J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 45 – Partie 1

***

Chapitre 45 : Les nouveaux aventuriers de la Guilde

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

Nanya et moi regrettions actuellement le fait que nous n’avions pas abusé de mes compétences en construction de donjon et que nous n’avions pas insonorisé notre chambre à l’auberge. Le regard fatigué de Shanteya et Ayuseya m’avait dit qu’elles n’avaient pas pu obtenir un instant de sommeil la nuit dernière. Toute excuse ou tentative de s’en sortir était inutile, absolument inutile. Elles nous regardaient tous les deux, moi et Nanya, qui se cachait derrière moi.

Franchement ? Tu es assez puissante pour réduire toute la ville en miettes de pain, et TU te caches derrière MOI ? pensais-je en forçant les sourires sur mon visage.

« Vous puez tous les deux ! » nous déclara soudainement la nekatare.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

« Vos odeurs sont mélangées... Son odeur est sur vous et la vôtre sur elle. Si vous voulez faire des bébés, taisez-vous, nya ! » Neyalin avait déclaré ça en nous montrant toutes les deux du doigt.

Nanya était rouge comme une tomate et n’osait pas regarder en l’air.

« Stupide Illsy, » avait-elle grogné d’une voix grave.

En quoi est-ce ma faute !? m’étais-je plaint.

Neyalin s’était éloignée de notre table pour servir un aventurier grincheux aux yeux injectés de sang.

« Je suppose que nous ne pouvons résoudre ce problème que d’une seule façon, » avait dit Ayuseya d’une voix calme.

« Sans avoir besoin de m’écorcher vivant ? » avais-je demandé avec un sourire.

« Ça, c’est pour plus tard, mon cher, » elle m’avait montré un sourire froid, et j’avais dégluti. « Pour l’instant, tu dois accepter de ne jamais partager ton lit avec l’une de nous pour une nuit spéciale sans demander la permission des autres, » avait-elle déclaré, et Shanteya avait acquiescé.

J’avais dégluti. « D’accord... »

Ce n’est pas comme si j’avais de toute façon le choix. Attends un peu..., avais-je pensé et puis j’avais regardé Shanteya et Ayuseya. « Est-ce que ça veut dire que vous deux... ? »

Les deux femmes clignèrent des yeux, se mirent à rougir alors qu’elles regardaient ailleurs. Elles se comportaient de façon suspecte.

« Ça ne veut rien dire ! » déclara la draconienne.

« Euh ! Quoi qu’il en soit, cette affaire est close, et nous devrions réfléchir à ce qu’il faut faire aujourd’hui. Oh, et une dernière chose. Nanya, vous êtes-vous protégée ? » demanda Shanteya.

« Hein ? Protection ? Contre quoi ? » demanda-t-elle en inclinant la tête vers la gauche.

J’avais failli me mettre la main sur le visage parce qu’elle ne le savait pas, mais encore une fois, c’était un monde médiéval. Ce n’était pas comme si je pouvais aller à la pharmacie locale et acheter une boîte de préservatifs ou de pilules contraceptives, mais il y avait de la magie, ce qui m’avait fait m’interroger sur les différentes possibilités.

« Illsy ? » demanda Shanteya en me regardant.

L’horreur sur son visage pouvait être lue très clairement.

« Oh ? Euh... Je n’ai aucune idée de ce que c’est, mais après... et bien à un moment précis, on m’a demandé si je voulais féconder Nanya, et j’ai dit “non”, » lui avais-je dit avec le sourire.

« On t’a demandé ? Par qui ? » demanda Ayuseya avec un front plissé.

« C’est un truc de donjon, » avais-je répondu.

« Soupir, espérons qu’on n’aura pas à s’inquiéter d’un Illsy Junior qui court partout en cassant des trucs et en soulevant des jupes..., » déclara Shanteya.

Quel genre de pervers espiègles penses-tu que mes enfants vont être !? avais-je pleuré dans ma tête.

Un silence de mort s’était soudain formé autour de la table, alors qu’aucun de nous ne disait la moindre chose. J’avais regardé autour d’eux, et après que le sujet soudain de la fabrication de bébé ait été mis en avant, elles ne semblaient pas disposées à en débattre davantage. Mais encore une fois, je n’avais pas prévu de devenir père si tôt. Techniquement, je pouvais nous construire une maison, et nos statistiques de base étaient suffisantes pour nous faire gagner un joli montant d’argent, mais ce n’était pas sur ma liste de choses à faire.

« Euh ! Illsy ? Que veux-tu faire aujourd’hui ou à partir de ces prochains jours ? » demanda Ayuseya, qui avait eu le courage de briser le silence.

« Euh... Aujourd’hui, je ne sais pas, mais en général, je veux devenir plus fort, voir le monde, voir des choses, voir d’autres pays et comment fonctionnent leurs académies. J’aimerais aussi voir comment fonctionne ce truc de la Guilde, » avais-je répondu franchement.

« Alors veux-tu reconstruire Fellyore ? » demanda-t-elle, surprise.

« Pas Fellyore, mais la mienne... Je suis en quelque sorte attirée vers cette idée. J’étais une académie avant d’être un donjon, et cette fois, je veux essayer d’enseigner un peu aux étudiants, » leur avais-je expliqué avec le sourire.

« Je vois. Dans ce cas, la première chose à faire est de s’inscrire auprès de la Guilde des Aventuriers. Beaucoup d’entre eux reçoivent un emploi d’enseignant et peuvent bénéficier d’un accès spécial aux académies pour y enseigner aux étudiants. Plus vous êtes célèbre, plus vous avez de chances d’entrer dans une bonne Académie de magie pour enseigner ou recevoir des cours, » expliqua Ayuseya calmement.

« Cela ne me dérangerait pas d’enseigner à nouveau, mais Illsy, tu devrais apprendre ce qu’est un donjon FACILE. Et pas ta version du “facile”, » déclara Nanya en plissant les sourcils.

« Ce n’était pas ma faute. Je ne suis pas né avec un manuel sur ce genre de choses..., » avais-je dit en haussant les épaules.

« Si c’est votre plan, alors le fait d’aller à la Guilde des Aventuriers n’est pas une mauvaise idée. Si nous augmentons nos rangs avec eux, nous pouvons même avoir accès à diverses bibliothèques à travers le continent, ce qui peut vous donner une idée générale du genre de livres qui existe. Il se peut que vous en ayez envie après ça de faire votre propre bibliothèque, » expliqua Shanteya.

« Livres ? Je n’ai jamais vraiment pensé à visiter la bibliothèque de Fellyore, donc je ne sais pas vraiment quel genre de livres sont écrits dans ce monde... ou comment ? » avais-je dit en me grattant l’arrière de la tête. « Pour une raison inconnue, je ressentais un très mauvaise sensation chaque fois que je me rapprochais de cette pièce, » leur avais-je dit.

Nanya et Shanteya se regardèrent l’une et l’autre et gloussaient de rire.

« Quoi ? » avais-je demandé de surprise.

« Rien, » déclara Nanya en regardant ailleurs.

« Alors, allons-nous à la Guilde des Aventuriers ? » demanda Ayuseya.

« Oui ! J’ai aussi besoin de cours pour les langues locales. Tout ce que j’entends, c’est du charabia..., » avais-je conclu et j’avais levé la main comme un enfant en classe.

« Je peux te donner des leçons privées plus tard, » déclara Nanya avec un doux ronronnement, se rapprochant de moi.

L’anneau d’illusion faisait bien de cacher les griffes et la queue parce que je pouvais sentir quelque chose d’invisible autour de ma taille, mais la démone était prudente, et elle n’égratignait ni ne coupait le tissu de mes vêtements.

« NON, VOUS NE POUVEZ PAS, » Shanteya et Ayuseya avaient toutes les deux crié, traînant Nanya loin de moi et me tirant presque aussi, car elle n’avait pas retiré sa queue assez vite, ou plutôt qu’elle ne voulait pas le faire.

« Tch ! » la démone avait fait claqué sa langue et avait croisé les bras sur sa poitrine.

Après avoir quitté l’auberge, nous avions traversé la petite ville, qui s’appelait d’ailleurs Perto, et nous nous étions dirigés directement vers la Guilde des Aventuriers. C’était l’un des plus grands bâtiments qui s’élevait sur deux étages. D’après ce que j’avais pu voir, il était assez spacieux pour contenir toute la population de cette petite ville en cas d’urgence. C’était peut-être le but recherché, après tout. Quoi qu’il en soit, nous étions entrés par la porte d’entrée et nous nous étions trouvés face à face avec certains des aventuriers de ce continent.

Une chose était certaine. Aucun d’entre eux ne portait des tenues fantaisie étincelantes ou n’avait des monstres volants comme animaux de compagnie ou comme monture. Ils portaient des armures en cuir ou en cotte de mailles, et leurs épées étaient en fer ou en acier. Aucun de ces équipements n’avait été enchanté et ils n’avaient même pas démontré la moindre menace envers nous. En les regardant, je commençais à croire que j’avais atterri au milieu de la ville des Noobs. Ces types avaient l’air très faibles.

« Nouveaux visages, hein ? » L’un des aventuriers avait jeté un regard empli d’ennuis dans notre direction.

C’était un homme grand et maigre portant une armure de cuir avec des épaules noires et un petit poignard accroché à sa ceinture. En ce qui concernait son apparence, il n’était pas différent d’un Européen de l’ouest, un caucasien, avec cheveux bruns et yeux bruns. Mais dans l’ensemble, la plupart des habitants de cette ville se ressemblaient.

« Tout à fait. Nous sommes ici pour nous inscrire, » déclara Ayuseya en souriant.

« Oh ? Une jolie dame comme toi qui s’inscrit chez nous, les Aventuriers ? Qu’est-il arrivé au monde si nous devons compter sur les femmes pour nous défendre ? » avait-il dit avec autant de sarcasme qu’il le pouvait, puis il avait éclaté de rire.

Il y en a toujours un comme lui... Mais pourquoi s’en prend-il à Ayuseya ? Je suis le gars aux cheveux verts ! Oh, c’est vrai ! Je porte un sweat à capuche, donc il ne peut pas le voir, avais-je pensé en essayant de ne pas le frapper au visage.

« Ferme-la, Borun ! » Un autre homme, un guerrier portant une armure de plaques et tenant un parchemin dans sa main lui parla.

Comme il portait son casque, je ne pouvais pas voir son visage, mais il semblait plus fort ou du moins d’un rang plus élevé que l’autre.

« Tch ! » il avait fait claquer sa langue et avait détourné le regard.

« Si vous voulez vous inscrire, allez là-bas, mais laissez la démone à l’entrée, nous n’avons pas besoin d’elle par ici, » déclara-t-il en montrant quelqu’un de l’autre côté du bâtiment, mais il n’avait rien à ajouter cette dernière remarque.

« S’il vous plaît, n’insultez pas ma femme, » lui ai-je dit gentiment et en même temps en me retenant de convoquer un Minotaure au milieu de la pièce.

« Peu importe..., » dit-il en haussant les épaules et en détournant le regard.

« Je t’avais dit que ce n’était pas une bonne idée, » déclara Nanya, mais elle semblait aussi se retenir.

« Tout va bien, » lui ai-je dit avec un sourire, puis je lui avais caressé la tête, avant de remarquer qu’elle portait encore son anneau d’illusion.

En apparence, Nanya n’était pas différente d’une femme humaine blonde ordinaire, alors comment cet homme était-il capable de voir à travers son déguisement ? Quoi qu’il en soit, cela nous avait apporté toute une série d’affreux regards, mais nous les avions ignorés et nous étions allés de l’avant.

« C’est probablement un Observateur. C’est comme ça qu’il l’a su, » Nanya me l’avait dit en chuchotant, tout en restant près de moi comme une fille timide, ou plutôt quelqu’un qui essayait très fort de ne pas faire sauter l’endroit.

« Un Observateur ? » avais-je demandé.

« Le casque est enchanté. Quand il regarde quelqu’un, il lui dit de quelle espèce il s’agit, mais il ne peut pas être réglé pour identifier plus de deux espèces différentes, peut-être trois. C’est surtout utilisé contre ceux qui doivent payer les frais d’inscription les plus chers, ou contre ceux qui ne sont pas les bienvenus sur le territoire du royaume..., » m’avait-elle dit.

Si un pays était en guerre ou quelque chose comme ça, il était naturel qu’il se méfie des espions infiltrés, mais d’utiliser quelque chose comme ça pour que les personnes ne trichent pas avec la taxe ? Ça semblait un peu extrême. Mais encore une fois, il pourrait s’agir de quelque chose qui était difficile à faire en raison de décrets royaux. Au moins, j’avais découvert qu’il y avait des objets qui pouvaient voir à travers l’illusion ou le déguisement. Inutile de s’y fier trop souvent si cela pouvait se défaire d’une façon ou d’une autre. Je me fichais qu’ils m’identifient comme un donjon ou pas. J’étais littéralement dans un groupe de Rang Suprême, ce qui signifiait qu’il n’y avait pas beaucoup de personnes qui pouvaient s’opposer à nous. Nanya, par contre, ne semblait pas apprécier l’exposition.

Avant d’aller parler à celui qui s’occuperait de notre inscription à la Guilde, j’avais regardé ma femme de chambre el’doraw.

« Shanteya ? » avais-je demandé.

« Oui, Maître ? » répondit-elle.

« S’il te plaît, range le poison..., » avais-je souri en lui disant ça.

« Ce n’est pas un poison, Maître. C’est un laxatif extrêmement puissant, durable et surtout très rapide, » expliqua-t-elle calmement.

En y pensant, c’était une bonne combinaison. Je doutais fort qu’il puisse enlever cette grosse armure avant l’accident, mais quand même... Je ne voulais pas de problèmes ici.

« Range ça, pour l’instant..., » j’avais soupiré et je m’étais présenté à celui qui s’occupait de l’inscription.

Pourtant, ce qui m’avait surpris, c’était le fait que ces individus parlaient une langue que je comprenais et non pas le kalish ou le kendarien. Peut-être étaient-ils des aventuriers des autres continents ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. merci pour cette première partie^^. hâte de lire la suite^^.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chap ^^

  4. Merci pour le chapitre !

  5. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire