Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Le gouffre

Partie 4

Moi, Katsuragi Kenta et Momokawa Kyou nous avons été mariés involontairement, mais aucun de nous ne savait comment. Nous avions seulement que c’était l’anneau maudit qui était en faute, et Momokawa ne pouvait pas non plus enlever son anneau.

Alors maintenant, elle me blâmait et voulait divorcer.

« Au moins jusqu’à ce qu’on soit sortis d’ici, ma malédiction sera levée tant que le mariage durera, » déclarai-je.

Et il y avait déjà d’autres bonus à disposition.

D’une part, nous pouvions vérifier le statut de l’autre comme s’il s’agissait du nôtre, ce qui nous serait utile. Ainsi, Momokawa n’avait pas besoin de me demander à quel point j’étais blessé et je pouvais avoir une idée de la meilleure façon de gérer notre guérison.

De plus, tant que nous restions l’un à côté de l’autre, nous obtenions de petits bonus dans nos Attributs, ce qui aidera avant tout Momokawa.

Et bien évidemment, nous obtenions un partage de nos PX.

Oui, nous avions maintenant un système d’équipe.

Chaque fois que je tuais quelque chose, Momokawa gagnait une certaine quantité de PX pour cela. Il s’agissait de la raison pour laquelle elle avait pu monter de niveau après que j’avais vaincu ces oiseaux. Cependant, je ne connaissais pas encore le ratio, mais il pourrait être de 50/50.

« Tu vois, tout n’est pas si mal, » déclarai-je. « Et comme nous sommes sur le point de lever la malédiction de toute façon, nous n’avons plus qu’à nous en occuper d’ici là. De plus, nous ne savons même pas si nous pouvons simplement divorcer. »

C’est étrange de parler de divorce en tant que lycéen. Mais dans un sens, j’étais maintenant un homme marié.

« Tu sembles étrangement calme, Katsuragi, » déclara-t-elle.

« Ce n’est pas mon premier mariage, » répondis-je.

« Ce n’est pas le cas ? » demanda-t-elle, surprise.

« Bien sûr que non. Le mariage est une chose normale dans les jeux, » répondis-je.

« J’aurais dû le savoir ! » s’exclama-t-elle avec mépris.

« Pense à moi comme un petit ami que tu as pris par commodité, » déclarai-je.

« C’est encore pire. Tu aimes ça, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« En quelque sorte, » répondis-je. « Il y a beaucoup d’avantages, alors nous pouvons simplement déclarer qu’il s’agit d’un partenariat de convenance. »

« Donc tu penses si humblement à mon sujet, » répondit-elle.

« Franchement, ce n’est qu’un moyen d’arriver à une fin positive, » répondis-je. « Mais tu devrais jeter un coup d’œil à ta Magie Divine qui se trouve dans ta classe de Prêtre. Tu as une nouvelle compétence nommée “Torche”. C’est peut-être une façon d’explorer ce passage souterrain d’une manière plus simple. »

« Ne regarde pas mon menu de statut ! » s’écria-t-elle.

« Tu peux regarder le mien si tu veux, » déclarai-je.

Une veine était apparue sur ses tempes. Elle était vraiment en colère !

« Momokawa, je suis contre la violence domestique, » déclarai-je.

En disant ces mots, j’avais gagné une claque sur la joue.

 

Vous gagnez 1 PMA.

Taquiner votre femme est une chose amusante à faire, mais ne vous emportez pas.

 

C’est étrange.

Je dois vérifier les listes plus tard, mais peut-être qu’il y a encore des choses qui peuvent y être exploitées.

Pour l’instant, je vais juste ignorer la partie « mariage ».

Après un certain temps de calme, nous étions descendus de la falaise et Momokawa avait utilisé son tout nouveau sort de Torche. Une boule de lumière blanche était apparue sur sa paume. C’était aussi brillant qu’une véritable torche.

J’étais passé avec la classe Éclaireur.

« Katsuragi, tout ton corps semble se remodeler chaque fois que tu changes de classe, » déclara-t-elle.

« C’est tout à fait normal. Comme la classe d’Éclaireur a beaucoup plus de Force que la classe Étudiant et que le Lancier a encore plus qu’Éclaireur, mes muscles doivent s’y adapter. Tout est dans le manuel, » en vérité, cela dépendait des améliorations apportées par ces classes, et de la croissance des statistiques, mais ce n’était pas quelque chose de facile à expliquer pour le moment.

« Mais nos camarades de classe ne changent pas vraiment quand ils le font, » déclara la jeune femme.

« Peut-être, est-ce ainsi, car ils ont tous choisi ce à quoi ils sont habitués ? » demandai-je. « Je ne suis pas très athlétique, tu sais. Donc, si je passe à une classe de combat, alors bien sûr, j’aurai des muscles. Je suis sûr que le Judo Cervelle de Muscles a pris quelque chose comme Lutteur en classe et ainsi de suite. »

« C’est peut-être vrai, » répondit-elle.

« Tu vois. Mais concentrons-nous sur ce qui nous attend. Je vais aller à l’avant. J’ai la compétence Vision Nocturne, donc je pourrai bien voir dans l’obscurité, » déclarai-je. « Nous n’avons toujours pas d’armes à part des pierres et un os chacun, alors il vaut mieux me laisser m’occuper de tout. »

« C’est ce que j’avais déjà prévu de faire. Car si j’obtiens PX en ne faisant rien, je ne penserai même pas à m’immiscer dans tes combats, » déclara-t-elle.

« ... Voyons d’abord le ratio. Si tu n’obtiens que 10 %, alors nous devrions plutôt poursuivre notre tactique standard le plus longtemps possible. Si le ratio est plus élevé, nous pourrions mieux nous débrouiller avec le travail d’équipe. »

En disant cela, nous avions exploré le passage souterrain. C’était assez grand pour que deux personnes puissent marcher l’une à côté de l’autre la plupart du temps, mais nous restions en ligne pendant tout ce temps. Il n’y avait rien d’intéressant, juste un tunnel en pierre. J’en avais déjà vu à l’époque où j’étais en solo, mais Momokawa restait tout le temps près de moi. Peut-être que l’étroitesse était en train de l’avoir petit à petit.

Puis j’avais entendu quelque chose. « J’entends l’eau couler devant moi. »

« La rivière souterraine ? » demanda-t-elle.

« Je ne suis pas sûr, » déclarai-je à voix basse. « Attention, il y a une fissure. Attends ici un moment. »

J’avais utilisé ma Furtivité et j’avais regardé derrière le coin du passage. Il y a plusieurs chauves-souris suspendues à l’envers au plafond. Du moins, elles ressemblent à des chauves-souris. Comme elles étaient recouvertes par leurs ailes, il pouvait s’agir de n’importe quoi à l’intérieur, car après tout, je ne les connaissais pas.

J’étais donc retourné auprès de Momokawa.

« Plusieurs créatures avec des ailes de chauve-souris se trouvent devant. Comment vont tes... Attends, » avais-je commencé à demander.

Je peux simplement vérifier moi-même le mana de Momokawa. Je n’ai plus besoin de demander, pensai-je.

Pas bon. Ses PM étaient à environ la moitié, et elle devait régulièrement lancer la restauration de l’Endurance sur nous et même si notre régénération naturelle de PE allongeait le temps jusqu’à ce que cela soit nécessaire, nous devrions faire très attention à chaque activité qui coûterait des PV et des PE.

L’utilisation de Compétence de Perception coûtait un peu de PE à chaque usage, mais cela augmentait grandement nos chances de survie. D’autre part, une bataille inutile...

Même si, en tant que joueur, je n’aime pas l’ignorer. Mais sans armes décentes...

« Katsuragi, à quoi penses-tu ? » demanda-t-elle.

« Je me demande si nous devrions chercher un autre chemin ou remonter, » répondis-je. « Si nous arrivons de nouveau à la source chaude, nous pouvons nous reposer grâce à l’eau qui permet une récupération du PE jusqu’à ce que tu récupères tous tes PM. Mais si ce chemin mène à la rivière souterraine, nous pouvons encore utiliser son eau et chercher un moyen de sortir de ce gouffre. Je ne sais rien de ces chauves-souris et nous sommes peut-être sous-équipés pour y faire face. »

Momokawa avait réfléchi quant à mes paroles, tandis que sa main droite jouait avec l’anneau à sa gauche. Elle regarde souvent l’anneau avec incrédulité. Elle ne l’acceptait pas si facilement.

« Dorment-elles ? » avait-elle brusquement demandé.

« Hein ? » m’exclamai-je.

« Ces chauves-souris, dorment-elles ? » demanda-t-elle à nouveau.

« Je suppose. Laisse-moi-le vérifier encore une fois, » déclarai-je.

Je m’étais faufilé vers elles et j’avais concentré mon attention sur mes oreilles. Un son rythmique de respiration pouvait être entendu.

« Elles dorment bien, » avais-je annoncé après être retourné auprès d’elle.

« Peux-tu t’approcher de l’une d’elles, l’attraper et lui briser le cou avant qu’elle ne fasse du bruit ? » demanda-t-elle.

« ... Je pourrais essayer de me faufiler vers la première. Mais c’est au coin du chemin, donc la lumière n’atteindra pas assez loin pour que je puisse la voir clairement, » répondis-je.

« Dans ce cas, je pourrais aller au coin du chemin, » déclara-t-elle.

« Ça pourrait réveiller les chauves-souris, » répliquai-je.

« Si ce sont des chauves-souris, elles devraient déjà savoir que nous sommes ici à cause de nos voix, » répondit-elle.

C’était un bon point qu’elle annonçait là.

J’avais donc utilisé ma Furtivité pour atteindre les chauves-souris et Momokawa s’était lentement dirigée vers le coin. Ce n’étaient pas des chauves-souris, mais une autre sorte de monstre. C’était de la taille d’un enfant, ces créatures avaient un corps humanoïde verdâtre. Peut-être qu’ils étaient intelligents et amicaux.

Mais il était très probable qu’elles ne l’étaient pas.

Rapidement, j’avais saisi la tête avec mes deux mains, puis je l’avais brusquement tordue et je lui avais brisé le cou. Même en tant qu’Éclaireur, ma Force suffisait pour le faire, car ces monstres étaient fragiles !

Les autres chauves-souris ne s’inquiétèrent même pas de ça. Peut-être que leur ouïe n’était pas aussi bonne que prévu. Finalement, ce fut des victimes faciles.

Sept cous brisés plus tard, Momokawa et moi avions vérifié notre menu d’état.

« Nous obtenons la même quantité de PX. Je ne sais pas si c’est 50/50, 100/100 ou quoi que ce soit d’autre. Nous ne pourrions pas le savoir à moins que nous tuions quelque chose que je connais. Il faut que ce soit des créatures que je me souvienne de la quantité de PX que tu obtiendrais de ce monstre sans ce pouvoir, » avais-je dit.

« Je vois. Au moins, je n’ai plus besoin de participer au meurtre, » déclara la fille qui avait suggéré de briser le cou de plusieurs créatures dans leur sommeil.

Et pas seulement cela... « Katsuragi, ces types sont comestibles. Prenons-en une avec nous, jusqu’à ce qu’on trouve mieux. » Le cours de cuisine est très utile ici. Je dirais que cette fille est déjà autant une chasseuse de sang-froid que moi.

Nous avions continué notre exploration de la grotte. Plus nous allions dans les profondeurs, plus il faisait chaud. Mais cela devrait être un signe que nous nous étions approchés de la rivière souterraine de la source chaude... il fallait essayer de rester positifs.

Une demi-heure après la rencontre avec les chauves-souris, nous étions arrivés dans une grande grotte.

La lumière du soleil brillait à travers une fissure au sommet. Cependant, c’était trop petit pour qu’un humain puisse s’y glisser. Au fond se trouvait une autre partie de la source chaude, mais comme la grotte était spacieuse et qu’une certaine ventilation était assurée par la fissure au plafond, il s’agissait probablement de l’endroit le plus tempéré que nous avions trouvé jusqu’à présent dans ce gouffre. Au bord de la source chaude, il y avait même des arbres !

« Momokawa, cela semble trop beau pour être vrai, nous devrions faire attention, » déclarai-je. « Je suis sûr que quelque chose a déjà fait de ce lieu son territoire. »

« C’est vrai, » déclara-t-elle.

Nous nous étions approchés de la source chaude, mais cette fois Momokawa était allée de l’avant, pendant que je montais la garde. Il n’y avait personne ici en ce moment.

Après ça, nous avions tous les deux bu de l’eau afin de reconstituer notre PE et nous avions convenu que nous resterions ici pendant un certain temps. Tant que j’avais ma capacité de Perception, nous étions aussi prêts à toute situation que possible. Bien sûr, c’était dangereux, mais il s’agissait aussi du meilleur endroit pour se reposer.

Peut-être qu’il y avait d’autres endroits comme celui-ci dans le gouffre, mais nous ne les connaissions pas. D’une certaine façon, les monstres devaient bien pouvoir survivre ici.

« Peut-être que les monstres qui utilisent cet endroit sont diurnes, » déclarai-je. « Mais il n’y a aucune raison pour que nous soyons tous les deux sur nos gardes. Fais une sieste, Momokawa. Nous avons besoin de tes PM. »

Hier, nous n’avions pas bien dormi lorsque nous étions dans cette caverne sombre, alors elle était probablement assez fatiguée.

« D’accord, » avait-elle répondu.

Nous nous étions donc dirigés vers les arbres et Momokawa s’était assise à côté de l’un d’entre eux. Puis elle s’était plaquée contre l’arbre et avait fermé les yeux. Le sort de Torche avait disparu. Cependant, comme il y avait un peu de lumière du jour dans cette grotte, ma Vision Nocturne fonctionnait toujours très bien.

La noirceur se trouvant l’extérieur de ma portée de 50 mètres faisait qu’il était difficile de savoir où se trouvaient les autres entrées, alors j’avais essayé de rester concentré. D’habitude, je ferais aussi une sieste, puisque j’avais la compétence Dormurnal, mais après avoir brisé le cou de monstres endormis, j’avais du mal au fond de moi à penser que la zone était sûre pour me reposer.

Il était difficile de rester concentré en mode veille. Mais cela ne durerait qu’une heure tout au plus.

En parlant de temps... Nous avions 2 semaines pour achever le pèlerinage. Il y avait quatre jours de voyage d’Esse à Heissquellen. Et actuellement, ce n’était que le deuxième jour dans le gouffre. Si nous nous dépêchions de rentrer, nous n’aurions probablement besoin que de deux jours et demi pour retourner à Esse, une fois que nous aurions fui cet enfer. Neuf jours étaient donc passés ou déjà réservés.

Il nous reste encore cinq jours à notre disposition. C’est beaucoup, oui ou non ? Je n’en sais rien. Mieux veux ne pas y penser.

Pour commencer, je dois faire le guet. Attends, qu’est-ce que c’est sur le bord de l’eau ? Est-ce un squelette ? J’avais approché du tas d’os.

Un squelette humain. Je lui avais jeté une pierre.

Pourquoi ? Parce qu’il pourrait être mort-vivant.

Même si je n’en avais jamais vu en dehors de la fiction, j’avais agi ainsi. Y a-t-il des morts-vivants dans ce monde ?

Au moins, ce squelette n’avait pas réagi aux pierres. Je devais donc y jeter un coup d’œil par moi-même. Il pouvait s’agir d’un aventurier ou d’un soldat. Mais pour moi, c’était une bouée de sauvetage. Les vêtements n’étaient que des lambeaux, mais le sac à dos en cuir était encore utilisable. Le fermoir était cassé, donc c’est plus un sac maintenant. Quelqu’un ou quelque chose avait déjà fouillé afin de voir son contenu.

Sur le sol, il y avait un couteau rouillé. Je l’avais pris et je l’avais manié d’une seule main.

 

[Couteau rouillé]

Description : Ce couteau n’a pas été utilisé depuis des années. Même s’il est rouillé, il peut toujours servir d’outil.

Statut : + 2 en Attaque

Valeur : 1 pièce d’or

 

Un couteau. Un vieux couteau rouillé. Rien de spécial à ce sujet. Mais si précieux en ce moment. Et il y a aussi d’autres choses. Une outre déchirée, une aiguille et du fil, une couverture déchirée, du silex et un briquet en acier et des torches mouillées.

Si c’était le moi d’il y a trois jours, je les considérerais comme des déchets. Mais maintenant, je le voyais comme un trésor, j’avais tout ramassé et j’avais fait demi-tour.

Je voulais appeler Momokawa, mais je m’étais souvenu avant ça qu’elle faisait une sieste. Et surtout, je ne voulais pas la réveiller. Et c’était d’autant vrai après avoir pensé à sa sale attitude, ce qui montrait bien le fardeau de notre mode de vie actuel.

Attends, qu’est-ce que c’est ? Et pourquoi maintenant ?

Je suppose que je ressens aussi beaucoup de stress, car le fait de regarder une fille dégoûtante aux cheveux en pagaille et sans aucune dignité me rend excité.

... Elle dort, n’est-ce pas ?

Après ça, j’avais monté la garde pour qu’aucune bête n’attaque l’un de nous. Je pourrais aussi bien... Ce que je pensais à ce moment-là, c’était que cela serait mauvais si un loup dévorait Momokawa par pur instinct.

À quoi est-ce que je pense ? Putain de merde. Je la déteste !

Je savais que mon excitation devait être un instinct de survie ou quelque chose qui s’y rapprochait. Cela devait sûrement être quelque chose comme de vouloir laisser une progéniture en cas de disparition. C’était donc une réaction tout à fait naturelle selon moi.

Il est temps de me débarrasser de toutes mes frustrations, de mon stress et de mon irritation.

Après avoir trouvé un endroit d’où je pourrais détecter la plupart des intrus tout en étant loin de Momokawa, j’allais enfin pouvoir me soulager.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre se soulager...

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire