J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 38 – Partie 3

***

Chapitre 38 : L’accord avec les Ténèbres

Partie 3

« Donc, vous ne pouvez pas m’obliger à vous écouter, et vous ne pouvez pas non plus me contrôler ? Qu’est-ce que vous comptez faire maintenant ? » lui avais-je demandé.

« Hm…, » il avait levé les yeux et croisé les bras vers sa poitrine. « Je veux prendre le contrôle de votre corps, mais je ne sais pas encore comment passer votre stupide barrière. Il m’a fallu tout ce temps pour pouvoir communiquer avec vous. Les autres que vous avez rencontrés plus tôt aujourd’hui étaient des idiots qui avaient eu la chance de pouvoir vous contacter. J’ai eu une belle conversation avec eux avant de vous rencontrer maintenant, alors je sais ce qu’ils ont fait et ce qu’ils vous ont dit, » m’avait-il dit en me regardant dans les yeux.

« Alors vous ne leur avez pas dit de m’apprendre l’instinct d’un donjon ? » lui avais-je demandé.

« L’instinct du donjon ? Il n’y a pas de façon de l’enseigner, c’est pourquoi on l’appelle instinct, » avait-il haussé les épaules.

« Je m’en doutais quand ils n’ont pas déverrouillé ma compétence de Rang Empereur dans le donjon. Ils ont agi comme s’ils voulaient que je meure. En parlant de ça, pourquoi n’êtes-vous pas intervenu à ce moment-là ? » lui avais-je demandé en fronçant les sourcils.

« Parce que je ne pensais pas qu’on perdrait contre quelqu’un d’aussi faible que Dankyun ! Je veux dire que c’est aberrant ! Avez-vous vraiment perdu contre un Suprême avec moins de 2000 points en force ? Franchement ? » déclara-t-il comme si battre quelqu’un comme lui était une chose facile à réaliser.

Quand il avait dit ça, cela m’avait fait me souvenir des mots qu’il avait dits il y a un instant. Lui et le reste des Ténèbres n’étaient rien d’autre que des fragments de leur passé, des faisceaux de souvenirs qui agissaient comme des robots. En fait, c’était une bonne comparaison. Ce Primordial et les autres esprits cachés dans les Ténèbres n’étaient rien de plus que des programmes et des IA sensibles me répondant automatiquement sur la base de leurs expériences passées.

D’une certaine façon, je parlais avec de simples ombres d’êtres vivants du passé. Malheureusement, ils avaient le pouvoir de se manifester dans le monde réel à travers mes capacités et toutes sortes de barrières qu’ils produisaient devant moi afin d’essayer de me contrôler ou de me transformer en l’un d’entre eux.

C’est peut-être pour cela qu’ils voyaient Dankyun comme un faible, alors qu’en fait, il était très fort. Cette obscurité ne voyait le monde réel que comme il le désirait, comme un cheval qui ne pouvait que regarder vers l’avant, ne changeant jamais de direction jusqu’à ce que celui qui l’avait guidé le tire avec assez de force pour le faire.

Il y a une autre chose qui avait attiré mon attention. Bien qu’il ait dit qu’il avait subjugué ces autres esprits, il était clair qu’ils n’avaient pas tous agi selon ses ordres, sinon, il serait intervenu et aurait débloqué mon sort de Rang Empereur avant qu’il ne soit trop tard, ne m’obligeant pas à briser leur sceau. Peut-être que certains avaient échappé à sa traque ou peut-être qu’ils n’avaient pas pu être vaincus dès le départ. La dernière option était la plus effrayante de toutes : ce Primordial me mentait et me forçait à danser dans sa paume.

« Alors, vous ne leur avez pas ordonné de verrouiller mon sort ? » lui avais-je demandé.

« Bien sûr que non ! Malheureusement, lorsque j’ai réalisé ce qu’ils avaient fait, c’était trop tard, » avait-il secoué la tête.

« Ça n’a aucun sens... Vous auriez dû le savoir avant tout le monde, » avais-je rétorqué.

« Pas nécessairement. Si j’ordonne quelque chose aux autres esprits, ils obéissent, mais si je ne le fais pas, ils peuvent faire ce qu’ils veulent, y compris le fait de me tenir à l’écart pendant un certain temps. Cette capacité est aussi quelque chose de nouveau pour moi, puisque je ne l’ai appris que lorsque vous avez cassé le système d’interface et activé votre compétence de Rang Empereur, » avait-il haussé les épaules, mais je me sentais réticent à lui accorder le bénéfice du doute. « Après ça, il y a eu les autres choses qu’ils ont dites, bien que je sois plus surpris par la quantité de choses que vous avez réussi à réaliser tout seul, » déclara-t-il en souriant.

« Comme quoi ? Je pensais que j’étais un idiot dont la seule capacité était de rester hors de votre contrôle ? » avais-je rétorqué en plissant mon front.

« La plus évidente des choses serait probablement votre capacité à lancer des sorts à l’extérieur de votre corps. Normalement, les donjons d’une race supérieure peuvent au moins s’envoler de leur corps et mieux évaluer la situation, mais je n’ai jamais vu ni entendu parler de quelqu’un comme vous qui peut lancer des sorts en dehors de leur Cœur de Cristal ! C’est ridicule ! » avait-il levé les bras en l’air.

« C’est ce qu’on m’a dit…, » je l’avais regardé alors que je disais ça.

« Pourtant, vous ne le trouvez pas si étrange ou important, » il m’avait regardé dans les yeux.

« En effet, je ne le considère pas ainsi, » avais-je secoué la tête. « Je pensais que c’était quelque chose que n’importe quel donjon pouvait faire. Nanya m’a parlé d’un sort avec un effet similaire et d’autres donjons capables de contrôler des choses en dehors de leur corps comme je le faisais, » avais-je dit.

« En effet, il y a un sort qui peut vous aider à projeter votre voix, mais ce sort a certaines conditions à remplir avant d’être jeté. Ceci étant dit, votre capacité à voler hors de votre corps et à lancer des sorts est hors de l’ordinaire, même pour les donjons Divins. Peu peuvent le faire. Cependant, une autre différence intéressante que vous possédez est représentée par votre Territoire de Donjon. La plupart des donjons acquièrent la zone des pièces qu’ils créent et non une zone entière comme vous l’avez fait. Mais ce n’est pas aussi pertinent, ce n’est peut-être qu’un sous-produit de l’esprit humain, puisque seuls les donjons humanoïdes possèdent habituellement de tels territoires de donjon, » avait-il dit en haussant les épaules.

« N’est-il pas possible que toutes mes capacités “étranges” soient en fait un sous-produit de mon esprit humain ainsi que des expériences de ma vie passée ? » lui avais-je demandé.

« Je ne serais pas surpris. Votre bon sens est plutôt... différent du nôtre. Même le truc d’allégeance. Je n’ai jamais entendu parler du Dieu des gros seins, » secoua-t-il la tête. « Je ne sais même pas si un tel dieu existe. »

« Je n’adore pas les seins…, » lui avais-je dit pour ma défense.

« Je ne dis pas ça. Bien que, si j’y pense, Nanya, Shanteya et Ayuseya possèdent de gros seins, » se frotta-t-il le menton.

« La forme non scellée de Nanya, peut-être…, » lui avais-je rappelé.

« Il y a aussi une autre chose qui est différente de nous. Vous n’avez jamais remarqué, mais au début de votre existence dans ce monde, vous avez souvent échangé les mots “compétence” et “sort”. Même pour un jeune donjon Facile, une telle chose est impossible ! Et ne parlons pas de votre compétence de Rang Empereur, » déclara-t-il en riant.

J’avais plissé les sourcils et croisé les mains sur ma poitrine. « Et alors ? Vous l’avez verrouillée, n’est-ce pas ? » lui avais-je dit.

« Nous avons essayé, mais votre entêtement, ou plutôt votre ignorance ont réussi à briser nos sceaux ! » déclara l’autre. « Ne vous en souvenez-vous pas ? Ce sort n’était pas censé être mis à jour sous la forme du Corps de Cristal. Mais même pas un jour après l’avoir vu, vous avez déjà oublié ce message d’avertissement et vous l’avez mise à jour. Votre subconscient était si fort qu’il a complètement ignoré tous les messages que nous vous avons envoyés. Après ça, on a décidé de vous enfermer à l’intérieur et la verrouiller. À notre grande surprise, la seule façon pour le sceau peut fonctionner, c’est que vous devez vous-même le croire ! Hahaha ! »

Il s’était moqué de moi. Je l’avais seulement regardé en étant confus et stupéfait par ce que je venais d’entendre. C’était un peu difficile d’imaginer qu’ils avaient si peu de contrôle sur moi après tout ce qu’il avait dit, mais encore une fois, je n’étais pas un jeune esprit de donjon né, j’avais l’esprit d’un adulte humain qui vivait en adulte dans mon monde, un adulte humain.

Il y avait aussi une autre chose qui rendait ça bizarre. Il y a un instant, il disait qu’il ne savait pas ce que faisaient les autres donjons, mais maintenant il parlait comme s’il était là depuis le début. Cela faisait-il partie de sa nature brisée ou essayait-il de me mentir ?

Franchement, cela ne m’importait pas maintenant, je savais que si j’essayais assez fort, je pourrais briser toutes les limitations et les lois qu’ils essayaient de m’imposer. En fait, j’étais certain qu’ils n’essaieraient pas une deuxième fois, mais je n’aurais pas encore parié sur ça.

« Mais oui, vous avez brisé ces limitations. Vous avez amélioré la compétence comme si ce n’était rien, puis vous avez franchi toutes les barrières que nous avons essayé d’ériger pour l’éloigner de vous, » déclara-t-il en me regardant.

« Donc ces messages brisés à la fin étaient en fait votre tentative de garder le sort non accessible ? » lui avais-je demandé.

« Compétence, mais oui, et pas la mienne, la leur, » acquiesça-t-il.

« Quelle est la différence entre ces deux mots ? » lui avais-je demandé.

« Compétence signifie tout ce qui figure dans votre fenêtre de compétences. Un sort signifie l’effet de l’activation d’une compétence. En d’autres termes, vous utilisez une COMPÉTENCE, mais lancez un SORT. Pas si dur que ça ! Souvenez-vous ! » me déclara-t-il un peu frustré.

« Autre chose que j’ai cassé ? » demandai-je.

« Oui... Le [Lien de Confiance] est une compétence inexistante. En fait, il n’a jamais existé et n’a jamais été mentionné nulle part sur cette planète avant votre apparition ! Comment cela fonctionne exactement et pourquoi, je n’en ai moi-même aucune idée, mais c’est quelque chose qui est contrôlé par votre subconscient. Le flux de mana, les équations, tout est contrôlé par votre subconscient. Nous avons essayé de verrouiller celui-là aussi, mais nous n’avons pas pu le faire parce que ce n’était pas l’un des nôtres, » avait-il dit en haussant les épaules. « Une autre chose que vous avez brisée, c’est le brouillard noir de l’intention meurtrière ainsi que vos propres statistiques et compétences. »

« Je pense que c’est une bonne chose que d’acquérir le [Lien de Confiance], mais que voulez-vous dire par là, j’ai brisé mes propres statistiques ? Expliquez-vous, s’il vous plaît. De toute manière, il n’y a rien d’autre à faire pour l’instant... » lui avais-je dit, et avec cette remarque, j’espérais lui faire savoir que je voulais sauter à la partie sur la façon d’aller et de sauver les filles et moi-même du Dankyunator 3000.

« Nous voyons cette compétence comme n’étant rien d’autre qu’un problème. Les donjons ne peuvent pas faire confiance aux humanoïdes ! Ça a toujours été comme ça, et ce sera toujours comme ça ! Quant à vos propres statistiques, oui... techniquement, vous n’avez pas les statistiques d’un donjon Divin. Le boost que vous avez reçu en points a été sévèrement limité par votre subconscient parce que vous avez peur d’avoir trop de puissance... Ce qui est stupide..., » avait-il dit. Puis il avait fait claquer sa langue.

« Que pouvez-vous alors faire ? » lui avais-je demandé.

« Comment le saurais-je ? Les donjons n’ont rien de semblable à un esprit subconscient... Franchement, comment les mortels survivent-ils même avec quelque chose comme ça ? C’est ridicule ! Qui est la version dominante ? Qui est le chef et qui est le suiveur », se frotta-t-il les tempes comme s’il essayait de se débarrasser d’une migraine.

« Je ne pense pas que c’est comme ça que ça marche... je pense que l’esprit conscient et l’esprit subconscient travaillent en équipe, » lui avais-je dit.

« Je n’y crois pas. Mais, passons à la prochaine des choses illogiques, votre brouillard noir provenant de vos intentions meurtrières est aussi brisé parce que vous ne montrez pas constamment vos intentions meurtrières, » déclara-t-il.

« Pourquoi devrais-je le faire ? » lui avais-je demandé en plissant les sourcils.

« À moins que vous ne montriez votre intention meurtrière, comment vos ennemis sauront-ils que vous êtes prêts à les tuer ? Comment leur direz-vous de rester en dehors de votre chemin ? Sans parler de vos esclaves, il faut constamment leur rappeler que vous êtes au-dessus d’eux comme un dieu au-dessus d’un mortel, et il ne faut pas dormir avec eux comme ça. Si vous voulez vous accoupler avec une femme, déchirez ses vêtements et faites-le ! Pourquoi demander la permission ? Après tout, vous êtes un donjon ! Mais c’est peut-être aussi pour ça que vos compétences sont brisées. Au lieu d’acquérir toutes les compétences de base, vous n’avez presque rien obtenu, sans parler du fait que vous avez dû apprendre vos propres compétences dans des livres ? Franchement ? Quand un donjon avait-il lu quelque chose pour la dernière fois ? » ses explications s’étaient plutôt tournées vers une réprimande, alors qu’il essayait d’expliquer pourquoi j’avais fait des erreurs qui pour moi étaient naturelles.

« Parce que j’ai de la compassion, et pas vous. Parce que je les respecte et les considère comme mes égaux, et non comme des objets que je dois utiliser et détruire. Parce que je veux faire l’amour avec une femme qui m’aime, pas la baiser comme un diablotin sur une botte ! » avais-je rétorqué. J’avais haussé un peu la voix sur la dernière remarque.

« Vous êtes idiot d’y croire ! Ce n’est pas normal ! Ce n’est pas naturel ! » déclara-t-il en me regardant dans les yeux.

Je commençais à détester cet homme impoli qui m’avait dit de me comporter avec ma Shanteya bien-aimée comme je le ferais avec un robot, ou avec Ayuseya et Nanya comme le ferait un violeur. Comment peut-on considérer de telles actions et croyances comme vraies et justes ? Cela n’avait aucun sens pour moi, et en tant que tel, je refusais complètement de croire tout ce qu’il disait sur le fait que ces actions étaient mauvaises parce que j’étais un donjon.

« Si vous êtes ici pour m’ennuyer ou m’insulter, vous êtes libre de partir, » lui avais-je dit.

« Eh ben, non. Je suis ici pour expliquer certaines choses de base, pour vous faire savoir qui dirige les choses en arrière-plan et vous dire qu’il n’y a qu’une seule façon d’échapper à tout ce désordre, » m’avait-il regardé dans les yeux.

« Ne puis-je pas vous supprimer ? » avais-je demandé en souriant.

« Vous ne pouvez pas, car vous mourrez sûrement. Avez-vous une idée de ce qu’il faut faire pour respirer avec votre corps de cristal ? Savez-vous comment contrôler le flux de magie à l’intérieur de votre corps ? » demanda-t-il en souriant.

Je n’avais pas pu lui répondre. C’est tout ce que l’obscurité avait fait à l’arrière-plan.

« En d’autres termes... Je peux vous renvoyer, mais ce faisant, je me condamne à mort, » déclarai-je.

« Ainsi que les filles, parce que je suis le seul à savoir comment vous sortir de cette... situation difficile, » répondit-il.

« Comment ? » avais-je plissé les yeux vers lui.

« Promets-nous que vous ne nous détruirez pas, et nous vous laisserons tranquille. Plus de barrières, plus de compétences verrouillées, plus d’apparitions soudaines de notre part, » déclara-t-il en souriant.

« Bien, je vous le promets, » lui avais-je dit, bien que j’avais le sentiment qu’il prévoyait quelque chose avec cette coupure soudaine de connexion, mais ce que c’était, je n’en avais aucune idée.

« Très bien ! Et comme promis, je vous dirai comment échapper à cette situation, bien que vous l’ayez partiellement deviné peu après votre naissance. Vous devrez vous construire un nouveau corps à partir de zéro. » Cependant, il avait levé le doigt et m’avait regardé dans les yeux pendant un instant : « Vous n’en aurez pas le contrôle au départ pour la durée du combat contre notre ennemi. C’est moi qui le ferai ! » me déclara-t-il.

« Pourquoi ? » lui avais-je demandé en croisant les bras au niveau de ma poitrine.

« Avez-vous des compétences en arts martiaux ? Comment lever instantanément votre amure magique ? Savez-vous comment absorber la matière et guérir une blessure ? Savez-vous comment lancer des sorts sans chant ? Savez-vous au moins utiliser une épée ou combattre à grande vitesse ? » m’avait-il bombardé d’innombrables questions auxquelles il connaissait déjà la réponse.

« Non, » avais-je répondu.

« Eh bien, c’est ce que vous devrez faire et savoir pour votre première bataille, sinon Dankyun vous tuera avant même que vous ne puissiez lever le petit doigt sur lui, » répondit-il.

« Ne pouvez-vous pas m’apprendre toutes ces choses pendant que nous sommes dans cet état ? » lui avais-je demandé en levant les bras et en levant les yeux.

« Je peux, mais je ne le ferai pas. Après cette bataille, les choses vont changer. Vous changerez, et nous aussi…, » répondit-il.

Le regard dans ses yeux m’avait dit que ce n’était que le début. Il était également logique qu’il ne me donne pas ces compétences et capacités. Il avait besoin d’un levier ; quelque chose qu’il pouvait faire, et je ne pouvais pas ; une raison de le garder en vie quand les choses devenaient difficiles pour moi.

« Comment saurai-je que vous ne ferez pas de mal à mes femmes et à mon esclave ? » lui avais-je demandé.

« Tant qu’elles ont un contrat avec nous, ce serait à notre détriment de les tuer ou de leur faire du mal. Alors vous pouvez vous détendre, Illsyore. Quant à Dankyun, il a été marqué comme notre cible, mais j’aimerais bien jouer un peu avec lui, » il m’avait affiché un sourire malicieux lorsqu’il avait mentionné cette dernière partie.

« D’accord... par où commençons-nous ? » lui avais-je demandé, et avec ça, j’avais accepté son marché.

Il n’y avait pas d’autre moyen de s’en sortir. Il avait des connaissances et des informations qui me manquaient, et je manquais de temps.

« Très bien ! Nous commencerons par vous faire construire votre corps. Il y a des restes des corps utilisés par tous les Seigneurs du Donjon qui ont atteint l’état humanoïde. Vous pouvez apprendre d’eux quant à comment construire votre corps. Un peu d’anatomie et de biologie avancée seront nécessaires pour ce processus, mais je suis sûr que vous n’aurez pas de problème avec ces connaissances. Alors, laissez libre cours à votre imagination. Oh, et ne soyez pas gêné de travailler aussi sur vos parties génitales. Vous devez vous assurer que votre corps soit parfait dans les moindres détails, sinon vous le regretterez plus tard ! » déclara-t-il.

J’avais encore dégluti.

Cela ressemblait à une terrible quantité de maux de tête et de choses à apprendre, mais si je voulais me sauver ainsi que Nanya, Shanteya et Ayuseya, je devais passer par tout cela. J’avais besoin d’un corps pour vaincre Dankyun, bien que je n’aimais pas le fait que ce Primordial allait être le premier à le contrôler. Je ne lui faisais pas confiance, je ne pouvais pas, et j’avais des doutes quant au fait que je le ferais un jour. Malheureusement, l’alternative était de pourrir dans cet endroit pendant plus de 5000 ans jusqu’à ce que je meure ou que cette obscurité me détruise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

  3. merci beaucoup pour ce chapitre^^.
    si il contrôle le corps en premier... il pourra peut être reprendre le contrôle plus tard? je pense qu'il y a anguille sous roche... vivement la suite pour le découvrir^^.

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire