Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Comment devenir populaire auprès des filles

Partie 3

« J’ai déjà vu quelque chose comme ça dans une ville humaine. C’est une façon humaine de montrer son affection ? » Ara-san avait capté notre échange verbal. Je pensais que cette alfr avait vraiment un sens aigu de l’ouïe. Ces grandes oreilles n’étaient pas pour le spectacle, hein ?

Ils commençaient donc avec deux Capacités inhérentes : Magie d’Esprit et Perception.

N’était-ce pas de la triche ?

« Pfff. Quelque chose comme ça, » alors, les Alfar ne se tiennent pas la main, hein ?

« Puis-je essayer ? » demanda Ara-san.

« Quoi ? » demandai-je.

« De se tenir la main, » déclara Ara-san.

« Euh…, » j’avais jeté un coup d’œil à Kyou-san et nous avions parlé dans notre propre petit langage, véhiculé seulement par des regards. {Que dois-je faire ?}

{Pourquoi me demandes-tu ça ?}

{Parce que je n’en ai aucune idée.}

{Si tu ne tenais pas la main de Rine-chan, ça n’arriverait jamais.}

{Tu crois que j’ai pris l’initiative ?}

{Non. *Soupir*. Nous voulons qu’elle soit de notre côté, alors fait ce qu’elle demande.}

{Pourquoi est-ce moi qui dois lui faire plaisir ?}

{Fais-le, c’est tout !}

{Très bien, très bien.}

« D’accord, tu peux le faire, » déclarai-je à Ara-san.

« … Tes sourcils bougeaient plus que d’habitude, mais j’ai eu ce que je voulais, » elle avait pris ma main libre. Une fleur dans chacune de mes mains, hein ? L’une était une plante carnivore et l’autre était plus un champignon qu’une plante, mais ce n’est pas comme si j’avais le choix. « Tu portes toujours des gants. C’est dur sur ma peau. »

« J’en ai aussi un sur ma main, » déclarai-je.

« Mais Katarine-san porte aussi des gants, » déclara Ara-san.

« Ouf, sois contente de ce que tu as, » déclarai-je.

« Et ta main est grosse et grumeleuse, » déclara Ara-san.

« Ta main est juste maigre, » déclarai-je.

« Je pense que cette forme d’affection n’est pas destinée aux alfar, » déclara Ara-san.

« Que font les tiens ? » demandai-je.

« Ceci, » Ara-san lâcha ma main et elle plaça sa main sur ma poitrine. « Juste au-dessus du cœur, en sentant les battements du cœur. Ton cœur bat fort et rapidement. Contrairement à un alfr. Alors, fais-moi la même chose, » déclara Ara-san.

Si c’était tout ce qu’elle me demandait…

« Kenta ? Ara’ainn te demande de mettre ta main sur ses seins ? » demanda Rine.

… Avec cette notion innocente, Rine avait détruit toute cette affaire. Franchement, Ara-san était peut-être une femme, mais c’était tout. Je n’avais aucun sentiment sensuel envers elle. Elle et moi étions de deux espèces différentes.

Est-ce que les Alfar ont-elles des seins !?

Quelqu’un avait attrapé mon lobe d’oreille. C’était Kyou-san, bien sûr. Elle avait tiré dessus, forçant ma tête à se déplacer vers sa bouche. « Ne pense pas à ça, » elle avait fait un petit murmure sinistre.

« Je n’en ai pas l’intention, » déclarai-je.

Ara-san l’avait bien sûr entendu. « Ah, donc mettre tes mains là est quelque chose de mauvais pour les humains. Peut-être à cause des seins. Comme prévu pour un organe qui ne se développe que pour des raisons sexuelles. » Est-ce ainsi que les seins humains sont perçus dans la culture alfr ?

Mais plus franchement, y a-t-il une raison pour les seins ? Ce que je voulais dire c’était que le genre humain était en croissance alors que la plupart des autres mammifères n’avaient que des dents ou quelque chose comme ça, alors à quoi cela servait pour ses bébés. Les seins étaient pleins de graisse, non ? Alors, à quoi cela sert-il ?

Ne vous méprenez pas, j’aime les seins comme n’importe qui, mais maintenant, après avoir entendu la déclaration d’Ara-san, je voulais demander à Darwin-sensei comment les seins s’inscrivaient dans sa théorie ! J’avais besoin de cette réponse pour faire une bonne réponse !

Pendant que je pensais à cela, Kyou-san avait caché ses seins aux yeux curieux d’Ara-san. C’était atypique et mignon de sa part. Normalement, c’était plus une personne avec un caractère épineux.

Des pas…

J’avais utilisé Concentration. C’était des pas que j’avais déjà entendus. C’était quelqu’un du groupe d’Oro’hekk.

Un mâle était venu d’entre les sous-bois. « Ara’ainn. Il y a de nouveaux intrus et ils sont très violents, » pour une raison ou une autre, cet homme avait pris son temps pour me regarder fixement.

Qu’est-ce que je lui ai fait ?

Ah, il avait regardé la main d’Ara-san, qui était toujours sur ma poitrine. Il était peut-être contrarié parce qu’un humain semble proche de l’un des siens, hein ?

Ara-san se tourna à nouveau vers l’alfr. « Raconte-moi les détails, Aera’jos, » donc cet alfr s’appelle Aera’jos. Je crois que j’ai déjà entendu ce nom. Je devrais peut-être essayer de m’en souvenir.

Cet Aera’jos avait alors raconté comment deux humains avaient campé à l’extérieur de la forêt pendant plus d’une journée, parfois en criant vers la forêt, qu’ils voulaient rencontrer les alfar. Ces deux-là les appelaient des elfes, ce qui avait mis l’Alfr en colère. Parfois, les humains utilisaient des sorts contre la barrière et essayaient de la briser avec la force brute.

« Parfois, des gens comme ça apparaissent, essayant d’obtenir nos secrets, » expliqua Ara-san avant de se tourner vers l’autre alfr. « Ne peux-tu pas t’en occuper tout seul ? » Alors Aera’jos essayait de recruter Ara-san pour une embuscade ?

« Seulement en renfort. Je vais mener l’embuscade, donc je veux m’assurer que nous avons un renfort fiable pour l’affaire, si quelque chose ne va pas, » déclara Aera’jos.

Pour une raison inconnue, Kyou-san souriait. Je savais que c’était le même visage qu’elle avait quand elle bavardait à l’école. Ça me rend malade.

Rine avait entendu l’échange, mais n’était pas intéressée. Pour une raison inconnue, elle essayait parfois de s’approcher de moi. Penses-tu vraiment que je vais baisser ma garde proche de toi ? Eh bien, parfois oui, mais pas maintenant !

Ara-san avait bougé ses oreilles une fois. « Eh bien, je ne vois aucune raison de ne pas le faire. Tout le monde, voulez-vous vous joindre à nous ? »

Hey, alfr mâle. Baisse d’un ton ! Tes grincements de dents me font mal aux oreilles ! Franchement, qu’est-ce que je t’ai fait ? Tu es si bête, A… Comment t’appelles-tu déjà ? A'Jazz ?

Kyou-san avait répondu. « Nous serions heureux de le faire. » J’avais échangé un regard avec elle. Alors, la collecte d’informations, hein ? C’était sûrement le fait de savoir de quoi étaient capables les afars normaux. Et peut-être parce qu’elle était sur le point de voir quelque chose d’amusant. Qu’est-ce que ça veut dire ?

« Très bien, » Jazz… appelons-le Jazzman ! Alors Jazzman avait confirmé un fait… « Mais ne pensez pas à faire quelque chose de stupide. Ara-san est plus que capable de vous mettre à terre toute seule. »

Un coup d’œil à Ara-san m’avait dit qu’elle en doutait fortement. Elle avait probablement peur de Rine, qui s’accrochait encore à ma main, comme un chien qui avait eu son os. Eh bien, je ne m’opposerais pas non plus à Rine, tant que j’avais le choix.

Nous avions donc suivi Jazzman jusqu’à la lisière de la forêt. Nous nous étions cachés dans le sous-bois, qui avait changé de forme pour nous engloutir sans restreindre nos mouvements.

De là, nous n’avions plus qu’à observer.

Jazzman avait fait un signe, le poing en l’air pour nous dire où il était. Il avait cinq autres individus avec lui, tandis qu’Oro’hekk et quelques autres resteraient à l’intérieur de la frontière. C’était donc un autre soutien, alors pourquoi avait-il besoin d’Ara-san ?

J’avais activé Vision Lointaine pour voir à quoi ils étaient confrontés. Sans cela, je pouvais voir deux formes humaines, mais avec cette compétence, je…

Je les connaissais tous les deux. C’était mes camarades de classe. Euh… Le nerd et le délinquant. Ne me demandez pas de noms ! Qu’est-ce qu’ils font ici ? Il ne devrait y avoir aucune raison pour qu’ils soient ici s’ils n’avaient pas entendu parler du suppresseur de classe.

Ah, il y avait une autre raison. C’était trop logique pour l’écarter. « Kenta ? Pourquoi me regardes-tu comme ça ? » Rine avait incliné la tête. S’ils avaient entendu parler du groupe d’Inoue, ils auraient pu nous traquer pour ramener la princesse dans son pays.

Quelle douleur !

« Ara-san, ils sont dangereux. Peux-tu faire signe à ton peuple de les chasser ? » demandai-je.

« Les connais-tu ? » demanda Ara-san.

« Tu sais que Rine est une princesse. Ils ont engagé des spécialistes pour la récupérer, » déclarai-je.

« Ils ont quoi ? » La princesse avait choqué par le développement.

*Soupir*. Un seul soupir venant de Kyou-san m’avait fait comprendre qu’elle avait vu à travers moi.

« Tu me raconteras toute l’histoire plus tard, Kenta-kun. “Chuchotement”, » Ara-san murmura quelques mots après avoir utilisé ce sort et Jazzman sembla y réagir. Ah, la Magie d’Esprit fonctionnait sur les formes de vie, donc cela fonctionnait aussi sur les alfar et très probablement les humains.

Le contrôle de l’esprit est-il possible avec lui ? Si oui, Ara-san l’a-t-elle utilisé sur moi dans le passé ? Quand j’avais parlé des incidents où la malédiction s’était répandue, je m’étais senti bizarre. M’avait-elle jeté un sort à l’époque ?

Pour une raison ou une autre, parfois elle disait le nom du sort et parfois elle ne le disait pas. Je ne savais pas pourquoi et elle aurait pu utiliser un sort à ce moment-là sans que je m’en rende compte. Je devais enquêter là-dessus.

Le groupe de Jazzman avait comme fusionné avec l’environnement. Vraiment, même moi, je ne pouvais plus les voir. Aurais-je dû utiliser Focus sur lui ? Environ trois minutes plus tard, les cinq individus sortirent de l’herbe et des buissons autour des deux héros.

Au lieu de les capturer, les alfar avaient utilisé des arcs pour projeter des flèches sur les bras et les jambes. Puis Jazzman s’exclama : « C’est la terre des nobles Alfar. Soit vous faites demi-tour, soit nous mettons fin à vos jours. »

C’est assez menaçant. Heureusement qu’on ne les avait pas appelés des elfes avant de les rencontrer. On dirait que ça les énervait vraiment.

« Aera’jos est à fond dedans, n’est-ce pas Ara-san ? » demanda Kyou-san.

« L’est-il vraiment ? » demanda Ara-san.

« Donc pas de réaction…, » quel genre de réaction attend Kyou-san ?

Finalement, après avoir été attaqués et blessés par les alfar, mes deux anciens camarades de classe avaient fui de terreur. Eh bien, un autre problème était résolu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire