Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : La malédiction, la conjointe et quelqu’un d’autre

Partie 3

« C’était intense ! » s’exclama Rine.

Rine rougissait encore à cause de cette poignée de main. Même si elle disait qu’elle comprenait le principe, que je voulais obtenir ces PMA, et j’étais sûr qu’elle ne la comprenait pas.

Sa tête était déjà trop pleine de fleurs.

Après le dîner et après l’avoir interrogée à fond, j’avais appris les cinq lois divines.

1. Vous ne pouvez servir qu’un seul dieu à la fois.

2. Vous ne pouvez pas changer de sexe.

3. Vous ne pouvez pas ramener les morts à la vie.

4. Vous ne pouvez avoir qu’un seul partenaire dans le mariage.

5. Vous ne pouvez pas officiellement changer votre nom, sauf en cas de mariage.

C’est très... étrange. Ce que je veux dire par là, c’est qu’avec toutes les possibilités d’imposer la volonté divine, ils ont décidé de ces cinq-là et ils menacent même les mortels de génocide s’ils les brisent.

Et pour le meurtre ? Viol ? L’adultère ? Toutes les choses que les différentes religions de mon monde considèrent comme étant mauvaises ne sont pas très importantes ici, mais malheur à quiconque change de nom, car cela pourrait anéantir son espèce entière. Foutaises !

... néanmoins, je ferais mieux de les noter, même si elles sont inutiles.

Le système de héros n’avait pas de journal, donc je ne pouvais pas relire les détails que j’avais vus, ce qui voulait dire que si je voulais garder une trace, je ferais mieux de l’écrire manuellement. Quel système de merde ! Les journaux sont courants de nos jours !

Ce monde n’était pas un jeu. Alors pourquoi quelqu’un devrait-il inclure une fonction, ce qui serait en fait utile ici ?

« Ouf..., » j’avais ouvert notre Inventaire et il était toujours en désordre. Regardons où est le papier. Attendez, il n’y a pas seulement des objets dans le coin en haut à gauche tout à l’heure ? Pourquoi y a-t-il un papier ? Une lettre ? Une lettre de Kyou-san !

En toute hâte, je l’avais retiré du stockage et je l’avais lue.

En lisant les premiers mots, je m’étais frotté les yeux et je l’avais relu. Je pense vraiment que je viens de lire « Meurs Ken » au lieu de « Cher Ken » [1].

Ouaip, c’était « Meurs Ken ! » Avec un point d’exclamation.

Meurs Ken !

S’il te plaît, meurs ! Je suis actuellement avec Inoue Masahiko et nous voulons te trouver. Tu dois aussi t’inquiéter de la malédiction, alors dis-moi où nous nous retrouverons. Fais vite ou tu le regretteras. Dis-moi les points de repère proéminents que tu peux voir, qu’on puisse se retrouver là-bas.

Momokawa Kyou

P.S. Je sais que tu as entraîné Rine-chan là-dedans !

Je percevais la colère qu’elle avait ressentie en écrivant cette lettre. Nous pourrions probablement nous rencontrer là, mais elle se plaindrait probablement que c’était trop stressant. Il me fallait un endroit où l’on pouvait voir de loin, mais où il n’était pas trop difficile de s’y rendre.

Et puisqu’elle était en compagnie d’Inoue, alors il vaudrait mieux que ce soit un endroit où l’on puisse fuir si les choses tournaient mal. Ils en avaient toujours après Rine, même si c’était notre proie ! Mais j’étais un peu vulnérable en ce moment. Alors, où devrions-nous nous retrouver... ?

J’avais regardé autour de moi et j’avais vu une chaîne de montagnes, une haute montagne entre les plus petites. On dirait un doigt d’honneur. Ça pourrait marcher. Il y avait une forêt juste devant, donc il y aurait une route d’évasion.

J’avais donné cet endroit comme destination entre quelques insultes, en utilisant le verso de la même lettre, et je l’avais mis au milieu de l’écran de l’inventaire. Kyou-san voulait toujours y conserver les choses importantes pour une raison ou une autre.

Puisque Rine suivra tout ce que je dis, je ne voyais pas la nécessité de le lui dire pour l’instant. Alors qu’elle était encore piégée dans ses propres illusions, me regardant, regardant sa main, riant, souriant, pour faire court, m’ennuyant, je vérifiais mon état.

Toujours le même. Qu’en est-il des capacités... ? J’ai peut-être augmenté le nombre de PC... dommage qu’il n’y ait pas de messages pop-up pour les niveaux supérieurs et les compétences acquises dans Lancier et Éclaireur.

C’est une blague. J’ai une autre capacité de survie : Alpinisme, qui permet de se déplacer plus facilement sur n’importe quel terrain montagneux. J’avais trouvé que c’était drôle, car je ne pouvais pas l’utiliser. Ma classe Éclaireur était bloquée !

Mais, en premier lieu, pourquoi l’ai-je obtenu ? Se pourrait-il que les compétences que vous apprenez dépendent de vos activités ? Ou vos besoins ?

D’un autre côté, je ne porte que des armures en cuir, alors pourquoi ai-je obtenu les compétences Cotte de Maille et Cuirasse ?

Mais Peau avait été la première compétence d’armure que j’avais eue à l’époque... Puis Cuir, Cotte de Mailles et Cuirasse. C’était peut-être lié.

Jetons un coup d’œil à la capacité de Perception. L’ordre d’apprentissage des compétences acquises est le suivant : Vue Lointaine, Concentration, Vision Nocturne, Surveillance Nocturne et Amplification. Cela semblait presque logique, même si j’avais le plus besoin de Surveillance Nocturne. Mais c’était peut-être une technique de haut niveau, alors que l’Amplification ne l’était pas. Mais à côté de ça, la séquence avait du sens, j’avais besoin de voir les monstres de loin, de me concentrer sur leurs mouvements et leurs attaques, et puis j’avais eu la Vision Nocturne. Mais n’avais-je pas commencé l’exploration des grottes et le combat nocturne seulement avant d’avoir atteint la Vision Nocturne ?

Ce n’était pas non plus comme si j’avais besoin de distraction de la furtivité.

Je suppose que j’ai compris.

Après avoir accumulé une certaine quantité de PC, vous appreniez une compétence, qui reflétait votre comportement passé, tant que votre niveau de compétence était suffisant pour cette compétence. Si vous ne pouviez pas apprendre une compétence, qui remplissait les conditions, vous appreniez une compétence aléatoire, qui était à votre niveau.

Si c’est le cas, je pouvais décider par moi-même, dans une certaine mesure, quelles compétences je voulais apprendre. Ou plutôt, je pourrais, si j’en avais la moindre idée des compétences existaient ! Ah ! Le Système de Héros, tu es si opaque ! Comment sommes-nous censés t’utiliser efficacement si tu n’offres pas de guide, à part ce livret merdique, qui n’offre aucun détail !

« Kenta ? » demanda Rine.

Si c’était un jeu, j’enverrais un message à l’administrateur !

« Kenta ? » demanda-t-elle à nouveau.

Ou mieux, déconnectez-vous !

Je déteste être dans ce monde !

« Kenta ! » cria Rine.

« Qu’est-ce qu’il y a !? » demandai-je.

« Tu sembles irrité, » déclara Rine.

« C’est ce que je suis. Alors, tais-toi ! » déclarai-je.

« On va la trouver, » déclara Rine.

« Qui ? Celui qui est responsable de ce système merdique ? » demandai-je.

« Kyou ? » déclara Rine.

« Qu’est-ce qu’elle a ? » demandai-je.

« N’es-tu pas contrarié parce qu’on ne l’a pas trouvée ici ? » demanda Rine.

« ... Uaah, je l’avais finalement oubliée ! Pourquoi tu as besoin d’empirer les choses ? » demandai-je.

« ... Désolée, » déclara Rine.

Attends, arrête d’utiliser tes armes diaboliques ! Je suis allergique aux larmes ! Ne pleure pas !

Bon sang, maintenant je dois m’excuser d’avoir dit la vérité !

« Je — ... Je suis désolé. Tu as raison ! » Je peux à peine dire ce mot à cause de l’amertume.

Elle me regarde vers le haut, bien que nous ayons à peu près la même taille, et utilise son rayon scintillant dans ses yeux pour détruire toute forme de résistance en moi.

Franchement, chaque fois que je la mets de mauvaise humeur, elle me force à m’excuser et me frappe avec une attaque-surprise.

« Kenta... puis-je m’asseoir sur tes genoux ? » demanda-t-elle.

Comment... comment en es-tu arrivée là !? Il n’y a aucun lien avec ce qui se passe et c’est irrationnel ! « ... pourquoi ? »

« Tu as dit que tu voulais gagner ces PMA. Et ce n’est qu’une petite chose... qui me rendrait heureuse, » déclara-t-elle.

J’avais fait semblant de ne pas avoir entendu la dernière partie. Je ne voulais pas penser à ce qui se passait dans sa tête, parce que je craignais pour ma propre santé mentale si je faisais ça !

Donc Rine avait regardé dans la liste comment gagner des PMA et elle avait trouvé quelque chose qu’elle voulait faire.

Je ne veux pas qu’on s’assoie sur mes genoux ! Je suis un jeune homme en bonne santé et Rine est une femme attirante. Non, plus comme une belle fille avec le comportement d’un enfant, donc seulement physiquement attirante. Néanmoins, je peux « réagir » si elle s’assoit sur mes genoux.

J’avais par hasard regardé ses fesses. Oui, c’est magnifique. La santé présente en moi exprime son désir de caresser ce derrière. Cela semble rond et ferme et son bassin est idéal pour faire un enfant.

Le fait de penser à avoir ce joli cul devant mon truc était en soit assez excitant. Mais ce n’était qu’une pensée. L’esprit sur le corps ! Il fallait accepter son excitation, mais il ne fallait jamais céder.

Alors je lui avais donné ma réponse : « Après avoir réfléchi à mes options, je dois refuser. »

Oh non. Pas encore une fois ! Ne donne pas l’impression que tu vas éclater en larmes !

J’avais complètement oublié.

Il n’y avait qu’une seule issue.

« Ouf... tu as gagné. Passons à autre chose, » au moins, j’en tirerai un PMA.

Et comme si le soleil se levait, tout le visage de Rine passa de la dépression au bonheur pur.

Je m’étais déplacé en position assise, afin que Rine puisse s’asseoir sur mes genoux. Je n’avais qu’à réciter des prières bouddhistes, pendant qu’elle était assise là.

Attendez, je n’en connais pas. Je suppose qu’il faut que j’en invente.

Lentement, Rine s’approcha de moi et elle semblait très prudente, ce qui ne faisait que m’en rendre encore plus conscient. Franchement, elle ne s’assoira que sur mes genoux. C’était comme avec les enfants, sauf que je n’avais jamais eu d’enfant assis là avant.

Avec une expression entre l’excitation et l’embarras, Rine s’était enfin assise et ses fesses se tortillaient sur mes cuisses.

Arrête ! Arrête ! Arrête de te frotter le cul à cet endroit !

Commençons la prière bouddhiste faite par soi-même — à la manière d’un joueur !

– Vous ne désirerez pas une femme qui ne joue pas, car elle ne vous laissera pas passer votre temps libre sur un PC !

– Ne laissez pas les tentations de la vie réelle obstruer votre capacité à l’égard du jeu.

– Le jeu est plus important que la vie.

– Vous resterez fidèle à vos mariages dans les jeux et... mais les jeux ne sont pas réels, il est donc ainsi techniquement permis de poursuivre l’amour et la luxure dans la vie réelle.

– Ne laissez pas ce cul confortable et séduisant détruire votre raison, l'esprit sur le corps, l’âme sur l’esprit et le jeu est votre âme. Donc si vous touchez ce cul, n’oubliez pas de le faire avec beaucoup de cœur.

Merde ! Bon sang ! J’en suis déjà à bout, je ne peux penser qu’à la sensation de mes cuisses !

Attends, pourquoi n’oublierais-je pas les fesses de Rine ? Et si je caressais plutôt ses seins, qui se touchent facilement depuis cette position ?

Non ! N’abandonne pas ! Si je le fais, Rine ne me laissera jamais tranquille après ça ! Elle insistera sûrement pour que j’en prenne la responsabilité !

J’avais tort ! Rine n’est pas une fausse ! Elle est pure ! Si pure, que c’est bien plus gênant que d’être trompeuse ! Et tout cela, car que je ne peux pas m’opposer à son honnêteté !

Je ne suis pas un monstre.

Du moins, c’est ainsi quand cela concerne quelqu’un comme Rine, dont la personnalité semble provenir d’un jeu ! Aucun être humain normal ne pourrait être aussi direct sur ses sentiments !

« Kenta ? Te sens-tu mal à l’aise ? Tu recules, » déclara Rine.

« Ignore-le, s’il te plaît. Ne bouge pas et ne fais rien, » déclarai-je.

« OK, » déclara-t-elle.

Et qu’est-ce qu’elle fait ? « Ne t’appuie pas sur moi ! » Elle effectue un contact maximum avec son corps !

« Mais c’est plus confortable, » déclara Rine.

« Pas pour moi, » déclarai-je.

« S’il te plaît ? » demanda Rine.

« Ne pense pas que le “s’il te plaît” résoudra tous tes problèmes ! » déclarai-je.

« Mais... tu es chaud, » déclara Rine.

Pervers ! C’est une perverse !

Et toi, fiston, baisse-toi !

Rine était aussi chaude, c’était une sorte de chaleur qui pouvait être transférée par d’autres êtres humains.

Maintenant que j’y pense, c’était une princesse. Si je regarde les histoires de princes dans les médias, alors il était possible qu’elle se sentît seule. Avec le fait de ne jamais avoir beaucoup de contact avec qui que ce soit, sauf les domestiques, et ne pas ressentir de la chaleur d’autre personne

Comme si c’est ça !

Je suis sûr qu’elle a toujours été une enfant gâtée, sans une once d’empathie réelle, incapable de contenir ses pulsions. Elle les verbalise constamment, faisant pression sur tout le monde autour d’elle pour qu’il y ait des flambées d’émotions s’ils ne veulent pas obéir à ses ordres.

Une vraie princesse !

Je veux la jeter de mes genoux, mais c’est pour l’accumulation de PMA. Pour pouvoir faire cette accumulation, j’ai besoin d’endurance et comme je suis un joueur, c’est ce que j’ai le plus.

« Phew, » alors je soupire et c’est tout. Et je vais attendre.

 

Vous gagnez 1 PMA !

Il est naturel pour un jeune couple de rechercher le contact corporel et avoir sa femme assise sur ses genoux est une bonne méthode pour attiser les flammes de la jeunesse.

 

Enfin !

...

Attends, Kyou-san a mentionné qu’elle sait que Rine et moi sommes « liés » maintenant. Est-ce qu’elle reçoit aussi tous ces messages sur les PMA ? Ça voudrait dire qu’elle sait tout ce que je fais avec Rine.

N’y a-t-il pas d’intimité dans ce « mariage » ?

J’ai l’impression que Kyou-san sera en colère contre moi, mais probablement seulement parce qu’elle me déteste et qu’il semble que j’exploite le désordre du « second mariage ».

Mais pourquoi ai-je l’impression qu’il me manque quelque chose d’élémentaire ici ?

« Au fait, Rine ? Quand comptes-tu descendre ? » demandai-je.

« Hm ? Oh. Ne puis-je pas rester ? » demanda Rine.

« Non ? On a eu le PMA, » déclarai-je.

« Demain alors, » avec ces mots, elle se leva et me sourit.

J’avais mis ma main sur mon visage. J’avais l’impression de le faire assez souvent, depuis que j’avais rencontré Rine. Mais il n’y avait aucune raison logique de refuser une autre session, puisqu’elle donnerait des PMA.

De plus, cela devrait être très rentable avec le temps.

Calculons un peu. Le gain en PX est à 500 PMA et nous en avons actuellement 112. Il en reste donc 388. Kyou-san et moi arrivons à obtenir environ 6 PMA par jour en plus de quelques irréguliers. Si Rine fait la même chose que Kyou-san, on peut ajouter 6 PMA par jour. Attends, elle s’assoit sur mes genoux, alors ça serait mieux 7 PMA. Si j’estime que nous obtenons environ la moitié d’un PMA par jour en raison d’actions irrégulières, nous obtiendrons 13,5 PMA par jour.

Ça fait 28,74 jours, donc 28 jours, 17 heures, 45 minutes et 36 secondes.

...

Attendez, quelque chose ne va pas ! Je suis peut-être bon en maths et j’ai fait d’innombrables calculs sur mon PC pour optimiser mes personnages dans mes jeux, mais je ne suis pas si bon !

À la suite de ce sentiment, j’avais ouvert mon statut. Et là, je l’avais vu. Il y avait une nouvelle compétence Académique, Calculatrice. En gros, cela faisait de moi une calculatrice. Même si je voulais le voir comme étant inutile, je ne pouvais m’empêcher de penser que je calculais constamment des choses comme le gain PX, le gain de PMA et d’autres données liées au système. J’aurais certainement eu besoin de cette compétence bien plus tôt !

D’un autre côté, cela confirmait ma théorie sur la façon dont j’apprenais des compétences spécifiques. J’avais dû apprendre Calculatrice parce que je faisais toutes ces maths tout le temps. Mais avant cela, c’était plus important d’apprendre à connaître ce monde, alors j’avais d’abord appris l’Apprentissage Rapide.

Mais si je peux l’utiliser, alors...

« Kenta ? À quoi penses-tu ? » demanda Rine.

Soudain, en sentant le souffle de Rine sur mon oreille, mes pensées avaient été anéanties. J’avais tourné la tête vers Rine, qui s’était encore une fois inutilement approchée de moi. « Grâce à toi, rien. »

« Hm ? » Elle avait fait son inclinaison de tête typique. Elle ne comprend pas.

« Ce n’est pas la peine. Ne peux-tu pas t’allonger et dormir maintenant ? J’aimerais me lever tôt et ce n’est pas assez sûr pour qu’on dorme en même temps, » déclarai-je.

« D’accord... puisqu’il est encore si tôt, peux-tu me raconter une histoire ? » demanda Rine.

Qu’est-ce qu’elle... non, le fait que Rine est enfantine est déjà un fait établi. Alors pourquoi est-ce que je me donne la peine de me disputer avec elle ?

« Je n’en connais pas beaucoup, » je pourrais raconter une histoire de jeu ou de simples contes de fées, comme Urashima Tarou ou Momotarou. Ou peut-être des comtes occidentaux. Allons-y avec Momotarou. On avait fait une pièce de théâtre au collège. J’étais un arbre et le sous-fifre numéro 1. Le premier, qui avait été tué. D’une façon ou d’une autre, j’étais encore en colère, encore une fois. Passons à autre chose.

« Il y a très, très longtemps, il y avait un vieux couple..., » je n’étais pas très doué pour raconter des histoires, et j’avais dû m’arrêter ici et me souvenir encore une fois du scénario, mais à la fin, je l’avais plus ou moins bien raconté...

Elle s’était enfin endormie.

... Je n’arrive pas à croire à quel point Rine est belle, quand elle dort.

Cependant, j’avais gardé une certaine distance. Je n’avais pas oublié qu’une Rine endormie avait une zone mortelle autour d’elle. Son épée était juste à côté d’elle, donc s’approcher serait une erreur fatale.

Comme si souvent, j’avais utilisé ce temps libre pour examiner mon état. Ou plutôt, je l’avais fait ainsi que celui de Rine. Il y avait des capacités que je ne connaissais pas avant, comme Soins des Animaux et ses compétences en équitation. Alors Rine peut monter facilement sur un cheval, hein ?

Mais même si elle avait quelques capacités actives, il n’y avait que peu de compétences. Elle avait gagné chacun d’entre eux à la dure. La Magie Divine et sa Compétence à l’Épée étaient particulièrement bien classées. Même si elle partageait certains sorts de la magie divine de Kyou-san, il y avait encore des différences. Par exemple, Rine ne connaît pas le pouvoir de Récupération de l’Endurance, mais Ralentissement des Poisons.

Comme Rine avait probablement déjà ses compétences avant de devenir une héroïne, je ne pouvais pas prouver ma théorie sur l’acquisition de compétences.

Et pourquoi Rine n’a-t-elle pas des compétences comme Zone Mortelle Nocturne, Tuer avec une Seule Frappe, Massacre de Tous et Peur à Volonté ? C’est ce qu’elle fait tout le temps ! Au moins, elle n’a qu’une seule compétence à l’Épée à Une Main qui est démembrement, et cela me dérange. C’est un combo d’attaque avec des coups violents, qui peuvent en couper les membres.

Mais ce n’est pas la raison principale derrière le fait qu’elle est si forte. C’est son épée !

 

Friedensbote

Description : Un trésor royal du royaume Feuerberg. Une épée bénie par les dieux humains et un héritage du fondateur de la famille Von Stolzherz à ses héritiers. Son vrai pouvoir ne peut être libéré que par ses propriétaires légitimes.

Spécial (exorciste) : Double les dégâts contre les morts-vivants et les démons.

Spécial (patrimoine) : Tous les traits particuliers ne sont actifs que si l’arme est utilisée par un membre de la lignée des Von Stolzherz.

Spécial (augmenter l’attaque) : Ajouté deux fois le niveau du manieur à l’Attaque.

Spécial (reste tranchant) : Manifestation d’un tranchant permanent.

Spécial (Prévenance) : Augmente l’Attaque en fonction du niveau de danger auquel l’utilisateur est exposé.

Statut : +250 Attaque (de base), +298 Attaque (portée par Katarine Von Stolzherz)

Valeur : inestimable

 

C’est vraiment comme une fin de partie. Plus ton niveau est élevé, plus cela devient puissant. De plus, il devient de plus en plus fort, plus cela devient dangereux. Qui sait combien d’augmentation cela apporte ?

Je ne savais toujours pas exactement comment l’Attaque et la Force étaient liées l’une à l’autre, mais son arme surclassait nettement ma lance, même sans aucun bonus, et sa Force n’était pas trop loin de la mienne.

Et il n’y avait pas de malus en plus. Même si je l’avais vendue, je ne savais pas si je pouvais en avoir assez pour une deuxième tentative de dissipation de malédiction. Ce n’était pas comme si je pouvais retourner à Esse après l’avoir vendue. Après tout, c’était un trésor royal.

Encore une fois, je compare ses statistiques avec les miennes. Je suis sûr que j’ai raté quelque chose.

Ah.

La bénédiction de l’Etna n'est plus présente.

Je suppose que même un tel coup de fouet ne dure qu’une demi-journée.

Notes

  • 1 En anglais, il y a une petite ressemblance, car il s’agit de « Die » vs « Dear ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Il va finir par craquer et finalement être amoureux ! 😇

Laisser un commentaire