Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Comment devenir populaire auprès des filles

Partie 2

Le soir. Afin de changer de rythme, Kyou-san, Rine et moi faisions une promenade, avec Ara-san, puisqu’on avait besoin de la Magie spirituelle pour se déplacer dans la forêt sans te perdre. Tout le monde pouvait l’utiliser, et c’était une capacité inhérente du genre triche.

Rine riait et étudiait tout ce que nous voyons, chaque arbre, chaque insecte. Elle marchait autour de nous à un rythme qui me faisait douter qu’elle examine vraiment quelque chose.

Kyou-san et Ara-san se parlaient actuellement. Kyou-san était actuellement dans sa classe Guérisseuse et utilisait sa compétence Connaissance des Herbes pour identifier les herbes. « Cette herbe semble être pleine de mana. »

« Oui, c’est l’Iroelsa. Elle s’accumule le mana dans l’air, comme n’importe quel utilisateur de magie ou héros, » déclara Ara-san.

« Le mana est censé être un pouvoir qui vient de la planète elle-même, non ? » demanda Kyou-san.

« C’est ce que pensent les humains. Nous avons une autre théorie, » déclara Ara-san.

« Et c’est quoi ? » demanda Kyou-san.

« Quand on regarde à Alfarheim, il n’y avait rien de tel que le mana. Il y avait des particules spirituelles expulsées par l’Aeolferelda, qui se collaient à notre corps et formaient une aura, qui ne pouvait être vue par les yeux. Mais les alfar peuvent les percevoir et utiliser cette aura pour stimuler les esprits à faire ce que nous leur demandons, » déclara Ara-san.

« Et le mana ? » demanda Kyou-san.

« La plupart des passionnés de ce monde pensent que ce que je viens de dire est l’essentiel du mana, apporté par une autre forme de vie à la place, tout comme l’Aeolferelda, » déclara Ara-san.

« Et tu ne penses pas ça ? » demanda Kyou-san.

« J’ai peu de théories, mais pour l’instant, je ne peux que dire ceci : Les PE proviennent d’une source interne et les PM d’une source externe, » déclara Ara-san.

« Tu n’as rien partagé du tout, » déclara Kyou-san.

« Peut-être, mais vu ton manque de connaissances de base, ça prendrait des heures. Et on marche dans cette forêt pour changer l’ambiance, n’est-ce pas ? » demanda Ara-san.

« D’accord…, » déclara Kyou-san.

Pour être plus précis, c’était Kyou-san et Rine qui voulaient sortir de cette cabane. Personnellement, je n’avais eu aucun problème, mais je ne voulais pas être laissé pour compte. Il restait encore des écureuils, d’autres écureuils fous pouvaient entrer, et je devais surveiller mes « épouses », donc il n’y aurait pas d’autres enlèvements.

J’étais sûr de mon côté qu’Ara-san et moi pourrions rester enfermés dans la maison jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à manger.

Mais ces deux-là, qui avaient lu toute la journée, avaient besoin d’une pause.

Kyou-san essayait d’en savoir plus sur la fille alfr. Ou plutôt comme le ferait une femme ? « Alors, Ara-san, que fais-tu pendant ton temps libre ? »

« Dormir, » déclara Ara-san.

« … » Pour une raison ou une autre, Kyou-san avait du mal à rester sur une conversation qui ne portait pas sur un sujet précis. C’était peut-être parce que la personnalité d’Ara-san était droite et bien qu’elle soit bien informée, elle n’était pas très ouverte aux discussions qui ne soient pas fonctionnelles.

Malgré tout, Kyou-san essaya à nouveau. « Peux-tu me parler du monde d’où tu viens ? »

« Je pourrais certainement. » Je devrais peut-être demander conseil à Ara-san plus tard pour faire passer Kyou-san pour une idiote. Elle est vraiment douée pour ça.

En parlant d’idiote… « Où est Rine ? »

« « … » »

« Oh, mon dieu, » j’avais mis la main sur mon visage. À un moment donné, Rine, qui se promenait autour de nous comme un chien de garde, avait disparu. « Ara-san, peux-tu dire où elle est ? » J’avais utilisé Pistage et j’avais regardé où elle était. « Sinon, je pourrais la trouver. »

« N’y va pas seul. Les esprits ont reçu l’ordre de vous gêner. Laissez-moi leur demander, » Ara-san ferma les yeux. « J’ai besoin d’emprunter votre vision… La voilà, entourée d’écureuils… Comment c’est arrivé, montrez-moi ce que vous avez vu… Un écureuil l’a éloignée de nous. »

« Merci, Ara-san, » Kyou-san s’inclina devant elle et me regarda. « Devrions-nous attendre ? »

« Je n’ai pas non plus envie de voir un autre massacre, mais pour une raison inconnue, ils ont décidé d’attaquer Rine après la tragédie d’hier soir, alors ils ont peut-être un atout dans leurs manches, » déclarai-je. « Mais franchement, c’est quoi ces écureuils, ils sont trop intelligents pour les animaux. Est-ce des monstres ? »

Ara-san n’était jamais à court de réponses. « Pour être précis, ce sont des descendants d’écureuils, dont les esprits ont été éveillés par les ancêtres d’alfar d’Aroahenn. »

« Ce qui veut dire ? » demandai-je.

« Techniquement, ce sont encore des animaux, mais presque aussi intelligents qu’un alfr. Ils sont peut-être plus intelligents que vous tous, » déclara Ara-san.

« Je refuse d’être traité d’idiot par quelqu’un d’une race jamais mature, » déclarai-je.

« Ken, la ferme ! Ara-san, conduis-nous à Rine-chan et arrête de taquiner Ken, » déclara Kyou-san.

« Kyou-san ? Tu m’as traité comme Kenta-kun ? » s’écria Ara-san.

« Tais-toi et allons-y ! » Kyou-san regarda Ara-san comme si elle bloquait la file du caissier d’un supermarché.

Ara-san avait cligné des yeux et me regarda. Je crois qu’elle me demandait de l’aide. On dirait qu’elle avait totalement compris ce que le regard de Kyou-san lui disait, bien qu’elle soit à peine capable de lire l’expression du visage d’un humain.

J’avais haussé les épaules. On dirait que Kyou-san avait abandonné afin de devenir son amie. Au moins pour l’instant.

Nous nous étions dépêchés, j’étais à l’avant, tandis qu’Ara-san s’assurait que les arbres ne nous attaqueraient pas. Et Kyou-san était redevenue inutile, mais au moins elle n’était pas dans le chemin.

Nous étions arrivés, et j’avais vu les morceaux de corps de l’écureuil volant. Rine déplaçait son épée et se défendait contre les écureuils, qui étaient sur le point de la submerger par le nombre. Je voyais comment il arrivait à passer à travers son jeu de jambes défensif, pour se faire prendre et briser le cou par la princesse de Feuerberg.

Ce n’était finalement que des écureuils, même si certains d’entre eux étaient capables de l’atteindre, ils étaient tout simplement trop faibles pour faire quoi que ce soit par leurs propres moyens.

Et Rine avait fait son truc habituel. Fuir, attaquer, contre-attaquer, utiliser tout son corps comme quelque chose qui permettait de tuer tel un art.

Les écureuils se retirèrent avant même qu’on ait aidé Rine. C’était la troisième défaite des écureuils panda. J’espère pour eux qu’ils aient retenu la leçon, car cela pourrait mener au génocide s’ils continuaient.

Se battre équitablement ne fonctionnait pas, l’attaquer pendant qu’elle dormait ne fonctionnait pas, l’éloigner et faire une embuscade avec une masse d’attaquants ne fonctionnait pas. Rine était probablement l’ennemie publique des écureuils n° 1 maintenant. Les futures générations se souviendront d’elle comme d’une meurtrière de masse de la population des écureuils, qui, à elle seule, avait tué presque tous les écureuils.

J’avais peut-être essayé de m’en moquer, mais j’avais l’impression, d’une certaine façon, que c’était tout à fait exact. J’avais presque pitié des créatures.

« Kenta ! Kyou ! Ara’ainn ! Je suis là ! » Et la fille en question nous avait fait signe, comme si de rien n’était.

Quelqu’un à côté de moi était tombé. C’était Ara-san. « Je n’arrive pas à croire…, » elle se tenait la bouche. Était-elle écœurée par ces manifestations de violence ? Mais elle l’avait pris assez calmement dans la cuisine.

« Ara-san, tout va bien ? » Kyou-san lui montra son inquiétude et s’agenouilla en regardant son visage et ses yeux.

Ara-san avait saisi le poignet de Kyou-san de sa main libre. « Kyou-san, j’ai vécu une vie, qui pourrait être courte pour une alfr, mais longue pour un humain. Et je n’ai jamais vu un tel spectacle. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Kyou-san.

« Était-ce mon imagination ou a-t-elle fait une pirouette verticale, pour attaquer et fuir en même temps ? » demanda Ara-san.

« Oui, elle l’a fait, » déclara Kyou-san.

« A-t-elle frappé trois écureuils sans même les regarder ? » demanda Ara-san.

« Je ne comptais pas, mais c’est ce qu’elle fait d’habitude, » déclara Kyou-san.

« A-t-elle attrapé un écureuil en l’air, l’a-t-elle utilisé deux fois comme bouclier, avant de le lancer contre un autre écureuil, ce qui leur a écrasé les deux crânes ? » demanda Ara-san.

« Je n’ai pas vu ça, mais ça lui ressemble bien, » déclara Kyou-san.

« Est-ce parce qu’elle est devenue une héroïne ? Pourrait-elle s’adapter aussi rapidement pour utiliser un style de combat qui fait preuve d’un tel bon sens et d’une telle compétence ? » demanda Ara-san.

Les yeux de Kyou-san se tournèrent vers moi. Elle me reprochait vraiment de l’avoir révélé, mais je n’avais pas le choix ! Néanmoins, elle répondit à Ara-san : « Elle le faisait avant de devenir un héros, elle aussi. »

« Je… J’ai entendu dire qu’elle avait l’esprit guerrier du héros Hagen, mais c’est…, » depuis la dernière attaque dont Ara-san avait été témoin à l’intérieur de la cuisine, elle ne pouvait pas voir comment Rine se déplaçait normalement. Toute la cuisine était en désordre et comme il y avait des murs et le plafond, Rine avait adopté un style de combat moins radical.

Je devrais peut-être mentionner l’attaque d’hier soir, pour rendre Ara-san encore plus incrédule. Non, une autre fois peut-être : « Ara-san, laisse-moi te dire ceci. Il y a des choses étranges dans ce monde fantastique, des choses que tu ne peux même pas comprendre et qui défient le bon sens. Et Rine est l’une d’entre elles. »

« Elle n’est même pas essoufflée, » déclara Ara-san.

« Comme je l’ai dit, c’est mystérieux, » déclarai-je.

« Kenta, tu me complimentes ? » demanda Rine avec empressement.

« Quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« Super ! » Au moins, elle est heureuse.

Kyou-san aida Ara-san à se relever et nous avions continué à marcher dans la forêt, même si Ara-san n’avait pas encore digéré ce qu’elle venait de voir.

Rine m’avait tendu la main. Je voulais la gronder, mais nous devions quand même accumuler ces PMA et hier soir, c’était fastidieux de le faire dans le peu de temps qui nous était imparti. J’étais donc un peu en conflit à ce sujet. Et il y avait un autre problème : « Prévois-tu de le faire pendant une heure maintenant ? »

« Hn ? » J’aurais dû m’en douter. Rine ne pensait pas du tout aux PMA. Elle s’en rendait compte maintenant ? Attends, non. Elle ne faisait que renforcer son emprise. Ça fait mal, tu sais. « Hehe. » Et ne ris pas !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Il ne faut pas gaspillé la nourriture. On peut faire des soupes, tartes ou ragoûts d'écureuils 😈

Laisser un commentaire