J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 48 – Partie 1

***

Chapitre 48 : La horde de zombies… et de squelettes…

Partie 1

Le diablotin s’était tortillé avant d’essayer de s’enfuir, mais il n’avait pas pu s’échapper. L’autre diablotin était furieux et avait essayé de me blesser, mais je l’avais tout simplement collé sur l’autre. Pendant ce temps, les filles me fixaient d’un regard étrange.

« Quoi ? » leur avais-je demandé en plissant les yeux.

« Pourquoi essayes-tu de faire en sorte que les diablotins s’enlacent ? » demanda Nanya alors qu’elle me regardait avec suspicion.

« Je ne suis pas comme ça... Ce type, c’est Peter, et il essaye de voler les clés de Grog, le gardien de prison, » avais-je répondu avec un ton de voix sérieux.

En m’entendant, Ayuseya avait ri, Shanteya avait soupiré, et Nanya ne savait plus trop quoi dire.

« Es-tu donc un donjon divin qui joue avec des poupées ? » demanda la démone.

« Techniquement, ce ne sont pas des poupées... ce sont... des diablotins, » je l’avais regardée puis j’avais regardé les deux petits diables qui se tortillaient dans mes mains. « Je m’ennuie vraiment. Est-ce que cela se ressent ? » je le savais depuis un moment.

« Tout à fait, » elles avaient toutes acquiescé d’un signe de tête, et même les diablotins avaient acquiescé.

J’avais plissé mes yeux en les regardant tous les deux, puis j’avais poussé un long soupir.

« Comment se passe la recherche de la sortie ? » avais-je alors demandé à Nanya en levant les yeux vers elle.

« C’est entre l’ennui et la folie, » me répondit-elle.

« Je vois... tu n’as qu’à briser les murs dans ce cas, » déclarai-je.

« Brisé les murs. » Elle avait acquiescé d’un signe de tête.

Après le 60e étage, nous avions atterri dans ce qui ne pouvait être décrit que comme un labyrinthe apparemment sans fin. Il n’était pas rempli de pièges ou d’autre chose du genre, mais il y avait des monstres, et c’était vraiment complexe. Le truc, c’était que je voulais vraiment le tester et voir à quel point c’était difficile. C’était la raison pour laquelle Nanya n’avait pas déjà percé les murs ou le sol. Quant aux diablotins... Je m’étais ennuyé à un moment donné.

En utilisant la force brute pure, Nanya avait dévasté le mur voisin, y faisant un trou. Les filles l’avaient alors franchi, et je les avais suivies, mais avant cela, je m’étais assuré de libérer les deux diablotins. Après les tortures que je leur avais infligées, j’avais considéré que leur liberté était une juste récompense.

Les murs s’étaient effondrés sous la puissance de la démone jusqu’à ce que nous trouvions enfin l’escalier menant à l’étage suivant. Cependant, comme prévu, aucun des dommages n’avait été réparé par le noyau, et je commençais à me demander si ce n’était pas mieux pour moi de simplement relâcher mon Territoire de Donjon et d’écraser celui-ci. Cela rendrait les choses mille fois plus faciles, mais le comportement étrange du Donjon m’avait un peu fait hésiter. Je voulais savoir pourquoi il ne réparait pas tout, alors j’avais parié sur la possibilité de communiquer avec lui avant de le détruire ou de le torturer pour avoir ma réponse.

Au fur et à mesure que nous avancions de plus en plus profondément, la difficulté de chaque étage devenait un peu étrange. Certains d’entre eux étaient incroyablement faciles, tandis que d’autres étaient un peu plus difficiles, mais nécessitaient au moins un rang Empereur pour les parcourir. Bien sûr, cela n’était vrai que pour la conception et la complexité de l’étage. Les monstres avaient pris de l’ampleur au fur et à mesure que nous allions plus loin, devenant de plus en plus forts.

Pendant tout ce temps, Ayuseya était notre avant-garde, Shanteya tuait les bêtes errantes, et Nanya perçait des trous dans les murs ou ramassait tout butin digne d’intérêt. Avec toutes les fonctions déjà prises, on peut clairement voir comment j’avais fini par m’ennuyer. Je me promenais, je bâillais et je ramassais des crânes pour essayer de tester mes talents de jongleur. À un moment donné, j’avais même jonglé avec des diablotins. Étonnamment, ils avaient de nombreuses utilisations. Maintenant, si seulement je pouvais les faire s’immobiliser, je pourrais leur faire prendre le rôle de quilles de bowling.

« Devrions-nous laisser Illsy combattre quelque chose ? » demanda Ayuseya après qu’elle ait coupé en deux l’un des Minotaures.

La draconienne n’avait même pas regardé le monstre quand elle l’avait fait.

En entendant cela, je les regardais avec des yeux brillants et un diablotin qui luttait dans mes mains.

« Non ! » déclara Nanya avec un large sourire.

« TU ES UN DÉMON ! » avais-je crié.

« Non, une démone, » elle m’avait corrigé et avait sorti sa langue.

Vaincu, j’avais poussé un long soupir.

« Gabu ! Biii ! » cria le diablotin.

J’avais libéré la créature, l’éclaboussant dans un mur derrière nous.

« Ce n’est pas drôle..., » avais-je grogné à ce moment-là.

« Illsy, avancer dans un donjon n’est pas amusant... C’est dangereux. » Ayuseya avait dit cela et s’était retournée après avoir coupé un Dayuk en deux.

J’avais plissé les yeux vers elle.

« En effet... Avec mon corps immortel, je pourrais attraper un rhume, » avais-je dit alors que j’étais sarcastique.

Sur une autre note, nous avions réussi à trouver les corps de trois autres aventuriers. La tête et le cœur du mage avaient été tranchés à l’aide d’un poignard. C’était clairement le travail des mages noirs. Les deux derniers étaient un guerrier el’doraw et un chasseur nekatar. Nous les avions trouvés après qu’ils aient été utilisés comme nourriture par une bande de diablotins affamés. Ayuseya s’était occupée des détails des funérailles avec une grosse [Boule de feu] qui avait brûlé toute la zone.

Quant aux esclaves, nous n’en avions trouvé que des restes. Les démons n’avaient même pas laissé un seul morceau, ce qui signifiait que la raison pour laquelle la plupart des aventuriers, bien que morts, n’avaient pas encore été mangés était que le monstre avait rempli leur estomac avec la chair d’esclaves. En y pensant, cela signifiait que 23 âmes avaient été utilisées comme appât et nourriture pour ces choses. C’était une façon si cruelle de partir, et cela m’avait simplement fait bouillir mon sang de colère, mais tous les aventuriers étaient maintenant morts. Je n’avais personne à tuer.

Lorsque nous étions arrivés au 73e étage, les choses avaient changé quant à l’aspect du donjon. Les murs n’étaient pas symétriques. Les pièces étaient à moitié remplies de terre ou inclinées à des angles bizarres. Même ivre, je ne construirais pas quelque chose comme ça. C’était tellement merdique que même les monstres n’y vivaient pas. En fait, nous n’en avions trouvé aucune trace, et les pièges étaient trop mauvais pour fonctionner d’une manière ou d’une autre.

« C’est bizarre..., » avais-je dit en tapant sur un mur en bois.

Il n’y avait qu’un tiers de bois, le reste était du granit.

« Oui, » avait dit Ayuseya en regardant autour d’elle, tenant son épée en l’air en cas d’attaque-surprise.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » avais-je demandé à Nanya, et je l’avais regardée.

« Quelque chose ne va pas du tout avec le Cœur de Donjon..., » elle avait plissé ses yeux devant une chaise à trois pieds en pierre et collée à mi-chemin dans le mur.

« Allons plus loin, peut-être que nous trouverons quelque chose..., » déclara Shanteya.

« Si ce donjon a la grippe, je me tire d’ici ! » J’avais exprimé mon inquiétude.

« Les Cœurs de Donjons n’attrapent pas de maladies, » Nanya m’avait regardé dans les yeux.

« Je le savais déjà..., » j’avais croisé les bras et regardé ailleurs.

Ils ne peuvent pas ? Mais si cela n’est pas provoqué par une maladie, alors quoi ? m’étais-je demandé en regardant derrière le mur de bois.

Au fur et à mesure que nous avancions, la géométrie des étages devenait plus ou moins chaotique. Il y avait des pièces fusionnées, des couloirs escarpés, des pièces inondées avec de l’eau ou de la lave, des salles sans issues. Tout ressemblait au résultat d’un générateur de niveaux aléatoires un peu foireux.

Alors qu’il n’y avait aucun monstre ou piège fonctionnant réellement, nous n’avions qu’à nous assurer sur quoi nous marchions, au cas où le plancher soit là ou non. J’avais réussi à me coincer dans un piège à sable de cette façon. Heureusement, cela n’arrivait qu’à la taille, ce qui le rendait tout simplement inutile.

« Alors, y est-on déjà ? » avais-je demandé à un moment donné.

« Oui, » déclara Nanya en souriant.

« Hein ? Vraiment ? » J’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

« Non, » elle m’avait regardé fixement.

« Méchante..., » lui avais-je dit et quand elle s’était retournée, je lui avais giflé les fesses.

« Hé ! » elle avait crié.

« C’est elle qui l’a fait ! » J’avais montré du doigt le mur qui était en fait un demi-miroir. En plissant les yeux, j’avais dit : « Traître. »

La démone n’avait fait que soupirer après ça

« La prochaine fois qu’on le pourra, on devrait acheter des jouets au Maître, » avait déclaré Shanteya en riant.

« Non, il exagère, c’est tout. D’ailleurs, il m’a giflée un peu plus fort quand on l’a fait à l’auberge, » déclara Nanya.

J’avais refusé de commenter, alors que les filles se contentaient de rire.

Ces étages étaient incroyablement petits par rapport aux autres, mais nous ne savions pas combien il en restait. D’une façon ou d’une autre, puisqu’ils se dégradaient à mesure que nous nous enfoncions dans le donjon, nous ne pouvions que soupçonner que nous n’étions pas si loin du dernier, où nous allions probablement trouver le groupe de mages qui se cachait ici.

Bien qu’il soit clair que le donjon coopérait avec eux, ma seule question était : pourquoi ?

Après une dizaine d’autres étages, nous avions finalement atteint le dernier, mais au moment où nous avions sauté à travers le trou fait par Nanya, nous avions été choqués.

« Par tous les dieux ! » déclara Ayuseya et s’était rapidement couvert la bouche de sa main.

Shanteya avait serré sa main sur la poignée de son poignard, tandis que je serrais les poings.

« Zombies... et squelettes..., » avait déclaré Nanya.

En effet, ce qui nous attendait ici-bas, c’était les restes des innombrables aventuriers malheureux qui s’étaient aventurés dans ce lieu maudit. Ils avaient tous été tués d’une manière ou d’une autre, cependant, voyant le nombre présent, je n’avais pas pu m’empêcher de penser que ce donjon aurait dû avoir un niveau plus élevé, et non pas un petit 94.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. merci pour ce chapitre^^.

  4. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire