J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 51

***

Chapitre 51 : Un Godet un jour, Godet toujours !

Alors que la nekatar était maintenant dans notre groupe, sautant constamment autour de nous, nous avions continué à nous diriger vers ce que nous espérions être la ville ou le village suivant. Si nous avions une carte, nous aurions pu nous orienter beaucoup mieux. Mais y avait-il quelqu’un là-bas qui nous vendrait ou nous ferait une carte des trois continents ? J’en doutais fortement, d’autant plus que de telles choses pouvaient offrir une importance stratégique à un pays ennemi. En raison dont les choses se passaient habituellement dans ce monde, je m’attendais à ce que les cartes soient même interdites.

« Devrions-nous camper ici ? » leur avais-je demandé.

« Ça a l’air bon ici, » acquiesça Nanya.

« Où vous voulez, Maître, » Shanteya avait fait un salut respectueux.

Ayuseya avait simplement souri. Quand elle voulait dire quelque chose, elle parlait, mais dans toutes les autres situations, elle restait neutre. Quant au chaton, elle nous avait simplement regardés avec ses grands yeux et ses oreilles relevées.

« Alors je vais faire une maison temporaire ici, » j’avais hoché la tête, puis j’avais étendu mon Territoire de Donjon.

« Faire une maison ? » le chaton était confus.

Plus tôt dans la journée, lorsque j’avais guéri Tamara, j’avais utilisé environ 2750 points de mana en une seule fois. C’était une valeur très faible, d’autant plus que je ne me sentais pas fatigué du tout par la suite. Ainsi, j’avais commencé à imaginer à quoi ressemblerait cet endroit jusqu’au moindre détail. Une fois que j’en avais fini avec ça, j’avais jeté le sort.

Une énorme quantité de mana avait été retirée de mon corps, et une grande pièce carrée en métal était apparue devant moi entre deux grands arbres. Il avait une paire de fenêtres épaisses avec des barreaux à l’extérieur. La porte était faite d’acier, la serrure était semblable à celle d’un bunker, avec une grande roue au lieu d’une poignée. En regardant cet énorme cube, ce n’était pas très impressionnant. Elle ressemblait à une cellule de prison, mais l’intérieur était très différent.

« Nya ? » le chat avait été choqué et s’était caché derrière moi.

« Oh, je suis un Seigneur de Donjon. C’est pour ça que je peux faire toutes sortes de sorts fous, » avais-je dit en tapotant le chat sur la tête. Puis je m’étais dirigé vers la porte d’entrée.

Les filles m’avaient suivi sans se plaindre. Elles avaient l’habitude que je fasse des trucs comme ça, mais la nekatare ne s’était pas encore habituée à moi. Doucement, elle s’était approchée de nous et avaient levé les oreilles.

« C’est magique, Nya ? » demanda-t-elle.

« La magie d’un donjon pour être plus précise, » répondit Nanya en haussant les épaules.

L’intérieur de cette petite maison en métal était recouvert de bois poli. Il n’y avait qu’un seul grand lit avec un matelas moelleux et une grande couverture de laine recouverte de draps en coton douillet. Les oreillers étaient faits de plumes et étaient tout aussi confortables.

Normalement, j’aurais dû utiliser plusieurs sorts pour créer toutes ces choses, mais au cours des derniers mois, j’avais appris que construire des choses avec ces sorts était assez facile si je savais déjà quoi et comment je pouvais tout construire. Jusque-là, la plupart de mes sorts fonctionnaient sur quelque chose comme un format par défaut. Mon contrôle sur eux était au mieux minimum. Ceux qui m’avaient permis d’utiliser mon imagination m’avaient donné le plus de liberté, mais même là, j’étais limité. En vérité, tous les sorts étaient basés sur un facteur simple : comprendre, programmer et contrôler le flux de mana une fois hors de mon corps.

C’était plus facile à dire qu’à faire. La concentration dont j’avais besoin n’était pas négligeable. La raison pour laquelle j’avais été capable de le faire, c’était parce que mon corps était très différent de celui de mon prédécesseur, humain ou cristallin.

« Je vais allumer un feu au centre, » avais-je dit. Puis j’avais fermé la porte après que Tamara soit entrée dans la chambre.

La féline s’approcha prudemment d’Ayuseya, qui s’était assise sur le sol en bois à côté du grand lit. D’un doux miaou, elle l’avait accueillie pour qu’elle se blottisse sur ses genoux. Peu de temps après, la princesse draconienne commença à caresser le chaton, et elle répondit par un ronronnement.

Pour finir les choses ici, je m’étais préparé à ignifuger les murs et le sol avec un enchantement, mais ensuite j’avais remarqué qu’il manquait quelque chose.

Cet endroit est hermétique..., avais-je pensé et soupiré.

Avec une autre petite quantité de mana, j’avais créé une grille au plafond, à travers laquelle l’air chaud pouvait s’échapper depuis l’intérieur. Maintenant, j’avais pu enchanter la pièce, et tout ce qui restait à faire était d’accrocher un cristal absorbant la fumée sur le plafond. Nanya s’en était occupée.

Shanteya avait apporté du bois de l’extérieur et l’avait placé au centre de la pièce, dans un cercle en pierre fait spécialement pour ça. Le feu avait été allumé avec mon laser, et nous nous étions tous blottis autour de lui. Quant au dîner, nous avions mangé du poisson sur un bâtonnet grillé sur les flammes.

« Tamara ? Pourquoi n’en prends-tu pas un ? » demanda Shanteya quand elle vit le chaton assis en arrière, nous regardant manger le poisson.

« Tamara mangera les restes. Tamara mangeait toujours les restes, » répliqua-t-elle en souriant.

« Plus maintenant..., Tiens, » lui avais-je dit. J’avais pris l’un des poissons fraîchement cuits et je le lui avais donné.

La nekatare cligna des yeux, surprise. Ses oreilles s’étaient redressées et ses moustaches avaient tremblé plusieurs fois comme si elle n’était pas sûre d’avoir le droit de le prendre ou non.

« Tamara peut-elle vraiment manger ça ? » demanda-t-elle en me regardant avec de grands yeux.

« Ouaip, » j’avais hoché la tête et je l’avais poussée vers elle.

Le chat me l’avait finalement pris de la main. Elle l’avait reniflé plusieurs fois et l’avait mangé avec un grand sourire sur son visage.

J’avais peine à imaginer comment ce serait de vivre une vie comme la sienne remplie de peur, de douleur et d’oppression. Après seize ans à n’être qu’une esclave, je ne pourrais plus sourire comme elle.

Une fois que nous avions fini de manger, nous nous étions tous couchés.

« Pourquoi un seul ? » demanda Nanya en me regardant moi et le lit.

« Parce que je suis un pervers qui veut dormir dans le même lit que vous trois. En plus, on dort ce soir, » j’avais haussé les épaules et j’avais sauté dedans, en plein milieu.

Ayuseya et Shanteya m’avaient regardé et m’avaient demandé « Nue ? »

« Euh..., » j’avais plissé les yeux vers elles. C’était une question piège, j’en étais sûr à 100 %. « Je vais vous donner des chemises de nuit..., » avais-je dit. Puis j’en avais sorti quelques-unes de mon esprit intérieur.

Pour la draconienne, j’avais récupéré l’un de ses coffres et lui avais permis de choisir celle qu’elle voulait. Quant à Nanya, elle en avait déjà un stocker dans son propre esprit intérieur. Ainsi, seule Shanteya en avait choisi une, et j’avais absorbé le reste.

Pendant qu’elles se changeaient, je les avais regardées comme un imbécile souriant. À ce moment-là, aucune d’elles ne se souciait que je regarde leurs corps à moitié nus. Ayuseya avait mis une chemise de nuit sexy, les monticules sur sa poitrine se redressant à travers le tissu fin, lui donnant une allure irrésistible. Ceux de Nanya et Shanteya étaient plutôt simples dans leur conception.

La seule qui ne s’était pas changée, c’était Tamara. Elle s’était dirigée vers un coin de la pièce et s’était mise en boule là. C’était probablement dû au fait qu’elle croyait que c’était déjà assez bien que je l’avais laissée entrer.

« Tamara, tu ne dors pas là. Si tu ne veux pas dormir sous notre couverture, dors au moins sur le lit, » lui avais-je dit. Puis j’avais tapoté dans le coin à côté de mes pieds.

« Puis-je vraiment ? » demanda-t-elle, surprise.

« Oui. Petite, ne te considère jamais comme un esclave en ma présence. Si tu veux quelque chose, dis-le. Si tu as une opinion sur quelque chose, fais-le savoir. Si tu n’approuves pas quelque chose, dis-le-moi, » lui avais-je dit.

Le nekatar me regarda un instant, mais il semblait qu’elle ne comprenait pas ce que je disais.

« C’est l’heure de dormir, le soleil s’est déjà couché, » déclara Nanya en se glissant sous les couvertures du côté droit du lit.

La démone avait bougé ses bras autour de ma poitrine et s’était rapprochée de moi, me faisant des murmures dans le cou. Puis vint Ayuseya, qui était la plus grande, mais elle n’hésita pas à presser sa poitrine sur mon côté gauche. Les monticules mous et les formes délicates de son corps pouvaient être sentis dans leur plus grande beauté, tandis que sa queue s’enroulait autour de mes jambes. Shanteya s’était aussi jointe à nous, mais elle s’était allongée à côté d’Ayuseya. Pour l’instant, je me sentais plutôt heureux de ma situation actuelle.

C’est le paradis ! Une beauté à ma droite, une beauté à ma gauche, et le doux parfum des deux me chatouillent le nez, avais-je pensé en déplaçant mes bras autour de leur taille et en les rapprochant de moi.

« Bonne nuit, tout le monde, » leur déclarai-je.

« Bonne nuit, Illsy, » avait dit Ayuseya et Nanya.

« Bonne nuit, Maître, » déclara Shanteya.

« Bonne nuit, maître, nya ! » déclara Tamara.

Ainsi, je m’étais endormi en flottant sur les ailes du paradis. À ce moment-là, j’étais vraiment une personne bénie. Mais sûrement, beaucoup d’hommes seraient jaloux de moi en ce moment, malheureusement, je n’avais pas imaginé les partager. Ces filles étaient à moi ! À MOI !

Quand je m’étais réveillé, je m’étais retrouvé dans une situation plutôt étrange. Bien que je me sois endormi en tenant Nanya et Ayuseya, leurs positions étaient un peu gênantes maintenant. Nanya tenait ma main droite entre ses jambes et enfonçait son visage dans mon cou. Ayuseya m’avait offert sa généreuse poitrine comme oreiller latéral, mais elle avait aussi ses jambes enroulées autour de ma main gauche. Shanteya dormait sur moi, et le chat utilisait ma jambe droite comme oreiller.

Je ne peux pas bouger..., tout en essayant de comprendre comment elles en étaient arrivées là.

Au moins, je ressentais beaucoup de choses délicieuses de la part de toutes les trois, surtout de la démone et de la draconienne.

Après avoir dégluti, j’avais essayé de libérer ma main gauche, mais j’avais seulement fini par faire gémir Ayuseya.

« Ahn ~ ! »

En essayant de libérer ma main droite, Nanya m’avait dit quelque chose de bizarre et m’avait soudainement embrassé dans son sommeil.

« Mmm ~ ! Un peu plus rude... J’aime bien là-bas... »

De quoi est-ce qu’elle rêve !? avais-je crié dans ma tête.

Mais pour être honnête, j’étais très curieux. Je voulais savoir.

Quant à son baiser, c’était un peu dur, et elle s’était amusée à me mordre la lèvre. Chaud, sexy. Je ne pouvais rien faire d’autre que de me tenir là et de recevoir toute la « punition ».

Au moins, mes bras ne se sont pas endoloris. Je peux tout sentir..., avais-je pensé. Puis j’avais soupiré.

Environ une demi-heure plus tard, Nanya s’était réveillée de son rêve et m’avait vue m’emmêler comme ça. Elle se mit alors à rire et elle fit ce qu’une démone ferait à sa place. Elle avait profité de moi !

« Arrête de frotter ! Hé ! » lui avais-je dit.

« Ahn ~ ! Mais je le veux..., » elle m’avait regardé avec des yeux indiquant qu’elle voulait flirter.

Cette femme jouait totalement avec moi, et j’aimais ça.

« Viens ici. Donne-moi un baiser du matin..., » sourit-elle.

« Mmm..., » Shanteya avait lentement ouvert les yeux et elle vit notre baiser.

Elle avait cligné des yeux une fois, puis elle s’était frotté les yeux.

« Bonjour, Maître..., » déclara-t-elle en bâillant.

Après que Nanya m’avait libéré de son baiser, Shanteya avait volé le suivant.

« Mfmhmhm ! » J’avais essayé de dire quelque chose.

« Puha ~ ! » elle avait expiré après le baiser.

« Vous êtes..., » je n’avais pas pu finir mes paroles vis-à-vis des deux femmes parce que ma tête avait été tournée vers la gauche et maintenant la draconienne avait volé le troisième baiser.

J’abandonne..., avais-je pensé. Puis j’avais attendu calmement jusqu’à ce qu’elles me libèrent de leur emprise.

Quelques rires et étirements plus tard, j’étais enfin libre. Pendant ce temps, la chatte bavait sur mon pied et me parlait de poisson. Je lui avais touché la joue et elle s’était transformée en une boule de poils.

Mignonne, pensai-je, en me levant et en essuyant la bave de mon pied.

Pour notre petit déjeuner, nous avions mangé des fruits et du pain. Par la suite, nous avions remis nos vêtements d’aventurier et nos armures. Puis nous avions éteint le feu et étions sortis. Pendant un moment, j’avais pensé à laisser cette pièce métallique là, mais je l’avais absorbée.

« Je suis une auberge portative, » avais-je plaisanté.

« Et aussi un bon embrasseur, » Nanya avait fait un clin d’œil.

« Qu’est-ce que je peux dire ? J’ai été béni par les dieux, » j’avais haussé les épaules.

« Oui, le dieu des pervers, » avait répliqué la démone en souriant.

En représailles, je voulais la pincer, mais l’armure qu’elle portait était trop épaisse, alors j’avais abandonné.

Tamara pourrait aussi bénéficier d’un bonus de force et de rapidité similaire à celui de Shanteya, mais quand j’avais dit aux filles que j’allais l’appliquer, elles m’avaient dit que pour l’instant, 10 % étaient suffisants. Contrairement à elles, Tamara aurait peut-être plus de mal à s’adapter. Il y avait aussi la question de ses vêtements. Je devais lui en faire d’autres, mais c’était pour plus tard.

Environ trois heures plus tard, Shanteya avait vu quelque chose devant nous. Il y avait sept hommes assis sur le bord de la route. Parmi eux se trouvait la Tête de Godet. C’était un peu surprenant de le voir là, et en même temps, ça ne l’était pas. L’homme était probablement passé devant nous à un moment ou à un autre et avait ensuite décidé de nous y attendre au cas où nous aurions effectivement nettoyé le donjon. Comme il n’y avait aucune raison de retourner à Petro, il était clair que nous allions continuer à avancer vers la prochaine ville. C’était donc sur cette route que la Tête de Godet avait prévu de nous tendre une embuscade. C’était un plan prévisible.

Ainsi, nous avions activé nos armures magiques et avions dit à Tamara de se cacher derrière nous. Pour le moment, je ne voulais pas l’absorber.

« Bien, bien, bien ! C’est sympa de vous rencontrer ici ! » déclara le gêneur en s’avançant vers nous.

Les six autres membres de son groupe s’étaient avancés et avaient dégainé leurs épées. Ces gars n’étaient certainement pas d’humeur à avoir une conversation amicale. En les regardant, ils avaient tous l’air d’aventuriers ou de gardes, mais ce n’était certainement pas de simples bandits.

« C’est donc vrai... Tu es vraiment une Tête de Godet ! » avais-je dit en souriant.

« En fait, je pensais simplement te voler et te laisser partir avec un avertissement, mais il semble que je doive te tuer maintenant, » il m’avait menacé alors qu’il dégainait sa propre épée.

J’avais fait semblant de bâiller.

« Je suis franchement surpris que toi..., » je n’avais pas attendu qu’il finisse et je lui avais sauté dessus.

Un coup de poing avait brisé son armure, l’autre lui avait cassé trois côtes et l’avait envoyé au sol, se tortillant de douleur. Les autres ne savaient pas ce qui s’était passé. Tout s’était passé trop vite pour qu’ils comprennent, mais mes filles le savaient. Elles avaient sauté sur les sept personnes. Avec des coups simples et rapides, elles les avaient terminés.

Tous étaient au sol, inconscient ou tremblant de douleur.

« Toi... comment ? » demanda la Tête de Godet.

À genoux, j’avais enlevé son casque et je l’avais écrasé dans mes mains. L’enchantement avait disparu dès que je l’avais fait.

« Qu’est-ce que tu as fait ? » demanda-t-il, surpris.

J’avoue qu’il avait l’air mieux avec le casque.

« Écoute, Tête de Godet. Nous quatre, ici, nous sommes tous les quatre au moins des Divins. Si tu oses nous poursuivre ou retourner à la ville de Petro, je te traquerai et nous t’arracherons muscle après muscle de tes os putrides pendant que tu seras encore en vie. Suis-je assez clair ? » lui avais-je demandé. Puis j’avais appuyé un doigt sur ses côtes, ce qui lui avait causé une douleur atroce.

« Argh ! Tu ne t’en tireras pas comme ça ! » gémit-il.

« Soupir... Donc tu ne comprends pas, » j’avais secoué la tête, puis je l’avais attrapé par le cou et je l’avais soulevé. « Si tu survis à cela, repense donc à ta position. La prochaine fois, je te couperai en deux, » l’avais-je prévenu. Puis je l’avais jeté dans le ciel à plus d’une vingtaine de mètres.

« NOOOONNNN ! » hurla-t-il en s’envolant.

Comme on disait, tout ce qui monte doit descendre, et la Tête de Godet s’était écrasée comme un rocher jeté d’une falaise. Je m’étais écarté et je l’avais laissé s’écraser sur le sol avec un grand bruit sourd. Son corps avait été bien amoché, et du sang avait commencé à couler de sa bouche. Ses muscles s’étaient crispés sous le choc. Il était encore en vie, mais à peine.

« Oh ! Il a survécu ! » J’avais souri et j’avais regardé les autres. « L’un d’entre vous veut-il aussi faire un tour ? » J’avais demandé ça à ceux qui étaient encore conscients.

« Non ! Pardonnez-nous, s’il vous plaît ! » plaidèrent-ils aussitôt.

« Très bien. Mais la prochaine fois, vous serez tous morts. On ne vole plus les autres, compris ? » leur avais-je montré un petit sourire.

« D’accord ! » ils inclinèrent la tête jusqu’au sol.

« Tu aurais pu les tuer, » déclara Nanya avec un haussement d’épaules.

« Je leur ai donné une chance, et Tête de Godet l’a mérité, » j’avais haussé les épaules et je l’avais regardé sur le sol. « Je pensais simplement lui arracher les mains et le frapper avec, mais il n’aurait pas survécu trop longtemps. »

« Le maître est fort, Nya, » déclara Tamara avec une lueur dans les yeux.

« Je le suis, n’est-ce pas ? » lui avais-je souri. Puis je l’avais grattée entre les oreilles.

« Normalement, ils auraient été tués sur place si un chevalier les avait trouvés, » déclara Ayuseya.

« Je ne suis pas un chevalier, je suis un donjon, » lui avais-je répondu avec le sourire.

« N’as-tu pas peur qu’il te poursuive ? » me demanda-t-elle avec curiosité.

« Pourquoi aurais-je peur d’un faible comme lui ? D’ailleurs, on ne sait jamais comment un acte de bonté ou une seconde chance dans la vie peut améliorer un individu pour le mieux. En vérité, j’espérais qu’il ne survivrait pas à cette chute, » avais-je dit avec un haussement d’épaules.

C’est comme quand j’étais humain... Je pensais à frapper quelqu’un au visage, mais quand j’agis, je le gifle, m’étais-je dit en regardant ma main et en la serrant dans un poing.

« En fin de compte, cela aurait pu être la meilleure décision, » déclara Nanya en se frottant l’arrière de la tête. « C’est toujours un des Observateurs de la guilde. Ils sont censés avoir le dernier mot. Nous le signalerons au prochain hall de guilde et s’ils veulent sa mort, ils le mettront à prix. Sinon, il perdra probablement son emploi à cause de sa cupidité, » elle l’avait regardé une dernière fois et elle m’avait suivi.

« Est-ce que c’est le cas ? Alors, faisons ça, » avais-je dit.

Nous avions quitté la scène des aventuriers vaincus et avions continué à marcher vers la ville suivante. Et après quelques heures, nous étions arrivés aux portes de la capitale. Qui aurait cru que nous étions si près ? D’autant plus que pendant tout le trajet, il n’y avait pas beaucoup de monde sur la route.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. merci pour ce chapitre, hâte de lire la suite^^.

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire