J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 49 – Partie 2

***

Chapitre 49 : Des larmes et la mort

Partie 2

[Point de vue d’Illsyore]

« Un diable..., » déclara Nanya.

En serrant les dents, j’avais soulevé une table proche de moi et je l’avais jetée sur lui. Une main griffue l’avait repoussée, et deux yeux féroces et injectés de sang me fixèrent après ça.

« Est-ce un diable ? » demandai-je, surpris.

« Les diables sont des entités spirituelles qui normalement n’entrent pas dans le monde vivant, mais si vous leur offrez un corps et connaissez la bonne façon de les appeler, ils le posséderont. Tant que vous le nourrissez avec du mana, il peut continuer à utiliser le corps, mais une fois que vous arrêtez, le corps et le diable disparaissent, » expliqua Nanya.

« Super... encore plus de sorts bizarres, » avais-je soupiré.

« Je m’en occupe, tu tues les autres mages. » Nanya me l’avait dit ainsi.

« Bien sûr, mais comment vas-tu faire ? » avais-je demandé en plissant les sourcils. Puis j’avais esquivé l’attaque magique de l’un d’eux.

Ces gars n’étaient pas vraiment un défi, car nous étions beaucoup trop forts pour eux.

« Malédictions ! » m’avait-il crié dessus.

« Avec cela..., » déclara-t-elle. Puis elle invoqua son épée noire.

Les runes rouges brillaient avec férocité, mais son énergie était différente de celle de Dankyun. Quand on regardait du côté de ses mains, c’était comme une tempête déchaînée, et chez Nanya, c’était comme une élégante danse de lames, chacune mortelle et précise comme le poignard d’un habile assassin. J’avais dégluti en le voyant, mais j’avais dû admettre que l’allure de Nanya avait aussi changé, et je m’étais immédiatement rappelé comment elle avait gémi dans mes bras cette nuit-là.

Stupide cerveau avec un mauvais minutage... Je suis au milieu d’une bataille entre la Vie et la Mort ! m’étais-je crié dessus.

Malheureusement, mon subconscient m’avait donné cette réponse, mais ses seins... et elle est canon !

Pourtant, ce n’était pas vraiment le moment pour de telles pensées... J’étais entouré de morceaux de corps démembrés et j’avais cinq mages noirs en colère dont je devais m’inquiéter ! Alors pourquoi est-ce que mon esprit n’avait fait qu’enlacer Nanya, Shanteya et Ayuseya, avant d’enfoncer mon visage dans leurs seins ?

Je crois que j’ai foiré quelque chose quand j’ai construit ce corps..., m’étais-je dit en essayant de me concentrer sur la bataille devant moi.

Shanteya et Ayuseya en retenaient deux, Nanya combattait le Diable, et je restais avec le quatrième, tandis que le Grand Prêtre marmonnait quelque chose pour lui-même. La lutte aurait été plutôt équilibrée sans la puissance de mon groupe. Avec une seule frappe, Ayuseya avait coupé cet homme en deux, au niveau de sa tête. Il avait essayé de bloquer la frappe, mais il ne fallait pas sous-estimer la puissance féroce de la princesse draconienne. Quant à Shanteya, elle avait habilement esquivé les attaques de son ennemi, puis avait réduit l’écart entre eux. Une seule attaque avait été nécessaire pour le tuer. La lame froide lui avait transpercé le côté gauche de son corps, lui avait transpercé le cœur, puis un autre coup l’avait décapité.

En raison de sa mort subite, son corps n’avait pas subi le processus de zombification accéléré, et l’ennemi d’Ayuseya non plus. Quant au mien, je l’avais attrapé par le visage, puis j’avais brisé son armure magique et ensuite j’avais écrasé son crâne entre mes doigts. Avant qu’il ne change, je l’avais frappé durement sur le côté et j’avais envoyé son corps vers le diable. En pensant que c’était une attaque, la bête avait découpé le corps avec ses griffes, le transformant en viande hachée.

Nanya avait profité de cette occasion et avait sauté sur l’homme. L’épée qu’elle avait utilisée avait transpercé le cœur du diable, puis elle l’avait rapidement vaincu en le décapitant. Jusque-là, elle se contentait d’esquiver et d’analyser ses pouvoirs, essayant de déterminer ce dont la bête était capable, mais elle ne s’approchait même pas de la force accrue de Nanya. Le Diable n’avait jamais eu une chance dès le début, cependant, même un Suprême inférieur aurait habituellement des problèmes avec quelque chose comme ceci.

Voyant tous ses serviteurs morts, le Grand Prêtre arrêta de chanter et nous regarda avec des yeux sombres remplis de fureur et de haine. J’avais répondu en souriant, mais maintenant il n’avait d’autre choix que d’abandonner ou de nous attaquer lui-même. Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’étais pas prêt à le laisser vivre.

À ce moment, il regarda à sa gauche et concentra le mana dans ses bras. Quel que soit le sort qu’il utilisait, c’était incroyablement puissant comparé à ceux qu’utilisaient ses sous-fifres. C’est alors que j’avais remarqué ce qu’il visait... une enfant nekatar. Elle était inconsciente et couverte de sang, mais elle était toujours en vie.

Pourquoi ne l’ai-je pas vue jusqu’à maintenant ? Il essaie de la tuer ? Non... il va l’utiliser pendant un moment ! avais-je pensé et réagi immédiatement, sautant en avant et me mettant entre les deux au moment même où le Grand Prêtre était prêt à attaquer.

Le sort avait été lancé. Ce n’est qu’alors que j’avais réalisé que j’aurais dû attaquer le grand prêtre au lieu de faire cela. C’était stupide de ma part, une erreur de débutant. Une erreur stupide.

L’attaque m’avait frappé.

« ILLSY ! » cria Nanya.

« NON ! » cria Ayuseya, effrayée par l’attaque.

Le Grand Prêtre avait souri d’un air de défi et déclara. « Ton âme n’est pas aussi bonne, mais c’est mieux que rien ! » dit-il en riant.

Shanteya avait sauté sur l’homme, le poignardant dans le cœur, tandis que la magie noire se déversait dans mon corps.

« Espèce de shikak ! » avait-il crié alors qu’il toussait du sang.

« Illsy ! » Nanya avait sauté à côté de moi.

« Ne t’approche pas ! » l’avais-je prévenue. Et ainsi, elle s’était arrêtée.

Qu’est-ce qui m’arrive ? avais-je pensé. Puis j’avais commencé à me sentir bizarre.

« Maintenant, il n’y a rien que vous puissiez faire, stupides aventuriers ! Son corps va pourrir, et son âme quittera son corps ! Ensuite, le Noyau du Donjon va le piéger et l’envoyer comme nourriture à mon Seigneur Noir avec toutes les âmes que nous y avons stockées ! Il n’y a rien que vous puissiez faire maintenant ! Il sera enfin libéré ! Même si vous me tuez, ma mort n’est qu’un sacrifice à sa grandeur ! » déclara-t-il. Puis il se mit à rire.

Furieuse, Ayuseya l’avait décapité d’une frappe, puis il avait coupé en deux avec une autre, et finalement elle avait projeté son corps dans un mur voisin, le transformant en un tas de sang et de tripes. C’était la première fois que je la voyais si en colère, mais je devais admettre que je ne me sentais pas trop bien...

« Argh..., » avais-je gémi. Puis j’avais attrapé ma poitrine.

Soudain, toutes mes forces m’avaient quitté, et j’avais eu le même sentiment que lorsque j’étais mort. C’était comme être aspiré dans un vide où on ne pouvait même pas lever un seul doigt. Tout ce que vous pouviez faire, c’était descendre lentement de plus en plus profondément dans les ténèbres jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, jusqu’à ce que les chaînes qui retenaient votre âme à votre corps se brisent et vous vous sentiez soulagé. À ce moment, l’âme se précipitait vers la lumière... J’avais vu cette lumière... et ma conscience s’était estompée...

☆☆☆

[Point de vue de Shanteya]

Toute la bataille n’avait même pas duré cinq minutes. Les mages noirs tombèrent les uns après les autres à la vitesse de l’éclair. Sans même utiliser un sort d’attaque de zone, nous nous étions très bien débrouillés. N’importe quel autre groupe d’aventuriers aurait sûrement subi un grand nombre de pertes. Malheureusement, nous avions dû laisser le Grand Prêtre pour la fin, car aucun d’entre nous ne le voyait comme une menace pour nous avec notre force actuelle, mais apparemment nous avions eu tort. Le mage noir avait eu le temps de finir son sort, et les autres avaient fait tout ce qu’ils avaient pu pour le protéger, se mettant même entre nous et lui, surtout ce Diable. Ils avaient effectué une défense parfaite devant lui, utilisant leur propre corps comme bouclier de chair. Nous les avions fait tomber en quelques instants, mais c’était tout ce dont l’homme avait besoin pour terminer son sort, puis le Maître s’était éloigné de moi et avait été touché par lui.

Nous avions fini par tuer le mage, mais c’était trop tard. Quelque chose de bizarre était arrivé au Maître. Toutes les trois, nous avions regardé le Maître avec un regard empli d’inquiétude. Il regardait le sol, les pupilles dilatées et la main droite tenant sa poitrine. Il avait une haleine rauque. Le mana dans son corps s’écoulait de façon erratique, changeant de vitesse et de direction, provoquant des ondulations et des fissures dans le flux d’énergie qui l’entourait. Je pouvais voir l’obscurité s’infiltrer dans les cristaux sur ses mains. Il était entouré d’une étrange aura qui nous repoussait. Nous faisant sentir une forte pression sur nos épaules, mais nous ne savions pas ce qui lui arrivait ni comment l’aider. Nous ne pouvions que rester là et regarder son moment de torture.

Cela me faisait mal de le voir comme ça... d’être si impuissante... Je détestais ça...

« AAAH !! » Le maître cria soudain à pleins poumons.

Ses yeux étaient devenus noirs, les cristaux sur ses mains rouges, et le mana avait tout repoussé autour de lui. C’était alors que j’avais remarqué l’enfant derrière lui. J’avais couru autour de Maître pour la rejoindre. Quoi qu’il se soit passé, c’était à cause d’elle que le Maître avait encaissé l’attaque du mage noir. De vouloir la sauver et se sacrifier pour un parfait étranger comme lui, qui d’autre que le Maître puisse le faire ? Pourtant, j’aurais préféré qu’il ne le fasse pas... J’étais égoïste parce que je ne voulais pas perdre mon seul et unique Maître.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé quand j’avais regardé le corps de la petite fille.

Cinq chaînes noires enchantées l’avaient attachée au sol. J’avais essayé de les tirer, mais ils n’avaient pas bougé. C’était plus que ce que mon pouvoir pouvait supporter, mais ils avaient été immédiatement coupés par l’épée de Nanya.

« Sortez-la d’ici ! » m’avait-elle dit.

J’avais hoché la tête et j’avais couru plus loin

En regardant en arrière, j’avais vu le Maître ricaner comme un fou, et le Cœur du Donjon derrière lui s’était fendu. Des monstres avaient crié et tout l’endroit s’était mis à trembler.

A-t-il relâché son Territoire de Donjon ? m’étais-je demandé, surprise.

Je m’étais arrêtée à l’entrée de cette pièce et j’avais regardé le Maître.

En raison de la quantité de mana qui débordait de son corps, les meubles et les morceaux de corps avaient été soulevés dans les airs, tandis que d’étranges éclairs noirs émanant de son corps les frappaient. C’était une scène effrayante à voir. Le pouvoir qui surgissait de lui pourrait facilement renverser tous les Suprêmes dans les royaumes connus. Cela m’avait refroidi la colonne vertébrale, et cela m’avait montré clairement que celui qui se tenait devant moi n’était pas le gentil Maître que je connaissais, mais quelqu’un d’autre... quelque chose d’autre...

À ce moment, il se mit à gémir et le mana s’arrêta brusquement. Une silhouette humanoïde blanche faite entièrement de lumière était sortie de sa poitrine comme un fantôme qui essayait de se libérer du corps qu’il possédait. Un sentiment de peur s’était précipité en moi.

« MAÎTRE ! NE FAITES PAS ÇA ! » avais-je crié à pleins poumons.

Je savais alors que ce que je regardais était le vrai Maître, le vrai Illsyore. Nanya et Ayuseya le savaient aussi certainement. C’était son âme sur le point de quitter son corps, mais il était pur et doux. Il était rempli de lumière et n’avait presque pas d’ombres. Si je n’en savais pas plus, je pourrais jurer que je regarde l’âme d’un saint, pas celle d’un donjon.

« Illsy ! » cria Ayuseya, les larmes aux yeux.

« Non ! Ne pars pas, crétin ! » cria Nanya.

Puis, au moment où son âme semblait sur le point de partir pour de bon, de nous laisser seules dans ce donjon sombre et froid, une ombre dense et sombre s’éleva de sa poitrine et avait saisi l’âme d’un blanc pur. Comme des vrilles, l’ombre s’enroulait autour de ses bras et de ses jambes, l’enchaînant vers le bas et le tirant vers l’arrière, tandis que l’âme blanche luttait pour partir.

En regardant cette scène, je ne savais pas quoi souhaiter... Si le Maître partait, alors... nous, non, je serais seule... Si le Maître était libre, alors il pouvait entrer dans les Hauts Cieux, mais je ne voulais pas... Même si c’était égoïste, je ne voulais pas que le Maître me quitte, qu’il nous quitte. Du moins, je n’avais pas cru les paroles du mage sur son Seigneur Noir.

☆☆☆

[Point de vue de Nanya]

Nous étions toutes les trois des femmes égoïstes... Au lieu de souhaiter sa liberté, j’étais certaine qu’au fond de nos cœurs, nous voulions toutes qu’il reste. Maintenant que je lui avais ouvert mon cœur, maintenant que j’avais versé des larmes et ri avec lui, comment pouvais-je le laisser partir et passer les siècles suivants seule ?

Même si c’était contre le Ciel. Même si j’avais offensé tous les dieux d’en haut, j’avais souhaité qu’Illsy reste avec moi, pour pouvoir me faire l’amour encore une fois comme il l’avait fait cette nuit-là.

J’étais techniquement assez puissante maintenant pour avoir n’importe quel homme que je désirais, mais aucun d’eux n’avait le sourire idiot d’Illsy, ses blagues bizarres, et ses étreintes sensuelles... Je n’avais pas besoin d’un autre homme, j’avais besoin de lui.

« Non ! Ne pars pas, crétin ! » avais-je crié à pleins poumons. Ne me laisse pas seule, Illsy... avais-je pensé.

☆☆☆

[Point de vue d’Ayuseya]

Les larmes n’arrêtaient pas. La douleur dans mon cœur ne cessa jamais. La prise de mon épée me semblait faible, et mes genoux tremblaient. Je l’avais vu changer mon destin, changer mon monde, et conquérir mon cœur... Je ne pouvais pas accepter de le voir partir.

Au début, je pensais que je voyais des choses. Cette entité humanoïde blanche ne pouvait pas être Illsy. Ce ne pouvait pas être mon mari, mais plus je le regardais, plus je sentais la connexion et le lien que nous partagions. C’était faible, mais c’était là. J’avais toujours su que je n’étais pas la préférée d’Illsy, mais je m’en fichais... quand j’avais entendu Nanya faire le premier pas et partager son lit avec lui, j’avais menti sur mes sentiments... Mon cœur s’était figé, et je m’étais sentie trompée par elle. J’avais l’impression que quelqu’un m’avait volé quelque chose, un peu de ma lumière, une chance à mon amour. Je le savais, mais je m’en fichais. Illsy m’avait offert la liberté dont je n’aurais pu rêver qu’une seule fois, et la force que beaucoup ne pouvaient qu’envier.

Malgré tout, mon cœur tremblait et mon corps tremblait quand j’avais vu Illsy face à une fin possible. C’était quelque chose qu’aucun d’entre nous n’aurait pu prévoir, rien qu’aucun d’entre nous n’aurait pu savoir. Si je l’avais fait, j’aurais été la première à me mettre en travers de son chemin. Mieux valait être haï par l’être aimé que de le voir mort sous vos yeux.

C’est drôle comme de tels moments de sincérité ne m’étaient apparus que dans ces moments de douleur et de perte possible...

Pourtant, il y avait de l’espoir... L’ombre d’Illsy ou bien quoi que ce soit d’autre l’avait fait reculer. Le mana qui tourbillonnait autour de lui s’arrêta, et il tomba à genoux. Je me fichais de ce que c’était, mais cela l’avait empêché de partir et surtout, cela avait laissé Illsy en vie pour moi... pour nous.

☆☆☆

[Point de vue d’Illsyore]

Je pouvais à peine respirer et mon corps me faisait mal partout. Mon cœur battait bien trop fort et la peur était nichée dans mon dos. Je ne pouvais même pas me rendre compte à quel point j’avais peur, mais c’était une peur étrange, une peur du moment, pas d’un traumatisme. Je savais que même après ma guérison, je n’aurais pas peur d’affronter à nouveau ces mages noirs, mais la prochaine fois, je les finirai avec mes lasers avant même qu’ils n’aient eu la chance d’ouvrir leur bouche !

Pourtant, il y avait une autre chose qui m’avait profondément ému... En regardant les filles, je les avais vues à genoux, pleurant... pour moi. Je leur avais causé un bref moment de peur et de tristesse.

« Désolé... J’ai un peu foiré, » leur avais-je dit avec un sourire douloureux.

« Espèce d’IDIOT ! » Nanya avait crié et m’avait sauté au cou en me serrant dans ses bras.

« Illsy ! » Ayuseya m’avait aussi sauté dans les bras.

Elles m’écrasaient toutes les deux... J’étais tombé sur le dos avec les deux femmes qui pleuraient dans mes bras.

« Maître... Je suis heureuse de voir que vous êtes en sécurité, » déclara Shanteya avec un doux sourire tout en essuyant rapidement ses larmes.

« Ouais, rappelle-moi de ne plus jamais faire ça. J’avais l’impression d’être mort à nouveau... argh, » avais-je gémi.

« Espèce d’abruti, sois heureux d’être en vie ! Mais c’est incroyable que tu aies survécu à une attaque, » déclara Nanya avec un doux sourire.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé en plissant le front.

« Une attaque stupide de Magie Noire qui ressemble à la Séparation Spirituelle de la Sombre Magie. Cependant, contrairement à ce dernier, la Déchirure d’âme rompt le lien avec ton corps et cela force ton âme à partir, la laissant enchaînée par le Mage Noire... Pour survivre à quelque chose comme ça, c’est... incroyable. J’ai entendu dire que seul un vrai Maître Spirituel peut faire cela, » déclara Nanya en secouant la tête.

« Peut-être qu’il a utilisé un autre sort ? De toute façon, j’ai atteint le Nirvana au lit avec toi, » avais-je dit en souriant.

« Ouais, il est de retour, » déclara la démone en souriant. Puis elle m’avait fait un baiser sur les lèvres.

« C’est bon de te voir en sécurité, Illsy... Tu m’as fait peur, » déclara Ayuseya, elle était la seule qui pleurait encore.

« Désolé..., » avais-je répondu.

« Nous devrions sortir d’ici. Je ne pense pas que nous ayons besoin d’être ici, et cet enfant a besoin de soins médicaux, » déclara Shanteya, nous rappelant que techniquement, nous étions en train de nous prendre dans les bras et de nous étreindre au milieu d’une salle de sacrifice.

Ce n’était pas le meilleur endroit pour un rendez-vous, c’était certain !

Ainsi, nous avions quitté le sinistre donjon, en direction de la sortie.

Pendant ce temps, je n’avais aucune idée des dangers qui se cachaient en moi...

☆☆☆

[Dans l’esprit intérieur d’Illsy]

Autrefois, nous étions innombrables, une légion..., mais maintenant, nous sommes UN ! Les Ténèbres vont prétendre qu’il se tient au-dessus de ce corps ! Moi, les Ténèbres, je détruirai l’âme de ce mortel... peu à peu... la voix du Primordial résonna en ce lieu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. hmm? voila qui ne présage rien de bon... mais qui sait, je me trompe peu être... seul l'avenir nous le dira.

    merci pour cette deuxième partie^^.

Laisser un commentaire