J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 5 – Chapitre 85

***

Chapitre 85 : Colly Tos de la victoire !

***

Chapitre 85 : Colly Tos de la victoire !

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

Pour un homme, le Ciel et l’Enfer peuvent facilement être comparés à l’Amour et à la Colère de la femme ou des femmes qu’il épouse.

Tel fut le cas d’un certain Seigneur du Donjon qui les remua tous les deux dans ses épouses. La colère couplée à la luxure, à l’amour et au désir m’avait envoyé dans une spirale ascendante vers le septième ciel. C’était pavé de baisers, de gémissements, d’égratignures, de morsures et d’embrassades casseuses offerts sans ordre particulier.

Heureusement, je n’avais pas besoin de construire une autre maison, j’avais beaucoup de place libre dans la ville. Nous avions utilisé la maison la plus proche que nous avions pu trouver, et mes femmes n’avaient même pas pris la peine de demander où et comment nous en étions arrivés là. Il suffisait de leur dire que je l’avais construit après ma bataille contre les Ténèbres. Pendant ce temps, je laissais Tamara faire ce qu’elle voulait dans la ville. Comme un chaton curieux, elle se promenait en explorant. L’esprit d’aventure était fort dans chez elle !

Quand le plaisir et la joie du quatuor avaient pris fin, j’avais fait semblant d’être épuisé, sinon, j’avais peur que ça dure jusqu’à la fin de la semaine, et j’avais une autre femme qui m’attendait.

Ma vie ne peut pas être plus compliquée que ça… Je pensais à cela en gardant les yeux fermés et en m’abstenant de gratter cette démangeaison infernale sur le bout de mon nez.

Normalement, j’aurais été ravi de cela et je les aurais même encouragées à continuer pendant un certain temps, mais je ne pouvais pas oublier Zoreya.

« Illsy dort-il ? » demanda Shanteya en se déplaçant.

La sensation de ses belles mottes qui se déplaçaient sur moi était… divine.

« Oui…, » répliqua Ayuseya tout en m’offrant une sensation similaire sur le dos.

« Notre stupide mari… Qui penses-tu tromper ? » demanda Nanya.

Oh s’il vous plaît, non ! S’il vous plaît, non ! S’il vous plaît, non ! S’il vous plaît, non ! J’avais prié dans mon esprit.

Elle m’avait mordu le cou.

« Yeouch ! » J’avais crié.

« Il faisait semblant, » déclara Shanteya et elle m’avait fait un sourire si froid que je pouvais le sentir s’enfoncer dans mes os.

« Euh…, » j’avais dégluti.

« Imbécile ! » Nanya m’avait poussé et m’avait chevauché, Ayuseya m’avait tenu les bras pendant que je m’allongeais avec mon dos sur elle.

J’avais été pris en sandwich entre deux beautés… ou plus comme si elles m’avaient retenu captif.

« Euh… On peut en parler ? » leur avais-je demandé.

« Refusé ! » répliqua Shanteya juste avant de me voler mes lèvres.

Huit heures s’étaient donc écoulées… et grâce au stupide [Lien de Confiance II], il restait encore beaucoup d’énergie à dépenser.

Heureusement, il n’y en avait que trois pour plaire… pour l’instant.

[Point de vue d’Ayuseya]

Un humain normal aurait été complètement épuisé après quelques heures. La même chose pour un El’Doraw et peut-être aussi une démone, mais un draconien aurait duré au moins 12 heures. Pourtant, c’était si elles étaient toutes des individus normaux et non avec un Seigneur du Donjon Divin. Pour cette raison, je pourrais dire que j’étais pleinement satisfaite à la fin de notre… petit jeu. On pourrait dire la même chose de mes amies Nanya et Shanteya.

C’était une aventure étonnamment intéressante, que j’aurais normalement refusée parce que je voulais garder Illsy pour moi, mais à la lumière des événements récents, j’avais suivi le courant.

Après deux jours d’amour constant et plusieurs lits cassés, notre moment de passion s’était finalement terminé, et nous avions toutes été épuisées dans les bras d’Illsy.

« Je suis heureuse que tu aies gagné…, » chuchota Nanya.

« Moi aussi… L’alternative n’était pas agréable, » répondit-il.

« Je vois… Qu’est-il arrivé à Zoreya ? » demanda-t-elle.

« Je suis aussi curieuse de savoir ce qui se passe. Comment en as-tu fait ta quatrième femme ? » lui avais-je demandé et je m’étais approchée de lui.

Ma poitrine avait appuyé contre son bras, et j’avais léché doucement sa nuque. C’était un acte instinctif, une façon de le marquer comme le mien.

« Ça chatouille ! » dit-il en riant et en me serrant les fesses.

« Ahn ~ ! » J’avais poussé un doux gémissement et je m’étais approchée de lui.

« Ça suffit, vous deux. » Nanya m’avait regardée fixement.

Je lui avais tiré ma langue et j’avais posé ma tête sur l’épaule d’Illsy.

« Ahem! Eh bien, Zoreya était mourante… et je ne pouvais pas utiliser la magie pour la guérir à cause de l’interférence de la stupide énergie divine d’un certain dieu. J’ai conclu un marché avec lui, et j’ai pu guérir Zoreya en faisant d’elle ma femme. » Expliqua-t-il brièvement.

« Quel genre de marché ? » demanda Shanteya.

Elle était allongée sur lui, le menton posé sur sa poitrine.

« Il m’a donné un nom. Je m’appelle maintenant Illsyore Deus. Oui, le jeu de mots était prévu, » il poussa un soupir.

Un jeu de mots ? Quel jeu de mots ? Je ne comprends pas…, avais-je pensé.

Le nom était un peu étrange, mais il ne m’avait pas paru horrible.

« Je l’ai laissé devenir mon dieu ou quelque chose comme ça, puis j’ai dû accepter Zoreya comme ma femme tout en sachant qu’elle allait servir son dieu. C’est… compliqué, mais c’est probablement l’essentiel. » Il haussa les épaules.

« Je vois… une sorte de contrat, » dit Nanya.

« Alors, où est-elle maintenant ? » lui avais-je demandé.

« Dans mon esprit intérieur. Il a dû se passer quelque chose quand je l’ai guérie parce que quand elle se réveille, elle devient rouge et s’évanouit… C’est pour ça que je suis venu vous demander de l’aide. Peut-être que l’une de vous a une idée ? » explique-t-il.

« Je vois…, » dit Shanteya en levant les yeux vers lui.

« Quoi !? » Nanya se leva et le regarda avec un front sillonné.

« Euh…, » Illsy la regarda avec un sourire ironique.

« Pourquoi ne nous l’as-tu pas dit plus tôt ? » répliqua-t-elle.

« J’ai essayé ! Sept fois déjà, mais entre le vol de bisous et les gémissements, j’ai à peine eu le temps de finir l’idée, même UNE FOIS ! » rétorqua-t-il.

« Pas d’excuses ! Allons-y ! Maintenant ! » ordonna Nanya.

Elle n’était pas méchante, elle s’inquiétait juste pour la croisée. Après que son petit moment de folie de convoitise ait disparu, et qu’elle ait réaffirmé sa position de femme et de membre de ce harem, elle avait été capable de penser clairement.

« Je suis d’accord. Laisse-nous partir, » j’avais hoché la tête et je m’étais levée.

C’était un peu triste de me séparer de la chaleur de son corps, mais à partir de maintenant, je pensais demander à dormir à ses côtés chaque soir.

« D’accord, d’accord. » Illsy hocha la tête.

Nous nous étions vite habillés, bien que notre parfum mélangé persiste encore autour de nous. Mais ça ne nous dérangeait pas, c’était la preuve qu’Illsy nous appartenait. C’était notre ami… notre mari.

Un instant plus tard, nous avions été absorbés par Illsy.

[Point de vue de Nanya]

Rien que de penser aux deux derniers jours avec Illsy m’avait fait me sentir tout « funya ~ funya ~ funya ~ » et me sentir faible dans les genoux. Eh bien, j’exagérais probablement un peu parce que cela faisait si longtemps que je n’avais pas fait l’amour avec Illsy. Pour être tout à fait honnête, cette fois-ci, j’avais eu l’impression que c’était la meilleure de toutes. Quant à la raison de cette… eh bien… Je pense que c’était à cause des Ténèbres. Cette méchante partie de lui ayant disparu, Illsy se sentait différent dans le bon sens du terme.

C’était l’une de ces choses que seule une femme pouvait dire sur son mari, comme quand il se sentait déprimé ou quand quelque chose de bien lui arrivait. C’était une chose subtile… très subtile.

Quand notre assez long moment de passion s’était terminé, nous étions retournés à son Esprit Intérieur pour faire un tour d’horizon de Zoreya. Apparemment, il en avait fait sa femme pour lui sauver la vie, du moins il nous avait dit ça, mais mon intuition me disait que ce n’était pas tout. Cela ne faisait peut-être que commencer, mais il y avait certainement une étincelle d’amour pour cette femme dans le cœur d’Illsy. C’était juste assez pour agacer mon désir de garder une bonne prise sur mon amoureux idiot.

« Nous y voilà… Comme je l’ai dit. Quand elle se réveille, elle s’évanouit à nouveau. » Illsy nous l’avait dit.

Ce… Il est sérieux ? Je m’étais demandé ça en regardant avec de grands yeux la pauvre femme nue flottant dans ce vaste espace vide.

« Dort-elle depuis tout ce temps ? » demanda Shanteya.

« Je l’ai laissée dans un état d’animation suspendue. Elle est en sécurité. » Il haussa les épaules.

Notre idiot de mari ne voyait pas ce qui n’allait pas avec cette situation. Ou peut-être qu’il ne voulait pas le voir ? Quoi qu’il en soit, c’était mal. C’était vraiment mal.

« Étrange… Je me demande pourquoi, » demanda Ayuseya.

Je la regardais lentement avec une expression vide.

« Vraiment ? » lui avais-je demandé.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Nanya ? » demanda-t-elle en me regardant en réponse.

« Vraiment ? » m’étais-je répété.

« Excuse-moi, mais je ne comprends pas, » elle plissa son front.

« Soupir…, » j’avais secoué la tête et frotté mes tempes.

Idiots. Ce sont tous des idiots ! m’étais-je dit.

« Si tu sais quelque chose à ce sujet, tu devrais nous le dire, » déclara Shanteya.

Je l’avais regardé et j’avais plissé les yeux.

« Nanya ? S’il te plaît. C’est important, » déclara Illsy.

Les idiots me regardaient tous comme si je tenais le secret de l’Univers tout entier et ne souhaitaient pas le partager avec eux. Je ne pouvais que les regarder en réponse et me demander à quel point ils avaient pris la peine d’examiner de plus près toute cette situation.

« Voulez-vous vraiment savoir ? » leur avais-je demandé tout en courbant mes lèvres en un sourire.

« Oui ! S’il te plaît ! » Illsy répondit en hochant la tête.

« Vous voulez vraiment VRAIMENT savoir ? » demandai-je encore une fois.

« Oui ! » il hocha rapidement la tête.

« Soupir… D’accord, c’est bon. Viens par ici. Plus près, » je l’avais pressé jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’à une main de moi.

Tous attendaient anxieusement.

« D’accord… Le voilà. Il est là. » J’avais pris une grande respiration et puis j’avais crié de toutes mes forces dans son oreille « ELLE EST NUEEEEEEEEEEEE ! »

« Yeaouch ! » il avait gémit et sauta en arrière, se frottant l’oreille.

Même Shanteya et Ayuseya avaient flanché.

Il fallait s’y attendre. La réponse était si évidente qu’elle était littéralement à la vue de tous, et je n’avais littéralement aucune idée pourquoi aucun d’eux n’était capable de la comprendre. C’était la même chose que de mettre la réponse à l’énigme dans la question de l’énigme elle-même. Quelque chose comme : Quel animal aboie, hurle et remue la queue comme un Dayuk sans cornes ?

Malheureusement, ces gars m’avaient surprise en me répondant : un chat.

En poussant un soupir, je secouai la tête et m’approchai de la femme nue. D’après ce que j’avais pu voir, Illsy l’avait bien guérie. Il n’y avait pas de marques ou de cicatrices laissées derrière. C’était comme si elle n’avait jamais été blessée de toute sa vie. Mais dire qu’Illsy avait foiré quelque chose pendant le processus de guérison était aussi un peu incroyable. Il m’avait guérie, Ayuseya, Shanteya, et même Tamara de quelques blessures plutôt terribles, dont le genre aurait certainement laissé une cicatrice.

La seule raison qui m’avait fait penser à elle s’évanouissant soudainement après son réveil était le fait qu’elle était timide et qu’elle s’était retrouvée toute nue devant un homme. Si j’étais à sa place, j’aurais frappé Illsy entre les jambes. Eh bien, maintenant j’éviterais cette zone parce que même si la tête sur ses épaules cessait de fonctionner, je ne souhaitais pas le même sort pour l’autre.

« Illsy. Réveille-la et sors. » Lui avais-je dit pendant qu’il essayait encore de comprendre pourquoi elle s’évanouissait.

« Mais avant, apportez-moi le coffre avec un petit diamant au-dessus de la serrure, » déclara Ayuseya.

« Hein ? Quel coffre ? » Illsy cligna des yeux surpris quand il la regarda en réponse.

« Il y en a un avec un seul symbole de diamant gravé au-dessus de la serrure, pas deux ou trois, un seul. Tu peux me l’avoir ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr… Je vais te l’envoyer, mais dois-je vraiment y aller ? » demanda-t-il en me regardant en réponse.

« Oui. On n’est pas méchants avec toi, Illsy. Mais j’ai le sentiment que Zoreya est du genre timide sans son armure. Va jouer dehors avec Tamara, » j’avais répondu ainsi, puis je lui avais tapé doucement la joue.

« D’accord… Je vais y aller. » Il acquiesça d’un signe de tête. « Mais avant de le faire, » il avait souri et m’avait volé mes lèvres.

Je l’avais laissé faire, puis il avait volé celles d’Ayuseya et de Shanteya.

Après qu’il se soit envolé, Zoreya avait montré des signes de réveil.

***

Partie 2

[Point de vue de Shanteya]

Mon Dieu ~ qu’est-ce que je pouvais dire ? Le fait que Nanya ait « craqué » était une bonne chose. L’étreinte d’Illsy fut merveilleuse, et les heures qui suivirent furent un vrai bonheur. Quant à ce qui s’était passé après, c’était un peu inattendu.

À mon avis, je n’avais rien vu de mal à ce que Zoreya soit nue, mais c’était peut-être parce que nous avions passé les deux derniers jours comme ça. Quand j’étais à Illsy, peu importait que je sois habillée ou non. Mais oui, n’importe quelle autre femme n’aurait pas ressenti la même chose proche de lui.

« Peut-être parce que Zoreya était avec nous depuis si longtemps, nous n’y avons jamais vraiment réfléchi ? » demanda Ayuseya.

« Ça pourrait l’être, » répliqua Nanya en haussant les épaules.

L’armoire demandée par la draconienne était venue en volant et s’était arrêtée à quelques mètres de moi.

Je ne pense pas qu’Illsy ait été capable de faire ça quand Les Ténèbres étaient encore là, avais-je pensé.

« J’ai demandé cette armoire parce que je sais que j’ai une robe à l’intérieur qu’elle pourrait utiliser. C’est fait d’un tissu épais. Pour moi, c’est un peu trop court, mais ça devrait être parfait pour elle, » déclara Ayuseya en fouillant dans l’armoire.

« Est-il semblable à celui que tu portais la première nuit ? » lui avais-je demandé en me souvenant de la chemise de nuit plutôt audacieuse qu’elle portait pour « plaire » à Illsy.

« Euh ? Maintenant que tu le dis, je devrais la porter plus souvent. Je pense qu’Illsy adore les vêtements séduisants, » elle s’était mise à rire.

En repensant à Zoreya, j’avais compris pourquoi Illsy voulait faire d’elle sa femme et non son esclave ou son animal de compagnie. Cette femme humaine avait une poitrine plutôt généreuse et sa silhouette était vraiment captivante. Si elle portait une robe à volants et une couronne sur la tête, on pourrait penser qu’elle était la princesse d’un pays étranger.

« Une rivale ? C’est vraiment une rivale…, » murmura Nanya en touchant la poitrine de la femme.

Comme c’est mignon ! Elle est jalouse ! Eh bien, elle a la plus petite poitrine de nous trois. Je me demande si celles de Zoreya sont plus grandes ? Je pense qu’ils sont… Pauvre Nanya, j’avais souri intérieurement pendant que j’y pensais.

« Mn… Où... Où suis-je ? » demanda Zoreya en ouvrant enfin les yeux et en regardant autour d’elle.

Quand son regard s’était égaré sur sa propre silhouette nue, elle avait fait un joli « EEP » et s’était couverte avec ses mains en rougissant fortement.

« Pourquoi est-ce que je suis toute nue ? » demanda-t-elle.

Ses yeux tournoyaient.

« Voilà pour toi ! Porte ça pour l’instant ! » déclara Ayuseya en lui offrant la robe de satin orange, qui était comme une pièce unique pour elle.

« Euh… Je te remercie, » elle l’avait mis.

« Quelle est la dernière chose dont tu te souviens ? » demanda Nanya.

Après s’être habillée, elle nous avait regardés, et avec un front plissé, elle avait répondu. « Illsyore… me regardant… pendant que… J’étais n-n-n-n-nueeee. » Elle bégayait à la fin pendant que ses joues devenaient rouges.

« Comme c’est mignon ~, » avais-je dit et j’avais gloussé.

« Elle est plutôt innocente, n’est-ce pas ? » fit remarquer Ayuseya.

Zoreya avait l’air embarrassée.

« Sans mon armure, je suis un peu… timide, » répondit-elle.

« Intéressant, » avais-je dit en me frottant le menton.

Ça devrait être amusant d’aider Illsy à l’apprivoiser. Je suis sûre qu’elle gémira aussi très bien ! avais-je pensé.

« Shanteya ? » Ayuseya m’avait appelée pendant que je complotais… Je veux dire, je faisais de la planification.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » J’avais demandé ça avec un sourire.

« Tu baves, » elle m’avait regardée dans les yeux.

« Euh ? Pardon, excuse-moi. Je pensais à… de la nourriture, » j’avais gloussé et détourné le regard.

C’était dangereux, m’étais-je dit.

« Eh bien, en laissant ces deux-là de côté. Zoreya, te sens-tu bien ? Quelque chose ne va pas avec ton corps ? » demanda Ayuseya.

« Oui, mais j’ai peur que Melkuth m’ait abandonnée, » elle regarda vers le bas avec un regard triste.

« Pourquoi dis-tu cela ? » lui avais-je demandé.

Son histoire était un peu différente de celle que nous avait racontée mon mari.

« Depuis que je suis devenue l’épouse d’Illsy… cela signifie que j’ai abandonné les serments que j’avais faits en tant qu’apôtre de Melkuth. Je ne suis plus apte à manier son bouclier, » nous déclara-t-elle.

Elle l’appelle déjà « Illsy ». Ma ~, depuis combien de temps est-elle amoureuse de lui ? avais-je pensé.

« Je m’interroge à ce sujet, » déclara Nanya en se frottant l’arrière de la tête.

« Pour l’instant, s’il n’y a rien qui cloche chez elle, nous devrions le dire à Illsy et retourner dans le monde extérieur, » suggéra Ayuseya.

« Je suis d’accord, » acquiesça Nanya.

« En dehors du monde ? » Zoreya nous avait regardées confuse.

« En ce moment, si tu ne l’as pas remarqué, nous flottons dans un espace apparemment infini, » déclara Ayuseya.

« Il semble que oui… Où en sommes-nous ? » demanda-t-elle en regardant autour d’elle en essayant de ne pas trop bouger.

« Ne t’inquiète pas, tu t’y feras, » lui avais-je dit.

« Pour parler franchement, nous sommes actuellement à l’intérieur d’Illsy… et ne le prends pas mal. Il ne nous a pas mangés, » expliqua la démone.

« Euh… Je ne crois pas vous comprendre, » elle secoua la tête.

« C’est semblable à une dimension séparée dans laquelle les donjons stockent leurs matériaux, » avais-je expliqué.

« Hm…, » elle fronça les sourcils.

Pauvre fille, elle doit être si confuse en ce moment… Nous l’étions toutes au début, mais elle s’y habituera, avais-je pensé.

« Illsy ! Tu peux tous nous faire sortir maintenant ! » cria Nanya.

Dans l’instant qui suivit, une lumière vive nous couvrit toutes, et nous fûmes emmenés vers le monde extérieur. Là, la ville construite par Illsyore, le Seigneur du Donjon divin, s’étendait sous nos yeux.

Incroyable…, avais-je pensé.

[Point de vue d’Illsyore]

De toutes les choses qui pouvaient arriver, je ne m’attendais pas à être expulsé de mon esprit intérieur par mes propres femmes. Comment aurais-je pu savoir que l’embarras de Zoreya d’être nue devant moi était la vraie raison pour laquelle elle s’évanouissait comme ça ?

« Honnêtement, je n’en avais aucune idée ! C’était logique, mais pas pour moi à l’époque ! » J’avais crié à pleins poumons.

Eh bien, crier sur les nuages n’avait pas beaucoup aidé à soulager mon stress. Au moins, je savais que pendant que je faisais l’idiot avec mes femmes, Zoreya était saine et sauve dans la stase où je l’avais laissée. Pour elle, le temps s’était arrêté… enfin pas exactement, mais assez près.

En poussant un soupir, j’avais étendu mon territoire de donjon et j’avais cherché mon petit chat errant. Je voulais caresser quelque chose, et sa fourrure duveteuse allait être PARFAITE. Mais si j’attrapais un Dayuk, j’allais aussi me battre avec lui.

Pendant ce temps, je surveillais aussi tout ce qui n’était pas à sa place dans cette ville. Quelques jours s’étaient écoulés depuis ma bataille contre les Ténèbres, et il y avait donc une chance que des aventuriers curieux s’attardent pour accomplir leurs missions de reconnaissance.

J’avais aussi pris la liberté de réparer mes vêtements et d’absorber les restes de l’armure cassée de Zoreya. Il y avait aussi son bouclier, mais je ne pouvais pas le soulever, non ?

Puis je m’étais souvenu de ce que Melkuth m’avait dit quand il m’avait nommé, que j’étais en quelque sorte devenu son disciple.

« Ça ne peut pas être si simple, n’est-ce pas ? » m’étais-je demandé à voix haute.

Avec un haussement d’épaules, j’avais marché jusqu’au Bouclier de Melkuth et je l’avais ramassé.

C’était aussi léger qu’une plume.

« Hein ? Étrange. Ce truc est-il cassé ? » m’étais-je demandé à voix haute.

« MAÎTRE ! » l’appel du chat avait été entendu juste avant qu’elle me saute dans les bras et frotte sa tête poilue contre ma poitrine.

« Doucement, Tamara ! Je suis de retour, détends-toi ! » Je lui avais souri et je l’avais caressée.

[Point de vue du dieu sacré des gros seins]

Après la longue bataille contre les Ténèbres, l’équilibre du Ciel fut finalement rétabli, du moins pour l’instant, mais je craignais que le voyage de mon disciple ne fasse que commencer.

En ce moment, je me servais une tasse de thé dans le bureau de Melkuth. Il prenait une grande tasse de café. Cette journée l’avait un peu plus stressé que prévu.

« Je n’arrive toujours pas à y croire…, » grogna le dieu.

J’avais pris une gorgée de ma tasse et j’avais jeté un coup d’œil à travers l’un de mes portails pour voir les gros seins de ma femme.

Comme c’est charmant ! Mon ange prend un bain ! Ses grandes montagnes voluptueuses sont trempées dans l’écume du Savon Divin qui rend sa silhouette divine ! Hein ? Vient-elle de me regarder ? Pourquoi ramasses-tu ton arc ? Attends ! Attends ! Attends ! avais-je pensé, mais avant que j’aie eu la chance de fermer le portail, elle avait lâché une flèche pointée sur mon front. « AGYAAA ! » J’avais crié en raison de la douleur.

« Idiot, » grogna le dieu de la guerre en buvant calmement son café.

« Mais… Mais je ne comprends pas ! Comment savait-elle que je lorgnais ? » avais-je rétorqué.

« L’intuition féminine contre les pervers ? » il haussa les épaules.

« Il n’y a rien de tel ! » Je lui avais crié dessus.

« La flèche dans ta tête dit le contraire, » avait-il souligné.

« Arhg... Aide-moi ! » avais-je crié.

« Non, » répondit-il et détourna le regard.

Melkuth regardait le monde des mortels. Pour être plus précis, il espionnait Illsyore, la nouvelle recrue de sa longue liste d’adeptes.

« Hm ? Qu’est-ce qu’il fait ? » dit-il tout d’un coup.

« Argh… Cette foutue chose ! » J’avais grommelé pendant que je luttais pour arracher la flèche de mon front.

Ma femme était cruelle, mais hélas, peu la connaissaient comme moi… avec tous ces détails parfaitement délicieux ! Une fois de retour à ses côtés, j’allais la coller comme de la colle sur sa poitrine ! Mais bien sûr, je n’allais pas non plus négliger mon autre femme.

« Hé ! Tu n’es pas sérieux ! Seul un VRAI Apôtre peut prendre ce bouclier. En plus de Zoreya, tu…, » il avait dit quelque chose, puis il s’était arrêté et s’était figé.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » lui avais-je demandé.

« C’EST QUOI CE BORDEL ? » cria-t-il à pleins poumons.

« Ce n’est pas bien d’utiliser de tels mots. » J’avais dit cela en secouant la tête, la flèche était restée coincée dans mon front.

« Il a pris mon insigne !? Il a pris mon insigne ! Comment !?? Ce n’est pas possible ! NON ! NON ! NON ! » il écrasa la tasse sur son bureau, renversant tout le café chaud sur lui. « AARGH ! FILS DE… ! DE TOUS LES BIP BIP BIP BIP ! » jura-t-il.

J’avais haussé les épaules.

« Tu t’en remettras. Peut-être qu’il est un peu spécial quand il s’agit d’Objets Divins ? » lui avais-je demandé.

« COMMENT !? Rien ne devrait le rendre SPÉCIAL !? » répondit-il en criant.

« Qui sait ? » J’avais haussé les épaules.

Il y avait beaucoup de choses à propos d’Illsyore qui n’entraient tout simplement pas dans la catégorie « Normal » de ce monde.

***

Partie 3

[Point de vue d’Illsyore]

Après le retour de mes femmes, elles m’avaient trouvé assis à l’entrée du temple de Melkuth et caressant Tamara. Elle débordait de beauté et de douceur !

Est-ce que j’ai un fétichisme nekominie ? Je m’étais posé la question et j’avais été légèrement effrayé par cette idée.

« Ah ! Vous voilà ! » J’avais levé la main.

« On est de retour, Illsy. Hm, Tamara dort-elle ? » demanda Nanya.

« Non, elle est juste très détendue en ce moment, » j’avais secoué la tête et l’arrière de ses oreilles.

« Funyaaaaa ~ ! » elle étira la queue en raison de la joie.

« Quelle mignonne petite chose ! » déclara Ayuseya.

« Zoreya va bien, » Shanteya me l’avait dit ainsi.

« Est-ce que c’est le cas… ? Euh… Où est-elle ? » leur avais-je demandé.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Elle est là…, » Nanya regarda de son côté. « Hein ? »

Il n’y avait personne.

« Il n’est pas égratigné ! C’est très bien ! Ah ! » déclara Zoreya.

Nous avions tous tourné la tête et vu la glorieuse croisée vérifier le Bouclier de Melkuth dans sa robe orange monobloc. Sans un soutien-gorge pour garder ces grandes montagnes, les secousses avaient atteint des niveaux dangereux.

Moi, j’adore ! Mais encore une fois, comment est-elle arrivée là sans que je m’en rende compte ? avais-je pensé.

« Zoreya ? » demanda Shanteya.

« Hm ? » la femme l’avait regardée et m’avait vu. « EEP ! » elle courut derrière le bouclier.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux de surprise.

« Donc c’était la faute d’Illsy, » acquiesça Nanya.

« Quoi ? » J’avais cligné des yeux de surprise.

« C’est la faute d’Illsy, » déclara Shanteya.

« À tous les coups, » acquiesça Ayuseya.

« C’est toujours la faute du Maître…, » annonça Tamara.

« Même le chat parle contre moi, » j’avais plissé les yeux vers la femme à fourrure, puis je l’avais grattée vigoureusement pour me venger.

« FUNYAAA ~ ! » s’exclama-t-elle avec plaisir.

Le plan s’était retourné contre moi, alors j’avais arrêté.

En poussant un soupir, je m’étais frotté l’arrière de la tête et je regardais la croisée cachée.

« Tu sais… Je ne suis pas un croque-mitaine. Pourquoi te caches-tu de moi ? » lui avais-je demandé.

« P-Parce que…, » elle bégayait cela.

« Parce que ? » j’avais plissé les sourcils.

« Tu es un homme… et je suis une femme…, » répondit-elle.

« Et alors, » j’avais souri.

« Euh… mais je…, » elle avait jeté un coup d’œil autour du bouclier.

Mignonne… J’avais pensé cela.

« Mais tu quoi ? » lui avais-je demandé.

« Je n’ai pas mon armure ! » dit-elle et elle se cacha derrière le bouclier.

« Hein ? » mon cerveau s’était arrêté.

« Elle est super timide, » fit remarquer Nanya.

« Sans blague. » J’avais hoché la tête.

Mais pourquoi n’a-t-elle pas agi de la même façon à l’époque quand je suis tombé sur elle alors qu’elle prenait son bain ? m’étais-je demandé.

« Peux-tu lui faire une armure ? » demanda Shanteya.

« Euh ? Dois-je le faire ? Elle est très belle dans cette pièce unique et…, » elles me regardaient toutes fixement. « J’ai compris. Une armure solide et encombrante qui arrive tout de suite ! » avais-je répondu.

Quelques instants plus tard, j’étais revenu avec son ancienne armure, réparée et en état de marche.

« Ce n’est que temporaire. Je t’en ferai une meilleure dès que possible. » J’avais dit cela en me retournant pendant qu’elle l’enfilait, même si elle était déjà cachée par son grand bouclier.

« Je te remercie, » répondit-elle seulement après qu’elle eut terminé.

« L’ancienne Zoreya est de retour, » répliqua Nanya.

« Ouaip, » j’avais hoché la tête quand je l’avais vue.

« Je te suis reconnaissante pour ton aide, Seigneur du Donjon. Mais comment as-tu fait pour que je puisse porter le bouclier de Melkuth ? » me demanda-t-elle.

« Toi… Appelle-moi Illsy ! Je suis ton mari ! » avais-je rétorqué.

« Non. C’est… trop embarrassant, » elle détourna le regard.

J’avais jeté un coup d’œil à la femme qui portait une armure de plaques.

Embarrassant ? Comment !?? Argh… elle va être pénible. J’avais gémi.

« Ne t’inquiète pas, Illsy. On s’assurera de bien l’entraîner, » déclara Shanteya.

« Entraîner ? » Je l’avais regardée en fronçant mes sourcils.

« Excuse-moi, je veux dire… enseigner. Oui, lui apprendre ce qu’il faut ! » gloussa-t-elle en riant.

L’assassin prépare quelque chose, avais-je pensé.

« Puis-je te demander où nous sommes ? On dirait une ville, mais… où sont les gens ? » Zoreaya m’avait demandé cela.

« J’ai construit cet endroit après notre bataille. Eh bien, je suis guéri maintenant grâce à toi. Melkuth m’a fait devenir son disciple, m’a donné un nom, t’a transformée en Grand Apôtre, yada yada yada… des choses sont arrivées, » j’avais haussé les épaules.

« C’était paresseux, » répliqua Nanya.

J’avais poussé un soupir, m’étais excusé, puis j’avais commencé à expliquer tout ce qui s’était passé depuis le début de la bataille jusqu’à maintenant.

« Est-ce pour ça que je peux toujours utiliser le Bouclier de Melkuth ? Merci, Donj…, » elle était sur le point de répéter ces mots, mais je l’avais regardée fixement. « Illsy… » elle rougit et essaya de se cacher dans son armure.

« Alors, qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? » demanda Nanya.

« J’ai une idée à ce sujet, » j’avais souri.

« Quoi ? » demanda-t-elle en plissant les sourcils.

« Eh bien, avec mon retour au niveau 1 et l’arrivée de la nouvelle recrue dans notre groupe, j’ai décidé qu’il était temps que nous nous entraînions tous ensemble ! » avais-je déclaré.

« Entraîné ? » Shanteya inclina la tête vers la gauche.

« Oui. Quelques années au large sur une île isolée où réside l’ancien donjon d’un très vieux donjon Primordial ! » avais-je déclaré.

« Qu’est-ce qui te rend si sûr qu’il est toujours là ? » demanda Nanya.

« Je ne sais pas, mais on peut essayer. Pas comme si on avait autre chose à faire à part beaucoup d’amour ? » J’avais haussé les épaules et regardé Zoreya.

Ses joues étaient devenues rouges et comme une tortue, elle s’était cachée dans son armure.

« Oh non, pas du tout ! Tu ne touches pas à cette pauvre fille ! » Nanya m’avait prévenu.

« Je plaisantais, relax ! » J’avais répondu en levant les mains. « Mais quand même, Zoreya, je suis ton mari maintenant, alors n’hésite pas à me considérer comme ton homme, et je te considérerai comme ma femme. Tu peux me demander n’importe quoi, et je te répondrai. J’ai promis à Melkuth que je m’occuperai de toi et que je t’aimerai, alors je n’ai pas l’intention d’aller contre lui. En laissant ce dieu de côté, ce sont aussi mes vrais sentiments ! » lui avais-je dit en souriant.

Une fois, elle hocha la tête lentement.

Elle est trop timide… En me demandant quel genre d’ouvre-boîte je devrais utiliser sur elle.

En poussant un soupir, j’avais ensuite retiré un petit cristal blanc de mon esprit intérieur. C’était semblable à celui que nous avions utilisé pour nous téléporter sur ce continent. Le vieux Donjon Primordial essaya désespérément de me cacher ce cristal, à moi et à tous les autres Donjons, mais une fois que j’avais fusionné avec Les Ténèbres, tous leurs souvenirs étaient devenus miens et leurs connaissances avaient coulé en moi. Parmi toutes les conneries inutiles qu’on pourrait appeler mon « héritage » d’eux, j’avais pu trouver cette chose.

Tu parles d’un coup de chance… En regardant le cristal, je m’étais dit cela.

« Si c’est un…, » Nanya avait parlé, mais s’était arrêtée en milieu de phrase.

« Oui, un cristal de téléportation. Je dois d’abord le remplir de Mana et ensuite on pourra partir d’ici, » je l’avais dit d’un signe de tête.

« Qu’arrivera-t-il à cette ville après notre départ ? » demanda Ayuseya en regardant autour d’elle.

De son point de vue, il se pouvait que cela lui donnât l’impression que j’avais dû mettre beaucoup de temps et d’énergie à la construire. Ainsi, l’abandonner tout d’un coup serait considéré comme un gaspillage, mais c’était loin d’être la vérité. Grâce à ma compétence [Kit de Création Ultime], un projet de construction qui aurait dû prendre des mois à réaliser m’avait pris à peine quelques minutes maintenant. Quant au matériel nécessaire, il y en avait beaucoup dans la section de rangement de mon Esprit Intérieur.

« Les humains l’utiliseront probablement pour remplacer celle détruite par Les Ténèbres. » J’avais répondu d’une voix calme.

« Illsy…, » Zoreya avait fait un pas en avant et m’avait regardé dans les yeux. « À propos de ceux qui ont été tués par les Ténèbres… Que penses-tu de leur mort ? » demanda-t-elle.

C’était une question très sérieuse.

En poussant un long soupir, je levai les yeux vers le ciel et répondis. « Melkuth ne m’a rien dit à ce sujet, alors il m’a probablement pardonné… Mais…, » je l’avais regardée dans les yeux. « Ces morts ont été causées par les Ténèbres, pas par moi. Toi et moi avons essayé de l’empêcher de faire du mal aux autres. Alors, même s’il s’est servi de mon corps pour commettre des actes aussi terribles, pourquoi devrais-je me considérer comme coupable de son crime ? »

« C’est vrai… Les Ténèbres ne sont pas toi, donc payer pour ses crimes serait…, » elle fronça les sourcils quand elle parlait, mais ne termina pas ses paroles.

« Si les familles des victimes ou les nobles de ce pays vous entendaient dire cela, ils ne l’accepteraient jamais. Leurs manières exigent que quelqu’un soit tenu responsable de ce désastre et qu’il soit puni pour toutes ces vies perdues, » déclara Ayuseya d’une voix calme.

Son point de vue était celui d’une noble, d’une personne placée sur l’échelle supérieure de la société, mais pour moi, cela ne signifiait rien. J’avais haussé les épaules devant cette déclaration, niant toute culpabilité et tout blâme.

Peut-être que si j’avais regardé cette situation avec les yeux d’Illsyore avant la fusion avec Les Ténèbres, je me serais senti très mal et j’aurais voulu faire quelque chose pour changer les choses. Cependant, j’aurais fini par vivre une vie remplie de culpabilité pour des choses qui étaient bien au-delà de mon contrôle. Ce n’était pas moi qui avais appuyé sur la détente de l’arme. Ce n’était pas moi qui avais ri et apprécié la mort de tous ces humains… Non, celui qui avait fait tout ça, c’est Les Ténèbres. Et si je descendais dans l’arbre des blâmes… ceux qui étaient finalement à blâmer pour ce désastre n’étaient autres que les nombreux aventuriers qui avaient impitoyablement détruit tous ces Donjons dont les restes avaient formé mon corps actuel.

De ce point de vue, pourquoi moi, Illsyore, devrais-je assumer la responsabilité de tout ce gâchis, alors que j’étais aussi l’une des victimes ?

« Penses-tu que c’est moi qui suis responsable de tout ça, Zoreya ? » avais-je demandé à la croisée.

Sans hésiter ne serait-ce qu’une seconde, elle secoua la tête et répondit. « Non, je ne crois pas que ce soit toi qui doives en être tenu pour responsable… Je m’inquiétais juste des conséquences de ce désastre sur toi, » elle m’avait fait un petit sourire à la fin.

« En effet, nous sommes simplement inquiets. Personne ne t’en veut, mon amour. Si c’est le cas, je m’assurerai de leur faire connaître la colère d’une draconienne ! » déclara Ayuseya.

« Et ne m’oublie pas ! Je serai à tes côtés, Illsy, quoiqu’il arrive ! » Nanya sourit.

« Je suis d’accord. » La réponse de Shanteya fut la plus courte, mais son sourire doux était sincère.

« Nya ~ la faute n’a jamais aidé personne à attraper du poisson… Mieux vaut penser à des façons d’attraper le poisson que de blâmer le pêcheur de ne pas avoir attrapé de poisson… Nya ~ j’ai faim…, » dit Tamara alors qu’elle était paresseusement allongée sur mes genoux.

J’avais poussé un soupir. Même le chat avait dit quelque chose d’intelligent… mais d’une manière très bizarre.

Finalement, il s’était avéré que j’avais tort.

Pendant un moment, j’avais cru qu’elles pensaient que c’était à moi qu’il fallait imputer la faute à ce gâchis. J’avais techniquement fusionné avec Les Ténèbres, et d’un autre point de vue, ses erreurs étaient maintenant les miennes. J’étais quand même Illsyore, pas Les Ténèbres. Il avait fusionné avec moi, absorbé par moi, mais j’étais resté le seul et unique esprit actif. Il n’y avait plus de ténèbres à ce moment-là, alors il était illogique de me considérer comme responsable ou comme celui à blâmer pour ses péchés passés.

« Restons-en là, d’accord ? Je leur ai laissé une toute nouvelle ville en échange de tous les dégâts que les Ténèbres ont faits, et nous l’avons même arrêté, alors, cas résolu ! » avais-je ri.

Les femmes se regardèrent un moment, puis poussèrent un soupir de soulagement.

Elles étaient vraiment inquiètes pour moi, n’est-ce pas ? avais-je pensé.

« Combien de temps te faudra-t-il pour charger le cristal ? » demanda Nanya.

« Je ne sais pas. Laisse-moi voir…, » avais-je dit et j’y avais versé mon mana au même rythme que je le restaurais. Je l’avais fait parce que je ne voulais pas souffrir du contrecoup d’un stock vide.

Après environ 20 000 points de mana, le cristal était prêt.

« C’est fait, » avais-je annoncé.

« C’était rapide ! » Nanya déclara, surprise.

« J’ai beaucoup plus de mana qu’avant, » leur avais-je expliqué.

« Est-ce qu’on y va ? » demanda Shanteya.

« Alors, allons-y ! » Ayuseya hocha la tête.

« Je me joindrai à vous aussi…, » déclara Zoreya.

« Super ! Alors, accrochez-vous à moi ! » leur avais-je dit.

Elles m’avaient toutes pris dans leurs bras en même temps, me laissant à peine de la place pour bouger. Zoreya n’arrêtait pas de regarder ailleurs, elle n’avait pas encore réussi à se calmer.

« Alors, allons-y ! » avais-je dit. Puis j’avais activé le cristal.

***

Partie 4

Une lumière brillante nous couvrait tous, et comme la dernière fois, j’avais senti le monde autour de moi changer rapidement. La terre avait disparu sous mes pieds, l’espace s’était étendu autour de moi, puis s’était contractée à nouveau. L’air s’était arrêté et le temps s’était simplement arrêté pour nous. Une seconde, peut-être deux s’était écoulé avant que le monde ne redevienne normal. Comment était-ce arrivé ? Je n’arrivais toujours pas à comprendre, il y avait des équations et des façons de déformer le flux de mana qui m’avaient simplement échappé, du moins… pour l’instant.

La téléportation s’était bien passée et ne nous avait pas déposés au milieu du ciel comme la dernière fois. Quand nous avions ouvert les yeux, au lieu de la petite ville fantôme au milieu du désert, nous avions vu la forêt sauvage d’une île tropicale. Avec les dernières gouttes de mana du cristal dépensé, nous avions commencé à sentir la douce brise de l’océan, le parfum de l’eau salée, la chaleur du soleil, et finalement… le sable sous nos pieds.

« La plage…, » déclara Nanya, surprise.

Nous avions atteint notre destination, la plage d’une île abandonnée qu’aucun donjon, homme ou monstre ne connaissait. Nous étions arrivés à un endroit caché des yeux du monde et peut-être même des dieux. C’était l’île du donjon créée par nul autre que le Donjon Primordial qui n’était plus qu’une partie de mon corps. C’était un endroit qui ne suivait pas les lois traditionnelles des Donjons parce qu’au lieu de monstres réguliers, chaque être vivant dans cet endroit était une sorte de Boss.

D’un point de vue normal, c’était un endroit terrifiant, mais pour quelqu’un de notre niveau de pouvoir… ce n’était pas si terrible en fait.

« RAAARGH ! » le rugissement de l’un des boss avait été entendu, faisant trembler toute l’île.

Tout le monde s’était mis sur la défensive.

« Qu’est-ce que c’était ? » demanda Zoreya, surprise.

« Je n’ai aucune idée…, » avais-je répondu.

Un autre rugissement avait été entendu de notre gauche, et un cri s’était élevé dans le ciel quand un oiseau géant s’était envolé et avait attaqué quelque chose dans la forêt. Des bruits d’une bataille féroce retentissaient tandis que la forêt autour des deux bêtes puissantes était déchiquetée, envoyant plusieurs rochers et arbres volant dans le ciel, atterrissant partout.

« Que tout le monde soit sur ses gardes ! » cria Nanya en esquivant un tronc d’arbre.

Dessus, j’avais remarqué la marque des dents d’un très gros prédateur.

J’avais dégluti.

Je me demande si c’était une mauvaise idée, avais-je pensé.

L’oiseau géant que nous avions vu plus tôt, qui ressemblait EXACTEMENT à un corbeau avec des plumes brunes et blanches au lieu de noir, avait été jeté à travers les arbres et avait atterri dans l’océan derrière nous. Un tsunami de trois mètres de haut s’était formé et s’était approché de nous. Sans attendre une seconde de plus, Nanya avait sauté en avant et avait fait un trou. Puis vint le rugissement de la bête avec laquelle le corbeau géant se battait et des bruits de pas tonitruants se faisaient entendre venant de la forêt derrière nous.

J’avais de nouveau dégluti en regardant la bête qui s’approchait de nous. Les arbres avaient été poussés sur le côté et un T-Rex était sorti.

« C’est un dinosaure ! » avais-je dit en le montrant du doigt comme un gamin de cinq ans.

« RUGISSEMENT ! » le rugissement féroce m’avait fait avoir des frissons dans la colonne vertébrale.

L’instant d’après, le T-Rex avait tiré des rayons laser rouges de ses yeux et le corbeau avait contre-attaqué avec un souffle de magie de glace.

Tandis que cette bataille entre géants se déroulait avant nous, nous le regardions tous avec des yeux de poisson mort. Nos esprits s’étaient arrêtés alors que nous avions essayé de comprendre si c’était la réalité ou juste un rêve bizarre.

Finalement, le corbeau avait esquivé et avait essayé de s’enfuir en nageant dans l’océan, mais juste après… un énorme requin avait nagé et l’avait avalé en une bouchée. Le corbeau géant d’une envergure de 40 mètres et d’une longueur de 30 mètres avait été dévoré par une créature de plus de 100 mètres de long. Mais le plus amusant, c’est que l’énorme requin utilisait des portails… Il avait littéralement nagé vers le haut à travers un grand portail bleu et avait disparu.

Le T-Rex avait commencé à gémir de peur lorsqu’il avait vu la scène et s’était enfui sur l’île.

Quand nous avions regardé l’océan, nous avions vu un spectacle encore plus fou. Un grand serpent d’eau d’une longueur de près de 1 km nageait calmement à côté d’une cinquantaine d’autres serpents de ce genre. Entre nous et eux, il y avait un tas de ces requins géants qui fonçait sur le troupeau de corbeaux géants dans le ciel, qui se comptaient par centaines.

« Euh…, » avais-je dit alors que j’étais à court de mots.

Les choses n’étaient pas comme je m’y attendais… Le dernier souvenir du Primordial de cet endroit était celui de petits boss faibles que même Tamara pouvait vaincre, tandis que les plus dangereux étaient plus profonds à l’intérieur de l’île. Il semble qu’à un moment donné, entre la mort du Primordial et le présent, l’île du donjon avait évolué, non ?

En repensant à mes femmes, Nanya m’avait demandé avec un sourire forcé. « Illsy ? Comment allons-nous quitter cette île ? » me demanda-t-elle.

« Euh… Selon les souvenirs du Primordial, cette île se réinitialise tous les dix ans et ajoute des boss supplémentaires… Après un certain nombre de rassemblements, ils sont absorbés par le donjon et deviennent un boss beaucoup plus puissant. Tuer tous les boss ici nous donnera le libre passage vers le monde extérieur. La barrière va tomber et nous pourrons partir en paix. » J’avais répondu avec un sourire.

« Barrière ? » demanda Shanteya en baissant la tête.

« Ouais… une très puissante qui utilise la force vitale et le mana de tous les boss pour rester active. Si vous l’attaquez directement, vous serez attaqué par tous en même temps, » avais-je répondu.

« Donc… en d’autres termes… On doit tuer tous les boss légendaires de l’île pour pouvoir partir ? » demanda Ayuseya.

« Hein ? Légendaire ? » avais-je demandé, surpris.

« Oui, Illsy… Les monstres ou les boss que l’on croit impossibles à vaincre par un Suprême régulier sont appelés légendaires parce qu’ils apparaissent seulement et UNIQUEMENT dans les légendes…, » m’avait-elle dit avec un sourire forcé qui m’avait donné des frissons dans la colonne vertébrale.

J’avais dégluti.

« Le lézard géant qui a tiré des rayons de ses yeux est considéré comme un monstre légendaire très puissant qui a terrorisé le troisième continent jusqu’à ce que TOUS les suprêmes du continent unissent leurs forces pour le vaincre, » déclara Nanya et poussa un soupir.

« Le corbeau est mentionné comme le Dieu du ciel qui attaque les navires en mer. Personne n’a encore réussi à en vaincre un…, » ajouta Ayuseya.

« On dit des serpents en mer qu’ils sont des monstres qui festoient en avalant des îles en entier. On disait qu’il y avait un quatrième continent, mais trois de ces serpents l’ont mangé… et maintenant, nous en avons plus de 50 qui nagent calmement autour de cette île, » Shanteya enfonça le couteau encore plus profondément.

« Si les gens savaient qu’un tel endroit existait…, » déclara Zoreya en secouant la tête et refusa de penser à ce qui arriverait si tous ces monstres étaient libérés.

« Eh bien… Il n’y a pas de quoi s’inquiéter ! La barrière les gardera tous à l’intérieur ! » J’avais dit cela avec un sourire confiant.

« Oui, avec nous ! » cria Nanya.

« Euh…, » j’avais plissé mon front.

Je voulais répondre à une question, mais j’avais l’impression de ne pas avoir bien réfléchi. Eh bien, je n’avais aucune idée que nous rencontrerions des monstres aussi puissants… Je pensais plutôt aux Minotaures, des Géants, peut-être un ou deux de ces bêtes légendaires, mais certainement pas à des troupeaux entiers et à des meutes de bêtes.

« Eh bien ? Qu’as-tu à dire pour ta défense ? » demanda Nanya.

« Qu’est-ce que je peux dire ? Oups ? » J’avais forcé un sourire.

Elle avait poussé un gémissement.

« Hé ! Regarde le bon côté des choses ! » Je leur avais fait un sourire et j’avais un peu reculé. J’étais allé dans l’eau jusqu’aux chevilles. « On est à la plage ! On est sortis de ce désert ! » J’avais ri en disant ça.

« De la poêle à frire au feu, comme on dit, non ? » Shanteya secoua la tête et poussa un soupir.

« Plus comme un volcan…, » Nanya avait gémi.

« Hm…, » j’avais plissé mon front et je les avais regardées.

De mon point de vue, les choses ne s’annonçaient pas si mal que ça, mais en regardant les choses maintenant, au lieu d’un an seulement, nous finirions par dépenser au moins cinq ans à essayer d’abattre tous les boss ici. Toute l’expérience et le matériel que nous obtiendrions à la suite de cela allaient être incroyables ! Mais oui, le niveau de danger avait augmenté de quelques crans.

« Nous avons besoin d’un plan… et d’être prudents. Cette île est très dangereuse ! » nous avait avertis Zoreya en regardant les serpents de mer légendaires.

« On va s’en occuper ! » J’avais dit cela avec confiance.

« Comment le sais-tu ? » demanda Nanya en plissant les sourcils vers moi.

« Parce que, ma charmante femme, je peux encore le faire : COLLY TOS ! » J’avais crié à pleins poumons et j’avais levé les mains en l’air.

Quatre culottes étaient apparues de nulle part au-dessus de moi et avaient commencé à flotter doucement vers le bas.

En souriant, j’avais dit « C’est un succès ! Ce sort fonctionne enfin ! »

« EN QUOI EST-CE UN SUCCÈS ? » Nanya, Ayuseya et Shanteya avaient crié en même temps et m’avaient frappé à la tête, enterrant ma tête dans le rivage.

À quoi ça servait d’avoir une puissante armure magique si ça n’arrêtait même pas le coup de poing de mes femmes ?

« Nya ~ ! Froufrou ! » Tamara avait sauté pour les attraper.

Elle était aussi l’une des victimes de ce sort pervers. Quant à Zoreya, elle n’en portait pas…

Ainsi, notre première année sur cette île remplie de boss au lieu de monstres réguliers avait commencé ! J’étais certain que nous réussirions à tous les exterminer en temps voulu, et une fois que nous aurions fini, j’aurais enfin toute la puissance et les matériaux nécessaires pour construire l’Académie de Magie d’Illsyore !

***

Histoire Supplémentaire : Qu’est-ce que cela aurait pu être ?

[Point de vue du Ténèbreux Illsyore]

Même maintenant, je me souviens du moment où j’avais ouvert les yeux pour la première fois dans cet étrange monde nouveau… Je pensais comme un petit humain naïf, m’inquiétant constamment de petites choses comme la vie de ceux qui sont en dessous de moi.

Comme c’était stupide…

Pourtant, si je devais raconter comment ma vie avait commencé et s’était terminée, je dirais que tout avait commencé après avoir été convoqué et avoir pris possession du Corps de Cristal d’un Donjon. J’avais changé ma sous-espèce pour une sous-espèce Divine, puis j’avais commencé ma croissance et ma domination.

Pendant cette première nuit, il y avait eu une attaque contre l’Académie de Magie Fellyore. J’avais utilisé les meilleures compétences que j’avais à ma disposition et j’avais commencé à massacrer les imbéciles qui osaient s’aventurer sur mon territoire. Il ne pouvait y avoir qu’une seule survivante, une femme… J’avais alors le choix entre mettre fin à sa vie ou l’épargner.

J’avais choisi la première option, après tout, je n’avais aucune preuve que celle-ci ne finirait pas par me tuer en me poignardant dans le dos par la suite, non ? En plus, c’était juste un maigre assassin. À quoi sa vie aurait-elle pu servir à quelqu’un comme moi, un Seigneur du Donjon Divin ?

Et ainsi, j’avais vu le dernier point rouge disparaître lentement de ma carte. Le corps de la femme fut bientôt englouti par les flammes, et je retournai à mon Corps de Cristal. Cette nuit-là, je me sentais si malade que si j’avais eu un estomac, j’aurais renversé tout son contenu sur le sol. C’était la première fois que je tuais quelqu’un, et… même si ce n’était pas si terrible, mon côté humain désapprouvait beaucoup cela.

Le lendemain, j’avais appris que le feu que j’avais allumé avait presque brûlé toute la forêt. Les professeurs de l’académie avaient été capables de gagner juste à temps. J’aurais pu les aider, certes, mais je me sentais trop malade pour y penser. C’était une bonne excuse de mon point de vue, alors je n’avais pas laissé le « et si » me déranger.

Plus tard dans la soirée, Nanya était venue dans ma chambre et m’avait demandé ce qui s’était vraiment passé. Je ne lui avais rien dit, juste que j’avais entendu une grosse explosion dehors. J’avais peur de ce qu’elle ferait si elle découvrait que j’avais tué tant de gens. Peut-être que si j’avais épargné cette femme et que je l’avais amenée ici pour l’interroger, les choses auraient été différentes ?

Je doutais fort qu’il en soit ainsi. Un maigre assassin comme elle n’aurait aucune valeur importante pour moi ou pour elle. Même si je l’avais laissée vivre, elle se serait certainement suicidée par la suite, selon leur code. Je l’avais supposé parce que tous les assassins pensaient de la même façon, non ?

Comme je savais que les choses pouvaient mal tourner si je ne grandissais pas en force, j’avais décidé de commencer à construire un donjon souterrain. C’était juste sous mon corps de cristal, et j’avais préparé un plan spécial juste au cas où j’aurais besoin de fuir. Avec une grande considération pour les pièges et à quel point ils devraient être mortels, j’avais construit étage après étage.

Un jour, une escorte draconienne arriva à l’académie. C’était un homme nommé Dankyun. Apparemment, c’était un Suprême. Il était venu ici pour s’enquérir de sa future femme, une princesse draconienne nommée Ayuseya Pleyades. J’avais rapidement fouillé mon Territoire de Donjon et je l’avais trouvée en train d’essayer de s’échapper par l’arrière avec ses escortes personnelles.

Ce n’était probablement pas une bonne idée de le mettre en colère, vu sa puissance. Il y avait aussi quelque chose en lui qui m’avait foutu la trouille. J’avais décidé d’être gentil et je lui avais parlé de l’évadée.

Dankyun m’avait remercié et était allé chercher sa fiancée. Quand je l’avais vue, je l’avais trouvée plutôt mignonne pour une draconienne, mais apparemment elle était maudite ou quelque chose comme ça. Il n’y avait rien que je puisse faire contre ça. Il n’y avait aucune compétence dans ma liste. Même si je voulais l’aider, je ne pourrais pas.

Ainsi, la dénoncer m’avait sauvé non seulement moi, mais aussi l’académie, de la colère de ce Suprême. Qui savait quel genre de pouvoirs il détenait ? S’il pouvait me faire frissonner dans mes bottes, il n’était certainement pas du genre à plaisanter.

Sur une autre note, cette nuit-là, il appela Nanya dans sa chambre… Son signe de vie avait disparu vers 4 heures du matin. Je les avais trouvés nus. Il l’étranglait, mais j’avais trop peur pour bouger un muscle. De plus, il était trop tard pour elle… J’avais fermé les yeux et j’étais retourné vers mon corps de cristal.

Cette nuit-là, j’avais réalisé la vérité de ce monde. Cet endroit n’était pas comme les mondes cool et amusants dont j’avais entendu parler dans des romans ou que j’avais explorés dans mes jeux sur Terre. Non, cet endroit était une vraie terre sauvage remplie de monstres qui avaient pris la forme d’homme. Même Nanya n’était pas humaine. Quant aux draconiens, ils étaient à la limite entre monstre et humain.

Cette nuit-là, j’avais aussi été contacté par les esprits des Donjons qui étaient restés enfermés dans mon corps. Parmi eux, le plus puissant était probablement le Primordial. Je l’avais supplié de m’enseigner les voies des Donjons pour que je puisse survivre dans ce monde brutal où je n’avais ni amis ni alliés. Ils avaient accepté et m’avaient montré des merveilles que je n’aurais jamais pu découvrir par moi-même. Le prix de tout cela était de les accepter comme une partie de moi et de les laisser me guider de l’arrière-plan comme mes professeurs et mes maîtres.

Ainsi, après le départ de Dankyun avec sa fiancée et l’enterrement de Nanya, dont la mort avait été considérée comme un accident malheureux, j’avais commencé à me concentrer encore plus sur mon donjon. Puis, une semaine plus tard, les corps des assassins que j’avais tués étaient devenus des morts-vivants et avaient attaqué l’académie.

Au cours de la première vague, dix-sept étudiants étaient morts, dont un garçon el’doraw qui était autrefois l’escorte de la princesse Ayuseya. Ensuite, les enseignants avaient pu détruire les zombies, mais à cause des pertes, certains élèves s’étaient retirés.

Avant de quitter l’académie, le Primordial était venu me voir et m’avait dit de kidnapper l’un d’eux pour me montrer quelque chose d’intéressant. J’avais obligé et kidnappé une jeune femme draconienne d’environ 20 ans.

Selon ses conseils, je l’avais traînée dans mon donjon et l’avais regardée lutter contre les monstres et les pièges. Elle était morte empalée par un piège à pointes. Quand j’avais vu ça… Je me sentais… heureux.

La leçon qu’il voulait me donner était la suivante : dans ce monde, les matières organiques sont la nourriture des donjons.

Après avoir absorbé ses restes, j’avais eu un petit bonus en mana, alors j’avais pris l’habitude d’entraîner d’autres étudiants ici. En gros, j’avais attendu qu’ils quittent l’académie et qu’ils soient loin des yeux des enseignants, puis j’ouvrais un piège en dessous d’eux, les jetant directement dans mon donjon. Leur mort avait été douce, et j’avais gagné beaucoup de niveaux comme celui-ci. Grâce à mes sorts, j’avais aussi chassé des monstres autour de l’académie et j’avais gagné encore plus de force, mais je m’étais assuré de laisser leurs cadavres derrière moi pour qu’ils finissent par se transformer en zombies et attaquent l’Académie. Plus il y avait d’élèves qui étaient morts, plus il y a de XP et de puissance pour moi.

C’était exactement ce qui s’était passé, et après que les élèves aient commencé à disparaître, les enseignants avaient finalement commencé à se demander si ce n’était pas de ma faute. Quand ils étaient allés fouiller ma chambre, mon corps de cristal était déjà parti. Oh, vous auriez dû voir la tête qu’ils faisaient !

Leur premier ordre était d’appeler à une évacuation, mais j’avais déjà prévu cela et j’avais dressé un mur autour de l’académie, les emprisonnant tous à l’intérieur. Puis, j’avais commencé ma chasse.

Comme ils ne pouvaient pas me voir, j’étais libre de les tirer l’un après l’autre avec une [Lance de glace]. Leurs Armures magiques étaient presque inexistantes, mais j’avais continué à renforcer la mienne depuis que mes professeurs étaient entrés en contact avec moi.

À la fin de la journée, la moitié d’entre eux étaient morts. Leurs corps n’étaient ni brûlés ni absorbés, on les laissait pourrir et se transformer en zombies. La nuit, une autre vague de zombies monstrueux était arrivée, et j’avais aussi libéré plusieurs monstres dans l’école, leur apportant un chaos absolu.

Est-ce que je ressentais quelque chose pour eux ? Ce n’était pas nécessaire. J’étais un Donjon, ils étaient d’une espèce différente de la mienne. D’ailleurs, je voyais aussi tout cela à travers une interface similaire à celle d’un jeu. Qui avait déjà eu pitié des Mobs qu’ils avaient sans arrêt tué dans un jeu afin de gagner un peu de niveaux et peut-être une bonne récompense ou deux.

Au cours de ce raid, la plupart des enseignants non aventuriers étaient morts. Paladinus avait aussi péri en cours de route, et j’avais volé son corps avant que les autres ne puissent faire quoi que ce soit. Il avait du bon matériel sur lui. Je pourrais l’utiliser comme appât dans mon donjon.

Deux jours plus tard, la plupart des élèves étaient morts, mais sur les conseils de mes professeurs, j’avais épargné quelques femmes pour les utiliser comme nids de reproduction pour certains de mes monstres. Ces scènes, je ne les avais pas regardées, mais j’avais ordonné aux monstres de ne pas les tuer. Quant au professeur de l’académie, tous sauf Tuberculus étaient restés en vie. Le vieil homme avait essayé d’utiliser un cristal pour me fuir, mais je lui avais coupé la main avant qu’il puisse l’utiliser.

Je n’avais aucune idée de l’endroit où cela l’aurait envoyé, mais il n’était pas question que je laisse échapper un si bon sac de XP. C’était comme laisser le boss vivre avec seulement 1 % de Points de vie. C’était de la folie !

Quoi qu’il en soit, quelques mois plus tard, le donjon s’était avéré assez puissant, et je stockais du mana pour agrandir mon territoire de donjon afin de chevaucher également la ville voisine. Grâce à moi, le Primordial avait aussi fusionné avec les autres restes des Donjons en moi et était devenu Les Ténèbres. Nous formions une sorte d’équipe.

Avant d’attaquer la ville, un groupe d’aventuriers avait été envoyé pour m’écraser. Je les avais mangés. Puis un autre groupe était arrivé et un autre… Pendant plusieurs semaines, les aventuriers avaient continué d’essayer de rejoindre mon donjon, mais ils avaient tous été tués en cours de route. J’avais l’avantage d’être supérieur à eux et je l’avais utilisé comme je le voulais, c’était comme un jeu et ces aventuriers étaient le bonus de la scène.

Finalement, j’avais atteint la ville et je l’avais aussi consommée. L’invasion m’avait pris environ trois mois parce que je n’avais tué que les mâles forts. Les femmes, je les avais gardées en vie comme nids de reproduction, les vieillards et les enfants avaient été transformés en fermes à mana, et j’avais transformé la ville en une sorte de mini-donjon. À ce moment-là, j’étais au niveau 245. C’était sympa.

Oh, c’était quoi une ferme à mana ? Fondamentalement, un être vivant gardé dans une cellule et autorisé à vivre seulement avec les exigences minimales. S’ils voulaient de la nourriture, chaque jour, ils devaient pousser tout leur mana dans un petit cristal de collecte de mana et c’était tout.

Quelques mois après avoir fini la ville, et après que l’esprit de mes prisonniers ait été brisé, j’avais décidé d’utiliser les hommes capables pour s’accoupler avec les femmes. De cette façon, je gagnerais en quelques années plus de fermes de mana capables. Quant à savoir qui s’était accouplé avec qui, je m’en fichais. Je les avais tous jetés ensemble et je leur avais ordonné de le faire s’ils voulaient vivre. Il s’agirait d’un processus de farming répétitif pour augmenter le nombre de « batteries ». Les Ténèbres voyaient ce mouvement comme un coup de génie pur.

Eh bien, tout avait été beau et bon pendant plusieurs années, mais ensuite j’avais commencé à m’ennuyer. Je voulais bouger comme n’importe quel autre organique. Alors, j’en avais discuté avec Les Ténèbres, ce qui était maintenant presque impossible à distinguer de moi-même. Je pourrais jurer que la plupart du temps, j’avais l’impression de parler avec moi-même.

Le corps avait été choisi en fonction de plusieurs espèces que nous avions recueillies au fil des ans. J’avais changé quelques trucs pour le rendre plus fort et meilleur, mais je n’avais pas vraiment le savoir-faire pour le rendre encore meilleur, alors j’avais abandonné toutes les choses avancées et compliquées comme la bio-ingénierie.

En utilisant ce corps, j’avais pu me promener et faire ce que je voulais. Avec un niveau de 874, j’étais littéralement parmi les plus forts de ce continent. Qui pourrait m’arrêter ? Mais comme c’était le cas avec un corps organique, j’avais aussi exploré ma propre sexualité et j’avais utilisé les « batteries » comme entraînement.

Les Ténèbres m’avaient parlé du « Système d’Épouse », mais je ne m’en étais pas donné la peine, je voulais juste m’amuser un peu, pas engendrer un enfant. Il y avait un autre jeu pour ça.

À ce moment-là, j’avais vraiment vu toutes mes interactions comme un système de réalité virtuelle très avancé avec des graphismes incroyables et de multiples modes de jeu.

En utilisant ce corps, j’étais allé directement à la capitale du royaume de Shoraya et j’avais infiltré le château. Là, j’avais souillé la reine et les princesses, puis je les avais tuées et j’avais pendu leurs corps à l’entrée du château. Le roi était devenu fou quand il les avait vues. J’avais ri comme un fou quand j’avais vu ça.

À la suite de ma « blague », il m’avait envoyé ses Suprêmes. Je les avais tués et j’avais acquis une bonne dose d’expérience.

C’est alors que je m’étais souvenu de ce cristal que Tuberculus avait essayé d’utiliser. Il y en avait un qui était déjà rempli et un autre qui ne l’était que partiellement. J’avais pris celui avec le moins de mana, je l’avais rempli au maximum et je l’avais utilisé. Ensuite, j’avais atterri dans une sorte de désert. J’avais ri comme un fou quand j’avais vu ça, mais il fallait mettre fin à toutes les blagues.

Avec tout le pouvoir que j’avais, j’étais allé au premier établissement humain et… l’avais détruit. Par curiosité, j’avais aussi essayé la viande humaine pour la première fois. Je ne savais pas s’il avait bon goût ou non, mais le nekatar était comme le poulet, et le draconien était assez filandreux. Malgré tout, j’en avais fait une partie de mon menu à partir de ce moment-là, après tout… ils n’étaient pas de mon espèce, donc ça ne comptait pas comme du cannibalisme.

J’avais parcouru le continent pendant trois ans, massacrant tout ce qui était en vue, mais j’avais pris la peine de faire un donjon ici et là. L’un d’eux était toujours présent sur l’autre continent, alors ce n’était qu’une question de temps avant que j’y retourne.

En parlant de cela, pendant ce temps, j’avais aussi anéanti plusieurs royaumes. Je crois que l’un s’appelait Cordina, un autre s’appelait Tesuar, il y en avait un qui s’appelait Aunnar et qui avait un bon système d’esclavage. Après l’avoir détruit, j’avais utilisé les esclaves de la capitale pour des expériences humaines avec mes armes. La façon dont ils s’étaient éclaboussés tous dans la zone était amusante. C’était vraiment le meilleur match de tous les temps !

La dernière chose que j’avais faite ici a été de visiter les Temples des Dieux. Quand j’avais vérifié ma propre fenêtre d’état, j’ai vu que le truc d’Allégeance était vide. À un moment donné, je me souviens qu’il y avait un dieu, mais peut-être que c’était juste mon imagination qui me jouait des tours.

Même ainsi, je ne croyais pas qu’il y avait de vrais dieux dans cet endroit, alors j’avais fait de mon mieux pour détruire et souiller ces bâtiments, ce qui à son tour avait énervé plusieurs des soi-disant Apôtres.

De tous ceux que j’avais combattus, la femme appelée Zoreya avait été la plus difficile à vaincre. Mais après lui avoir coupé les bras et les jambes, elle ne pouvait rien faire d’autre. Alors je lui avais donné un avant-goût de ce que cela signifie être une femme. Les larmes sur son visage et les cris étaient absolument divins ! Ils m’avaient vraiment fait rire.

Quand je m’étais ennuyé d’elle, je l’avais tuée et j’avais jeté ses restes aux monstres pour festoyer. Avec ce dernier acte, j’avais commencé à me lâcher sur le continent, détruisant et massacrant tout ce qui était en vue pour tenter d’atteindre le niveau 1000. J’étais curieux de savoir si j’obtiendrais une prime ou une réalisation. Mais hélas, ce n’était pas censé être…

Ma frénésie meurtrière avait pris fin lorsque plusieurs Suprêmes et Apôtres des trois continents s’étaient regroupés et étaient venus m’attaquer. C’est Dankyun qui les avait dirigés… Grâce à son épée dégoûtante, ils avaient pu me vaincre. C’était dommage, mais je n’avais pas pu atteindre le niveau 1000. Peut-être que je pourrais recharger à un moment donné ? Hm, non ?

Meh, qui s’en soucie ? C’était juste un jeu… juste un jeu… rien de réel. Rien ! Hahahaha !

[Point de vue d’Illsyore]

« Pourquoi ai-je soudainement l’impression que notre situation actuelle est bien meilleure que l’alternative de passer en mode donjon sur ce monde ? » avais-je demandé en me grattant le menton.

« Je m’en fous ! Continue de courir ! L’araignée géante nous rattrape ! » m’avait crié Nanya.

Oui, nous courions actuellement à travers la forêt sur cette île éloignée où je nous avais téléportés il y a deux ans.

« Nyaaaa ~ ! Je n’aime pas les araignées ! Elles ont un goût affreux ! » Tamara s’était plainte en courant à côté de moi.

Hm… ces montagnes secouent bien ! J’approuve ! J’avais dit cela dans mon esprit.

« Tu viens de penser à quelque chose de pervers à propos de Tamara ? » demanda Shanteya alors qu’elle courait à reculons devant moi.

Sérieusement, l’agilité de cette El’Doraw était hors normes !

« Euh…, » j’avais détourné le regard.

« Illsy ! CONCENTRE-TOI ! » elles m’avaient toutes crié dessus.

Qu’est-ce qu’un Donjon était censé faire ? J’avais poussé un soupir, j’avais dressé un mur derrière nous, puis j’avais enfermé le boss dans une cage en Inconel enchantée. Maintenant, le chasseur était devenu le chassé. C’était un Steak d’Araignée ce soir ! Argh… Tamara avait raison pour le goût.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. C'est horrible l'histoire du dark Ilsy [0_0]

Laisser un commentaire