J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 52 – Partie 2

***

Chapitre 52 : Les nouveaux acteurs de la ville

Partie 2

[Le point de vue du marchand]

Don Diego était furieux.

C’était un homme riche qui achetait les armures et les armes les plus belles qu’il pouvait trouver. Son père était l’un des nobles les plus puissants de cette ville, il lui était donc facile de le faire, mais la force du garçon laissait beaucoup à désirer.

Pourtant, il y avait une chose que tout le monde savait. Quand Don Diego était en colère, nous, les marchands, hochions simplement la tête et souriions. Son père pourrait fermer notre affaire s’il le voulait. Quant à savoir pourquoi il était furieux, eh bien... apparemment, les gardes à l’entrée l’avaient obligé à passer à travers toutes les formalités requises lorsqu’un type suspect se présentait aux portes. Le groupe qui était entré plus tôt avait évité cette étape parce qu’ils ressemblaient tous à de simples aventuriers et avaient parlé poliment avec le garde. Les femmes aussi étaient très belles. La blonde à elle seule pourrait aller chercher au moins 100 goldiettes en tant qu’esclave, peut-être plus ? Malheureusement, leur équipement n’était pas quelque chose que je considérerais comme précieux. Il avait l’air décent, mais aux yeux des nobles ou des aventuriers puissants, il était clair et simple, sans aucune pierre magique et probablement pas plus qu’un enchantement ou deux. Pourtant, il pouvait y avoir beaucoup de diamants cachés parmi des morceaux de charbon de bois.

Quand Don Diego s’était arrêté devant eux, il était clair qu’ils deviendraient sa prochaine victime. Il s’agissait de l’une de ses mauvaises habitudes. Chaque fois qu’il était furieux d’une chose ou d’une autre, il libérait toujours sa colère sur quelqu’un de plus faible que lui. Le simple fait de mentionner le statut de son père avait suffi à faire frissonner de nombreux hommes dans leur pantalon. J’étais certain que ce groupe ne serait pas différent, alors je m’étais tenu à la porte de mon magasin et j’avais regardé la scène.

« Je t’ai vu regarder sur mon chemin, mais tu ne baisses pas la tête ! Ne sais-tu pas qui je suis ? Je peux te faire dépouiller de ton rang et te faire virer de la ville en quelques instants si je le désire ! » le garçon avait prétendu ça, mais le plus gros de ce qu’il avait dit était un mensonge.

À moins que cette personne ne soit considérée comme une menace pour la ville ou sans soutien politique, son père ne pouvait pas le jeter dehors comme ça. Ça aurait l’air mauvais pour lui. La preuve en était le garde à l’entrée. Ils ne pouvaient être dirigés que par le seigneur Zenos, qui était habituellement de l’autre côté de la table vis-à-vis du père de Don Diego.

« Tu m’écoutes, roturier ? » demanda le garçon, mais l’autre ne déclara rien, il plissa simplement ses sourcils vers lui.

« Qui est ce perroquet surdimensionné ? » demanda l’homme à capuche à la blonde à côté de lui en Shorayan.

Ma compétence avec cette langue n’était pas parfaite, mais un bon marchand connaissait de nombreuses langues.

« Je crois que c’est le fils d’un noble, » répliqua la femme en se grattant l’arrière de la tête.

Sans aucun doute, ils n’étaient que de simples aventuriers voyageurs. Ils ne savaient pas à qui ils avaient affaire.

« Je vois... Donc, personne, » l’homme à capuchon haussa les épaules.

Se sentant ignoré, Don Diego avait essayé de l’attraper par le col de ses vêtements, mais ses mains avaient été arrêtées par l’armure magique de l’homme. L’homme avait dû sentir le danger, sinon il n’aurait pas réagi.

« Tu oses, avorton !? » le noble pointa son doigt vers lui.

« C’est agaçant ! » l’homme à capuchon avait fait un pas en avant et l’avait simplement poussé hors du chemin.

Ce qui s’était passé ensuite était difficile à croire. Don Diego avait été envoyé dans le ciel à l’extérieur de la ville. Une telle force redoutable ne pouvait être démontrée que par ceux qui avaient déjà atteint un rang Divin, mais si tel était le cas, alors le pauvre noble n’avait jamais eu une chance dès le tout début. Tout au plus, il était un Rang Maître, mais c’était surtout grâce à son armure et son épée.

« Hein ? Je ne l’ai pas poussé si fort ! » se plaignait l’homme à capuche.

« Laisse tomber, il vivra... du moins, je le pense, » déclara la blonde.

En l’entendant dire ça, j’avais été stupéfait. Quel genre de puissance pouvait-il détenir pour dire que ce qu’il a fait était involontaire. Néanmoins, Don Diego réfléchirait certainement à deux fois avant de se battre avec eux. Son père préférait essayer de recruter ces personnes plutôt que de les mettre à la porte de la ville. Après tout, un aventurier de Rang Divin était un outil puissant à avoir sous votre contrôle.

 

☆☆☆

[Point de vue d’Ayuseya]

Le voyage vers cette ville était rempli de choses étranges. Nous avions pu rencontrer l’Observateur qu’Illsy surnommait Tête de Godet, et avions aussi assisté à sa défaite rapide. Nous avions sauvé la mignonne nekatare, qui avait fini par rejoindre notre groupe en tant que deuxième esclave d’Illsy. Nous avions pu séjourner dans une auberge de fortune créée par un Seigneur du Donjon, mais surtout, j’avais le temps et le loisir de réfléchir à de nombreuses choses.

Tout d’abord, je n’étais pas la même princesse draconienne faible que je l’étais à Fellyore. Le rang social que j’occupais n’avait aucune valeur dans ce groupe. Tout le monde s’appelait sans fioriture et parlait comme les membres d’une famille proche le feraient. Illsy s’était avéré être un grand homme, et quelqu’un comme Dankyun ne pouvait même pas lui arriver à la cheville, mais le plus important, je commençais à réaliser les désirs égoïstes que j’avais dans mon cœur.

Depuis que Nanya avait couché avec Illsy, je m’étais sentie un peu... exclue.

Nanya avait la force, le pouvoir. Shanteya était l’adepte fidèle que tout le monde souhaiterait avoir. Elle possédait également de vastes connaissances dans l’art de l’assassinat et d’autres arts mortels. Tamara était l’adorable animal à fourrure... et moi... J’étais la grande femme qui n’avait apporté aucune contribution à ce groupe.

Ma force n’était pas la mienne, mais celle d’un Donjon. Ma magie restait faible comparée à la sienne ou à celle de Nanya. Je pourrais tenir une épée, mais pas aussi bien que les autres. Ce que j’avais, c’était seulement l’éducation et les informations d’un noble au sujet de la politique, de la manière de diriger un pays, et de diverses choses dont ils n’auraient peut-être jamais besoin ou qu’ils ne trouveraient jamais utiles de quelque façon que ce soit. Une princesse était une gestionnaire de l’état des choses... À quoi servait un tel individu dans un groupe d’aventuriers ?

Malgré tout, ce n’était pas ce qui m’avait déprimée.

Depuis que j’avais pris conscience de mes sentiments pour Illsy, j’avais essayé de trouver un moyen de les lui faire connaître. Je voulais lui parler librement et ouvertement comme Nanya l’avait fait, sans m’inquiéter de savoir si j’avais dit ou non la bonne chose. Pour moi, chaque conversation ressemblait à un casse-tête ennuyeux auquel je devais trouver la bonne solution. Si d’autres l’avaient déjà dit, alors il n’y avait plus de raison pour moi d’exprimer mon opinion.

J’en avais assez, mais je n’y voyais pas non plus de solution.

C’est pourquoi je voulais avoir une conversation privée avec Illsy. S’il y avait quelqu’un ici qui pouvait me comprendre et peut-être m’offrir un peu d’aide, c’était lui. Quant à savoir pourquoi. C’était mon mari, ça faisait partie de son devoir, du moins je voulais le croire.

Peut-être que je réfléchis trop, mais je veux certainement parler et... faire encore plus de câlins à Illsy. Ce n’est pas mal, n’est-ce pas ? m’étais-je demandé en jetant un coup d’œil rapide au Seigneur du Donjon.

Il avait été attiré par mon regard, et mes joues étaient devenues rouges. J’avais donc détourné les yeux.

C’est tellement embarrassant... Hoho ! pensais-je qu’en essayant de calmer mon cœur qui battait vite.

Nanya et Shanteya ne semblaient pas avoir le même problème, mais pourquoi moi ?

☆☆☆

[Point de vue de Tannaor]

Beaucoup de voyageurs courageux avaient franchi mes portes et étaient venus se reposer dans l’une de mes chambres ou manger mes repas. J’avais vu ceux qui étaient forts, mais sans intelligence, ceux qui étaient intelligents, mais sans muscles, et ceux qui n’avaient pas les deux, mais qui prétendaient avoir les deux. J’avais rarement vu ces étranges et rares individus qui les détenaient tous les deux. Ainsi, leurs armures et leurs armes de choix correspondaient à la quantité de matière cérébrale qu’ils avaient entre les oreilles.

Don Diego, par exemple, était un homme qui prétendait être à la fois intelligent et fort, mais c’était un lâche parmi les lâches et même s’il avait un peu de force, seule son armure lui faisait monter dans les rangs.

Ainsi, lorsque mes portes s’étaient ouvertes et qu’une paire de nouveaux visages étaient entrés, je n’avais pas du tout été surpris. Leur groupe était formé de deux humains, une draconienne, une El’Doraw et une chatte. En regardant leurs vêtements, je leur avais à peine donné un rang de Maître, mais la dame blonde était peut-être un Rang Empereur au plus. L’autre humain, c’était un débutant, peut-être ? Après tout, aucun aventurier qui se respectait ne porterait de tels vêtements décontractés. Plus l’armure est épaisse, mieux c’est !

Quant à leur relation, c’était un peu compliqué, mais une chose que je pouvais comprendre, c’était les deux anneaux noirs autour du cou du chat et d’El’Doraw. Quelque chose m’avait dit que c’était une forme d’esclavage et si j’avais raison, celui qui tenait les chaînes était très probablement l’homme. Les filles l’entouraient comme des monstres voulant dévorer un agneau. J’avais pitié de l’homme ou de la femme qui pensait pouvoir les draguer.

Mais encore une fois, seuls mes yeux expérimentés pouvaient dire de telles choses. Il y avait partout des imbéciles qui pensaient tout savoir, mais qui ne pouvaient même pas revêtir leur armure correctement sans trébucher sur leurs propres pieds.

« Bienvenue à l’auberge de Tannaor ! Je m’appelle Tannaor. Que puis-je faire pour vous ? » leur avais-je demandé poliment.

« Argh ! Ne me dis pas que tu ne parles pas non plus le Shorayan ? » l’homme parlait dans une langue étrangère, mais je le comprenais.

« Oui, en fait, je la parle, » j’avais répondu dans sa langue.

« C’est vrai !? Super ! » il leva les mains et sauta.

Quel homme bizarre c’était !

« Alors, que puis-je faire pour vous ? » lui avais-je redemandé.

« Erkenwald, le garde à l’entrée de la ville, nous a envoyés chez vous. Il a dit que vous aviez de bonnes chambres et de la bonne nourriture, » déclara la blonde.

« En effet, c’est vrai ! » j’avais répondu avec un sourire de nain.

C’était un bon investissement de payer le garde avec des repas gratuits pour m’avoir envoyé des clients.

« Bien ! Donnez-moi votre plus grande chambre, » m’avait-il dit.

« Une seule ? » J’avais demandé et j’avais regardé les dames autour de lui.

Ce n’était pas possible qu’il eût l’intention de coucher avec elles toutes, n’est-ce pas ?

« Oui, » il hocha la tête, et les dames ne répondirent pas.

« Très bien... J’ai une chambre pour quatre personnes. Elle dispose de deux lits et d’une baignoire en métal. Les toilettes sont au bout du couloir, » avais-je dit.

« Bien ! On va la prendre ! » avait-il déclaré.

« Très bien, » avais-je dit. Puis j’avais jeté un coup d’œil rapide aux dames pour voir si elles n’étaient pas du tout en désaccord, mais elles n’avaient même pas bronché d’un pouce.

Comment un homme comme lui pourrait-il persuader de telles beautés de coucher avec lui ? m’étais-je demandé.

Bien sûr, la chatte avait été ignorée. Elle n’était qu’un animal de compagnie. Si on lui jetait un poisson, elle serait contente et elle se prosternerait en tant qu’une idiote loyale. Chatouille-la un peu entre les oreilles, et elle s’effondrera sur vos genoux pour en redemander.

Après avoir pris la clé, je lui avais dit le prix.

« Six Silverettes pour une nuit. Pouvez-vous payer ? » demandai-je.

C’était un peu cher, mais nous étions dans la capitale, pas dans une ville délabrée à la frontière du royaume.

« Bien ! Tenez ! » il avait souri et m’avait jeté une Goldiette et deux Silverettes. Je les avais instinctivement attrapés.

J’avais trouvé son comportement un peu grossier, mais tous les autres aventuriers avaient agi exactement de la même façon. Heureusement pour lui, je ne voyais pas la nécessité de me casser la tête pour savoir si son geste était grossier ou non.

« Par ici, » lui avais-je dit. Puis je les avais guidés jusqu’à sa chambre.

« Bien sûr ! » acquiesça-t-il.

Une fois sur place, je lui avais donné la clé et lui avais dit. « Si vous voulez faire du bruit, je vous ferai payer un supplément demain matin, » je lui avais dit ça et jeté un coup d’œil aux dames derrière lui.

« Je comprends, » il acquiesça d’un signe de tête.

Eh bien ! À part lui demander une goldiette supplémentaire, je ne pouvais pas faire grand-chose, mais certains aventuriers avaient trouvé la facture un peu effrayante et avaient refusé de désobéir à la règle. Tant que j’avais la paix et le calme, je me fichais des problèmes de mes clients.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS: "Un sourire de nain" ? une expression que j'avais jamais vue Oo.

  2. Merci pour le chapitre

  3. merci pour cette deuxième partie^^.

Laisser un commentaire