J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 27

***

Chapitre 27 : Ma première compétence de Rang Empereur !

***

Chapitre 27 : Ma première compétence de Rang Empereur !

Partie 1

Peu de temps après que Dankyun ait été guidé à l’intérieur du dortoir par Tuberculus, sa petite armée de soldats loyaux avait commencé à installer leur campement temporaire. Ils avaient pris l’initiative de confisquer le petit jardin derrière le bâtiment principal et avaient fait tout ce qu’il fallait afin d’empêcher les étudiants curieux de les gêner. Deux groupes avaient déjà été formés avec pour seule mission de retrouver toute trace de la princesse royale à l’intérieur du campus de l’académie. On m’avait dit de les laisser entrer dans n’importe quelle pièce, mais je n’avais pas l’intention de les laisser entrer dans la mienne. J’avais donc enlevé la porte d’entrée et dressé un mur d’Inconel à sa place. C’était gênant pour inviter des personnes, mais jusqu’à ce que je fasse une porte sécurisée, il fallait faire ainsi.

Pendant que les soldats s’installaient, les autres enseignants avaient pris l’initiative d’informer les élèves curieux et inquiets de ce qui se passait. Nanya faisait partie du groupe qui veillait sur les soldats. Il n’y avait qu’elle et Paladinus, mais c’était plus qu’assez pour s’occuper du peloton. Je doutais fortement que l’un d’eux puisse causer des ennuis au duo d’explorateurs de donjon expérimentés et d’aventuriers de haut rang.

Quant à moi, j’avais réalisé que j’avais peut-être laissé Shanteya en chasse depuis trop longtemps. Je m’étais immédiatement précipité là-bas dès que Nanya m’avait assuré qu’elle surveillerait de près mon corps de cristal. En survolant l’extrémité des arbres de la forêt, je m’étais demandé si le fait de garder Shanteya cachée était une bonne chose. Avec elle qui se trouvait tout le temps dans la forêt, à la recherche de monstres dangereux pour m’aider à monter de niveau et à empiler les parties décentes des monstres, aucun des soldats et probablement Dankyun lui-même ne l’avaient pas remarquée. Cela signifiait aussi qu’elle pouvait être considérée comme notre atout. Après tout, mon [Lien de Confiance] lui avait offert des statistiques décentes, plus élevées que celles d’un aventurier de Rang Maître.

Si Shanteya continuait à chasser comme ça pour moi, nos niveaux pourraient croître régulièrement et atteindre un sommet approprié où je pourrais acquérir la puissance de combat dont j’avais besoin pour peut-être pouvoir tenir tête à Dankyun et sa bande de brutes. Cependant, j’avais le sentiment qu’elle pourrait finir par exterminer toutes les espèces de monstres dans un rayon de 30 km avant que nous ayons atteint ce point. C’était seulement parce que la montée de niveau était extrêmement lente ainsi, et c’était devenu encore plus difficile avec le suivant. C’était exactement comme dans un jeu : passer de 1 à 60 était un jeu d’enfant, mais une fois passé ce cap, les choses s’étaient compliquées. Ou peut-être que tout dépendait du genre de monstres que j’avais traqués et des actions que j’avais accomplies. C’était certainement quelque chose qui valait la peine d’être étudié à l’avenir.

Quand j’avais rencontré mon adorable esclave el’doraw, elle était en plein dans une bataille avec un Urkin, la bête ne l’attaquait pas, mais la fuyait. La servante aux gros seins et aux longues oreilles le rattrapait rapidement par-derrière. D’un seul saut et d’un coup de poing puissant, elle avait fait taire la bête pour de bon en brisant sa colonne vertébrale. Il s’était écroulé sur le sol et s’était retourné deux fois avant de s’immobiliser définitivement.

Shanteya avait alors poussé un soupir de soulagement et elle s’approcha du corps. Je m’étais approché d’elle et j’avais annoncé ma présence par un simple : « Bonjour ! »

« Ah ! Bonsoir, Maître ! » répondit-elle avec un doux sourire, réagissant en se tournant vers ma direction générale.

« Je suis désolé d’être en retard. Tu sembles te débrouiller plutôt bien..., » lui avais-je dit.

« Merci, Maître », elle avait fait une faible inclinaison avec sa tête. « J’ai chassé toutes les bêtes que j’ai pu trouver selon les instructions, mais..., » elle s’était arrêtée et m’avait regardé avec un peu d’inquiétude dans les yeux. « Tout va bien, Maître ? J’ai senti le brouillard sombre se répandre dans toute la forêt... C’est le signe que vous avez libéré vos intentions meurtrières, n’est-ce pas ? » Et elle avait alors regardé vers le sol, au niveau de ses pieds.

J’avais cligné des yeux quand je l’avais entendue dire ça. Je ne pensais pas que cela s’était propagé jusqu’ici, mais encore une fois, tout ce territoire faisait littéralement partie de moi. Le fait que le brouillard noir se soit également manifesté ici n’aurait pas dû être inattendu.

En poussant un soupir, j’avais hoché la tête une fois, même si elle ne pouvait pas me voir.

« Oui, c’est vrai. Dankyun, le Suprême, est arrivé à l’académie, » lui avais-je expliqué.

« Forcer l’habituel gentil et doux Maître à libérer son intention meurtrière signifie que quelque chose de mauvais a dû se produire, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle sans faire disparaître son inquiétude de ses yeux.

« Oui, il a essayé d’être un peu violent, mais Nanya l’a calmé. Je ne sais pas, mais il y a quelque chose qui cloche chez cet homme, » avais-je répondu.

« Cloche ? »Elle avait incliné la tête vers la gauche quand elle avait demandé ça.

« Oui... C’est comme... comment dire ça, il n’est pas bon, il est maléfique, » avais-je essayé de m’expliquer, mais c’était difficile de mettre le doigt sur ce que je ressentais exactement, vu que son épée forçait certaines émotions négatives plutôt exagérées à son égard.

« Dois-je le tuer ? » demanda Shanteya sans ménagement.

« Oui... Non, je veux dire non ! Cela ne ferait que causer plus d’ennuis, mais peux-tu même le tuer ? Je veux dire, c’est après tout un Suprême, » avais-je demandé en étant un peu curieux.

« Je ne sais pas si ça marcherait, mais si j’arrive à me glisser dans son armure magique, je peux l’empoisonner ou même le tuer, » avait-elle expliqué.

« Comment comptes-tu faire ça ? » lui avais-je demandé en louchant des yeux.

« J’utiliserais mon corps pour l’attirer dans un lit et pendant qu’il..., » commença-t-elle.

Il n’était pas nécessaire d’entendre le reste.

« NON ! C’est un non définitif ! Je ne laisserai pas cet homme dégoûtant te toucher et ne pense même pas à faire quelque chose comme ça derrière mon dos ! Savoir que tu te laisses toucher par cette ordure, même si c’était pour moi, c’est trop ! NON ! Je ne le permettrai pas ! » avais-je dit en secouant la tête.

Shanteya m’avait simplement présenté un sourire doux et elle avait hoché la tête vers moi.

« Alors je ne le ferai pas, Maître, » annonça-t-elle.

« Bien... Je ne veux même pas penser à utiliser ton corps ou celui de Nanya pour l’atteindre ! Quoi qu’il en soit, j’ai remarqué qu’il a envoyé deux scouts loin de son groupe principal. Je les ai perdus de vue à un moment donné, mais garde un œil sur eux. Ne te laisse pas voir par eux, » l’avais-je prévenue.

« Je le ferai, Maître. Ces deux-là peuvent être des voleurs ou des assassins. La compétence qu’ils ont utilisée s’appelle l’[Angle mort du donjon]. Elle fait en sorte qu’un donjon perd la trace d’eux ou de leur groupe pendant qu’ils se trouvent sur son territoire. Cependant, il ne fait que créer un angle mort dans le sens de la détection de la vie du territoire. Cela ne les rend pas invisibles, » expliqua-t-elle.

« Je ne pensais pas qu’il y avait une telle compétence. Ça devrait être pratique pour les aventuriers, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« En effet. Beaucoup emploient les services d’une personne qui peut s’en servir pour se faufiler à l’intérieur des donjons ou passer les premiers niveaux. Si le donjon ne les détecte pas, les pièges ne s’activent généralement pas », expliqua-t-elle.

« Hein ? Mais j’ai fait les miens pour réagir quand un aventurier appuie sur un bouton, tire un levier, ou marche sur un piège à détente et je n’ai jamais utilisé la détection du territoire, » déclarai-je.

« Comme on peut s’y attendre du Maître », elle m’avait affiché un sourire fier « La plupart des pièges sont déclenchés directement par le noyau du donjon parce que cela leur permet de prendre les aventuriers par surprise, mais ils sont généralement identifiés par l’épaisseur du brouillard noir se trouvant dans la région. Ceux qui sont déclenchés peuvent être un peu plus mortels parce que vous ne vous rendez pas compte quand vous en avez trouvé un avant qu’il ne soit trop tard, mais un spécialiste très compétent peut habituellement les désactiver, » expliqua-t-elle.

« Si c’est le cas, pourquoi n’as-tu pas utilisé cette compétence à l’époque, quand tu es arrivée à l’académie ? » avais-je demandé en plissant les sourcils. Cela m’aurait semblé logique.

« Ceux qui étaient censés nous cacher de vous ont été tués en venant ici. D’ailleurs, nous ne nous attendions pas à ce que vous soyez aussi fort, surtout vu que votre niveau était de 1, » répondit-elle.

« J’ai eu de la chance et j’ai appris quelque chose de nouveau. En parlant de cela, quelque chose me dérange... En fait, je n’ai jamais eu envie de créer une pièce fermée à clé pour mon noyau. Je ressens toujours le besoin de faire une sorte de chemin menant à moi. En attendant, n’hésite pas à me montrer le chemin vers ta pile de monstres, » avais-je dit.

« Bien sûr, Maître, » elle avait fait un petit salut, et après avoir absorbé l’Urkin, je l’avais suivie à travers la forêt. « Malheureusement, je ne sais pas pourquoi vous ressentez cela, Maître. Ce que je sais, c’est que tous les donjons, sans exception, ont un chemin menant à leur noyau. Bien que le cristal de donjon soit assez précieux pour certaines personnes, en général, il est inutile pour la plupart des applications pratiques. La seule raison pour laquelle les aventuriers détruisent le noyau est s’il se développe au point où il est trop dangereux. Une fois que cela se produit, les restes du noyau sont jetés et le donjon est dépouillé de tout ce qui a de la valeur ou qui vaut la peine d’être transporté, comme les métaux ou le marbre », expliqua-t-elle.

« En d’autres termes, les murs métalliques signifient un donjon rentable, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« En effet, » elle hocha la tête.

« Je suppose que je me suis transformé de moi-même en une cible..., » avais-je gémi.

« Vous n’avez pas à vous inquiéter, Maître. Je vous protégerai ! En outre, les murs métalliques signifient aussi un donjon très dangereux. Peu oseront s’y aventurer, » déclara-t-elle en souriant.

J’étais content de sa déclaration, mais je ne voulais vraiment pas me protéger derrière Shanteya quand je devais affronter Dankyun.

Une fois que nous avions atteint la pile des monstres, j’avais tout absorbé et j’avais quitté Shanteya pour qu’elle continue à chasser jusqu’à ce que le soleil se couche.

« Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu as, euh... va vers l’académie ? » lui avais-je dit.

« J’ai compris, » elle avait souri et s’était mise à courir dans la forêt.

Après mon retour à l’école, j’avais commencé à remodeler la structure souterraine. J’avais commencé par créer un tunnel menant jusqu’à la limite de mon territoire. Il m’avait fallu beaucoup de temps et d’énergie pour absorber tous les matériaux sur une distance de 16 km, mais malgré mes efforts, je n’avais pas réussi à le terminer, et une partie s’était même effondrée parce que j’avais oublié de renforcer les murs. L’enchantement n’avait pas fonctionné si je n’avais pas vraiment créé ces murs.

Distance totale que j’avais atteinte lorsque le soleil s’était couché : 2,6 km. Longueur du tunnel reconstruit : 1,8 km.

Un être humain normal aurait pu avoir besoin de quelques mois, voire des années pour y parvenir.

Une fois que j’avais récupéré Shanteya dans la forêt, je m’étais retiré vers mon corps de cristal, dans la sécurité de mon esprit intérieur et je m’étais endormi. Je n’avais pas appelé Ayuseya cette fois-ci à cause de ce qui s’était passé plus tôt ce jour-là. J’avais pensé qu’elle avait peut-être besoin de temps pour réfléchir à ce que j’avais dit.

***

Partie 2

Le lendemain, j’avais libéré Shanteya à 6 h du matin, et elle s’était immédiatement faufilée dans la forêt. J’avais dû faire un petit trou temporaire dans le mur pour la laisser passer, puis j’avais restauré mon mur. Aussi gênant que cela puisse paraître, je devais rester sur mes gardes à propos de beaucoup de choses, y compris d’éventuels assassins envoyés par Dankyun, mais j’avais le sentiment que mes Auras divines en feraient un travail rapide.

Pendant que Shanteya chassait, j’avais fait une liste rapide des choses que je voulais faire ce jour-là : 1) continuer le tunnel d’évasion pour les étudiants ; 2) améliorer les défenses de ma salle de cristal ; 3) construire un autre étage dans mon donjon où mon tunnel d’évasion allait mener ; 4) dépenser quelques points de compétence à la fin de la journée.

La première chose était le travail le plus facile à faire. Je n’avais qu’à faire un copier-coller d’une section de ce tunnel. J’avais absorbé le sol en un carré parfait, puis j’avais remplacé les murs avec [faire une pièce]. Après ça, j’avais enchanté les murs avec l’enchantement de Haute Résistance. Je l’avais fait jusqu’à midi. Après cela, j’étais monté dans ma chambre et j’avais commencé à planifier ce que je voulais ajouter ou changer.

J’avais fabriqué une porte de coffre-fort avec un mécanisme de verrouillage qui ne pouvait être activé que de l’intérieur. Juste au cas où, j’avais aussi fait en sorte que cela ne fonctionne que lorsque j’avais ajouté une certaine vitesse à l’intérieur de l’ensemble du mécanisme de verrouillage. C’était censé être une clé temporaire au cas où quelqu’un d’autre aurait la [Télékinésie]. J’avais appliqué à la porte les enchantements les plus puissants à disposition afin d’augmenter sa résistance et je l’avais masqué avec un simple mur tout à fait normal de 1 cm d’épaisseur. De cette façon, tout ce que j’avais à faire était de déverrouiller la porte du coffre-fort et de détruire le petit mur, ce qui signifiait moins de mana à dépenser.

Après cela, j’avais ajouté des cristaux de puissance électrique afin d’alimenter le sol et les murs. Après tout, le superalliage d’Inconel avait une conductibilité électrique plutôt élevée. Ce petit piège ainsi que les lasers garantissaient une très faible chance que quoi que ce soit s’approche de ma chambre et survive, mais cela me donnait l’impression que ce n’était pas assez, mais encore une fois, j’avais un espace plutôt limité pour faire mon système.

Malheureusement, il n’y avait aucun moyen pour moi de tout tester, mais j’avais prié pour ne jamais avoir besoin de le faire. Si Dankyun décidait tout simplement de quitter le terrain de l’Académie comme si ce n’était rien, cela aurait été génial ! Malheureusement, la vraie vie avait tendance à me donner une gifle chaque fois que je pensais que tout allait bien pour moi.

Un petit incident s’était produit avant que je me dirige vers mon donjon pour construire le quatrième étage. Alors que je volais au-dessus des arbres, j’avais vu quatre soldats entourant une femme humaine de vingt ans et ils se trouvaient tous à l’orée de la forêt. Elle était une noble portant une longue robe à froufrous marron, avec de longs cheveux bruns et des yeux verts. Tenant un grand livre avec une couverture en cuir usé, elle avait essayé d’avoir l’air courageuse et de s’opposer aux quatre soldats. Pourtant, je n’avais pas besoin d’explications supplémentaires pour faire comprendre le grave danger dans lequel elle se trouvait.

« S’il vous plaît, écartez-vous et laissez-moi partir ! Si les enseignants entendent parler de votre comportement impoli envers moi, ils..., » elle avait essayé de s’y opposer.

« Ils vont faire quoi ? » demanda l’un d’eux avec un grand sourire sur les lèvres.

J’ai l’impression de voir une fille dans une scène clichée qui se fait agresser par des brutes, avais-je pensé alors que je parcourais la liste de mes pièges non létaux.

« Mon père est un homme très puissant ! H-He…, » elle avait dégluti et raffermit sa prise sur le livre.

« Il fera quoi ? Notre maître est Dankyun, un Suprême ! » L’un d’eux avait parlé, mais contrairement aux autres, son accent était vraiment mauvais, ce qui montrait clairement qu’il ne connaissait pas très bien la langue humaine.

« En effet, le père de la fille pourrait ne pas le faire, mais rien ne m’arrêtera, » avais-je dit. Puis j’avais utilisé ma capacité d’absorption pour faire un grand trou carré de quatre mètres de profondeur, juste sous leurs pieds. J’avais ensuite placé un piège à gaz à l’intérieur et j’avais recouvert le haut du trou d’une trappe métallique.

« Hein ? » les hommes n’avaient même pas eu le temps de réagir. Ils étaient tous tombés comme des pierres au fond du trou.

Le piège à gaz s’était immédiatement activé, et ils s’étaient tous endormis en quelques secondes. Le gaz soporifique était extrêmement puissant, et j’avais eu de la chance que leur armure magique ne soit pas assez forte pour repousser le gaz.

« Va retrouver Nanya ! Tout de suite, » avais-je dit à la fille.

Elle avait hoché la tête une fois et s’était précipitée pour aller chercher son professeur.

Quand j’avais ouvert la trappe. Les quatre soldats dormaient profondément. En utilisant la [Télékinésie], je les avais sortis et les avais suspendus par leurs ceintures dans un arbre voisin. Le trou et le piège que j’avais faits avaient disparu comme s’ils n’avaient jamais été là pour commencer.

Voyant Nanya arrivée au loin, je m’étais fait discret et je l’avais laissée s’occuper des ordures suspendues. Je savais qu’il était mauvais de jeter des déchets sans en disposer écologiquement, mais j’avais dû faire une exception cette fois-ci. Avant de partir pour mon donjon, j’avais regardé dans tout le périmètre de l’académie pour m’assurer qu’il n’y avait pas d’autres incidents malheureux de ce genre. La plupart des soldats se reposaient dans leurs camps et Dankyun prenait le thé dans sa chambre. Deux autres groupes de soldats regardaient dans les environs, essayant de trouver un indice sur le refuge d’Ayuseya.

« Cela à l’air bon..., » avais-je murmuré pour moi tout en regardant du haut du ciel toute l’académie.

Satisfait, je m’étais envolé pour mon donjon. J’étais déterminé à créer le quatrième étage. En ce qui concerne la façon dont j’allais le faire. Je pensais utiliser beaucoup de pièges, mais aussi installer des lasers que je pouvais contrôler à distance. Si Nanya ou moi pouvions les activer à distance juste avec notre volonté, alors nous avions le moyen parfait pour tirer dans le dos les aventuriers au moment où ils s’attendaient le moins à être attaqués. Bien sûr, je voulais m’épargner un travail inutile, alors j’avais l’habitude de créer quelque chose d’automatique, mais jusqu’à ce que je découvre comment le construire, le contrôle manuel devait suffire.

Cet étage n’était pas censé être très complexe, mais très mortel. Ce que j’avais en tête pour cet étage étaient des pièges à lave, des chutes dans des puits avec des pointes au fond, des murs mobiles afin d’écraser les enquiquineurs, des sphères métalliques à pointes roulantes sur les curieux, des pièges électriques, des pièges à poison, des lasers, des plates-formes chronométrées. Bien entendu, j’allais tout enchanter pour les rendre encore plus dangereux.

Sans tourner autour du pot, j’ai voulu faire de ce sol de donjon ma carte maîtresse, au cas où je devrais me battre contre Dankyun. Avec elle, j’avais voulu affaiblir son armure magique et peut-être même réussir à la briser complètement. Si je pouvais faire quelque chose comme ça, alors le vaincre n’était qu’une question de le désarmer et de le blesser jusqu’au point où il abandonne.

L’idée me paraissait bonne dans ma tête, mais je savais qu’il y avait de fortes chances que je me trompais sur les capacités de mon donjon et sur ma propre force. J’avais dû penser au pire des scénarios : qu’il atteindrait la chambre de mon noyau ! Par conséquent, si c’était l’arène finale de notre bataille, elle devait être TRÈS mortelle. J’avais dû construire des lasers encore plus puissants. J’avais également tout électrifié. Je devrais rapidement trouver des moyens de me protéger plus efficacement et me laisser la liberté de lui lancer mes sorts les plus puissants.

J’avais du pain sur la planche, et c’était insensé tout ce qu’il me restait à faire. Avec un lourd soupir, j’étais descendu jusqu’à la dernière partie du troisième étage puis j’étais allé dans le puits utilisé pour la sortie. Comme toujours, j’avais créé la gigantesque pièce vide de l’étage où tous les murs et les pièges devaient être disposés dans un ordre parfait.

Plus facile à dire qu’à faire. Pour des raisons de sécurité, j’avais également ajouté quelques poutres de soutien au plan. En regardant le deuxième étage, celui-ci était un peu plus grand et se terminait par une grande salle circulaire d’un diamètre de 50 mètres. C’était vraiment énorme, mais tout cet espace allait être utilisé pour faire un labyrinthe compliqué de pièges et de toutes sortes de choses mortelles. Malheureusement, il n’y avait pas de place pour les monstres. Même ainsi, je n’avais pas été capable de créer des monstres plus forts que ce qu’un Maître pouvait gérer seul. Mon adversaire serait probablement un Suprême, de sorte que les diablotins qui étaient tombés amoureux des bottes ne pouvaient pas lui faire grand-chose.

J’avais passé quelques heures dans le donjon et j’avais réussi à en finir environ 25 %, à quelques encablures près. La partie la plus chronophage était de dessiner la carte pour l’ensemble de l’étage, puis les innombrables pièges que j’avais posés partout.

Une fois que j’avais terminé, il était temps pour moi de retourner à l’académie. Je devais le terminer après m’être reposé un peu. Il y avait aussi les choses qui avaient été cassées par les étudiants et peut-être que les soldats avaient aussi rajouté de l’ouvrage à la liste au cours de la journée. Je devais donc aussi aller tout remettre en ordre.

« Argh... J’espère que personne n’a décidé de refaire un trou dans le mur…, » avais-je gémi en murmurant ça.

Après une vérification rapide, j’avais soupiré de soulagement et fait l’éloge de ma chance que personne n’avait décidé de faire un chaos dans les lieux.

C’est alors que je m’étais souvenu que j’avais laissé Shanteya dans les bois, et j’avais oublié d’aller chercher les nombreuses proies qu’elle chassait tout au long de la journée.

« Mince…, » avais-je dit. Puis j’avais immédiatement volé vers elle.

Assez rapidement, je m’étais retrouvé devant une grosse pile de monstres. Il n’en restait presque plus dans la région. Elle chassait tellement que j’avais peur qu’elle les ait tous exterminés. Quant à la charmante femme de ménage, elle chassait encore quelques Dayuks en ce moment. J’avais absorbé les corps stockés et je l’avais poursuivie.

Après qu’elle eut fini de les tuer, je m’étais approché d’elle et lui avais dit : « Salut ! J’espère que tu n’es pas contrariée que je ne sois pas revenu plus tôt ? » avais-je demandé avec un sourire maladroit.

« Oh ! Maître ! Bonsoir ! Pourquoi serais-je contrariée ? J’ai fait ce que vous m’avez dit de faire, j’ai chassé tous les monstres que j’ai pu trouver et je les ai empilés tout au long de la journée, depuis l’aube jusqu’à maintenant, » avait-elle répondu avec un sourire tout en essuyant le sang se trouvant sur ses mains.

« Mhm... ouais. Encore une fois, désolé ! J’absorberai ces monstres et ensuite toi, cela te va ? » j’avais plutôt posé une question au lieu de répondre à sa question.

Elle avait répondu avec un petit signe de tête.

J’avais fait ce que j’avais dit et j’étais retourné à l’académie. En chemin, j’avais regardé mon niveau actuel.

[Niveau] : 72

[Force] : 200 +1000

[Agilité] : 150 +1000

[Intelligence] : 225 +1000

[Mana] : 8120

[Régénération de mana] : 30 points de mana par seconde.

[Points disponibles] : 155

[Points d’aptitudes disponibles] : 180

Eh bien, c’est génial ! M’étais-je dit. Puis j’étais retourné dans mon menu de compétence que je n’étais pas capable d’améliorer avant ça.

Après une simple commande, j’avais décidé de mettre à niveau [Boule de Feu guidé X 18], et le message suivant était apparu devant moi :

<sélectionner les compétences pour fusionner : [Compétence 1] & [Compétence 2]>

C’est alors que j’avais réalisé que pour créer une compétence de rang Empereur, je devais avoir N’IMPORTE quelle compétence au niveau d’amélioration 5 et une compétence Maître avec le 5e niveau d’amélioration.

Maintenant, je trouve ça logique que Nanya ait décrit une compétence de rang Empereur qui ressemble à une combinaison de [Boule de feu] et [Lance de glace], avais-je pensé en regardant le message.

Je m’en doutais dès le moment où j’avais vu le message concernant les exigences pour la prochaine mise à niveau. La compétence améliorée de [Boule de feu] au rang Maître et ce que Nanya avait décrit ne correspondaient pas du tout. En d’autres termes, je pouvais faire une quantité incroyable de compétences de Rang Empereur en les fusionnant, mais gaspiller autant de points de compétences ne m’avait pas semblé si excitant.

J’avais choisi les deux seules compétences que j’avais au niveau d’amélioration 5 : [Lance de Glace Barbelée Explosive X 4] et [Boule de Feu guidée X 18]. Le résultat m’avait coûté 150 points et la compétence que j’avais obtenue était la suivante :

[Glacier infernal X 10] <Permet de créer 10 lances de glace avec une pointe dentelée et couverte de feu liquide. Le noyau de la lance est à 100 degrés sous le point de congélation de l’eau. Le feu liquide est à plus de 3000 degrés au-dessus du point de congélation de l’eau. Au moment de l’impact, le feu liquide se propage et adhère à la cible, tandis que la pointe dentelée de la lance de glace explose à l’intérieur de la cible. Coût : 200 points de mana>

J’avais dégluti quand j’avais lu la description. Cela semblait assez dangereux et franchement parlant, j’avais hâte de le tester.

Alors que j’étais curieux d’un détail, j’avais choisi l’option de mettre à jour pour ce sort, juste pour voir quelles étaient les exigences.

<[Glacier Infernal X 10] ne peut pas être mis à niveau sous forme de noyau de cristal.>

Hein ? Alors... et si je demandais…, avais-je pensé, j’avais regardé la dernière partie du message.

« Mettre à jour la forme du noyau de cristal, » avais-je dit.

Il ne s’était rien passé.

« Amélioration de la forme du noyau de cristal, » j’avais réessayé avec une autre formulation, mais j’avais eu le même résultat.

« Création d’un nouveau corps, » demandai-je.

<Erreur 404>

FRANCHEMENT !? avais-je crié dans ma tête.

J’avais poussé un long soupir et j’avais décidé de me détendre et de profiter du fait que j’avais acquis une compétence de rang Empereur. Demain, c’était le moment de tester cette compétence.

Cette nuit-là, je m’étais endormi avec un sourire de bonheur sur les lèvres. Quant à savoir si c’était à cause de la poitrine de Shanteya ou de la nouvelle compétence que j’avais obtenue, je ne le savais pas, mais le lendemain, je prévoyais de continuer à gagner des niveaux et peut-être de débattre avec Nanya et Tuberculus sur la façon dont je pourrais gagner un nouveau corps.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire