J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 5 – Histoire Supplémentaire

***

Histoire Supplémentaire : Qu’est-ce que cela aurait pu être ?

[Point de vue du Ténèbreux Illsyore]

Même maintenant, je me souviens du moment où j’avais ouvert les yeux pour la première fois dans cet étrange monde nouveau… Je pensais comme un petit humain naïf, m’inquiétant constamment de petites choses comme la vie de ceux qui sont en dessous de moi.

Comme c’était stupide…

Pourtant, si je devais raconter comment ma vie avait commencé et s’était terminée, je dirais que tout avait commencé après avoir été convoqué et avoir pris possession du Corps de Cristal d’un Donjon. J’avais changé ma sous-espèce pour une sous-espèce Divine, puis j’avais commencé ma croissance et ma domination.

Pendant cette première nuit, il y avait eu une attaque contre l’Académie de Magie Fellyore. J’avais utilisé les meilleures compétences que j’avais à ma disposition et j’avais commencé à massacrer les imbéciles qui osaient s’aventurer sur mon territoire. Il ne pouvait y avoir qu’une seule survivante, une femme… J’avais alors le choix entre mettre fin à sa vie ou l’épargner.

J’avais choisi la première option, après tout, je n’avais aucune preuve que celle-ci ne finirait pas par me tuer en me poignardant dans le dos par la suite, non ? En plus, c’était juste un maigre assassin. À quoi sa vie aurait-elle pu servir à quelqu’un comme moi, un Seigneur du Donjon Divin ?

Et ainsi, j’avais vu le dernier point rouge disparaître lentement de ma carte. Le corps de la femme fut bientôt englouti par les flammes, et je retournai à mon Corps de Cristal. Cette nuit-là, je me sentais si malade que si j’avais eu un estomac, j’aurais renversé tout son contenu sur le sol. C’était la première fois que je tuais quelqu’un, et… même si ce n’était pas si terrible, mon côté humain désapprouvait beaucoup cela.

Le lendemain, j’avais appris que le feu que j’avais allumé avait presque brûlé toute la forêt. Les professeurs de l’académie avaient été capables de gagner juste à temps. J’aurais pu les aider, certes, mais je me sentais trop malade pour y penser. C’était une bonne excuse de mon point de vue, alors je n’avais pas laissé le « et si » me déranger.

Plus tard dans la soirée, Nanya était venue dans ma chambre et m’avait demandé ce qui s’était vraiment passé. Je ne lui avais rien dit, juste que j’avais entendu une grosse explosion dehors. J’avais peur de ce qu’elle ferait si elle découvrait que j’avais tué tant de gens. Peut-être que si j’avais épargné cette femme et que je l’avais amenée ici pour l’interroger, les choses auraient été différentes ?

Je doutais fort qu’il en soit ainsi. Un maigre assassin comme elle n’aurait aucune valeur importante pour moi ou pour elle. Même si je l’avais laissée vivre, elle se serait certainement suicidée par la suite, selon leur code. Je l’avais supposé parce que tous les assassins pensaient de la même façon, non ?

Comme je savais que les choses pouvaient mal tourner si je ne grandissais pas en force, j’avais décidé de commencer à construire un donjon souterrain. C’était juste sous mon corps de cristal, et j’avais préparé un plan spécial juste au cas où j’aurais besoin de fuir. Avec une grande considération pour les pièges et à quel point ils devraient être mortels, j’avais construit étage après étage.

Un jour, une escorte draconienne arriva à l’académie. C’était un homme nommé Dankyun. Apparemment, c’était un Suprême. Il était venu ici pour s’enquérir de sa future femme, une princesse draconienne nommée Ayuseya Pleyades. J’avais rapidement fouillé mon Territoire de Donjon et je l’avais trouvée en train d’essayer de s’échapper par l’arrière avec ses escortes personnelles.

Ce n’était probablement pas une bonne idée de le mettre en colère, vu sa puissance. Il y avait aussi quelque chose en lui qui m’avait foutu la trouille. J’avais décidé d’être gentil et je lui avais parlé de l’évadée.

Dankyun m’avait remercié et était allé chercher sa fiancée. Quand je l’avais vue, je l’avais trouvée plutôt mignonne pour une draconienne, mais apparemment elle était maudite ou quelque chose comme ça. Il n’y avait rien que je puisse faire contre ça. Il n’y avait aucune compétence dans ma liste. Même si je voulais l’aider, je ne pourrais pas.

Ainsi, la dénoncer m’avait sauvé non seulement moi, mais aussi l’académie, de la colère de ce Suprême. Qui savait quel genre de pouvoirs il détenait ? S’il pouvait me faire frissonner dans mes bottes, il n’était certainement pas du genre à plaisanter.

Sur une autre note, cette nuit-là, il appela Nanya dans sa chambre… Son signe de vie avait disparu vers 4 heures du matin. Je les avais trouvés nus. Il l’étranglait, mais j’avais trop peur pour bouger un muscle. De plus, il était trop tard pour elle… J’avais fermé les yeux et j’étais retourné vers mon corps de cristal.

Cette nuit-là, j’avais réalisé la vérité de ce monde. Cet endroit n’était pas comme les mondes cool et amusants dont j’avais entendu parler dans des romans ou que j’avais explorés dans mes jeux sur Terre. Non, cet endroit était une vraie terre sauvage remplie de monstres qui avaient pris la forme d’homme. Même Nanya n’était pas humaine. Quant aux draconiens, ils étaient à la limite entre monstre et humain.

Cette nuit-là, j’avais aussi été contacté par les esprits des Donjons qui étaient restés enfermés dans mon corps. Parmi eux, le plus puissant était probablement le Primordial. Je l’avais supplié de m’enseigner les voies des Donjons pour que je puisse survivre dans ce monde brutal où je n’avais ni amis ni alliés. Ils avaient accepté et m’avaient montré des merveilles que je n’aurais jamais pu découvrir par moi-même. Le prix de tout cela était de les accepter comme une partie de moi et de les laisser me guider de l’arrière-plan comme mes professeurs et mes maîtres.

Ainsi, après le départ de Dankyun avec sa fiancée et l’enterrement de Nanya, dont la mort avait été considérée comme un accident malheureux, j’avais commencé à me concentrer encore plus sur mon donjon. Puis, une semaine plus tard, les corps des assassins que j’avais tués étaient devenus des morts-vivants et avaient attaqué l’académie.

Au cours de la première vague, dix-sept étudiants étaient morts, dont un garçon el’doraw qui était autrefois l’escorte de la princesse Ayuseya. Ensuite, les enseignants avaient pu détruire les zombies, mais à cause des pertes, certains élèves s’étaient retirés.

Avant de quitter l’académie, le Primordial était venu me voir et m’avait dit de kidnapper l’un d’eux pour me montrer quelque chose d’intéressant. J’avais obligé et kidnappé une jeune femme draconienne d’environ 20 ans.

Selon ses conseils, je l’avais traînée dans mon donjon et l’avais regardée lutter contre les monstres et les pièges. Elle était morte empalée par un piège à pointes. Quand j’avais vu ça… Je me sentais… heureux.

La leçon qu’il voulait me donner était la suivante : dans ce monde, les matières organiques sont la nourriture des donjons.

Après avoir absorbé ses restes, j’avais eu un petit bonus en mana, alors j’avais pris l’habitude d’entraîner d’autres étudiants ici. En gros, j’avais attendu qu’ils quittent l’académie et qu’ils soient loin des yeux des enseignants, puis j’ouvrais un piège en dessous d’eux, les jetant directement dans mon donjon. Leur mort avait été douce, et j’avais gagné beaucoup de niveaux comme celui-ci. Grâce à mes sorts, j’avais aussi chassé des monstres autour de l’académie et j’avais gagné encore plus de force, mais je m’étais assuré de laisser leurs cadavres derrière moi pour qu’ils finissent par se transformer en zombies et attaquent l’Académie. Plus il y avait d’élèves qui étaient morts, plus il y a de XP et de puissance pour moi.

C’était exactement ce qui s’était passé, et après que les élèves aient commencé à disparaître, les enseignants avaient finalement commencé à se demander si ce n’était pas de ma faute. Quand ils étaient allés fouiller ma chambre, mon corps de cristal était déjà parti. Oh, vous auriez dû voir la tête qu’ils faisaient !

Leur premier ordre était d’appeler à une évacuation, mais j’avais déjà prévu cela et j’avais dressé un mur autour de l’académie, les emprisonnant tous à l’intérieur. Puis, j’avais commencé ma chasse.

Comme ils ne pouvaient pas me voir, j’étais libre de les tirer l’un après l’autre avec une [Lance de glace]. Leurs Armures magiques étaient presque inexistantes, mais j’avais continué à renforcer la mienne depuis que mes professeurs étaient entrés en contact avec moi.

À la fin de la journée, la moitié d’entre eux étaient morts. Leurs corps n’étaient ni brûlés ni absorbés, on les laissait pourrir et se transformer en zombies. La nuit, une autre vague de zombies monstrueux était arrivée, et j’avais aussi libéré plusieurs monstres dans l’école, leur apportant un chaos absolu.

Est-ce que je ressentais quelque chose pour eux ? Ce n’était pas nécessaire. J’étais un Donjon, ils étaient d’une espèce différente de la mienne. D’ailleurs, je voyais aussi tout cela à travers une interface similaire à celle d’un jeu. Qui avait déjà eu pitié des Mobs qu’ils avaient sans arrêt tué dans un jeu afin de gagner un peu de niveaux et peut-être une bonne récompense ou deux.

Au cours de ce raid, la plupart des enseignants non aventuriers étaient morts. Paladinus avait aussi péri en cours de route, et j’avais volé son corps avant que les autres ne puissent faire quoi que ce soit. Il avait du bon matériel sur lui. Je pourrais l’utiliser comme appât dans mon donjon.

Deux jours plus tard, la plupart des élèves étaient morts, mais sur les conseils de mes professeurs, j’avais épargné quelques femmes pour les utiliser comme nids de reproduction pour certains de mes monstres. Ces scènes, je ne les avais pas regardées, mais j’avais ordonné aux monstres de ne pas les tuer. Quant au professeur de l’académie, tous sauf Tuberculus étaient restés en vie. Le vieil homme avait essayé d’utiliser un cristal pour me fuir, mais je lui avais coupé la main avant qu’il puisse l’utiliser.

Je n’avais aucune idée de l’endroit où cela l’aurait envoyé, mais il n’était pas question que je laisse échapper un si bon sac de XP. C’était comme laisser le boss vivre avec seulement 1 % de Points de vie. C’était de la folie !

Quoi qu’il en soit, quelques mois plus tard, le donjon s’était avéré assez puissant, et je stockais du mana pour agrandir mon territoire de donjon afin de chevaucher également la ville voisine. Grâce à moi, le Primordial avait aussi fusionné avec les autres restes des Donjons en moi et était devenu Les Ténèbres. Nous formions une sorte d’équipe.

Avant d’attaquer la ville, un groupe d’aventuriers avait été envoyé pour m’écraser. Je les avais mangés. Puis un autre groupe était arrivé et un autre… Pendant plusieurs semaines, les aventuriers avaient continué d’essayer de rejoindre mon donjon, mais ils avaient tous été tués en cours de route. J’avais l’avantage d’être supérieur à eux et je l’avais utilisé comme je le voulais, c’était comme un jeu et ces aventuriers étaient le bonus de la scène.

Finalement, j’avais atteint la ville et je l’avais aussi consommée. L’invasion m’avait pris environ trois mois parce que je n’avais tué que les mâles forts. Les femmes, je les avais gardées en vie comme nids de reproduction, les vieillards et les enfants avaient été transformés en fermes à mana, et j’avais transformé la ville en une sorte de mini-donjon. À ce moment-là, j’étais au niveau 245. C’était sympa.

Oh, c’était quoi une ferme à mana ? Fondamentalement, un être vivant gardé dans une cellule et autorisé à vivre seulement avec les exigences minimales. S’ils voulaient de la nourriture, chaque jour, ils devaient pousser tout leur mana dans un petit cristal de collecte de mana et c’était tout.

Quelques mois après avoir fini la ville, et après que l’esprit de mes prisonniers ait été brisé, j’avais décidé d’utiliser les hommes capables pour s’accoupler avec les femmes. De cette façon, je gagnerais en quelques années plus de fermes de mana capables. Quant à savoir qui s’était accouplé avec qui, je m’en fichais. Je les avais tous jetés ensemble et je leur avais ordonné de le faire s’ils voulaient vivre. Il s’agirait d’un processus de farming répétitif pour augmenter le nombre de « batteries ». Les Ténèbres voyaient ce mouvement comme un coup de génie pur.

Eh bien, tout avait été beau et bon pendant plusieurs années, mais ensuite j’avais commencé à m’ennuyer. Je voulais bouger comme n’importe quel autre organique. Alors, j’en avais discuté avec Les Ténèbres, ce qui était maintenant presque impossible à distinguer de moi-même. Je pourrais jurer que la plupart du temps, j’avais l’impression de parler avec moi-même.

Le corps avait été choisi en fonction de plusieurs espèces que nous avions recueillies au fil des ans. J’avais changé quelques trucs pour le rendre plus fort et meilleur, mais je n’avais pas vraiment le savoir-faire pour le rendre encore meilleur, alors j’avais abandonné toutes les choses avancées et compliquées comme la bio-ingénierie.

En utilisant ce corps, j’avais pu me promener et faire ce que je voulais. Avec un niveau de 874, j’étais littéralement parmi les plus forts de ce continent. Qui pourrait m’arrêter ? Mais comme c’était le cas avec un corps organique, j’avais aussi exploré ma propre sexualité et j’avais utilisé les « batteries » comme entraînement.

Les Ténèbres m’avaient parlé du « Système d’Épouse », mais je ne m’en étais pas donné la peine, je voulais juste m’amuser un peu, pas engendrer un enfant. Il y avait un autre jeu pour ça.

À ce moment-là, j’avais vraiment vu toutes mes interactions comme un système de réalité virtuelle très avancé avec des graphismes incroyables et de multiples modes de jeu.

En utilisant ce corps, j’étais allé directement à la capitale du royaume de Shoraya et j’avais infiltré le château. Là, j’avais souillé la reine et les princesses, puis je les avais tuées et j’avais pendu leurs corps à l’entrée du château. Le roi était devenu fou quand il les avait vues. J’avais ri comme un fou quand j’avais vu ça.

À la suite de ma « blague », il m’avait envoyé ses Suprêmes. Je les avais tués et j’avais acquis une bonne dose d’expérience.

C’est alors que je m’étais souvenu de ce cristal que Tuberculus avait essayé d’utiliser. Il y en avait un qui était déjà rempli et un autre qui ne l’était que partiellement. J’avais pris celui avec le moins de mana, je l’avais rempli au maximum et je l’avais utilisé. Ensuite, j’avais atterri dans une sorte de désert. J’avais ri comme un fou quand j’avais vu ça, mais il fallait mettre fin à toutes les blagues.

Avec tout le pouvoir que j’avais, j’étais allé au premier établissement humain et… l’avais détruit. Par curiosité, j’avais aussi essayé la viande humaine pour la première fois. Je ne savais pas s’il avait bon goût ou non, mais le nekatar était comme le poulet, et le draconien était assez filandreux. Malgré tout, j’en avais fait une partie de mon menu à partir de ce moment-là, après tout… ils n’étaient pas de mon espèce, donc ça ne comptait pas comme du cannibalisme.

J’avais parcouru le continent pendant trois ans, massacrant tout ce qui était en vue, mais j’avais pris la peine de faire un donjon ici et là. L’un d’eux était toujours présent sur l’autre continent, alors ce n’était qu’une question de temps avant que j’y retourne.

En parlant de cela, pendant ce temps, j’avais aussi anéanti plusieurs royaumes. Je crois que l’un s’appelait Cordina, un autre s’appelait Tesuar, il y en avait un qui s’appelait Aunnar et qui avait un bon système d’esclavage. Après l’avoir détruit, j’avais utilisé les esclaves de la capitale pour des expériences humaines avec mes armes. La façon dont ils s’étaient éclaboussés tous dans la zone était amusante. C’était vraiment le meilleur match de tous les temps !

La dernière chose que j’avais faite ici a été de visiter les Temples des Dieux. Quand j’avais vérifié ma propre fenêtre d’état, j’ai vu que le truc d’Allégeance était vide. À un moment donné, je me souviens qu’il y avait un dieu, mais peut-être que c’était juste mon imagination qui me jouait des tours.

Même ainsi, je ne croyais pas qu’il y avait de vrais dieux dans cet endroit, alors j’avais fait de mon mieux pour détruire et souiller ces bâtiments, ce qui à son tour avait énervé plusieurs des soi-disant Apôtres.

De tous ceux que j’avais combattus, la femme appelée Zoreya avait été la plus difficile à vaincre. Mais après lui avoir coupé les bras et les jambes, elle ne pouvait rien faire d’autre. Alors je lui avais donné un avant-goût de ce que cela signifie être une femme. Les larmes sur son visage et les cris étaient absolument divins ! Ils m’avaient vraiment fait rire.

Quand je m’étais ennuyé d’elle, je l’avais tuée et j’avais jeté ses restes aux monstres pour festoyer. Avec ce dernier acte, j’avais commencé à me lâcher sur le continent, détruisant et massacrant tout ce qui était en vue pour tenter d’atteindre le niveau 1000. J’étais curieux de savoir si j’obtiendrais une prime ou une réalisation. Mais hélas, ce n’était pas censé être…

Ma frénésie meurtrière avait pris fin lorsque plusieurs Suprêmes et Apôtres des trois continents s’étaient regroupés et étaient venus m’attaquer. C’est Dankyun qui les avait dirigés… Grâce à son épée dégoûtante, ils avaient pu me vaincre. C’était dommage, mais je n’avais pas pu atteindre le niveau 1000. Peut-être que je pourrais recharger à un moment donné ? Hm, non ?

Meh, qui s’en soucie ? C’était juste un jeu… juste un jeu… rien de réel. Rien ! Hahahaha !

[Point de vue d’Illsyore]

« Pourquoi ai-je soudainement l’impression que notre situation actuelle est bien meilleure que l’alternative de passer en mode donjon sur ce monde ? » avais-je demandé en me grattant le menton.

« Je m’en fous ! Continue de courir ! L’araignée géante nous rattrape ! » m’avait crié Nanya.

Oui, nous courions actuellement à travers la forêt sur cette île éloignée où je nous avais téléportés il y a deux ans.

« Nyaaaa ~ ! Je n’aime pas les araignées ! Elles ont un goût affreux ! » Tamara s’était plainte en courant à côté de moi.

Hm… ces montagnes secouent bien ! J’approuve ! J’avais dit cela dans mon esprit.

« Tu viens de penser à quelque chose de pervers à propos de Tamara ? » demanda Shanteya alors qu’elle courait à reculons devant moi.

Sérieusement, l’agilité de cette El’Doraw était hors normes !

« Euh…, » j’avais détourné le regard.

« Illsy ! CONCENTRE-TOI ! » elles m’avaient toutes crié dessus.

Qu’est-ce qu’un Donjon était censé faire ? J’avais poussé un soupir, j’avais dressé un mur derrière nous, puis j’avais enfermé le boss dans une cage en Inconel enchantée. Maintenant, le chasseur était devenu le chassé. C’était un Steak d’Araignée ce soir ! Argh… Tamara avait raison pour le goût.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Les dieux de la guerre et des gros seins avez parlé d'un autre scénario possible, moins gore que celui-ci...

  2. On est d'accord qu'ils (les dieux) n'avaient pas donné de détails gore mais on sait que les 3 femmes (demonne, El domachin et dragonne) sont mortes lors de l'arc Académie et qu'il (le MC) avait fait un carnage sur plusieurs pays (ou continents je sais plus) et qu'un grand nombre d’Apôtres c’étaient réunis pour le tuer (tous n'en sont pas sortit). Tout les grand point sont la, le reste, bien que très gore ne sont que des détails et reste cohérent avec la seconde route décrite.
    Merci d'avoir lu jusqu'à la fin et je m'excuse pour les erreurs.

Laisser un commentaire