Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Le défi

Partie 3

« Qu’est-ce que c’était ? Je ne peux rien entendre maintenant. »

Les ss’raks avaient abandonné leurs recherches, et je pouvais écouter leur conservation. Il n’y avait qu’un seul problème dans cette situation : Ils ne déverrouillaient aucune des pièces, y compris le nôtre.

Peut-être parce que c’est gênant de devoir le faire et que toutes les pièces n’étaient pas utilisées ici, et c’était aussi le cas de la nôtre.

Mais à un moment donné, il serait fort probable qu’ils déverrouilleraient cette pièce, de sorte que nous devions rester vigilants.

Super.

C’est génial, j’ai envie de vomir.

« On est coincés ici un moment, à moins que je casse la porte et qu’on soit presque de retour au début, » déclarai-je.

« Nous avons donc besoin d’un plan à l’avance, » répondit-elle.

« Oui. Mais je dois d’abord savoir, comment as-tu pu infliger des dommages importants à un ss’rak ? » demandai-je.

J’avais pensé à tout l’incident encore et encore et un personnage non combattant comme Momokawa ne devrait pas pouvoir blesser un ss’rak dans une telle mesure. Leurs écailles étaient identiques à une armure, et donc il serait difficile d’y arriver avec un seul coup venant d’elle.

« Toi et moi étions proches. Souviens-toi, il y a un bonus à Statistiques si on est à côté l’un de l’autre, » répondit-elle.

« Mais ce n’est que mineur, » répondis-je.

« Le couteau aussi est puissant, » rajouta-t-elle.

Je ferais mieux de jeter un coup d’œil aux couteaux que le ss’rak utilisait.

 

[Couteau de Ss’rak]

Description : Ce couteau lourd est dur et robuste. C’est difficile à manier comme une arme, mais peut causer des dommages massifs quand on travaille avec quelque chose qui ne bouge pas.

Statut : +30 en attaque ou +150 si la cible ne bouge pas.

Valeur : 1 500 pièces d’or.

 

C’est... malade.

Une épée longue normale avait un bonus d’attaque de +80. Donc ce poignard faisait deux fois plus de dégâts sur une cible immobile. Comme le ss’rak et moi étions en train de nous battre, donc aucun de nous ne pouvait bouger. Momokawa s’était ainsi procuré une arme vraiment dangereuse.

Quelle échappatoire !

Ou plutôt, est-ce que ça marche comme ça en vrai ou est-ce que c’est une astuce de héros ?

Ce n’est pas un jeu, je devais bien m’en souvenir.

J’avais peut-être la Vitalité en tant que héros pour atténuer certains dommages, mais je n’avais jamais pris un coup à zéro dommage avant, et il n’y avait aucune inclination, que les non-héros aient de telles statistiques.

S’ils ne l’avaient pas fait, c’était logique. Même si vous étiez fort, plusieurs coups de couteau dans le corps vous tueraient. Même après vous être entraîné dans les arts martiaux pendant des décennies, si vous aviez un couteau planté dans votre estomac, alors vous mourriez. C’était peut-être quelque chose comme ça.

Une telle quantité de coups de couteau en moi pourraient aussi bien me tuer, malgré le fait d’être un héros. Et si vous teniez compte du pouvoir du couteau...

« Étais-tu au courant, Momokawa ? » demandai-je.

« Non. J’ai dû m’approcher pour te guérir et j’ai décidé que ça n’en valait pas la peine, » répondit-elle.

Elle avait raison. Me guérir dans cette situation n’aurait pas aidé.

« Puis j’ai vu des couteaux à leurs ceintures et je les ai pris. Et c’était le meilleur choix pour poignarder le lézard, » continua Momokawa.

« ... Merci, » déclarai-je.

J’avais forcé ce mot à sortir de ma bouche. Dans cette situation, Momokawa était restée calme et avait fait de son mieux. Moi, par contre, j’avais démontré une performance plutôt pathétique.

« Mais ne me laisse pas recommencer, c’était effrayant, » déclara-t-elle.

J’ai peur de ton calme ! Mais au lieu de répliquer, j’essaie de revenir au sujet.

« Les ss’raks sont difficiles à combattre avec des couteaux, » déclarai-je. « Même avec trois individus, nous sommes toujours désavantagés. Nous devons mettre de côté tout ce que nous pouvons. Regardons autour de nous. C’est un entrepôt, donc il pourrait y avoir quelque chose d’intéressant. »

« Moins d’un entrepôt et plus une déchèterie, » répondit Momokawa.

Mais Momokawa m’avait aidé à fouiller la pièce. Des balais avec des manches légèrement cassés, des meubles usés, des lampes brisées, des clous et des vis séparés, des bandes de cuir déchirées et d’autres déchets avaient été trouvés dans la pièce.

« Hm... mais peut-être..., » murmurai-je.

Je pense que je pourrais essayer de placer un couteau sur un bâton pour improviser une lance. Et aussi, il y a une vieille boucle, donc nous pouvons essayer de réparer le sac à dos que nous avons trouvé dans la grande grotte.

Nous avions commencé à travailler, c’était mieux que de ne rien faire.

Ou plutôt, je travaillais sur la lance, tandis que Momokawa fournissait la lumière avec son sort Torche.

« Katsuragi, je suis au niveau 17, » déclara-t-elle.

« Ça fait douze niveaux en neuf jours ! » m’exclamai-je.

« Mais c’est beaucoup trop dangereux de faire ça continuellement, » déclara-t-elle.

« Je suis d’accord…, » répliquai-je.

« Et nous devons toujours nous reposer longtemps après chaque bataille, » déclara-t-elle.

« Oui, nous le faisons, » répondis-je.

« D’habitude, tu fais ça comme ça ? Vas-tu droit sur le danger pour augmenter ton niveau ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr que non. Le combat en solo consiste à toujours être à la recherche de batailles que tu peux facilement gagner, » répondis-je.

« Mais, ne devrais-tu pas normalement trouver beaucoup de monstres ? » demanda-t-elle.

« Après ma première classe, j’ai tué près d’une centaine de monstres par jour pour augmenter mon niveau, » répondis-je.

« Ne sois pas absurde, trouvez des monstres et les combattre, c’est souvent impossible, » répliqua-t-elle.

« Pas si tu réduis le temps de récupération. Tu trouves leur butin, puis tu les vends, et tu achètes des objets consommables que tu vas utiliser après une bataille, jusqu’à ce que tu n’en aies plus, » expliquai-je.

« Des objets consommables ? » demanda-t-elle.

« Dans ce cas, surtout des potions, » répondis-je. « Donc des potions de PV et PE. Après chaque bataille, je les utilisais et j’étais prêt pour la suivante. Tu ne gagnes pas beaucoup d’argent, mais si tu en as besoin, tu peux essayer de collecter des trésors en contournant leurs protecteurs en restant invisibles. Il s’agit de l’une des raisons pour lesquelles je voulais avoir une Classe sournoise. »

« Est-ce que ça marche vraiment dans les jeux ? » demanda-t-elle.

« Ça dépend du jeu, mais ce n’est pas rare que cela soit le cas, » répondis-je.

« Tu nous as quittés parce que tu voulais augmenter ton niveau à ce point ? » demanda-t-elle.

« Ah... pourrions-nous changer de sujet ? » demandai-je.

« Ne veux-tu pas me le dire ? Pourquoi ? » demanda-t-elle.

« Parce que je n’aime pas en parler, » répondis-je.

« *Regard fixe* »

S’il te plaît, ne me fixe pas ! « C’est juste... c’est... Je ne fais pas confiance à ceux qui nous ont appelés, d’accord ? »

« Veux-tu parler des dieux ? » demanda-t-elle.

« Les dieux qui nous ont transportés dans ce monde, le roi qui ne nous a même pas rencontrés, le royaume entier qui combat un ennemi dont je ne sais rien, » répondis-je.

« Le roi nous a invités à dîner. Chaque groupe a eu son propre dîner, » déclara-t-elle.

« Mais qu’en est-il de cette lutte contre les démons ? » demandai-je.

« Je... ne sais pas. Mais Masahiko-kun et les autres auraient déjà dû les rencontrer. Ils s’entraînent à la frontière, » répondit-elle.

« Plus j’en sais, moins je fais confiance à qui que ce soit, » annonçai-je.

« ... Et moi ? » demanda-t-elle.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demandai-je.

« Me fais-tu confiance ? » demanda-t-elle en retour.

« Il le faut bien, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Momokawa avait ramassé une pierre et elle me le jeta à la figure.

« Aïe ! » criai-je.

« Idiot…, » répliqua-t-elle.

« Et toi, tu me fais confiance ? » demandai-je.

« Pas du tout, » répondit-elle.

« Tu vois ? » dis-je.

« Tu fais des choses comme me conduire dans un sanctuaire rempli de lézards, les combattre quand la reddition est la meilleure option, attaquer un ours meurtrier de ton propre chef et hésiter quand tu es sur le point d’être tué, » déclara-t-elle. « Finalement, tu m’as contaminé avec cette malédiction et m’as forcée à me marier à l’âge de seize ans. »

Chaque argument ressemblait à une flèche dans mon dos.

Vite, réplique ! Ne perds pas de terrain ! « Et tu... euh... »

Elle m’a guéri sans beaucoup se plaindre, m’a sauvé plusieurs fois et n’a pas hésité à s’incliner ou à s’adapter à toutes les circonstances.

Je sais, j’ai fait des trucs cool aussi, mais Momokawa doit encore faire une vraie gaffe. La seule chose qui pourrait être critiquée serait son niveau, ce qui m’entraîne parfois vers le bas. Et quand j’ai proposé cette équipe, je savais déjà que je devais la garder en sécurité, à la fin.

Je ne pouvais donc pas vraiment m’en plaindre.

Je déteste ça !

Pendant ce temps, j’avais rassemblé la poignée d’un couteau avec un autre, pour pouvoir y planter un manche à balai. Après, j’avais essayé de le fixer avec des clous.

« Rien à dire, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« J’essaie de me concentrer…, » répliquai-je.

« Hehe ! Concentre-toi, bien sûr, » déclara-t-elle.

Cette femme !

« Je suis désolé, d’accord !? Mais maintenant, nous devons nous concentrer sur ce qu’il faut faire ensuite ! » répliquai-je.

« Je n’ai pas d’idées. Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il faut faire, » avoua-t-elle.

« Nous avons besoin de ce qui suit : Plus de force de combat, un moyen de monter à l’étage, une stratégie et un plan de repli, » déclarai-je.

« Comment ? » demanda-t-elle.

« Notre but est de trouver et de tuer le patriarche, mais je ne sais pas si je peux le faire, » répondis-je.

« Puisque tu n’as pas de couilles ? » demanda-t-elle d’un ton moqueur.

« ... » Après la dernière gaffe, je ne pouvais pas discuter avec elle à ce sujet. « Si c’était si facile, Muaotef ne nous donnerait pas cette tâche. »

« Comment va-t-il nous regarder... ? Attends. De la magie, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« À tous les coups, il s’agit de la magie. Et probablement aussi avec le son, » répondis-je.

« La TV magique, » déclara-t-elle.

« En quelque sorte. Et je ne sais rien sur le patriarche, cette quête est nulle ! » protestai-je.

« Nous n’avons pas le choix. Ou bien veux-tu que ce dragon soit mécontent ? » demanda-t-elle.

« Je préférerais mourir, » répondis-je.

« Pareil ici, » annonça-t-elle.

« Nous... nous manquons de tout : informations, pouvoir et ressources, » déclarai-je.

« Alors, on devrait abandonner ? » demanda-t-elle.

« ... il y a un moyen d’obtenir au moins un peu d’énergie. Peut-être…, » annonçai-je.

Momokawa devient suspicieuse.

« Comment ? Et pourquoi en parler seulement maintenant ? » demanda-t-elle.

« Parce que tu vas le détester, » répondis-je.

« Dis-moi, » demanda-t-elle.

« Nous devrions obtenir des PMA, » annonçai-je.

La température baissa dans la pièce. La voix de Momokawa était froide comme de la glace.

« ... Pourquoi ? » demanda-t-elle.

« J’ai vérifié la liste des achats avec les PMA avant ça et il y a des bonus intéressants, » déclarai-je.

« Mais alors nous devons agir... comme ça, » demanda-t-elle.

« Je sais. Mais les systèmes ne semblent pas très intelligents, » répondis-je. « Même les gestes légers sont récompensés par des PMA. Et il y a des actions assez faciles sur cette liste. Comme se tenir la main pendant une heure sans interruption. »

« Rejeté, » déclara Momokawa.

« On pourrait penser que c’est une illusion et..., » insistai-je.

« Rejeté ! » répliqua Momokawa.

« ... *Regard fixe* » tentai-je le coup.

« Arrête de faire ça, » déclara-t-elle froidement.

Je faisais de mon mieux pour mettre chaque once de conviction afin de la blâmer avec mon regard. Mais Momokawa l’ignorait tout simplement après avoir froncé les sourcils pendant un moment.

Nous avions travaillé en silence pendant une heure.

Fixer le couteau sur le bâton avait été assez difficile. J’utilisais la poignée du deuxième couteau comme substitut de marteau, mais je ne voulais pas endommager le bois en utilisant toute la force. Mais maintenant, j’avais une lance qui pourrait ne pas se briser après avoir utilisé quelques compétences de Lances.

 

[Lances avec couteau improvisé]

Description : Un couteau ss’rak sur un manche à balai, cloué ensemble pour qu’il ne tombe pas si facilement. Ce n’est pas vraiment fiable.

Statut : +55 en Attaque ou +110 si la cible ne bouge pas.

Valeur : 100 pièces d’or

 

La valeur avait chuté drastiquement et son bonus secondaire s’était affaibli. Mais finalement, j’avais à nouveau quelque chose comme une arme. Maintenant, j’essayais d’ajuster la boucle à notre sac à dos usé.

Je devais couper un peu de la sangle, car elle était trop large. Couper le cuir était difficile, surtout si vous n’avez qu’un couteau comme outil. Mais nous pouvions peut-être récupérer l’option Inventaire que nous avions perdue avec nos sacs à dos d’origine.

Momokawa avait réfléchi et n’avait pas réagi que lorsque je lui avais demandé de rallumer son sort.

« Non, toujours pas d’inventaire, » murmurai-je.

C’était dommage.

« Tu as gagné, Katsuragi, » annonça Momokawa.

« Haaa ? »

« Mieux vaut plier que casser. Nous avons besoin de tout ce qu’on peut avoir, » déclara Momokawa.

« De quoi parles-tu ? » demandai-je.

« Je parle bien sûr d’obtenir des PMA ! À quoi penses-tu ? » demanda-t-elle.

Ne réalise-t-elle pas qu’un certain temps s’est écoulé et que cela m’est déjà sorti de la tête ? Mais mieux vaut jouer le jeu avant qu’elle ne change à nouveau d’avis.

« Super ! Nous devrions voir quelles actions semblent réalisables, » déclarai-je.

« ... Oui. » Wôw, quel regard de déplaisir !

Nous avions commencé tous les deux à étudier les moyens d’obtenir des PMA. Heureusement, il y avait une liste.

« Basé sur le prénom... ou surnoms. C’est acceptable, n’est-ce pas Kenta-kun ? » demanda-t-elle.

« Argh... Je n’aime pas ça. On dirait que c’est mal, » répondis-je.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Kenta-kun ? » demanda-t-elle.

« Pfff... Je ne sais pas exactement, » répondis-je.

« Et un surnom, comme Kenken, » demanda-t-elle.

« C’est horrible ! » m’écriai-je.

« Hm... Ken-kun ? » demanda-t-elle.

« C’est acceptable, je pense, ça ressemble plus à un pseudonyme, » répondis-je.

« Bien. Et maintenant, essaie de dire mon prénom, » me demanda-t-elle.

« OK…, » répondis-je.

Je ne me souviens pas ! Je dois vérifier le menu d’état. Le prénom de Momokawa n’a jamais été important pour moi avant. Comment lire ce kanji () ?

« Anzu, » déclarai-je.

La température baissa et toute ma peau avait eu des frissons. Momokawa me regarda comme si j’avais donné tout à l’heure un coup de pied à un chaton.

« Tu ne te souviens pas de mon prénom, » déclara-t-elle.

« Je... Tu as raison. J’avoue, » répondis-je.

« C’est Kyou, » déclara Momokawa.

Kyou... comme le kanji pour le malheur, un ensemble parfait.

« Alors c’est Kyou, je vois, » déclarai-je.

« Ne laissez pas tomber l’honorifique ! On n’est pas si proche ! » s’écria-t-elle.

« Euh... Kyou-san ? » demandai-je.

« Acceptable. Maintenant, on est Ken-kun et Kyou-san, » déclara-t-elle.

« En y repensant, laisse tomber mon honorifique. C’est bizarre si tu commences à en utiliser un alors que ce n’était pas le cas avant, » déclarai-je.

« Ken et Kyou-san, » résuma-t-elle.

« Ça pourrait être le titre d’une histoire pour enfants, » déclarai-je sur un ton de plaisanterie.

« Katsu Ken, nous sommes dans un monde fantastique, » déclara-t-elle.

« J’ai compris, » déclarai-je.

Momokawa... Je veux dire, Kyou-san n’a rien contre le fait de s’appeler par son prénom. Mais je me sens mal à l’aise. Peut-être parce que nous ne sommes pas plus proches qu’avant.

Je suppose que je vais m’y habituer.

« Hm... Se tenir la main pendant une heure chaque jour... Ken, j’aimerais l’ignorer, » déclara Momokawa.

« Mais nous nous reposons assez souvent. Donc utiliser une heure pour se tenir la main ne devrait pas être…, » insistai-je.

« C’est ce que font les amoureux, » déclara Momokawa.

« Nous sommes un couple marié, enfin, en quelque sorte, » déclarai-je.

« Argh... laisse-moi y réfléchir, » déclara Momokawa.

Tu n’as pas besoin d’avoir l’air si dégoûté chaque fois que tu te souviens que les deux personnes maudites ici présentes ont été mariées d’une manière étrange.

« Dormir l’un à côté de l’autre la nuit. Pas de problème, » déclara-t-elle.

« Mais Momokawa, c’est bien pire que de se tenir la main, » répondis-je.

« C’est “Kyou-san” et cela ne l’est pas, » me cria-t-elle dessus.

« Comment ça !? » demandai-je.

« D’abord, nous l’avons déjà fait une fois, il y a quelques jours lorsque nous sommes arrivés au gouffre. Et à la fin, tu n’as pas les couilles de faire quelque chose, » répondit-elle.

Je... ne peux pas discuter avec ça.

C’est donc la raison pour laquelle elle est si sans défense dans son sommeil, même si techniquement je suis encore un homme, parce qu’elle sait que je n’oserai rien lui faire.

« Mais ne serait-ce pas inconfortable ? » demandai-je.

« C’est 1 PMA tous les soirs, alors fais avec, » répondit-elle.

Cette fille est un tyran !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Ils vont tellement bien ensemble faudrait qu'ils se marie...,oups déjà fait^^

  2. Ha Ha la fin du chapitre m'a tuée ^^

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire