J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 26 – Partie 3

***

Chapitre 26 : L’arrivée de Dankyun dans l’Académie de Magie de Fellyore

Partie 3

Pendant un moment, j’avais cru qu’il voulait faire payer l’académie pour l’insolence de Keltaru ou ce qu’il percevait comme tel, mais quelque chose ne tournait pas rond. Dankyun n’avait pas jeté un coup d’œil ni à l’El’Doraw, ni à Tuberculus, ni à la servante qui lui avait fait le rapport, mais quand Nanya était apparue, ses actions avaient complètement changé. Au lieu d’ordonner une attaque de ses soldats, il avait agi de lui-même.

« Je n’ai pas besoin de répondre à un sale traître et un voleur comme toi ! », elle avait craché à ses pieds.

« Oh ? Parles-tu de ça ? », demanda-t-il en dégainant son épée et en la pointant vers elle.

Est-ce que c’est à Nanya... ? avais-je pensé en le regardant.

La conception était celle d’une claymore de la Terre du 15e siècle, une longue épée à deux mains, mais la lame était noire et gravée de runes rouge foncé qui brillaient légèrement. La poignée était recouverte de cuir noir et le garde était légèrement recourbé vers l’intérieur. En regardant son fourreau, j’avais remarqué qu’il correspondait au motif doré et argenté de son armure. Cette étrange combinaison de couleurs avait fait ressortir complètement l’épée lorsqu’il l’a maniée.

J’avais dégluti.

L’aura de ténèbres et de danger qui l’entourait me faisait frissonner. J’avais fermé les yeux un instant et j’avais repensé à ce que Nanya m’avait dit. Il n’y a rien à craindre ! Il n’y a rien à craindre de ça ! C’est le résultat d’un enchantement puissant, c’est tout ! C’est juste un enchantement..., malheureusement, au moment où j’avais ouvert les yeux, c’était toujours aussi effrayant qu’avant.

J’avais encore dégluti et j’avais regardé Nanya. Elle la regardait fixement et serrait les poings. L’enseignante, qui avait l’air d’une adolescente et qui était habituellement calme, ne s’empêchait que de peu de l’attaquer.

« Hm ? C’est assez impressionnant ! Je ne m’attendais pas à ce que tu aies une telle... une telle réaction quand on se retrouve ! Je pensais sincèrement que tu allais courir vers moi, grogner et me maudire, puis que je te poignarderais dans le cœur, te décapiterai et laisserai ton corps être mangé par les rats ! Hahaha ! » déclara-t-il en riant alors qu’il semblait amusé par la tournure des événements.

« Je ne suis plus la même gamine que tu connaissais, » répondit-elle, mais elle parlait en grinçant des dents.

« Je vois ! Je vois ! Et si je..., voyons... je vais tout de suite incanter ma compétence suprême, ici même, et je l’enverrais au sommet de cette académie, » avait-il dit avec un sourire en levant la main libre.

« Dankyun..., » Nanya avait grogné et avait fait un pas en avant.

L’air entre eux était tendu. Devant nous, le draconien et la jeune fille avaient disparu et avaient été remplacés par deux monstres effrayants. Leurs motivations pour s’affronter à l’épée et sauter sur l’autre semblaient comme un mystère si l’on ne savait pas ce qu’ils avaient vécu auparavant. Parmi ceux de l’académie, certains enseignants et moi-même étions probablement les seuls à pouvoir deviner la véritable raison de la colère de Nanya et de l’empressement de Dankyun à l’engager dans une bataille.

Malgré cet événement et la façon dont les choses semblaient aller de mal en pis, il n’y avait qu’une seule pensée qui m’inquiétait. Si ce draconien attaquait avec sa compétence suprême, alors toute cette académie, moins ma chambre, finirait probablement par être détruite. Les enseignants survivraient très probablement grâce à leurs armures magiques, mais les élèves seraient massacrés sous la pluie de boules de feu. Une fois que cela se produirait, rien n’empêcherait Nanya de se faire tuer.

Et Shanteya ? avais-je pensé. Puis j’avais cherché son signal de vie.

Bien que loin de nous, elle se trouvait encore dans la zone d’attaque de la compétence Suprême ayant un kilomètre de diamètre. Avec cette seule attaque, Dankyun pourrait me voler ma maison, mon esclave, mes amis et ceux que je devais protéger.

Puis-je rapidement construire quelque chose pour eux ? pensais-je alors, mais je ne pouvais pas le faire. Je n’étais pas encore si fort. Mon mana serait épuisé lorsque j’aurais terminé le deuxième étage, et ce serait aussi sans enchantements.

J’avais dégluti.

Il n’y avait qu’un seul moyen de s’en sortir. Je devais tuer Dankyun. Je devais le détruire...

Si je le tue avant qu’il ne lance cette attaque, alors... Si je le tue maintenant alors qu’il est concentré sur Nanya, je peux sauver les étudiants. Nanya peut alors s’occuper de ses soldats, les enseignants aussi. Mais puis-je faire du mal à ce Suprême ? Peut-être... que je dois lancer une attaque très puissante. J’ai besoin de concentrer mes lasers sur lui et de les activer tout en l’attaquant avec une [Boule de feu guidée X 18] de 7000 ou 8000 points de mana. Oui... il doit mourir... mais puis-je le tuer ? Oui ! Non... Je dois... Oui, je dois..., avais-je pensé, alors que je luttais contre l’horrible décision qui se trouvait devant moi qui allais prendre une vie.

La raison de mon hésitation était probablement ma peur causée par son épée, elle m’avait fait chercher le chemin le plus sûr, elle m’avait fait douter de mon intention et de ma force. En fin de compte, ce qui m’avait décidé, c’était de me souvenir du fait que j’avais déjà tué dans ce monde. Ce n’était pas la Terre. Je n’allais pas finir avec la police à ma porte. Je pouvais tuer librement tant que j’avais une bonne raison de le faire et personne ne me jugerait pour cela. Ce monde n’avait pas les mêmes valeurs morales que mon précédent, donc...

Tuer... Je dois tuer Dankyun... Je dois le tuer afin de protéger Nanya, Shanteya et toute l’académie.

Mes pensées résonnaient dans mon corps de cristal et envoyaient un frisson dans tout mon Territoire de Donjon. Comme pour tout autre donjon, un brouillard sombre s’était levé du sol jusqu’à environ un mètre de hauteur, mais c’était le plus dense autour de Dankyun et plus mince autour de Nanya et de l’académie. Cela montrait clairement mes désirs et mon intention de massacrer ce draconien.

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? Le donjon va-t-il enfin se joindre à notre petit combat ? » demanda Dankyun en regardant autour de lui.

« Pourquoi es-tu étonné ? » demanda froidement Nanya.

« Je ne le suis pas. Je suis curieux de savoir pourquoi le donjon a manifesté son intention de tuer que maintenant. » Il haussa les épaules.

« N’est-ce pas évident ? » demanda-t-elle en haussant les sourcils.

« Éclaire-moi ! Si ta réponse m’amuse, je ne détruirai pas cet endroit », répondit-il avec un sourire arrogant en regardant Nanya.

« Si tu tentes une telle folie, nous n’hésiterons pas à t’attaquer avec tout ce que nous avons ! Celui-ci n’a jamais manifesté son intention meurtrière jusqu’à ce que tu viennes ici et que tu menaces de détruire l’académie et de tuer tous les étudiants innocents qui se trouvent à l’intérieur ! Même si tu es un Suprême, sache qu’un tel massacre ne restera pas caché ! Les enfants de nobles assez puissants sont là-dedans, et certains ont des moyens de communiquer avec leurs parents se trouvant chez eux. Même si tu les tues avant qu’ils n’envoient un message, tu ne pourras pas effacer les preuves laissées par ton horrible acte ! Combien penses-tu qu’il y en aura qui seront prêts à partir calmement dans l’au-delà ? Leurs fantômes erreront dans cet endroit, et une fois qu’un voyant sera amené ici, il sera capable de communiquer avec eux. La vérité se fera connaître, et tu seras pourchassé dans tous les royaumes comme le vermisseau que tu es », lui cracha-t-elle.

Malgré les insultes qui lui avaient été lancées, Dankyun ne lui avait affiché qu’un sourire rempli de suffisance. Il s’amusait avec la façon dont il avait fait agir Nanya tel un jeu. Sa colère et sa haine envers lui l’alimentaient comme du bois séché et l’essence alimentait un feu. Quant à moi, je m’étais verrouillé sur lui, prêt à jeter mon sort.

« Ce n’était qu’une blague, Nanya, ma chère ! Je ne voudrais pas faire de mal aux étudiants innocents se trouvant ici », déclara-t-il soudain en baissant la main et en haussant les épaules comme si ce n’était pas une grosse affaire.

L’obscurité autour de lui ne s’était pas estompée. Je ne l’avais pas cru. Je n’allais pas baisser ma garde ainsi.

« Ce que le garçon t’a dit est la vérité ! La princesse Ayuseya est partie sans nous informer de l’endroit où elle allait. Je suppose qu’elle savait déjà que ses serviteurs n’étaient pas vraiment loyaux envers elle, et c’est pourquoi elle ne leur a rien révélé de ces plans. Attaquer cette académie ne te causera que des ennuis et si tu ne me crois pas, tu es libre de vérifier autant que tu le veux. En te connaissant, tu as probablement déjà jeté un sort de pistage sur elle. Pourquoi ne pas l’utiliser ? » demanda Nanya après avoir croisé les mains au niveau de sa poitrine.

« C’est vrai, j’ai un tel sort, mais c’est étrange, tu sais ? Il n’arrête pas de me dire qu’elle est ici, pourtant tu nies une telle chose. Comme c’est étrange, en effet », déclara-t-il en se frottant lentement le menton.

« Ce n’est pas possible. » Nanya secoua la tête. « Si nous le savions, je te l’aurais déjà remise personnellement pour que je ne revoie plus ta sale gueule, » elle secoua la tête.

« Ou bien tu pourrais la garder loin de moi juste pour me contrarier ? » avait-il commenté.

« Je ne suis pas assez folle pour risquer la sécurité de mes élèves et interférer dans les affaires politiques de ce niveau, » nia-t-elle, mais comme je connaissais la vérité, je pouvais voir à quel point elle était bonne menteuse. Si elle avait vécu dans les temps modernes de la Terre, elle aurait fait une excellente actrice.

Dankyun l’avait regardée pendant une longue minute, pendant que je priais pour qu’il quitte cet endroit et qu’il n’essaye pas de se battre contre nous. Mon intention meurtrière ne s’était pas dissipée, mais je savais que si je l’attaquais maintenant, il y avait une chance que Nanya se mette en travers de mon attaque, ou que ce soit moi qui endommage l’académie. Si j’attaquais en premier, il aurait une raison politique suffisante pour détruire cet endroit. Je n’avais pas été stupide, et j’avais déjà vu à travers cette tactique. Même dans les palais de justice modernes, votre cause n’avait aucun espoir de gagner si vous étiez le premier à lancer une attaque. La tactique était simple : attendre qu’il fasse le premier pas sans se moquer de lui et ensuite, tu étais libre d’aller le tuer. C’était un cas de défense légitime, mais je doutais que ce fût ce que Dankyun craignait. Il avait juste besoin d’une excuse pour se jeter sur les milieux politiques. Avec moi ou Nanya qui l’attaquerait en premier, il pourrait même prétendre qu’il s’agit d’un possible assassinat d’un dignitaire étranger.

Attendre... puis tuer... attendre, puis tuer... ou juste tuer ? Si je le tue d’abord, puis je me débarrasse du danger... avais-je continué à réfléchir en regardant l’homme draconien menaçant de détruire la paix et la tranquillité de cet endroit.

« Disons que je te crois, mais je ne te crois pas, » déclara-t-il au bout d’un moment, alors qu’il rengainait son épée.

L’effet de l’enchantement de la peur avait diminué.

« ... » Nanya tourna ses yeux sur lui.

« Je vais rester ici pour quelques jours, et tu laisseras mes hommes fouiller en profondeur cette zone et tous les coins et recoins de cette académie, y compris tous les donjons que ton pathétique cœur de donjon a pu construire. Tu n’as pas à t’inquiéter de devoir me les montrer, mes éclaireurs en ont déjà trouvé la plupart d’entre eux. Si je ne trouve rien, je partirai sans faire de bruit. Que dis-tu de ce... marché ? » demanda-t-il en souriant.

Cela semblait vraiment bien, mais quelque part au fond de moi, j’entendais un certain personnage d’un film de science-fiction qui me criait dessus : « It’s a trap! »

Pourtant, avons-nous eu d’autres options qu’une bataille acharnée avec les étudiants comme victimes possibles de tirs croisés ?

Si je l’attire dans mon donjon, puis-je le tuer ? Ses hommes mourraient certainement, mais qu’en est-il de lui ? m’étais-je demandé en pesant dans mon esprit les différentes possibilités.

C’était une bonne idée, mais en me rappelant les dégâts que Nanya et les professeurs de Rang Empereur avaient faits sur mes deux premiers étages, je n’avais pas pu m’empêcher de penser que je sous-estimais grandement mon adversaire. Le donjon était censé être ma dernière ligne de défense.

« Oh ! Et si vous osez déplacer son noyau de là, je le prendrai comme une déclaration de guerre et j’attaquerai, » avait-il dit en pointant du doigt ma pièce.

J’avais dégluti.

Même l’idée de déplacer mon noyau dans mon donjon pouvait maintenant déclencher une bataille, mais tout allait bien. Tant que nous n’avions pas fait le premier pas, j’étais en sécurité, et je pouvais toujours déplacer mon noyau avant qu’il ne puisse passer à travers les murs d’Inconel.

« Très bien. Nous accepterons cet accord, et tu constateras par toi-même que ta princesse n’est pas là ! Le noyau du donjon restera à sa place, de plus, nous ne l’avons jamais déplacé. Son seul rôle ici est de réparer l’académie et de nous avertir des dangers. Les donjons que tu trouveras sont uniquement des donjons simples. Il n’a rien construit d’autre, » elle lui avait encore menti nonchalamment.

« Qu’il en soit ainsi ! », il leva la main, et ses soldats descendirent de leur cheval. « Maintenant, à propos de ce brouillard noir... » dit-il en essayant de le repousser comme s’il s’agissait d’une bouffée de fumée, mais mon brouillard d’intention meurtrière était très tenace.

« Bien sûr, je vais aller dire au donjon de te traiter toi et tes hommes comme des alliés. Il est un peu bête, donc c’est naturel qu’il ait réagi instinctivement à... MON épée ». Nanya avait menti et avait jeté un coup d’œil vers moi.

« Pardon, mais tu veux dire MON épée. C’est vrai qu’elle t’a appartenu à un moment donné, mais une bonne épée choisit toujours son maître et dans ce cas, elle a bien choisi, » dit-il en souriant et en tapotant le fourreau.

Nanya ne pouvait que grogner contre lui alors qu’elle se retournait et se dirigeait vers l’académie. J’avais rapidement volé vers elle, mais je n’avais pas encore relâché mon intention meurtrière.

« Que dois-je faire ? » lui avais-je demandé.

« Tu as fait apparaître tes intentions meurtrières. Si c’était une affaire entre nous et lui, je t’aurais grondé parce que tu n’as pas encore attaqué, mais tu as bien fait. Nous sommes forts, mais je ne pense pas que nous puissions en même temps protéger les étudiants de ses attaques. Heureusement, il nous a donné assez de temps pour commencer les préparatifs. Je doute qu’il parte comme il l’a dit. C’est un draconien malhonnête, une ordure, un bâtard, une racaille ! Grrr ! » elle avait asséné un coup avec force dans le mur en y faisant une grosse fissure. Je l’avais réparé et je l’avais à nouveau rapidement poursuivie. Elle se dirigeait vers ma pièce. « Nous ferons semblant de continuer nos affaires comme d’habitude, mais en attendant, fais tout ce que tu peux pour construire quelque chose pour éloigner les étudiants d’ici ! Fais-le sans le dire à personne d’autre que moi. Oh, et cache l’entrée de ton grand donjon, » expliqua-t-elle.

« Je l’ai déjà fait, mais je n’ai pas encore fait de tunnel de fuite pour les étudiants. Je travaillerai là-dessus ce soir. Mais... peut-on gagner contre lui ? » avais-je demandé.

« Ça dépend, Illsy. Son armure n’est pas normale. C’est probablement un objet divin, » m’avait-elle dit en entrant dans ma pièce.

« Alors, je peux utiliser ce que tu sais, ce sort ? Je vais le déshabiller et il sera beaucoup plus facile de le battre, » je lui avais dit ça en souriant.

« Non, ça ne marchera pas à moins de pouvoir ignorer un enchantement [Aucun Vol]. Si l’un de ses objets a cette chose sur lui, alors il saura immédiatement que tu as essayé de le faire, et il le prendra comme une offense directe et n’hésitera pas à nous attaquer, » expliqua-t-elle en poussant un soupir.

« [Aucun vol] ? Y a-t-il quelque chose comme ça ? » avais-je demandé.

« Comment crois-tu que les nobles et les membres de la famille royale peuvent sortir sans se soucier de quelqu’un qui les vole ? Ils portent tous cette chose, » expliqua-t-elle.

« Même toi ? » lui avais-je demandé.

« Le sort a fonctionné sur moi, n’est-ce pas ? » m’avait-elle rappelé en plissant les sourcils.

« Oh, c’est vrai ! » avais-je dit.

« Illsy, tu peux annuler tes intentions meurtrières, » m’avait-elle dit.

« D’accord... » avais-je hoché la tête. Puis j’avais fait ce qu’elle m’avait dit.

Le brouillard noir avait disparu et Tuberculus s’était approché de Dankyun. Il était très probablement sur le point d’organiser une sorte de séjour pour eux, soit dans le bâtiment principal de l’académie, soit dans le dortoir. Comme j’étais à l’intérieur, je n’entendais pas de quoi ils parlaient.

« Puis-je écraser les enchantements ? » avais-je demandé à Nanya.

« J’ai essayé plusieurs fois, mais cette épée n’est pas normale... D’ailleurs, tu aurais besoin du sort [Désenchantement] et la dernière fois que je me souviens, tu n’avais que [Enchantement]. »

« Je vois... »

[Point de vue de Dankyun]

Le fait de voir Nanya sous sa forme scellée après tant d’années avait été si excitant que je n’avais pas pu m’abstenir de me moquer d’elle pour qu’elle commence un combat. En fait, j’espérais qu’elle allait tout de suite me sauter dessus, mais il semblait qu’elle avait vraiment changé. Néanmoins, cela n’avait fait que rendre le jeu encore plus intéressant. J’allais prendre plaisir à briser le calme de Nanya et la forcer à m’attaquer. Une fois qu’elle l’aurait fait, je serais libre de commencer... à la torturer.

Mais comment dois-je m’y prendre ? Hm... peut-être que je devrais faire quelque chose à ses chers étudiants ? Si j’avais accidentellement blessé ou touché un ou deux élèves de lignées paysannes, je suis sûr que je vais l’énerver ! avais-je pensé alors que j’étais conduit par le vieux directeur humain vers ma chambre temporaire se trouvant dans les dortoirs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.
    PS: je suis le seul a pensé que Illsy, peu écrasé la tête de ce type comme on presse un citron ?

    • Non pas du tout. Il a, je pense largement les stats pour, vu que, après tout il n'a jamais montré une attaque à puissance max à Nanya ou n'importe qui d'autre (si je me trompe pas).
      PS: Merci pour le chapitre vivement la suite de cet arc <3

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Merci pour le chapitre

  5. Merci pour le chap ^^ Ce Dankyun est vraiment répugnant...

Laisser un commentaire