J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 5 – Chapitre 85 – Partie 1

***

Chapitre 85 : Colly Tos de la victoire !

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

Pour un homme, le Ciel et l’Enfer peuvent facilement être comparés à l’Amour et à la Colère de la femme ou des femmes qu’il épouse.

Tel fut le cas d’un certain Seigneur du Donjon qui les remua tous les deux dans ses épouses. La colère couplée à la luxure, à l’amour et au désir m’avait envoyé dans une spirale ascendante vers le septième ciel. C’était pavé de baisers, de gémissements, d’égratignures, de morsures et d’embrassades casseuses offerts sans ordre particulier.

Heureusement, je n’avais pas besoin de construire une autre maison, j’avais beaucoup de place libre dans la ville. Nous avions utilisé la maison la plus proche que nous avions pu trouver, et mes femmes n’avaient même pas pris la peine de demander où et comment nous en étions arrivés là. Il suffisait de leur dire que je l’avais construit après ma bataille contre les Ténèbres. Pendant ce temps, je laissais Tamara faire ce qu’elle voulait dans la ville. Comme un chaton curieux, elle se promenait en explorant. L’esprit d’aventure était fort dans chez elle !

Quand le plaisir et la joie du quatuor avaient pris fin, j’avais fait semblant d’être épuisé, sinon, j’avais peur que ça dure jusqu’à la fin de la semaine, et j’avais une autre femme qui m’attendait.

Ma vie ne peut pas être plus compliquée que ça… Je pensais à cela en gardant les yeux fermés et en m’abstenant de gratter cette démangeaison infernale sur le bout de mon nez.

Normalement, j’aurais été ravi de cela et je les aurais même encouragées à continuer pendant un certain temps, mais je ne pouvais pas oublier Zoreya.

« Illsy dort-il ? » demanda Shanteya en se déplaçant.

La sensation de ses belles mottes qui se déplaçaient sur moi était… divine.

« Oui…, » répliqua Ayuseya tout en m’offrant une sensation similaire sur le dos.

« Notre stupide mari… Qui penses-tu tromper ? » demanda Nanya.

Oh s’il vous plaît, non ! S’il vous plaît, non ! S’il vous plaît, non ! S’il vous plaît, non ! J’avais prié dans mon esprit.

Elle m’avait mordu le cou.

« Yeouch ! » J’avais crié.

« Il faisait semblant, » déclara Shanteya et elle m’avait fait un sourire si froid que je pouvais le sentir s’enfoncer dans mes os.

« Euh…, » j’avais dégluti.

« Imbécile ! » Nanya m’avait poussé et m’avait chevauché, Ayuseya m’avait tenu les bras pendant que je m’allongeais avec mon dos sur elle.

J’avais été pris en sandwich entre deux beautés… ou plus comme si elles m’avaient retenu captif.

« Euh… On peut en parler ? » leur avais-je demandé.

« Refusé ! » répliqua Shanteya juste avant de me voler mes lèvres.

Huit heures s’étaient donc écoulées… et grâce au stupide [Lien de Confiance II], il restait encore beaucoup d’énergie à dépenser.

Heureusement, il n’y en avait que trois pour plaire… pour l’instant.

[Point de vue d’Ayuseya]

Un humain normal aurait été complètement épuisé après quelques heures. La même chose pour un El’Doraw et peut-être aussi une démone, mais un draconien aurait duré au moins 12 heures. Pourtant, c’était si elles étaient toutes des individus normaux et non avec un Seigneur du Donjon Divin. Pour cette raison, je pourrais dire que j’étais pleinement satisfaite à la fin de notre… petit jeu. On pourrait dire la même chose de mes amies Nanya et Shanteya.

C’était une aventure étonnamment intéressante, que j’aurais normalement refusée parce que je voulais garder Illsy pour moi, mais à la lumière des événements récents, j’avais suivi le courant.

Après deux jours d’amour constant et plusieurs lits cassés, notre moment de passion s’était finalement terminé, et nous avions toutes été épuisées dans les bras d’Illsy.

« Je suis heureuse que tu aies gagné…, » chuchota Nanya.

« Moi aussi… L’alternative n’était pas agréable, » répondit-il.

« Je vois… Qu’est-il arrivé à Zoreya ? » demanda-t-elle.

« Je suis aussi curieuse de savoir ce qui se passe. Comment en as-tu fait ta quatrième femme ? » lui avais-je demandé et je m’étais approchée de lui.

Ma poitrine avait appuyé contre son bras, et j’avais léché doucement sa nuque. C’était un acte instinctif, une façon de le marquer comme le mien.

« Ça chatouille ! » dit-il en riant et en me serrant les fesses.

« Ahn ~ ! » J’avais poussé un doux gémissement et je m’étais approchée de lui.

« Ça suffit, vous deux. » Nanya m’avait regardée fixement.

Je lui avais tiré ma langue et j’avais posé ma tête sur l’épaule d’Illsy.

« Ahem! Eh bien, Zoreya était mourante… et je ne pouvais pas utiliser la magie pour la guérir à cause de l’interférence de la stupide énergie divine d’un certain dieu. J’ai conclu un marché avec lui, et j’ai pu guérir Zoreya en faisant d’elle ma femme. » Expliqua-t-il brièvement.

« Quel genre de marché ? » demanda Shanteya.

Elle était allongée sur lui, le menton posé sur sa poitrine.

« Il m’a donné un nom. Je m’appelle maintenant Illsyore Deus. Oui, le jeu de mots était prévu, » il poussa un soupir.

Un jeu de mots ? Quel jeu de mots ? Je ne comprends pas…, avais-je pensé.

Le nom était un peu étrange, mais il ne m’avait pas paru horrible.

« Je l’ai laissé devenir mon dieu ou quelque chose comme ça, puis j’ai dû accepter Zoreya comme ma femme tout en sachant qu’elle allait servir son dieu. C’est… compliqué, mais c’est probablement l’essentiel. » Il haussa les épaules.

« Je vois… une sorte de contrat, » dit Nanya.

« Alors, où est-elle maintenant ? » lui avais-je demandé.

« Dans mon esprit intérieur. Il a dû se passer quelque chose quand je l’ai guérie parce que quand elle se réveille, elle devient rouge et s’évanouit… C’est pour ça que je suis venu vous demander de l’aide. Peut-être que l’une de vous a une idée ? » explique-t-il.

« Je vois…, » dit Shanteya en levant les yeux vers lui.

« Quoi !? » Nanya se leva et le regarda avec un front sillonné.

« Euh…, » Illsy la regarda avec un sourire ironique.

« Pourquoi ne nous l’as-tu pas dit plus tôt ? » répliqua-t-elle.

« J’ai essayé ! Sept fois déjà, mais entre le vol de bisous et les gémissements, j’ai à peine eu le temps de finir l’idée, même UNE FOIS ! » rétorqua-t-il.

« Pas d’excuses ! Allons-y ! Maintenant ! » ordonna Nanya.

Elle n’était pas méchante, elle s’inquiétait juste pour la croisée. Après que son petit moment de folie de convoitise ait disparu, et qu’elle ait réaffirmé sa position de femme et de membre de ce harem, elle avait été capable de penser clairement.

« Je suis d’accord. Laisse-nous partir, » j’avais hoché la tête et je m’étais levée.

C’était un peu triste de me séparer de la chaleur de son corps, mais à partir de maintenant, je pensais demander à dormir à ses côtés chaque soir.

« D’accord, d’accord. » Illsy hocha la tête.

Nous nous étions vite habillés, bien que notre parfum mélangé persiste encore autour de nous. Mais ça ne nous dérangeait pas, c’était la preuve qu’Illsy nous appartenait. C’était notre ami… notre mari.

Un instant plus tard, nous avions été absorbés par Illsy.

[Point de vue de Nanya]

Rien que de penser aux deux derniers jours avec Illsy m’avait fait me sentir tout « funya ~ funya ~ funya ~ » et me sentir faible dans les genoux. Eh bien, j’exagérais probablement un peu parce que cela faisait si longtemps que je n’avais pas fait l’amour avec Illsy. Pour être tout à fait honnête, cette fois-ci, j’avais eu l’impression que c’était la meilleure de toutes. Quant à la raison de cette… eh bien… Je pense que c’était à cause des Ténèbres. Cette méchante partie de lui ayant disparu, Illsy se sentait différent dans le bon sens du terme.

C’était l’une de ces choses que seule une femme pouvait dire sur son mari, comme quand il se sentait déprimé ou quand quelque chose de bien lui arrivait. C’était une chose subtile… très subtile.

Quand notre assez long moment de passion s’était terminé, nous étions retournés à son Esprit Intérieur pour faire un tour d’horizon de Zoreya. Apparemment, il en avait fait sa femme pour lui sauver la vie, du moins il nous avait dit ça, mais mon intuition me disait que ce n’était pas tout. Cela ne faisait peut-être que commencer, mais il y avait certainement une étincelle d’amour pour cette femme dans le cœur d’Illsy. C’était juste assez pour agacer mon désir de garder une bonne prise sur mon amoureux idiot.

« Nous y voilà… Comme je l’ai dit. Quand elle se réveille, elle s’évanouit à nouveau. » Illsy nous l’avait dit.

Ce… Il est sérieux ? Je m’étais demandé ça en regardant avec de grands yeux la pauvre femme nue flottant dans ce vaste espace vide.

« Dort-elle depuis tout ce temps ? » demanda Shanteya.

« Je l’ai laissée dans un état d’animation suspendue. Elle est en sécurité. » Il haussa les épaules.

Notre idiot de mari ne voyait pas ce qui n’allait pas avec cette situation. Ou peut-être qu’il ne voulait pas le voir ? Quoi qu’il en soit, c’était mal. C’était vraiment mal.

« Étrange… Je me demande pourquoi, » demanda Ayuseya.

Je la regardais lentement avec une expression vide.

« Vraiment ? » lui avais-je demandé.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Nanya ? » demanda-t-elle en me regardant en réponse.

« Vraiment ? » m’étais-je répété.

« Excuse-moi, mais je ne comprends pas, » elle plissa son front.

« Soupir…, » j’avais secoué la tête et frotté mes tempes.

Idiots. Ce sont tous des idiots ! m’étais-je dit.

« Si tu sais quelque chose à ce sujet, tu devrais nous le dire, » déclara Shanteya.

Je l’avais regardé et j’avais plissé les yeux.

« Nanya ? S’il te plaît. C’est important, » déclara Illsy.

Les idiots me regardaient tous comme si je tenais le secret de l’Univers tout entier et ne souhaitaient pas le partager avec eux. Je ne pouvais que les regarder en réponse et me demander à quel point ils avaient pris la peine d’examiner de plus près toute cette situation.

« Voulez-vous vraiment savoir ? » leur avais-je demandé tout en courbant mes lèvres en un sourire.

« Oui ! S’il te plaît ! » Illsy répondit en hochant la tête.

« Vous voulez vraiment VRAIMENT savoir ? » demandai-je encore une fois.

« Oui ! » il hocha rapidement la tête.

« Soupir… D’accord, c’est bon. Viens par ici. Plus près, » je l’avais pressé jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’à une main de moi.

Tous attendaient anxieusement.

« D’accord… Le voilà. Il est là. » J’avais pris une grande respiration et puis j’avais crié de toutes mes forces dans son oreille « ELLE EST NUEEEEEEEEEEEE ! »

« Yeaouch ! » il avait gémit et sauta en arrière, se frottant l’oreille.

Même Shanteya et Ayuseya avaient flanché.

Il fallait s’y attendre. La réponse était si évidente qu’elle était littéralement à la vue de tous, et je n’avais littéralement aucune idée pourquoi aucun d’eux n’était capable de la comprendre. C’était la même chose que de mettre la réponse à l’énigme dans la question de l’énigme elle-même. Quelque chose comme : Quel animal aboie, hurle et remue la queue comme un Dayuk sans cornes ?

Malheureusement, ces gars m’avaient surprise en me répondant : un chat.

En poussant un soupir, je secouai la tête et m’approchai de la femme nue. D’après ce que j’avais pu voir, Illsy l’avait bien guérie. Il n’y avait pas de marques ou de cicatrices laissées derrière. C’était comme si elle n’avait jamais été blessée de toute sa vie. Mais dire qu’Illsy avait foiré quelque chose pendant le processus de guérison était aussi un peu incroyable. Il m’avait guérie, Ayuseya, Shanteya, et même Tamara de quelques blessures plutôt terribles, dont le genre aurait certainement laissé une cicatrice.

La seule raison qui m’avait fait penser à elle s’évanouissant soudainement après son réveil était le fait qu’elle était timide et qu’elle s’était retrouvée toute nue devant un homme. Si j’étais à sa place, j’aurais frappé Illsy entre les jambes. Eh bien, maintenant j’éviterais cette zone parce que même si la tête sur ses épaules cessait de fonctionner, je ne souhaitais pas le même sort pour l’autre.

« Illsy. Réveille-la et sors. » Lui avais-je dit pendant qu’il essayait encore de comprendre pourquoi elle s’évanouissait.

« Mais avant, apportez-moi le coffre avec un petit diamant au-dessus de la serrure, » déclara Ayuseya.

« Hein ? Quel coffre ? » Illsy cligna des yeux surpris quand il la regarda en réponse.

« Il y en a un avec un seul symbole de diamant gravé au-dessus de la serrure, pas deux ou trois, un seul. Tu peux me l’avoir ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr… Je vais te l’envoyer, mais dois-je vraiment y aller ? » demanda-t-il en me regardant en réponse.

« Oui. On n’est pas méchants avec toi, Illsy. Mais j’ai le sentiment que Zoreya est du genre timide sans son armure. Va jouer dehors avec Tamara, » j’avais répondu ainsi, puis je lui avais tapé doucement la joue.

« D’accord… Je vais y aller. » Il acquiesça d’un signe de tête. « Mais avant de le faire, » il avait souri et m’avait volé mes lèvres.

Je l’avais laissé faire, puis il avait volé celles d’Ayuseya et de Shanteya.

Après qu’il se soit envolé, Zoreya avait montré des signes de réveil.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire