous n’aimez pas cela, accusez les Chevaliers de Saint-Augustin d’avoir attaqué Baumfetter. »

« C’est donc vous qui les avez tués après… »

Avant que Gran ne puisse finir sa phrase, Sérignan lui coupa la tête. Le sang qui jaillissait donna à son armure un éclat plus profond et plus sombre.

« Bravo, Sérignan. »

« Votre Majesté ! »

La reine de l’Arachnée s’approcha de Sérignan. Elle était vêtue d’une robe élégante qui contrastait avec le champ de bataille couvert de sang et de cadavres.

« Tu parles pourtant trop. Il suffit de tuer les fantassins. Tu n’as pas besoin de les engager dans une conversation. En épargnant l’attention de chacune de tes victimes, tu ne feras que perdre un temps précieux. »

« Mes excuses, Votre Majesté ! »

Sérignan baissa la tête, tout en regardant la reine.

« Eh, c’est bon. Mais tu as été géniale. C’est exactement ce que j’attendais de ma précieuse unité de héros. Je t’élèverai comme le plus fort Essaim de l’existence. Et c’est pourquoi je ne peux pas te laisser mourir devant moi, compris ? »

Le ton de la reine était doux.

« Oui, ma reine. Je survivrai, quoi qu’il arrive. », dit Sérignan, les yeux un peu larmoyants.

« Oh allez, pas de pleurs. Es-tu un guerrier expérimenté ou un petit enfant ? »

Elle tapota la tête de Sérignan.

« Pardonnez-moi. Je suis simplement trop reconnaissante pour vos gentilles paroles. »

« Écoute, essuie-toi le nez et va finir cette bataille. Une fois que nous aurons fini ici, nous irons dans la prochaine ville, et celle d’après. Ensuite, nous prendrons d’assaut leur capitale… Siglia. »

« Vos désirs sont des ordres, Votre Majesté. »

Et ainsi, les rideaux furent tirés sur la bataille de Leen. Les 15 000 hommes de la garnison de l’Est avaient été anéantis, ainsi que 150 000 citoyens de Leen.

Malheureusement pour ceux qui espéraient que le cauchemar se terminerait bientôt, la ruée de l’Essaim d’Éventreurs de la reine de l’Arachnée ne faisait que commencer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire