Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Prologue

***

Prologue

J’avais ouvert les yeux, et la pièce était sombre. Étrange. Je m’étais réveillé au milieu de la nuit. Ce qui était étrange, c’était surtout que ce n’était pas à cause de Dormurnal.

Parfois, on se réveillait sans raison. J’étais encore somnolent, alors je m’étais frotté les yeux et je m’étais assis. J’étais dans un lit. Après avoir dormi dehors ces derniers jours, j’étais si heureux de pouvoir dormir dans un lit.

M’étais-je réveillé parce que c’était trop confortable ? Dormir sur des fourrures sur le sol au lieu d’un matelas ne fait plus si mal, mais un lit le bat toujours de beaucoup. On dirait que mon corps était déjà habitué à un environnement plus dur. C’était peut-être juste ça.

***

Il manquait quelque chose.

Mon arme ? Non, ma lance était là. Il en allait de même pour mon couteau.

Qu’est-ce que cela pourrait-il être d’autre ? J’avais l’impression que c’était important, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus.

J’avais jeté un coup d’œil autour de moi. Il y avait clairement quelque chose qui manquait.

Ah, je sais pourquoi. Pourquoi est-ce que je dors seul ? Kyou-san ne devrait-elle pas être là ? On couche ensemble.

Mauvais choix de mots. D’habitude, Kyou-san et moi dormions l'un à côté de l’autre. Et nous n’allions jamais plus loin !

Et où était Rine ? Elle devrait être à quelques mètres sur l’autre lit. Puisqu’elle avait l’habitude de tuer tout ce qui était à sa portée pendant qu’elle dormait, si je me souviens bien, on l’appelle aimbot dans un FPS. Je ne les jouais pas beaucoup.

Mais à cause de cela, appelons-le son habitude, elle était interdite de dormir près de nous. Mais maintenant, elle avait aussi disparu.

Étrange...

Je m’étais levé et j’avais ouvert une fenêtre. J’avais regardé en bas vers un village animé qui semblait inspiré d’un film fantastique. Mais dommage que ce soit réel. Moi, un lycéen japonais, j’avais été transféré dans un monde fantastique occidental en tant que héros.

Momokawa Kyou-san était mon ancienne camarade de classe et la présidente de classe. Tous les élèves de la classe avaient été transportés, y compris les deux enseignants. Nous étions tous des héros, ce qui signifiait que nous étions plus ou moins des personnages dans un mauvais MMORPG, avec un statut, un inventaire et d’autres choses.

Katarine Von Stolzherz, surnommée Rine, était la princesse héritière du royaume de Feuerberg, qui nous avait appelés dans ce royaume. En raison de circonstances anormales, c’était aussi une héroïne maintenant, bien qu’elle soit de ce monde et qu’elle ne soit pas venue d’un autre monde. Pour autant que je le sache, les personnes appartenant à ce monde ne pouvaient pas être des héros, ce qui rendait cela si étrange.

Kyou-san et Rine étaient toutes deux de vraies beautés, alors pourquoi m’accompagnent-elles ? Parce que ma vie craignait vraiment ! Je voulais retourner à la maison, à mon PC, à mes consoles et à mes jeux ! Et il y avait aussi d’autres raisons !

Mais j’étais toujours coincé avec ces deux-là.

Et pourquoi était-ce si mauvais ? Être coincée dans un autre monde avec deux belles filles ? D’autres gars ne me tueraient-ils pas pour ce genre de situation ? Simple. La princesse était une machine à tuer avec plusieurs vis manquantes dans sa tête et l’ancienne présidente de classe avait une horrible personnalité. C’était tout à fait légitime, après tout. Cela venait de moi, et je me considérais comme un trou du cul.

Quant aux filles, elles étaient toutes les deux « interdites ».

Mais je devais rester avec elles. Si quelqu’un pouvait échanger de place avec moi, qu’il le fasse. Les joueurs préféraient ça.

... Je m’en doutais.

« Pfff. »

Mais sérieusement, où sont-elles ?

Il n’y avait pas d’autre solution. Je m’étais levé, j’avais mis mes bottes, mon sac à dos et j’avais pris ma lance. Je n’avais pas le temps pour une armure. C’était peut-être urgent.

J’avais ouvert la porte et j’avais entendu un bruissement. C’était comme si quelqu’un rampait vers moi sur un sol rocheux, mais le sol de ce couloir était en bois. Tu parles d’une chose étrange.

Puis le son s’était arrêté, même si la chose qui l’avait fait devait être juste à côté de moi. Je l’entendais respirer... contre mon oreille. J’avais regardé autour de moi, mais il n’y avait personne.

Des fantômes ? Je n’en avais jamais rencontré dans ce monde, mais c’était possible. Ce monde était plein de conneries.

Hm... quelque chose semblait être en bas. J’avais pensé qu’il y avait un son rythmique, comme si quelqu’un frappait constamment quelque chose.

En utilisant tout ce que je pouvais faire pour aiguiser mes sens, j’étais descendu des escaliers. Derrière cette porte !

Je l’avais ouverte brusquement et... J’avais vu que Kyou-san était là — elle était debout devant un comptoir de cuisine, en train de couper des légumes. Les cheveux noirs de Kyou-san atteignaient un peu en dessous de ses épaules, et même s’ils n’avaient pas autant d’éclat qu’ils avaient au Japon, ils étaient encore bien entretenus.

Un peu à gauche d’elle se trouvait Rine, dont les cheveux blonds étaient retenus par un bandeau, et dans ses yeux jaune-orange de braise, il y avait un regard interrogateur. Eh bien, j’avais rapidement ouvert la porte tout à l’heure. Elle devait se demander la raison.

Elle était juste en train de mettre la table. Puis elle avait souri : « Bonjour, Kenta. » Si tu connaissais ce sourire et sa voix délicieuse, tu voudrais sortir avec elle. Mais j’en savais plus.

« Bonjour, Ken ! » Kyou-san ne me regarda même pas, et avait repris sa découpe. « Assieds-toi ou pars, mais ne te mets pas en travers du chemin. »

Il y avait quelque chose qui clochait. Ça semble trop... normal ?

Oui, c’est normal. Alors pourquoi suis-je si agité ?

Je m’étais assis sur une chaise et j’avais regardé les filles travailler. Rine avait fini en premier et elle commença à aider Kyou-san dans sa cuisine.

Notre petit déjeuner était de style japonais. Poisson grillé, riz, saucisses, egg rolls, miso et quelques légumes. J’avais pris mes baguettes. « Ittadakimasu ! »

On mangeait tous les trois ensemble. Parfois, Rine déclarait quelque chose en riant comme une idiote. Kyou-san lui faisait plaisir, pendant que je savourais le repas.

C’est paisible.

« Gochisou sama deshita ! » J’étais sur le point de poser mes baguettes.

« Attends. Il y a plus encore, » Kyou-san s’était levé. Était-ce qu’elle allait voir dans un placard ou quelque chose comme ça ?

« Ah, moi aussi, » même Rine était debout.

Il y avait quelque chose d’étrange. Toutes mes sonnettes d’alarme sonnaient.

Puis Kyou-san s’était assise sur mon genou gauche, me regardant avec ses yeux calmes et sombres. Rine s’était assise sur mon genou droit, en dirigeant ses yeux de braise forts vers moi.

Toutes les deux placèrent une main sur ma poitrine et déplacèrent leur poids dessus.

« « Il y a toujours nous. » »

Leurs yeux, leurs voix... C’étaient des signaux « fais-moi plaisir ». C’était clair comme de l’eau de roche.

Mort à genoux !

« S’il te plaît, Ken. J’ai attendu si longtemps. »

« Ce n’est pas juste, Kyou. »

Leurs parfums étaient séduisants, leurs voix aspirent. Elles caressaient ma poitrine avec sensualité.

Et mon corps tremblait.

« Non ! »

Dès que j’avais essayé de les repousser, elles m’avaient poussé au sol. Les deux filles se tenaient au-dessus de moi, comme des hyènes affamées. J’étais sur le point de me faire violer !

« Mhhh... Ken ! »

« Kenta ~ ~ ~ ♡ »

Cela devait être un cauchemar, je devais juste me réveiller et — .

« *Halètement* ! » En tombant au sol, j’avais eu un peu le vertige et j’avais essayé de reprendre mon souffle. Mon corps était trempé de sueur. C’était la nuit, et nous étions toujours dans la montagne, dans notre grotte. C’était vraiment un cauchemar.

Du coin de l’œil, j’avais vu une lueur et, suivant mon instinct, je m’étais jeté à terre. Juste à ce moment-là, une fine lame perça l’air là où j’étais assis un instant. Le bras d’une fille tenant cette lame — c’est Rine.... m’avait manqué de peu... malgré une position horrible prise dans son sommeil, elle se jetait sur tout ce qui bouge autour d’elle avec sa lame. Tout, comme moi.

J’avais roulé sur le côté, esquivant encore une fois à la lame.

« Argh ! » Un grognement très peu féminin était venu d’une autre fille. Je venais de rouler sur Kyou-san, qui dormait à côté de moi.

Rine effectuait déjà une troisième attaque. J’avais pris Kyou-san dans mes bras et j’avais à nouveau roulé, plusieurs fois, pour échapper à la portée d’attaque de Rine.

Après avoir roulé trois fois, je m’étais arrêté, tout en regardant une Rine endormie. Elle restait là où elle était. Je pouvais ressentir un soulagement et j’avais relaxé mon corps.

Ce n’était pas loin, mais ni moi ni Kyou-san n’étions morts.

En parlant de Kyou-san, elle me regardait avec de grands yeux. Son visage était juste entre mes mains, et pendant que j’étais là, mes jambes s’étaient écartées et l’encerclaient. On pourrait la voir, comme si je m’apprêtais à monter sur elle.

Ma tête était à portée de la sienne, une distance qui pourrait facilement être utilisée pour un baiser.

Au début, Kyou-san me regardait avec une expression à moitié endormie, mais ennuyée, plus de nombreuses émotions que je ne pouvais même pas dire. Puis cela s’apaisa et elle sourit. C’était un sourire doux, un sourire que j’avais vu pour la dernière fois quand nous étions encore au Japon. Elle leva les bras lentement, comme pour m’enlacer. Puis elle me serra le dos et remonta son genou.

« ... » Qu’est-ce qui venait de se passer ? D’une manière ou d’une autre, les sons, les pensées et les images étaient retardés. Ah, c’était à ce moment-là, quand vous receviez tant de douleur que votre corps avait besoin de plus de temps pour la traiter. « ... hiiiiiii... » J’avais fait un bruit. Quelque chose entre siffler et gémir.

Kyou-san me lâcha et me fit glisser sur le côté. Puis elle se leva et déclara quelque chose, mais je ne comprenais pas quoi ?

C’était ainsi parce que tous mes sens étaient surchargés par une douleur immense. C’est comme si mes émotions ne pouvaient plus le supporter et cela l’avait confié à d’autres sens. Oui, dans cet état, on peut voir la douleur, entendre la douleur, goûter la douleur et sentir la douleur.

Mon corps était engourdi et je restais dans la position exacte où Kyou-san m’avait laissé. J’avais continué à faire ce bruit pathétique.

Lentement, mes mains vagabondent entre mes jambes, un faible effort pour protéger les parties endommagées.

Oui, vous avez bien deviné : Le genou de Kyou-san m’avait frappé les couilles !

« ... hiiiiiiii... » Au lieu d’écouter son indignation, je n’avais pu que supporter cette douleur insupportable. Les larmes se glissaient bien et avaient été versées sans retenue. Seul un homme pouvait comprendre ce genre d’angoisse.

Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça !?

Je l’avais sauvée quant au fait d’être une tranche fine de viande !

Des milliers de plaintes me traversaient l’esprit, mais étant incapable de faire des sons autres que des gémissements, il m’était impossible de les verbaliser.

Mais petit à petit, mes sens étaient revenus. Je pouvais voir Kyou-san, ses bras tendus, me regarder d’en haut. « Allez, Ken. Arrête de pleurer comme un chaton qui se noie. Prouve-moi que tu as des couilles. »

Tu viens de les écraser !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre )

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire