J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 45

***

Chapitre 45 : Les nouveaux aventuriers de la Guilde

***

Chapitre 45 : Les nouveaux aventuriers de la Guilde

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

Nanya et moi regrettions actuellement le fait que nous n’avions pas abusé de mes compétences en construction de donjon et que nous n’avions pas insonorisé notre chambre à l’auberge. Le regard fatigué de Shanteya et Ayuseya m’avait dit qu’elles n’avaient pas pu obtenir un instant de sommeil la nuit dernière. Toute excuse ou tentative de s’en sortir était inutile, absolument inutile. Elles nous regardaient tous les deux, moi et Nanya, qui se cachait derrière moi.

Franchement ? Tu es assez puissante pour réduire toute la ville en miettes de pain, et TU te caches derrière MOI ? pensais-je en forçant les sourires sur mon visage.

« Vous puez tous les deux ! » nous déclara soudainement la nekatare.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

« Vos odeurs sont mélangées... Son odeur est sur vous et la vôtre sur elle. Si vous voulez faire des bébés, taisez-vous, nya ! » Neyalin avait déclaré ça en nous montrant toutes les deux du doigt.

Nanya était rouge comme une tomate et n’osait pas regarder en l’air.

« Stupide Illsy, » avait-elle grogné d’une voix grave.

En quoi est-ce ma faute !? m’étais-je plaint.

Neyalin s’était éloignée de notre table pour servir un aventurier grincheux aux yeux injectés de sang.

« Je suppose que nous ne pouvons résoudre ce problème que d’une seule façon, » avait dit Ayuseya d’une voix calme.

« Sans avoir besoin de m’écorcher vivant ? » avais-je demandé avec un sourire.

« Ça, c’est pour plus tard, mon cher, » elle m’avait montré un sourire froid, et j’avais dégluti. « Pour l’instant, tu dois accepter de ne jamais partager ton lit avec l’une de nous pour une nuit spéciale sans demander la permission des autres, » avait-elle déclaré, et Shanteya avait acquiescé.

J’avais dégluti. « D’accord... »

Ce n’est pas comme si j’avais de toute façon le choix. Attends un peu..., avais-je pensé et puis j’avais regardé Shanteya et Ayuseya. « Est-ce que ça veut dire que vous deux... ? »

Les deux femmes clignèrent des yeux, se mirent à rougir alors qu’elles regardaient ailleurs. Elles se comportaient de façon suspecte.

« Ça ne veut rien dire ! » déclara la draconienne.

« Euh ! Quoi qu’il en soit, cette affaire est close, et nous devrions réfléchir à ce qu’il faut faire aujourd’hui. Oh, et une dernière chose. Nanya, vous êtes-vous protégée ? » demanda Shanteya.

« Hein ? Protection ? Contre quoi ? » demanda-t-elle en inclinant la tête vers la gauche.

J’avais failli me mettre la main sur le visage parce qu’elle ne le savait pas, mais encore une fois, c’était un monde médiéval. Ce n’était pas comme si je pouvais aller à la pharmacie locale et acheter une boîte de préservatifs ou de pilules contraceptives, mais il y avait de la magie, ce qui m’avait fait m’interroger sur les différentes possibilités.

« Illsy ? » demanda Shanteya en me regardant.

L’horreur sur son visage pouvait être lue très clairement.

« Oh ? Euh... Je n’ai aucune idée de ce que c’est, mais après... et bien à un moment précis, on m’a demandé si je voulais féconder Nanya, et j’ai dit “non”, » lui avais-je dit avec le sourire.

« On t’a demandé ? Par qui ? » demanda Ayuseya avec un front plissé.

« C’est un truc de donjon, » avais-je répondu.

« Soupir, espérons qu’on n’aura pas à s’inquiéter d’un Illsy Junior qui court partout en cassant des trucs et en soulevant des jupes..., » déclara Shanteya.

Quel genre de pervers espiègles penses-tu que mes enfants vont être !? avais-je pleuré dans ma tête.

Un silence de mort s’était soudain formé autour de la table, alors qu’aucun de nous ne disait la moindre chose. J’avais regardé autour d’eux, et après que le sujet soudain de la fabrication de bébé ait été mis en avant, elles ne semblaient pas disposées à en débattre davantage. Mais encore une fois, je n’avais pas prévu de devenir père si tôt. Techniquement, je pouvais nous construire une maison, et nos statistiques de base étaient suffisantes pour nous faire gagner un joli montant d’argent, mais ce n’était pas sur ma liste de choses à faire.

« Euh ! Illsy ? Que veux-tu faire aujourd’hui ou à partir de ces prochains jours ? » demanda Ayuseya, qui avait eu le courage de briser le silence.

« Euh... Aujourd’hui, je ne sais pas, mais en général, je veux devenir plus fort, voir le monde, voir des choses, voir d’autres pays et comment fonctionnent leurs académies. J’aimerais aussi voir comment fonctionne ce truc de la Guilde, » avais-je répondu franchement.

« Alors veux-tu reconstruire Fellyore ? » demanda-t-elle, surprise.

« Pas Fellyore, mais la mienne... Je suis en quelque sorte attirée vers cette idée. J’étais une académie avant d’être un donjon, et cette fois, je veux essayer d’enseigner un peu aux étudiants, » leur avais-je expliqué avec le sourire.

« Je vois. Dans ce cas, la première chose à faire est de s’inscrire auprès de la Guilde des Aventuriers. Beaucoup d’entre eux reçoivent un emploi d’enseignant et peuvent bénéficier d’un accès spécial aux académies pour y enseigner aux étudiants. Plus vous êtes célèbre, plus vous avez de chances d’entrer dans une bonne Académie de magie pour enseigner ou recevoir des cours, » expliqua Ayuseya calmement.

« Cela ne me dérangerait pas d’enseigner à nouveau, mais Illsy, tu devrais apprendre ce qu’est un donjon FACILE. Et pas ta version du “facile”, » déclara Nanya en plissant les sourcils.

« Ce n’était pas ma faute. Je ne suis pas né avec un manuel sur ce genre de choses..., » avais-je dit en haussant les épaules.

« Si c’est votre plan, alors le fait d’aller à la Guilde des Aventuriers n’est pas une mauvaise idée. Si nous augmentons nos rangs avec eux, nous pouvons même avoir accès à diverses bibliothèques à travers le continent, ce qui peut vous donner une idée générale du genre de livres qui existe. Il se peut que vous en ayez envie après ça de faire votre propre bibliothèque, » expliqua Shanteya.

« Livres ? Je n’ai jamais vraiment pensé à visiter la bibliothèque de Fellyore, donc je ne sais pas vraiment quel genre de livres sont écrits dans ce monde... ou comment ? » avais-je dit en me grattant l’arrière de la tête. « Pour une raison inconnue, je ressentais un très mauvaise sensation chaque fois que je me rapprochais de cette pièce, » leur avais-je dit.

Nanya et Shanteya se regardèrent l’une et l’autre et gloussaient de rire.

« Quoi ? » avais-je demandé de surprise.

« Rien, » déclara Nanya en regardant ailleurs.

« Alors, allons-nous à la Guilde des Aventuriers ? » demanda Ayuseya.

« Oui ! J’ai aussi besoin de cours pour les langues locales. Tout ce que j’entends, c’est du charabia..., » avais-je conclu et j’avais levé la main comme un enfant en classe.

« Je peux te donner des leçons privées plus tard, » déclara Nanya avec un doux ronronnement, se rapprochant de moi.

L’anneau d’illusion faisait bien de cacher les griffes et la queue parce que je pouvais sentir quelque chose d’invisible autour de ma taille, mais la démone était prudente, et elle n’égratignait ni ne coupait le tissu de mes vêtements.

« NON, VOUS NE POUVEZ PAS, » Shanteya et Ayuseya avaient toutes les deux crié, traînant Nanya loin de moi et me tirant presque aussi, car elle n’avait pas retiré sa queue assez vite, ou plutôt qu’elle ne voulait pas le faire.

« Tch ! » la démone avait fait claqué sa langue et avait croisé les bras sur sa poitrine.

Après avoir quitté l’auberge, nous avions traversé la petite ville, qui s’appelait d’ailleurs Perto, et nous nous étions dirigés directement vers la Guilde des Aventuriers. C’était l’un des plus grands bâtiments qui s’élevait sur deux étages. D’après ce que j’avais pu voir, il était assez spacieux pour contenir toute la population de cette petite ville en cas d’urgence. C’était peut-être le but recherché, après tout. Quoi qu’il en soit, nous étions entrés par la porte d’entrée et nous nous étions trouvés face à face avec certains des aventuriers de ce continent.

Une chose était certaine. Aucun d’entre eux ne portait des tenues fantaisie étincelantes ou n’avait des monstres volants comme animaux de compagnie ou comme monture. Ils portaient des armures en cuir ou en cotte de mailles, et leurs épées étaient en fer ou en acier. Aucun de ces équipements n’avait été enchanté et ils n’avaient même pas démontré la moindre menace envers nous. En les regardant, je commençais à croire que j’avais atterri au milieu de la ville des Noobs. Ces types avaient l’air très faibles.

« Nouveaux visages, hein ? » L’un des aventuriers avait jeté un regard empli d’ennuis dans notre direction.

C’était un homme grand et maigre portant une armure de cuir avec des épaules noires et un petit poignard accroché à sa ceinture. En ce qui concernait son apparence, il n’était pas différent d’un Européen de l’ouest, un caucasien, avec cheveux bruns et yeux bruns. Mais dans l’ensemble, la plupart des habitants de cette ville se ressemblaient.

« Tout à fait. Nous sommes ici pour nous inscrire, » déclara Ayuseya en souriant.

« Oh ? Une jolie dame comme toi qui s’inscrit chez nous, les Aventuriers ? Qu’est-il arrivé au monde si nous devons compter sur les femmes pour nous défendre ? » avait-il dit avec autant de sarcasme qu’il le pouvait, puis il avait éclaté de rire.

Il y en a toujours un comme lui... Mais pourquoi s’en prend-il à Ayuseya ? Je suis le gars aux cheveux verts ! Oh, c’est vrai ! Je porte un sweat à capuche, donc il ne peut pas le voir, avais-je pensé en essayant de ne pas le frapper au visage.

« Ferme-la, Borun ! » Un autre homme, un guerrier portant une armure de plaques et tenant un parchemin dans sa main lui parla.

Comme il portait son casque, je ne pouvais pas voir son visage, mais il semblait plus fort ou du moins d’un rang plus élevé que l’autre.

« Tch ! » il avait fait claquer sa langue et avait détourné le regard.

« Si vous voulez vous inscrire, allez là-bas, mais laissez la démone à l’entrée, nous n’avons pas besoin d’elle par ici, » déclara-t-il en montrant quelqu’un de l’autre côté du bâtiment, mais il n’avait rien à ajouter cette dernière remarque.

« S’il vous plaît, n’insultez pas ma femme, » lui ai-je dit gentiment et en même temps en me retenant de convoquer un Minotaure au milieu de la pièce.

« Peu importe..., » dit-il en haussant les épaules et en détournant le regard.

« Je t’avais dit que ce n’était pas une bonne idée, » déclara Nanya, mais elle semblait aussi se retenir.

« Tout va bien, » lui ai-je dit avec un sourire, puis je lui avais caressé la tête, avant de remarquer qu’elle portait encore son anneau d’illusion.

En apparence, Nanya n’était pas différente d’une femme humaine blonde ordinaire, alors comment cet homme était-il capable de voir à travers son déguisement ? Quoi qu’il en soit, cela nous avait apporté toute une série d’affreux regards, mais nous les avions ignorés et nous étions allés de l’avant.

« C’est probablement un Observateur. C’est comme ça qu’il l’a su, » Nanya me l’avait dit en chuchotant, tout en restant près de moi comme une fille timide, ou plutôt quelqu’un qui essayait très fort de ne pas faire sauter l’endroit.

« Un Observateur ? » avais-je demandé.

« Le casque est enchanté. Quand il regarde quelqu’un, il lui dit de quelle espèce il s’agit, mais il ne peut pas être réglé pour identifier plus de deux espèces différentes, peut-être trois. C’est surtout utilisé contre ceux qui doivent payer les frais d’inscription les plus chers, ou contre ceux qui ne sont pas les bienvenus sur le territoire du royaume..., » m’avait-elle dit.

Si un pays était en guerre ou quelque chose comme ça, il était naturel qu’il se méfie des espions infiltrés, mais d’utiliser quelque chose comme ça pour que les personnes ne trichent pas avec la taxe ? Ça semblait un peu extrême. Mais encore une fois, il pourrait s’agir de quelque chose qui était difficile à faire en raison de décrets royaux. Au moins, j’avais découvert qu’il y avait des objets qui pouvaient voir à travers l’illusion ou le déguisement. Inutile de s’y fier trop souvent si cela pouvait se défaire d’une façon ou d’une autre. Je me fichais qu’ils m’identifient comme un donjon ou pas. J’étais littéralement dans un groupe de Rang Suprême, ce qui signifiait qu’il n’y avait pas beaucoup de personnes qui pouvaient s’opposer à nous. Nanya, par contre, ne semblait pas apprécier l’exposition.

Avant d’aller parler à celui qui s’occuperait de notre inscription à la Guilde, j’avais regardé ma femme de chambre el’doraw.

« Shanteya ? » avais-je demandé.

« Oui, Maître ? » répondit-elle.

« S’il te plaît, range le poison..., » avais-je souri en lui disant ça.

« Ce n’est pas un poison, Maître. C’est un laxatif extrêmement puissant, durable et surtout très rapide, » expliqua-t-elle calmement.

En y pensant, c’était une bonne combinaison. Je doutais fort qu’il puisse enlever cette grosse armure avant l’accident, mais quand même... Je ne voulais pas de problèmes ici.

« Range ça, pour l’instant..., » j’avais soupiré et je m’étais présenté à celui qui s’occupait de l’inscription.

Pourtant, ce qui m’avait surpris, c’était le fait que ces individus parlaient une langue que je comprenais et non pas le kalish ou le kendarien. Peut-être étaient-ils des aventuriers des autres continents ?

***

Partie 2

Quant à la personne chargée de s’occuper de notre inscription, c’était une petite femme de la même taille que Nanya sous forme scellée. Une grosse cicatrice sur son œil droit décorait son visage. Elle avait les cheveux brun foncé attachés dans une petite queue de cheval, des yeux noirs, et elle portait une armure de cuir noir qui cachait probablement une cotte de mailles sous elle.

Quand nous nous étions approchés d’elle, elle avait d’abord regardé Ayuseya, puis Shanteya, et enfin Nanya et moi. Si je devais deviner, elle essayait probablement de déterminer notre force d’un seul regard, mais ce serait un peu difficile à moins que vous ne soyez comme moi, un donjon.

« Alors vous quatre, vous voulez vous inscrire, hein ? » demanda-t-elle, puis s’appuya sur la chaise.

« Oui ! » lui ai-je répondu avec un signe de tête.

« Ça fera 4 silverettes pour toi, 4 pour el’doraw, 9 pour le draconien, et 2 goldiettes pour la démone, » avait annonça la femme au sourire.

« Pourquoi cette différence de prix ? » avais-je demandé en plissant les yeux.

Elle avait alors haussé les épaules.

« Ce sont les règles. Les humains, les elfes et les el’doraws sont 4 silverettes chacun, les nains sont à 6, les draconiens à 9, tous les trucs à fourrure sont entre 12 silverettes ou une goldiette et 2 silverettes, et les démons sont à 2 goldiettes. Si vous n’aimez pas, n’hésitez pas à vous rendre dans un autre royaume ou continent pour des prix différents. J’ai entendu dire qu’au Royaume de Teslov, les humains sont à 2 goldiettes et à 4 pour les draconiens, » expliqua-t-elle.

Cela semblait un peu bizarre, mais cela avait probablement quelque chose à voir avec l’équilibre de la population. En d’autres termes, l’espèce dominante avait les frais d’inscription les moins chers auprès de la guilde. Selon ce raisonnement, il était naturel pour un royaume humain d’avoir un prix élevé pour les espèces minoritaires. À cela s’ajoutaient les relations politiques entre eux. Ainsi, Teslov avait surchargé les humains, et ce royaume avait surchargé les démons. C’était logique. Cela expliquerait aussi le besoin d’un Observateur qui pourrait détecter les démons. Peut-être que l’autre espèce qu’il pouvait détecter était les draconiennes, puisque pour ceux à fourrure, cette femme voulait probablement dire ceux comme Neyalin ou similaires à elle.

« Nous paierons, » lui avais-je dit.

« Bien ! Maintenant, quels sont vos rangs ? » demanda-t-elle.

« Euh..., » je ne savais pas comment répondre à cette question.

Grâce à mon petit bonus, nous étions littéralement au-dessus de la recommandation du Rang Suprême. La seule chose qui manquait, c’était les compétences appropriées pour correspondre au grade. Cependant, je savais au moins que Nanya était une Divine, et je pouvais probablement me considérer comme tel grâce à ma capacité à créer des objets comme un donjon, mais Shanteya n’était auparavant qu’un Rang Avancé, et Ayuseya grattait à peine la surface d’un Rang Débutant.

« Faisons le test de force, » avait suggéré Nanya, et j’avais plissé les yeux vers elle.

Test de force ? Tu veux dire celui avec la petite pierre ? On peut tous passer au travers ! m’étais-je plaint dans mon esprit.

« Bien sûr..., » la femme avait haussé les épaules et s’était levée de sa chaise.

En passant devant nous, elle était allée vers le type en armure brillante et lui avait dit quelques mots, puis elle était revenue vers nous et nous avait montré la porte de derrière.

« Par là. Oh, et mon nom est Serya, » déclara-t-elle.

« Enchanté de vous rencontrer. Mon nom est..., » lui avais-je dit, et avant que je puisse me présenter, elle avait levé une main et m’avait arrêté.

« Pas besoin. Après que je vous aurais testé, vous serez libre de vous présenter à moi, jusque-là vous êtes juste A, B, C, est... est-ce des doubles D ? » demanda-t-elle, avec le dernier regard sur la poitrine d’Ayuseya.

La draconienne avait instinctivement couvert sa poitrine. J’avais plissé les sourcils. La femme haussa les épaules et nous conduisit dehors.

En franchissant cette porte, nous étions sortis du bâtiment et avions atteint l’arrière-cour, qui était en fait une sorte de terrain d’entraînement pour les aventuriers, ou ceux qui aspiraient à le devenir. Cet endroit était divisé comme suit : la zone d’entraînement du champ de tir se trouvait à l’extrême gauche, où l’on utilisait de grands poteaux métalliques au lieu de cibles facilement destructibles ; à l’extrême droite se trouvait le ring de combat ; à côté se trouvait une zone d’entraînement à l’épée avec de grands mannequins de bois comme adversaires ; et entre les deux se trouvait un petit chemin menant à la porte arrière.

« L’un d’entre vous peut-il utiliser la magie à distance ? » demanda Serya en marchant devant nous et en montrant du doigt les poteaux métalliques.

« Nous tous, » avais-je répondu.

« Oh ? Intéressant. Alors vous êtes tous une bande de mages ? » demanda-t-elle en souriant.

« En quelque sorte, » répondit Nanya.

« Et bien, faites exploser l’une de ces cibles d’abord, puis je vous conduirai au prochain test, » elle avait dit ça avec un air suffisant. « Mais un avertissement, ceux-là sont enchantés afin de résister aux sorts de débutant et même d’intermédiaire. »

« Oh ? » Nanya avait plissé son front.

Je pouvais sentir le défi que la femme nous présentait. Serya ne pensait pas qu’on pouvait détruire l’une de ces cibles.

« J’irai en première, » avait dit Shanteya et elle avait marché jusqu’à la ligne d’où tirer.

C’était une distance d’une vingtaine de mètres jusqu’à ces poteaux métalliques.

« Allez-y, » déclara la femme.

Shanteya avait pointé sa main vers l’un des poteaux et avait ensuite commencé à chanter le sort, cependant, grâce aux petites modifications que j’avais apportées à ses canaux d’énergie magique et au coup de pouce supplémentaire qu’elle avait reçu de moi, une [Boule de feu] d’un mètre de diamètre avait été formée devant elle. L’énorme boule de feu avait ensuite été lancée vers le poteau métallique et s’y était écrasée à pleine vitesse, le faisant exploser et même exploser le mur derrière lui.

Lorsque la fumée s’était dissipée, il y avait un petit cratère où se trouvait auparavant ce poteau de métal, et deux autres étaient à moitié fondus à cause de la puissance de l’attaque. Sur une autre note, les enchantements étaient assez puissants pour absorber une partie de l’explosion, sinon elle nous serait parvenue. Une attaque aussi faible ne nous aurait pas fait de mal de toute façon.

« C-C’était..., » Serya avait été stupéfaite par la démonstration de pouvoir.

« Bravo, Shanteya ! » avait dit Nanya en souriant.

« Dois-je ensuite y aller ? » demanda Ayuseya.

« P-Pouvez-vous faire la même chose ? » demanda Serya.

« Tout à fait, » répondit-elle en souriant.

« Pas besoin alors ! Euh... vous pouvez tous faire ça ? » demanda-t-elle en plissant les sourcils.

« Quelque chose d’aussi simple et faible que ça ? Bien sûr, » Nanya avait souri en réponse à la femme.

La bataille avait été gagnée.

Avec un soupir, la femme avait fermé les yeux un moment pour retrouver son sang-froid.

« Alors... on devrait passer à autre chose. Si vous êtes des mages, je suis sûre que vous ne vous en tirerez pas aussi bien en force ! » déclara-t-elle.

« Oh vraiment ? » Nanya lui avait montré un sourire malicieux. « Qu’est-ce que l’ancien moi ferait dans un test de force ? » Elle m’avait regardé avec une inquiétude apparente dans les yeux et avait un peu boudé les lèvres.

Cette petite diablesse..., avais-je pensé en la regardant en réponse.

S’il y avait un monstre ici, c’était Nanya avec sa force brute de plus de 3000. Il lui suffisait d’un coup de poing pour transformer toute cette zone en cratère. Malheureusement, Serya n’avait pas compris son jeu et avec un regard suffisant, elle avait décidé de nous faire faire le test de force.

J’avais simplement soupiré et je l’avais suivie.

Nous avions été emmenés par la porte de derrière, au cœur de la forêt, où un groupe de blocs rocheux avaient été rassemblés. Ils étaient grands, près de 4 à 6 mètres de diamètre, mais comparés aux blocs que j’avais créés pour Nanya dans l’Académie de Magie, ces blocs étaient très petits.

« Tous les rochers sont enchantés, de sorte que même un Rang Maître ne peut pas les briser. Eh bien, tous sauf le grand de dix mètres. Celui-là a été enchanté pour tout ce qui est en dessous du Rang Divin. C’est donc assez fort pour tester les Rangs Empereur. Faites une fissure dans n’importe lequel des six mètres, et vous êtes un Rang Maître. Faites la même chose pour l’un des quatre mètres ou moins, et vous êtes de Rang Avancé, » Serya expliqua et croisa les bras au niveau de sa poitrine.

Elle ne pensait même pas qu’on les égratignerait.

« Dois-je commencer ? » demanda Ayuseya.

« S’il te plaît, » lui avais-je dit.

Avec un sourire, la draconienne s’approcha d’un rocher de six mètres et se prépara à le frapper. Elle avait placé son coude en arrière, avait serré son poing, et s’était ancrée avec ses pieds sur le sol. Quand elle était prête, elle l’avait frappé. Une chose était à mentionner cependant, elle n’était pas encore capable de contrôler sa force, alors quand elle avait frappé le rocher enchanté, il avait été frappé avec une force de plus de 1000 points de force. Le résultat final était une roche pulvérisée. Il avait été brisé en un milliard de morceaux et dispersé devant la draconienne.

« Oh, mon Dieu ! » dit-elle, surprise.

« Je suppose que je suis le prochain, » avais-je dit avec un soupir et je m’étais déplacé devant un autre rocher.

Comme il s’agissait d’un endroit relativement sûr, je m’étais demandé comment une frappe de force 1500 se comparerait à celle d’Ayuseya. Tout comme elle, j’avais placé mon coude vers l’arrière, je l’avais dirigé vers le centre et j’avais déchaîné ma frappe. L’attaque avait touché le centre, et le résultat avait été une explosion qui avait frappé nos oreilles, un rocher qui avait simplement explosé en d’innombrables petits morceaux, et un petit cratère qui s’était formé devant moi.

En fin de compte, j’avais fait plus de dégâts qu’Ayuseya, mais c’était une exagération avec notre force brute incontrôlable.

« Alors c’est mon tour, » déclara Nanya en souriant alors qu’elle se dirigeait tout droit vers le gros rocher de dix mètres.

Elle ne l’avait même pas frappé, elle avait simplement poignardé ses griffes dedans et l’avait soulevé comme un caillou. Bien sûr, pour nous, il semblait qu’elle n’avait placé que sa paume humaine frêle sur la surface de la roche, mais l’apparence des trous soudainement apparus qui s’y trouvaient le rendait clair. Elle l’avait jeté en l’air et avait sauté après ça. Dès qu’elle l’avait atteint, elle s’était déplacée sur le dessus et l’avait poussé de toutes ses forces. Le rocher avait franchi le mur du son et il s’était enfoncé dans le sol à une vitesse incroyable, formant un cratère et se brisant en plus de morceaux qu’on ne pouvait compter.

Par conséquent, cette zone d’entraînement avait tout simplement été pulvérisée par notre force.

« Oh, mon Dieu ! Étais-je censé le frapper ? » demanda Nanya, en nous regardant et en battant des cils.

« Techniquement, le rocher est cassé, alors... on a passé, non ? Ou bien Shanteya devrait-elle aussi essayer ? » avais-je demandé en désignant l’el’doraw.

Serya me regardait avec un œil tremblant et une bouche béante. Elle avait été choquée, stupéfaite par cette démonstration de puissance, et sans aucun doute, elle regrettait le fait qu’elle doutait de notre force.

« Allô ? » avais-je dit en agitant ma main devant ses yeux.

Elle n’avait pas réagi.

« S’est-elle évanouie ? » demanda Ayuseya.

« Probablement..., » avais-je répondu.

« N-Non... je ne l’ai pas fait, mais... je... vous... je... je ne..., » elle avait essayé de parler, mais son cerveau ne lui permettait pas de former une phrase de base.

Ce n’était pas si choquant que ça, n’est-ce pas ? m’étais-je dit en regardant les cratères.

« Vous avez réussi... Mais par curiosité, quels sont vos rangs ? » demanda-t-elle.

« Je suis une Divine, il peut battre un Suprême mais n’a pas de compétence Suprême, la draconienne et el’doraw sont dans une situation similaire, » déclara Nanya avec un simple haussement d’épaules.

« Je vois... Alors, quels rangs devrais-je mettre ici ? » nous avait-elle demandé en se frottant les tempes.

« Je suis une Divine, il est Divin, les deux autres sont des Maîtres, » Nanya répondit brièvement.

« Je comprends... Suivez-moi, nous ferons les dernières procédures dans la Guilde, » déclara Serya, montrant qu’elle était encore un peu secouée par tout cela.

Sans plus attendre, nous nous étions dirigés vers la Guilde des Aventuriers pour terminer notre inscription et entreprendre notre première quête. J’étais assez curieux de savoir comment ces choses fonctionnaient dans ce monde et si je pouvais les mettre en œuvre d’une manière ou d’une autre en combinaison avec les donjons que je pouvais construire. Ce serait probablement intéressant et cela apporterait quelques avantages à ma future académie aux yeux d’éventuels futurs étudiants.

Une chose n’était pas claire cependant, pourquoi avions-nous dû passer ce test alors que Nanya pouvait juger de notre force en fonction du système de classement existant dans la guilde ? C’était suspect, mais si je devais le deviner, alors elle ne l’avait fait que pour rire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire