J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 49

***

Chapitre 49 : Des larmes et la mort

***

Chapitre 49 : Des larmes et la mort

Partie 1

L’odeur de chair et d’os brûlés était répugnante, mais dans tous les cas, nos armures magiques étaient assez puissantes pour empêcher les toxines et les vapeurs de pénétrer dans nos poumons. Nanya avait utilisé son petit cristal pour en aspirer la plus grande partie, mais nous n’avions pas eu le temps d’attendre que le tas brûle entièrement. Nous avions placé le cristal au plafond et nous nous étions ensuite dirigés vers les portes en acier se trouvant dans l’arrière de la salle.

Aucun enchantement ou sort magique ne pouvait être ressenti autour des portes. Il n’y avait aucun piège qui reliait les poignées, mais elles étaient verrouillées avec une clé. Un seul coup de pouce « doux » avait suffi pour les forcer à s’ouvrir.

En nous déplaçant d’une manière prudente et silencieuse, nous avions franchi la porte et avions fait de notre mieux pour rester silencieux et non détectés.

« ACHOOO ! » Quelqu’un avait éternué.

« Santé, » lui avais-je répondu.

« Merci..., » répondit l’homme qui portait une robe noire se trouvant à côté de moi.

Je l’avais regardé un instant, et il m’avait également regardé.

J’avais ensuite regardé son poignard enchanté et puis je l’avais regardé.

« Alliez-vous me poignarder avec ça ? » lui demandai-je en pointant du doigt le couteau.

« Uhuh. » répondit-il d’un signe de tête, et je lui frappai au niveau du visage.

L’homme était mort sur le coup et sa tête avait littéralement explosé sous la puissance de l’attaque.

« Il n’était pas très intelligent, » avais-je commenté.

« Ou furtif, » avait noté Shanteya.

« Ça devait être le nouveau venu dans leur groupe, » déclara Nanya.

« Le bleu du groupe, peut-être ? » avais-je demandé. Puis j’avais haussé les épaules.

On avait jeté son corps dans la pile de cadavres en feu. Shanteya avait pris les devants pour s’assurer qu’aucun autre « assassin compétent » n’essayait de nous tuer, mais nous n’en avions rencontré aucun.

Cet endroit était rempli d’artefacts de magie noire. Beaucoup d’entre eux pulsaient avec du mana, tandis que d’autres présentaient une attirance étrange. Nanya avait été irritée dès qu’elle les avait vus. La magie noire et les démons n’étaient pas connectés du tout, ces derniers utilisant en fait la Sombre Magie, mais pas la Magie Noire. C’était similaire, mais après tout complètement différent. Dans la Sombre Magie, vous alliez utiliser des sorts et des compétences passives accordés par les Sombres Dieux, alors que dans la Magie Noire, vous avez rejeté TOUS les dieux de ce monde, essayant d’agir avec le mana contre les lois de ce monde. Quoi qu’il en soit, il était clair que nous n’étions pas dans un endroit rempli de membres d’une secte adorant un sorcier lapin mort-vivant.

Les salles avaient été transformées en laboratoires sombres et diaboliques où avaient lieu diverses expériences. Dans l’un d’eux, nous avions vu une bande de zombies démembrés, dans un autre, nous avions trouvé des diablotins disséqués et des Minotaures. La pire salle était celle qui contenait des morceaux de corps humains coupés, cependant, nous n’avions pas trouvé une seule âme vivante jusqu’ici. La question était de savoir si ces monstres avaient encore une âme dans leur corps.

Cela aurait été quelque chose s’ils avaient disséqué des cadavres humains pour faire avancer la connaissance médicale, mais les inscriptions et la magie effrayante provenant de divers cristaux et artefacts m’avaient fait dire que ce n’était pas le cas. L’objet le plus effrayant, cependant, était un éventail fait de peau et d’os humains. Il y avait aussi des inscriptions tracés avec du sang de monstre. Ce qu’il avait fait n’était pas quelque chose que j’avais hâte de découvrir trop tôt.

« Quel genre de cinglés sont ces gens ? » demanda Ayuseya alors qu’elle tenait fermement la poignée de son épée et qu’elle s’approchait de nous.

« Pas le genre qui aime les arcs-en-ciel et les poneys, je peux vous l’assurer, » lui avais-je dit.

« Des poneys ? Vous parlez de ces petits chevaux inutiles ? » demanda Shanteya en louchant des yeux.

« Oui, mais si tu en trouves un violet parlant avec des ailes, une corne et une tiare, dis-le-moi, » avais-je dit en souriant.

« Je ne crois pas qu’un tel monstre diabolique puisse exister, » déclara l’El’Doraw, un peu inquiète.

« Ouais... diabolique... il va nous hennir à mort et nous couvrir de rires et d’une mignonne magie étincelante, » avais-je essayé d’être sarcastique.

« Cela semble vraiment effrayant..., » déclara Nanya.

« Tu es une démone ! » Je m’étais plaint.

« Je ne vois pas où tu veux en venir, » elle m’avait regardé dans les yeux.

« Laissons tomber ça..., » avais-je soupiré.

À chaque pas que nous avions fait dans cet endroit horrible, nous avions l’impression que ces mages noirs n’avaient pas peur de faire quoi que ce soit de mal moralement. C’était plutôt comme s’ils mettaient à l’épreuve ces limites pour voir où exactement l’immoralité et la dépravation humaines pouvaient les mener. Un fou ou un monstre sans scrupules pourrait faire ces choses. Ce qui m’avait aussi étonné, c’était le nombre de victimes qui étaient tombées sous leur emprise diabolique.

Tout à coup, les 23 esclaves et la horde de zombies d’avant semblaient ne représenter qu’une petite partie des morts. C’était absolument horrible. Dans mon monde, les gens devenaient fous si seulement 20 ou 100 personnes mouraient, mais ici, c’était une valeur tout à fait normale pour les pertes QUOTIDIENNES dans des conditions pacifiques.

Dans le passé, les humains désiraient la sécurité et les remèdes, Dieu les a donnés par l’évolution de la médecine et de la technologie, de sorte que même ceux qui ne croyaient pas en Lui les avaient, mais alors les gens ont oublié ces innombrables souhaits et croient maintenant qu’Il est mort... juste parce qu’Il ne les rend pas riches pendant la nuit ou les guérit par miracle, car ils ne veulent pas voir un médecin... En me souvenant de la drôle de relation entre Dieu et l’humanité sur Terre, j’avais réfléchi à la situation.

Ces paroles m’avaient fait me demander si la raison pour laquelle j’avais été appelé ou plutôt envoyé dans ce monde n’était pas réellement de pouvoir élever la conscience de ces gens. Cependant, apporter la technologie n’était pas la solution, faire changer les gens d’avis sur la façon dont ils la perçoivent et s’efforcer d’approfondir leurs connaissances sur l’univers qui les entourait, c’était quelque chose que je pouvais faire.

Tout à coup, le but de mon Académie était passé d’une simple idée à un but avec lequel je pourrais aider ce monde. Malheureusement, cela avait augmenté en difficulté parce qu’avec mes pensées et mes idées morales, je serais pratiquement en train de défier le règne des rois et des tyrans, leurs religions, et le monde même de la magie.

Beurk..., avais-je pensé en mesurant l’immense difficulté de cet objectif dans mon esprit.

Oubliez un seul Suprême qui faisait irruption et détruisait l’endroit, car maintenant je devais tenir en compte toutes sortes de charabia ! La politique, l’économie, la religion, les relations sociales, les relations interespèces, les marchandises nécessaires à chaque espèce et royaume, les relations entre les utilisateurs magiques et non magiques, l’esclavage, le racisme, les vues xénophobes, et bien d’autres choses sont devenues pour moi un DOIT FAIRE OBLIGATOIREMENT. Même l’idée de placer mon académie sur une parcelle de terre quelque part avec la permission d’un roi était devenue une mauvaise chose. Je devais placer l’académie hors de portée politique de tout royaume, mais la rendre accessible à tous.

Si je reste dans un royaume, j’aurai besoin de jouer selon leurs règles, mais aller dehors signifierait jouer selon mes règles, mais pour cela, je dois être plus fort, littéralement intouchable par eux... Et... J’ai besoin d’en savoir plus sur ma propre espèce..., pendant que je réfléchissais à ces choses, mon front était plissé et mon regard fixé sur le sol, ignorant tout le reste.

Mes trois femmes m’avaient parlé de certaines des choses qu’elles avaient vues, mais cela ne s’était pas capté par mon cerveau, car j’étais trop concentré sur cette chose, sur la planification de ce que je devais faire pour mon académie. Après tout, tout était devenu beaucoup plus difficile. Techniquement parlant, je pouvais agir de la manière la plus simple et la moins stressante possible et simplement ignorer toute l’affaire « aider ce monde merdique », mais cela ne me semblait pas juste. Si j’avais les connaissances et le pouvoir de le faire, pourquoi pas ? Si les dieux de ce monde ne voulaient pas que je change quoi que ce soit ici, ils m’auraient tué très tôt ou auraient simplement enlevé ces souvenirs d’une vie meilleure. Parmi tous les êtres sensibles de ce monde, j’étais le seul qui savait qu’il y avait quelque chose de mieux que ce qu’ils avaient.

« Soupir... ça va être un cauchemar..., » avais-je dit alors que je frottais l’arrière de ma tête.

« Qu’est-ce qui va l’être ? » demanda Nanya avec curiosité.

« Je réfléchis à la construction de ma propre académie, » avais-je répondu calmement.

« Ce n’est pas si facile. Même Tuberculus a eu du mal à obtenir les privilèges et les terres. Sans la générosité d’un vieil ami à lui et du roi Shoraya, Fellyore serait restée un rêve, » la démone hocha la tête.

« Construire une école pour plusieurs espèces est un rêve merveilleux, mais peu sont d’accord..., » déclara Ayuseya.

« Beaucoup travaillent activement contre toute communion avec d’autres espèces, » dit Shanteya.

Je commençais à déprimer. Au lieu de m’amuser, j’aurais l’impression d’être confronté à des tâches plutôt ennuyeuses et difficiles à gérer. Cela m’avait fait frissonner en pensant aux demandes impardonnables que les rois et les nobles d’autres pays allaient avoir. J’oubliais à quel point j’étais puissant par rapport à certaines de leurs meilleures troupes.

Une dizaine de minutes plus tard, nous étions finalement arrivés au bout de notre chemin, mais ce que nous avions trouvé là était absolument écœurant. Dix mages portant des robes noires à capuchon étaient actuellement au milieu d’une sorte de rituel. Le corps d’un enfant esclave était sur une sorte d’autel de pierre, mais il était mort, ses organes ayant été découpés. Le sang avait coulé sur l’autel et tout autour, je pouvais voir les restes de corps de toutes sortes d’espèces sensibles. Sur le sol, il y avait un pentagramme dessiné avec du sang noir, d’innombrables petites runes le recouvraient et brillaient d’une énergie rouge foncé. Les murs étaient écrits avec des inscriptions, de la magie noire suintant de tout ce qui s’y trouvait, ce qui me donnait un sentiment étrange dans mes tripes comme si quelque chose se glissait à l’intérieur. C’était troublant et répugnant.

Ces monstres doivent mourir ! avais-je grogné dans ma tête.

« Des intrus ! » cria l’un d’eux quand ils nous détectèrent.

« Prenez-les vivants, nous avons besoin de ce sang frais pour notre prochain rituel, » déclara un autre, mais avec un ton calme.

« Oui, Grand Prêtre ! » répondirent-ils, puis ils nous regardèrent.

Sans chanter, des globes noirs de mana s’étaient formés dans leurs mains. Je n’avais aucune idée de ce que c’était, mais j’avais senti que c’était dangereux. Cela m’avait fait froid dans le dos, mais quand même... J’étais bien plus fort que ces types, alors pourquoi aurais-je peur de leurs attaques ?

« Ne laissez pas cette chose vous toucher ! Certains sorts de Magie Noire passent à travers l’armure magique ! » nous prévient Nanya avec un grognement.

« Pourquoi ai-je le sentiment que la magie noire n’est pas à la hauteur de la magie normale ? » avais-je dit en esquivant les deux premières attaques.

Les orbes sombres traversaient n’importe quel objet, mais quand ils touchaient la chair d’un être, ils explosaient violemment. C’était ce qui était arrivé à certaines parties du corps derrière moi. Voyant cela, j’avais compris pourquoi j’avais cet étrange frisson. Si leurs attaques pouvaient vraiment passer à travers l’armure magique comme Nanya l’avait indiqué, alors ces attaques étaient carrément dangereuses pour tout organisme de chair et de sang.

« De quelle magie s’agit-il ? » demanda Ayuseya, surprise.

Les hommes avaient souri en voyant notre visage surpris.

« De la magie noire de Rang Empereur, » grogna Nanya en se lançant vers le premier.

L’homme pensait qu’il était plus rapide qu’elle, mais grâce à mon coup de pouce, elle l’avait atteint en un clin d’œil et l’avait frappé dans le ventre. Son armure magique s’était brisée et son corps avait été projeté dans le plafond, provoquant une grande fissure. L’homme était mort sur le coup et était tombé sur le sol, mais juste au moment où elle pensait avoir gagné, la magie s’était formée autour de son corps et l’homme s’était levé sous la forme de zombie. C’était arrivé si vite qu’après tout, elle avait du mal à le croire... les zombies prennent habituellement des jours, voire des semaines à se former, mais ce type s’était retrouvé ainsi au moment même où son cœur avait cessé de battre.

« Ce n’est pas possible... Les cellules ne meurent pas si vite ! » avais-je dit.

« Sentez la puissance de notre Seigneur Noir ! » cria le zombie en nous envoyant des éclairs noirs.

« Tch ! » Nanya avait fait claquer la langue et avait sauté en arrière, évitant l’attaque au dernier moment.

« [Boule de feu] ! » s’écria Ayuseya en lançant une attaque sur le groupe.

Trois sorciers avaient sauté vers l’avant et ils avaient tendu les bras, avalant la magie elle-même. À mes yeux, c’était tout simplement un exploit étonnant ! Comment ces hommes pouvaient-ils être si puissants alors que nous étions bien au-delà du niveau d’un Suprême ?

À ce moment-là, l’un d’eux s’était précipité vers moi et avait attaqué avec ses poignards. Je ne l’avais pas laissé me toucher. En faisant un pas de côté, j’avais ensuite utilisé toute ma force pour le frapper dans le dos. Son armure magique n’avait pas pu supporter le choc et s’était immédiatement brisée, mais ma puissance avait été plus grande et au moment où mon poing avait touché son corps, sa chair avait simplement explosé en raison de la puissance pure derrière ma frappe. Mon poing pouvait créer des cratères dans le sol, donc normalement, le corps d’un humain touché par celui-ci sans la protection d’une armure magique éclatait simplement.

Alors qu’ils étaient témoins de la mort subite de leurs amis, leurs attaques avaient toutes été dirigées contre moi. J’avais esquivé et Shanteya s’était précipitée vers eux. Avec son poignard, elle avait poignardé le premier dans le cœur, le suivant au niveau du côté de la tête et le dernier à l’arrière de sa tête. Il s’agissait d’une série d’attaques en trois secondes, dans laquelle elle avait principalement attaqué le premier par l’avant, puis en se retournant, elle avait retiré la lame de sa poitrine et tout en se retournant l’avait poignardée dans la tête du deuxième. Puis se déplaçant derrière sa deuxième victime, elle lui arracha le poignard de la tête et l’empala, avec une attaque fluide, à l’arrière de la tête de la troisième personne. Ainsi, ils étaient morts avant qu’aucun d’entre eux n’ait pu faire quoi que ce soit. Malheureusement, Shanteya n’avait pas pu attaquer les autres parce qu’ils avaient lancé quelques-unes de ces sphères noires, la forçant à battre en retraite.

Normalement, leurs armures magiques auraient dû se briser, mais l’enchantement que j’avais placé sur son arme lui avait permis de passer outre de la plupart des défenses et d’atteindre la chair tendre derrière elle. Mais comme c’était arrivé au premier, ces gars s’étaient aussi réveillés comme des zombies, mais un coup d’épée d’Ayuseya leur avait coupé la tête en deux, puis le second les avait transformés en un tas de morceaux de viande.

Il n’en restait plus que cinq, et nous n’avions ni pertes ni blessures graves de notre côté. En fait, ils n’avaient même pas égratigné nos armures magiques.

« Bande d’imbéciles ! Tuez-les ! » cria le Grand Prêtre alors qu’il commençait à canaliser son mana dans un nouveau sort.

Tous ces gars étaient assez bons, mais à en juger par les effets de ma frappe sur celui que je venais de tuer, ils étaient probablement quelque part entre le rang d’Empereur supérieur, peut-être le rang de Divin moyen. Néanmoins, un groupe d’aventuriers Divins aurait certainement beaucoup souffert face à eux. Une ou deux morts pouvaient être considérés comme acceptables, mais nous n’étions pas un groupe d’aventuriers Divins.

« ARRGH ! » l’un d’eux s’était ouvert les poignets et avait commencé à chanter quelque chose.

« Arrêtez-le ! Arrêtez-le ! » avais-je montré du doigt.

Shanteya avait immédiatement obéi à mes ordres et s’était dirigée vers lui. Son poignard était rapide et ses mouvements plus agiles que les leurs. En un clin d’œil, elle se tenait devant lui, et le poignard avait percé le cœur de l’homme, mais il n’était pas mort.

Avec un large sourire sur le visage, le sort de l’homme avait continué, et Shanteya avait sauté en arrière. Une vague puissante de mana avait jailli de son corps alors qu’il subissait une étrange transformation. Une queue apparut derrière lui, une fourrure poussa sur ses bras et son visage, des griffes longues et pointues se formèrent au bout de ses doigts hypertrophiés, des dents pointues et noires jaillirent de ses mâchoires, ses oreilles devinrent longues et pointues, tandis qu’un feu noir consumait son dos et, une fois le processus terminé, un étrange brouillard noir l’encercla et rongea le mana environnant.

***

Partie 2

[Point de vue d’Illsyore]

« Un diable..., » déclara Nanya.

En serrant les dents, j’avais soulevé une table proche de moi et je l’avais jetée sur lui. Une main griffue l’avait repoussée, et deux yeux féroces et injectés de sang me fixèrent après ça.

« Est-ce un diable ? » demandai-je, surpris.

« Les diables sont des entités spirituelles qui normalement n’entrent pas dans le monde vivant, mais si vous leur offrez un corps et connaissez la bonne façon de les appeler, ils le posséderont. Tant que vous le nourrissez avec du mana, il peut continuer à utiliser le corps, mais une fois que vous arrêtez, le corps et le diable disparaissent, » expliqua Nanya.

« Super... encore plus de sorts bizarres, » avais-je soupiré.

« Je m’en occupe, tu tues les autres mages. » Nanya me l’avait dit ainsi.

« Bien sûr, mais comment vas-tu faire ? » avais-je demandé en plissant les sourcils. Puis j’avais esquivé l’attaque magique de l’un d’eux.

Ces gars n’étaient pas vraiment un défi, car nous étions beaucoup trop forts pour eux.

« Malédictions ! » m’avait-il crié dessus.

« Avec cela..., » déclara-t-elle. Puis elle invoqua son épée noire.

Les runes rouges brillaient avec férocité, mais son énergie était différente de celle de Dankyun. Quand on regardait du côté de ses mains, c’était comme une tempête déchaînée, et chez Nanya, c’était comme une élégante danse de lames, chacune mortelle et précise comme le poignard d’un habile assassin. J’avais dégluti en le voyant, mais j’avais dû admettre que l’allure de Nanya avait aussi changé, et je m’étais immédiatement rappelé comment elle avait gémi dans mes bras cette nuit-là.

Stupide cerveau avec un mauvais minutage... Je suis au milieu d’une bataille entre la Vie et la Mort ! m’étais-je crié dessus.

Malheureusement, mon subconscient m’avait donné cette réponse, mais ses seins... et elle est canon !

Pourtant, ce n’était pas vraiment le moment pour de telles pensées... J’étais entouré de morceaux de corps démembrés et j’avais cinq mages noirs en colère dont je devais m’inquiéter ! Alors pourquoi est-ce que mon esprit n’avait fait qu’enlacer Nanya, Shanteya et Ayuseya, avant d’enfoncer mon visage dans leurs seins ?

Je crois que j’ai foiré quelque chose quand j’ai construit ce corps..., m’étais-je dit en essayant de me concentrer sur la bataille devant moi.

Shanteya et Ayuseya en retenaient deux, Nanya combattait le Diable, et je restais avec le quatrième, tandis que le Grand Prêtre marmonnait quelque chose pour lui-même. La lutte aurait été plutôt équilibrée sans la puissance de mon groupe. Avec une seule frappe, Ayuseya avait coupé cet homme en deux, au niveau de sa tête. Il avait essayé de bloquer la frappe, mais il ne fallait pas sous-estimer la puissance féroce de la princesse draconienne. Quant à Shanteya, elle avait habilement esquivé les attaques de son ennemi, puis avait réduit l’écart entre eux. Une seule attaque avait été nécessaire pour le tuer. La lame froide lui avait transpercé le côté gauche de son corps, lui avait transpercé le cœur, puis un autre coup l’avait décapité.

En raison de sa mort subite, son corps n’avait pas subi le processus de zombification accéléré, et l’ennemi d’Ayuseya non plus. Quant au mien, je l’avais attrapé par le visage, puis j’avais brisé son armure magique et ensuite j’avais écrasé son crâne entre mes doigts. Avant qu’il ne change, je l’avais frappé durement sur le côté et j’avais envoyé son corps vers le diable. En pensant que c’était une attaque, la bête avait découpé le corps avec ses griffes, le transformant en viande hachée.

Nanya avait profité de cette occasion et avait sauté sur l’homme. L’épée qu’elle avait utilisée avait transpercé le cœur du diable, puis elle l’avait rapidement vaincu en le décapitant. Jusque-là, elle se contentait d’esquiver et d’analyser ses pouvoirs, essayant de déterminer ce dont la bête était capable, mais elle ne s’approchait même pas de la force accrue de Nanya. Le Diable n’avait jamais eu une chance dès le début, cependant, même un Suprême inférieur aurait habituellement des problèmes avec quelque chose comme ceci.

Voyant tous ses serviteurs morts, le Grand Prêtre arrêta de chanter et nous regarda avec des yeux sombres remplis de fureur et de haine. J’avais répondu en souriant, mais maintenant il n’avait d’autre choix que d’abandonner ou de nous attaquer lui-même. Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’étais pas prêt à le laisser vivre.

À ce moment, il regarda à sa gauche et concentra le mana dans ses bras. Quel que soit le sort qu’il utilisait, c’était incroyablement puissant comparé à ceux qu’utilisaient ses sous-fifres. C’est alors que j’avais remarqué ce qu’il visait... une enfant nekatar. Elle était inconsciente et couverte de sang, mais elle était toujours en vie.

Pourquoi ne l’ai-je pas vue jusqu’à maintenant ? Il essaie de la tuer ? Non... il va l’utiliser pendant un moment ! avais-je pensé et réagi immédiatement, sautant en avant et me mettant entre les deux au moment même où le Grand Prêtre était prêt à attaquer.

Le sort avait été lancé. Ce n’est qu’alors que j’avais réalisé que j’aurais dû attaquer le grand prêtre au lieu de faire cela. C’était stupide de ma part, une erreur de débutant. Une erreur stupide.

L’attaque m’avait frappé.

« ILLSY ! » cria Nanya.

« NON ! » cria Ayuseya, effrayée par l’attaque.

Le Grand Prêtre avait souri d’un air de défi et déclara. « Ton âme n’est pas aussi bonne, mais c’est mieux que rien ! » dit-il en riant.

Shanteya avait sauté sur l’homme, le poignardant dans le cœur, tandis que la magie noire se déversait dans mon corps.

« Espèce de shikak ! » avait-il crié alors qu’il toussait du sang.

« Illsy ! » Nanya avait sauté à côté de moi.

« Ne t’approche pas ! » l’avais-je prévenue. Et ainsi, elle s’était arrêtée.

Qu’est-ce qui m’arrive ? avais-je pensé. Puis j’avais commencé à me sentir bizarre.

« Maintenant, il n’y a rien que vous puissiez faire, stupides aventuriers ! Son corps va pourrir, et son âme quittera son corps ! Ensuite, le Noyau du Donjon va le piéger et l’envoyer comme nourriture à mon Seigneur Noir avec toutes les âmes que nous y avons stockées ! Il n’y a rien que vous puissiez faire maintenant ! Il sera enfin libéré ! Même si vous me tuez, ma mort n’est qu’un sacrifice à sa grandeur ! » déclara-t-il. Puis il se mit à rire.

Furieuse, Ayuseya l’avait décapité d’une frappe, puis il avait coupé en deux avec une autre, et finalement elle avait projeté son corps dans un mur voisin, le transformant en un tas de sang et de tripes. C’était la première fois que je la voyais si en colère, mais je devais admettre que je ne me sentais pas trop bien...

« Argh..., » avais-je gémi. Puis j’avais attrapé ma poitrine.

Soudain, toutes mes forces m’avaient quitté, et j’avais eu le même sentiment que lorsque j’étais mort. C’était comme être aspiré dans un vide où on ne pouvait même pas lever un seul doigt. Tout ce que vous pouviez faire, c’était descendre lentement de plus en plus profondément dans les ténèbres jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, jusqu’à ce que les chaînes qui retenaient votre âme à votre corps se brisent et vous vous sentiez soulagé. À ce moment, l’âme se précipitait vers la lumière... J’avais vu cette lumière... et ma conscience s’était estompée...

☆☆☆

[Point de vue de Shanteya]

Toute la bataille n’avait même pas duré cinq minutes. Les mages noirs tombèrent les uns après les autres à la vitesse de l’éclair. Sans même utiliser un sort d’attaque de zone, nous nous étions très bien débrouillés. N’importe quel autre groupe d’aventuriers aurait sûrement subi un grand nombre de pertes. Malheureusement, nous avions dû laisser le Grand Prêtre pour la fin, car aucun d’entre nous ne le voyait comme une menace pour nous avec notre force actuelle, mais apparemment nous avions eu tort. Le mage noir avait eu le temps de finir son sort, et les autres avaient fait tout ce qu’ils avaient pu pour le protéger, se mettant même entre nous et lui, surtout ce Diable. Ils avaient effectué une défense parfaite devant lui, utilisant leur propre corps comme bouclier de chair. Nous les avions fait tomber en quelques instants, mais c’était tout ce dont l’homme avait besoin pour terminer son sort, puis le Maître s’était éloigné de moi et avait été touché par lui.

Nous avions fini par tuer le mage, mais c’était trop tard. Quelque chose de bizarre était arrivé au Maître. Toutes les trois, nous avions regardé le Maître avec un regard empli d’inquiétude. Il regardait le sol, les pupilles dilatées et la main droite tenant sa poitrine. Il avait une haleine rauque. Le mana dans son corps s’écoulait de façon erratique, changeant de vitesse et de direction, provoquant des ondulations et des fissures dans le flux d’énergie qui l’entourait. Je pouvais voir l’obscurité s’infiltrer dans les cristaux sur ses mains. Il était entouré d’une étrange aura qui nous repoussait. Nous faisant sentir une forte pression sur nos épaules, mais nous ne savions pas ce qui lui arrivait ni comment l’aider. Nous ne pouvions que rester là et regarder son moment de torture.

Cela me faisait mal de le voir comme ça... d’être si impuissante... Je détestais ça...

« AAAH !! » Le maître cria soudain à pleins poumons.

Ses yeux étaient devenus noirs, les cristaux sur ses mains rouges, et le mana avait tout repoussé autour de lui. C’était alors que j’avais remarqué l’enfant derrière lui. J’avais couru autour de Maître pour la rejoindre. Quoi qu’il se soit passé, c’était à cause d’elle que le Maître avait encaissé l’attaque du mage noir. De vouloir la sauver et se sacrifier pour un parfait étranger comme lui, qui d’autre que le Maître puisse le faire ? Pourtant, j’aurais préféré qu’il ne le fasse pas... J’étais égoïste parce que je ne voulais pas perdre mon seul et unique Maître.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé quand j’avais regardé le corps de la petite fille.

Cinq chaînes noires enchantées l’avaient attachée au sol. J’avais essayé de les tirer, mais ils n’avaient pas bougé. C’était plus que ce que mon pouvoir pouvait supporter, mais ils avaient été immédiatement coupés par l’épée de Nanya.

« Sortez-la d’ici ! » m’avait-elle dit.

J’avais hoché la tête et j’avais couru plus loin

En regardant en arrière, j’avais vu le Maître ricaner comme un fou, et le Cœur du Donjon derrière lui s’était fendu. Des monstres avaient crié et tout l’endroit s’était mis à trembler.

A-t-il relâché son Territoire de Donjon ? m’étais-je demandé, surprise.

Je m’étais arrêtée à l’entrée de cette pièce et j’avais regardé le Maître.

En raison de la quantité de mana qui débordait de son corps, les meubles et les morceaux de corps avaient été soulevés dans les airs, tandis que d’étranges éclairs noirs émanant de son corps les frappaient. C’était une scène effrayante à voir. Le pouvoir qui surgissait de lui pourrait facilement renverser tous les Suprêmes dans les royaumes connus. Cela m’avait refroidi la colonne vertébrale, et cela m’avait montré clairement que celui qui se tenait devant moi n’était pas le gentil Maître que je connaissais, mais quelqu’un d’autre... quelque chose d’autre...

À ce moment, il se mit à gémir et le mana s’arrêta brusquement. Une silhouette humanoïde blanche faite entièrement de lumière était sortie de sa poitrine comme un fantôme qui essayait de se libérer du corps qu’il possédait. Un sentiment de peur s’était précipité en moi.

« MAÎTRE ! NE FAITES PAS ÇA ! » avais-je crié à pleins poumons.

Je savais alors que ce que je regardais était le vrai Maître, le vrai Illsyore. Nanya et Ayuseya le savaient aussi certainement. C’était son âme sur le point de quitter son corps, mais il était pur et doux. Il était rempli de lumière et n’avait presque pas d’ombres. Si je n’en savais pas plus, je pourrais jurer que je regarde l’âme d’un saint, pas celle d’un donjon.

« Illsy ! » cria Ayuseya, les larmes aux yeux.

« Non ! Ne pars pas, crétin ! » cria Nanya.

Puis, au moment où son âme semblait sur le point de partir pour de bon, de nous laisser seules dans ce donjon sombre et froid, une ombre dense et sombre s’éleva de sa poitrine et avait saisi l’âme d’un blanc pur. Comme des vrilles, l’ombre s’enroulait autour de ses bras et de ses jambes, l’enchaînant vers le bas et le tirant vers l’arrière, tandis que l’âme blanche luttait pour partir.

En regardant cette scène, je ne savais pas quoi souhaiter... Si le Maître partait, alors... nous, non, je serais seule... Si le Maître était libre, alors il pouvait entrer dans les Hauts Cieux, mais je ne voulais pas... Même si c’était égoïste, je ne voulais pas que le Maître me quitte, qu’il nous quitte. Du moins, je n’avais pas cru les paroles du mage sur son Seigneur Noir.

☆☆☆

[Point de vue de Nanya]

Nous étions toutes les trois des femmes égoïstes... Au lieu de souhaiter sa liberté, j’étais certaine qu’au fond de nos cœurs, nous voulions toutes qu’il reste. Maintenant que je lui avais ouvert mon cœur, maintenant que j’avais versé des larmes et ri avec lui, comment pouvais-je le laisser partir et passer les siècles suivants seule ?

Même si c’était contre le Ciel. Même si j’avais offensé tous les dieux d’en haut, j’avais souhaité qu’Illsy reste avec moi, pour pouvoir me faire l’amour encore une fois comme il l’avait fait cette nuit-là.

J’étais techniquement assez puissante maintenant pour avoir n’importe quel homme que je désirais, mais aucun d’eux n’avait le sourire idiot d’Illsy, ses blagues bizarres, et ses étreintes sensuelles... Je n’avais pas besoin d’un autre homme, j’avais besoin de lui.

« Non ! Ne pars pas, crétin ! » avais-je crié à pleins poumons. Ne me laisse pas seule, Illsy... avais-je pensé.

☆☆☆

[Point de vue d’Ayuseya]

Les larmes n’arrêtaient pas. La douleur dans mon cœur ne cessa jamais. La prise de mon épée me semblait faible, et mes genoux tremblaient. Je l’avais vu changer mon destin, changer mon monde, et conquérir mon cœur... Je ne pouvais pas accepter de le voir partir.

Au début, je pensais que je voyais des choses. Cette entité humanoïde blanche ne pouvait pas être Illsy. Ce ne pouvait pas être mon mari, mais plus je le regardais, plus je sentais la connexion et le lien que nous partagions. C’était faible, mais c’était là. J’avais toujours su que je n’étais pas la préférée d’Illsy, mais je m’en fichais... quand j’avais entendu Nanya faire le premier pas et partager son lit avec lui, j’avais menti sur mes sentiments... Mon cœur s’était figé, et je m’étais sentie trompée par elle. J’avais l’impression que quelqu’un m’avait volé quelque chose, un peu de ma lumière, une chance à mon amour. Je le savais, mais je m’en fichais. Illsy m’avait offert la liberté dont je n’aurais pu rêver qu’une seule fois, et la force que beaucoup ne pouvaient qu’envier.

Malgré tout, mon cœur tremblait et mon corps tremblait quand j’avais vu Illsy face à une fin possible. C’était quelque chose qu’aucun d’entre nous n’aurait pu prévoir, rien qu’aucun d’entre nous n’aurait pu savoir. Si je l’avais fait, j’aurais été la première à me mettre en travers de son chemin. Mieux valait être haï par l’être aimé que de le voir mort sous vos yeux.

C’est drôle comme de tels moments de sincérité ne m’étaient apparus que dans ces moments de douleur et de perte possible...

Pourtant, il y avait de l’espoir... L’ombre d’Illsy ou bien quoi que ce soit d’autre l’avait fait reculer. Le mana qui tourbillonnait autour de lui s’arrêta, et il tomba à genoux. Je me fichais de ce que c’était, mais cela l’avait empêché de partir et surtout, cela avait laissé Illsy en vie pour moi... pour nous.

☆☆☆

[Point de vue d’Illsyore]

Je pouvais à peine respirer et mon corps me faisait mal partout. Mon cœur battait bien trop fort et la peur était nichée dans mon dos. Je ne pouvais même pas me rendre compte à quel point j’avais peur, mais c’était une peur étrange, une peur du moment, pas d’un traumatisme. Je savais que même après ma guérison, je n’aurais pas peur d’affronter à nouveau ces mages noirs, mais la prochaine fois, je les finirai avec mes lasers avant même qu’ils n’aient eu la chance d’ouvrir leur bouche !

Pourtant, il y avait une autre chose qui m’avait profondément ému... En regardant les filles, je les avais vues à genoux, pleurant... pour moi. Je leur avais causé un bref moment de peur et de tristesse.

« Désolé... J’ai un peu foiré, » leur avais-je dit avec un sourire douloureux.

« Espèce d’IDIOT ! » Nanya avait crié et m’avait sauté au cou en me serrant dans ses bras.

« Illsy ! » Ayuseya m’avait aussi sauté dans les bras.

Elles m’écrasaient toutes les deux... J’étais tombé sur le dos avec les deux femmes qui pleuraient dans mes bras.

« Maître... Je suis heureuse de voir que vous êtes en sécurité, » déclara Shanteya avec un doux sourire tout en essuyant rapidement ses larmes.

« Ouais, rappelle-moi de ne plus jamais faire ça. J’avais l’impression d’être mort à nouveau... argh, » avais-je gémi.

« Espèce d’abruti, sois heureux d’être en vie ! Mais c’est incroyable que tu aies survécu à une attaque, » déclara Nanya avec un doux sourire.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé en plissant le front.

« Une attaque stupide de Magie Noire qui ressemble à la Séparation Spirituelle de la Sombre Magie. Cependant, contrairement à ce dernier, la Déchirure d’âme rompt le lien avec ton corps et cela force ton âme à partir, la laissant enchaînée par le Mage Noire... Pour survivre à quelque chose comme ça, c’est... incroyable. J’ai entendu dire que seul un vrai Maître Spirituel peut faire cela, » déclara Nanya en secouant la tête.

« Peut-être qu’il a utilisé un autre sort ? De toute façon, j’ai atteint le Nirvana au lit avec toi, » avais-je dit en souriant.

« Ouais, il est de retour, » déclara la démone en souriant. Puis elle m’avait fait un baiser sur les lèvres.

« C’est bon de te voir en sécurité, Illsy... Tu m’as fait peur, » déclara Ayuseya, elle était la seule qui pleurait encore.

« Désolé..., » avais-je répondu.

« Nous devrions sortir d’ici. Je ne pense pas que nous ayons besoin d’être ici, et cet enfant a besoin de soins médicaux, » déclara Shanteya, nous rappelant que techniquement, nous étions en train de nous prendre dans les bras et de nous étreindre au milieu d’une salle de sacrifice.

Ce n’était pas le meilleur endroit pour un rendez-vous, c’était certain !

Ainsi, nous avions quitté le sinistre donjon, en direction de la sortie.

Pendant ce temps, je n’avais aucune idée des dangers qui se cachaient en moi...

☆☆☆

[Dans l’esprit intérieur d’Illsy]

Autrefois, nous étions innombrables, une légion..., mais maintenant, nous sommes UN ! Les Ténèbres vont prétendre qu’il se tient au-dessus de ce corps ! Moi, les Ténèbres, je détruirai l’âme de ce mortel... peu à peu... la voix du Primordial résonna en ce lieu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire