J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 52 – Partie 1

***

Chapitre 52 : Les nouveaux acteurs de la ville

Partie 1

Quand nous avions vu la ville au loin, nous avions pensé qu’elle était proche, mais en vérité, elle était encore assez loin. Elle était située dans une petite dépression au cœur de la montagne, et la forêt lui servait de camouflage naturel. Ce n’était que d’en haut que l’on pouvait facilement la repérer. Le sommet du palais ne dépassait pas le sommet des arbres immenses de la forêt. Contrairement à Perto, celui-ci possédait deux murs de protection : l’un autour du palais, l’autre autour des belles maisons des nobles. L’extérieur était laissé à lui-même. Il y avait même un petit colisé à l’extrême droite de la cité.

L’entrée dans la ville se faisait par divers points de contrôle, mais un voleur ou un assassin habile pouvait trouver d’autres moyens d’aller à l’intérieur. Il y avait des moyens beaucoup plus faciles d’entrée, mais les deux murs étaient lourdement gardés par des patrouilles constantes. L’architecture de l’endroit me rappelait les films et les séries télévisées sur l’époque médiévale européenne. Les toits étaient en bois et ils avaient des formes triangulaires. La structure était faite de planches rassemblées avec des clous. Très peu d’entre eux avaient une fondation ou des murs de pierre solides, du moins parmi les maisons extérieures, mais à l’intérieur des murs, il n’y avait même pas une seule maison en bois.

De loin, les rues semblaient étroites, juste assez pour qu’une calèche passe, et en faire passer deux allait probablement être dur. Elles étaient couvertes de petites pierres pour que les citoyens ne marchent pas dans la boue dès qu’ils sortaient de leur maison. Les routes principales, d’autre part, pouvaient accueillir même cinq chariots avec facilité et étaient pavées de tuiles de pierre.

C’était la première fois que j’allais entrer dans une grande ville de ce monde, même si, quand j’étais en Roumanie, j’avais vécu avec Alina dans un petit appartement à Bucarest. Comparée à elle, cette ville était très petite. Si je devais le comparer à Moscou ou à New York, je pense que tout cela correspondrait à 20-25 % de la ville entière, ou peut-être moins ? Pour ce qui était de la vitesse de marche, il faudrait tout au plus une heure et demie pour passer d’une porte à l’autre, et ce, en marchant en ligne droite.

Pour sauver les apparences, j’avais mis mon sweat à capuche sur ma tête, pour cacher les cheveux verts qui poussaient sur ma tête, et Nanya avait porté son anneau d’illusion. Nous voulions être incognito autant que possible.

« Je me demande si on peut avoir une chambre avec un bain..., » avais-je dit en approchant du premier point de contrôle.

« Les baignoires ne sont généralement achetées que par les riches et les nobles. Les paysans et la plupart des roturiers n’utilisent qu’un gros tonneau. Ils chauffent l’eau s’ils le peuvent, mais la plupart du temps, ils se lavent à l’eau froide, » expliqua Nanya.

« Et toi, qu’en penses-tu ? » lui avais-je demandé.

« Quand je voyageais seul ou avec Tuberculus, j’avais l’habitude de prétendre que je n’en avais pas besoin. Ce que j’avais alors fait, c’est louer une chambre bon marché et faire venir la baignoire de mon esprit intérieur. Chauffer de l’eau est facile lorsque tu as certaines compétences de donjon, » répondit-elle en souriant.

« Oh, tu aurais dû me dire que tu pouvais faire ça ! J’ai aussi besoin d’un bain chaud ! » mentionna Ayuseya.

« Dois-je construire une source d’eau chaude pour vous ? Par contre, cela sera un bain mixte, » avais-je dit en souriant. Puis j’avais regardé la grande dragonne à côté de moi.

« Je ne sais pas ce que c’est..., » elle plissa son front.

« Oui, qu’est-ce que c’est ? » demanda Nanya.

« Blasphème ! Ce monde vient de commettre un péché atroce ! Comment n’ont-ils pas encore trouvé la beauté des sources chaudes ? » avais-je dit d’un ton exagéré, pointant mon doigt vers le ciel.

« Hein ? » les deux femmes se regardèrent un peu confuses.

« Eh bien, ce n’est pas comme si j’y étais déjà allé, » avais-je haussé les épaules. « Si nous en trouvons une, je vous le ferai savoir... ou je peux essayer d’en construire une. » Je m’étais gratté l’arrière de la tête, me demandant comment exactement j’étais censé atteindre la température parfaite pour l’eau avec seulement le chauffage géothermique.

« D’ici là, on peut juste essayer les bains communautaires. Chaque ville en a un, » déclara Nanya.

Aucune d’entre elles ne m’avait demandé où j’avais entendu parler d’une source chaude avant. Elles avaient probablement pensé que je l’avais lu quelque part dans un livre.

« Vous ne dites rien ? » leur avais-je demandé avec un sourire.

« Essuie le sourire pervers de ton visage, Illsy. Si je te surprends à regarder d’autres filles, je ferai en sorte que tu souffres ! » la démone m’avait menacé.

Elle avait dit que son genre était un peu possessif quand il s’agissait de copains. Y compris la jalousie ?

« Alors j’utiliserai des œillères et je ne regarderai que vous trois, » avais-je souri.

La démone m’avait regardé dans les yeux, mais elle ne m’avait pas répondu.

Est-ce un oui ? m’étais-je demandé.

☆☆☆

[Point de vue du garde A]

Beaucoup de voyageurs viennent dans cette ville, oui. Beaucoup de riches et de pauvres, mais peu se sont installés ici. Je monte la garde ici depuis trois heures maintenant, et depuis que j’ai commencé il y a huit ans, je n’avais jamais vu un groupe comme celui qui nous approchait actuellement.

L’homme au milieu d’un groupe de quatre femmes avait les yeux et les cheveux verts. Il portait une capuche et un pantalon bizarre. Celui-là était probablement un guide ou un serviteur pour les dames. Celle à sa droite était une jolie El’Doraw avec un gros truc au niveau de sa poitrine. J’aurais aimé l’emmener faire un tour dans mon lit, mais faire venir cette femme chez sa mère pour la nuit serait un peu difficile. Celle-ci portait une tenue de femme de chambre, mais elle était très différente de celle des beautés du palais.

En parlant de femmes de chambre, j’avais entendu dire que le second prince avait habituellement plusieurs beautés et qu’il n’acceptait pas les personnes de plus de 30 ans et seulement si elles avaient un beau corps. Le premier prince, d’autre part, était connu pour ne pas posséder de tels intérêts, mais il était le favori du peuple entre les deux. Dommage que notre cher roi défunt leur ait ordonné de régner sur le royaume.

Celle que j’avais trouvé surprenant de voir parmi eux était la draconienne. Normalement, on ne voit pas les gens de leur espèce par ici. Il y a longtemps, lors des terribles guerres draconiennes, la plupart d’entre eux avaient été chassés de ce continent. J’avais entendu dire que leur espèce déclinait. Tant mieux pour eux ! Malheureusement, notre royaume ne leur en voulait pas. Nous avions été neutres avec eux, et la plupart d’entre nous les traitaient comme des aventuriers normaux. Rien qu’en regardant ses vêtements, je ne pouvais pas vraiment dire si c’était une noble ou juste un type riche qui aimait ces robes chics. À mes yeux, elle n’avait pas l’air d’avoir du sang noble, mais elle dégageait cette étrange aura que vous voyez chez ces dames de la cour. Peut-être que mes yeux se détérioraient-ils ?

Debout à gauche de l’homme aux cheveux verts se trouvait une beauté blonde qui pouvait facilement faire tourner la tête, mais les protège-bras et l’armure qu’elle portait laissaient entendre qu’elle pouvait faire plus que vous gifler. Elle était soit la garde du corps de la draconienne, soit celle du noble que les autres accompagnaient. Quoi qu’il en soit, elle aurait certainement l’argent pour rester à l’auberge la plus chère de la ville.

Le dernier de leur groupe était une petite nekatare. Elle marchait derrière eux et n’avait pas l’air plus âgée qu’un garçon de douze ans, mais ces bêtes puantes avaient toujours trompé mes yeux. Certains étaient des adultes plus âgés que moi et ressemblaient encore à un enfant, mais d’autres n’étaient pas plus âgés que ma fille et ressemblaient à une femme adulte avec de gros seins et des hanches qui se balançaient. Le dieu qui avait fait ces bêtes manquait sûrement d’une vis ou deux, car elles n’étaient pas normales pour moi.

« Oh ! Erkenwald ! Ces gens sentent les ennuis selon toi ? » demanda mon partenaire.

En plissant les sourcils, je l’avais regardé, puis j’avais regardé le groupe qui se dirigeait lentement vers nous.

« Johen, même s’ils le font, je ne pense pas qu’ils aient une chance contre les gardes royaux. Même un Suprême aurait du mal ici. De plus, ce ne sont probablement que des aventuriers. » J’avais haussé les épaules.

« Je ne sais pas, Erkenwald, le type du milieu me semble étrange... effrayant. D’ailleurs, as-tu déjà vu un groupe aussi étrange assemblé : une draconienne, deux humains, une nekatare et une El’Doraw ? » me demanda-t-il, les mains serrées contre la poignée de son épée.

« Oui, Johen. Au pub, tous les jours. Ou au Hall de la Guilde s’ils organisent un groupe. Les aventuriers ne se soucient pas vraiment des espèces tant qu’ils ont la force de les soutenir dans un donjon, » lui avais-je dit.

« Je n’aime toujours pas ça, Erkenwald... Je n’aime vraiment pas ça, » il secoua la tête.

« Ignorez-les, c’est tout, » lui avais-je répondu. Puis j’avais regardé la bande.

Ils m’avaient approché, mais c’était le type avec la capuche qui avait parlé. Il m’avait affiché un sourire et m’avait ensuite demandé quelque chose dans une langue étrange. J’avais plissé les yeux vers lui, puis j’avais regardé ses compagnons.

La femme blonde soupira et lui déclara quelque chose dans la même langue.

Ne connaît-il pas le Kalish ? m’étais-je demandé.

« Excusez, mon idiot de compagnon, il a oublié un instant que nous ne sommes pas à Shoraya, » déclara la blonde.

« Ne vous inquiétez pas. Venez-vous tous de Shoraya ? N’est-ce pas sur le continent Allasn ? » lui avais-je demandé.

C’était vraiment une grande distance qu’ils devaient parcourir. Si tel était le cas, alors ils étaient à la fois riches et forts. Les aventuriers normaux ne pouvaient pas faire un tel voyage avec la puissance d’un Rang Maître.

« Tout à fait. Nous sommes fatigués après notre long voyage, et nous aimerions visiter le Hall de la Guilde locale et peut-être une auberge ? Quelque chose que vous recommanderiez ? » demanda-t-elle.

« Vous pourriez dire que j’en connais quelques-uns, » j’avais souri.

S’il y avait une chose que j’aimais dans la capitale, c’était la nourriture que je pouvais manger dans certaines auberges ici. Chacune avait sa propre spécialité. Le bon côté des choses, c’était que les aubergistes m’offraient un repas pour tous les aventuriers que je leur envoyais, mais seulement s’ils louaient une chambre ou deux. Ce groupe pourrait m’offrir au moins quatre repas gratuits !

« C’est génial ! » Elle avait souri. Et quel joli sourire !

« Vous prenez la route devant vous, » lui avais-je répondu. « Puis à gauche à la cinquième... pas à la sixième intersection. Vous passez devant trois maisons, et sur la gauche vous verrez l’auberge de Tannador. Il est toujours gai et plein d’énergie, il cuisine bien aussi ! Dites-leur qu’Erkenwald vous envoie ! » j’avais souri et hoché la tête.

« C’est d’accord ! Autre chose qu’on devrait savoir sur cet endroit ? Des règles spéciales ou des trucs comme ça ? » demanda la belle dame.

« Gardez vos doigts dans vos poches et n’essayez pas de tuer tous les ivrognes ennuyeux que vous rencontrez. Faites ça, et vous n’aurez pas d’ennuis, » lui avais-je dit.

Il y avait quelques règles et coutumes spéciales comme dans n’importe quelle autre ville, mais ils finiraient par les apprendre chaque jour qu’ils passaient ici, dans la capitale. À moins qu’ils ne soient une bande d’ignorants ou d’imbéciles comme les nobles à la fête du roi, je doutais fort qu’ils ne puissent pas survivre dans cette ville.

« Je vous remercie ! Passez une bonne journée ! » déclara la blonde, et les autres femmes hochèrent poliment la tête.

L’homme les regarda simplement, confus, mais la blonde avait pris sa main et le tira après elle.

« Tu n’as pas du tout été dur avec eux ! » se plaignait Johen.

« Bah ! Ce sont de simples aventuriers, et aussi très polis ! Il n’y a pas de quoi s’inquiéter ! » lui avais-je dit en lui faisant un signe de la main, puis j’avais regardé vers le groupe.

J’avais vu l’homme saisir les fesses de la blonde, mais il avait disparu après ça de ma vue. Les femmes s’étaient déplacées vers la droite et elles avaient disparu de ma vue. Peut-être que je voyais des choses ? L’homme n’avait pas disparu, il avait probablement été se placer derrière la draconienne aux gros seins.

En me frottant les yeux, j’étais retourné à mon poste et j’avais salué le voyageur suivant, un aventurier idiot avec une armure plaquée or, essayant de se distinguer comme une épine dans le dos d’un chameau. Eh bien, avec ce rustre, il n’y avait pas besoin d’être doux.

☆☆☆

[Point de vue d’Illsyore]

J’avais reçu un coup de poing...

Pourquoi, franchement ? J’avais seulement essayé d’avoir une bonne prise ferme sur ses fesses rondes ! Ce n'est pas comme s’il y avait une partie d’elle que je n’avais pas déjà touchée !

« Ça fait mal..., » avais-je grommelé un mensonge.

Mon armure magique m’avait épargné de subir de la douleur que j’aurais dû ressentir, mais j’étais encore couché à l’envers dans un petit poulailler.

« Patooei ! » J’avais craché une plume.

« Gloussement ! Gloussement ! » l’une des cervelles d’oiseau à plumes essaie de percer mon armure.

« Poulet ! Tamara aime le poulet ! » déclara la nekatare en léchant le bout de ses lèvres.

« Ne mange pas le poulet des autres. » Nanya l’avait avertie.

« Oui ! Tamara écoute ! » déclara-t-elle en souriant, la main gauche levée.

« Ça va, Illsy ? » Ayuseya me l’avait demandé.

« Je vais bien... Je crois que j’ai appris l’art de pondre un œuf grâce à ces futures languettes croustillantes, » avais-je dit. Puis j’avais regardé l’oiseau en colère à côté de moi.

Un seul geste le transformerait en pâte de viande, mais elle ne m’appartenait pas, alors j’avais dû m’abstenir de l’acte... sanglant.

Une vieille dame était sortie et avait demandé quelque chose en langue kalish. Nanya lui parla avec un sourire maladroit et me montra du doigt. J’avais plissé les yeux vers elle, puisqu’il était très clair qu’elle m’accusait de tout. Elles avaient parlé un peu plus longtemps, et la démone lui avait offert quelques pièces.

J’avais soupiré et pris une position plus normale. Le poulet en colère gloussait encore et essayait de me picorer la tête, mais je l’avais complètement ignoré. L’oiseau n’était rien de plus qu’un moustique ennuyeux qui bourdonnait.

« Eh bien ? » lui avais-je demandé.

« J’ai payé pour les dégâts que tu as causés. Sors donc de là, » déclara Nanya.

En sortant de cet endroit, je m’étais dépoussiéré les épaules et j’avais jeté un regard noir sur le poulet.

« Le maître a-t-il trouvé un rival ? » demanda Tamara.

« Je ne vais pas être un rival avec un futur ragoût, » avais-je rétorqué.

« Nya ? » elle avait incliné la tête gentiment, et je lui avais pardonné.

« On devrait aller à l’auberge que le garde a mentionnée, » déclara Ayuseya, en changeant de sujet.

« Quelle auberge ? » avais-je demandé en plissant mon front.

Être incapable de lire ou de comprendre la langue était certainement une chose très ennuyeuse, mais l’un de ces jours, j’allais l’apprendre.

Les filles avaient montré le chemin, et j’avais suivi en silence, tout en regardant autour de moi et en observant les personnes d’ici.

Contrairement à la petite ville de Perto, il y avait beaucoup d’aventuriers qui portaient des armures plutôt fantaisistes. Au moment où nous étions retournés dans la rue principale, j’avais vu un type portant une armure plaquée or qui parcourait la rue et qui débordait de fureur. J’avais simplement plissé les sourcils quand il avait posé les yeux sur moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. merci pour cette première partie, hâte de lire la suite^^.

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire