J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 38

***

Chapitre 38 : L’accord avec les Ténèbres

***

Chapitre 38 : L’accord avec les Ténèbres

Partie 1

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » avais-je demandé à la voix.

En regardant autour de moi, je ne pouvais pas la voir ou la détecter. En fait, je me sentais plutôt bizarre et léthargique. Était-ce parce que j’étais ici ou parce que j’étais mort ?

La voix étrange ne m’avait pas répondu. J’attendais en silence, entouré de cette obscurité pendant un nombre d’heures qui m’était inconnu ? Je ne pensais qu’à la façon dont j’avais quitté Nanya, Shanteya et Ayuseya pour mourir comme ça. Je n’avais rien fait pour elles, absolument rien...

« C’est ma faute... C’est ma faute... » J’avais continué à me le dire à voix haute en pleurant.

Je savais que je n’étais pas celui qui les découpées, qui les poignardait, qui les blessait, mais je croyais que, pour une raison ou une autre, j’étais le seul responsable. Il y avait quelque chose qui m’empêchait de faire de mon mieux. Ou peut-être était-ce parce que je n’avais pas essayé d’utiliser les autres technologies dans mon monde. Pendant un moment, même l’utilisation de bombes thermonucléaires m’avait semblé être une bonne idée. Après tout, qui cela dérangerait si j’avais détruit toute la région et l’aurait rendue inhabitable pour qui pour une période de plusieurs dizaines d’années ? Ça n’avait pas vraiment d’importance si les filles et moi avions pu survivre après ça. Ce n’était que des détails.

Il m’avait fallu un certain temps pour oublier cette pensée. Cela semblait si tentant, mais le coût aurait été trop élevé. Je n’étais pas un dieu pour ainsi rejeter son jugement sur cette terre, et il n’y avait rien pour garantir ma propre survie si je lançais quelque chose comme ça sur la tête de Dankyun. Si l’onde de choc ou la chaleur ne m’avait pas tué, alors les radiations l’auraient sûrement fait.

Peut-être que mon erreur avait été de ne pas prier un Dieu. Après tout, je savais que la réincarnation était réelle et qu’une entité étrange était descendue du ciel pour récupérer mon âme de mon monde précédent. Cependant, qui pourrait me dire que je priais le bon Dieu ? Peut-être que chaque univers avait son propre Dieu et qu’il y en avait un plus grand encore qui gouvernait une multitude d’univers ?

Ces pensées semblaient bizarres, mais la seule chose qui apaisait mon esprit par rapport à ces pensées n’était qu’une idée simple : était-il possible que les dieux et déesses vénérés par les mortels de ce monde soient en fait quelque chose qui ressemblait à une espèce divine travaillant sous l’ordre du grand Dieu de l’univers dans le seul but de les faire évoluer ? C’était une bonne idée de croire en quelque chose que je pouvais imaginer comme bon.

En toute honnêteté, pendant les dernières heures que j’avais passées dans l’obscurité, j’avais pensé à tant de choses que je les avais perdues de vue. En fin de compte, cela ne m’avait pas aidé à oublier ma mort et celle d’Ayuseya, Shanteya et Nanya.

En pensant au fait que je ne pourrais jamais les étreindre, que je ne pourrais jamais entendre leur voix et les voir à côté de moi, j’avais senti mon cœur se faire poignarder par des lances imbibées de venin. Ça fait mal... Cela m’avait vraiment fait très mal, et il n’y avait rien que je puisse faire ou que d’autres personnes puissent faire.

« Est-ce que c’est ma malédiction ? » m’étais-je demandé.

Le temps s’était écoulé une fois de plus...

Heures... Jours... Des semaines ? J’avais perdu de vue la durée du temps écoulé.

« AH ! FINALEMENT ! » Quelqu’un avait crié derrière moi.

J’avais cligné des yeux en raison de la surprise et je m’étais retourné. Un individu étrange était apparu devant moi. Il était un peu plus grand que moi, avec des yeux noirs et des cheveux gris courts. Les vêtements qu’il portait semblaient être une paire de pantalons de lin gris foncé avec des coussinets de cuir noir aux genoux et une veste de cuir noir avec une chemise de soie blanche en dessous. Il portait des bottes de métal comme celles d’un chevalier, et une paire de protège-bras métalliques. Quant à l’âge, il avait environ 40 ans en termes humains, mais il ressemblait aux autres manifestations de l’obscurité, ce qui voulait dire qu’il n’y avait même pas la moindre couleur sur lui, un découpage d’un film en noir et blanc.

« Qui... Qui êtes-vous ? » lui avais-je demandé.

« Moi ? J’ai oublié mon nom, mais ça n’a pas d’importance. Vous avez vraiment énervé ces types là-bas. Il m’a fallu du temps pour les subjuguer et les empêcher de vous attaquer. Bien qu’ils étaient tous une bande d’idiots, alors peut-être que cela allait de toute façon se produire, » soupira-t-il en me regardant et en pointant du doigt vers l’arrière.

« Quoi ? De qui parlez-vous ? Que voulez-vous dire par “subjuguer” ? » lui avais-je demandé.

« Oui... Vous êtes confus. Dois-je commencer à partir du moment où vous avez été ramené ici ? » m’avait-il demandé.

« Ne voulez-vous pas plutôt dire quand je suis mort ? » demandais-je en plissant les sourcils.

« Gravement blessé, oui... Mort ? Pas tant que ça, » il croisa les bras et secoua la tête.

« Quoi ? Attendez... alors ? Qu’est-ce qui m’est arrivé ? Que se passe-t-il dehors ? » avais-je demandé en le regardant et en serrant les poings.

« Oh ? Là-bas ? Une sorte d’arrêt du temps ou plutôt de ralentissement ? » Il haussa les épaules.

« Ralentissement du temps ? » avais-je demandé d’un air interrogateur.

« Hm, peut-être que je me suis mal exprimé. Eh bien, je vais juste vous expliquer ça. Techniquement parlant, à l’intérieur de cet endroit, nous pouvons penser et parler à une vitesse incroyable. Tout ce qui vous est arrivé depuis le moment où vous pensiez être mort jusqu’à aujourd’hui s’est produit en exactement 0,002348 seconde de temps extérieur, » expliqua-t-il, mais cela semblait absurde.

« Vous voulez dire que le temps passe beaucoup plus lentement pour moi... pour nous que pour tout le monde à l’extérieur ? Puis…, » je m’étais arrêté et j’avais regardé vers le sol.

« Oui, techniquement parlant, Shanteya, Nanya, Ayuseya, et vous êtes toujours en vie, mais pas pour longtemps. Nous avons probablement environ 2594 ans à passer ici avant que nous soyons tous complètement morts. Alors, pas de précipitation ! » me répondit-il en souriant.

« 2594 ans ? » avais-je dit en le regardant avec des yeux grands ouverts.

Je ne voulais certainement pas passer autant de temps ici et attendre notre mort. Je devais sortir et d’une façon ou d’une autre, tuer Dankyun et sauver les filles. Mais était-ce possible ? Quelle que soit la stratégie à laquelle j’avais pensé avant, rien ne semblait fonctionner contre ce monstre. C’était frustrant et ennuyeux, mais je croyais toujours que ce n’était pas impossible. Peut-être que je n’étais pas assez intelligent.

« Parlez dans ce cas…, » lui avais-je dit. Pour le moment, j’avais décidé d’écouter ce que ce type avait à dire.

S’il mentait ou non sur ce nombre d’années de folie, il n’y avait qu’une seule façon de le vérifier, mais ne rien faire et laisser passer le temps comme ça n’était pas mon style de jeu.

« Dans ce cas, je vais commencer par expliquer notre état. Tout d’abord ! Vous savez déjà que le temps pour nous court beaucoup plus vite que pour le monde extérieur. Pour être plus précis, 2594 ans dans notre perception du temps sont l’équivalent de 172 secondes de temps extérieur. Ce qui veut dire qu’en 2 minutes et 52 secondes, nous et les filles serons morts. Bien sûr, si Dankyun ne donne pas le coup de grâce dans les prochaines secondes. Cependant, à cause de cette différence, nous avons en fait 2594 ans pour parler de choses. »

« OK, jusqu’à présent, je peux vous suivre. Et d’une façon ou d’une autre... » lui avais-je dit.

« Bien ! C’est pour ça que je vous apprécie ! Aucun des donjons idiots nouvellement nés dans ce monde ne comprend le concept de perception différente en ce qui concerne le temps linéaire ! » déclara-t-il en riant.

« Qu’entendez-vous par nouveau-né ? » avais-je demandé.

« Laissez-moi finir ce que j’ai commencé et je vous le dirai. » Il m’avait montré sa paume.

« Désolé…, » je m’étais excusé.

« Maintenant... Poursuivons là où je me suis arrêté, cet état est atteint grâce à beaucoup d’efforts. Nous concentrons toute la puissance de traitement dans la capacité cognitive de ce corps. En d’autres termes, vous perdez toutes les fonctions sur tout ce qui se trouve à l’extérieur de ce corps, y compris la respiration et vos différents sens, juste pour avoir ce moment d’extrême concentration. S’il est prolongé, cet état conduit finalement à la mort ou à de grandes quantités de souffrance. Mais nous sommes loin de cela, » il avait agité la main devant lui. « Cet état n’a pas de nom, mais il n’est pas volontairement atteint. La seule raison pour laquelle vous pouviez le faire, c’est parce que je l’ai rendu possible. Cela nous a coûté la mort de certains d’esprits inférieurs se trouvant à l’intérieur de l’obscurité, mais leur sacrifice en valait la peine. Quoi qu’il en soit, je suis... Eh bien, j’ai oublié mon nom, mais je sais que je suis ce que les plus vieux donjons de cette planète appellent un Donjon Primordial. Aussi connu comme l’un des premiers donjons. Bref, la deuxième génération de donjons nés sur cette planète comprenait des donjons Divins ainsi que d’autres types de donjons. En toute honnêteté, je ne crois pas qu’il reste des Donjons Primordiaux vivants en ce moment, » il s’était gratté l’arrière de la tête.

« Est-ce que cela signifie que je peux maintenant changer ma race de Divin à Primordial ? » lui avais-je demandé.

« Non. D’un certain point de vue, les Divins sont un peu mieux que nous. D’ailleurs, lorsque vous avez choisi votre race, il a été décidé qu’elle resterait ainsi aussi longtemps que vous vivrez, même si vous n’êtes pas encore... un VRAI Divin, » déclara-t-il en souriant.

« Un Vrai Divin ? » avais-je demandé en étant un peu surpris.

« Malheureusement, je ne peux pas révéler plus d’informations à ce sujet. » Il haussa les épaules.

« Pourquoi ? » demandai-je.

« Je ne veux pas, mais je vais vous donner un indice. Tous les donjons vivant sur cette planète sont nés et non pas fabriqués, » déclara-t-il en clignant de l’œil.

D’après ce qu’il venait de dire, je ne pouvais que croire ou présumer que, par Vrai Divin, il aurait pu faire référence à un donjon né. J’étais plus ou moins la version d’un donjon du Monstre de Frankenstein.

« Tuberculus m’a dit qu’il a fait mon corps à partir de beaucoup d’autres donjons plus petits. Est-ce que c’est vrai ? » lui avais-je demandé.

« Oui, mais pas plus petit ou plus faible, mais qui ne vit plus. J’étais la base autour de laquelle il vous a créé. Mon ancien corps, ou plutôt ce qu’il en restait était la pièce centrale et la plus grande partie de tout ça. Autour de lui, il ajouta des parties de donjon Divin et continua ainsi jusqu’à ce qu’il atteigne les donjons Normal et Facile. C’est pourquoi vous êtes plutôt mou là, cependant, mon noyau et ceux qui m’entourent sont très difficiles à percer ou à briser. Même l’épée de Dankyun s’était arrêtée dans mon cœur, même si, à cause de cela, certains d’entre nous ont été complètement effacés de la surface de ce monde. »

***

Partie 2

« Quand vous dites effacé, voulez-vous parler de leur esprit ? Et comment Tuberculus a pu mettre la main sur votre noyau ? » lui avais-je demandé.

« C’est probablement un accident et de la pure chance. D’après ce qu’on sait, il ne connaît même pas notre existence. » Il haussa les épaules. « Quant à l’autre question, oui, leur esprit, ou plutôt ce qu’il en reste. Je suis le seul donjon dans cette obscurité dont la majeure partie de l’esprit est restée intacte. Beaucoup des plus petits n’ont que des fragments d’être de quand ils étaient vivants. Si la dernière pièce restante du noyau de l’un de nous à l’intérieur de cette obscurité est détruite, alors ses souvenirs ainsi que toutes ses compétences et capacités disparaissent également. Dans mon cas, cette petite égratignure que Dankyun a causée sur mon corps m’a fait oublier mon nom, une langue que j’avais l’habitude d’utiliser, et quelques compétences, mais elles ne m’étaient pas très utiles de toute façon. Quant à mon nom... Meh, je peux vivre sans, » il haussa les épaules comme si ce n’était pas si important.

« Et moi, alors ? Pourquoi n’ai-je pas l’impression d’avoir oublié quelque chose ? » lui avais-je demandé.

« Vous... vous êtes un peu différent de nous, et pour parler franchement, cela n’a pas de sens pourquoi vous n’avez pas été affecté par son attaque. Il est possible que parmi ces souvenirs que j’ai perdus à ma mort, il y eût aussi la réponse à cette question, » répondit-il.

« Attendez ! Qu’entendez-vous par spécial ? » demandai-je.

« C’est assez évident rien qu’en nous regardant tous les deux. Vous êtes entouré d’une lumière étrange, d’une sorte d’aura, alors que je suis... eh bien... comme ceci, » il s’était pointé du doigt.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » J’avais plissé les sourcils.

« En termes simples, vous avez une âme et nous avons perdu la nôtre quand nous sommes morts. Oui, cela signifie que vous êtes le seul vivant dans cet endroit. Comme je l’ai dit, nous ne sommes que des résidus mentaux de l’époque où nous étions encore en vie. Oui, certains d’entre nous peuvent encore former une pensée ou deux et avoir une volonté propre, mais la plupart du temps nous continuons à répéter les mêmes actes. Nous ne pouvons pas gagner de nouveaux souvenirs, nous agissons simplement sur la base de nos anciens souvenirs, » expliqua-t-il.

« Est-ce que ce que nous faisons maintenant ne s’appelle pas se faire un souvenir ? » lui avais-je demandé.

« Oui, en quelque sorte…, » répondit-il.

« Alors, ce que vous venez de dire n’a aucun sens. Si vous ne pouvez pas gagner de nouveaux souvenirs, alors chaque fois que vous me rencontrez, nous serions dans une répétition. En fait, vous ne pourriez pas fonctionner ainsi, » je lui avais dit ça en me grattant l’arrière de la tête.

Tout, des machines aux êtres vivants, avait une sorte de mémoire. C’était la façon dont n’importe quelle entité pouvait se déplacer à travers le monde. Même ceux qui souffraient d’une perte périodique de mémoire à court terme pouvaient encore acquérir de nouveaux souvenirs et les conserver pendant un certain temps. Ce que ce Donjon Primordial disait était absurde. Il n’aurait littéralement pas pu converser avec moi en ce moment parce que chaque seconde qui passait aurait été oubliée par lui ou n’aurait pas du tout été saisi par son esprit.

« Ce que vous dites est vrai en effet, mais ces souvenirs que nous gagnons…, » il s’était arrêté et avait regardé ses mains. « Ils ne nous semblent pas réels. C’est comme s’ils étaient là, mais ne le sont pas, comme si nous savions que nous avons vécu cet événement, mais que nous n’avons pas l’impression de l’avoir vécu. C’est... C’est un peu difficile d’expliquer quelque chose que seuls ceux qui sont dans notre situation peuvent vivre... » Il ferma les yeux un instant et prit une grande respiration avant d’expirer lentement. Ouvrant les yeux, il m’avait regardé après ça et avait continué à parler. « Dans les deux cas, il suffit de savoir et de comprendre que ce que nous considérons comme de nouveaux souvenirs est très différent de ce que vous faites. Pour nous aider, nous lisons aussi certains de vos souvenirs et pensées en temps réel, » avait-il expliqué.

« Ouais... c’est difficile pour moi d’imaginer ce que vous voulez dire en regardant un faux souvenir ou un vrai souvenir. Pourriez-vous même faire la différence entre eux ? Hé ! Attendez une seconde ! Si vous pouvez vous connecter à mes souvenirs, cela signifie-t-il que vous pouvez également voir ma vie passée ? » lui avais-je demandé et pendant un moment, j’avais réalisé que cette situation pouvait être très dangereuse pour moi.

« Non, » sa réponse avait immédiatement mis un terme à ce train de pensées.

« Non ? Mais ce type d’avant n’a pas dit que vous étiez au courant de ma vie passée ? » lui avais-je demandé.

« Vous en parlez constamment dans votre esprit. Nous pouvons entendre certaines de ces pensées, mais nous n’avons accès qu’aux souvenirs de votre vie actuelle. Nous n’avons pas accès à ceux de la précédente, c’est pourquoi nous trouvons votre comportement et vos décisions assez bizarres, illogiques mêmes de notre point de vue, » j’avais levé la main pour l’arrêter afin de pouvoir lui poser une question.

« Comment ça, illogique ? » demandai-je.

« Illogique. Par exemple, lorsque vous avez sauvé Shanteya, tous les faits suggéraient que vous auriez dû la tuer immédiatement, pas la sauver et même vous mettre en danger par la suite. Je ne l’aurais jamais guérie et je l’aurais maintenu en vie jusqu’à ce que j’en retire toutes les informations. Il en va de même pour Ayuseya. Toutes les informations que vous avez recueillies ont montré que votre réaction à sa situation aurait dû être différente. Vous auriez dû la laisser mourir et ignorer sa demande. En fait, au départ, vous n’étiez pas censé essayer de la guérir ! La musique n’est pas un moyen d’apaiser un donjon. Une autre décision illogique a été d’écouter Nanya au lieu de lui imposer votre propre volonté. C’est quelque chose qu’aucun d’entre nous ne pouvait comprendre. Sans compter que lorsque vous avez construit votre donjon, vous n’avez pas suivi les règles de base et les lois d’un donjon. Où étaient les leurres ? Où étaient les larbins et les monstres ? Un donjon est censé affaiblir les aventuriers et les forcer à gaspiller autant de mana que possible. Ensuite, il faut les tuer lentement, les faire bouillir et les déchirer ! Mais vous n’avez rien fait de tout ça. Votre donjon était littéralement un piège mortel pour tout ce qui est Divin et en dessous. Soupir... eh bien ! Il y a beaucoup d’autres choses aussi. Par exemple, comment avez-vous permis à ces humains insignifiants de vous parler comme ça ? Vous êtes un Divin ! Ce sont eux qui sont censés VOUS écouter ! » Il m’avait expliqué en déclarant tout ce que j’avais fait de mal.

Inutile de dire qu’aucune de ces choses dont il m’avait parlé n’était illogique de mon point de vue. En fait, ce qu’il suggérait était un peu bizarre. Quant aux enseignants, je ne les écoutais que parce que j’étais curieux de ce monde et que je ne voulais pas trop me démarquer. D’ailleurs, ce n’était pas parce que j’étais un Divin que j’étais le meilleur ici. Même Nanya avait dit qu’elle aurait pu me détruire facilement parce que je n’avais pas d’armure magique. Est-ce que ce Primordial avait vraiment oublié ce petit détail ?

Je n’avais pas voulu répondre à ses paroles parce que c’étaient les choses que lui et les autres donjons de ce monde croyaient être justes. Peut-être que pour certains, c’était la vérité, mais pour moi, faire du mal aux autres et ne construire des choses qu’avec l’intention de les tuer ou de les torturer n’était pas une bonne chose. Mon donjon était strictement là à des fins d’autodéfense, bien que je me sois un peu écarté de cette idée. En y pensant bien, même quand je réparais l’Académie de Magie, je ne me sentais pas mal à l’idée d’accepter leurs demandes, ni de les refuser, c’était juste que je me sentais un peu aliéné par rapport à tout le monde là-bas, comme si je n’étais qu’un personnage d’arrière-plan.

« La plupart de vos décisions semblent être basées sur des expériences passées et des souvenirs dont nous ne savons rien, » déclara-t-il. « Du bon côté des choses, il ne semble pas que vous en sachiez beaucoup sur les technologies avancées. Eh bien, y compris moi... je semble être capable de comprendre et de me rappeler partiellement que les Donjons Primordiaux en savaient autrefois beaucoup plus sur la technologie que n’importe lequel des mortels vivant sur cette planète. Comment s’appelait-il déjà ? Eldora ? Non, c’est le géant gazier de ce système solaire. Terniach ? C’est la deuxième planète de cette étoile. P-P... quelque chose avec P. Meh, ça n’a pas d’importance, » il avait secoué la tête et avait renoncé à essayer, mais jusqu’à présent, je le regardais avec la bouche ouverte. « Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda-t-il.

« Non, je suis juste surpris que vous ayez connaissance de telles choses. Je pensais que la technologie sur cette planète était primitive ou dépendait de la magie pour la plupart du temps, » lui avais-je dit en me frottant le front.

« Comme je l’ai dit, je suis un Primordial. Les autres n’ont probablement aucune idée de ce dont je parle ou leur ont donné d’autres noms, » il haussa les épaules.

« Alors, comment fonctionne toute cette histoire d’obscurité ? Quel est votre rôle ? » lui avais-je demandé.

« Nous nous occupons essentiellement de tous les petits détails à votre place, tels que respirer, parler, invoquer la magie, la contrôler, mesurer soigneusement chaque quantité de mana que vous avez besoin de mettre dans vos sorts. Vous savez que le mana est compté avec quelque chose comme des points, mais vous n’avez aucune idée de la manière dont chaque point est quantifiable. Quel est l’équivalent d’un point de mana en énergie électrique, le nombre d’électrons, ou les règles d’interaction entre lui et les autres particules élémentaires ? Vous ne savez pas, mais nous le savons, et nous devons faire tous les changements en fonction de ces connaissances. Vous avez même présumé avoir acquis un truc comme un traducteur automatique ? Non ! C’est nous qui faisons tout cela, y compris nous casser le cul en essayant de comprendre ce que, au nom de tous les dieux connus, vous voulez dire la moitié du temps ! Vous pensez en trois langues différentes en même temps ! Un donjon normal commence une phrase dans une langue et se termine dans la même langue. Par exemple : Doko este la sortit ? Avez-vous une idée à quel point il est frustrant et énergivore de le faire en temps réel ? Tout ce que vous faites, c’est de parler, de vous déplacer dans votre forme de vol et de nous ordonner d’activer les compétences que vous voulez activer ensuite. Mais chaque petit processus de microgestion est fait par nous ! Vous n’avez littéralement aucune idée de la façon de contrôler TOUTES les fonctions de cette forme cristalline !, » expliqua-t-il, puis il poussa un long soupir.

« Pourquoi n’avez-vous pas essayé de prendre le contrôle de mon esprit et de gouverner le corps à ma place ? » lui avais-je demandé en plissant les yeux.

Il était resté silencieux un moment, peut-être en se demandant s’il devait me le dire ou non.

« Ne pensez-vous pas qu’on a déjà essayé ça ? » demanda-t-il. « Et plus d’une fois en plus ! Quand Tuberculus nous a créés, nous n’étions pas pleinement conscients de ce qui se passait à l’extérieur, alors nous l’avons immédiatement détecté, lui et son groupe, en tant qu’aventuriers faisant une intrusion sur notre Territoire de Donjon. Nous ne savions même pas que la barrière devait nous enfermer à l’intérieur de notre salle. Par conséquent, nous avons tous réagi de la manière qui nous semblait la meilleure. Certains d’entre nous ont même envoyé leurs serviteurs pour les attaquer. Ils ont été tués, et en toute honnêteté, je suis un peu surpris que les sous-fifres aient survécu dans ces cristaux morts pendant si longtemps, surtout ce kraken ! En vérité, j’étais le seul à ne pas les attaquer immédiatement. Ce que j’ai fait, c’est de prendre le contrôle de chacun des esprits des donjons inférieurs qui agissaient selon leur instinct et leurs réflexes plutôt que selon leur pensée logique. Après les avoir tous conquis et m’être placé comme esprit dominant, j’ai arrêté l’attaque pour voir ce qu’ils allaient faire. »

« Que s’est-il passé ensuite ? » lui avais-je demandé.

« Tuberculus a jeté un sort sur notre corps. Il lui a donné vie et nous a tout réuni. Au lieu d’être l’esprit dominant et d’avoir tous des corps différents, nous nous sommes soudainement retrouvés rassemblés et ne formant qu’une seule entité : les Ténèbres, comme vous nous appelez. Au début, c’était déroutant pour nous tous et même mes propres pensées étaient un peu floues, mais ensuite je vous ai remarqué. Bien que faible et fragile, vous étiez le seul esprit en dehors de l’obscurité. J’ai essayé de vous contrôler, de vous appeler, de vous piéger, mais vous avez tout ignoré. En fait, on ne pouvait même pas vous toucher, même maintenant je ne peux pas. Puis, quelque chose d’étrange s’est produit, votre volonté et votre désir d’aller vers le monde extérieur ont augmenté de façon exponentielle. Cela a littéralement explosé, et cela nous a tous repoussés. Vous n’aviez pas l’air de le faire volontairement, mais inconsciemment. Je commence à croire que si Tuberculus n’avait pas jeté ce dernier sort sur mon corps, moi et les autres donjons divins n’aurions pas été repoussés par vous si rapidement, » il s’était arrêté et m’avait fait un sourire.

J’avais dégluti.

Quand on m’avait dit quelque chose comme ça, j’avais réalisé que ce type, ce Donjon Primordial n’était pas un ami, c’était mon ennemi depuis le début, le chef des Ténèbres. Il m’avait été assez facile de présumer que c’était lui qui avait ordonné le scellement de ma capacité. C’est lui qui m’avait ramené dans mon corps à ces moments-là.

Un peu de colère s’était déclenchée dans mon âme, mais j’avais essayé de rester calme et concentré. Avant de l’étrangler à mort, j’avais encore des informations à extraire de lui, d’ailleurs, il ne semblait pas non plus avoir l’intention de mourir. Il ne se serait pas montré à moi s’il n’avait pas su qu’il y avait un moyen de réparer tout ça.

***

Partie 3

« Donc, vous ne pouvez pas m’obliger à vous écouter, et vous ne pouvez pas non plus me contrôler ? Qu’est-ce que vous comptez faire maintenant ? » lui avais-je demandé.

« Hm…, » il avait levé les yeux et croisé les bras vers sa poitrine. « Je veux prendre le contrôle de votre corps, mais je ne sais pas encore comment passer votre stupide barrière. Il m’a fallu tout ce temps pour pouvoir communiquer avec vous. Les autres que vous avez rencontrés plus tôt aujourd’hui étaient des idiots qui avaient eu la chance de pouvoir vous contacter. J’ai eu une belle conversation avec eux avant de vous rencontrer maintenant, alors je sais ce qu’ils ont fait et ce qu’ils vous ont dit, » m’avait-il dit en me regardant dans les yeux.

« Alors vous ne leur avez pas dit de m’apprendre l’instinct d’un donjon ? » lui avais-je demandé.

« L’instinct du donjon ? Il n’y a pas de façon de l’enseigner, c’est pourquoi on l’appelle instinct, » avait-il haussé les épaules.

« Je m’en doutais quand ils n’ont pas déverrouillé ma compétence de Rang Empereur dans le donjon. Ils ont agi comme s’ils voulaient que je meure. En parlant de ça, pourquoi n’êtes-vous pas intervenu à ce moment-là ? » lui avais-je demandé en fronçant les sourcils.

« Parce que je ne pensais pas qu’on perdrait contre quelqu’un d’aussi faible que Dankyun ! Je veux dire que c’est aberrant ! Avez-vous vraiment perdu contre un Suprême avec moins de 2000 points en force ? Franchement ? » déclara-t-il comme si battre quelqu’un comme lui était une chose facile à réaliser.

Quand il avait dit ça, cela m’avait fait me souvenir des mots qu’il avait dits il y a un instant. Lui et le reste des Ténèbres n’étaient rien d’autre que des fragments de leur passé, des faisceaux de souvenirs qui agissaient comme des robots. En fait, c’était une bonne comparaison. Ce Primordial et les autres esprits cachés dans les Ténèbres n’étaient rien de plus que des programmes et des IA sensibles me répondant automatiquement sur la base de leurs expériences passées.

D’une certaine façon, je parlais avec de simples ombres d’êtres vivants du passé. Malheureusement, ils avaient le pouvoir de se manifester dans le monde réel à travers mes capacités et toutes sortes de barrières qu’ils produisaient devant moi afin d’essayer de me contrôler ou de me transformer en l’un d’entre eux.

C’est peut-être pour cela qu’ils voyaient Dankyun comme un faible, alors qu’en fait, il était très fort. Cette obscurité ne voyait le monde réel que comme il le désirait, comme un cheval qui ne pouvait que regarder vers l’avant, ne changeant jamais de direction jusqu’à ce que celui qui l’avait guidé le tire avec assez de force pour le faire.

Il y a une autre chose qui avait attiré mon attention. Bien qu’il ait dit qu’il avait subjugué ces autres esprits, il était clair qu’ils n’avaient pas tous agi selon ses ordres, sinon, il serait intervenu et aurait débloqué mon sort de Rang Empereur avant qu’il ne soit trop tard, ne m’obligeant pas à briser leur sceau. Peut-être que certains avaient échappé à sa traque ou peut-être qu’ils n’avaient pas pu être vaincus dès le départ. La dernière option était la plus effrayante de toutes : ce Primordial me mentait et me forçait à danser dans sa paume.

« Alors, vous ne leur avez pas ordonné de verrouiller mon sort ? » lui avais-je demandé.

« Bien sûr que non ! Malheureusement, lorsque j’ai réalisé ce qu’ils avaient fait, c’était trop tard, » avait-il secoué la tête.

« Ça n’a aucun sens... Vous auriez dû le savoir avant tout le monde, » avais-je rétorqué.

« Pas nécessairement. Si j’ordonne quelque chose aux autres esprits, ils obéissent, mais si je ne le fais pas, ils peuvent faire ce qu’ils veulent, y compris le fait de me tenir à l’écart pendant un certain temps. Cette capacité est aussi quelque chose de nouveau pour moi, puisque je ne l’ai appris que lorsque vous avez cassé le système d’interface et activé votre compétence de Rang Empereur, » avait-il haussé les épaules, mais je me sentais réticent à lui accorder le bénéfice du doute. « Après ça, il y a eu les autres choses qu’ils ont dites, bien que je sois plus surpris par la quantité de choses que vous avez réussi à réaliser tout seul, » déclara-t-il en souriant.

« Comme quoi ? Je pensais que j’étais un idiot dont la seule capacité était de rester hors de votre contrôle ? » avais-je rétorqué en plissant mon front.

« La plus évidente des choses serait probablement votre capacité à lancer des sorts à l’extérieur de votre corps. Normalement, les donjons d’une race supérieure peuvent au moins s’envoler de leur corps et mieux évaluer la situation, mais je n’ai jamais vu ni entendu parler de quelqu’un comme vous qui peut lancer des sorts en dehors de leur Cœur de Cristal ! C’est ridicule ! » avait-il levé les bras en l’air.

« C’est ce qu’on m’a dit…, » je l’avais regardé alors que je disais ça.

« Pourtant, vous ne le trouvez pas si étrange ou important, » il m’avait regardé dans les yeux.

« En effet, je ne le considère pas ainsi, » avais-je secoué la tête. « Je pensais que c’était quelque chose que n’importe quel donjon pouvait faire. Nanya m’a parlé d’un sort avec un effet similaire et d’autres donjons capables de contrôler des choses en dehors de leur corps comme je le faisais, » avais-je dit.

« En effet, il y a un sort qui peut vous aider à projeter votre voix, mais ce sort a certaines conditions à remplir avant d’être jeté. Ceci étant dit, votre capacité à voler hors de votre corps et à lancer des sorts est hors de l’ordinaire, même pour les donjons Divins. Peu peuvent le faire. Cependant, une autre différence intéressante que vous possédez est représentée par votre Territoire de Donjon. La plupart des donjons acquièrent la zone des pièces qu’ils créent et non une zone entière comme vous l’avez fait. Mais ce n’est pas aussi pertinent, ce n’est peut-être qu’un sous-produit de l’esprit humain, puisque seuls les donjons humanoïdes possèdent habituellement de tels territoires de donjon, » avait-il dit en haussant les épaules.

« N’est-il pas possible que toutes mes capacités “étranges” soient en fait un sous-produit de mon esprit humain ainsi que des expériences de ma vie passée ? » lui avais-je demandé.

« Je ne serais pas surpris. Votre bon sens est plutôt... différent du nôtre. Même le truc d’allégeance. Je n’ai jamais entendu parler du Dieu des gros seins, » secoua-t-il la tête. « Je ne sais même pas si un tel dieu existe. »

« Je n’adore pas les seins…, » lui avais-je dit pour ma défense.

« Je ne dis pas ça. Bien que, si j’y pense, Nanya, Shanteya et Ayuseya possèdent de gros seins, » se frotta-t-il le menton.

« La forme non scellée de Nanya, peut-être…, » lui avais-je rappelé.

« Il y a aussi une autre chose qui est différente de nous. Vous n’avez jamais remarqué, mais au début de votre existence dans ce monde, vous avez souvent échangé les mots “compétence” et “sort”. Même pour un jeune donjon Facile, une telle chose est impossible ! Et ne parlons pas de votre compétence de Rang Empereur, » déclara-t-il en riant.

J’avais plissé les sourcils et croisé les mains sur ma poitrine. « Et alors ? Vous l’avez verrouillée, n’est-ce pas ? » lui avais-je dit.

« Nous avons essayé, mais votre entêtement, ou plutôt votre ignorance ont réussi à briser nos sceaux ! » déclara l’autre. « Ne vous en souvenez-vous pas ? Ce sort n’était pas censé être mis à jour sous la forme du Corps de Cristal. Mais même pas un jour après l’avoir vu, vous avez déjà oublié ce message d’avertissement et vous l’avez mise à jour. Votre subconscient était si fort qu’il a complètement ignoré tous les messages que nous vous avons envoyés. Après ça, on a décidé de vous enfermer à l’intérieur et la verrouiller. À notre grande surprise, la seule façon pour le sceau peut fonctionner, c’est que vous devez vous-même le croire ! Hahaha ! »

Il s’était moqué de moi. Je l’avais seulement regardé en étant confus et stupéfait par ce que je venais d’entendre. C’était un peu difficile d’imaginer qu’ils avaient si peu de contrôle sur moi après tout ce qu’il avait dit, mais encore une fois, je n’étais pas un jeune esprit de donjon né, j’avais l’esprit d’un adulte humain qui vivait en adulte dans mon monde, un adulte humain.

Il y avait aussi une autre chose qui rendait ça bizarre. Il y a un instant, il disait qu’il ne savait pas ce que faisaient les autres donjons, mais maintenant il parlait comme s’il était là depuis le début. Cela faisait-il partie de sa nature brisée ou essayait-il de me mentir ?

Franchement, cela ne m’importait pas maintenant, je savais que si j’essayais assez fort, je pourrais briser toutes les limitations et les lois qu’ils essayaient de m’imposer. En fait, j’étais certain qu’ils n’essaieraient pas une deuxième fois, mais je n’aurais pas encore parié sur ça.

« Mais oui, vous avez brisé ces limitations. Vous avez amélioré la compétence comme si ce n’était rien, puis vous avez franchi toutes les barrières que nous avons essayé d’ériger pour l’éloigner de vous, » déclara-t-il en me regardant.

« Donc ces messages brisés à la fin étaient en fait votre tentative de garder le sort non accessible ? » lui avais-je demandé.

« Compétence, mais oui, et pas la mienne, la leur, » acquiesça-t-il.

« Quelle est la différence entre ces deux mots ? » lui avais-je demandé.

« Compétence signifie tout ce qui figure dans votre fenêtre de compétences. Un sort signifie l’effet de l’activation d’une compétence. En d’autres termes, vous utilisez une COMPÉTENCE, mais lancez un SORT. Pas si dur que ça ! Souvenez-vous ! » me déclara-t-il un peu frustré.

« Autre chose que j’ai cassé ? » demandai-je.

« Oui... Le [Lien de Confiance] est une compétence inexistante. En fait, il n’a jamais existé et n’a jamais été mentionné nulle part sur cette planète avant votre apparition ! Comment cela fonctionne exactement et pourquoi, je n’en ai moi-même aucune idée, mais c’est quelque chose qui est contrôlé par votre subconscient. Le flux de mana, les équations, tout est contrôlé par votre subconscient. Nous avons essayé de verrouiller celui-là aussi, mais nous n’avons pas pu le faire parce que ce n’était pas l’un des nôtres, » avait-il dit en haussant les épaules. « Une autre chose que vous avez brisée, c’est le brouillard noir de l’intention meurtrière ainsi que vos propres statistiques et compétences. »

« Je pense que c’est une bonne chose que d’acquérir le [Lien de Confiance], mais que voulez-vous dire par là, j’ai brisé mes propres statistiques ? Expliquez-vous, s’il vous plaît. De toute manière, il n’y a rien d’autre à faire pour l’instant... » lui avais-je dit, et avec cette remarque, j’espérais lui faire savoir que je voulais sauter à la partie sur la façon d’aller et de sauver les filles et moi-même du Dankyunator 3000.

« Nous voyons cette compétence comme n’étant rien d’autre qu’un problème. Les donjons ne peuvent pas faire confiance aux humanoïdes ! Ça a toujours été comme ça, et ce sera toujours comme ça ! Quant à vos propres statistiques, oui... techniquement, vous n’avez pas les statistiques d’un donjon Divin. Le boost que vous avez reçu en points a été sévèrement limité par votre subconscient parce que vous avez peur d’avoir trop de puissance... Ce qui est stupide..., » avait-il dit. Puis il avait fait claquer sa langue.

« Que pouvez-vous alors faire ? » lui avais-je demandé.

« Comment le saurais-je ? Les donjons n’ont rien de semblable à un esprit subconscient... Franchement, comment les mortels survivent-ils même avec quelque chose comme ça ? C’est ridicule ! Qui est la version dominante ? Qui est le chef et qui est le suiveur », se frotta-t-il les tempes comme s’il essayait de se débarrasser d’une migraine.

« Je ne pense pas que c’est comme ça que ça marche... je pense que l’esprit conscient et l’esprit subconscient travaillent en équipe, » lui avais-je dit.

« Je n’y crois pas. Mais, passons à la prochaine des choses illogiques, votre brouillard noir provenant de vos intentions meurtrières est aussi brisé parce que vous ne montrez pas constamment vos intentions meurtrières, » déclara-t-il.

« Pourquoi devrais-je le faire ? » lui avais-je demandé en plissant les sourcils.

« À moins que vous ne montriez votre intention meurtrière, comment vos ennemis sauront-ils que vous êtes prêts à les tuer ? Comment leur direz-vous de rester en dehors de votre chemin ? Sans parler de vos esclaves, il faut constamment leur rappeler que vous êtes au-dessus d’eux comme un dieu au-dessus d’un mortel, et il ne faut pas dormir avec eux comme ça. Si vous voulez vous accoupler avec une femme, déchirez ses vêtements et faites-le ! Pourquoi demander la permission ? Après tout, vous êtes un donjon ! Mais c’est peut-être aussi pour ça que vos compétences sont brisées. Au lieu d’acquérir toutes les compétences de base, vous n’avez presque rien obtenu, sans parler du fait que vous avez dû apprendre vos propres compétences dans des livres ? Franchement ? Quand un donjon avait-il lu quelque chose pour la dernière fois ? » ses explications s’étaient plutôt tournées vers une réprimande, alors qu’il essayait d’expliquer pourquoi j’avais fait des erreurs qui pour moi étaient naturelles.

« Parce que j’ai de la compassion, et pas vous. Parce que je les respecte et les considère comme mes égaux, et non comme des objets que je dois utiliser et détruire. Parce que je veux faire l’amour avec une femme qui m’aime, pas la baiser comme un diablotin sur une botte ! » avais-je rétorqué. J’avais haussé un peu la voix sur la dernière remarque.

« Vous êtes idiot d’y croire ! Ce n’est pas normal ! Ce n’est pas naturel ! » déclara-t-il en me regardant dans les yeux.

Je commençais à détester cet homme impoli qui m’avait dit de me comporter avec ma Shanteya bien-aimée comme je le ferais avec un robot, ou avec Ayuseya et Nanya comme le ferait un violeur. Comment peut-on considérer de telles actions et croyances comme vraies et justes ? Cela n’avait aucun sens pour moi, et en tant que tel, je refusais complètement de croire tout ce qu’il disait sur le fait que ces actions étaient mauvaises parce que j’étais un donjon.

« Si vous êtes ici pour m’ennuyer ou m’insulter, vous êtes libre de partir, » lui avais-je dit.

« Eh ben, non. Je suis ici pour expliquer certaines choses de base, pour vous faire savoir qui dirige les choses en arrière-plan et vous dire qu’il n’y a qu’une seule façon d’échapper à tout ce désordre, » m’avait-il regardé dans les yeux.

« Ne puis-je pas vous supprimer ? » avais-je demandé en souriant.

« Vous ne pouvez pas, car vous mourrez sûrement. Avez-vous une idée de ce qu’il faut faire pour respirer avec votre corps de cristal ? Savez-vous comment contrôler le flux de magie à l’intérieur de votre corps ? » demanda-t-il en souriant.

Je n’avais pas pu lui répondre. C’est tout ce que l’obscurité avait fait à l’arrière-plan.

« En d’autres termes... Je peux vous renvoyer, mais ce faisant, je me condamne à mort, » déclarai-je.

« Ainsi que les filles, parce que je suis le seul à savoir comment vous sortir de cette... situation difficile, » répondit-il.

« Comment ? » avais-je plissé les yeux vers lui.

« Promets-nous que vous ne nous détruirez pas, et nous vous laisserons tranquille. Plus de barrières, plus de compétences verrouillées, plus d’apparitions soudaines de notre part, » déclara-t-il en souriant.

« Bien, je vous le promets, » lui avais-je dit, bien que j’avais le sentiment qu’il prévoyait quelque chose avec cette coupure soudaine de connexion, mais ce que c’était, je n’en avais aucune idée.

« Très bien ! Et comme promis, je vous dirai comment échapper à cette situation, bien que vous l’ayez partiellement deviné peu après votre naissance. Vous devrez vous construire un nouveau corps à partir de zéro. » Cependant, il avait levé le doigt et m’avait regardé dans les yeux pendant un instant : « Vous n’en aurez pas le contrôle au départ pour la durée du combat contre notre ennemi. C’est moi qui le ferai ! » me déclara-t-il.

« Pourquoi ? » lui avais-je demandé en croisant les bras au niveau de ma poitrine.

« Avez-vous des compétences en arts martiaux ? Comment lever instantanément votre amure magique ? Savez-vous comment absorber la matière et guérir une blessure ? Savez-vous comment lancer des sorts sans chant ? Savez-vous au moins utiliser une épée ou combattre à grande vitesse ? » m’avait-il bombardé d’innombrables questions auxquelles il connaissait déjà la réponse.

« Non, » avais-je répondu.

« Eh bien, c’est ce que vous devrez faire et savoir pour votre première bataille, sinon Dankyun vous tuera avant même que vous ne puissiez lever le petit doigt sur lui, » répondit-il.

« Ne pouvez-vous pas m’apprendre toutes ces choses pendant que nous sommes dans cet état ? » lui avais-je demandé en levant les bras et en levant les yeux.

« Je peux, mais je ne le ferai pas. Après cette bataille, les choses vont changer. Vous changerez, et nous aussi…, » répondit-il.

Le regard dans ses yeux m’avait dit que ce n’était que le début. Il était également logique qu’il ne me donne pas ces compétences et capacités. Il avait besoin d’un levier ; quelque chose qu’il pouvait faire, et je ne pouvais pas ; une raison de le garder en vie quand les choses devenaient difficiles pour moi.

« Comment saurai-je que vous ne ferez pas de mal à mes femmes et à mon esclave ? » lui avais-je demandé.

« Tant qu’elles ont un contrat avec nous, ce serait à notre détriment de les tuer ou de leur faire du mal. Alors vous pouvez vous détendre, Illsyore. Quant à Dankyun, il a été marqué comme notre cible, mais j’aimerais bien jouer un peu avec lui, » il m’avait affiché un sourire malicieux lorsqu’il avait mentionné cette dernière partie.

« D’accord... par où commençons-nous ? » lui avais-je demandé, et avec ça, j’avais accepté son marché.

Il n’y avait pas d’autre moyen de s’en sortir. Il avait des connaissances et des informations qui me manquaient, et je manquais de temps.

« Très bien ! Nous commencerons par vous faire construire votre corps. Il y a des restes des corps utilisés par tous les Seigneurs du Donjon qui ont atteint l’état humanoïde. Vous pouvez apprendre d’eux quant à comment construire votre corps. Un peu d’anatomie et de biologie avancée seront nécessaires pour ce processus, mais je suis sûr que vous n’aurez pas de problème avec ces connaissances. Alors, laissez libre cours à votre imagination. Oh, et ne soyez pas gêné de travailler aussi sur vos parties génitales. Vous devez vous assurer que votre corps soit parfait dans les moindres détails, sinon vous le regretterez plus tard ! » déclara-t-il.

J’avais encore dégluti.

Cela ressemblait à une terrible quantité de maux de tête et de choses à apprendre, mais si je voulais me sauver ainsi que Nanya, Shanteya et Ayuseya, je devais passer par tout cela. J’avais besoin d’un corps pour vaincre Dankyun, bien que je n’aimais pas le fait que ce Primordial allait être le premier à le contrôler. Je ne lui faisais pas confiance, je ne pouvais pas, et j’avais des doutes quant au fait que je le ferais un jour. Malheureusement, l’alternative était de pourrir dans cet endroit pendant plus de 5000 ans jusqu’à ce que je meure ou que cette obscurité me détruise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour les chapitres ))

Laisser un commentaire