J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 38 – Partie 2

***

Chapitre 38 : L’accord avec les Ténèbres

Partie 2

« Quand vous dites effacé, voulez-vous parler de leur esprit ? Et comment Tuberculus a pu mettre la main sur votre noyau ? » lui avais-je demandé.

« C’est probablement un accident et de la pure chance. D’après ce qu’on sait, il ne connaît même pas notre existence. » Il haussa les épaules. « Quant à l’autre question, oui, leur esprit, ou plutôt ce qu’il en reste. Je suis le seul donjon dans cette obscurité dont la majeure partie de l’esprit est restée intacte. Beaucoup des plus petits n’ont que des fragments d’être de quand ils étaient vivants. Si la dernière pièce restante du noyau de l’un de nous à l’intérieur de cette obscurité est détruite, alors ses souvenirs ainsi que toutes ses compétences et capacités disparaissent également. Dans mon cas, cette petite égratignure que Dankyun a causée sur mon corps m’a fait oublier mon nom, une langue que j’avais l’habitude d’utiliser, et quelques compétences, mais elles ne m’étaient pas très utiles de toute façon. Quant à mon nom... Meh, je peux vivre sans, » il haussa les épaules comme si ce n’était pas si important.

« Et moi, alors ? Pourquoi n’ai-je pas l’impression d’avoir oublié quelque chose ? » lui avais-je demandé.

« Vous... vous êtes un peu différent de nous, et pour parler franchement, cela n’a pas de sens pourquoi vous n’avez pas été affecté par son attaque. Il est possible que parmi ces souvenirs que j’ai perdus à ma mort, il y eût aussi la réponse à cette question, » répondit-il.

« Attendez ! Qu’entendez-vous par spécial ? » demandai-je.

« C’est assez évident rien qu’en nous regardant tous les deux. Vous êtes entouré d’une lumière étrange, d’une sorte d’aura, alors que je suis... eh bien... comme ceci, » il s’était pointé du doigt.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » J’avais plissé les sourcils.

« En termes simples, vous avez une âme et nous avons perdu la nôtre quand nous sommes morts. Oui, cela signifie que vous êtes le seul vivant dans cet endroit. Comme je l’ai dit, nous ne sommes que des résidus mentaux de l’époque où nous étions encore en vie. Oui, certains d’entre nous peuvent encore former une pensée ou deux et avoir une volonté propre, mais la plupart du temps nous continuons à répéter les mêmes actes. Nous ne pouvons pas gagner de nouveaux souvenirs, nous agissons simplement sur la base de nos anciens souvenirs, » expliqua-t-il.

« Est-ce que ce que nous faisons maintenant ne s’appelle pas se faire un souvenir ? » lui avais-je demandé.

« Oui, en quelque sorte…, » répondit-il.

« Alors, ce que vous venez de dire n’a aucun sens. Si vous ne pouvez pas gagner de nouveaux souvenirs, alors chaque fois que vous me rencontrez, nous serions dans une répétition. En fait, vous ne pourriez pas fonctionner ainsi, » je lui avais dit ça en me grattant l’arrière de la tête.

Tout, des machines aux êtres vivants, avait une sorte de mémoire. C’était la façon dont n’importe quelle entité pouvait se déplacer à travers le monde. Même ceux qui souffraient d’une perte périodique de mémoire à court terme pouvaient encore acquérir de nouveaux souvenirs et les conserver pendant un certain temps. Ce que ce Donjon Primordial disait était absurde. Il n’aurait littéralement pas pu converser avec moi en ce moment parce que chaque seconde qui passait aurait été oubliée par lui ou n’aurait pas du tout été saisi par son esprit.

« Ce que vous dites est vrai en effet, mais ces souvenirs que nous gagnons…, » il s’était arrêté et avait regardé ses mains. « Ils ne nous semblent pas réels. C’est comme s’ils étaient là, mais ne le sont pas, comme si nous savions que nous avons vécu cet événement, mais que nous n’avons pas l’impression de l’avoir vécu. C’est... C’est un peu difficile d’expliquer quelque chose que seuls ceux qui sont dans notre situation peuvent vivre... » Il ferma les yeux un instant et prit une grande respiration avant d’expirer lentement. Ouvrant les yeux, il m’avait regardé après ça et avait continué à parler. « Dans les deux cas, il suffit de savoir et de comprendre que ce que nous considérons comme de nouveaux souvenirs est très différent de ce que vous faites. Pour nous aider, nous lisons aussi certains de vos souvenirs et pensées en temps réel, » avait-il expliqué.

« Ouais... c’est difficile pour moi d’imaginer ce que vous voulez dire en regardant un faux souvenir ou un vrai souvenir. Pourriez-vous même faire la différence entre eux ? Hé ! Attendez une seconde ! Si vous pouvez vous connecter à mes souvenirs, cela signifie-t-il que vous pouvez également voir ma vie passée ? » lui avais-je demandé et pendant un moment, j’avais réalisé que cette situation pouvait être très dangereuse pour moi.

« Non, » sa réponse avait immédiatement mis un terme à ce train de pensées.

« Non ? Mais ce type d’avant n’a pas dit que vous étiez au courant de ma vie passée ? » lui avais-je demandé.

« Vous en parlez constamment dans votre esprit. Nous pouvons entendre certaines de ces pensées, mais nous n’avons accès qu’aux souvenirs de votre vie actuelle. Nous n’avons pas accès à ceux de la précédente, c’est pourquoi nous trouvons votre comportement et vos décisions assez bizarres, illogiques mêmes de notre point de vue, » j’avais levé la main pour l’arrêter afin de pouvoir lui poser une question.

« Comment ça, illogique ? » demandai-je.

« Illogique. Par exemple, lorsque vous avez sauvé Shanteya, tous les faits suggéraient que vous auriez dû la tuer immédiatement, pas la sauver et même vous mettre en danger par la suite. Je ne l’aurais jamais guérie et je l’aurais maintenu en vie jusqu’à ce que j’en retire toutes les informations. Il en va de même pour Ayuseya. Toutes les informations que vous avez recueillies ont montré que votre réaction à sa situation aurait dû être différente. Vous auriez dû la laisser mourir et ignorer sa demande. En fait, au départ, vous n’étiez pas censé essayer de la guérir ! La musique n’est pas un moyen d’apaiser un donjon. Une autre décision illogique a été d’écouter Nanya au lieu de lui imposer votre propre volonté. C’est quelque chose qu’aucun d’entre nous ne pouvait comprendre. Sans compter que lorsque vous avez construit votre donjon, vous n’avez pas suivi les règles de base et les lois d’un donjon. Où étaient les leurres ? Où étaient les larbins et les monstres ? Un donjon est censé affaiblir les aventuriers et les forcer à gaspiller autant de mana que possible. Ensuite, il faut les tuer lentement, les faire bouillir et les déchirer ! Mais vous n’avez rien fait de tout ça. Votre donjon était littéralement un piège mortel pour tout ce qui est Divin et en dessous. Soupir... eh bien ! Il y a beaucoup d’autres choses aussi. Par exemple, comment avez-vous permis à ces humains insignifiants de vous parler comme ça ? Vous êtes un Divin ! Ce sont eux qui sont censés VOUS écouter ! » Il m’avait expliqué en déclarant tout ce que j’avais fait de mal.

Inutile de dire qu’aucune de ces choses dont il m’avait parlé n’était illogique de mon point de vue. En fait, ce qu’il suggérait était un peu bizarre. Quant aux enseignants, je ne les écoutais que parce que j’étais curieux de ce monde et que je ne voulais pas trop me démarquer. D’ailleurs, ce n’était pas parce que j’étais un Divin que j’étais le meilleur ici. Même Nanya avait dit qu’elle aurait pu me détruire facilement parce que je n’avais pas d’armure magique. Est-ce que ce Primordial avait vraiment oublié ce petit détail ?

Je n’avais pas voulu répondre à ses paroles parce que c’étaient les choses que lui et les autres donjons de ce monde croyaient être justes. Peut-être que pour certains, c’était la vérité, mais pour moi, faire du mal aux autres et ne construire des choses qu’avec l’intention de les tuer ou de les torturer n’était pas une bonne chose. Mon donjon était strictement là à des fins d’autodéfense, bien que je me sois un peu écarté de cette idée. En y pensant bien, même quand je réparais l’Académie de Magie, je ne me sentais pas mal à l’idée d’accepter leurs demandes, ni de les refuser, c’était juste que je me sentais un peu aliéné par rapport à tout le monde là-bas, comme si je n’étais qu’un personnage d’arrière-plan.

« La plupart de vos décisions semblent être basées sur des expériences passées et des souvenirs dont nous ne savons rien, » déclara-t-il. « Du bon côté des choses, il ne semble pas que vous en sachiez beaucoup sur les technologies avancées. Eh bien, y compris moi... je semble être capable de comprendre et de me rappeler partiellement que les Donjons Primordiaux en savaient autrefois beaucoup plus sur la technologie que n’importe lequel des mortels vivant sur cette planète. Comment s’appelait-il déjà ? Eldora ? Non, c’est le géant gazier de ce système solaire. Terniach ? C’est la deuxième planète de cette étoile. P-P... quelque chose avec P. Meh, ça n’a pas d’importance, » il avait secoué la tête et avait renoncé à essayer, mais jusqu’à présent, je le regardais avec la bouche ouverte. « Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda-t-il.

« Non, je suis juste surpris que vous ayez connaissance de telles choses. Je pensais que la technologie sur cette planète était primitive ou dépendait de la magie pour la plupart du temps, » lui avais-je dit en me frottant le front.

« Comme je l’ai dit, je suis un Primordial. Les autres n’ont probablement aucune idée de ce dont je parle ou leur ont donné d’autres noms, » il haussa les épaules.

« Alors, comment fonctionne toute cette histoire d’obscurité ? Quel est votre rôle ? » lui avais-je demandé.

« Nous nous occupons essentiellement de tous les petits détails à votre place, tels que respirer, parler, invoquer la magie, la contrôler, mesurer soigneusement chaque quantité de mana que vous avez besoin de mettre dans vos sorts. Vous savez que le mana est compté avec quelque chose comme des points, mais vous n’avez aucune idée de la manière dont chaque point est quantifiable. Quel est l’équivalent d’un point de mana en énergie électrique, le nombre d’électrons, ou les règles d’interaction entre lui et les autres particules élémentaires ? Vous ne savez pas, mais nous le savons, et nous devons faire tous les changements en fonction de ces connaissances. Vous avez même présumé avoir acquis un truc comme un traducteur automatique ? Non ! C’est nous qui faisons tout cela, y compris nous casser le cul en essayant de comprendre ce que, au nom de tous les dieux connus, vous voulez dire la moitié du temps ! Vous pensez en trois langues différentes en même temps ! Un donjon normal commence une phrase dans une langue et se termine dans la même langue. Par exemple : Doko este la sortit ? Avez-vous une idée à quel point il est frustrant et énergivore de le faire en temps réel ? Tout ce que vous faites, c’est de parler, de vous déplacer dans votre forme de vol et de nous ordonner d’activer les compétences que vous voulez activer ensuite. Mais chaque petit processus de microgestion est fait par nous ! Vous n’avez littéralement aucune idée de la façon de contrôler TOUTES les fonctions de cette forme cristalline !, » expliqua-t-il, puis il poussa un long soupir.

« Pourquoi n’avez-vous pas essayé de prendre le contrôle de mon esprit et de gouverner le corps à ma place ? » lui avais-je demandé en plissant les yeux.

Il était resté silencieux un moment, peut-être en se demandant s’il devait me le dire ou non.

« Ne pensez-vous pas qu’on a déjà essayé ça ? » demanda-t-il. « Et plus d’une fois en plus ! Quand Tuberculus nous a créés, nous n’étions pas pleinement conscients de ce qui se passait à l’extérieur, alors nous l’avons immédiatement détecté, lui et son groupe, en tant qu’aventuriers faisant une intrusion sur notre Territoire de Donjon. Nous ne savions même pas que la barrière devait nous enfermer à l’intérieur de notre salle. Par conséquent, nous avons tous réagi de la manière qui nous semblait la meilleure. Certains d’entre nous ont même envoyé leurs serviteurs pour les attaquer. Ils ont été tués, et en toute honnêteté, je suis un peu surpris que les sous-fifres aient survécu dans ces cristaux morts pendant si longtemps, surtout ce kraken ! En vérité, j’étais le seul à ne pas les attaquer immédiatement. Ce que j’ai fait, c’est de prendre le contrôle de chacun des esprits des donjons inférieurs qui agissaient selon leur instinct et leurs réflexes plutôt que selon leur pensée logique. Après les avoir tous conquis et m’être placé comme esprit dominant, j’ai arrêté l’attaque pour voir ce qu’ils allaient faire. »

« Que s’est-il passé ensuite ? » lui avais-je demandé.

« Tuberculus a jeté un sort sur notre corps. Il lui a donné vie et nous a tout réuni. Au lieu d’être l’esprit dominant et d’avoir tous des corps différents, nous nous sommes soudainement retrouvés rassemblés et ne formant qu’une seule entité : les Ténèbres, comme vous nous appelez. Au début, c’était déroutant pour nous tous et même mes propres pensées étaient un peu floues, mais ensuite je vous ai remarqué. Bien que faible et fragile, vous étiez le seul esprit en dehors de l’obscurité. J’ai essayé de vous contrôler, de vous appeler, de vous piéger, mais vous avez tout ignoré. En fait, on ne pouvait même pas vous toucher, même maintenant je ne peux pas. Puis, quelque chose d’étrange s’est produit, votre volonté et votre désir d’aller vers le monde extérieur ont augmenté de façon exponentielle. Cela a littéralement explosé, et cela nous a tous repoussés. Vous n’aviez pas l’air de le faire volontairement, mais inconsciemment. Je commence à croire que si Tuberculus n’avait pas jeté ce dernier sort sur mon corps, moi et les autres donjons divins n’aurions pas été repoussés par vous si rapidement, » il s’était arrêté et m’avait fait un sourire.

J’avais dégluti.

Quand on m’avait dit quelque chose comme ça, j’avais réalisé que ce type, ce Donjon Primordial n’était pas un ami, c’était mon ennemi depuis le début, le chef des Ténèbres. Il m’avait été assez facile de présumer que c’était lui qui avait ordonné le scellement de ma capacité. C’est lui qui m’avait ramené dans mon corps à ces moments-là.

Un peu de colère s’était déclenchée dans mon âme, mais j’avais essayé de rester calme et concentré. Avant de l’étrangler à mort, j’avais encore des informations à extraire de lui, d’ailleurs, il ne semblait pas non plus avoir l’intention de mourir. Il ne se serait pas montré à moi s’il n’avait pas su qu’il y avait un moyen de réparer tout ça.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. merci beaucoup pour ce chapitre, hâte de lire la suite^^. (j’espère vraiment qu'il pourra les sauver...^^)

  2. Merci pour le chapitre !

  3. Pas mal d'explications. Ces ''ténèbres'' jouent le rôle de l'instinct et des réflexes 🙂

  4. Merci pour le chap ^^

  5. Merci pour le chapitre.

  6. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire