J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 37

***

Chapitre 37 : Briser les limites

***

Chapitre 37 : Briser les limites

Partie 1

[Point de vue de Nanya]

Quand Dankyun s’était présenté devant nous dans la pièce d’Illsy, j’avais su que je n’avais plus le temps. Mon sceau était toujours là, gardant mon véritable pouvoir et mes capacités derrière une porte d’acier. Il n’y avait pas de place à l’hésitation, il n’y avait pas besoin de réfléchir aux conséquences, je devais être débarrassée de ce sceau, ou nous allions tous finir par être tués par ce monstre. Nous étions dans la bataille ultime, notre dernière chance, alors j’avais poussé mon corps, mon esprit et mon âme jusqu’à leurs limites en essayant de briser ce stupide sceau. Des éclairs magiques crépitaient autour de moi, léchant le sol et s’approchant à mon goût trop près du corps d’Illsy. Mes muscles, mes os et mes organes internes commençaient à souffrir en raison du torrent de mana qui les traversait. Néanmoins, j’étais bien consciente que défaire ce sceau n’était pas censé se faire avec autant d’efforts et de douleur. Ce n’était que le résultat de mon entêtement. Une fois que j’avais tout le mana dont j’avais besoin à l’intérieur de mon corps, tout ce que j’avais à faire était de retirer le ruban de ma queue et d’espérer que cela ne me tuerait pas.

Si je n’avais pas nié ma vraie nature et mon pouvoir pendant tant d’années, alors peut-être que le processus de descellement n’aurait duré que quelques minutes tout au plus, et non pas des heures. Tout ce que je pouvais dire, c’est que j’étais une idiote... Une idiote qui continuait à croire que je finirais par être haïe à cause de ce que j’étais. De nombreux aventuriers l’avaient déjà prouvé dans le passé.

En toute honnêteté, j’en avais encore peur aujourd’hui. Mais pourquoi ? Pourquoi avais-je eu peur des autres ? Pourquoi étais-je terrifiée par la façon dont ils m’auraient perçue ?

La réponse était la solitude que cela entraînait...

J’avais peur de finir seule, ou pire, d’être chassée par ceux que je considérais comme mes amis avant ça.

Les individus ordinaires vivant sur ces terres ne tenaient jamais de telles peurs cachées dans leur cœur, mais je l’avais fait pour ma part, et cela m’avait constamment fait me rappeler que les amis que j’aimais maintenant pouvaient toujours me tourner le dos, tout comme Dankyun l’avait fait dans le passé... passant d’amant à meurtrier.

Est-ce qu’Illsy sera pareil ? C’était ce que je pensais dans ces moments de bataille intense.

La seule chose qui m’empêchait de perdre le contrôle de mon esprit était la croyance qu’Illsy n’était pas comme les autres Seigneurs du Donjon ou même comme les autres hommes que j’avais rencontrés jusqu’à aujourd’hui. Il avait constamment montré et prouvé qu’il pensait différemment, qu’il était attentionné, gentil et doux jusqu’à la stupidité.

Illsy n’est pas Dankyun... Il ne l’a jamais été..., me l’étais-je rappelé.

Hm, c’est peut-être pour cela que j’avais laissé Rufus partir malgré sa trahison... Je n’avais pas pu faire en sorte que Paladinus et Angius se retournent contre lui simplement parce qu’il ne voulait pas prendre mon parti. C’est peut-être la peur qui l’avait poussé dans un recoin et l’avait fait prétendre qu’il ne connaissait pas la vraie race d’Illsy. En effet, Rufus m’avait montré à travers ce geste de sa part très simple, mais en même temps très douloureux ce que cela signifiait le fait d’être contrôlé par ses peurs. Cela m’avait fait voir Illsy comme les autres personnes, alors qu’il ne faisait que se mettre constamment en danger pour nous depuis le début.

Même si j’avais quitté l’académie dès que j’aurais entendu parler de la venue de Dankyun ici, était-ce le bon choix ? Le fait de vivre dans la clandestinité et la peur pourrait-il être même vu comme étant le fait de « vivre » ?

Non...

Eh bien, s’il y avait un moment pour surmonter tous ces doutes et ces craintes, c’était maintenant ! Avec Dankyun qui nous montrait ses crocs, et sa soif de sang qui se répandait autour de lui comme une mer de sang, je devais tout lâcher et peut-être tout simplement espérer un changement, un miracle.

La bataille avait été intense dès le début. Les puissants faisceaux de lumière d’Illsy avaient essayé de le maintenir cloué au sol. Pour un donjon si jeune, c’était plus qu’incroyable et étonnant ce qu’il savait faire. Si Illsy avait eu la chance de construire 20 ou 30 étages de plus, cela aurait été suffisant pour arrêter même un groupe entier de Suprêmes. Mais encore une fois, il comptait un peu trop sur ses pièges et pas assez sur ses monstres. Habituellement, plus le niveau de l’étage allait dans les profondeurs, plus les monstres sont forts. C’était la règle, et ils étaient la plus grande menace. Mais même ainsi, ceux qu’il avait engendrés étaient beaucoup plus puissants que ceux trouvés habituellement au quatrième étage de n’importe quel donjon. C’était peut-être approprié pour un 70 étages, mais certainement pas un niveau quatre, mais même là, ils étaient beaucoup trop faibles contre quelqu’un comme Dankyun.

Est-il vraiment devenu si fort au cours des dernières décennies ? m’étais-je demandé en le regardant combattre Illsy.

Malheureusement, le combat avait été trop court. Il avait fait quelque chose lorsqu’il avait utilisé un cristal de sort bizarre, et avant qu’on puisse s’en aperçoive, le donjon avait disparu. Tout ce que j’avais vu, c’était Dankyun debout au milieu d’un terrain calciné et riant comme un fou. Il semblait amusé par ce qui s’était passé.

Où sommes-nous ? Où est Illsy ? m’étais-je demandé alors que j’avais tourné la tête vers la gauche.

Du coin de mes yeux, j’avais vu l’éclat de son corps de cristal vert. Il avait été posé sur le sol, incliné vers la gauche. Juste à côté de lui se trouvaient Shanteya et Ayuseya, qui étaient toutes deux plutôt surprises de l’endroit où elles se trouvaient.

Comment est-ce possible ? Où sommes-nous ? M’étais-je demandée. Puis, quand j’avais regardé à droite, j’avais vu la cage métallique noircie d’Illsy.

Nous étions de retour à l’académie, ou ce qu’il en restait après l’attaque Suprême de Dankyun. On ne voyait autour de nous que des décombres et des cendres. Ce n’était pas une illusion, et j’étais sûre qu’Illsy ne nous éloignerait pas de là où nous étions, je l’aurais senti. Ce que j’avais vu, c’était le monde extérieur, et nous n’étions ici que parce que Dankyun avait utilisé une sorte de sort de déplacement.

Après un balayage attentif de la zone autour de nous, pendant que Dankyun riait, j’avais vu un petit cristal transparent. C’était la preuve dont j’avais besoin pour confirmer le sort qu’il avait utilisé. Il était extrêmement rare et même Tuberculus n’en avait utilisé qu’un seul dans toute sa vie.

Le sort de déplacement était un sort très troublant que peu de mages avaient pris la peine d’apprendre, mais s’il était appliqué aux bons endroits au bon moment, il pourrait sauver d’innombrables vies. Il était principalement utilisé pour infuser des cristaux de sorts vides et les faire passer à quelqu’un d’assez fort pour les charger. Un minimum de rang Empereur était nécessaire pour ce sort. Il était long à charger et ne pouvait être utilisé qu’une seule fois, ce qui le rendait peu pratique pour de nombreux aventuriers.

Cependant, le sort de déplacement avait un avantage très significatif et important. Dans un groupe de Suprême, une fois qu’ils avaient atteint le cœur de donjon et qu’ils voulaient le détruire, mais qu’il était fortement protégé et très puissant, alors en utilisant ce sort, ils pouvaient retirer le noyau de cette pièce vers une pièce vide.

Trois conditions devaient cependant être remplies...

Tout d’abord, il devait y avoir deux cristaux de déplacement identiques, l’un dans la salle du cœur de donjon et l’autre dans la salle où le groupe souhaitait transporter le cœur. Deuxièmement, les cristaux devaient être infusés avec suffisamment de mana pour supporter le transport. En général, plus la distance était longue, plus il fallait de l’énergie à l’intérieur. Pour atteindre une telle distance, la quantité de mana nécessaire était au-delà du ridicule, mais il ne l’aurait pas utilisée s’il n’avait pas considéré la possibilité qu’il perdrait. Ou il l’avait fait juste pour le plaisir.

Mais même ainsi, cela signifiait que la seule façon dont Illsy pouvait se défendre était avec son armure magique, mais c’était loin d’être suffisant contre quelqu’un comme Dankyun. Nous avions sous-estimé sa force et sa vitesse. Je n’avais même pas pensé à la possibilité qu’il utilise un tel cristal de sort. Je pensais qu’il se pavanerait et tenterait de frapper Illsy de toutes ses forces pour lui prouver sa supériorité... Cette situation... C’était de ma faute...

« Ah ! C’était si drôle ! Quel pathétique Seigneur du Donjon ! Kukukuku ! » s’exclama le cinglé.

Ma queue avait fouetté l’air en colère. Je l’avais regardé dans les yeux et avec une seule traction, j’avais défait le cadeau de ma mère, le Ruban de Sceaux.

Ainsi, mon vrai moi, ma vraie nature, mon vrai pouvoir allait être révélé, mais moyennant un prix...

J’avais senti l’énergie surgir en moi, crépitant dans l’air sous la forme d’un éclair noir, brisant les pierres qu’il touchait. L’aura était épaisse et sombre, révélant mon désir de tuer, un désir insatiable et inarrêtable de massacrer et d’assassiner mes ennemis remplissait le cœur même de mon âme. Mon corps avait aussi changé, la chair se déchirant et se réformant au fur et à mesure que je grandissais. Des griffes, des dents pointues, des pointes, des écailles et des ailes noires se formaient à partir de la chair de mon corps. Ma queue avait grandi et s’était terminée par une pointe remplie de venin corrosif. Malheureusement, mes seins et mes fesses avaient aussi augmenté en taille. Mon armure aurait été déchirée par ma croissance si je n’avais pas immédiatement utilisé ma compétence de création Divine pour la remplacer par mon ancienne armure : La Garde de Nuit. Des plaques à pointes faites d’un métal noir enchanté recouvraient ma poitrine, mes bras et mes jambes. Bien que je montrais beaucoup de peau et mon décolleté, cette armure avait été conçue pour attirer l’esprit des mortels et les conduire à leur tombe. Mes mains, mes jambes et ma queue étaient l’armure et les armes dont j’avais besoin. Des lames tranchantes et courbes s’étendaient de mes doigts, les transformant en griffes mortelles.

Nanya l’enseignante avait disparu, et maintenant seule la destructrice folle Nanya Demonarkiar la 2e était restée. Un tueur au sang froid, un harceleur dans l’obscurité, une beauté sans égal, un chasseur parfait, voilà ce que j’étais et qui j’étais maintenant, un être démoniaque... ou plutôt la moitié.

Je m’étais levée sur mes pieds griffés, laissant échapper un sifflement tout en le faisant. Mes yeux noirs et démoniaques regardaient l’obscurité devant moi, celui qui s’appelait Dankyun, la proie que je voulais déchiqueter et éviscérer. Celui qui avait essayé de me déshonorer. Celui qui m’avait trompée. Celui qui m’avait volée. Celui... celui qui avait osé faire du mal à mon mari...

« DANKYUN ! » avais-je crié avec un grognement.

« Hm ? Tu t’es enfin descellée, Nanya ! Maintenant, tu ressembles au monstre laid dont je me souviens ! La destructrice folle qui est pitoyable, une démone avec du sang noir ! Alors, qu’est-ce que tu..., arg ! » Déclara-t-il, mais ses mots n’avaient pas été saisie par mes pensées.

Pour moi, ils n’étaient que du bruit de fond.

Je ne l’avais pas laissé finir et je lui avais sauté dessus. Le sol sous mes pieds s’était brisé et s’était fissuré en de longues lignes lorsque plus de 1000 points de force avaient montré leur vraie signification.

Statut... Je pensais.

 

[Nom] : Destructrice folle Nanya Demonarkiar la 2e

[Espèce] : Demi-Donjon/Demi-Démon

[Race] : Divin/Reine Démon

[Niveau] : 369

[Force] : 1178

[Agilité] : 1223

[Intelligence] : 978

[mana] : 5890

[Régénération de mana] : 45 points par seconde.

 

Quel gâchis... ! Des statistiques si basses à cause de ce sceau idiot…, avais-je pensé en regardant ces valeurs.

La quantité de mana que j’avais était extrêmement faible. La régénération avait aussi perdu quelques points, et j’avais eu l’impression d’avoir perdu au moins 74 niveaux. Cette dernière partie était peut-être plus due à mon inactivité qu’au sceau, mais je n’avais pas non plus nié cette possibilité.

Eh oui, j’avais peut-être un peu menti quand j’avais dit à Illsy que je n’avais aucune idée de ce dont il parlait quand il parlait de points de mana. Malheureusement, me cacher sous le déguisement de l’enseignante Divine Nanya était plus important que d’être correct et vraiment utile pour lui. Mais c’était un bon choix parce que j’avais appris sa vraie nature et le genre d’homme qu’il était. Je savais immédiatement quand il aurait essayé de me mentir, mais ce qui était étrange, c’est qu’il ne l’avait jamais fait.

Avec la fenêtre d’état dans le coin de mon esprit, j’avais frappé le draconien Suprême avec mes griffes. Leur tranchant était censé couper à travers n’importe quoi, mais mon ancienne épée l’empêchait d’encaisser des dommages quand il l’avait utilisé afin de bloquer mon attaque. J’avais grogné et je l’avais frappé du côté droit. La frappe le toucha et l’envoya voler dans les airs, à une dizaine de mètres de moi. Je ne m’y étais pas arrêtée et dès que mes pieds avaient touché le sol, je m’étais précipitée vers lui.

Mon désir, mon but, ma proie, ils étaient tous axés sur lui.

Je voulais le tuer...

« GRAAH ! » Je m’étais lancée sur Dankyun.

Il avait levé son épée. Je l’avais attrapé dans mes griffes et je l’avais frappé avec mon pied gauche. Il l’avait bloqué avec son bras droit. En utilisant le bout de ma queue, j’avais essayé de percer son estomac, mais son armure magique s’était avérée trop épaisse et son armure physique trop solide. Je n’avais réussi qu’à m’en débarrasser d’une petite couche. Si les pointes et les lames attachées à mon armure n’étaient pas enchantées afin d’ignorer une partie de l’armure magique d’un ennemi, je n’aurais peut-être même pas été capable de le faire. J’aurais été forcée d’égratigner son armure magique jusqu’à ce qu’elle soit brisée.

« Dégage de là ! », avait-il crié. Puis il m’avait lancé une boule de feu.

J’avais sauté en arrière à la toute dernière seconde et dès que j’avais atterri, j’avais commencé à lancer un sort de vent infusé de 500 points de mana.

« Crève ! » J’avais grogné. Puis je la lui avais lancé.

Les deux spirales de vent s’étaient formées dans les paumes de mes mains. C’était arrivé sur lui, mais il avait bloqué l’attaque avec son épée. Bien que la plupart des dégâts aient été annulés, la force était encore assez forte pour le repousser un peu plus loin du noyau d’Illsy. Un brouillard de poussière noire s’était levé entre nous.

Dès que mon attaque avait été terminée, j’avais concentré 1500 points de mana dans mon corps et j’avais utilisé le Renforcement du Corps, augmentant ma Force et mon Agilité de 500 points supplémentaires. Le Renforcement de l’armure magique avait également été activé et infusé avec 500 points de mana. Mes compétences de Réflexes Rapides et Prévision des Attaques avaient également été utilisées, abaissant encore plus ma réserve de mana. Je descendais dangereusement bas en mana, et j’étais dans une situation où j’avais seulement une régénération de mana de 20 points restants après avoir utilisé ce qu’il fallait pour garder actifs mes sorts. Tout ce que j’arrivais à obtenir en surplus, je l’utilisais afin de recharger constamment mon armure magique. Ces buffs m’avaient beaucoup fatiguée. Il y avait une chance que je ne puisse même pas bouger pendant quelques jours à cause de la douleur et de la lenteur de la guérison, mais je m’en fichais, je voulais tuer ce bâtard. Mon propre brouillard noir s’était formé autour de moi pour rendre cette intention claire, ajoutant un bonus à toutes mes attaques. Je n’en avais jamais tenu compte auparavant parce que c’était une valeur instable.

Ma vitesse avait presque doublé et la puissance de chacune de mes frappes avait été considérablement augmentée. J’étais comme quelque chose de flou et je frappais ma cible comme un météore frappant le sol. Dankyun n’avait même pas eu le temps de réagir à la première attaque, que j’avais réussi à faire sur le côté gauche de son armure.

J’avais entendu une fissure. L’armure physique avait été endommagée.

Un autre coup lui était allé en plein dans l’estomac, l’envoyant s’enfoncer dans le sol. Il haleta et leva son épée en l’air. C’était trop léthargique pour moi en ce moment, et mon coup de poing était passé tout droit devant sa défense jusqu’à arriver en plein dans sa poitrine. Son armure magique était une fois de plus incapable d’arrêter mon coup de poing, et sa plaque thoracique avait été en conséquence un peu enfoncé.

Il avait suffoqué, et je l’avais encore frappé.

Sept coups de poing étaient arrivés sur lui l’un après l’autre. Aucun d’entre eux n’avait été bloqué. J’avais sauté en arrière puis je l’avais attrapé par la jambe gauche. Je l’avais soulevé et l’avais utilisé comme une massue en le fracassant dans le sol. Je l’avais encore écrasé de mon poids et je l’avais percé avec ma queue. Cette fois, la fissure s’était répandue et l’armure s’était brisée. La pointe empoisonnée l’avait transpercé, le poignardant dans le ventre. Dès que j’avais senti la chaleur de sa chair et de son sang, j’avais libéré mon venin corrosif en lui, endommageant ses entrailles.

« AARGH ! SALE SHIKAK ! » cria-t-il. Et il me saisit par les cheveux.

Tirant fort, il m’avait jetée loin de lui, mais j’avais atterri sur mes pieds.

« HISSS ! » Je n’avais pas hésité et j’avais couru vers lui, prête à dévaster son armure.

Je pensais avoir l’avantage à ce moment-là, je pensais que j’allais finir ma vengeance, mais j’avais tort... Ce salaud avait sorti quelque chose de sa poche et l’avait pointé vers moi. Quand j’avais réalisé que c’était un cristal de sort, il était trop tard. Une puissante lumière purificatrice me visait, m’aveuglait et me faisait trébucher sur mes propres pieds, tombant devant lui.

L’effet de debuff avait réduit toutes mes statistiques à la moitié en un instant. Dankyun n’avait même pas besoin de dire ce qu’était cette attaque, je savais ce que c’était. Chaque être avec du sang démoniaque dans les veines savait ce que c’était.

***

Partie 2

Ce sort était quelque chose que seuls les plus grands prêtres du continent savaient utiliser. Il produisait une puissante attaque de lumière visant ce que les mortels percevaient comme de l’obscurité ou plutôt comme de la magie démoniaque. Alors qu’il fallait la permission d’un dieu pour l’apprendre, en vérité, il ne s’agissait en fait que d’une magie de type amélioration de rang Empereur avec une tendance sur la lumière plutôt que sur l’ombre. Comme mon corps était sensible au premier et très résistant au second, cela signifiait que je pouvais être fortement affaiblie par lui.

Si je n’étais pas un demi-donjon ou une reine démoniaque, je n’aurais peut-être même pas pu bouger après ça. Il pourrait même arrêter le cœur d’un démon inférieur. Ce genre de chose n’était utilisé que contre des armées démoniaques ou des hordes de morts-vivants. L’utiliser sur un seul démon était considéré à la fois comme un gaspillage et illogique. C’était une mort certaine sur quelqu’un d’inférieur, mais contre des démons puissants comme moi, cela n’avait fait baisser nos forces que pour une courte période de temps. Dankyun devenait désespéré s’il utilisait ça.

« Arg ! » J’avais gémi quand une forte douleur m’avait traversé la poitrine.

En regardant en bas, j’avais vu ma propre épée percée entre mes seins et passant directement à travers ma poitrine.

« Je t’avais dit que je te tuerais, Nanya..., » déclara-t-il en souriant et en tordant son épée.

« AAAH ! » J’avais crié en raison de la douleur en sentant ma cage thoracique se déchirer alors que mon sang rouge jaillissait de la blessure béante.

« N’aie pas peur, putain démoniaque ! Ta mort sera considérée comme une bénédiction sur ces terres, » déclara-t-il.

Nous saignions tous les deux en raison des blessures que nous nous infligions l’un à l’autre, mais j’étais dans la pire condition physique. Au moins, il ne m’avait pas poignardée en plein cœur, mais le tranchant de la lame n’en était pas loin non plus.

« Tu viendras avec moi..., » lui avais-je dit en essayant d’attraper sa gorge avec ma main griffée.

« Non, » il m’avait giflé la main et avait sorti son épée de ma poitrine.

Je toussais, et le sang coulait des coins de ma bouche. À la suite du coup de pied puissant effectué sur le côté gauche, cela m’avait fait tomber sur le sol en direction du corps cristallin d’Illsy. J’avais tellement mal que je voulais mourir, mais avec le peu de force que j’avais, j’avais utilisé mes griffes pour gratter le sol et m’arrêter avant de le frapper. Mes pointes et mes griffes pourraient traverser son armure et l’endommager accidentellement.

Je m’étais arrêtée à environ six mètres de lui, mais ça fait mal. Ça fait si mal...

J’avais essayé de me lever ou du moins de lancer une amélioration pour me soigner.

Mes statistiques n’étaient pas non plus bonnes. La fenêtre d’état montrait exactement à quel point j’étais dans une mauvaise situation.

 

[Niveau] : 369

[Force] : 74

[Agilité] : 25

[Intelligence] : 978

[mana] : 924

[Régénération de mana] : 22,5 points par seconde.

 

Et les points de force et d’agilité étaient toujours très faibles. Mon mana allait encore assez bien, mais mon état de demi-donjon m’avait forcée à le consommer au moment où il avait détecté que je souffrais d’une blessure. C’était la même chose pour mon être en tant que demi-démon. Cependant, cette blessure béante dans ma poitrine ne pouvait pas être guérie avec mon mana actuel.

L’[Divine Aura] d’Illsy était aussi trop faible pour soigner mes blessures, mais ce n’était pas comme s’il n’y avait plus d’espoir. Si Dankyun avait disparu de cet endroit, j’avais une chance de survivre, mais c’était très improbable.

Malédiction ! C’est ainsi que ça fini ? pensais-je en regardant à travers les yeux à peine ouverts le corps de cristal vert d’Illsy.

C’est drôle, mais je ne peux pas te voir responsable de ça... Tu as fait de ton mieux pour l’arrêter, n’est-ce pas, Illsy ? J’avais réfléchi à ça et j’avais entendu un pas à côté de lui.

« C’est l’heure de mourir, » dit-il.

« NON ! » cria Ayuseya.

Bien qu’on lui ait dit qu’elle était faible, bien qu’elle ne détenait aucune possibilité contre quelqu’un comme Dankyun, la femme draconienne avait quand même essayé de l’attaquer. J’avais pensé qu’elle serait assommée en un moment, mais son coup de poing avait en fait déclenché une frappe si puissante que cela avait envoyé Dankyun voler à quelques mètres de distance.

« Arg ! » gémit-il, et la princesse s’agenouilla à côté de moi.

« Nanya ! Cette blessure et tout ce sang ! Qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ? », commença-t-elle à paniquer.

Il n’y a rien à faire, idiote..., pensais-je, mais j’étais trop faible pour parler.

Elle m’avait fait tourner le visage avec précaution vers le haut, et j’avais vu les larmes qui s’étaient accumulées dans les coins de ses yeux.

« Si seulement j’avais pris ces cours de magie curative ! » elle fronça les sourcils et commença à chercher un endroit où elle pourrait m’allonger.

Elle avait remarqué le petit morceau de mur émietté à quelques pas de nous et m’y avait emmenée.

Oh ouais ! Est-ce que j’ai toujours ce cristal avec la [Régénération] dedans ? M’étais-je demandée. Mais la seule chose qui restait dans la poche attachée à ma jambe gauche était la blanche. Il avait dû tomber quelque part sur le sol pendant ma bataille.

« Assez parlé entre filles ? » demanda Dankyun, attirant notre attention.

Avant de lui faire face, Ayuseya m’avait allongée avec précaution, le dos appuyé contre le mur.

Nous avions tous les deux regardé le draconien qui marchait calmement vers nous. Je n’avais vu qu’une égratignure sur sa joue gauche. Les blessures que je lui avais causées n’étaient plus là non plus. À en juger par son apparence, j’avais immédiatement compris qu’il avait utilisé un cristal de sorts de guérison juste avant d’être attaqué par la princesse. Ayuseya avait le pouvoir d’égratigner un Suprême ? Depuis quand ?

« Dankyun, tu es un monstre ! » déclara la princesse.

« Oh, mon Dieu, ne sois pas si grossière, princesse, » il soupira et secoua la tête.

« Arg... si seulement..., » j’avais essayé de rester debout, mais la blessure était terrible.

« Si seulement tu avais ton pouvoir entièrement descellé. Oui ! Oui ! Bla-bla-bla ! Cela n’aurait pas fait de différence, tu sais ? » m’avait-il interrompue en souriant.

« Ne crois pas que tu ne paieras pas pour ce que tu as fait ici..., » déclara Ayuseya, mais avant qu’elle ait pu finir ses mots, Dankyun s’était précipité vers nous.

À cause de mes statistiques plus basses, je n’avais pas pu voir son attaque, mais ce n’était pas moi qu’il visait. J’avais cligné des yeux, et il était tout simplement à côté de moi. L’épée du monstre, mon épée, avait été poignardée dans l’estomac d’Ayuseya. Du sang chaud coulait de cette blessure, tachant ses vêtements avant qu’elle ne tombe sur le sol.

« Princesse, pour la dernière fois, je n’en ai rien à faire ! Ta vie, toute ton existence est inutile et l’a toujours été ! Tu n’es pas digne de ton titre, tu n’es pas digne de ton peuple ! Tu es une ordure ! La seule raison pour laquelle je voulais que tu fasses partie de la famille royale. C’est ça ! Tu es encore plus bas qu’une shikak », lui déclara-t-il, puis il avait arraché la lame de son corps.

« Non... arg... » elle avait essayé de parler, mais elle avait craché du sang. « Tu as tort... » Elle l’avait regardé et il y avait encore une étincelle de feu dans ses yeux.

« Quelle princesse pathétique et délirante... ! Non, salope draconienne ! » déclara-t-il en riant.

« Tes mots ne signifient rien pour moi..., » déclara la princesse.

Bien qu’elle tenait sa blessure et se tenait à peine debout, elle n’avait pas abandonné le combat.

« Keh ! Tu m’ennuies. » Dankyun avait déclaré ça puis il l’avait attaquée avec une frappe puissante et rapide, il avait coupé le bras droit d’Ayuseya juste au niveau de l’épaule.

Elle avait serré les dents, mais n’avait pas crié en raison de la douleur.

« Il suffit de mourir maintenant ! » cria le draconien agacé, puis il se précipita et lui donna un coup de poing dans l’estomac, la blessant encore plus, mais avec cette dernière frappe, elle s’était évanouie.

« Maintenant, il est temps pour toi. Hm, non... attends un peu, je te laisse comme la dernière fois. Je t’ai après tout promis une mort lente ! » dit-il en riant. « Pour commencer, ce noyau du donjon ! », puis il avait regardé vers le cristal vert.

« Ne..., » avais-je dit, mais j’avais serré la mâchoire. Supplier ce monstre ne lui donnerait que du plaisir.

Il n’y a rien à faire..., avais-je pensé que les derniers morceaux d’espoir m’avaient quittée.

« GAAAH ! » avait crié Dankyun dès qu’il s’était approché à moins de cinq mètres du noyau d’Illsy.

L’armure du draconien avait été brisée en un clin d’œil.

« Qu’est-ce qui se passe ? », grogna-t-il. « Quelle sorte de sorcellerie est-ce !? » déclara-t-il en étant agacé.

Assis, il avait sorti un autre cristal et il avait réapprovisionné une nouvelle fois son armure magique, mais cette fois, il en avait deux autres prêts à l’emploi au cas où.

« Ça n’aura plus aucune importance dans un instant, » déclara-t-il en souriant sur ses lèvres.

Il se précipita vers le noyau, et l’aura le frappa immédiatement à nouveau, cependant, à sa vitesse, il allait poignarder Illsy avant que cela ne puisse le tuer.

Non... Non ! Je pensais et « N-Non... » J’avais toussé, et craché du sang.

« MEURS ! » cria Dankyun.

« NON ! » cette fois, c’était Shanteya.

Elle avait marché pour se placer devant l’épée et elle l’avait bloqué avec ses deux mains. La pointe avait percé son armure et s’était enfoncée dans ses entrailles, mais la lame ne l’avait pas traversé.

« Non ! NON ! NOOOO ! DANKYUN », cria Illsy de loin dans le ciel.

C’est trop tard..., pensais-je.

***

[Point de vue d’Illsyore]

La vitesse était essentielle dans cette lutte, mais j’étais toujours limité à 40 km/h environ. Je les atteindrais en une dizaine de minutes à cette vitesse, mais je savais que je devais voler plus vite.

« ALLEZZZZZ ! » J’avais crié et poussé ma forme invisible vers ces signes de vie vacillants, mais je ne savais pas comment le faire.

Je ne pouvais pas le faire, mais je devais voler plus vite.

« ALLEZ ! PLUS VITE ! PLUS VITE ! » avais-je crié.

Je ne savais pas si cela avait fonctionné ou bien si ma perception avait été un peu déformée, mais ces dix minutes s’étaient transformées en quelque chose qui m’avait semblé plus court. J’avais atteint la lisière de la forêt en feu et j’étais entré dans le champ de cendres et de fumée où la compétence Suprême de Dankyun avait heurté le sol.

En volant aussi vite que possible, j’avais finalement eu un aperçu de ce qui s’était passé alors que je n’étais pas là, et ce que j’avais vu m’avait choqué et m’avait horrifié en même temps.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je dit sur un ton de voix tremblant.

Nanya avait changé et avait une blessure béante en plein dans la poitrine. Ayuseya était sur le sol, saignant et avec un bras coupé. Et Dankyun... Dankyun se précipitait vers mon corps.

Non…, pensais-je.

Pendant un moment, j’avais eu l’impression que c’était fini... Que c’était le moment de ma mort, mais Shanteya était venue de derrière mon corps et avait arrêté l’épée au moment où elle était sur le point de m’empaler. C’était arrivé si vite, je ne l’avais même pas remarquée. Malheureusement, j’avais aussi vu le sang tacher ses vêtements et se répandre sur le sol calciné sous elle. Elle avait été blessée... Nanya, Ayuseya, et maintenant Shanteya... Les trois femmes que j’avais essayé de protéger et de sauver m’avaient été enlevées.

« Non ! NON ! NOOOO ! DANKYUN ! » J’avais crié.

Ce monstre m’a TOUT pris ! avais-je crié à l’obscurité.

La colère avait bouilli à l’intérieur de moi. Le brouillard noir s’était répandu sur tout mon territoire, et Dankyun avait continué d’être attaqué par mon [Aura Divine]. J’avais même entendu son armure se briser une fois, mais elle s’était vite rétablie.

« NERU AM UR ! » avais-je crié.

<Alerte ! Compétence verrouillée !>

Je m’en fichais. J’avais regardé le message et j’avais voulu que le sort apparaisse. Ma colère se déversait aussi sur le système.

Ne vous moquez pas de moi ! avais-je crié dans mon esprit.

<AV-VERTIS-SEMENT ! NE FAITES PAS ÇA ! Compétence Bloblobloquée>

Les signes bourdonnaient comme l’écran d’une vieille télévision.

Mon corps s’était fêlé. Des veines rouges étaient apparues dessus, transformant la lumière que j’émanais d’un vert pur en un vert mélangé de rouge et de vert.

« Qu’est-ce qui se passe ? » demanda Dankyun, surpris.

Son armure s’était encore brisée.

« Réapprovisionnement du Mana ! » il avait consommé un autre cristal « Crois-tu vraiment pouvoir arrêter cette épée ? » demanda Dankyun un peu en colère.

« NERU AM UR ! » J’avais encore crié et je ne me souciais pas de ce que le message disait, j’avais juste versé mon Mana et tout le reste, dans ce qui m’avait attaqué.

<NON !! Nous ne vous laisserons pas faire !>

<NON !>

<AVER-TISSEMENT>

<NE-NE-NE FAITES PAS ÇA>

JE M’EN FOUS DE VOUS, avais-je crié au sommet de mes poumons à l’intérieur de mon esprit, brisant les fenêtres de message devant moi. Je pouvais le sentir, le sort était à nouveau déverrouillé et se formait autour de moi, choisissant Dankyun comme la seule et unique cible que les pics de glace infernale étaient censés tuer.

« MEURS ! » avais-je crié.

« Meurs, » déclara Dankyun en utilisant une autre Charge vers Shanteya.

La lame avait percé son corps et était entrée dans mon corps. À ce moment-là, mon sort avait disparu, mes auras avaient également disparu, et j’avais été attiré dans mon corps de cristal.

<MISE EN GARDE ! AVERTISSEMENT ! AVERTISSEMENT ! BLESSURES MORTELLES DÉTECTÉES ! AVERTISSEMENT ! INCAPABLE DE GUÉRIR ! INCAPABLE DE GUÉRIR !>

Les messages s’étaient déversés sous mes yeux pendant que ma vision devenait floue et rouge à cause du sang de Shanteya.

« Je suis désolée... Illsy. J’ai échoué…, » déclara-t-elle. C’était la dernière chose que j’avais entendue.

Non ! Non ! Non ! Non ! J’avais crié en essayant de lui tendre la main, mais tout était devenu sombre autour de moi.

Tout avait disparu...

Toute la colère, toute la fureur que j’avais... elles avaient disparu toutes les deux. Il n’y avait que des ténèbres devant moi, mais comme avant, j’étais le seul élément de lumière, une âme flottant dans un océan de néant...

C’est fini... Elles sont mortes…, avais-je pensé. Les larmes avaient alors coulé sur mes joues.

Il n’y avait plus qu’une seule certitude. J’étais mort, et elles aussi... Il n’y avait plus rien que je puisse faire... rien.

J’avais perdu...

Vraiment ? Une voix étrange avait été entendue venant de l’obscurité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour les chapitres.

Laisser un commentaire